Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

38. Montréal, l0 janvier 19591

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Emile Borduas, T. 128.

1Cher Borduas,

  • 2 Il s’agit de la lettre intitulée Petite Pierre angulaire posée dans la tourbe de mes vieux préjugé (...)

2Votre dernière lettre ne mérite pas les appréhensions que vous y avez exprimées2. C’est une lettre d’une sensibilité étonnante et qui m’a frappé d’émerveillement. Vous êtes irremplaçable. On chercherait longtemps (et probablement en vain) avant de trouver une comparable chaleur humaine, une égale spéculation grave.

3Je connais Pollock, je connais Tobey, je connais De Kooning, et je sais l’importance capitale et l’authenticité exemplaire.

  • 3 Sur cette question, voir les lettres de Borduas à Claude Gauvreau du 19 et du 21 janvier 1959 (Écr (...)

4Je voudrais savoir une chose : quelle différence exacte apercevez-vous entre la France telle qu’on la voit en Canada et la France telle qu’on la voit en France3 ?

  • 4 « Certes, que j’ai le mal du pays ! J’en crève ! D’autant plus que je vois mal comment y retourner (...)

5Il ne fait pas de doute que vous avez « le mal du pays4 ». Et il me semble que vous évoluez vers un nationalisme canadien

  • 5 Écrits II, p. 1027. Le 19 janvier, Borduas lui répondra : « J’ai en horreur tout nationalisme. Je (...)

6(« Sur notre unité ethnique se fonde le premier article de ma foi en l’avenir5 »).

  • 6 Allusion aux mutations qui se sont produites au sein du mouvement futuriste italien suite à la pri (...)

7Une pensée un peu loufoque m’est venue : celle que vous traversez une évolution analogue à celle des futuristes passant au fascisme6. En d’autres termes, j’ai un peu l’impression que vous retournez à des valeurs rationnelles et quelque peu conservatrices. Est-ce que je me trompe ?

8Même si votre lettre avait contenu des reproches, ceux-ci n’auraient pas pu me toucher car votre terrain de réflexion n’a pas de rapport avec ma situation personnelle. Je vous avoue que je ne vois aucune relation, par exemple, entre les considérations de votre lettre et Le Rose Enfer des animaux.

  • 7 « Comment, devant ces réalisations, attacher encore de l’importance à nos petites misères entachée (...)

9Quant à moi, étant donné mon isolement particulier, je ne suis pas un Canadien typique. Le peu de réceptivité que les êtres se croient tenus de manifester à mon égard me dispense de donner à ma pensée une tournure immédiatement généralisable et sociable. Mon attitude n’ayant pas beaucoup de conséquence en dehors de moi, je peux me permettre de m’en tenir à mes seules préférences individuelles : ma pensée, donc, présentement, essaie d’être la plus universelle possible ; j’aspire à une façon d’être cosmique laquelle puisse me garder accessible à tout le concret qui est toujours fait de singuliers uniques. Même au temps lointain où j’étais Bloc Populaire, je ne pouvais déjà pas concevoir que le terme de « Canadien » n’était applicable qu’aux seules personnes de langue française ; ces préoccupations-là (quelle qu’en soit la solution préférée) me semblent vraiment archaïques. Les frontières géographiques sont à un degré moyen sans utilité pour moi présentement ; et, même si je sais que ces catégories sont entretenues dans le monde et qu’elles exercent de l’influence sur des actes, je ne me préoccupe pas d’elles pour l’instant. Leur disparition définitive m’apparaît d’ailleurs comme souhaitable (« One Big World7 » : voilà un programme sympathique sur lequel je ne peux rien et dont j’espère que ceux qui y peuvent quelque chose s’occuperont). Je ne veux pas des catégories, je veux une harmonie dynamique (au moins pensée) avec tous les sensibles particuliers. Il y a (involontairement) du platonique là-dedans, bien sûr ; mais cette posture mentale n’est pas tout à fait vaine car elle peut conditionner mon activité créatrice. Seuls m’intéressent l’universel extrême et le singulier extrême.

