Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

39. Montréal, jeudi 5 février 19591

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128.

1Cher Borduas,

  • 2 André Breton, Anthologie de l’humour noir : « Achevé d’imprimerie le 10 juin 1940 pour les édition (...)

2Le présent contient le passé, il est bon de s’en souvenir. Mais ce n’est pas pour affirmer le respect du passé que les quelques citations ont été incluses dans ma lettre précédente. Ces phrases me semblaient et me semblent des éléments éthiques d’une pensée révolutionnaire qui sont loin d’avoir épuisé leur actualité. Cette éthique ne se résume pas aux quelques réalisations plastiques et poétiques accomplies parallèlement à elle, elle les dépasse. Par exemple, celle qui se dégage de L’Anthologie de l’humour noir2 me semble toujours l’éthique la plus englobante, la plus exigeante et la plus neuve qui ait cours sur terre. Maints objets « surréalistes » sont académiques, le surréalisme le plus vivant a été une relation vitale avec un tout insaisissable et n’a pu être que cela, mais les prises de conscience auxquelles je me suis référé impliquent une rupture avec toutes les habitudes morales antérieures au surréalisme et ce n’est qu’au delà de cette rupture et dans le courant positif du monisme intégral, qui ne se borne pas aux formes électives du surréalisme, qu’une démarche en avant est accomplissable. Les prises de position mentionnées n’ont rien de furtif et il n’a pas suffi de quelques années pour en tarir l’innovation. Tout rétrécissement en une spéculation purement esthétique est fort en deçà de cette vaste pensée. Le nouveau dualisme entre psychique et physique me semble spécieux et tatillon. Il m’est évident que l’abandon actuel de la relation éthique révolutionnaire ouverte sur de vastes et complexes possibilités méconnues jusqu’à elle est voué à se résoudre en un retour piteux à une éthique conventionnelle d’un âge révolu.

  • 3 Allusion à un passage de la lettre de Borduas, du 21 janvier 1959 : « L’aventure poétique enrichie (...)

3Votre remarque sur le mouvement de la terre3 me semble d’un positivisme bien sommaire. Le langage de la physique contemporaine est tout autre (cf. Langevin).

4J’ajoute que le réel vu n’est pas le seul réel qui soit, qu’il n’est doué d’aucune supériorité qualitative.

  • 4 Dans Petite Pierre angulaire posée dans la tourbe de mes vieux préjugés (novembre-décembre 1958), (...)

5Nous n’en avons pas fini avec l’impondérable4.

  • 5 « De même les poèmes et le “Bien Etre” [sic] de Gauvreau ont introduit l’automatisme dans notre li (...)
  • 6 Claude Gauvreau fait vraisemblablement allusion au commentaire de Fernande Saint-Martin, qui déplo (...)

6Le premier numéro de la revue Situations accorde quelque équité à la personne du poète que je suis, par un article de Fernande Saint-Martin5. Il est seulement dommage que cet article soit écrit dans un style plutôt étriqué et, à la réflexion, profondément mélancolique6. Une expression plus généreuse et plus affirmative est souhaitable.

  • 7 « Le 21 avril 1958 eut lieu le premier événement Claude Gauvreau composé de La Jeune fille et la l (...)
  • 8 Janou Saint-Denis a rappelé certains des aléas qui frappèrent cette production : « Trois mois de r (...)

7Les répétitions de ma pièce poétique Les Grappes lucides sont commencées7. Je ne sais pas encore au juste ce que cela va donner. J’ai de jeunes interprètes. Leur fraîcheur, leur candeur ne sont certainement pas incapables d’une expression honnête et juste. J’espère surtout que le caractère véritable de la pièce ne sera pas défiguré. Il est hélas possible, par une abjecte prudence, de déplacer les accents et d’en faire se dégager artificiellement une sordide apparence « morale ». Il est possible qu’on me fasse avoir l’air de condamner ce que j’exalte. Les comédiens sont Jocelyn Joly, Mathieu Poulin, Lucette Laurin8. Je souhaite aussi que quelque maladresse de ma part ne portera pas atteinte à leur enthousiasme ou à leur bonne volonté.

