Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

31. Mardi 19 novembre 19571

Texte intégral

  • 1 Autographe, fonds privé.

1Cher Borduas,

  • 2 « J’adore rouler rapidement sur les routes d’Europe. J’arrive d’un long voyage au Portugal et en E (...)

2J’ai reçu votre lettre qui indique du joyeux plaisir2.

3De mon côté, les choses s’éclaircissent à nouveau.

  • 3 La Muse parmi les hommes fut présenté à la radio de Radio-Canada, dans le cadre de la série « Nouv (...)
  • 4 Françoise Faucher (1929, Montmorency, France) arrive à Montréal en 1951 pour amorcer une longue ca (...)
  • 5 Jean-Paul Dugas, comédien. Il interprète le rôle de Valère dans Le Tartuffe présenté au Théâtre du (...)
  • 6 Robert Gadouas (1927 - 1969) débute comme designer au Théâtre du Nouveau Monde, dont il est un des (...)
  • 7 Jacques Galipeau (Montréal, 1923) a joué à la scène et dans plus de trente séries télévisées, dont (...)
  • 8 Gisèle Schmidt, comédienne, est membre de l’Équipe (1943), du Théâtre du Nouveau Monde (1954) et d (...)
  • 9 Marthe Mercure, diplômée du Conservatoire de Versailles en chant, a une formation en interprétatio (...)

4« Nouveautés Dramatiques », à CBF, m’a joué un de mes vieux textes encore inédits : « La muse parmi les hommes3 ». La réalisation a été à point : les comédiens ont été surprenants, émerveillants, cette fois. Voici les interprètes : Françoise Faucher4, Jean-Paul Dugas5, Robert Gadouas6, Jacques Galipeau7, Gisèle Schmidt8, Rita Émond9.

  • 10 « Je reçois vos papiers qui indiquent St.-Hilaire. Vous y êtes toujours fidèle ? Je vous revois pê (...)

5Ce soir, Marthe Mercure10 doit lire de mes poèmes aux Beaux-Arts.

6J’ai passé cinq mois à St-Hilaire. J’ai beaucoup écrit. Du bon, je pense.

  • 11 Paul Gladu (Montréal, 1914) entreprend sa formation artistique avec Adrien Hébert au Monument Nati (...)

7Je me suis promené sur le Richelieu en un étrange appareil, mais j’ai très peu pêché l’été dernier11.

  • 12 Allusion à une lettre du 8 octobre 1957 de Claude Gauvreau à Paul Gladu, qui avait publié le 6 oct (...)
  • 13 « Si ! J’ai beaucoup travaillé. Où j’en suis ? En plein vertige ! » (Écrits II, p. 955).

8Que pensez-vous de Gladu12, de mon texte à Gladu13 ? Quels sont vos sentiments là-dessus ?

  • 14 « Influencé à large distance par Artaud, ce bref recueil de poèmes est d’une intensité d’expressio (...)

9Et votre peinture ? J’ai lu que vous peignez énormément. Où en êtes-vous14 ?

  • 15 « Le recueil [Osmonde, Montréal, Erta, 1957, 55 p.] est tiré à 550 exemplaires dont cinq comporten (...)

10Moi, j’ai posté 134 exemplaires de l’édition de Brochuges15.

11Ici, il commence à y avoir de la critique de la poésie qui m’intéresse.

  • 16 Voir Claude Gauvreau, « Un poète d’envergure : Martino », La Réforme, 29 novembre 1957, p. 4.
  • 17 « L’imagination règne : ce sont sept textes radiophoniques écrits en prose lyrique. Certains d’ent (...)

12Mon ami Martino a publié son bouquin Osmonde16 (ex-Opopanax). J’ai écrit là-dessus un texte que j’ai envoyé à Guy Gagnon à La Réforme17 (va-t-il être publié ?).

  • 18 L’Étoile pourpre, recueil regroupant vingt-quatre poèmes d’Alain Grandbois paraît en 1957 à L’Hexa (...)