  • 8 André Breton, Manifeste du surréalisme (1924), dans Œuvres complètes, t. I, Bibliothèque de la Plé (...)
  • 9 Ibid., p. 313.
  • 10 Ibid., p. 322.
  • 11 André Breton, Second Manifeste du surréalisme (1930), dans ibid., p. 781.
  • 12 « Refus d’être sciemment au-dessous de nos possibilités psychiques et physiques » (Refus global, d (...)
  • 13 Ibid., p. 343.

10À part cela, je vois dans les manifestes surréalistes (et dans Refus global aussi) quelques prises de conscience qui précèdent encore la généralisation et dont l’abandon certes prématuré me semble fort regrettable. (« Réduire l’imagination à l’esclavage, quand bien même il y irait de ce qu’on appelle grossièrement le bonheur, c’est se dérober à tout ce qu’on trouve, au fond de soi, de justice suprême8. » « Ce n’est pas la crainte de la folie qui nous forcera à laisser en berne le drapeau de l’imagination9 » ; « L’homme propose et dispose. Il ne tient qu’à lui de s’appartenir tout entier, c’est-à-dire de maintenir à l’état anarchique la bande chaque jour plus redoutable de ses désirs10 » ; « Tout porte à croire qu’il existe un certain point de l’esprit d’où la vie et la mort, le réel et l’imaginaire, le passé et le futur, le communicable et l’incommunicable, le haut et le bas cessent d’être perçus contradictoirement11 ». « Refus d’être au-dessous de nos possibilités psychiques et physiques12 » ; « Les actes passionnels nous fuient en raison de leur propre dynamisme13. »)

  • 14 Quatre voix féminines et trois masculines : « Les voix du griffon du Cabousta » (paroles radiophon (...)
  • 15 Texte inspiré de Ni ho ni bât, joué à Radio Canada le 14 janvier 1959, dans la série « Images du C (...)
  • 16 « Né à Montréal en 1929, Jean-René Major fait ses études à l’Université de Montréal où il obtient (...)
  • 17 « Les jeunes amateurs des Apprentis-Sorciers vécurent d’abord en nomades, jouant dans une cave du (...)

11Quelles sont mes activités à moi ici ? Je viens de terminer un texte poétique à sept voix : Les Voix du griffon du Cabousta14. Jean-René Major15, réalisateur radiophonique au service international de Radio-Canada va faire interpréter un de mes textes d’une demi-heure en janvier ; le titre en est Amnésie16 et Jacques Galipeau y jouera le rôle principal. Major a trois autres de mes textes pour la scène et a fini par choisir deux de mes vieilles pièces poétiques : La Jeune Fille et la lune et Les Grappes lucides ; ces pièces, jouées d’abord au Centre d’essai puis chez les Apprentissorciers17, formeront un spectacle avec Le Trou de François Soucy. Tout le spectacle sera très mauvais, ou passable, ou bon ; je ne crois pas qu’il sera parfait.

  • 18 Claude Gauvreau ne semble pas avoir donné suite à ce projet.
  • 19 Dans ses lettres, Claude Gauvreau fait part régulièrement à Michel Lortie de l’évolution de cette (...)

12D’ici quelques jours, je me lancerai dans la rédaction d’un nouveau téléthéâtre dont le titre sera vraisemblablement Les Impondérables se rassemblent18. Ensuite, je projette d’écrire une longue pièce de quatre ou cinq actes qui s’intitulera Les Oranges sont vertes19. Après cela, j’essaierai de venir à bout d’une laborieuse activité rémunératrice qui me permettra de faire imprimer mes ouvrages essentiels ; pour me rafraîchir, en cette époque, je compte écrire plusieurs poèmes.

  • 20 Le 30 novembre 1958, à Radio-Canada, dans la série « Nouveautés dramatiques ».
  • 21 Texte de base : « à ».
  • 22 Denise Pelletier a étudié l’art dramatique chez François Rozet, Sita Riddez, Eleonor Stuart et Mar (...)
  • 23 Texte de base : « deshonoré ».
  • 24 A seize ans, Ollivier Mercier-Gouin (1928) publie des poèmes dans Amérique française, Le Canada et (...)

