Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

40. Montréal, 20 février 19591

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128.

1Cher Borduas,

2Comment serait-il possible de s’affirmer entièrement dans de la glu ?

  • 2 Allusion à la phrase d’ouverture de la lettre du 15 février 1959 : « Bon ! me voilà au ban des acc (...)

3Il me semble étonnant que vous soyez au banc des accusés2, alors que c’est moi qu’on accuse de masochisme. Et je ne fais que me défendre.

4Vous vous accordez, avec une allégresse magnifique, le beau rôle.

5Vous n’avez jamais été capable d’endurer la moindre injustice. Vous n’avez jamais été capable de supporter la moindre restriction à votre importance. Et ce n’est pas moi qui vous en blâmerai.

6Ne vous souvenez-vous donc pas qu’aux Rebelles vous étiez tout en émoi parce que Mousseau avait accroché inadéquatement un de vos tableaux ? Qu’auriez-vous dit, à ce moment-là, à celui qui vous aurait affirmé que cet accident était stimulateur et propice à votre épanouissement ?

  • 3 « Enfin, nous avons chacun nos goûts, nos désirs et nos illusions. N’est-ce pas ? Je vous laisse d (...)

7Il n’est guère difficile de parler de « générosité secrète3 » alors que ses propres œuvres rayonnent largement dans le monde. Avec justice, d’ailleurs.

8Je vous envie d’avoir l’aise qu’il faut pour pouvoir user de persiflage.

9Je demeure sans aucune sorte de rancune.

10Claude

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128.

2 Allusion à la phrase d’ouverture de la lettre du 15 février 1959 : « Bon ! me voilà au ban des accusés... Était-ce si urgent ? » (Écrits II, p. 1047).

3 « Enfin, nous avons chacun nos goûts, nos désirs et nos illusions. N’est-ce pas ? Je vous laisse donc aux vôtres puisque nous ne parlons plus le même langage. Je vous laisse aussi à vos prétentions qui s’opposent aux miennes. Moi qui préfère la générosité secrète à la justice tapageuse (encore barbare et exécrable — à mon sens bien entendu !) puisque je n’attends rien de droit de personne et ne veux rien devoir... que mon bon plaisir... mon gai vouloir » (ibid., p. 1048).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search