Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Appendices

20. Mort aux couleuvres1 !

Texte intégral

  • 1 Transcription à partir d'une coupure d'un journal non identifié, du 25 mars 1961 (Musée des beaux- (...)

16 mars 1961

2La peinture de Borduas est, de reconnaissance internationale, post-abstraite, post-surréaliste, elle est définitivement désignée comme automatiste, c’est-à-dire qu’elle est de caractère transfiguratif concret et que sa nature distinctive repose sur une intériorité lyrique.

3Or, de récentes intrigues louches attentent à la véracité de ce fait patent et s’appliquent à embrumer la simple réalité.

4Dans le but de s’approprier mesquinement une portion de la gloire et de la gigantesque réputation que l’activité coûteuse de Borduas lui a finalement méritées, on s’applique, en dépit de tout honneur, et de tout respect de l’évidence, à le faire passer pour « plasticien ».

5Or, cette thèse indéfendable autant que malhonnête n’a pu s’émettre sans le consentement ou l’incitation de Guido Molinari qui prédomine actuellement à l’AANFM en l’absence de Fernand Leduc.

6La manœuvre, imprégnée de la même servile et malsaine vénération de la publicité qui incita naguère certains éléments d’une flasque adaptabilité à se rallier tardivement au mouvement de Jauran afin de participer à l’éclat social de son action, veut moralement passer une laisse au cou du grand peintre de Saint-Hilaire dans l’intention calculée de l’exploiter bassement.

7Nous avons donc affaire à des « intéressés à plat » pour user du vocabulaire proféré autrefois par Borduas lui-même.

8Puisqu’il fallait un porte-parole suffisamment veule aux thèses farfelues et extravagantes, mais surtout intéressées de Molinari, les âmes tortillardes dans la servilité pusillanime choisirent un perroquet évaporé, réactionnaire notoire, fabricateur de calendriers régionalistes et antagoniste sempiternel aussi fanatique que borné de toute forme d’art non figuratif. Comme il se trouve par ailleurs que l’être concerné a quelque responsabilité pour la Galerie Nationale quant aux expositions du Québec, nos petits arrivistes de format miniature jugèrent l’occasion propice de flatter ce jeune vieux et de permettre la présentation de leur exposition trans-canadienne à cet arrière-gardiste encroûté qui ne pouvait que vouloir reprendre ses piétinements acariâtres de Borduas. Claude Picher fut évidemment enchanté d’avoir l’occasion de ravaler quelque peu la stature de Borduas et de lui appliquer au cerveau une étiquette de désuétude.

9Ainsi, à des fins grossières et ignobles, on calomnie Borduas par tout le pays.

10Borduas n’est pas, ne fut jamais et ne sera en rien une écrevisse de l’esprit. Sa peinture s’est toujours déplacée vers l’avant, la critique internationale le situe par-delà le tachisme et le voit comme l’annonciateur d’une avant-garde parisienne actuelle, il n’a aucun rapport ni de près ni de loin avec les mornes imitateurs des peintres vivants de l’ère 1920.

11Par le recours à un présentateur du calibre de Claude Picher, l’AANFM s’est déshonorée et l’abus qu’a commis de son rôle le présentateur, à partir des susurrements faux du plagiaire chronique Molinari, accentue la honte de tous ceux que ses agissements éclaboussent, s’ils ne savent s’y dérober dès lors. Tout artiste progressif de bonne foi, respectueux de la vérité, ne peut que se désolidariser de cette nauséabonderie oblique.

12Nous condamnons les paroles confusionnelles et mensongères de Claude Picher, nous condamnons la dénaturation tacticienne avancée par Guido Molinari.

13Et nous dénonçons comme complices tous les exposants de l’AANFM — exception faite pour ceux qui sont hors du pays et pour Denis Juneau que nous n’avons pu rejoindre — dont la signature n’apparaît pas au bas de cette rectification.

14Nous nous écrions : mort aux couleuvres !

15Marcel Barbeau, Maurice Beaulieu, Louis Belzile, Guy Borremans, Pierre Bourassa, Ulysse Comtois, Gilles Corbeil, Jean-Paul D’Amour, Philippe Émond, Jacques Ferron, Claude Gauvreau, Pierre Gauvreau, Germain, Jacques Godbout, André Goulet, Gilles Groulx, Jean-Paul Jérôme, Gisèle V. Lapointe, Wilfrid Lemoine, Rita Letendre, Dyne Mousso, Georges Ouvrard, Maurice Perron, Maurice Raymond, Suzanne Rivard, Fernand Toupin, Gérard Tremblay, Armand Vaillancourt.

Notes

1 Transcription à partir d'une coupure d'un journal non identifié, du 25 mars 1961 (Musée des beaux-arts du Canada, fonds Jeanne Borduas) ; texte partiellement publié sous le titre « La parole est au lecteur. C'est beau la jeunesse » (Photo-Journal, semaine du 25 mars au 1er avril 1961) et sous le titre « On calomnie Borduas » (Le Petit Journal, 9 avril 1961

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search