Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Appendices

13. Lettre à Paul Gladu1

Claude Gauvreau

Texte intégral

  • 1 Dactylographie, avec la mention manuscrite «Copie d'une lettre non publiée», archives privées.

1Saint-Hilaire, 8 octobre 1957

2M. Paul Gladu

3Le Petit Journal

4Montréal.

5Cher monsieur,

6Je viens de jeter les yeux sur votre article du 6 octobre 1957 : « Paul-Émile Borduas a brûlé ce qu’il adorait ».

7Je ne vous ferai pas l’injure de croire que le titre grotesque en soit de vous. Mais je constate que vous n’avez quand même pas changé : vous conservez le besoin de déprécier, coûte que coûte, de biais ou de front, les artistes transcendants.

8Tantôt le blâme vient de droite, tantôt de gauche. Il y a toujours blâme. Si un grand artiste s’engage dans des voies qui s’éloignent de vos préférences subjectives, vous désapprouvez et vous déplorez ; si l’évolution de cet artiste le mène dans des parages apparemment plus rapprochés de ces mêmes préférences, vous approuvez, mais vous approuvez ce que vous ne pouvez vous empêcher de qualifier de reniement.

9Je n’ai pas vu les tableaux récents de Borduas dont vous parlez, et je n’ai pas besoin d’avoir vu ceux-là pour vous dire ce qui suit.

10Borduas (ou quelque autre « automatiste ») n’a jamais tenu pour obligatoire telle discipline définie. Borduas et ses amis ont toujours soutenu que toute limitation arbitraire de la liberté d’inspiration est inadmissible. Certaines affirmations « automatistes » ont parfois été rendues nécessaires par la mauvaise volonté de certains critiques à reconnaître la légitimité de telle ou telle démarche (par exemple, celles ayant trait à l’utilisation de l’« accident »). La mentalité « automatiste » s’est toujours élevée contre tout dogmatisme prohibitif. La légitimité de toute liberté de l’artiste est incontestable, sûrement rien n’est changé à ce propos ; nous ne demandons à l’artiste, quelles que soient les régions de l’inconnu qu’il lui apparaisse devoir explorer, que d’obéir à des nécessités intérieures authentiques.

11L’emploi de « l’accident » est légitime, quand le besoin existe d’aller dans ce sens. L’emploi de tout autre moyen d’expression est légitime, quand le besoin existe de s’en servir.

12La pensée « automatiste » a maintes fois exprimé son horreur de l’arrêté, du cristallisé.

13Il serait idiot pour Borduas, comme pour n’importe qui d’autre, de rester cantonné dans des expériences assimilées pour lui-même. Où prenez-vous que Borduas se soit engagé à ne jamais bouger ?

14Et aussi, où prenez-vous que Borduas veuille affirmer que l’emploi de « l’accident » soit interdit à qui en ait besoin ?

15Il n’y a pas de « revirement ». Borduas explore de l’inconnu depuis des années ; quand cet inconnu est devenu connu, il s’engage dans un nouvel inconnu. Pour savoir cela il n’est pas indispensable de consulter personnellement Borduas hier ou demain. Borduas n’a jamais commis et ne commettra jamais ce qui provoque ordinairement votre amour : la médiocrité à ambitions limitées.

16Impulsion créatrice, liberté, rigueur : voilà ce qu’a toujours demandé une critique d’avant-garde soucieuse de l’objectivité possible. L’élan créateur ne saurait se dispenser de pareille attitude ouverte.

17C’est le jour où Borduas aura cessé d’évoluer, cher monsieur Gladu, que les extériorisations éplorées (ou méchamment jubilantes) seront de mise.

18Ce n’est pas nouveau : une attitude critique sera indéfiniment faillible qui s’entêtera à faire porter la préoccupation sur le genre plutôt que sur l’authenticité.

19Bien vôtre,

Notes

1 Dactylographie, avec la mention manuscrite «Copie d'une lettre non publiée», archives privées.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search