13Un de mes textes, À l’écoute du sang, a été joué à CBF20. Ce fut le chef-d’œuvre de toutes les abominations. Ce texte d’une demi-heure, rédigé au cours de l’été 1957, avait été écrit dans des conditions très très pénibles, il se ressentait d’un certain manque de forces — mais il recelait quand même certaines qualités assourdies, lesquelles ont été complètement voilées par l’interprétation. Le fond de cette histoire, telle qu’écrite, était le sardonisme ; et il y avait plusieurs éléments divers à sa surface ; notamment de l’humour goguenard et un peu cruel, un souci d’antiracisme certainement très sérieux, un peu de délicatesse, un peu de tendresse, etc. J’espérais que certains auditeurs prendraient le texte sérieusement, et que d’autres le trouveraient assez drôle. Or, on a choisi de jouer ce texte comme un « sombre drame », comme un mélo idiot ; ce qui, étant donné l’extravagance délibérée de l’intrigue, était ridicule. L’explication de cette situation n’est pas difficile à capter : les responsables de sa matérialisation étant persuadés a priori que le texte était fou et insensé, donc insignificatif, ils ont cru pouvoir y mettre de l’humour, mais à partir de l’auteur plutôt qu’à partir du texte. Pareil primarisme suffisant a21 donné des résultats abjects. Une des interprètes (Denise Pelletier22) a joué presque continuellement sous un fou rire réprimé ; ce qui interdisait au texte ses possibilités de drôlerie, puisqu’un acteur ne fait pas rire habituellement en riant lui-même (surtout s’il rit à l’encontre de son rôle). On m’avait donné aussi comme interprète une journaliste de Nouvelles illustrées, Micky Martin (humour de meilleur goût), et elle a joué proprement ; ce fut la seule à le faire, si l’on excepte Jean Brousseau qui fut à peu près convenable et un ou deux jeunes comédiens. Lise LaSalle, en Johanne Ponneteau qui devait cracher du mépris, était horrible avec son mignard style « couventine crosseuse ». Je suis déshonoré23, et je reste persuadé de n’avoir rien fait pour l’être. Le réalisateur du texte À l’écoute du sang était Ollivier Mercier-Gouin24.

  • 25 « Dites à D. (qui s’ennuie !) qu’il lui est favorable d’être loin. Près — s’il n’en tenait qu’à mo (...)

14Dyne Mousso m’a demandé de vous transmettre son bonjour. Je crois qu’elle s’ennuie de vous25.

15Que votre santé redevienne excellente, cher Borduas. Et donnez-moi de vos nouvelles bientôt ; vos lettres m’aident à vivre, elles me servent en quelque sorte d’oxygène.

16Heureuse nouvelle année !

17Claude

183480 Van Horne, Montréal

  • 26 « L’adresse de Marcelle est : 8, rue Louis-Dupont, Clamart » (Écrits II, p. 1046).

19Marcelle Ferron, qui m’a écrit, a omis de me fournir son adresse. Je vous demande de me la faire savoir26.

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Emile Borduas, T. 128.

2 Il s’agit de la lettre intitulée Petite Pierre angulaire posée dans la tourbe de mes vieux préjugés (corriger le titre fautif dans Écrits II, p. 1025, qui donne « Petite pierre angulaire dans la tourbe de mes vieux préjugés ») : « Ambitieusement je souhaite, mon cher Claude, que cette lettre ne provoque pas l’ennui qu’elle me donne. J’ai trop rabâché ces choses pour en éprouver maintenant la moindre fraîcheur. Je me devais de vous les exprimer encore une fois ayant le sentiment, grâce à vos textes, d’être plus près de votre pensée que vous de la mienne. Ne voyez surtout pas dans mon attitude critique le moindre reproche. Elle n’est valable que pour moi-même. Qu’elle soit généralisable, je le crois, mais pour les cas, aux circonstances particulières, semblables au mien. Je reste sans conseil » (Écrits II, p. 1028-1029).

3 Sur cette question, voir les lettres de Borduas à Claude Gauvreau du 19 et du 21 janvier 1959 (Écrits II, p. 1040-1046).

