Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

33. Vendredi, 11 avril 19581

Texte intégral

  • 1 Autographe, fonds privé.

1Cher Borduas,

  • 2 Lors de la représentation de la pièce Les Embardées d’André-Pierre Boucher, le 5 février 1958 : «  (...)

2J’ai été arrêté au Festival dramatique pour avoir manifesté en faveur de la liberté d’expression (au Festival dramatique du Théâtre Orpheum de Montréal) et pour avoir refusé d’être classifié comme un inférieur dans un endroit public2.

  • 3 Texte de base : « sévisses médiévales ».
  • 4 « Un groupe de médecins discutaient un jour du pour et du contre des traitements à l’électrochoc. (...)

3Ici, quelques sévices médiévaux3 ont encore eu lieu et tout est tranquille pour le moment. Même si on me profère encore (gratuitement) des menaces d’électro-chocs4. Je suis, bien entendu, détenu en la forteresse de St-Jean-de-Dieu.

  • 5 Le Rose Enfer des animaux (voir supra, p. 410, n. 2).

4De ce temps-ci, je dresse quelques notes afin de contribuer à terminer le téléthéâtre5 que j’étais sur le point de finir au moment de mon arrestation. (J’ai plaidé « non coupable » à mon procès.)

  • 6 Texte de base : « intra murros ».

5Je profite de ma présence intra-muros6 pour dissiper un malentendu qui s’était glissé entre nous précédemment.

  • 7 Voir supra, p. 387, n. 14.
  • 8 La salle St-Léon était située dans un édifice inauguré en octobre 1928 et connu sous le nom de San (...)

6Lors de ma première détention, je vous griffonnai quelques mots désespérés de la salle St-Gabriel7. (Je suis en ce moment en la salle St-Léon8 où le climat est moins malsain qu’en la salle St-Gabriel.) Je tiens à m’expliquer nettement au sujet de ces quelques notes passées. Quelques-unes de mes appréhensions d’autrefois ont été situées pour moi psychologiquement. Dans ces notes, il était question d’une « chapelle » — et voici le point sur lequel je tiens à faire porter toute la lumière. Cette rectification est devenue nécessaire — à mon grand étonnement.

7Depuis 13 années de ma vie, je n’ai pas régressé une seconde vers le catholicisme romain. Ma présence passée en cette chapelle s’expliquait parfaitement et s’est toujours expliquée par la brutalité des gardiens (dont Turcotte notamment) et ensuite par un besoin pleinement laïque de changer d’air de temps en temps.

8Ceci dit, pour toute période subséquente à la constatation que Muriel Guilbault n’y était pas. Pourquoi vous expliqué-je toutes ces choses ? Parce que votre comportement ambigu chez Guy Viau (vous vous souvenez ?) et quelques mots de Viau lui-même me forcent à y revenir.

  • 9 Claude Gauvreau fait allusion à sa collaboration à la revue Arts et pensée (juillet-août 1954, p. (...)

9Vous m’aviez alors dit ne pas avoir reçu mon billet. Pourquoi ? Était-ce pour laisser sous-entendre à quelqu’un ne l’ayant pas lu (à quelque Corbeil peut-être) qu’il s’y trouvait quelque chose de honteux ? Viau me dit, peu de temps après, que vous aviez parfaitement reçu le billet. Je crus plutôt Viau, et votre mensonge diplomatique me mit dans le malaise. D’autant plus que ce mensonge faisait suite aux couillonnades (Maurault inclus) de Arts et pensée9.

  • 10 « Pourquoi la “rectification” inutile de la première, mon cher Claude ? Jamais je n’ai douté de la (...)

10Pourquoi n’en parlé-je pas plus clairement à ce moment-là ? Peut-être était-ce (naïvement) pour ne pas être soupçonné alors de me disculper lâchement10.

  • 11 « Les malheurs qui vous frappent me touchent infiniment. Je déplore de tout cœur l’impuissance à l (...)
  • 12 « Plaquette d’André Breton, éditions GLM, mars 1938 ; 315 exemplaires formant un “titré spécial” d (...)

