Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

34. St-Jean-de-Dieu, 21 avril 19581

Texte intégral

  • 1 Autographe, fonds privé.

1Cher Borduas,

  • 2 « Élève de Massenet au Conservatoire de Paris, [Gustave Charpentier (1860 - 1956)] remporte le Gra (...)
  • 3 Roman musical en quatre actes et cinq tableaux. La première représentation eut lieu le 2 février 1 (...)

2Que de chemin parcouru depuis ma première visite ici ! Celui qu’alors je croyais être Gustave Charpentier2 le compositeur de l’opéra Louise3, je le revois : c’est Paradis, un bon diable.

3Ici, un moment donné, on m’a ligoté et on m’a mis un cadenas aux chevilles. Pourquoi ? Parce que le petit amour-propre d’un médecin avait été froissé.

4Néanmoins, l’absence du gardien Grenier est une grande amélioration. Lafontaine, Desrochers, Viau ont un comportement à peu près convenable. Quant à Thibault, il est passablement discret quoique plus agressif. N’était la présence de Madeleine Bock, cet hôpital serait presque civilisé.

5Bien sûr, je manque ma couple de douches quotidiennes. Il n’est guère de ma plaisance d’être puant.

6J’ai ici la vie d’un prisonnier de guerre.

7Une infirmière très gentille, Pierrette Mercier, m’a prêté Histoire ancienne de E. Jarry (collection H. X. Arguillière). C’est un manuel de belles-lettres. Ce livre bien fait est de la propagande bien faite. Les "passages tendancieux ne s’y comptent plus. Ma conclusion : les gens s’imaginent avoir la foi religieuse ; mais, en réalité, ils n’ont fait qu’absorber depuis le plus bas âge une propagande dogmatique unilatérale.

  • 4 Texte de base : « arome ».

8J’écris quelques bribes de dialogue, matière à condenser plus tard. Voici un petit échantillon : « Et qu’est-ce que ces bouchèrvillois ? Et qu’est-ce que ces gobes de toutounes ? Et qu’est-ce que ces électricités éclairées à la chandelle ? Et qu’est-ce que ces pets qui ont plus d’arôme4 que de densité ? Et qu’est-ce que la vertu qui est six chattes enlignées par la queue ? C’est de la merde. »

  • 5 Xavier de Magallon, Gil Blas, avril 1912. Voir aussi Xavier de Magallon et Charles Maurras, poèmes (...)
  • 6 Robert, comte de Montesquiou-Fezensac (1855-1921). « L’auteur des Hortensias bleus (1896) est la f (...)
  • 7 Marcel Plaisant (1887-1958) est l’auteur du Traité de droit conventionnel international concernant (...)
  • 8 Dora Malegari (1849-1924) est l’auteur d’Une Amie de Liszt : la princesse de Sayn Wittgenstein, pu (...)
  • 9 Henri Clouard est l’auteur de La « Cocarde » de Barrès (1910), La Poésie française moderne des rom (...)

9Je lis de vieux textes de la Revue hebdomadaire. Il y en a d’intéressants. J’ai trouvé un Pirandello. Il y a du François Mauriac, du Xavier de Magallon5, du Robert de Montesquiou6, du Marcel Plaisant7, du Dora Malegari8, de l’Edmond Jaloux. J’ai lu un texte infect de Henri Clouard9 sur Verlaine et Mallarmé. En bref, cette pensée bourgeoise fait souvent l’effet de la sclérose totale.

  • 10 Henri Parisot a édité et traduit plusieurs des écrivains préférés de Claude Gauvreau : Herman Melv (...)

10J’ai hâte de relire du Parisot10.

11La pire plaie de cet endroit-ci, c’est la déformation professionnelle. Beaucoup de gens sont payés pour voir des diagnostics, et en voient. Il y a aussi le fait que les religieuses vivant ici en permanence ne veulent ou ne peuvent penser en fonction du monde extérieur.

12Remarque générale : beaucoup de personnes n’ont jamais pu se rendre à l’altérité, c’est-à-dire passer outre à cet infantilisme qu’est l’attitude de passivité vis-à-vis de l’enseignement dogmatique reçu.

  • 11 Voir supra, p. 411, n. 2.

13Je suis emprisonné pour avoir sifflé un mauvais spectacle dans un théâtre, moi qui suis critique d’art11. Cet emprisonnement a-t-il du sens ? Aucun. Comptez pourtant sur des administratifs pour justifier arbitrairement cette présence indéfinie qui rapporte de l’argent à l’administration. C’est le bureaucratisme qui règne !

