Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

30. Saint-Hilaire, 20 septembre 19561

Texte intégral

  • 1 Autographe, fonds privé.

1Cher Borduas,

  • 2 Maurice Boyé, La Petite Histoire des grands artistes. La mêlée romantique, Paris, Julliard, 1946, (...)
  • 3 Allusion au chapitre intitulé « Le bal d’Alexandre Dumas » (op. cit., p. 192-204), qui représente (...)
  • 4 Paul Huet (1803 - 1869), peintre et graveur français. Parlant de l’île Séguin, Maurice Boyé écrit  (...)
  • 5 Alexandre-Gabriel Decamps (1803 - 1860). Boyé décrit la neurasthénie d’Alexandre Gabriel Decamps, (...)
  • 6 « J’ignore tout des deux peintres français de votre lettre. Il faudrait faire des recherches hors (...)

2Je viens de lire L’Épopée romantique de Maurice Pierre Boyé2. J’y ai trouvé plusieurs récits instructifs ou touchants ou stimulateurs. Un bal masqué3 organisé par Alexandre Dumas donne à rêver... Vous qui êtes en France, pourriez-vous me dire quelques mots de deux peintres romantiques que je ne connais pas : Paul Huet4 et Alexandre-Gabriel Decamps5. Comment les voyez-vous de notre poste à nous6 ?

3Je profite de cette lettre pour vous faire connaître quelques épisodes dramatiques de ma vie.

  • 7 Roger R. Lemieux, médecin psychiatre et psychanalyste. Il entre à vingt ans à l’Université de Mont (...)
  • 8 Le dossier médical de Claude Gauvreau à Saint-Jean-de-Dieu indique que le second internement survi (...)
  • 9 Allusion à la distance de Pierre Gauvreau à l’endroit de l’automatisme après 1950. Voir Ray Ellenw (...)
  • 10 Voir Écrits I, p. 349, n. 96.

4Il y a eu ma rupture avec l’impitoyable psychiatre7 qui m’avait pesé sur l’estomac pendant près d’un an et demi. Il y a eu ma révolte mousquetaires que contre un préjugé horripilant. Il y a eu l’agression (vaguement tantouzarde) de mon frère Pierre contre moi. Il y a eu ma brève épopée de cowboy conquérant célébrant sa libération (manière d’enterrement de vie de garçon). Il y a eu ma deuxième arrestation et mon internement8 — événements provoqués vraisemblablement par le renégat Pierre Gauvreau9 et la catholicarde Magdeleine Arbour10 et le dit psychiatre (Roger R. Lemieux).

  • 11 « Après une sorte de “révélation” grandiose où me fut expliqué que le monde avait été créé par fis (...)
  • 12 Paul-Émile Léger (1904 - 1991). Ordonné prêtre en 1929, il enseigne au Séminaire d’Issy-les-Moulin (...)
  • 13 « Les miracles se multiplient : texte radiophonique écrit à l’hôpital Saint-Jean-de-Dieu vers 1955 (...)
  • 14 Saint-Gabriel était la seule salle à l’époque disposant du matériel nécessaire au traitement des m (...)
  • 15 « Le Quart d’heure de Saint-Léon, à l’instigation et sous l’égide de Monsieur Yvon Gauvin, travail (...)
  • 16 « L’Assomption de l’Europe (poème) : Robert Tellier / savant émérite / se dit Hongrois / se dit Ju (...)
  • 17 Atteint de « délire mélancolique, stupeur, hallucinations de l’ouïe, [et esquissant] des génuflexi (...)

5À l’époque de mon premier internement, j’étais certes fort délirant. Mon séjour à Bordeaux11 avait été infernal, et mon transfert à St-Jean-de-Dieu ne me sembla relativement acceptable qu’à cause d’un motif illusoire : je croyais venir y délivrer Muriel prisonnière. J’avais fini par imaginer que Muriel n’était pas réellement morte — la cérémonie funéraire de la Côte-des-Neiges n’avait été qu’une mise en scène, une de ces monumentales hypocrisies macabres dont les sociétés cléricales sont friandes. En fait, Muriel avait été internée à St-Jean-de-Dieu en dehors de ma connaissance — et cette hypothèse concordait avec des menaces prononcées contre Muriel vivante. À la fois on s’était méfié de ma violence et de ma droiture et on s’était servi de moi comme sujet d’expérience candide — ma souffrance devait permettre d’établir hors de tout doute mon attachement envers elle et pouvait ainsi l’aider à retrouver confiance en elle-même. À la salle St-Léon mon attitude était un mélange d’euphorie consciente et de désespoir inconscient. L’euphorie s’en alla quand le gardien Grenier me jeta brutalement sur le plancher alors que j’étais bourré de calmants et qu’on m’avait enfoncé dans le dos des piqûres amollissantes : je ne pouvais pas refouler le fou rire que m’imposaient les ensembles plastiques du chapelet déterminés par un haut-parleur tout comble du débit du moulin à prières Léger12. À la salle St-Léon j’avais commencé la rédaction d’un texte radiophonique — Les miracles se multiplient13 — mais je n’eus jamais le temps de le terminer. Avant de déménager à la salle St-Gabriel14, cependant, je fus réveillé en pleine nuit alors qu’une femme aux cheveux noirs et à l’expression dure ressemblant à celle de Mr Hyde m’étranglait de ses deux mains (elle se nomme Garde Bourbonnais, je le sais maintenant). J’eus aussi la connaissance (nocturne) des rapports lesbiens et morphinomanes d’une gardienne de nuit religieuse et d’une infirmière. En cette salle St-Léon15, j’ai écrit aussi quelques poèmes16 (un de ces poèmes à l’intention d’une infirmière, Anita Tougas dont c’était l’anniversaire de naissance) — et j’ai appris depuis qu’on en avait beaucoup ri. (Ô Germain Nouveau17, salut !)

  • 18 La Salle Saint-Gabriel était située au module pour hommes de Réadaptation B (A, pour les femmes), (...)
  • 19 Wladek (« Killer ») Kowalski (né à Windsor, Ontario) pratiqua la lutte professionnelle durant ving (...)
  • 20 « Correspondante de presse en Europe pendant plusieurs années, [Andrée Maillet Hobden (Montréal, 1 (...)
  • 21 « Institut Bourget, Section St-Gabriel, Décembre 1954, Madame Muriel Guilbault, Ma chère Muriel, j (...)

6Puis, je vécus en la salle St-Gabriel18 — le lieu le plus démoralisant du monde. Je fis bientôt connaissance avec les méthodes policières de R*** (qui avait été cinq ans patient avant de devenir gardien — il en avait gros sur le cœur !) ; parce que j’avais négligé de répondre prestement à l’un de ses ordres il me tira vivement par une manche et elle se déchira, il m’agrippa par derrière et me projeta aussitôt sur le plancher pour m’y appliquer le knee drop de Kowalski19 — c’est son genou et son poids sur mon cou à moitié disloqué que je l’entendis m’intimer : « Veux-tu m’obéir ? Veux-tu m’obéir ? » Quelques heures de cachot (par moi) firent suite à cette noble scène. N’y avait-il aucun médecin responsable dans cet hôpital ? Il y avait le docteur Roger R Lemieux — et ce fut mon plus grand malheur de tomber entre les pattes d’un tartuffe « rationaliste ». Il y avait aussi le docteur Obrienovitch, petit bout de femme européenne (amie d’Andrée Maillet Hobden20) et qui était une admiratrice de Sartre — mais R R Lemieux avait soin de maintenir sous l’abat-jour de sa prudence à lui le zèle laïcisant de l’existentialiste (à la dialectique d’ailleurs fort schématique). [À] St-Gabriel j’écrivis à Muriel (en accompagnant ma lettre d’un dessin la représentant21) ; ce n’est que lorsque je fus convaincu de sa mort réelle que le découragement m’envahit dangereusement. J’eus bien des difficultés avec une religieuse sadique et ignorante : Sœur

  • 22 C’est-à-dire la stérilisation des êtres considérés inaptes ou dégénérés, telle que préconisée par (...)
  • 23 Texte de base : « fouttait ».
  • 24 Selon Bernard Courteau, l’insulinothérapie, avec la lobotomie et les électrochocs, ont connu dans (...)
  • 25 « [...] une révolution pragmatique et technologique fut apportée par la pharmacologie avec l’inven (...)
  • 26 Texte de base : « boursouflé ».
  • 27 Beaucoup plus tard, Roger R. Lemieux reconnaîtra le caractère abusif de ces pratiques : « Est-ce u (...)

7Thérèse-Laura. Bien sûr, il y avait des copains sympathiques et plus compréhensifs : Léo Gagnon, Emmett Morin... Nous avons joué au bowling ensemble. RR Lemieux, qui a pratiqué la psychiatrie en Europe et à Boston, me dira plus tard que, dans un hôpital bien administré, un cas comme le mien pouvait se régler en trois jours. Il reste à savoir si Lemieux faisait allusion à un règlement par l’eugénisme22 ou s’il ne se foutait23 pas tout simplement de ma gueule — toujours est-il qu’il prescrivit lui-même pour moi le supplice (chinois ou médiéval, je ne sais trop) de l’insulinothérapie24. Stendhal ou Céline ne parviendraient pas à décrire adéquatement le niveau de souffrance que l’on atteint par ce procédé moderne (soit dit en passant, considéré comme désuet par les médecins progressifs des U.S.A.25). Je dus traverser, lié à mon lit par des courroies incassables, une quarantaine de comas à l’insulino-choc. Au bas mot, c’était comme si on m’arrachait avec des pinces à épiler, séparément et simultanément, tous les nerfs de la tête. Je suis devenu tout boursouflé26 — et c’est alors que j’ai connu l’abrutissement graduel, le ralentissement effarant. Bientôt, je ne pouvais penser qu’avec grande difficulté ; j’avais de la misère à marcher, je titubais ; je pouvais à peine parler, à peine respirer27.

  • 28 Texte de base : « posteriori ».
  • 29 « [...] procédé défini par Sigmund Freud entre 1892 et 1898 selon lequel, dans la cure, le patient (...)
  • 30 Claude Gauvreau avait déjà exprimé son admiration pour le célèbre médecin viennois : « Freud, ayan (...)

8Ces misères indescriptibles étaient-elles indispensables ? Roger R Lemieux n’aurait eu qu’à me laisser terminer Les Miracles se multiplient et à en faire avec moi l’analyse lucide a posteriori28. La libre association d’idées29, conseillée par Freud, aurait suffi à faire venir à la surface tous les éléments troubles de ma pensée ; car Les Miracles se multiplient contenait sans doute tous les éléments secrets de mon inconscient30.

  • 31 Louis Belzile (Rimouski, 1929) étudie à l’Ontario College of Art (1948-1952) et fait un stage en F (...)

9C’est dans cette atmosphère d’incompréhension et de brutalité que je répondis (assez énergiquement) au questionnaire sur les arts que Rodolphe de Repentigny faisait circuler dans ce temps-là. C’est une amie du peintre Belzile31, Garde Odile Hubert, qui m’avait remis le texte de Rodolphe.

10En l’hôpital, je n’eus qu’une seule aide vraiment touchante : celle d’une belle infirmière, Doris Hall. Sans doute, elle aussi est un peu sadique mais elle a le mérite d’être si blonde.

11Une seule occasion me fut donnée de m’exprimer largement. Un jeune médecin, le docteur Léo-Paul Ferron, qui était en charge d’un groupe d’étudiants en médecine, m’avait visité quelques fois ; un jour, il vint en compagnie de quelques-unes des plus belles jeunes femmes de Montréal. Pendant des heures, je pus être à mon aise, sarcastique, agressif, impudent, galant, dramatique, ému. Je caressai amoureusement l’avant-bras d’une de ces très belles jeunes femmes. Bien entendu, RR n’assistait pas à ces dialogues — car il aurait tout fait gâcher. C’est à cette réunion que je racontai que le docteur Lemieux faisait donner des électro-chocs à un trépané incurable — lequel s’était plaint à moi de son sort. Je fis la cour (sans illusion) à toutes ces femelles splendides. Ô journée mémorable ! — que j’oubliai peu de temps après, pour ne m’en souvenir de nouveau que récemment.

12Contrairement à l’usage, je fus relâché presque aussitôt après la fin de mon traitement à l’insuline. Je dois à Lemieux de ne pas avoir poireauté à l’hôpital pour des semaines inutiles. Mais il savait que le retour au monde extérieur serait pénible — j’étais alors une loque. Cependant, un épisode extraordinaire se situe ici — qui a toutes les propriétés d’une scène de rêve.