11Le sens exact de mon billet d’autrefois était le suivant : SOS. La présence à la chapelle était l’avertissement que la pression unilatérale devenait écoeuramment étouffante. J’espérais qu’on pût tenter en ma faveur quelque chose11 ayant l’envergure et la force morale de ce que Breton tenta en faveur de Freud sous la menace nazie (cf. Trajectoires du rêve12).

12Je m’adressai à un homme d’action, par le moyen d’un code perceptible par la finesse psychologique.

13En ce moment, je sais que je ne resterai pas ici éternellement.

14Amicalement

15Claude Gauvreau Section Saint-Léon

16Sanatorium Bourget ou 75 ouest rue

  • 13 L’hôpital psychiatrique Saint-Jean-de-Dieu n’est pas situé dans ce comté.

17Comté de Laval13 Sherbrooke

18P.Q. app. 5

19Canada. Montréal.

  • 14 Il s’agit de son troisième internement à Saint-Jean-de-Dieu. Le registre de l’hôpital indique qu’i (...)

20Ce n’est pas sans contrainte que j’ai écrit cette lettre, étant donné l’omniprésence de la censure postale ici. Je suis au sanatorium depuis le 26 mars 195814.

Notes

1 Autographe, fonds privé.

2 Lors de la représentation de la pièce Les Embardées d’André-Pierre Boucher, le 5 février 1958 : « J’ai rappelé à l’ordre de mon siège (H9) Albert Millaire au moment où il a proféré de la scène, dans ma direction, quelqu’un de ces jappements mentalo-hors-texte qui risquait, comme tout autre échappement du texte de l’auteur, de foutre le spectacle à l’eau. L’image visuelle de son visage, à ce moment-là, était très expressive — et cette expression mérite d’être utilisée à l’avenir : elle est apte à fournir de l’envergure à plus d’un texte moche. En Maxime Courteau, Albert Millaire a donné, presque tout le temps, cette image du poète défaitiste que le dialogue suscite. Il est évident, dans mon esprit, que Boucher ne méprise pas les poètes : Boucher est encore à un état de sublimation du romantisme » (lettre de Claude Gauvreau à Janou Saint-Denis, 6 février 1958, dans J. Saint-Denis, op. cit., p. 95). Janou Saint-Denis a décrit les circonstances qui ont entouré l’arrestation de Claude Gauvreau : « Le vendredi soir de cette même semaine en concurrence avec nous et les autres groupes une troupe de Sherbrooke présente La Cuisine des anges qui s’avère dès le début médiocre / les comédiens sont insipides / le tout presque insupportable / pourtant le public est neutre / chaque soir depuis le début du festival / où sa place est réservée pour toutes les représentations / Claude Gauvreau est présent / il ignore que monsieur West / a demandé son expulsion du théâtre Orphéum / sis rue Sainte-Catherine / s’il “osait encore bouger ou se manifester” / / au milieu du premier acte / alors que l’ennui règne ostensiblement / Claude se lève et dit une seule courte phrase / “vous êtes franchement mauvais”/ sa voix est calme et mesurée / puis il se rassied jusqu’à la fin de l’acte / qui n’a d’ailleurs pas été interrompu / par les interprètes / personne ne réagit ni sur scène ni dans la salle / c’est vraiment “plate” / enfin l’entracte lumières dans la salle / je me lève pour aller fumer dans le hall / mais je n’allumerai pas cette cigarette / des policiers entrent à toute allure / ils foncent comme sur un ordre d’urgence / vers la rangée où Claude est toujours assis / (il ne sortait jamais aux entractes) / ils lui signifient de sortir immédiatement / sous les regards amusés ou indifférents / de quelques spectateurs non fumeurs / ravis de la diversion... enfin / Claude proteste doucement /voyant leur insistance il demande / une explication tellement il est abasourdi / par la présence des agents de police [...] quelques dignitaires de ce théâtre parlementent / et donnent le OK à la police pour / l’évacuation par la force / sans hésiter ils “empoignent” notre ami / tout à fait non violent / et le traînent dans l’allée jusqu’à la sortie » (ibid., p. 98-99). Sur l’arrestation de Claude Gauvreau, voir supra, p. 401, n. 93, et Écrits II, p. 986, n. 95.