  • 12 « Gaëtan Gatian de Clérambault [1872-1934], que Lacan désigna en 1966 comme son "seul maître en ps (...)

14À mort les De Clérambault12 !

15C’est ainsi.

16Amicalement,

17Claude Gauvreau

Notes

1 Autographe, fonds privé.

2 « Élève de Massenet au Conservatoire de Paris, [Gustave Charpentier (1860 - 1956)] remporte le Grand Prix de Rome en 1887 avec Didon. Son œuvre la plus connue est le “roman musical” Louise (1900) qui obtient un grand succès grâce aux mélodies faciles et sentimentales et à son atmosphère naturaliste. Le réalisme y est mis au service d’opinions sociales très libérales. Socialiste naïf, Charpentier fonde en 1902 le “Conservatoire populaire de Mimi Pinson” afin de permettre aux jeunes ouvrières d’apprendre la danse et la musique : il y forme même un orchestre de “midinettes”. La suite de Louise, Julien (1913) est un échec. La même année, Charpentier est élu à l’Institut, au fauteuil de Massenet. Il n’écrira plus grand-chose jusqu’à sa mort en 1956 » (Alexis Payne, Grands Opéras du répertoire, p. 90).

3 Roman musical en quatre actes et cinq tableaux. La première représentation eut lieu le 2 février 1900 à l’Opéra-Comique de Paris. L’action se situe dans le Paris de 1900 : « Le sujet est assez proche de celui de La Bohème de Puccini. Mais la comparaison s’arrête là. Louise est l’opéra le plus réussi dans le style naturaliste français ; ce fut un énorme succès, surtout auprès des Parisiens de tous les milieux. Le caractère composite de l’œuvre explique sa popularité : la musique est simple, l’histoire empreinte du réalisme le plus concret, avec une ouverture sur la question sociale et une exaltation de la liberté et des plaisirs qui n’est pas sans évoquer certaines valeurs des anarchistes. L’ouvrage était, à bien des égards, audacieux : on ne montrait pas communément sur la scène des personnages de la rue (ouvriers, midinettes, marchands ambulants), s’interpellant de façon parfois triviale. L’ensemble forme un tableau très vivant du Paris de 1900 » (Dictionnaire chronologique de l’opéra, p. 378).

4 Texte de base : « arome ».

5 Xavier de Magallon, Gil Blas, avril 1912. Voir aussi Xavier de Magallon et Charles Maurras, poèmes, portraits, jugements et opinions, Aix-en-Provence, Éditions du feu, 1919, n. p.

6 Robert, comte de Montesquiou-Fezensac (1855-1921). « L’auteur des Hortensias bleus (1896) est la figure la plus caractéristique de la Décadence : non seulement il écrit, mais il sert aussi de modèle littéraire au Des Esseintes de Huysmans dans A Rebours, type du “décadent”, et au baron de Charlus de la Recherche du temps perdu. Le personnage, aristocrate cultivé, fantasque et original, est aussi curieux que l’œuvre, raffinée, précieuse, toute en recherche du vocable rare, de la tournure alambiquée (Le Chef des odeurs suaves, 1894 ; Autels privilégiés, 1898 ; Les Délices de Caphamaüm, 1921 ; Les Pas effacés, mémoires posthumes, 1923) » (Dictionnaire universel des littératures, p. 2427).

7 Marcel Plaisant (1887-1958) est l’auteur du Traité de droit conventionnel international concernant la propriété industrielle (Paris, Sirey, 1949, 422 p.) et, à titre posthume, de Études sur la propriété industrielle, littéraire, artistique. Mélanges Marcel Plaisant (Paris, Sirey, 1960, 304 p.). Voir aussi François Boury, De quoi vivait George Sand, présenté par Marcel Plaisant, Paris, Deux Rives, 1952, 131 p.

8 Dora Malegari (1849-1924) est l’auteur d’Une Amie de Liszt : la princesse de Sayn Wittgenstein, publié en français dans la Revue des deux mondes, 1930, p. 155-197. Parmi ses ouvrages : Città forte, Florence, G. Barbèra, « Le tre capitali », 1900, 498 p. ; Il sonno delle anime, Trêves, 1903, 285 p. ; La Giovine Italia e la giovine Europa dal carteggio inedito di Giuseppe Mazini a Luigi Amadeo Malegari, Milan, Fratelli Treves, 1906, 345 p. ; Artefici di Pene e artefici di Gioie, Milan, Treves, 1908, 285 p.