  • 32 « Alors que de multiples activités d’art et métiers et de récréation s’y dispensent en tant que th (...)
  • 33 Texte de base : « oval » (de même que les autres occurrences du même mot).
  • 34 Texte de base : « revolver ».

13J’étais à travailler en une section de St-Jean-de-Dieu que l’on appelle l’Occupation Thérapeutique32. Il y avait là Garde Hall, Garde Pépin, et un gardien assez sympathique Julien Martineau. Une très charmante jeune infirmière au faciès doux et classique, et que je n’avais jamais vue auparavant, s’était promenée dans mes parages et m’avait parlé. Puis, il se produisit une rayonnante apparition : une femme-mousquetaire. On me la présenta : « Garde Desjardins », je crois. Toute son allure était magnifiquement cavalière ; elle était d’une beauté, d’une santé, d’une vigueur inouïes. Avec elle, la colossale Tartufferie de la bâtisse tombait en cendres. Chacun de ses gestes était franc et direct ; chacune de ses syllabes était truculente. Elle portait d’incroyables gants qui lui montaient jusqu’aux coudes. Avec un sans-gêne admirable elle s’adressa au tas de chairs amorphes que j’étais devenues par l’insuline ; elle me dit : « Qu’est-ce que tu veux ? Ce sont les clés que tu veux ? Pourquoi ne me les demandes-tu pas ? » Et joignant le geste à la parole elle me lança son trousseau de clés. À ce moment R*** parut dans l’embrasure de la porte. Sa présence inspirait toujours de la crainte à mon extrême maladresse ; j’hésitai devant R***. La femme-mousquetaire me dit : « C’est lui qui te fait peur ? » — et sans attendre une seconde de plus, elle manœuvra au judo le gardien agressif et elle l’étendit de tout son long. Il restait là, par terre, sans bouger ; et je me demandai s’il n’était pas mort. La voie était ouverte devant moi : la porte était libre. L’instinct de conservation et l’instinct de préservation se mirent à rugir en moi ; les clés à la main, je me mis à courir — avec une vigueur étonnante pour mon état. J’enfilai à la course les corridors gris. Je n’eus pas besoin des clés — toutes les portes étaient ouvertes. Je poursuivis ma course à l’extérieur sur le chemin ovale33 qui fait le tour des bâtisses de l’hôpital. Toujours courant, je croisai un groupe de mes copains qui se promenaient — je lançai les clés à Léo Gagnon en lui recommandant de les remettre à « Garde Desjardins » ; et je me dirigeai vers le poste de garde qui sépare la seule entrée de la seule sortie. Il y a toujours à ce poste des policiers armés. Je risquais qu’on fît feu sur moi, mais je n’étais plus d’humeur à hésiter. Un certain inattendu m’attendait, d’ailleurs. Personne ne tenta quoi que ce soit pour m’empêcher de sortir. Cependant, de l’autre côté de la rue Hochelaga, sur cette voie peu fréquentée qu’on appelle St-Jean-de-Dieu, une auto de police était aux aguets. Deux occupants. Mon élan ne se brisa pas ; je me sauvai vers l’ouest. L’auto de police se mit en mouvement ; et vint longer le trottoir, à mon côté. C’est probablement R R Lemieux qui avait fait venir en hâte ce renfort. Je fis volte-face ; et me mis à courir vers l’est, là où le trottoir se perd dans un tournant. Je n’avais jamais été à cet endroit : je pus donc constater que le trottoir meurt avec le tournant et se termine sur l’asphalte recouverte de véhicules rapides. Il ne me restait qu’à faire volte-face ; alors, je me dirigeai en courant vers l’ouest. Un des policiers avait brandi son revolver34. Je passai à nouveau devant le poste de garde et je continuai à courir sur un trottoir moins éphémère. J’allai droit vers l’auto de police, j’ouvris une des portes de l’arrière et me laissai choir à côté d’un policier sur le siège. Il y eut quelques phrases d’explication : puis, je sortis de l’auto et rentrai en courant sur le terrain de l’hôpital. Je courais encore sur le chemin ovale, mais dans la direction inverse. Tout en courant, je vis l’auto de police qui pénétrait à son tour sur le terrain de l’hôpital et qui se dirigeait vers l’entrée principale. Moi, je parcourus en entier le chemin ovale et je rentrai dans l’hôpital par une petite porte et je me rendis jusqu’à la salle St-Gabriel. Une fois à l’intérieur de la salle, je me dirigeai avec énergie vers la chambre arrière relativement petite où l’on donne les traitements à l’insuline. Soulevé d’énergies, je m’emparai d’une chaise afin de défendre ma peau. Je retournai dans la grande chambre attenante, armé cette fois. La chambre était déserte. En zigzaguant à l’Iroquois comme si on avait pu tirer sur moi du corridor d’entrée, je me rendis jusqu’à ce corridor qui était maintenant protégé par une porte fermée. La porte finit par s’ouvrir. Et je me trouvai face à face avec le docteur Roger R Lemieux, apparemment éploré, donnant cette imitation de chien Pataud qu’il donnait toujours quand il y avait des témoins. Il me promit la libération prochaine.

  • 35 « Je restai ici cinq mois. Je choisis de recourir au silence car j’avais des amis subversifs. Je f (...)
  • 36 Selon la version des faits rapportée par Roger Lemieux, le psychiatre quitta cet établissement de (...)

14Le lendemain, j’eus une autre entrevue avec le docteur Lemieux, lequel était accompagné du docteur Obrienovitch. Il ne me le dit pas tout de suite ; mais, sur l’insistance du docteur Obrienovitch, il finit par me dire qu’il ne faisait plus partie du personnel de l’hôpital35. On l’avait renvoyé36. À ce moment j’étais sous l’impression que mon traitement était terminé ; mais Lemieux m’expliqua que, puisque c’était lui qui prescrivait le traitement, il me faudrait une autre semaine d’insulino-chocs. C’est cette dernière semaine qui me fit le plus de mal, sans aucun doute.

15Je n’ai jamais su si Lemieux avait été renvoyé à cause de moi. S’il le fut, ce qui suivra ne manque pas de sinistre.

16R R Lemieux a prétendu qu’on l’avait forcé à partir parce qu’il est un médecin progressif. Or, je ne sache pas que le docteur Roger R Lemieux ait proposé à l’hôpital la moindre réforme réaliste. Il se contentait de jouir (visiblement) de sa supériorité, de son pouvoir de domination — aux dépens de pauvres bougres sans défense.

17Toutefois, je fus relâché. J’étais dans un état lamentable.

18La période la plus affreuse de ma vie est encore celle qui se place entre mes deux internements — en dépit de quelques compensations.

  • 37 « Je restai six mois dans l’hébétude et dans la stupidité psychothérapeutique. Finalement, j’entre (...)

19Après ma semaine supplémentaire d’insuline, j’avais les méninges dans du mastic. Soumis à la suggestion d’Odile Hubert et à celle de mon frère, je me suis résigné comme un chien battu à la psychothérapie de R R Lemieux (avenue Maplewood)37.

20Comment aurais-je pu résister ? Vers qui aurais-je pu me tourner ?

21Une des premières choses que Lemieux me dit, c’est qu’il n’avait pas encore eu l’opportunité d’approfondir mon cas mais que nous allions nous y mettre sérieusement. Et les cinquante piqûres d’insuline ? Et les quarante comas ? Simple divertissement de laboratoire, probablement.

  • 38 « C’était un moment où s’organisaient, dans les hôpitaux généraux, des structures nouvelles qui fa (...)

22Qui est Lemieux ? Il est un professeur à l’Université de Montréal38 — ce qui veut dire qu’il est en bons termes avec l’Union Nationale. À l’hôpital, il s’est toujours présenté comme catholique romain. Sa femme est incontestablement une catholique. À un moment de nos entrevues, il a fini par se dire incroyant — il m’a affirmé ne pas aller à la messe depuis dix ans. Simple tactique de psychiatre ? Qui sait ? Quelques-uns de ses aveux : « Si on me demandait si je suis catholique, je dirais que oui. » « Il faut être fou pour ne pas se dire catholique dans la province de Québec ». Charmant à entendre — quand on a signé Refus global — et qu’on a de la peine à se tenir sur ses jambes. Rationaliste dupant les catholiques ou catholique essayant de duper les monistes, il est incontestablement l’un des êtres les plus hypocrites que j’aie rencontrés.

  • 39 Maurice Duplessis Le Noblet (1890-1959), député de Trois-Rivières (1927-1959) et premier ministre (...)

23Son joug m’a pesé abominablement. S’il avait eu pour but d’annihiler celui qui insulta le Torquemada bleuâtre39, le comportement de Lemieux n’aurait pas été autre. Ses propos (souvent sarcastiques) se résument au dénigrement de ma poésie qu’il n’a pas lue, à une tentative tenace pour me séparer des avant-gardistes. (Un patient de St-Jean-de-Dieu, très éveillé, clérical avéré au demeurant, Ariste Léger, me confiera plus tard que Lemieux lui avait dit à l’époque où j’étais moi-même à Gamelin : « Vous êtes le seul patient intéressant ici. »)

24Une fois, Roger R Lemieux me menaça de ne plus me recevoir chez lui — ce qui équivalait à une menace de me renvoyer à l’hôpital. Je vivais dans la terreur de retourner en cette usine d’assassinat des ferveurs.

  • 40 Roger R. Lemieux a narré les circonstances de sa découverte de Freud, en 1944 : « À la bibliothèqu (...)
  • 41 S’inspirant des travaux de l’anthropologue Edward Sapir, Harry Stack. Sullivan (1892-1949) « rejet (...)

25Dans le bureau du docteur Lemieux, il y avait une photographie de Sigmund Freud40. Mais je n’ai vu dans sa bibliothèque aucun livre de Freud. J’en suis venu à me demander, après une longue et pénible observation de son comportement, s’il avait seulement lu Freud. Chose certaine, il suivait d’assez près le psychiatre américain Sullivan41 (ancien psychanalyste ayant rétrogradé vers la modération).

26Lemieux a été homosexuel dans son adolescence. Et comme beaucoup de bisexuels, il a tendance à ne pas croire en l’hétérosexualité de ceux qui n’ont été qu’hétérosexuels toute leur vie. J’ai eu parfois l’impression qu’il entrevoyait comme façon de me soigner une phase d’homosexualité chez moi (qui n’ai désiré que les femmes toute ma vie et qui me sens bien ainsi). Il n’osait pas trop préciser sa pensée là-dessus — mais il se risquait parfois assez loin (il n’y avait pas de témoins)...

  • 42 Il s’agit du Journal musical canadien. Claude Gauvreau y publie « Fernand Leduc et la suppression (...)
  • 43 La présence du glucose est une conséquence indirecte des traitements à l’insulinothérapie.

27Or, tandis que je me ballade ainsi atrocement de chez ma mère à chez Lemieux et de chez Lemieux à chez ma mère, mon frère se met dans la tête de me rendre socialement acceptable. Il me force ni plus ni moins à paraître à un programme de télévision conçu en hommage à Ozias Leduc au moment de sa mort — ayant Robert Élie comme interlocuteur, je parviens à y baragouiner quelques informes niaiseries. Et puis, mon frère me contraint aussi à écrire dans le journal d’Andrée Desautels Jeunesse musicale du Canada42 alors que je n’avais plus rien de ce qu’il faut pour écrire — on y a publié deux articles de moi, aussi courts que laborieux et qui ne me rendent certainement pas justice (j’avais du glucose plein les yeux43).

28Cependant, une autre suggestion de mon frère devait me conduire médiatement à un espoir d’émancipation — même si, alors, une opaque désespérance me voilait encore cet espoir. Il me conseilla avec insistance d’écrire pour la radio. Afin de gagner du temps, je me remis à un projet d’autrefois : celui de traduire et d’adapter pour CBF des contes de Ray Bradbury. En réalité, la mort m’apparaissait nettement comme la seule solution digne.

29Je n’étais plus capable de rédiger des phrases.

  • 44 Après ses études classiques chez les Jésuites et des études à l’Université de Montréal en lettres (...)
  • 45 Voir Écrits II, p. 420, n. 183.

30Je composai, avec beaucoup de difficulté, et sans y croire, un projet d’émission — et j’allai trouver Marc Thibault44, suivant la recommandation de Roger Rolland45. Thibault me fit bon accueil — mais les préparatifs de ma mort étaient déjà presque complétés.