  • 9 Le 29 décembre 1958, soixante-quatre réalisateurs de la télévision de Radio-Canada déclenchent une (...)
  • 10 En 1953, François Soucy (Montréal, 1929) fait la connaissance de Marcel Barbeau et visite avec lui (...)

8Depuis plusieurs jours, la grève des réalisateurs se déroule à Radio-Canada9. Toutes les émissions régulières sont suspendues. Je suis moi-même allé faire du piquetage quelques fois. Un vendredi soir, nous avons manifesté collectivement en faveur des grévistes : un moment donné nous étions une soixantaine à marcher devant la bâtisse, avec plusieurs pancartes (dont la plupart très vivantes, de Soucy10 et de Mousseau) ; il y avait des poètes, des peintres, et les Apprentis-sorciers. Ce fut une manifestation joyeuse, ardente, saine. Je fais maintenant partie de la Société des auteurs dramatiques (Syndicat des scripteurs).

  • 11 L’art abstrait (1959, n. p.) accompagne l’exposition présentée du 12 au 27 janvier 1959 à l’École (...)
  • 12 « Les plasticiens et leurs successeurs, eux, se contentent de répéter les aspects de Mondrian et d (...)
  • 13 À propos de Tousignant, Gauvre au écrit : « Des idées très fausses ou très naïves peuvent quand mê (...)

9Une exposition de peinture importante a eu lieu à l’École des beaux-arts récemment. Celle de « L’Art Abstrait11 ». Chacun des sept exposants a exprimé son point de vue dans un catalogue : les convictions émises divergent, mais il est possible d’y trouver de la maturité. C’est surtout la pensée de Malevitch et Van Doesburg12 qui s’affirme enfin sur le sol du Québec. Beaucoup d’opinions exprimées sont vulnérables, mais elles sont intéressantes. Ainsi Tousignant (quelque peu ambivalent13) écrit : « Avant l’impressionnisme, la peinture s’envisageait dans sa plus grande part d’une façon subjective. Subjective à l’individualité de l’artiste, ainsi qu’à des éléments complètement étrangers à la peinture. Les impressionnistes ont été les premiers à poser un fait révolutionnaire en commençant l’élimination de cette subjectivité par la recherche des caractères spécifiques de la peinture. Le cubisme a fait vis-à-vis des formes ce que l’impressionnisme avait fait vis-à-vis de la couleur.

10« Contrairement à cette évolution positive, la lignée de l’expressionnisme, du surréalisme, de l’automatisme, du tachisme et de l’expressionnisme abstrait (terme d’ailleurs impropre) apparaît comme régressive et décadente.

  • 14 La suite du texte de Tousignant se lit : « Il ne faut pas oublier que l’abstraction n’est pas une (...)
  • 15 Claude Gauvreau, « Nous en reparlerons dans dix ans » (Réponse au questionnaire de la revue Situat (...)

11« Piet Mondrian, soucieux d’établir les caractères spécifiques à la peinture, cherche à détruire la figuration ainsi que sa subjectivité psychologique, dans le but d’en arriver à instaurer les données dynamiques fondamentales de l’abstraction. Il ne faut pas oublier que l’abstraction n’est pas une entité établie, mais une entité relationnelle et en devenir14. » Il est clair pourtant que l’objectivité impressionniste était une objectivité figurative. Les expressionnistes, en s’accordant de peindre leurs émotions à partir du modèle plutôt que l’aspect strict de ce modèle, affirmaient davantage la conscience d’une réelle autonomie du tableau. Il est clair aussi que l’automatisme avait pris conscience de la réalité plastique objective et que cette prise de conscience permettait aux peintres de créer librement des structures infiniment variées et inédites en sachant que la réalité plastique autonome du tableau ne pouvait pas ne pas exister. Je crois que les exposants de « L’Art Abstrait » confirment en général la réponse que j’avais faite au préalable du questionnaire de Beaulieu : « L’activité plasticienne constitue une phase rationalisante comparable à celle du Parnasse contemporain qui vint brièvement en poésie entre le “Romantisme et le Symbolisme”15 ».