4 « Certes, que j’ai le mal du pays ! J’en crève ! D’autant plus que je vois mal comment y retourner. Promettez-moi dix Canadiens, s’intéressant à la peinture, qui soient prêts à endosser intégralement les possibilités canadiennes et je rentre sur l’heure. Mais c’est introuvable. Il faudra attendre encore cent ans... et je crève. Je vous l’ai déjà dit. Ça n’a d’ailleurs aucune importance : excusez-moi » (Paul-Emile Borduas à Claude Gauvreau, lettre du 19 janvier 1959, Écrits II, p. 1042-1043). Et deux jours plus tard : « Évidemment que j’ai le mal du pays ; j’en crève ! Mais comment y retourner ?... » (Écrits II, p. 1046).

5 Écrits II, p. 1027. Le 19 janvier, Borduas lui répondra : « J’ai en horreur tout nationalisme. Je reste apolitique. De se reconnaître d’un lieu donné, d’un temps précis, est autre chose » (Écrits II, p. 1042). Le 21 janvier, il précise : « Non, pas question de nationalisme : je les ai tous en horreur. Je reste apolitique. De se reconnaître d’un pays (vaste, divers et un peu confus), d’un continent, d’un temps particulier (qui hélas s’allonge trop vite !) est autre chose. Voici les différentes étapes de cette reconnaissance qui dans d’autres conditions eût pu être simplifiée : Je me suis reconnu de mon village d’abord, de ma province ensuite, Canadien français après, plus Canadien que Français à mon premier voyage en Europe, Canadien (tout court, mystérieusement semblable à mes compatriotes) à New York, Nord-Américain depuis peu, de là, j’espère “posséder” la Terre entière ! » (Écrits II, p. 1046).

6 Allusion aux mutations qui se sont produites au sein du mouvement futuriste italien suite à la prise du pouvoir par Mussolini en 1922. On parle alors d’un « second futurisme » : « Au tournant des années vingt une cassure se produit dans les activités du mouvement futuriste. À cette époque, Marinetti s’adonne entièrement à ses penchants politiques. Il fonde le Parti politique futuriste ; il prend part, avec les anarcho-syndicalistes, à la création des Faisceaux de combat de Mussolini ; il se présente aux élections législatives ; il se sépare ensuite de Mussolini pour rejoindre D’Annunzio dans Fiume occupé ; il essaye enfin de soutenir l’action de Malatesta et des groupes anarchistes. Partout, il tente d’infléchir les événements en fonction de son programme révolutionnaire axé sur le rejet de la monarchie et de la papauté ainsi que sur la mythologie anarcho-nietzschéenne de “l’homme nouveau”. Partout, il est utilisé puis rejeté parmi les poètes utopistes du futur à qui manquerait une vision réelle, c’est-à-dire “politique” des choses. L’élan révolutionnaire est alors brisé au plus profond de l’homme Marinetti » (Giovanni Lista, La Scène futuriste, p. 271-272).

7 « Comment, devant ces réalisations, attacher encore de l’importance à nos petites misères entachées d’archaïsme quand en plus, tragiquement, nous poursuivons le même destin ? Et voilà le deuxième article de ma foi : l’Amérique du Nord poussera suffisamment la synthèse universelle pour rayonner sur la Terre entière ou nous n’existerons pas ; ni elle, ni nous. C’est l’enjeu capital de l’Histoire » (Écrits II, p. 1028). Dans sa lettre du 21 janvier 1959, après avoir abordé la question du nationalisme et de ses attaches identitaires, Borduas écrit : « Rationnelle cette attitude ? Hum !... Certainement orientée, en tout cas, vers l’irrationnel d’une possession idéale où l’on retrouve votre One Big World souhaité. Mais au sommet de l’évolution la plus concrète qu’il me fut permis de suivre » (ibid., p. 1046).

8 André Breton, Manifeste du surréalisme (1924), dans Œuvres complètes, t. I, Bibliothèque de la Pléiade, p. 312.

9 Ibid., p. 313.

10 Ibid., p. 322.

11 André Breton, Second Manifeste du surréalisme (1930), dans ibid., p. 781.

12 « Refus d’être sciemment au-dessous de nos possibilités psychiques et physiques » (Refus global, dans Écrits I, p. 341).

13 Ibid., p. 343.

14 Quatre voix féminines et trois masculines : « Les voix du griffon du Cabousta » (paroles radiophoniques), dans Cinq Ouïes (1952-1961), OCC, p. 303-317.