31Roger R Lemieux est directement responsable de ma tentative de suicide — et il eut le culot d’exiger presque de la reconnaissance pour être venu me chercher sur le toit de ma demeure (où j’avais pris vingt fois mon élan afin de me laisser choir sur le bitume, et où j’étais venu plusieurs fois à un vingtième de pouce de tomber).

32Les idées de mort se dissipant graduellement, je pus travailler (après bien des efforts) avec plus d’aisance.

33Une couturière sans culture, assez jolie pourtant, devint ma maîtresse. Je le dis à Lemieux — à qui il fallait bien, pour justifier ma liberté, que je raconte quelque événement de temps à autre. Il ne manifesta pas la joie qui s’imposait en pareille occurrence — il montra des signes assez apparents de contrariété, et même de jalousie.

  • 46 « Les Contes de l’homme tatoué », traduction et adaptation pour la radio de The Illustrated Man de (...)
  • 47 Après ses études au collège Sainte-Marie, Lorenzo Godin (Sainte-Anne-de-Bellevue, 1931) poursuit u (...)
  • 48 François Morel (Montréal, 14 mars 1926), pianiste, chef d’orchestre, compositeur. Il entre à dix-s (...)

34Je terminai trois textes de Bradbury46 — et l’entente fut définitivement conclue avec Thibault (pour treize émissions au départ). Nous allions devoir enregistrer les émissions longtemps à l’avance — et Thibault me laissa entendre que chaque demi-heure me serait payée ($ 125. l’unité) au fur et à mesure que je les livrerais. Thibault me désigna comme réalisateur Lorenzo Godin47 (en qui je n’avais qu’une confiance limitée, mais qui était un de mes amis). Cependant, Lorenzo m’arriva bientôt avec une nouvelle fort réconfortante : une musique originale serait composée pour chaque émission par le très bon musicien François Morel48.

35L’espoir commençait à prendre forme — en dépit d’une misère persistante à m’exprimer oralement.

36Enfin ! Je commençai à entrevoir des possibilités de libération. Imperceptiblement je me mets en tête de casser le joug de Lemieux. À mon rythme d’alors — je ne pouvais le tenter que par épisodes.

  • 49 Fred Barry (1887-1964). Après ses débuts au théâtre à l’âge de onze ans, il pratiqua le théâtre en (...)

37Malgré tout ce qui précède, le psychiatre ne comprend rien ou ne veut rien comprendre. Avec un égocentrisme balourd et stupide, le Docteur Roger R Lemieux veut « superviser » mon travail à Radio-Canada — il me commande presque de ne pas utiliser Fred Barry49, il me donne des conseils complètement sots.

38Oui, c’est l’attitude parfaite du crétin professoral qui veut tirer toutes les ficelles de la coulisse.

  • 50 Roger Duhamel, « Notes de lecture. “Refus global” », Montréal-Matin, 14 septembre 1948, p. 4, et « (...)
  • 51 Bruno Cormier (1919-17 juin 1991), psychanalyste. Voir Écrits I, p. 266, et Écrits sur l’art, p. 3 (...)

39L’argent qu’on me doit me fournit maintenant une protection. Je peux m’ingénier à présent à mettre Lemieux en contact avec des documents qu’il ignore — chose que ses tendances à l’invasion psychologique et morale rendaient impossible précédemment — et à le ramener à la réalité — qu’il méconnaît... Je lui donne d’abord à lire Beauté baroque ; son attitude est au début supérieure et vaniteuse, mais il se heurte au passage où est faite la critique du comportement psychiatrique et où il est dit qu’« On ne peut converser avec un monument ». Je lui apporte ensuite l’article de Roger Duhamel sur Refus global, autrefois publié dans Montréal-Matin50 ; Lemieux lit ce texte devant moi : c’est vous et surtout moi que Duhamel prend à partie au commencement de son article ; Lemieux ricane, il ironise, mais il tombe bientôt sur le nom de son confrère le réputé Bruno Cormier51 — je vois Lemieux perdre contenance.

40Quand je le prends en flagrant délit d’ignorance ou de contradiction, le docteur adopte des allures de chien Pataud — il se plaint d’avoir beaucoup travaillé dans sa jeunesse, de ne pas avoir pu fréquenter les choses théâtrales, de ne rien connaître aux arts. (Il dessine d’après modèle — ses travaux figuratifs, au demeurant énergiques, expriment une grave violence réprimée.)

  • 52 Claude Gauvreau situe Antonin Artaud parmi « les grands écrivains prophétiques de la lignée surréa (...)
  • 53 « Publication surréaliste, dont le titre renvoie, autant qu’aux phénomènes médiumniques, à la volo (...)
  • 54 « L’adjectif paranoïde est, dans la terminologie psychanalytique, issu de Kraepelin, réservé à une (...)
  • 55 Hans Prinzhorn (1886-1933), psychiatre allemand qui défendit la légitimité des œuvres produites pa (...)
  • 56 « C’est une rencontre avec René Char dans la boutique de José Corti qui fera de cet employé d’assu (...)
  • 57 « Dans l’histoire de la sexologie puis de la psychanalyse, Sandor Ferenczi occupe une place à part (...)

41Roger R Lemieux soutient qu’Antonin Artaud52 est un paranoïaque — il faut vous dire que Lemieux croit encore naïvement que, l’incohérence, ça existe. Poursuivant ma campagne d’émancipation, je lui prête un numéro de la publication surréaliste Médium53 où est expliqué le cas passionnant d’August Neter — Lemieux me soutient que Neter était un paranoïaque, même si Neter est présenté dans la revue comme un schizophrène paranoïde54 et malgré que la justification de ce diagnostic (de Prinzhorn55) ne fasse aucun doute pour moi. Pourtant, je finis par remettre la main sur le texte magistral d’Henri Parisot56 « Ne laissez pas les psychiatres jouer avec la poésie » — et je l’apporte à Lemieux. R R Lemieux commence à avoir le pressentiment qu’il va perdre un client. Selon le psychanalyste Ferenczi que Lemieux a lu, un paranoïaque est un « homosexuel refoulé57 » ; en traitant de paranoïaques les maniaques (Artaud en est un d’envergure) et les schizophrènes paranoïdes (Neter en est certainement un), le docteur Roger R Lemieux ne ferait-il pas par hasard de la projection ?

  • 58 Jean-Paul Martino (Dolbeau, 21 novembre 1935) « entreprend ses études classiques mais abandonne bi (...)
  • 59 Helen Wills Moody (1905 - 1998), championne de tennis, a remporté entre 1923 et 1938 dix-neuf tour (...)

42Encouragé par des renseignements que me transmet le généreux poète Martino58, je me mets en communication avec la blonde Doris Hall et je la revois. On m’a dit que Mlle Hall était la maîtresse de Lemieux : je n’ai eu aucune confirmation de ce cancan qui n’est peut-être qu’une calomnie. Habillée en noir et très séduisante, Doris Hall, qui ressemble à Eva Braun et à Helen Wills Moody59, vient avec moi dans ma chambre. Je la caresse, et elle devient toute rose. Cependant, alors que mon pénis durci cause une tente algonquine dans mon pantalon, elle me déclare (doucement) qu’elle doit partir — sous prétexte que « le catholicisme est mon principe ».

  • 60 Voir supra, p. 335, n. 5.
  • 61 Janine Sutto fonde en 1943, avec Pierre Dagenais, le Théâtre de l’Équipe. Elle participe par la su (...)

43D’autre part, le travail à Radio-Canada est relativement libérateur. Morel apporte de la musique en tous points excellente. Les enregistrements commencent. Lorenzo Godin est gentil. Toutefois, je dois lutter contre les comédiens saboteurs — j’ai failli me battre avec Jean Gascon60 et j’ai dû montrer le poing à Janine Sutto61. Quand même, je suis avec des artistes.

44Il faut vous dire, cher Borduas, que le docteur Lemieux a toujours prétendu me traiter gratuitement. Mais le soupçon m’est resté qu’il était payé par mon frère (dont il a continuellement fait le jeu).

45À partir d’ici, se situe la célébration mouvementée du cowboy conquérant.

  • 62 Voir supra, p. 322, n. 10.

46Goguen62 part pour Oka et me cède son atelier, rue St-Urbain.

  • 63 Voir supra, p. 373, n. 32.
  • 64 Jean Depocas dirigera l’ouvrage collectif intitulé Le Québec libre. Cahiers de la liberté français (...)

47Presque en même temps, j’apprends (par Marcel Harvey) que Madeleine Morin63 et Jean Depocas64 doivent déménager et qu’ils peuvent me céder leur appartement de la rue Burnside. Je le prends. C’est un local idéal — juste à ma mesure.

48Je commence à me sentir d’humeur à célébrer. La libération m’enivre. Une chaleureuse extravagance s’empare de moi.

  • 65 Voir supra, p. 297, n. 5.

49J’ai à présent trois domiciles : rue St-Urbain, rue Burnside, rue Sherbrooke : Guy Viau65 visite l’appartement de la rue Burnside.

50Je veux reprendre contact avec Mlle Hall. Je lui demande à la voir — elle me dit être occupée. J’insiste : « Bon ». Au rendez-vous — sans avertissement préalable — c’est sa jeune sœur que je rencontre ; elle lui ressemble beaucoup, et elle passe pour elle. Bon. Je vais avec elle rue Burnside, puis rue St-Urbain. Elle est tout à fait agréable, d’ailleurs. Je ne réussis qu’à la masturber. C’est quand même plaisant.

51Et puis, je suis définitivement relâché par la Curatelle.

  • 66 « Un de mes amis (le peintre Goguen) me contraignit presque à louer son atelier. Je le louai, et m (...)

52Mon ami Georges Ouvrard s’est marié avec Nicole Huet. Ils cherchent un appartement convenable. Peut-être le logis de la rue St-Urbain ferait-il leur affaire... S’il est à leur goût, je le leur céderai. Cependant, dans le local que Goguen m’a remis66, il y a une fuite de gaz certainement incommodante. Je décide, en vue d’être utile au couple Huet-Ouvrard, de faire venir les enquêteurs de l’Hydro-Québec.

  • 67 Restaurant fréquenté par les automatistes, également connu sous le nom de la Hutte Suisse.
  • 68 « Tout ceci se passait devant une très belle femme aux yeux bleus (bleu Waterman). L’agent de la c (...)
  • 69 Texte de base : « durs-à-cuire ».

53L’Hydro-Québec doit venir rue St-Urbain à une heure de l’après-midi. Georges et sa femme visiteront les lieux un peu plus tard. Je décide donc, en les attendant, d’aller manger à la Hutte Suisse (Sherbrooke Bar-B-Q67). De l’inespéré m’y guettait. Là, une charmante jeune femme aux cheveux noirs s’apprêtait à me servir — quand deux autres employés du restaurant apparaissent à l’arrière-plan. Il y a conciliabule — et puis, une des deux employées (identifiée plus tard comme Carmen Bégin) s’approche de ma table, me fait savoir des exigences illogiques et me dit finalement que je ne serais pas servi où je suis. Je demande pourquoi : je n’obtiens aucune réponse. Je demande à parler au propriétaire : on ne m’informe pas si c’est possible ou non. Je demande à téléphoner : on ne m’indique aucun téléphone public. Cette scène se passe devant une femme incroyablement belle, aux yeux bleu Waterman68 (elle est accompagnée de deux hommes, mais je n’ai pas beaucoup porté attention à eux). Certes, alors, je me sers de ma puissance oratoire (retrouvée pour la circonstance). « Est-il possible de traiter un maniaque de la sorte ! » Devant la mauvaise volonté de mes vis-à-vis, je sors de l’établissement. Est-ce pour fuir ? Je sais que je dois alors me faire respecter, une fois pour toutes. Sur le trottoir, devant le Sherbrooke Bar-B-Q, est un agent de la circulation que je connais très bien de vue. Je lui demande de m’accompagner à l’intérieur du restaurant : il n’a pas l’air de prendre la chose très au sérieux, mais il entre avec moi. Je lui demande d’interroger Carmen Bégin : il le fait. Je dis à l’agent : « Demandez-lui donc pourquoi elle a refusé de me servir. » La dite Carmen hésite à répondre — puis finalement, elle énonce ce qui suit : « Je ne suis pas obligée de le servir, il est fou. » Je dis à l’agent : « Vous avez entendu ce qu’elle vient de dire ? Faites votre devoir. » Comme il se contente de la regarder d’un air peut-être désapprobateur et qu’il ne bouge pas — je gifle Carmen Bégin. Ici, à ma grande stupéfaction, l’agent se dirige vers moi et me donne quelques coups de poings (pas trop forts) — je me défends. L’agent dit : « Il ne faut jamais que vous frappiez une femme. » Je réponds : « Je suis parfaitement d’accord avec vous... sauf si elle le mérite. » L’escarmouche cesse. L’agent siffle. Les cognes s’en viennent. Je le sais — mais je ne me dégonflerai pas. Je retourne m’asseoir à l’endroit où j’étais initialement, et je demande encore à être servi — pour le principe. Trois durs à cuire69 en uniforme s’amènent. Ils m’entourent, me retiennent les bras et m’incitent à manifester ma force — devant la femme aux yeux bleu Waterman (laquelle avait chuchoté à l’oreille de Carmen Bégin : « Votre procès est perdu d’avance »). Le restaurant dépose une plainte contre moi. Je suis arrêté.