13J’ai proposé à Jean-Marie Dugas, directeur de CBF, une série de treize demi-heures (entièrement écrites) : L’imagination règne18. Il m’a répondu que ça l’intéresse mais que ce sera « pour plus tard ». Il m’emmerde, avec ses délais ! Et voilà !

14À bientôt, cher Borduas.

15Claude

  • 19 Allusion à 10.46 ou Climat mexicain, huile sur toile, 1946. « Borduas avait conservé dans ses papi (...)

16Grandbois va publier en décembre un nouveau livre (poésie19).

  • 20 Fernand Leduc, Les Cévennes, gouache sur papier, 1952, collection Pierre Gauvreau. Le tableau port (...)
  • 21 Apostille à la lettre du 19 novembre 1957.

17Vos deux tableaux (le brun, le vert20) sont accrochés dans ma chambre maintenant. Sept de mes dessins montent la garde autour d’eux, avec un Leduc21 (Fernand). Ou serait-ce que nous montons la garde tous deux autour de Fernand ?

18Ça continue.

19Claude

  • 22 Voir supra, p. 408, n. 9.

20P. S. Mes poèmes ont été abominablement mal lus par Marthe Mercure22.

Notes

1 Autographe, fonds privé.

2 « J’adore rouler rapidement sur les routes d’Europe. J’arrive d’un long voyage au Portugal et en Espagne. Goya, l’Alhambra, Cadix, la Sierra Nevada, toute la gamme des ânes si gentils et si malmenés, la longue caresse du soleil dans des paysages gris, roses et bleus, les troupeaux de chèvres sur lesquels on tombe à l’improviste, les torrents desséchés, le bruit de la Mer, voilà surtout ce que je garde de ce beau voyage » (Paul-Emile Borduas à Claude Gauvreau, lettre du 12 novembre 1957, Écrits II, p. 945).

3 La Muse parmi les hommes fut présenté à la radio de Radio-Canada, dans le cadre de la série « Nouveautés dramatiques », le 17 novembre 1957 (voir J. Marchand, op. cit., p. 395).

4 Françoise Faucher (1929, Montmorency, France) arrive à Montréal en 1951 pour amorcer une longue carrière à la scène où elle tiendra plus de cent cinquante rôles. En 1955-1956, elle anime avec Guy Viau l’émission Logis 56 à la télévision de Radio-Canada et, en avril 1956, joue dans L’Échange de Claudel au TNM, dans une mise en scène de Jean Gascon. En 1957-1958, elle joue dans la série Radisson, réalisée par Pierre Gauvreau. Elle sera par la suite de l’émission Femme d’aujourd’hui (1966-1979), puis professeure au Conservatoire d’art dramatique de Montréal et au Cégep Lionel-Groulx. Depuis 1988, elle a signé plusieurs mises en scène, dont Le Dialogue des carmélites et Andromaque au Théâtre du Trident de Québec.

5 Jean-Paul Dugas, comédien. Il interprète le rôle de Valère dans Le Tartuffe présenté au Théâtre du Nouveau Monde, à compter du 16 janvier 1953. Voir Jean-Guy Sabourin, Les Vingt-Cinq Ans du TNM. Son histoire parles textes, p. 32.

6 Robert Gadouas (1927 - 1969) débute comme designer au Théâtre du Nouveau Monde, dont il est un des cofondateurs avec Jean Gascon, Jean-Louis Roux, Georges Groulx et Éloi de Grandmont. Il y joue notamment dans Caligula, Une nuit d’amour, La Légende aux étoiles et La Paix du dimanche. Il assure la narration de nombreux films, dont Paul-Èmile Borduas, réalisé par Jacques Godbout en 1962 à l’ONF.

7 Jacques Galipeau (Montréal, 1923) a joué à la scène et dans plus de trente séries télévisées, dont Le Survenant (1954), Marie-Didace (1958), Ti-Jean Caribou (1963), D’Iberville (1967), La Petite Patrie (1974), Duplessis (1978), L’Héritage (1987) et Marilyn (1991).

