Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

35. Forteresse de St-Jean-de-Dieu,
2 mai 19581

Texte intégral

  • 1 Autographe, fonds privé.

1Cher Borduas,

  • 2 Sur les traitements que l’on fait subir aux patients à la salle Saint-Gabriel, voir supra, p. 388, (...)

2J’ai été transféré à la section St-Gabriel2. Le docteur Lefebvre m’a affirmé que je ne subirais pas de traitement physique.

3Cependant, on me donne des calmants qui ralentissent le fonctionnement cérébral et qui ont un effet endormant.

  • 3 Texte de base : « assomante ».

4Je devrai subir bientôt — on m’en a prévenu — cette inutile et assommante3 « occupation thérapeutique ».

5C’est maintenant la lutte de chaque instant contre l’abrutissement que l’on pourrait dire systématique.

  • 4 Voir supra, p. 366, n. 32 et 33.

6Je relis en ce moment Les Mains sales4 de Sartre. Cela me tient en éveil, quoique ce ne soit pas poétique.

  • 5 « En 1955, à partir des contes de Ray Bradbury, je rédigeai des demi-heures radiophoniques intitul (...)

7L’expérience de Astéroïde 13135, que j’avais crue un temps surtout négative, m’a permis d’assimiler toute forme d’expression pararéaliste ; je le constate maintenant.

  • 6 Allusion à la tirade d’Arsène de Haucauman : « Pitié pour les tendres ! Pitié pour l’amour ! Pitié (...)

8Vive la liberté6 !

9Claude

10P. S.

11Lundi, ma famille déménage. Ma nouvelle adresse sera : 3480 avenue Van Horne, app. 3 (île de Montréal).

Notes

1 Autographe, fonds privé.

2 Sur les traitements que l’on fait subir aux patients à la salle Saint-Gabriel, voir supra, p. 388, n. 24.

3 Texte de base : « assomante ».

4 Voir supra, p. 366, n. 32 et 33.

5 « En 1955, à partir des contes de Ray Bradbury, je rédigeai des demi-heures radiophoniques intitulées astéroïdes 1313 ; je devais en rédiger treize, mais après la neuvième, la nécessité de défendre mes pleins droits de citoyen occasionna mon arrestation et mon hospitalisation » (OCC, p. 14).

6 Allusion à la tirade d’Arsène de Haucauman : « Pitié pour les tendres ! Pitié pour l’amour ! Pitié pour les bras qui ne veulent que caresser ! Liberté ! Liberté ! Liberté ! Liberté ! Liberté ! » (OCC, p. 780).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search