54Je ne serai pas rue St-Urbain pour recevoir l’Hydro-Québec ou le couple Huet-Ouvrard. (J’ai appris par la suite que les enquêteurs de l’Hydro-Québec n’avaient rien trouvé d’anormal dans ce logis — ces fameux enquêteurs ont dû s’entendre avec le concierge.)

  • 70 Claude Lavery fut un ami de Claude Gauvreau au collège Sainte-Marie. Une lettre de Claude Gauvreau (...)

55Je passe plusieurs heures au poste n° 1. Et puis, je suis relâché sous cautionnement — grâce à Claude Lavery70 qui convainquit ma mère de venir me chercher au poste de police.

  • 71 Voir supra, p. 306, n. 4.
  • 72 Allusion à la querelle au sujet de « Chiens dans un opéra automatiste » (voir supra, p. 301, n. 6)
  • 73 Voir supra, p. 343. n. 16.
  • 74 Jean Préfontaine est musicien et membre fondateur de l’ensemble du Jazz libre du Québec. Gilles Gr (...)

56Mon procès est en perspective. Je recours à la collaboration de Salluste Lavery71 (« Jacobin d’extrême-droite », suivant l’expression de Bowman), lequel m’a aidé dans le passé72, en plus de soutenir brillamment le point de vue paradoxal de Gilles Groulx73 (contre Jean Préfontaine74). Je suis sûr, s’il existe quelque justice, de gagner mon procès, car je peux plaider facilement provocation. Mais le Sherbrooke Bar-B-Q verse sans doute à la caisse électorale de l’Union Nationale...

57Il faut vous dire que, le matin de ma comparution, après avoir plaidé non-coupable, je suis retourné au Sherbrooke Bar-B-Q, vérifier l’identité de Carmen Bégin. J’ai ensuite dicté au téléphone à la secrétaire de Claude Lavery (Tony Rénaud) un récit détaillé de cette entrevue.

58Pour passer le temps, je vais me promener dans le tunnel du Palais de justice. J’y découvre des êtres sans banalité.

59Le matin de ma comparution, mon avocat n’est pas encore arrivé quand on appelle mon nom. Je plaide moi-même non-coupable à la barre. Salluste arrive finalement, il interroge l’agent de la circulation qui est le plus important témoin. Les choses ne s’annoncent pas mal. Mais vous verrez que je ne pourrai pas me rendre à mon procès dont la date est fixée.

  • 75 Robert Charbonneau (1911-1967) « complète ses études classiques au collège Sainte-Marie en 1933 et (...)

60J’ai livré neuf textes à Radio-Canada, et on ne m’a pas encore payé. J’ai affaire à l’Académicien duplessiste Robert Charbonneau75. Je commence à m’impatienter.

61Mon élan m’entraîne, Je ne peux plus reculer. Il faut que j’avance toujours.

62Roger R Lemieux me dégoûte définitivement — en m’offrant une mauvaise imitation de vous (sur un ton pseudo-sensible, à propos d’un texte prêté : « J’y ai pris ce dont j’avais besoin ».)

63Rue St-Urbain, les anciens voisins de Goguen se sont emparés de mon atelier. Ceci ne me touche pas beaucoup ; je le leur laisse — tout en leur précisant bien que légalement je suis encore le locataire des lieux. Cependant, alors que je me déplace d’un domicile à un autre, dans la cour et l’escalier sombres de mon habitation de la rue Sherbrooke, j’aperçois à sa fenêtre une de mes voisines, Nancy : sa robe de chambre ne dissimule qu’une mince lisière de ses épaules et de ses hanches, elle a les seins et le pubis nus ; elle n’est plus très jeune, mais elle a la peau blanche et le corps ferme. Le spectacle m’agrée. Je suis à peu près dans le noir. En guise d’adieu définitif au célibat (car j’aspirais de toutes mes forces à la polygamie conquérante) je me masturbe par humour devant cette image réchauffante — sans même éjaculer. J’entends des voix dans l’ombre — Lemieux (ou le restaurant) a sans doute déjà mis des flics à mes trousses.

  • 76 Sid Caesar (Yonkers, New York, 9 août 1922), comédien américain. Après le succès de la série Your (...)

64Or, voici que j’avais de nouveau rendez-vous avec Lemieux. Je décide secrètement de ne pas m’y rendre. J’explique à ma mère qu’il faut qu’elle y aille : j’ai même le culot de lui dire que c’est elle que Lemieux attend. Ma mère part... Je suis seul et libre. Rempli de la joie pure de la liberté et de l’humour noir — je regarde la T.V. Je vois le comique Sid Caesar76 — le programme est de caractère sexuel, mais il est plein de refoulements agaçants. Je téléphone à la CBC pour me plaindre, en termes crus, de cette immaturité.

65J’ai pris une douche ; je ne suis vêtu que d’une robe de chambre, et je suis nu-bas. Finalement, ma mère rapplique — avec mon frère. Moi, je suis de bonne humeur. Mais mon frère se complaît dans les ergotages amers. Il m’attaque et me donne des coups de pieds — il a des souliers, lui, et l’un de ses coups laisse des traces. Alors, j’accouche de la loi du Talion : j’appelle la police, et je dépose une plainte contre le paranoïaque Pierre Gauvreau. Des agents du poste n° 5 arrivent rue Sherbrooke et constatent mes blessures. Ils me conseillent (gentiment) la conciliation. Je consens à faire le bon garçon. Mon frère se retire, encadré des agents. (Il ne risque rien : les agents et lui se connaissent et se tutoient.)

66Beaucoup plus tard, je reçois de la visite sur laquelle je ne comptais pas. C’est le progressif Lemieux qui surgit, accompagné de mon frère. Pour la circonstance, il s’exprime avec la mimique paternalo-tartufféenne qui convient à une réunion familiale : « Je n’osais pas vous le dire, Claude, mais vous êtes malade. » Il n’est peut-être pas inutile que je précise ici que, lors de ma tentative de suicide, quand Lemieux était venu me chercher sur le toit de la rue Sherbrooke, je n’avais consenti à redescendre chez moi qu’à la suite d’une promesse formelle de lui que je ne retournerais jamais à Saint-Jean-de-Dieu. Lemieux m’impose un entretien, seul à seul dans ma chambre ; il finit par me mettre la main sur le genou. Nos rapports empirent. Je finis par lui conseiller fortement, devant ma mère et ma tante et mon frère, de se faire psychanalyser. Et je le mets à la porte. Il s’en va, avec mon frère.

67Je ne dors pas de la nuit.

68Le lendemain, il faut que j’aille à Radio-Canada. J’ai livré neuf demi-heures ; deux enregistrements ont été complétés. On ne m’a pas encore payé. J’ai besoin d’argent. Je m’impatiente. Je m’exaspère.

  • 77 Benoît Lafleur (1914-1990) débute en 1935 comme reporter au journal Le Canada. Il assume successiv (...)
  • 78 Pierre Lamy (Montréal, 1926), producteur. « Figure incontournable dans le paysage cinématographiqu (...)
  • 79 Annonceur réputé de Radio-Canada.

69Avant de me rendre rue Dorchester dans l’après-midi, je fais toutes sortes d’expériences visuelles avec du verre. Une idée cocasse me trotte dans la tête à ce sujet. Les réverbérations me passionnent étrangement. Enfin — un morceau de verre coloré dans chaque poche de ma chemise — je me rends rue Dorchester. Mes chèques ne sont pas à la caisse. J’espère voir Benoît Lafleur77, Marc Thibault ou Lorenzo Godin. Ils ne sont nulle part. En désespoir de cause — je me rends à l’autre édifice de Radio-Canada, rue Stanley, là où trône l’Académicien duplessiste Charbonneau (il est le directeur du département des scripts). Je sais que Charbonneau a fait parvenir à Thibault un document qui autorise le paiement de mes deux premiers textes — je veux m’informer de ce document. L’entrevue avec Charbonneau (qui veut être courtois mais qui ne réussit qu’à être conformiste) se termine assez mal. Dramatiquement, il fait mine de m’assommer par derrière. Il me laisse seul avec notre témoin : sa secrétaire, Mlle Frossard, qui est très jolie. Cette présence séduisante m’enchante, mais je suis exaspéré. Je lui caresse doucement la taille et les hanches — et je m’empare de la copie du document dont j’ai parlé. En courant sans arrêt, je retourne rue Dorchester. Je vois Lafleur, puis Thibault, puis Lamy78 (un ancien de Ste-Marie) qui a aussi son bureau à Radio-Canada) ; c’est dans un corridor que l’explication a lieu, assez vive, mais franche. Je brandis le document ! Je le lis à haute voix ! Et comme conclusion — puisqu’on refuse de me fixer une date pour mes paiements — je déchire la copie en question. Je m’en vais — après avoir salué en gentilhomme Don McGill79 (sympathique) qui a mis le nez dans le corridor.

70Je n’en veux pas à Benoît Lafleur, dont le comportement est resté, malgré tout, juste (dans le sens de la justesse).

71Après cette excursion épuisante — je retourne rue Burnside. J’essaie de m’y détendre. Vraiment fatigué, je prends un long bain.

72Affamé — et ne pouvant risquer pour l’instant l’abord des restaurants — je rentre chez ma mère.

  • 80 « Et puis, alors que je mangeais chez ma mère et qu’elle était en face de moi et alors que ma tant (...)

73Attablé, je suis à boire de l’Oxo. Ma tante est dans mon dos. Le brun foncé du breuvage chaud déforme les traits de mon visage et m’impose une impression d’angoisse. Alors, se produit le premier phénomène vraiment inexplicable de cette épopée psychologique. S’agit-il d’hypnotisme ? de magnétisme ? J’entends dans ma tête des suggestions auxquelles je résiste de toutes mes forces. C’est comme si dix personnes se coalisaient pour me faire faire quelque chose que je ne voudrais pas faire, quelque chose de tout à fait contraire à mes intérêts. Finalement, ma seule volonté ne peut plus résister à toutes ces forces conjuguées. Le plus brièvement possible — j’arrache une poignée de cheveux à la tête de ma mère80.

74On a évacué les lieux. Je suis seul rue Sherbrooke.

  • 81 Adrien Arcand (1900-1967), journaliste à La Presse, puis rédacteur en chef à L’Illustration nouvel (...)
  • 82 « Hantés par leurs origines, plusieurs psychothérapeutes formés au freudisme eurent tendance, tout (...)
  • 83 « Marqué à la fois par l’enseignement de Charcot et par celui de Bernheim, Freud abandonna très vi (...)
  • 84 Claude Gauvreau fait allusion sans doute aux manifestions extraordinaires liées aux pratiques de l (...)
  • 85 « L’expérience d’amnésie fut épouvantablement pénible. Je finis par sortir graduellement du brouil (...)

75Je sais, cher Borduas, que l’hypnotisme ou le magnétisme est classiquement invoqué par la manie de la persécution. Mais je ne peux m’empêcher, par ailleurs, de vous dire que j’ai entendu parler aussi de la transmission de la pensée à distance. (Est-il une coïncidence que, par exemple, Adrien Arcand81, grand ami de Salluste Lavery, ait toujours été un passionné de l’occultisme ?) Quant à l’hypnotisme — l’encombrant et jaloux Lemieux le préconise comme excellent moyen psycho-thérapeutique82. Dans le livre La Médecine au foyer dont il est le collaborateur, il consacre un long paragraphe à l’hypnotisme. Il n’est pas inutile de souligner que Freud, ancien disciple de Charcot, a dénoncé comme nocive la suggestion hypnotique médicale car elle accentue et complique le refoulement au lieu de libérer l’inconscient83. Si cette conséquence que fut ma très brève agression illogique n’est pas le produit de quelque arme psychique dont j’ignore la méthode (voyez J. K. Huysmans84, Gabriel Delanne et Michel Carrouges85 là-dessus), cet épisode de ma vie demeure profondément mystérieux pour moi. Certes, on brandira volontiers (et paresseusement) le mot « folie ». Mais que veut dire ce mot ? qu’explique-t-il ? « Folie » ? Qu’est-ce autre qu’une étiquette que l’on applique sur un mystère sans atteindre à aucun contenu ?

