Version classiqueVersion mobile

La délinquance sexuelle des mineurs

 | 
Monique Tardif
, 
Martine Jacob
, 
Robert Quenneville
, 
et al.

Deuxième partie. Le traitement

Chapitre 5. La psychothérapie individuelle

Samuel Lemitre et Monique Tardif

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les fondements thérapeutiques

Avant les années 1970, les références aux agressions sexuelles commises par des adolescents étaient rares ; c’est peu à peu, au cours de cette décennie, que la violence sexuelle des adolescents a fait l’objet de publications en tant que sujet principal (Ageton, 1983 ; Groth, 1977 ; Lane et Zamora, 1985). Bien que le phénomène ait été longtemps banalisé, les taux de prévalence de délits sexuels commis par des mineurs et la gravité des conséquences pour les victimes ont contribué à la prise de conscience du problème par les professionnels. Une approche spécialisée s’est alors progressivement développée. En 1982, aux États-Unis, Knopp a recensé une vingtaine de programmes de traitements spécialisés pour adolescents auteurs d’agression sexuelle (AAAS) ; 10 ans plus tard, Freeman-Longo, Bird, Stevensen et Fiske (1995) en recensent 800. Les premières approches de thérapie pour les adultes agresseurs sexuels, d’inspiration cognitiviste, étaient surtout centrées...

Auteurs

Docteur en psychopathologie clinique, est psychologue criminologue à l’Antenne de psychiatrie et psychologie légales de La Garenne-Colombes (Île-de-France). Il est chargé d’enseignement à l’Université de Paris-Ouest, Nanterre.

Ph.D., Professeure titulaire au Département de sexologie et professeur externe au Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), elle est aussi psychologue clinicienne à l’Institut Philippe-Pinel de Montréal. Elle est chercheure régulière au Centre de recherche de l’Institut Philippe-Pinel de Montréal, au Centre international de criminologie comparée et au Centre de recherche Fernand-Seguin. Membre du groupe de recherche sur les agresseurs sexuels, ses travaux de recherche portent sur les adolescents auteurs d’abus sexuels et leurs familles, la conception d’instruments psychométriques sur les déviances sexuelles et le déni-minimisation des agresseurs sexuels, et les facteurs neuropsychologiques et les comportements à risque des adolescents auteurs d’abus sexuels.

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search