  • 16 « Vos difficultés avec le monde du théâtre m’affligent. J’y vois cependant comme une fatalité. Si (...)
  • 17 « J’ai souhaité (et le souhaite toujours) “la victoire de vos activités vitales” ainsi que vous le (...)
  • 18 « Vous me faites la faveur un peu ridicule de m’écraser sous les projectiles de votre artillerie l (...)

12Quand vous avancez que pour m’affirmer entièrement je semble avoir besoin d’une grande opposition, je vois là surgir une accusation de masochisme16. Réponse a été faite déjà à cette accusation, mais il est temps d’en finir avec ce mythe jésuite. S’il est pensable que je serais déconcerté si quelque justice soutenue m’était accordée, c’est que l’expérience d’une injustice exécrée et qui atteignit des proportions monstrueuses dont vous n’avez pas idée a été de fort longue durée — mais ce moment de trouble serait bref, croyez-moi. Qu’on assure la publication de mes œuvres essentielles, qu’on leur accorde une vaste diffusion, qu’on les accompagne d’une action critique adéquate, qu’on me procure les moyens financiers d’agir vastement — et vous verrez si je serai malheureux ! ! ! « Il est inutile de lui accorder justice, il n’en veut pas » — votre façon de penser excuse toutes les ignominies, toutes les lâchetés, toutes les bassesses ! Je veux de la justice, je veux du triomphe — mon seul crime est d’en vouloir à un niveau respectable d’exigence. Qu’on m’accorde la justice, qu’on m’accorde le triomphe à ce niveau — et vous verrez si je les rejetterai ! ! ! Serait-ce donc la santé non masochiste que de s’accommoder de la facilité et du déshonneur ? Cher Borduas, le moindre bienfait me stimule, me rend capable de multiplier mes réalisations. C’est lorsque mes textes ont été joués et joués proprement que je me suis senti le plus heureux — c’est lorsque mes textes ont été joués et joués proprement que j’ai été capable de produire le plus et de produire le mieux. La souffrance abjecte m’a paralysé, ne m’a rendu capable de voir d’autre issue que la mort. Mes espoirs, j’ai été obligé de les bâtir de mes propres mains — et c’est parce que ces espoirs existaient que je suis encore en vie. Comment pouvez-vous conclure à mon malaise de la victoire de mes activités vitales17, puisque cette victoire n’a jamais eu lieu ? Certes, j’ai été obligé de développer des moyens d’agir malgré une opposition tenace — puisque cette opposition existait en dépit de la pureté cristalline de ce que j’offrais ! Le besoin crée l’organe et c’est l’opposition qui a provoqué la création de mes organes de lutte, mais si l’acceptation de ce que je suis capable de produire de plus noble amoindrissait grandement ou annihilait cette opposition, croyez-vous donc mon organisme incapable de développer des organes d’aise18 ? Quand donc ai-je refusé de rayonner sans m’amoindrir ? Ai-je donc été incapable d’agir de concert avec ceux dont les aspirations et les attitudes coïncidaient avec les miennes ? Suis-je donc responsable de l’improbité et de la déloyauté d’autrui ? Ce qui me déconcerte plus que tout, même aujourd’hui, c’est qu’on oppose à mes démarches les plus licites et les plus fécondes un refus explicable seulement par la force de l’inertie et le conformisme et la pleutrerie et la stupidité. Je souhaite mon règne dans la grandeur, vous n’avez pas d’autre ressource que de me croire. Ma grandeur flagrante serait la plus exquise de mes délectations.