  • 86 « On me laissa seul chez ma mère (où je possède toujours ma chambre). Je m’y barricadai sommaireme (...)

76Pourtant, seul rue Sherbrooke — je me barricade86. Je tiens à demeurer au labeur alors que je n’ai pas rempli tous mes engagements. Il me reste quatre demi-heures à rédiger. J’arrache tous les rideaux, toutes les tentures qui encombrent les fenêtres et les autres orifices — afin que l’on puisse voir de l’extérieur que ma vie n’est pas en danger (et afin qu’on me fiche la paix). Cependant — après avoir crié un avertissement adéquat — je jette par la fenêtre de ma chambre, sur la terrasse déserte d’en bas, quatre pots de fleurs qui avaient été introduits chez moi pendant mon absence du premier internement.

77Les policiers s’amènent, bien sûr. Je leur crie que je suis chez moi et que je ne veux pas être dérangé. De la galerie, on m’aveugle avec une lampe de poche tandis que la porte d’en avant est défoncée. Très vite, je suis entouré de brutes. J’enfile les premiers vêtements qui me tombent sous la main — et mon escorte me conduit à l’extérieur, menottes aux poings.

78Alors, commence la nuit cauchemaresque de mon existence. Au poste n° 4, puis au poste n° 1, on m’a fait subir tous les abus imaginables et inimaginables. On m’a enfermé avec un tas de merde horriblement puante. Au moyen de deux paires de menottes, on m’a attaché dans toutes les positions concevables — ceci devant de nombreux témoins sans menottes (du type robineux). Camisole de force, torsion des bras, coups dans les reins, croc... On m’a assommé avec une garcette. Je me suis réveillé la poitrine sur le plancher d’une salle inconnue, maintenu là de force. Interrogatoire insensé... amusement collectif plutôt ; j’en passe — et des pires...

79Le lendemain, je fis mon entrée à la prison de Bordeaux — en camisole de force, et la pissette à l’air.

80Là, je comparais quelques instants devant le docteur Huard, psychiatre mondain aux allures folâtres. S’ensuivent quinze jours de cellule — séjour paisible, somme toute. On m’a dit que le docteur Lemieux m’y avait fait protéger par un médecin européen Aschteing (que je n’ai jamais vu).

81Un emprisonnement de quelque 3 mois à Saint-Jean-de-Dieu a continué le cycle des châtiments. J’arrivai à l’hôpital en excellente forme : cette fois, j’étais agressif juste à point, j’avais la voix forte, les propos articulés, et je n’étais nullement timide. Je me suis mieux fait respecter. Dès l’arrivée, j’ai demandé qu’on m’inscrive comme « moniste » et comme « polygame libertaire ».

82Je dois à Léo-Paul Ferron, médecin en charge de la salle St-Léon, de ne pas avoir été transféré à la maudite salle St-Gabriel. D’autre part, Ferron a intercepté (tout en me mentant) la majeure partie de ma correspondance ; et il s’est généralement drapé dans une prudente neutralité. Heureusement, il n’a pas la possessivité dominatrice et la brutalité sournoise de Roger R Lemieux.

83A l’hôpital, j’ai retrouvé Doris Hall, toujours charmante. Je me suis réconcilié avec Garde Bourbonnais (fort changée) et avec René Alain (pas tellement changé).

  • 87 Raymond-Marie Léger, journaliste. Voir « Exposition Ferron-Hamelin », Le Quartier latin, 28 janvie (...)
  • 88 Chaîne de magasins d’alimentation.
  • 89 « Le premier septembre 1924, le docteur Guillaume Lahaise est engagé par l’Hôpital comme médecin-t (...)

84J’ai connu des être attachants : en plus d’Ariste Léger (oncle de Raymond-Marie87 et de Pierre) — Léon Godin, déiste de St-Lin ni catholique ni protestant ; Horace Guay, avocat de Québec, qui eut pour premier patron Salluste Lavery, et qui est le publiciste des « A & P88 » ; Raymond Taillefer, dont la sœur est la femme d’Alfredo Gagliardi ; Fred Crowe, ancien boxeur qui battit Danny Webb à Toronto ; Marcel Miron, frère du populaire chanteur primitif Roger Miron ; Paul Vinette, écrivain et poète, etc. L’épisode le plus dramatique de cet internement advint lorsque je dus résister au gardien Valade qui voulait me faire mettre à genoux de force. J’ai aussi revu le sincère (et vieillot) Guillaume Lahaise89.

85Ce deuxième (et dernier) séjour m’aura valu de me débarrasser de la terreur de retourner en l’exécrable St-Jean-de-Dieu. J’ai assimilé et dominé l’ambiance maintenant.

86J’ai lu à Gamelin le Manuel de statistique d’hygiène mentale. J’ai connu ainsi toutes les définitions officielles de toutes les maladies mentales classifiées. J’ai pu constater que le docteur Lemieux, qui m’avait diagnostiqué comme « schizoïde » ou « schizophrène », s’était trompé de diagnostic. Lors de mon premier internement, je faisais (suivant le vocabulaire officiel du Fédéral) une « réaction neurodépressive ». Et mon type mental, morbide ou normal, est le type maniaque.

87Mais je ne suis pas un sadico-masochiste — et encore moins un paranoïaque.

  • 90 Gaston Loignon, surintendant médical à Saint-Jean-de-Dieu.

88Pour être libéré définitivement — j’ai dû écrire au docteur Loignon90, grand patron de l’établissement. En tout cas, c’est fait.

  • 91 « Le transfert de l’atelier Goguen échoua, que je sache, à cause de mon arrestation. Les deux jeun (...)

89Je crains bien d’avoir perdu maintenant mon bon local de la rue Burnside91. Cependant, Radio-Canada me reste ouvert.

  • 92 Neuf des treize épisodes de la série Astéroïde 1313 seront diffusés par Radio-Canada ; voir infra, (...)

90J’ai entendu, de l’hôpital, quelques-unes des neuf émissions de Astéroïde 131392 (série interrompue brutalement grâce à mes « protecteurs »). Environ quatre de ces demi-heures du show Bradbury-Gauvreau ont été excellentes ; les autres auraient pu être moins peccables. D’après Roger Rolland, ça été une réussite.

  • 93 « Le dernier Festival dramatique régional a donné lieu à divers incidents qui ont donné un peu de (...)

91Le poète Pierre Léger a publié, dans Le Petit Journal une narration convenable des péripéties de mon arrestation et de mon internement93.

92Je suis maintenant tout à fait guéri. Mais je vais avoir à subir le comportement faux de ceux qui en doutent.

  • 94 Fernande Saint-Martin (voir supra, p. 324, n. 16).
  • 95 Philippe Émond (voir supra, p. 329, n. 2).
  • 96 Robert Blair (voir supra, p. 321, n. 4).
  • 97 Marcel Barbeau (voir Ecrits sur l’art, p. 364-365).
  • 98 « Claude Tousignant (Montréal, 1932) fait ses études à l’École des beaux-arts de Montréal de 1948 (...)
  • 99 Voir les lettres de Paul-Émile Borduas à Noël Lajoie, dans Écrits II.
  • 100 Gilles Corbeil (voir supra, p. 367, n. 39).
  • 101 Jean Goguen (voir supra, p. 322, n. 10).
  • 102 Diplômé de l’École des beaux-arts de Montréal (1948-1953), Jean-Gérald Bertrand (1929-1981) y ense (...)
  • 103 Pierre Bourassa (Montréal, 15 juillet 1927) obtient en 1952 son diplôme en sculpture à l’École des (...)
  • 104 Jean-Paul Jérôme (Montréal, 1928), peintre et professeur, fait ses études à l’École des beaux-arts (...)
  • 105 Stanley Cosgrove. Voir François-Marc Gagnon et Stanley Cosgrove, Stanley Cosgrove, et Jules Bazin (...)

93A Montréal, la peinture se porte fort bien — quantitativement. Il n’a fallu, pour exposer partout et recevoir une « consécration » générale, que renier toute exigence critique et se cantonner bien prudemment dans l’inviolable bourgade plastique. Fernand Leduc est le laquais empressé de la Ligue d’action civique, tandis que l’estudiantine S[ain]t-Martin94 flagorne tout ce qui brille ou reluit. Émond95, Blair96, Barbeau97, Tousignant98 tiennent le coup plastiquement à travers tout ça. Lajoie99 et Corbeil100 sont des imitateurs impersonnels cérébraux ou sentimentaux de vous et de Riopelle ; il n’y a donc aucun espoir sérieux à fonder sur eux. (On pourra peut-être compter sur Goguen101, Bertrand102, Bourassa103 ; mais ceux-ci, de même que Jérôme104, sont des « convertis » — ils étudièrent avec Cosgrove105 et ne passèrent qu’assez tard à notre courant de pensée.)

  • 106 Texte de base : « giffle ».
  • 107 Jean Bruchési (1901-1979), avocat, journaliste, écrivain, haut fonctionnaire et diplomate (voir Éc (...)
  • 108 L’école des Hautes Études Commerciales.
  • 109 Il s’agit de Mgr ? Irénée Lussier, recteur de l’Université de Montréal. Sur son opinion quant à l’ (...)

94L’expérience d’une gifle106 publique du vieux con sirupeux Bruchési107 à l’HEC108 et d’une rebuffade écœurante de Rossinante-Irénée109 à l’Université ne semble pas avoir ému les arrivistes dociles en mal de gloriole. Ils n’auront jamais l’énergie de miser ou de conspuer.

  • 110 Voir supra, p. 320, n. 5.

95Sur un autre plan, la générosité ou la sincérité du réaliste-socialiste Sam Abramovitch110 (qui voudrait être un artiste et qui ne sait pas comment faire) me semblent grandement douteuses. Il n’apparaît bon qu’à lire au coin du feu des livres « incendiaires » (ou pessimistes).

  • 111 Sur Gaston Miron, voir supra, p. 348, n. 24. Claude Gauvreau fait sans doute allusion à une versio (...)

96La parole va être aux poètes incessamment. L’Hexagone (de mon ami Gaston Miron) vient de rendre public un texte111 proclamant la nécessité de la liberté de parole.

  • 112 Claude Gauvreau prépare la publication de son recueil Sur fil métamorphose (« Collection de la têt (...)
  • 113 De Roland Giguère avaient paru Trois Pas (1950), Les Nuits abat-jour (1950, illustré de collages s (...)
  • 114 Albert Dumouchel (voir supra, p. 327, n. 18).

97Je travaille avec le fort brillant artisan Roland Giguère112. Une chose m’inquiète en lui : son masochisme — hérité d’Éluard113. Je redoute aussi l’influence de l’expressionniste-abstrait clérical et duplessiste Dumouchel114 ; Dumouchel a toujours mis le meilleur de sa confiance en la force de l’inertie.

98Je me demande parfois pourquoi vous ne m’avez pas aidé davantage à publier. C’est vrai qu’il y a eu Refus global qui ne sera jamais à négliger.

  • 115 Claude Gauvreau reconnaît en Gérard de Nerval l’un de ses poètes favoris (voir Ecrits sur l’art, p (...)
  • 116 « J’ai toujours eu une prédilection pour les héros romantiques (ceux de Victor Hugo, par exemple), (...)

99Ici, comme vous le savez, beaucoup de choses restent à faire. Il va me falloir être tout à la fois Gérard de Nerval115 — Théophile Gautier — Alexandre Dumas — Victor Hugo116 — Pétrus Borel

  • 117 Interrogé sur les auteurs qui se sont distingués dans l’art de la prose, Gauvreau dira : « Je ne p (...)
  • 118 Maréchal et chef d’État polonais (Lituanie 1867 – Varsovie 1935).
  • 119 « Pour moi, Boulez complète Riopelle comme Chaplin complète Michaux ou Adamov » (Écrits sur l’art, (...)