15 Texte inspiré de Ni ho ni bât, joué à Radio Canada le 14 janvier 1959, dans la série « Images du Canada ».

16 « Né à Montréal en 1929, Jean-René Major fait ses études à l’Université de Montréal où il obtient son baccalauréat ès arts (philosophie) en 1952. Entré au service de Radio-Canada à titre de commis, il travaille en qualité d’annonceur (1953-1954), puis d’annonceur-réalisateur (1954) et enfin de réalisateur au service international. Au début de 1962, il s’installe à Paris et devient lecteur aux Éditions Gallimard puis directeur littéraire aux Éditions de la Table Ronde. Outre ses poèmes, on lui doit de nombreuses traductions, notamment celles des derniers ouvrages de Ernest Hemingway, Philip Roth, Lawrence Durrell, James Baldwin et Ernest Jünger. Il meurt à Paris en août 1975. Il avait épousé Laure Archambault, peintre » (Roger Chamberland, « Où nos pas nous attendent, récit de Jean-René Major », DOLQ III, p. 722).

17 « Les jeunes amateurs des Apprentis-Sorciers vécurent d’abord en nomades, jouant dans une cave du boulevard Lajeunesse, puis dans un petit local, au 1515a de la rue Davidson, où ne pouvaient tenir que deux rangées de chaises. C’est au moment de leur installation à la Boulangerie, au 5140 rue Delanaudière [sic], petit théâtre de 49 places, qu’ils commencèrent vraiment à exploiter le répertoire d’avant-garde qui les fera connaître, répertoire qui ne doublait en rien celui des troupes “professionnelles” et qui offrait tout l’attrait de l’insolite et de l’expérimental. Dès 1958-1959 ils présentent L’île des chèvres de Hugo Betti, Fin de partie de Beckett et Le Baladin du monde occidental de Synge ainsi qu’une pièce québécoise : La Croix sans Christ de Mathieu Girard. La saison suivante, Ionesco est à l’honneur avec L’Avenir est dans les œufs et Les Chaises, de même que Kleist avec La Cruche cassée. Par la suite ils feront connaître au public montréalais Adamov (La Parodie), Brecht (Homme pour homme, Maître Puntilla et son valet Matti), Vauthier (Capitaine Bada), Obaldia (Les Impromptus à loisir), Max Frisch, Gorki, Claudel, Durrenmatt. [...] Leurs saisons étaient composées de trois à quatre spectacles dont ils donnaient de 80 à 120 représentations, un “bon” spectacle attirant quelque 2 000 spectateurs. [...] Les participants étaient tous des amateurs, ils n’avaient aucune formation dans le métier et ils travaillaient tous dans l’anonymat » (Hélène Beauchamp-Rank, « La vie théâtrale à Montréal de 1950 à 1970 : théâtres, troupes, saisons, répertoires », dans Le Théâtre canadien-français, p. 275-276). À notre connaissance, la pièce de Gauvreau ne fut pas montée par les Apprentis-Sorciers.

18 Claude Gauvreau ne semble pas avoir donné suite à ce projet.

19 Dans ses lettres, Claude Gauvreau fait part régulièrement à Michel Lortie de l’évolution de cette pièce. Ainsi, le 24 septembre 1968, il lui confie : « Actuellement, il ne me reste à écrire qu’un acte d’une pièce en 4 actes : Les Oranges sont vertes. » Le 16 janvier 1969 : « Je compte terminer aujourd’hui ma pièce Les Oranges sont vertes. » Le 27 janvier 1969 : « LES ORANGES SONT VERTES : je travaille à cette pièce en quatre actes, qui prend des dimensions monstrueuses, depuis un an. Il ne me reste à en écrire que des fragments du dernier acte. On y fait voir la grandeur et la décadence d’un égrégore perceptibles surtout par l’évolution de la langue employée. Ce n’est pas un objet de tout repos ; certains morceaux de la pièce me semblent dépasser en véhémence ÉTAL MIXTE. Il est certain qu’il s’agit d’une œuvre capitale. » Le 23 mars 1969 : « Si l’on excepte la mise en langage détaillé des annotations visuelles encore embryonnaires, Les Oranges sont vertes est écrit. C’est actuellement un objet monstrueux. La pièce dure quatre heures. Comme Guy L’Écuyer s’est dit intéressé à la mettre en scène, je projette de la raccourcir à deux heures et demie. C’est vraisemblablement la version raccourcie qui serait incluse dans l’édition. » Le 18 juin 1969 : « Ces jours-ci, j’ai écrit trente heures de suite sans arrêt. J’ai ainsi rédigé tout le visuel des quatre actes de ma pièce colossale Les Oranges sont vertes. La pièce est donc terminée et il ne me reste plus qu’à la dactylographier. C’est un objet qui n’est définitivement pas banal » (BNQ, 466/001/003).