8 Gisèle Schmidt, comédienne, est membre de l’Équipe (1943), du Théâtre du Nouveau Monde (1954) et du Théâtre Club (1958). Elle est l’interprète, au cours de sa longue carrière, de Marcel Dubé (Florence), de Michel Tremblay (Albertine en cinq temps, Marcel poursuivi par les chiens) et de Gaétan Charlebois (Aléola). Elle joue au Rideau-Vert dans Antigone (1952), La Petite Hutte (1956), Madame Filoména (1980), La Mouette (1981) et Noces de sang (1984) et, au Théâtre du Nouveau Monde, dans Les Hussards (1954-1955), Les Taupes (1959) et Le Bourgeois gentilhomme (1967). Voir Creative Canada, vol. 1, p. 272.

9 Marthe Mercure, diplômée du Conservatoire de Versailles en chant, a une formation en interprétation théâtrale et en danse moderne. Elle débute en 1952 comme interprète à la scène et à la radio, puis par la suite à la télévision. Elle dirige depuis 1974 l’Atelier Studio Kaléidoscope et enseigne l’art dramatique à l’Université du Québec à Montréal. Elle est l’auteure de Triptyque (1978), Médée (1979) et Tu faisais comme un appel (1991).

10 « Je reçois vos papiers qui indiquent St.-Hilaire. Vous y êtes toujours fidèle ? Je vous revois pêchant dans un étrange appareil ou plongeant du radeau. C’était hier ! » (Paul-Émile Borduas à Claude Gauvreau, lettre du 12 novembre 1957, Écrits II, p. 944-945).

11 Paul Gladu (Montréal, 1914) entreprend sa formation artistique avec Adrien Hébert au Monument National. Il étudie aussi l’histoire de l’art avec Edmond Dyonnet à l’Art Association of Montreal et avec J.-B. Lagacé et R. H. Hubbard au Musée des beaux-arts du Canada. Il devient critique d’art à Notre Temps (1950-1961) et au Petit Journal (1953-1967) tout en collaborant occasionnellement à d’autres journaux. Paul Gladu a publié Trois Poèmes (1952), J.-M. Blier (1979), Jean-Jacques Besner (1971) et Henri Julien (1970).Voir Écrits sur l’art, p. 304-310.

12 Allusion à une lettre du 8 octobre 1957 de Claude Gauvreau à Paul Gladu, qui avait publié le 6 octobre 1957, dans Le Petit Journal, un article intitulé « Paul-Émile Borduas a brûlé ce qu’il adorait » : « Cher Monsieur, je viens de jeter les yeux sur votre article du 6 octobre 1957. [...] Je ne vous ferai pas l’injure de croire que le titre grotesque en soit de vous. Mais je constate que vous n’avez quand même pas changé : vous conservez le besoin de déprécier, coûte que coûte, de biais ou de front, les artistes transcendants [...] » (supra, p. 251). Borduas répondra à Gauvreau le 24 décembre 1957 : « Oui ! Gladu et votre réponse ?... Il faudrait être sur place. De loin ça n’a pas beaucoup de sens. Gladu n’a jamais eu d’idées : il exprime des sentiments primaires. C’est rien moins qu’une attitude critique. Le chicaner à mon avis n’en vaut pas la peine. Pourtant il y avait de bonnes idées — des idées fondamentales — dans votre réponse. Mais il faudrait dépasser tout ça » (Écrits II, p. 954).

13 « Si ! J’ai beaucoup travaillé. Où j’en suis ? En plein vertige ! » (Écrits II, p. 955).