100— Tristan Corbière — Théodore de Banville — Guillaume Apollinaire — Alfred Jarry117 — Alban Berg — Anton von Webern — Auguste Strinberg — Antonin Artaud — André Breton — Joseph Pilsudski118 — Jean Jaurès — Michel de Ghelderode — Arthur Adamov119.

  • 120 Paquerette Villeneuve (1932), journaliste, écrivain, est l’auteure de Une Canadienne dans les rues (...)
  • 121 André Champeau : voir supra, p. 327, n. 20.
  • 122 Jean Le Febure : voir supra, p. 304, n. 19.
  • 123 « Chansonnier et poète né à Montréal [Raymond Lévesque (1928)] étudie l’art dramatique sous la dir (...)

101Qu’arrive-t-il à Paquerette120 ? à Riopelle ? à André Champeau121 ? à Le Febure122 ? à Marcelle Ferron ? à Raymond Lévesque123 ?

  • 124 « Édouard Jaguer [Paris, 1924] publia ses premiers poèmes dans les revues de La main à plume en 19 (...)

102Avez-vous rencontré Edouard Jaguer124 ?

  • 125 Pierre Schneider, « Jean-Paul Riopelle », L’Œil, n° 18, juin 1956, p. 36-47.

103J’ai lu dans L’Œil le bon article de Schneider125 sur Riopelle.

  • 126 Claude Gauvreau fait vraisemblablement allusion ici à l’article de Milton Candel, « The Iron Curta (...)
  • 127 Miriam Schapiro ([plutôt que « Shapiro », comme l’écrit Gauvreau], Toronto , 1923) étudie la peint (...)
  • 128 Al Newbill (Springfield, Missouri, 13 janvier 1921) étudie successivement à la Society of Arts & C (...)
  • 129 Nous n’avons pu identifier cette personne.
  • 130 Les peintres signalés par Gauvreau resteront des figures marginales de l’histoire de l’expressionn (...)
  • 131 Irving Sandler a fait remarquer que si les expressionnistes forment une communauté, ils auront du (...)

104J’ai aussi pris connaissance, dans Art News126, des reproductions des travaux de l’aile vivante (transfigurative) de « l’impressionnisme-abstrait ». Les Miriam Shapiro127, Al Newbill128, Wallace Reiss129 sont, à peu de choses près, les automatistes de 1948130. Si vous n’aviez pas tenu à vous présenter vous-même à New York comme un disciple un peu retardataire de « l’expressionnisme-abstrait131 », on pourrait vous désigner aujourd’hui comme le précurseur vigoureux de cette collectivité radicale et saine. (Vous auriez dû laisser à Nietzsche le serpent ; et ne lui prendre que l’aigle.)

  • 132 Wols. Voir Écrits II, p. 895, n. 9.

105À Paris, reste-t-il des Wols132 à vendre ?

106Cher Borduas, je suis un Jacobin surréaliste automatiste exploréen.

107J’espère que ma narration sordide ne vous aura pas donné trop mal au ventre. Bien à vous

108Claude Gauvreau

109Vous pourrez me répondre à : 75 rue Sherbrooke Ouest, app. 5, Montréal, Canada. Je ne sais pas du tout où je serai dans un avenir proche et lointain ; mais une réponse me rejoindra certainement.

Notes

1 Autographe, fonds privé.

2 Maurice Boyé, La Petite Histoire des grands artistes. La mêlée romantique, Paris, Julliard, 1946, 252 p. L’ouvrage narre divers épisodes de la vie des artistes Antoine-Jean Gros, Jules-Robert Auguste, Horace Vernet, Théodore Géricault, Ary Scheffer, Paul Delaroche, Eugène Delacroix, Gabriel Decamps, Paul Huet, Louis Boulanger, Eugène Devéria et Théodore Chassériau.

3 Allusion au chapitre intitulé « Le bal d’Alexandre Dumas » (op. cit., p. 192-204), qui représente le second texte consacré à l’artiste Louis Boulanger, le premier étant « Le peintre de Victor Hugo » (ibid., p. 177-204). S’inspirant des Mémoires de Dumas, l’auteur rappelle les circonstances qui entourent la préparation, en mars 1832, d’un bal costumé réunissant chez Alexandre Dumas et chez son voisin immédiat, au dernier étage d’un vaste immeuble rue Taitbout à Paris, plus de sept cents convives. Pour l’occasion, une dizaine de peintres, dont Louis Bélanger, Eugène Delacroix et Gabriel Decamps ornent de fresques les murs et plafonds. Artistes et célébrités de Paris sont conviés à cette fête qui dure toute la nuit et au cours de laquelle seront notamment servis un saumon de cinquante livres et un chevreuil rôti dressé sur un plat d’argent.

4 Paul Huet (1803 - 1869), peintre et graveur français. Parlant de l’île Séguin, Maurice Boyé écrit : « C’est donc là, dans ce décor sauvage et luxuriant que, par le style et l’émotion poétique, Paul Huet a remis l’équilibre dans le paysage français. Il lui donnera une rêverie tragique, que Corot ne soupçonna pas. Par ses fluidités et sa transparence, par ses pastels, il a préparé l’Impressionnisme. Il a répandu avec profusion, sans jamais se répéter ni laisser deviner de la fatigue, ses verts et ses bleus de pierre précieuse. Baudelaire écrit qu’il resta “fidèle aux goûts de sa jeunesse”. Tant mieux. Ces goûts, il les a conduits à la perfection ; ils firent sa force et son originalité » (ibid., p. 159). Sur Pierre Huet, voir, dans le même ouvrage, les chapitres intitulés « Les sortilèges de l’île enchantée » (p. 151-160), « La Découverte de Trouville » (p. 161-167) et « L’Amitié des Dieux » (p. 168-178).

5 Alexandre-Gabriel Decamps (1803 - 1860). Boyé décrit la neurasthénie d’Alexandre Gabriel Decamps, qui « enrage de ne pouvoir peindre comme Monsieur Ingres [...] La supériorité du peintre, sa revanche, c’est la couleur ! “enfermé dans son atelier comme dans un laboratoire d’alchimiste, déclare Victor Fournel, Decamps y combinait à loisir ses précieuses mixtures.” Le temps, hélas ! les a en partie décomposées. Que n’a-t-il pas imaginé, mais en vain, pour retrouver les blancs de Chardin ? Il avouait l’impuissance de ses recherches à M. Marcille, le collectionneur. Il a cependant rendu, comme peu ont su le faire, la blancheur des murs, la présence du salpêtre, la sécheresse du crépi, la dureté des pierres. Mais le peintre vieillissant exigeait plus de son art, de cet art qui possédait — aux dires encore de Victor Fournel — “toutes les habiletés d’une facture savante jusqu’à la rouerie, donnant aux moindres détails un relief et une tournure extraordinaires”. L’artiste, arrivé aux bornes de ses possibilités, toujours à l’affût, se heurtait à un abîme. Sa misanthropie avait sa raison d’être » (« L’Alchimiste misanthrope », op. cit., p. 146).

6 « J’ignore tout des deux peintres français de votre lettre. Il faudrait faire des recherches hors de mon goût. Je fuis d’instinct les musées » (Paul-Émile Borduas, lettre du 22 décembre 1956 à Claude Gauvreau, Écrits II, p. 888).

7 Roger R. Lemieux, médecin psychiatre et psychanalyste. Il entre à vingt ans à l’Université de Montréal où il étudie la médecine auprès d’Antonio Barbeau, neuro-psychiatre et d’Émile Legrand, neurologue titulaire de la chaire de psychiatrie. Devenu interne, il fait des stages dans le service de Legrand à Saint-Jean-de-Dieu et par la suite à l’Hôtel-Dieu de Montréal, au département de neurologie où il s’enthousiasme pour la psychiatrie. En 1944, il s’engage dans l’armée : il y termine ses études de médecine. Cette même année, il découvre Freud à la lecture de la Psychopathologie de la vie quotidienne. Après la guerre, il pratique pendant un an la médecine générale à Taschereau, en Abitibi. En juin 1947, il est nommé médecin à l’hôpital Saint-Jean-de-Dieu. Après un assez bref séjour, il quitte cet établissement pour l’Hôpital des vétérans de Sainte-Anne-de-Bellevue, où il reste deux ans. Il s’intéresse à cette époque aux découvertes du thérapeute John Rosen sur la schizophrénie et entreprend son analyse personnelle à Montréal auprès de Chentrier, un psychanalyste français. En 1951, il accepte un poste au Boston State Hospital, établissement spécialisé dans le domaine des soins psychiatriques. En janvier 1953, ayant entre-temps reçu son diplôme de l’American Board of Psychiatry, il ouvre un cabinet de consultation, rue Édouard-Montpetit à Montréal. En novembre 1953, il obtient un poste à Saint-Jean-de-Dieu, où il est assigné en priorité au service des femmes. En mai 1955, désenchanté, il quitte définitivement Saint-Jean-de-Dieu. Il enseigne par la suite à l’Institut de réhabilitation rattaché à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal et travaille en cabinet privé. En 1958 il accède au poste de chef de service à l’Institut Albert-Prévost, charge qu’il occupe durant sept ans. En 1966, on le retrouve au Service de santé de l’Université de Montréal, qu’il quitte en 1976 pour fonder à Sainte-Agathe la “commune thérapeutique” l’Abri d’Érasme, basée sur l’amour, le retrait des médicaments et la remise en cause des règles de conduite censées régir les rapports entre thérapeute et patient schizophrène. Il conserve son cabinet de consultation à Montréal jusqu’en 1988. Il prend sa retraite définitive en 1993, alors qu’il est radié de l’ordre des médecins, à la suite d’une plainte d’une patiente avec laquelle il a entretenu une liaison durant plusieurs années (voir à ce sujet Martha Gagnon, « Le psychiatre Lemieux radié à vie par la Corporation des médecins », La Presse, 17 février 1993, p. A-11). Dans son autobiographie parue en 1995 sous le titre Accueillir la folie, Roger R. Lemieux ne fait aucune mention du rôle qu’il a joué auprès de Claude Gauvreau.

8 Le dossier médical de Claude Gauvreau à Saint-Jean-de-Dieu indique que le second internement survient le 1er juin 1956. Il sera libéré de l’hôpital le 29 juillet 1957.

9 Allusion à la distance de Pierre Gauvreau à l’endroit de l’automatisme après 1950. Voir Ray Ellenwood, « Pierre Gauvreau, provocateur », Études françaises, vol. 34, nos 2-3, 1998, p. 31-39.

10 Voir Écrits I, p. 349, n. 96.

11 « Après une sorte de “révélation” grandiose où me fut expliqué que le monde avait été créé par fissiparité et la souffrance découverte par accident, je fus mené à la Prison de Bordeaux puis à l’hôpital St-Jean-de-Dieu » (Claude Gauvreau, lettre du 1er juillet 1956 à Erle Stanley Gardner, dossier médical Claude Gauvreau, hôpital Louis-Hyppolite-Lafontaine ; supra, p. 245).

12 Paul-Émile Léger (1904 - 1991). Ordonné prêtre en 1929, il enseigne au Séminaire d’Issy-les-Moulineaux et fonde en 1933 le Séminaire de Fukuoka au Japon, qu’il dirige jusqu’en 1939. Il enseigne l’année suivante la sociologie au Séminaire de philosophie de Montréal (1939-1940). Il est nommé par la suite vicaire général du diocèse de Valleyfield (1940 - 1947) et recteur du Collège canadien à Rome (1947 - 1950). Il devient archevêque de Montréal en 1950 (cardinal en 1953) et institue la récitation quotidienne du chapelet à la radio. Il démissionne comme archevêque de Montréal, le 9 novembre 1967. Il entreprend alors un nouvel apostolat en Afrique auprès des lépreux et y séjourne jusqu’en 1979. Voir Denise Robillard, Paul-Émile Léger, évolution de sa pensée, 1950-1967.

13 « Les miracles se multiplient : texte radiophonique écrit à l’hôpital Saint-Jean-de-Dieu vers 1955. Non retrouvé » (J. Marchand, op. cit., p. 394).

14 Saint-Gabriel était la seule salle à l’époque disposant du matériel nécessaire au traitement des malades.

15 « Le Quart d’heure de Saint-Léon, à l’instigation et sous l’égide de Monsieur Yvon Gauvin, travailleur social de l’hôpital, anime tous les jours, toutes les salles de l’hôpital, alors qu’à l’heure du dîner, on y diffuse, à partir de la salle qui donne son nom à ce programme, des émissions de chant et de musique » (Bernard Courteau, De Saint-Jean-de-Dieu à Louis-H.-Lafontaine, p. 119). « Le Quart d’heure de Saint-Léon » quitte l’antenne au début de 1958 (ibid., p. 120).

