Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Appendices

25. Lettre au docteur Lorenzo Morin1

Claude Gauvreau

Texte intégral

  • 1 Autographe, 3 f., Saint-Jean-de-Dieu, dossier Claude Gauvreau.

1Gamelin, 1er juillet 196[ ?]

2Docteur Lorenzo Morin,

3Département St-God[e]froy

4Gamelin.

5Cher Docteur,

6On me traite comme Van Gogh était traité. C’est dans l’ordre établi.

7Ma série « Automatisme 1963 » ne pourra être jouée, sous prétexte que la musique demandée exigerait un trop gros budget. En fait, des textes d’une avant-garde authentique apparaissent ridicules, fous, maladroits.

8Comme les tableaux de Van Gogh de son temps.

9Je serai joué après ma mort ; ou, lorsque l’Europe m’aura apporté un certain crédit.

10Pourtant, malgré cette déconvenue, Claude Sylvestre, directeur de CBF, m’a acheté cinq textes à $ 100 chacun.

11Ce $ 500, joint au $ 600 que j’ai déjà, me fera $ 1,100. Sylvestre m’a dit que je serai payé dans trois semaines.

12C’est donc l’occasion ou jamais de sortir de l’hôpital. A $ 100 par mois, je peux vivre pendant près d’un an. C’est plus qu’il n’en faut pour mettre au point une série de travaux rentables.

13Je sais ce qui peut plaire à la radio. J’ai gagné le Radio Award en 1952. Pour un temps, je mettrai la bride à mon lyrisme et j’accoucherai de la « Prose dramatique » susceptible de plaire (sans toutefois me renier). Travaillant à domicile, les résultats seront sans doute meilleurs.

14Je me souviens que Borduas, quand il était dans une situation très précaire, avait dit : « Nous vivrons de notre peinture, ou nous crèverons. » Je ne suis pas un écrivain du dimanche. Le temps est venu de dire à mon tour : « Nous vivrons de notre écriture, ou nous crèverons. »

15Écrire est la seule chose que je sache faire, et il n’est pas question que je tente autre chose.

16Je suppose que la curatelle mettra la main sur mon argent. Qu’elle me verse $ 100 par mois, est tout ce que je demande. Au bout de six mois, elle n’aura qu’à me verser l’argent qu’il me restera.

17Aussitôt que Radio-Canada m’aura payé, je serai prêt à partir. Je me louerai un modeste appartement et je travaillerai à ma « Prose dramatique ».

18Cher docteur, je vous demande donc ma sortie (pour dans trois semaines, un mois). Il n’existe aucune raison pour que je pourrisse sur place. En liberté, mon travail sera meilleur et la vie sera plus douce à vivre.

19J’attends de vos nouvelles.

Notes

1 Autographe, 3 f., Saint-Jean-de-Dieu, dossier Claude Gauvreau.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search