Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

37. Montréal, 6 novembre 19581

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Emile Borduas, T. 128.

1Cher Borduas,

  • 2 Le Rose Enfer des animaux. Dans une lettre du 3 novembre 1958, Borduas lui écrit : « J’ai reçu la (...)

2J’ai lu avec grand plaisir (et parfaite détente) votre critique de la « machine à décerveler2 ».

3Votre lettre est peut-être la seule critique vraiment constructive que j’aie reçue, depuis que j’existe, de quelqu’un de mes écrits.

  • 3 « À distance, après cette trop longue absence, je comprends mal votre défense d’un passé déjà loin (...)

4Certes, j’aurais préféré vous voir appuyer vos dires d’exemples précis. À quels passages, par exemple, « passé3 » se réfère-t-il ? Cependant, les raisons de votre relatif mutisme m’ont convaincu.

5J’ai dépassé l’époque de m’innocenter — d’autant plus qu’en ce moment quelques épigones croient devoir se permettre de me faire des procès.

6Mais à vous, je veux bien communiquer quelques petites indications, quelques petites mises sur la piste.

7Toutes les phrases qui ont une allure rationnelle dans « Le Rose Enfer » sont des phrases absurdes. Ceci est conscient, l’a toujours été.

8Le contenu positif, ce sont les passages de vraie poésie (qui se réfère à la « cohérence » d’une réalité méconnue).

9Je sais qu’il y a des ambiguïtés dans ce texte, je les ai constatées et je les ai maintenues avec une narquoiserie satanique. Vive la liberté !

10Je ne crois pas défendre quelque passé que ce soit. Avec fièvre j’ai montré le négatif à côté du positif. Tant pis pour ceux qui ne s’y retrouvent pas ! D’autres travaux suivront.

11J’emploie des mots courants, quand bon me semble. J’emploie d’autres mots, quand la nécessité s’en fait sentir. Pour moi, le mot « automatisme » est un mot courant comme le mot « beurre ».

12Les quelques phrases à allure pseudo-« rationaliste » sont les phrases les plus absurdes de tout le texte (un peu, selon son genre, comme les lieux communs de Beckett ou d’Adamov) : je les ai encadrées implacablement d’éléments positifs. Je ne croirai pas que vous ayez pu penser que j’aie reculé d’un pas par rapport au monisme.

13Le texte est amoral, constitutionnellement non critique. C’est le tableau actif d’une sorte d’immanence (ceci dit a posteriori).

  • 4 Claude Gauvreau précise en didascalie : « Tous les personnages sont des êtres humains. La ressembl (...)

14Il ne faut jamais perdre de vue que ce sont des personnages qui parlent4.

  • 5 « La tête de Domitien d’Olmansay ne sera vue des téléspectateurs qu’aux derniers instants de la té (...)

15Je ne m’identifie pas au personnage Domitien d’Olmansay5, même si je lui laisse dire parfois des choses « vraies ».

16Je sais, par ailleurs, que tout commentaire (de ma part) en dehors du texte ne change rien à sa structure même.

17J’espère que l’occasion se présentera de vous envoyer bientôt d’autres textes. Vos réactions m’enchantent.

18Que faites-vous de ce temps-ci ?

19Claude

203480 Van Horne

21#3

22Montréal

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Emile Borduas, T. 128.

2 Le Rose Enfer des animaux. Dans une lettre du 3 novembre 1958, Borduas lui écrit : « J’ai reçu la “machine à décerveler” ou, si vous aimez mieux, le grand “lavage de cerveau”. J’ai lu votre texte avec ardeur, avec passion même. Cependant, pour vous en parler en toute justice, il faudrait votre présence, l’occasion d’une longue soirée à l’abri des soucis, des tracas, confortablement installés tous les deux dans votre beau pays “gris merle” ; entendre vos commentaires d’abord » (Écrits II, p. 1020). « Je croyais mon lyrisme tari à jamais, ce qui était une erreur. En 1958, à la faveur de mes rapports avec le peintre Lise Gervais, je trouvai le souffle qu’il fallait pour écrire le téléthéâtre pétulant : le rose enfer des animaux. On n’accepta pas de le jouer cependant » (OCC, p. 14).

3 « À distance, après cette trop longue absence, je comprends mal votre défense d’un passé déjà loin. Plus exactement, cette défense me cache vos espoirs en l’avenir : en cet avenir qui m’intéresse toujours plus que le passé. Je départage mal les possibles de l’impossible, le personnel de l’impersonnel, les complexes dus aux phases anciennes de notre histoire d’un présent unifié qui monte. Je crus reconnaître des fixations, des parti pris désastreux, mais quelle générosité inventive, quel train du tonnerre, quel feu d’enfer, mon cher Claude » (lettre du 3 novembre 1958, Écrits II, p. 1020).

4 Claude Gauvreau précise en didascalie : « Tous les personnages sont des êtres humains. La ressemblance de plusieurs avec des animaux ou avec un obus ou un nymphéa est constante ; Domitien d’Olmansay ne ment pas. Il arrive des moments où cette ressemblance doit être hallucinante – sans que jamais les personnages (et leurs interprètes) ne perdent rien de leur vraisemblance humaine permanente » (OCC, p. 757).

5 « La tête de Domitien d’Olmansay ne sera vue des téléspectateurs qu’aux derniers instants de la télémission. Cravate multicolore, aux tranches horizontales chatoyantes. Veston de bison donnant parfois l’apparence du chamois. Pantalon semi-gabardine (brunâtre, beau et très solide). Domitien d’Olmansay a une chevelure ondulante et quelque peu argentée. Il y a quelque chose de wagnérien dans la silhouette » (ibid.). On notera l’allusion de Gauvreau au personnage de Dolmancé dans La Philosophie dans le boudoir de Sade.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search