16 « L’Assomption de l’Europe (poème) : Robert Tellier / savant émérite / se dit Hongrois / se dit Juif / et se dit Athée / Il n’a qu’une parole / parole / parole / Et Debussy est / régénéré ! / Vive Schönberg / auteur allemand » (document paraphé et daté par Gauvreau d’octobre 1954, avec la mention : « poème didactique dicté », dossier médical Claude Gauvreau, hôpital Louis-Hyppolite-Lafontaine).

17 Atteint de « délire mélancolique, stupeur, hallucinations de l’ouïe, [et esquissant] des génuflexions extravagantes sur la voie publique », Germain Nouveau fut considéré par le docteur A. Legros dans un « état mental exige[ant] son placement dans un asile d’aliénés » (« Chronologie », Lautréamont et Germain Nouveau, Œuvres complètes, p. 320). Germain Nouveau fut interné à Bicêtre du 16 mai au 10 octobre 1891, période durant laquelle il composa son poème « Aux saints » (ibid., p. 678-679). Les surréalistes saluèrent en Nouveau le « chantre de l’amour » et Breton reconnut en lui « le plus grand méconnu du siècle dernier » (André Breton, Œuvres complètes, t. i, p. 479).

18 La Salle Saint-Gabriel était située au module pour hommes de Réadaptation B (A, pour les femmes), au premier étage du pavillon Notre-Dame-du-Rosaire (aujourd’hui Guillaume-Lahaise) ; elle était desservie par des religieuses et des infirmières laïques.

19 Wladek (« Killer ») Kowalski (né à Windsor, Ontario) pratiqua la lutte professionnelle durant vingt-six ans avant d’ouvrir en 1977 sa propre école de lutte au Massachussetts sous le nom de The Killer Kowalski Institute for Professionnal Wrestling.

20 « Correspondante de presse en Europe pendant plusieurs années, [Andrée Maillet Hobden (Montréal, 1921 - Montréal, 13 décembre 1995)] devient membre de l’Anglo American Press Association à la suite d’une série de reportages sur l’occupation de l’Europe de l’Est par les troupes d’URSS. Elle fait pendant quelque temps du journalisme de mode et devient reporter à Photo-Journal. De 1952 à 1960, elle dirige la revue Amérique française. Fondatrice du PEN Club canadien-français », elle a écrit des ouvrages pour la jeunesse et des recueils de poésies, des romans et quelques téléthéâtres » (DOLQ III, p. 825).

21 « Institut Bourget, Section St-Gabriel, Décembre 1954, Madame Muriel Guilbault, Ma chère Muriel, j’ignore où tu es. J’espère te revoir un jour. Je sais à présent que nous entrons dans le cycle de l’Or. Pour moi — pour toi — Ce cycle sera celui d’un emprisonnement qui donne le goût de la liberté. L’ivresse est pour moi le plus beau souvenir de toi. Je regrette épormyablement de ne pouvoir te dessiner avec plus de ressemblance Ti-Claude ». Un dessin représentant Muriel Guilbault apparaît dans le coin inférieur gauche de la lettre. Voir supra, p. 241.

22 C’est-à-dire la stérilisation des êtres considérés inaptes ou dégénérés, telle que préconisée par l’eugénisme, pour améliorer le patrimoine génétique des groupes humains.

23 Texte de base : « fouttait ».

24 Selon Bernard Courteau, l’insulinothérapie, avec la lobotomie et les électrochocs, ont connu dans les années cinquante « une vogue sans égale » : « L’insulinothérapie, par exemple, consistait à provoquer, au moyen d’une injection à base de camphre, une convulsion comparable à une crise d’épilepsie. Puis, la lobotomie en assure la digne succession. Très réclamée au cours du second lustre des années cinquante, il semble qu’elle ait donné un certain nombre de résultats. Mais sa pratique abusive, et le fait qu’elle rendait le comportement de ceux qui en étaient l’objet assez voisin de celui “d’hommes-algues”, contribuent à en éliminer l’usage. L’électrochoc en assurera la suite, pendant que l’intervention des psychotropes, dont celle du Largactil par le docteur Laborit, à Paris, imprimera un virage appréciable dans le cours évolutif de thérapies » (op. cit., p. 101). Durant la seule année de 1954, on aurait effectué à Saint-Jean-de-Dieu vingt et une lobotomies et plusieurs centaines de séances d’électrochocs (ibid., p. 115-116).

25 « [...] une révolution pragmatique et technologique fut apportée par la pharmacologie avec l’invention en 1952 des neuroleptiques. Alors qu’au début du siècle les schizophrènes étaient condamnés à passer leur vie dans un asile et que de nouveaux malades étaient sauvagement traités par la cure d’insuline inventée en 1932 par Manfred Sakel (1900-1957), puis par la neurochirurgie (ou lobotomie), introduite en 1935 par Edgar Moniz (1874-1955) et enfin par l’électrochoc, l’apport de la psychanalyse et des différentes thérapies — kleinienne, freudienne, familiale — permit un progrès considérable dans le traitement de cette forme de folie. L’introduction des divers traitements pharmacologiques a remplacé l’ancien enfermement carcéral par une camisole chimique et a permis de soigner les patients hors de l’asile » (« Schizophrénie », dans Élisabeth Roudinesco et Michel Pion, Dictionnaire de la psychanalyse, p. 628).

26 Texte de base : « boursouflé ».

27 Beaucoup plus tard, Roger R. Lemieux reconnaîtra le caractère abusif de ces pratiques : « Est-ce un hasard si le traitement du psychotique qu’on suggère a toujours eu quelque chose d’excessif ? Autrefois, outre l’enfermement, c’était les coups et les sévices. Il n’y a pas si longtemps, c’était l’insulinothérapie où on diminuait à ce point le taux de sucre dans le sang que l’individu inconscient frôlait la mort de près. Ce fut aussi l’électrochoc qu’on nomme savamment, pudiquement, sismothérapie (du grec seismos, secousse) qui provoque des convulsions. Et la lobotomie ? Section irréparable de fibres nerveuses qui laisse le sujet calme et impotent pour le reste de sa vie. Et maintenant ces médications puissantes qui suppriment le symptôme et qu’on utilise sans même être certain de leur mode d’action. A-t-on en médecine des traitements aussi violents pour guérir les maux physiques ? Pourquoi un acharnement si agressif ? » (Accueillir la folie, p. 307-308).

28 Texte de base : « posteriori ».

29 « [...] procédé défini par Sigmund Freud entre 1892 et 1898 selon lequel, dans la cure, le patient exprime sans discrimination toutes les pensées qui lui viennent à l’esprit » (É. Roudinesco et M. Plon, op. cit., p. 628). Freud eut recours au procédé de libre association dans son auto-analyse et dans l’analyse de ses rêves : « la méthode des libres associations est destinée à mettre en évidence un ordre déterminé de l’inconscient : Lorsque les représentations-but (Zielvorstellungen) conscientes sont abandonnées, ce sont les représentations-but cachées qui règnent sur le cours des représentations » (Jean Laplanche et Jean-Bertrand Pontalis, Vocabulaire de la psychanalyse, Paris, PUF, 1981, p. 228-229). Gauvreau fait peut-être allusion indirectement aux techniques préconisées par Carl Rogers (1902-1987), inventeur de l’analyse dite non directive qui cherche « à libérer le moi de tous les aspects psycho-pathologiques par des entretiens informels » (É. Roudinesco et M. Pion, « Psychothérapie », op. cit., p. 853).

30 Claude Gauvreau avait déjà exprimé son admiration pour le célèbre médecin viennois : « Freud, ayant étendu analogiquement aux névroses narcissiques ses constatations géniales sur les névroses de transfert, est le seul à avoir préconisé un système permettant le traitement efficace des maladies mentales. Il est aussi celui qui a montré que le “fou” — cet éternel tabou — n’était pas un être d’une nature exceptionnelle, mais qu’il était simplement victime d’une utilisation différente de mêmes éléments de base. Il est celui qui a aboli la monstrueuse cloison étanche entre la “raison” et la “folie”. Sans lui Kafka, Van Gogh et Artaud passeraient pour des dégénérés » (lettre du 1er février 1950, Correspondance, p. 112).

31 Louis Belzile (Rimouski, 1929) étudie à l’Ontario College of Art (1948-1952) et fait un stage en France par la suite auprès d’André Lhote (1952-1953). Il signe le manifeste des Plasticiens en 1955 et devient membre, l’année suivante, de l’Association des artistes non figuratifs de Montréal. Voir André Comeau, Artistes plasticiens, p. 32.

32 « Alors que de multiples activités d’art et métiers et de récréation s’y dispensent en tant que thérapie d’occupation, on effectue à l’hôpital, au cours de 1954, notamment, 21 lobotomies, 12 castrations et hystérectomies, de même que plusieurs centaines d’électrochocs. Depuis l’instauration de ce service, on en a dispensé plus de 16 576 » (B. Courteau, op. cit., p. 115-116).

33 Texte de base : « oval » (de même que les autres occurrences du même mot).

34 Texte de base : « revolver ».

35 « Je restai ici cinq mois. Je choisis de recourir au silence car j’avais des amis subversifs. Je fus battu, on m’imposa le supplice de l’insulinothérapie. Et puis, je fus relâché à la suite d’une brève évasion. Mon médecin fut congédié de l’hôpital » (Claude Gauvreau, lettre du 1er juillet 1956 à Erle Stanley Gardner, dossier médical de Claude Gauvreau, hôpital Louis-Hyppolite-Lafontaine ; supra, p. 245).

36 Selon la version des faits rapportée par Roger Lemieux, le psychiatre quitta cet établissement de son propre chef, « ayant renoncé à demeurer à Saint-Jean-de-Dieu » (op. cit., p. 151).

37 « Je restai six mois dans l’hébétude et dans la stupidité psychothérapeutique. Finalement, j’entrepris de traduire et d’adapter pour la radio treize contes de Ray Bradbury » (Claude Gauvreau, lettre du 1er juillet 1956 à Erle Stanley Gardner, dossier médical de Claude Gauvreau, hôpital Louis-Hyppolite-Lafontaine ; supra, p. 245).

38 « C’était un moment où s’organisaient, dans les hôpitaux généraux, des structures nouvelles qui faisaient une place à la psychiatrie. Confinée jusque-là aux asiles, elle entrait dans les hôpitaux généraux de plein droit. Cela requérait un personnel infirmier spécialisé, des services auxiliaires compétents : pour les psychologues et travailleurs sociaux, un entraînement rapide à des fonctions nouvelles » (Roger R. Lemieux, op. cit., p. 148). Roger R. Lemieux rapporte qu’une importante partie de l’enseignement de la psychiatrie lui fut confiée par le directeur du Département de psychiatrie de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, qui préférait se consacrer à la mise en place d’un premier service de psychiatrie dans un nouvel hôpital général : « Il n’y eut ni concours ni compétition pour ce titre d’enseignant. J’étais le seul disponible et intéressé. Je me souviens d’avoir reçu, par lettre, un titre de professeur agrégé que je n’avais pas brigué » (ibid., p. 138).

39 Maurice Duplessis Le Noblet (1890-1959), député de Trois-Rivières (1927-1959) et premier ministre de la province de Québec de 1936 à 1939 et de 1944 à sa mort. D’abord chef du Parti conservateur, il s’allia des libéraux et des nationalistes pour fonder le parti de l’Union nationale en 1935.

40 Roger R. Lemieux a narré les circonstances de sa découverte de Freud, en 1944 : « À la bibliothèque peu fréquentée de l’hôpital je découvris un livre de Freud. C’était un volume broché dont les pages n’avaient même pas été coupées. Le nom de l’auteur m’avait attiré : un professeur de philo au collège avait glissé rapidement sur la psychologie de cet auteur qu’il jugeait fumeux. Ce volume c’était La Psychopathologie de la vie quotidienne. La traduction française était excellente. [...] Quelle découverte ! L’auteur ne se bornait pas à enregistrer des symptômes mais, mieux, s’efforçait d’en découvrir l’origine. Mon enthousiasme était sans bornes » (ibid., p. 23).