9 Henri Clouard est l’auteur de La « Cocarde » de Barrès (1910), La Poésie française moderne des romantiques à nos jours (1924), La Destinée tragique de Gérard de Nerval (1929), Bilan de Barrés (1943) et Alexandre Dumas (1955). Claude Gauvreau fait sans doute allusion à l’ouvrage de Henri Clouard intitulé Histoire de la littérature française du symbolisme à nos jours paru en 1947 chez Albin Michel et qui connut par la suite de nombreuses rééditions.

10 Henri Parisot a édité et traduit plusieurs des écrivains préférés de Claude Gauvreau : Herman Melville, L’Homme paratonnerre, traduit par Henri Parisot, Paris, GLM, [v. 1939], 28 p. ; Victor Hugo, La Bouche d’ombre, poèmes choisis par Henri Parisot, préface de Léon-Paul Fargue, Paris, Gallimard, 1943, 219 p. ; Charles Cros, Poèmes et proses, textes choisis et présentés par Henri Parisot, Pans, Gallimard, 1944, 344 p. ; Jean Cocteau, une étude par Roger Lannes, un choix de poèmes et une bibliographie établis par Henri Parisot, des manuscrits, des dessins, des portraits, Paris, P. Seghers, « Poètes d’aujourd’hui », 1945, 299 ; édition refondue et complétée, Paris, P. Seghers, [1952], 266 p. ; Artaud, Lettres de Rodez à Monsieur Henri Parisot, Paris, GLM, 1946, 55 p. ; Francis Picabia, Choix de poèmes, choix par Henri Parisot, Paris, GLM, 1947, 86 p. ; Samuel Taylor Coleridge, Le Dit du vieux marin, suivi de Christabel et de Koubla Khan, traduit par Henri Parisot, Paris, José Corti, [1947], 92 p. ; Guillaume Apollinaire, une étude par André Billy et une bibliographie établie par Henri Parisot, manuscrits, dessins, portraits, Paris, P. Seghers, « Poètes d’aujourd’hui », 1965, 222 p. ; Henri Parisot, Les Poètes hallucinés. Anthologie de la poésie fantastique, textes réunis et présentés par Henri Parisot, traductions de Henri Parisot, Pierre Jean Jouve et Paul Cazin, Paris, Flammarion, « L’Âge d’or », 1966, 267 p. ; Gaston Bonheur, Chemin privé ; œuvres poétiques (1930-1970), recueillies par Henri Parisot, Paris, Flammarion, [1970], 156 p. Sur Henri Parisot, voir aussi supra, p. 394, n. 56.

11 Voir supra, p. 411, n. 2.

12 « Gaëtan Gatian de Clérambault [1872-1934], que Lacan désigna en 1966 comme son "seul maître en psychiatrie", fut le clinicien français le plus brillant des années 1920-1930. [...] Misogyne convaincu, conservateur, hostile au freudisme et au surréalisme, il demeura, comme médecin-chef de l'infirmerie spéciale des aliénés de la préfecture de police de Paris, le gardien de ce qu'on appelait alors le constitutionnalisme. A ses yeux en effet, la maladie mentale relevait d'une Organogenese : elle était de nature constitutive, c'est-à-dire à substrat héréditaire. Clérambault fut néanmoins pour la génération française des psychiatres de l'entre-deux-guerres, adepte des conceptions de Sigmund Freud et d'Eugen Bleuler, un clinicien moderne. Il rédigea des certificats d'internement célèbres pour leur formalisme et inventa le syndrome d'automatisme mental pour désigner les troubles d'origine organique frappant le sujet et entraînant chez lui la conviction délirante d'une perte de la volonté et d'une aliénation à une force extérieure agissant à sa place tel un automatisme. S'appuyant sur ce syndrome, il distingua les psychoses hallucinatoires des délires passionnels et rangea parmi ceux-ci cette folie de l'amour chaste nommée érotomanie, dont la source réside dans l'orgueil sexuel. [...] En 1934, atteint d'un glaucome qui le menaçait de cécité, Clérambault se donna la mort » (É. Roudinesco et M. Plon, op. cit., p. 375-376).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search