20 Le 30 novembre 1958, à Radio-Canada, dans la série « Nouveautés dramatiques ».

21 Texte de base : « à ».

22 Denise Pelletier a étudié l’art dramatique chez François Rozet, Sita Riddez, Eleonor Stuart et Marcel Chabrier à Montréal. Elle a joué pour l’Équipe, pour les Compagnons de Saint-Laurent, à l’Égrégore, à la Poudrière. Elle a créé des textes d’Éloi de Grandmont, d’André Langevin, de Marcel Dubé, de Michel Tremblay, tant au théâtre qu’à la télévision. Elle a interprété de nombreux rôles au Théâtre du Nouveau Monde (L’Avare, Le Bourgeois gentilhomme, L’Echange, Hamlet, Mère courage, etc.). En 1958, une tournée de cette troupe la conduit à travers le Canada et sur les scènes de France et de Belgique. Elle fait ses débuts à Stratford cette même année. En 1964, elle fait une tournée en France avec le Théâtre du Rideau-Vert dans L’Heureux Stratagème de Marivaux. En 1966, elle devient membre de la compagnie du Festival de Stratford et fait partie de la distribution de Henry V et Henry VI et de La Danse de la mort de Strindberg. Elle est la vedette, en 1970, de L’Effet des rayons gamma sur les vieux garçons de Zindel dans une adaptation de Michel Tremblay, au Théâtre de Quat’Sous. A la Nouvelle Compagnie théâtrale, elle a joué les rôles de Clytemnestre dans Iphigénie de Racine, de la Reine Marguerite dans Le Roi se meurt de Ionesco, d’Hécube dans Les Troyennes d’Euripide. Elle a fait une tournée de l’Europe et de l’Union soviétique avec le Théâtre du Nouveau Monde dans Le Tartuffe. En 1972, elle signe la mise en scène des Bonnes de Genêt et interprète Oh ! les beaux jours de Beckett au Centre national des arts à Ottawa. Voir Micheline La France, Denise Pelletier ou la folie du théâtre.

23 Texte de base : « deshonoré ».

24 A seize ans, Ollivier Mercier-Gouin (1928) publie des poèmes dans Amérique française, Le Canada et Notre Temps. En 1948, il crée à la radio de Radio-Canada La Librairie Métropole, dont il signe les textes. En 1951, il réalise à CKAC la chronique Saint-Léonide et joue au Rideau-Vert. L’année suivante, il obtient le prix de la radio canadienne pour la réalisation d’Aaron d’Yves Thériault. En 1954, il entre au Service international de Radio-Canada où il réalise de nombreux reportages. À partir de 1958, il travaille à la réalisation de la « Revue des arts et des lettres », des « Nouveautés dramatiques » et de « Sur toutes les scènes du monde ». En 1963, il devient le président de l’Association des réalisateurs de la radio. Ollivier Mercier-Gouin est l’auteur de Poèmes et chansons (1957), de Jeu de masques (1961) et de Comédiens de notre temps (1967).

25 « Dites à D. (qui s’ennuie !) qu’il lui est favorable d’être loin. Près — s’il n’en tenait qu’à moi, naturellement — je la boufferais à la 6-4-2 (en 5-7 comme on dit chez-nous) et ce serait dommage. Un peu faisandée, mijotée, bien cuisinée lui conviendrait mieux. Si encore elle me le permettait... après ! » (Paul-Émile Borduas, lettre du 21 janvier 1959, Écrits II, p. 1046).

26 « L’adresse de Marcelle est : 8, rue Louis-Dupont, Clamart » (Écrits II, p. 1046).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search