13Je retiens cependant de ce que vous m’avez écrit qu’une confiance m’est due.

14À bientôt.

15Écrivez-moi.

16Chaleureusement.

17Claude

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128.

2 André Breton, Anthologie de l’humour noir : « Achevé d’imprimerie le 10 juin 1940 pour les éditions du Sagittaire avec vingt portraits et une eau-forte de Picasso sur les exemplaires de tête, ce livre, censuré par Vichy, ne fut broché qu’en 1943. Une nouvelle édition, revue et augmentée de cinq noms, paraît aux mêmes éditions en 1950. Enfin, une troisième édition, quasi semblable à la précédente et qualifiée de “définitive” est publiée en 1966 chez J. J. Pauvert (aujourd’hui en Livre de poche). L’humour que Breton appelle “noir” dès une conférence de 1937 (De l’humour noir, GLM) est tout autre chose que “l’ironie sceptique” ou la “plaisanterie sans gravité”. “Révolte supérieure de l’esprit” (Léon-Pierre Quint), c’est l’humour “à sa suprême puissance”. Sans chercher aie définir, Breton s’aide, pour l’évoquer, de Hegel et surtout, de Freud ; l’humour est un mode de pensée qui tend à épargner, avec “quelque chose de sublime et d’élevé”, la dépense affective créée par la douleur. À l’exception peut-être de Fourier, Brisset et Roussel, les quarante-cinq auteurs cités avec une notice dans l’Anthologie illustrent cette analyse » (Dominique Noguez, « Anthologie de l’humour noir », dans A. Biro et R. Passeron, op. cit., p. 25).

3 Allusion à un passage de la lettre de Borduas, du 21 janvier 1959 : « L’aventure poétique enrichie du surréalisme emprunte depuis d’autres voies, d’autres formes. Bien sûr qu’on peut toujours soutenir que la Terre tourne en sens inverse du bon sens ; elle n’en tourne pas moins cependant comme il lui convient » (Écrits II, p. 1045).

4 Dans Petite Pierre angulaire posée dans la tourbe de mes vieux préjugés (novembre-décembre 1958), Borduas écrit à Gauvreau : « [...] le surréalisme, l’automatisme ont pour moi un sens historique précis. J’en suis maintenant très loin. Ils furent des étapes que j’ai dû franchir » (Écrits II, p. 1029). Dans la version de sa lettre du 19 janvier 1959 (non envoyée), Borduas précisera sa pensée : « Non. Je ne vous ferai pas encore une fois l’apologie du surréalisme. Vous savez la reconnaissance que je lui garde pour ce qu’il m’a donné jusqu’en 1948. Après ce fut la rupture irrémédiable. Plus fidèle, vous ne cessez de l’actualiser. Vous êtes le seul “surréaliste” qui m’intéresse. Sans doute parce que vous êtes loin de Breton et de ses amis. Pour vous c’est une question de rythme, d’abondance, de “terreur” comme l’on dit ici. Pour eux c’est toute une série d’attitudes figées dans les refus de reconnaître la marche du temps, l’évolution de la mécanique, les acquis de l’art pictural (en particulier de l’école de New York). Ils flattent une multitude de sujets qui m’emmerdent et ils vomissent sur ceux qui permettent ma foi en un avenir meilleur » (Écrits II, p. 1043). Deux jours plus tard, il a entièrement réécrit ce passage ; « [...] le surréalisme (comme toute école) exprime un moment de l’aventure spirituelle de l’homme épousant, au moyen de formes nouvelles, enthousiasmantes et fraîches, certaines valeurs poétiques ainsi renouvelées. Surréalisme veut dire, avant 1950, à la fois l’expression précise et adéquate et la découverte (ou la défense) de ces valeurs morales. Après 50, le surréalisme ne veut plus dire qu’un académisme formel désagréable. La forme contient le fond. Quand elle se fane, se fige, le fond fait de même. (Goya reste merveilleusement émouvant. Pourtant nous sommes loin de sa figuration, de son contexte. N’en est-il pas ainsi des textes que vous citez ?) » (Écrits II, p. 1045).