14 « Influencé à large distance par Artaud, ce bref recueil de poèmes est d’une intensité d’expression saisissante. Des fragments contenus dans l’anthologie de Bosquet l’ont rendu célèbre dans le monde » (Claude Gauvreau à Michel Lortie, lettre du 27janvier 1969, supra, p. 270). « Les vingt-sept poèmes non titrés de Brochuges ont un niveau d’abstraction et de rage beaucoup moins développé que celui du premier recueil [Étal mixte]. Le poète ne pratique plus une dénonciation systématique mais se livre à un travail sur la matière verbale qui évacue le recours à un langage essentiellement exploréen ; la majorité des poèmes rétablissent une communicabilité fondée sur le recours à des symboles précis. Parmi ceux-ci, l’œil revient dans dix-sept expressions, plusieurs fois dans un même poème, ce qui accentue les pouvoirs du poète. [...] Comme le souligne André-G. Bourassa : “Le poète épingle ou encore embroche par ses brochuges d’ange exterminateur les ennemis de la lumière, de la liberté, de la vie.” [...] Ainsi, reprenant le projet nietzschéen de tuer Dieu afin de faire naître un surhomme, Gauvreau détruit le monde (et la langue chargée de le représenter) dans le but de créer à sa façon, par sa langue exploréenne, de nouveaux rapports dans le système des objets et de rendre plus manifestes les formes sublimées du désir » (Roger Chamberland, « Étal mixte et Brochuges, recueils de poésie de Claude Gauvreau », DOLQ III, p. 343).

15 « Le recueil [Osmonde, Montréal, Erta, 1957, 55 p.] est tiré à 550 exemplaires dont cinq comportent un dessin original de Léon Bellefleur et dix autres, une eau-forte originale. Il comprend vingt-trois poèmes dont le plus long occupe le plein centre du recueil. Osmonde reprend les thèmes particuliers des grandes œuvres de l’automatisme en poésie, tels Les Entrailles de Claude Gauvreau et Le Vierge incendié de Paul-Marie Lapointe, soit : la fuite de la réalité et l’évasion dans le monde du rêve, non pas d’une façon générale (ce qui serait vrai de toute la poésie universelle), mais à la manière propre aux automatistes. [...] En 1957, lors de sa parution, ce recueil est à peu près passé inaperçu, si ce n’est Claude Gauvreau qui, faisant flèche de tout bois, tentait tout pour attiser le mouvement automatiste qui s’éteignait lentement » (Jean Fisette, « Osmonde », DOLQ III, p. 719).

16 Voir Claude Gauvreau, « Un poète d’envergure : Martino », La Réforme, 29 novembre 1957, p. 4.

17 « L’imagination règne : ce sont sept textes radiophoniques écrits en prose lyrique. Certains d’entre eux vont très loin dans l’exploration de l’irrationnel. Les titres sont : “Affaire de taille”, “Le crâne sous le globe”, “La tête bleue”, “Horogène Lavoie et la dent brisée”, “La ventouse anonyme”, “Vagdelte et l’imbécile”, “L’anarchie du tableau”. Il est possible que “La tête bleue” soit finalement éliminée puisque ce texte me semble parfois écrit dans une prose trop banale. Quant à “Affaire de taille”, il sera joué le 5 février prochain à CBF et subséquemment à l’ORTF » (Claude Gauvreau à Michel Lortie, lettre du 27 janvier 1969, supra, p. 271). Dans les Œuvres créatrices complètes, on retrouve Affaire détaille (p. 1053-1070), Le Crâne sous le globe (p. 1071-1088), La Tête bleue (p. 1089-1104), Horogène Lavoie et la dent brisée (p. 1105-1120) et La Ventouse anonyme (p. 1121-1136).

18 L’Étoile pourpre, recueil regroupant vingt-quatre poèmes d’Alain Grandbois paraît en 1957 à L’Hexagone. Voir Alain Grandbois, Poésie I, édition critique par Marielle Saint-Amour et Jo-Ann Stanton, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, « Bibliothèque du Nouveau Monde », 1990, p. 221-265.

19 Allusion à 10.46 ou Climat mexicain, huile sur toile, 1946. « Borduas avait conservé dans ses papiers une photographie au verso de laquelle il avait noté « Abstraction (5) huile 1946 appartient à M. Claude Gauvreau, 75 ouest rue Sherbrooke” » (François-Marc Gagnon, Paul-Emile Borduas, p. 212).

20 Fernand Leduc, Les Cévennes, gouache sur papier, 1952, collection Pierre Gauvreau. Le tableau porte à l’endos l’inscription suivante : « A Claude amicalement Fernand et l’affection et les vœux de Thérèse ».

21 Apostille à la lettre du 19 novembre 1957.

22 Voir supra, p. 408, n. 9.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search