3 Texte de base : « sévisses médiévales ».

4 « Un groupe de médecins discutaient un jour du pour et du contre des traitements à l’électrochoc. Ils étaient plusieurs à s’enflammer autour de la table. Le docteur Lahaise se penche alors vers (Fernand) Séguin et lui demande : “Est-ce que nous sommes tombés dans une querelle d’électriciens ?” » (R. Lahaise, op. cit., p. 412).

5 Le Rose Enfer des animaux (voir supra, p. 410, n. 2).

6 Texte de base : « intra murros ».

7 Voir supra, p. 387, n. 14.

8 La salle St-Léon était située dans un édifice inauguré en octobre 1928 et connu sous le nom de Sanatorium Bourget : « On y retrouve la procure, toute l’administration, le secrétariat, les locaux du personnel médical, avec ses salles à dîner et de repos, les bureaux des aumôniers, la bibliothèque et la centrale téléphonique, adjointe au bureau de poste central [...] Une salle d’hydrothérapie et un service de radiologie s’ajoutent à ce que sera la pharmacie et, pour que tout soit complet, jouxtent les aménagements chirurgicaux, les officines du dentiste et du laboratoire clinique, ainsi que les vestiaires et, en fin de ligne, le salon funéraire » (B. Courteau, op. cit., p. 92-93).

9 Claude Gauvreau fait allusion à sa collaboration à la revue Arts et pensée (juillet-août 1954, p. 173), où il signe un article intitulé « Leduc, un indépendant » (Écrits sur l’art, p. 291-292). Le 3 août 1954, Gilles Corbeil écrit à Borduas : « Mon numéro s’annonce magnifiquement bien. À part un article d’une ineffable platitude de son Excellence Mgr Olivier Maurault, tout ce que j’ai reçu à date sur Leduc est excellent » (Ecrits II, p. 624, n. 175). Contrairement à Borduas, Gauvreau n’avait pas été informé de la collaboration de Mgr Olivier Maurault.

10 « Pourquoi la “rectification” inutile de la première, mon cher Claude ? Jamais je n’ai douté de la fermeté de votre attitude envers le catholicisme. Il est aussi bizarre que vous m’accusiez d’un mensonge diplomatique ! Je n’ai rien reçu de vous durant votre premier internement à Saint-Jean-de-Dieu. C’est Pierre qui m’a appris ce fait douloureux. N’est-ce pas franc et simple ? Qu’est-ce que Guy Viau pouvait savoir de cela ?... Cependant je n’ignorais rien de votre “chapelle”, ayant reçu ici — à Paris longtemps après mes visites à Montréal — la longue relation de vos séjours à l’hôpital où vous m’en parliez en termes les plus clairs. J’ai accusé réception de cette lettre dans le temps, comme je n’ai jamais manqué de vous répondre » (Ecrits II, p. 986-988).

11 « Les malheurs qui vous frappent me touchent infiniment. Je déplore de tout cœur l’impuissance à les éviter, ou à les atténuer, et cela vous devriez le savoir. L’on m’a toujours généreusement prêté des pouvoirs qui n’étaient que souhaités pour mes amis » (ibid., p. 988).

12 « Plaquette d’André Breton, éditions GLM, mars 1938 ; 315 exemplaires formant un “titré spécial” du numéro 7 des Cahiers GLM [...] Dans une note de dernière heure, Breton s’élève contre la menace d’arrestation de Freud par les nazis » (A. Biro et R. Passeron, op. cit., p. 411).

13 L’hôpital psychiatrique Saint-Jean-de-Dieu n’est pas situé dans ce comté.

14 Il s’agit de son troisième internement à Saint-Jean-de-Dieu. Le registre de l’hôpital indique qu’il y fut effectivement admis le 26 mars 1958. Il quittera l’hôpital le 12 décembre 1959.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search