5 « De même les poèmes et le “Bien Etre” [sic] de Gauvreau ont introduit l’automatisme dans notre littérature, cet automatisme dont un Kirouac [sic] par exemple commence à peine à explorer les possibilités » (Fernande Saint-Martin, « Le manifeste de l’automatisme », Situations, vol. 1, n° 2, février 1959, p. 17).

6 Claude Gauvreau fait vraisemblablement allusion au commentaire de Fernande Saint-Martin, qui déplore l’accueil réservé à ce jour au manifeste Refus global : « Si fertile qu’il ait pu être en peinture et en poésie, éveillant et consolidant même de nombreuses vocations artistiques, ce Manifeste n’a pas trouvé beaucoup d’échos dans les autres domaines ; mais il est encore trop tôt peut-être pour juger vraiment de son influence » (ibid., p. 18).

7 « Le 21 avril 1958 eut lieu le premier événement Claude Gauvreau composé de La Jeune fille et la lune et de Les Grappes lucides après des répétitions de trois mois / Claude y assistait fréquemment et c’est devant une salle remplie et frémissante que Claude Gauvreau régna l’espace d’un soir » (J. Saint-Denis, op. cit., p. 113). À propos de ce spectacle, Rodolphe de Repentigny écrit « La Jeune fille et la lune et Les Grappes lucides ont été créées par Les Satellites, petite troupe déjeunes Montréalais que dirige Janou Saint-Denis. Cela se passait sur la scène de l’auditorium de l’École des beaux-arts, devant un public comprenant aussi bien des élèves de l’École que la plupart de ceux qui se sont intéressés au mouvement automatiste, de même que de nombreux jeunes peintres, poètes et comédiens et beaucoup de simples curieux. / / La mise en scène de Mme : Saint-Denis pour La Jeune Fille et la lune, texte dont elle était l’unique interprète, formait un tableau fort impressionnant. Grâce à un immense panneau peint en bleu et vert, un filet vert, quelques banderoles pendues et un éclairage à la mesure, l’on a recréé sur la scène une fantasmagorie sous-marine, où l’interprète, appuyée à mi-corps, donne l’illusion de flotter entre deux eaux. Avec les rideaux, on a rétréci la scène pour en faire plutôt un interstice entre deux rochers piliers de pont. C’est un texte qui a des beautés, des déchirements. Gauvreau peut être saisissant comme imagier, enfiler des mots en une courbe ascendante qui aboutit à une constatation troublante, éclatée comme une bulle l’instant d’après — mais il demeure que cela est pensé, senti, plus poétiquement que dramatiquement. / / Dans Les Grappes lucides, le texte permet plus de jeu aux interprètes. Le héros en est un jeune homme qui a vu sa couleur, l’instant d’une intuition, et qui ne veut plus se passer de cette expérience. Le malheureux, il veut la renouveler, la rendre permanente, éternelle. Cela le mène fatalement à rechercher la mort sous une forme romantique, sans doute, mais tout aussi définitive. [...] C’est Guy Borremans qui a créé ce rôle — remplaçant à quelques jours d’avis Jocelyn Joly. Mieux connu comme photographe que comme acteur, Borremans s’[en] est cependant tiré assez bien ; le texte, parfois emphatiquement lyrique, demande à être joué sur un mode irréaliste, bien que non déclamatoire. Le symbolisme est tellement épuré chez Gauvreau que les acteurs qui veulent l’interpréter côtoient sans cesse ce risque » (cité parj. Saint-Denis, op. cit., p. 115).

