Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

36. Forteresse de Saint-Jean-de-Dieu
ce 13 mai 19581

Texte intégral

  • 1 Autographe, fonds privé.

1Cher Borduas,

  • 2 Allusion au personnage de Montfleury, tiré de la comédie héroïque en cinq actes d’Edmond Rostand, (...)

2Il y a beaucoup de choses qui ne vont pas dans une société où c’est Montfleury qui a l’avantage sur Cyrano2.

3Cependant, je compte être sorti d’ici avant très longtemps.

4J’écris un peu, le matin. Les conditions ne sont pas idéales. Papier insuffisant, manque de documentation. Bruit.

5Ici, à peu près tout est subordonné aux travaux manuels.

  • 3 Paul Dumas, collectionneur, ami de Paul-Emile Borduas, membre fondateur du Cercle universitaire (5 (...)

6Incidemment, le docteur Paul Dumas3 fait partie du personnel de la forteresse.

7À bientôt

8Claude Gauvreau

9P. S. Ma famille ayant déménagé, ma nouvelle adresse est : 3480 avenue Van Horne, app. 3, Grand-Montréal, P.Q.

Notes

1 Autographe, fonds privé.

2 Allusion au personnage de Montfleury, tiré de la comédie héroïque en cinq actes d’Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, représentée pour la première fois le 28 décembre 1897 à Paris, au Théâtre de la Porte Saint-Martin. L’action se déroule dans une salle de l’Hôtel de Bourgogne en 1640. Montfleury, acteur principal de la pièce Clorise de Balthazar Baro, pris en haine par Cyrano de Bergerac, qui l’a vu poser un regard sur Roxane, enfreint l’interdiction du Gascon de monter sur scène pendant un mois. A la scène III de l’acte I, « Montfleury paraît en scène, énorme, dans un costume de berger de pastorale, un chapeau garni de roses penché sur l’oreille, et soufflant dans une cornemuse enrubannée. » Dès les premières tirades, Cyrano adresse un défi collectif au parterre et oblige le comédien à fuir, malgré la salle qui réclame la poursuite de la pièce. Pressé par Cyrano, Montfleury disparaît par une trappe, sous les rires et les huées de la salle.

3 Paul Dumas, collectionneur, ami de Paul-Emile Borduas, membre fondateur du Cercle universitaire (515, rue Sherbrooke Est), en 1947. Borduas fut le premier peintre à y exposer. Paul Dumas est aussi l’auteur d’un article intitulé « Borduas » dans la revue Amérique française (vol. 5, n° 6, juin-juillet 1946, p. 4).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search