Version classiqueVersion mobile

La délinquance sexuelle des mineurs

 | 
Monique Tardif
, 
Martine Jacob
, 
Robert Quenneville
, 
et al.

Deuxième partie. Le traitement

Chapitre 13. Les prédicteurs de la fin prématurée du traitement chez des adolescents délinquants sexuels : une étude multisite

Jean Proulx, Marc Tourigny et Denis Lafortune

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les taux de récidive sont particulièrement élevés chez les adolescents délinquants sexuels qui ne complètent pas leur traitement, soit parce qu’ils l’abandonnent ou qu’ils en sont exclus (Caldwell, 2002 ; Edwards et al., 2005 ; Rasmussen, 1999 ; Rightland et Welch, 2001). En conséquence, l’objectif principal de notre étude est d’identifier certains facteurs associés à la fin prématurée du traitement, et ce, afin de concevoir des programmes d’intervention adaptés aux besoins de ces adolescents. Toutefois, avant de faire le relevé des études sur cette question, nous présenterons des données relatives aux taux de récidive chez des adolescents délinquants sexuels. Ces taux varient considérablement d’une étude à l’autre (Caldwell, 2002 ; Hendricks et Bijleveld, 2008 ; Rasmussen, 1999 ; Carpentier et Proulx, 2011). Ainsi, les taux de récidive sexuelle fluctuent entre 1,9 % (Brannon et Troyer, 1991) et 37 % (Rubinstein, Yeager, Goodstein et Lewis, 1993). Quant aux taux de récidive délinqua...

Auteurs

Ph.D. Psychologie, Professeur titulaire à l’École de criminologie de l’Université de Montréal. Il est chercheur régulier au Centre international de criminologie comparée (CICC), ainsi qu’au Centre de recherche de l’Institut Philippe-Pinel de Montréal.

Ph.D., Titulaire de la Chaire de recherche interuniversitaire Marie-Vincent sur les agressions sexuelles et professeur au Département de psychoéducation de l’Université de Sherbrooke. Il est membre du Groupe de recherche sur les inadaptations sociales de l’enfance et du Centre de recherches interdisciplinaires sur les problèmes conjugaux et les agressions sexuelles. Ses principaux champs d’intérêt sont les mauvais traitements envers les enfants, dont les agressions sexuelles, et l’évaluation de programmes de prévention ou de traitements.

Professeur titulaire à l’Université de Montréal et chercheur au Centre international de criminologie comparée, ainsi qu’au Centre de recherche Fernand-Seguin. Membre du Groupe de recherche sur les agresseurs sexuels, ses travaux portent sur les adolescents agresseurs sexuels, mais aussi l’usage des médicaments psychotropes auprès des jeunes placés en centre de réadaptation et la transformation des pratiques engendrée par la mise en vigueur, en 2003, de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents.

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search