8 Janou Saint-Denis a rappelé certains des aléas qui frappèrent cette production : « Trois mois de répétitions étaient prévus / Claude venait parfois éclairer notre lanterne / les jeunes comédiens butaient sur le texte / au bout d’un mois, André Pagé se désiste / il ne peut assumer le personnage de Guhaldys / et nous avoue franchement qu’il préfère s’abstenir / plutôt que d’y parvenir à moitié / Jean Doyon accepte de le remplacer / et le travail acharné se poursuit / cinq jours avant la représentation / il y a répétition générale / sur la scène de l’École des beaux-arts / Nathan Karczmar est généreux / il nous permet de travailler sur place / pendant presque une semaine / mais voilà que ce soir quelqu’un flanche / l’interprète du rôle de Saplerbe [...] Jocelyn tremble de peur / il est paralysé et se sent traqué [...] quelqu’un va sauver la situation/ un jeune cinéaste Guy Borremans [...] OUI pendant cinq jours et cinq nuits / à peine une heure de sommeil de temps à autre / Guy apprend réplique par réplique / mouvement par mouvement / le personnage qu’il incarnera [...] par la présence effective de Guy Borremans / ce fut un tour de force [...] Jean Doyon avait belle allure et profonde sonorité / Lucette Laurin et Yvonne Laflamme / deux lueurs féminines apparaissant fugitives et fragiles / pour tenter Saplerbe et soulager son angoisse » (op. cit., p. 118-120).

9 Le 29 décembre 1958, soixante-quatre réalisateurs de la télévision de Radio-Canada déclenchent une grève pour obtenir la reconnaissance de l’association professionnelle qu’ils viennent de fonder. Ce conflit de travail, qui marque l’histoire de la télévision et rallie à la cause des grévistes de nombreux sympathisants, dure trois mois.

10 En 1953, François Soucy (Montréal, 1929) fait la connaissance de Marcel Barbeau et visite avec lui la région de Charlevoix où Barbeau peint sa série des Fonds marins. Cette même année, il participe à Montréal à l’exposition « La place des artistes ». Il peint jusqu’à son départ pour l’Europe. Il a mis sur pied en 1980, à Saint-Hippolite, une école d’art où il dispense des cours d’art thérapie.

11 L’art abstrait (1959, n. p.) accompagne l’exposition présentée du 12 au 27 janvier 1959 à l’École des beaux-arts de Montréal. Fernande Saint-Martin y publie « Révélations de l’art abstrait » ; Louis Belzile, « Aventure esthétique, aventure humaine » ; Claude Tousignant, « Pour une peinture évidentielle » ; Jean Goguen, « Auto-projection » ; Guido Molinari, « Le langage de l’art abstrait » ; Denis Juneau, « Ce qui compte à mes yeux » ; Fernand Toupin, « Synthèse et spirituel » ; Fernand Leduc, « Vivre c’est changer ». Sont reproduits les tableaux suivants : Pieds-de-vent (Louis Belzile), Pulsation dynamique (Jean Goguen), Cercles divisés (Denis Juneau), Orientation (Fernand Leduc), Huit-blancs (Guido Molinari), Dialogue (Fernand Toupin) et Verticales jaunes (Claude Tousignant).

12 « Les plasticiens et leurs successeurs, eux, se contentent de répéter les aspects de Mondrian et de Van Doesburg » (Écrite sur l’art, p. 308).

13 À propos de Tousignant, Gauvre au écrit : « Des idées très fausses ou très naïves peuvent quand même produire des objets authentiques, si l’artiste est sincère et si les éléments rationnels sont suffisamment accaparés par ces idées pour que se produise la libre expression sensible. Il n’y a pas de vérité théorique absolue. Les plasticiens eux-mêmes donnent de bons exemples de cela : Claude Tousignant, le critique le plus partial de l’automatisme en soi, parvient, en dépit de la candeur de ses idées théoriques, en dépit de l’amas d’emprunts reçus de l’un et de l’autre, à faire reconnaître sa sensibilité dans ses tableaux. La vérité de sa discipline n’est pas responsable de cette présence sensible puisqu’il n’y a pas de vérité dans sa pensée : seulement il croit suffisamment en ses illusions platoniciennes pour que sa sensibilité puisse se révéler alors qu’il poursuit ses buts utopiques. Tousignant n’a pas peu de mérite, puisqu’il est un lointain adhérent de la méthode : il est le disciple de Molinari qui suivit Leduc qui se rallia à Jauran lequel reflétait à distance Mondrian » (ibid., p. 308-309).

14 La suite du texte de Tousignant se lit : « Il ne faut pas oublier que l’abstraction n’est pas une entité établie, mais une entité relationnelle et en devenir. / / Pour ma part, si j’emploie les lignes droites et le plan défini, c’est par choix et non par manie. Un choix que je fais dans le but d’un dynamisme déterminé. Ce dynamisme (le seul dans lequel j’exprime mon entité), c’est celui de la peinture abstraite, auquel je prétendis ajouter par mon déterminisme. Ce que je veux c’est purifier la peinture abstraite, la rendre encore plus abstraite. Je crois que le moyen d’arriver à cela, c’est en libérant l’action de la forme colorée, en lui donnant ses possibilités multiples et personnelles. Ce qui m’intéresse, ce sont les relations de couleurs et non la forme prise indépendamment dans son narcissisme. Ce que je veux, c’est une peinture extrinsèque et qui s’extend et non intrinsèque et statique comme chez la plupart des abstraits. / / Ce que je veux, c’est objectiver la peinture, l’amener à sa source, là où il ne reste que la peinture, vidée de toute chose qui lui est étrangère, là où la peinture n’est que sensation, là où la peinture peut être compréhensible à tous. Ce que je veux, c’est une peinture évidentielle » (op. cit.).

15 Claude Gauvreau, « Nous en reparlerons dans dix ans » (Réponse au questionnaire de la revue Situations), Situations, vol. 1, n° 2, février 1959, p. 46. Il publie aussi dans ce même numéro un texte intitulé « Muriel Guilbault » (p. 47).

16 « Vos difficultés avec le monde du théâtre m’affligent. J’y vois cependant comme une fatalité. Si l’on vous accordait la millième partie de la confiance qui vous est due, n’en seriez-vous pas dérouté ? Vous semblez — pour vous affirmer entièrement — avoir besoin d’une grande opposition. Quand même ! 11 serait bon que l’on vous gâte un peu. Je le souhaite de toute mon ardeur » (Paul-Émile Borduas à Claude Gauvreau, lettre du 21 janvier 1959, Écrits II, p. 1046).

17 « J’ai souhaité (et le souhaite toujours) “la victoire de vos activités vitales” ainsi que vous le dites : mais sur un autre plan. Je serais infiniment inquiet du triomphe accordé par notre société à la personne d’un poète que j’aimerais. Certes, vous imaginez une société autre. Mais les choses étant telles qu’elles sont (comme la terre tourne ainsi qu’elle tourne) les auteurs à succès — ils ne manquent ni au Canada, ni ici — ne m’intéressent guère. Et, être pris dans le mécanisme d’un succès social retentissant, sans être un clown, un potentat ou une brute, m’apparaît la plus détestable des servitudes » (Paul-Émile Borduas à Claude Gauvreau, lettre du 15 février 1959, Écrits II, p. 1048).

18 « Vous me faites la faveur un peu ridicule de m’écraser sous les projectiles de votre artillerie lourde pour avoir, à l’occasion de vos difficultés avec le monde du théâtre, exprimé honnêtement l’opinion que pour vous affirmer entièrement vous sembliez avoir besoin d’une grande opposition. Excusez mon erreur puisque, en effet, une minime opinion contraire à votre sentiment suffit au déclenchement de vos batteries. Allez-y, mon cher Claude, développez vos “organes” d’aise ! » (Paul-Émile Borduas à Claude Gauvreau, lettre du 15 février 1959, Écrits II, p. 1048).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search