41 S’inspirant des travaux de l’anthropologue Edward Sapir, Harry Stack. Sullivan (1892-1949) « rejeta les concepts freudiens d’inconscient et de sexualité pour mettre au point une nouvelle doctrine psychothérapeutique, la “psychiatrie interpersonnelle”, qui insistait sur le conditionnement. Selon lui, le self de chaque individu est construit par les reflets que les jugements de ses parents et de ses proches exercent sur lui depuis son enfance. En conséquence, la technique adéquate de traitement consiste à faire prendre conscience au patient, de façon active et dynamique, des modes de pensée qui pèsent sur lui à son insu. [...] Refusant le divan des psychanalystes orthodoxes autant que la nosographie figée de la psychiatrie classique, Sullivan fut, dans le domaine du traitement de la folie, l’un des artisans les plus brillants de ce courant social de la psychothérapie dynamique qui deviendra le creuset de la contestation antipsychiatrique » (É. Roudinesco et M. Plon, op. cit., p. 1030-1032).

42 Il s’agit du Journal musical canadien. Claude Gauvreau y publie « Fernand Leduc et la suppression de la perspective » (vol. 1, n° 8, avril 1955, p. 6) et « Où va notre peinture ? » (vol. 1, n° 9, mai-juin 1955, p. 3). Pierre Gauvreau collabore aussi à ce journal, y signant une chronique sur l’art (voir Ray Ellenwood, « Pierre Gauvreau, provocateur », Études françaises, vol. 34, nos 2-3, 1998, p. 39, n. 31).

43 La présence du glucose est une conséquence indirecte des traitements à l’insulinothérapie.

44 Après ses études classiques chez les Jésuites et des études à l’Université de Montréal en lettres et en histoire, Marc Thibault (30 janvier 1922) enseigne les langues et l’histoire au Collège Sainte-Marie, de 1944 à 1950. Entré en 1950 au service de Radio-Collège comme réalisateur, il produit jusqu’en 1955 des émissions culturelles dans les domaines variés. Entre 1955 et 1957, il œuvre au renouvellement de la programmation au sein de la direction des programmes de la radio. Nommé en 1957 directeur du service des émissions éducatives et d’affaires publiques, il travaille jusqu’en 1968 au développement de magazines d’actualités tels Point de mire, Carrefour, Premier Plan, Le Sel de la semaine, Le 60. À l’automne 1968, il accède à la direction générale de l’information qui regroupe, tant à la radio qu’à la télévision, la grille des émissions de nouvelles, d’actualité et d’affaires publiques. Il travaille ensuite à la direction des politiques de programmes du réseau français (1981-1985), puis prend sa retraite en 1985 après 35 ans de service. Il est élu en 1987 à la présidence du Conseil de presse du Québec, qu’il quitte à l’automne 1991.

45 Voir Écrits II, p. 420, n. 183.

46 « Les Contes de l’homme tatoué », traduction et adaptation pour la radio de The Illustrated Man de Ray Barbury. Neuf des treize épisodes seront présentés dans la série « Astéroide 1313 » à Radio-Canada, diffusée du 7 juin au 2 août 1956 (voir J. Marchand, op. cit., p. 394). Le 1er juillet 1956, Gauvreau écrit : « Je restai six mois dans l’hébétude et dans la stupidité psychothérapeutique. Finalement, j’entrepris de traduire et d’adapter pour la radio treize contes de Ray Bradbury. Après quelques tergiversations explicables, le marché fut bâclé avec CBF. Je conserve toute ma gratitude à Bradbury » (Claude Gauvreau à Erle Stanley Gardner, 1er juillet 1956, dossier médical Claude Gauvreau, hôpital Louis-Hyppolite-Lafontaine ; supra, p. 245).

47 Après ses études au collège Sainte-Marie, Lorenzo Godin (Sainte-Anne-de-Bellevue, 1931) poursuit une carrière d’enseignant pendant quelques années. En 1954, il entre à Radio-Canada, où on lui confie la réalisation de séries radiophoniques Flagrant délit (série policière), Le Champion (série humoristique avec Carl Dubuc), Nouveautés dramatiques, Au dictionnaire insolite, Concert de jazz). À partir de 1962, il oriente sa carrière vers le secteur de l’information télévisée. Chef de l’information puis de supervision de l’émission Aujourd’hui, il devient en 1968 chef du Service des affaires publiques. En juillet 1971, il est nommé directeur des programmes de la radio française de Radio-Canada, poste qu’il occupe jusqu’à sa nomination au Bureau de Radio-Canada à Paris en août 1977, où il est affecté à la coordination de l’information. De retour au Canada en janvier 1980, il est promu directeur des Politiques au Service français de Radio-Canada, où il collabore à la révision des politiques journalistiques. En 1981, il assume la fonction de directeur-adjoint du Service de l’information à la Société Radio-Canada.

48 François Morel (Montréal, 14 mars 1926), pianiste, chef d’orchestre, compositeur. Il entre à dix-sept ans au Conservatoire de musique de Montréal, où il étudie la composition avec Claude Champagne. Il travaille par la suite pendant plus de vingt-cinq ans à Radio-Canada, comme compositeur et chef d’orchestre à la pige, composant pour le théâtre, la radio et la télévision. De 1979 à 1997, il est professeur à l’École de musique de l’Université Laval à Québec, où il enseigne l’analyse musicale, l’orchestration et la composition. François Morel se fera surtout connaître à travers son œuvre qui compte une cinquantaine d’ouvrages de musique de chambre, pour orchestre, et pour clavier, qui en font l’un des plus éminents représentants dans le domaine de la musique contemporaine. La création d’Antiphonie, au Carnegie Hall en 1953, sous la direction de Leopold Stokowski, marque pour lui le début officiel de sa carrière de compositeur. Ses œuvres sont exécutées tant en Amérique et en Europe qu’en Asie, par des chefs prestigieux comme Stokowski, Monteux, Abbado, Charles Dutoit. Parmi ses nombreuses compositions : L’Etoile noire : tombeau de Borduas, une œuvre de sept minutes pour clarinette, timbales, percussions, piano, harpe et cordes, qui fut créée le 13 mars 1962 par l’Orchestre symphonique de Montréal, sous la direction de Thomas Schippers.

49 Fred Barry (1887-1964). Après ses débuts au théâtre à l’âge de onze ans, il pratiqua le théâtre en amateur pour différentes troupes, dont le Cercle Molière, le Cercle Saint-Henri et le Cercle national. En 1911, il fut engagé par Fernand Dhavrol comme membre permanent du Théâtre National. Insatisfait des conditions de travail des comédiens, Barry aida à fonder deux nouvelles compagnies, celle de Bella Ouellette et de Jeanne Demons, qui jouèrent alternativement à Montréal et à Québec. Avec Albert Duquesne, il créa la troupe Barry-Duquesne qui joua au National, au Saint-Denis et au Canadien. En 1930, il devint propriétaire du théâtre Chanteclerc, renommé Théâtre Stella. Barry connut aussi une carrière prolifique à la radio, débutant en 1928 à CKAC. En 1937, la troupe Barry-Duquesne fut la première troupe québécoise à se produire en France. Barry participa en 1948 à la création de Tit-Coq. Voir Alonzo Le Blanc, « Fred Barry », The Oxford Companion to Canadian Theâtre, p. 45) ; Gilbert David, « Fred Barry (1887-1964), un pionnier de la scène au Québec », dans La Nouvelle Compagnie théâtrale, p. 237-238.

50 Roger Duhamel, « Notes de lecture. “Refus global” », Montréal-Matin, 14 septembre 1948, p. 4, et « Les zélateurs d’une mauvaise cause », Montréal-Matin, 27 septembre 1948, p. 4. Dans « L’épopée automatiste vue par un cyclope », Claude Gauvreau présente Roger Duhamel comme l’un des « laquais du régime » qui prit à partie Borduas (Écrits sur l’art, p. 369).

51 Bruno Cormier (1919-17 juin 1991), psychanalyste. Voir Écrits I, p. 266, et Écrits sur l’art, p. 368. Voir aussi Breaking the Chains. Bruno M. Cormier and the McGill University Clinic in Forensic Psychiatry, 2 vol.

52 Claude Gauvreau situe Antonin Artaud parmi « les grands écrivains prophétiques de la lignée surréaliste » (Correspondance, p. 25), dont la poésie sera même supérieure à celle d’André Breton (Écrits sur l’art, p. 351). Dans la liste manuscrite « Lecture ou relecture », on trouve en date de juillet 1966 « Artaud - Œuvres complètes, tome ii et tome iii » et « octobre 1966 - Artaud - Œuvres complètes, tome iv) ».

53 « Publication surréaliste, dont le titre renvoie, autant qu’aux phénomènes médiumniques, à la volonté de relancer entre surréalistes un “organe d’informations” [...]. Cette feuille eut huit numéros (de novembre 1952 à juin 1953) [...] Médium prit ensuite l’aspect d’une revue (éd. Arcanes) dont les quatre numéros (de novembre 1953 à janvier 1955) furent illustrés en priorité, tour à tour, par Hantaï, Paalen, Svanberg, W. Lam » (Gérard Legrand, dans A. Biro et R. Passeron, op. cit., p. 275).

54 « L’adjectif paranoïde est, dans la terminologie psychanalytique, issu de Kraepelin, réservé à une forme de schizophrénie délirante comme la paranoïa, mais qui diffère de celle-ci principalement par la dissociation » (Jean Laplanche et Jean-Bertrand Pontalis, Vocabulaire de la psychanalyse, p. 318).

55 Hans Prinzhorn (1886-1933), psychiatre allemand qui défendit la légitimité des œuvres produites par les malades mentaux : « Dans son livre magistral Expressions de la folie, publié en 1922, il fut le premier à regarder ces productions non pas comme une illustration de la pathologie des auteurs, mais comme des œuvres d’art à part entière. Il les baptisa “art schizophrénique” et les rapprocha de diverses écoles picturales modernes, notamment de l’expressionnisme. Loin de s’en tenir à la définition psychiatrique de la schizophrénie, Prinzhorn étendait le terme à une forme de pensée ou à une structure psychique capable de produire un art “sauvage” semblable à celui des enfants et des peuples primitifs, rejoignant ainsi le débat qui avait lieu, à la même époque, entre l’anthropologie et la psychanalyse à propos de Totem et tabou » (É. Roudinesco et M. Plon, op. cit., p. 945).

56 « C’est une rencontre avec René Char dans la boutique de José Corti qui fera de cet employé d’assurances, dès 1933, un compagnon de route des surréalistes, et notamment de Breton, Éluard et Ernst. En retour, il fera connaître au groupe Gisèle Prassinos, l’enfant-poète. [...] La guerre passée, Henri Parisot fonde et dirige des revues qui deviendront prestigieuses (K et Les quatre vents) ainsi que la collection de “l’âge d’or” reprise plus tard chez Flammarion. [...] Henri Parisot a aussi amoureusement composé des anthologies telles que Les Poètes hallucinés et Le Rire des poètes » (Michel Boujut, dans A. Biro et R. Passeron, op. cit., p. 319).

57 « Dans l’histoire de la sexologie puis de la psychanalyse, Sandor Ferenczi occupe une place à part. En 1906, avant sa rencontre avec Freud et dans un texte sur les états intermédiaires présenté à l’Association des médecins de Budapest, il prit ouvertement la défense des homosexuels persécutés en Hongrie. Il désapprouva tous les médecins qui les poussaient à se marier pour trouver un “remède” à leur “prétendu” problème. Par la suite, dans ses textes ultérieurs d’inspiration psychanalytique, il se révéla un excellent clinicien de la question » (É. Roudinesco et M. Plon, op. cit., p. 452). « C’est en rédigeant son étude sur Léonard de Vinci que Freud avait élaboré une approche de l’homosexualité qui allait servir à l’analyse du cas Schreber, et c’est à l’occasion de sa rupture avec Alfred Adler et de longues conversations avec Sandor Ferenczi que lui était venue l’idée de lier la connaissance paranoïaque à un investissement homosexuel et la connaissance théorique à un rejet de cet investissement » (ibid., p. 766).

58 Jean-Paul Martino (Dolbeau, 21 novembre 1935) « entreprend ses études classiques mais abandonne bientôt pour entrer dans l’aviation. Il y reçoit une formation de radio. A la suite d’un accident de travail, il obtient qu’une pension lui soit versée à vie. Il exerce alors divers métiers dont celui de journaliste au Soleil et il fréquente les milieux artistiques de la ville de Québec. Pendant les années soixante, il voyage à travers le monde, habite la France, les Indes et les États-Unis avant de s’installer à Vancouver où il est antiquaire. Il continue de publier sous le pseudonyme de “Paul Martin” » (DOLQ III, p. 718).

59 Helen Wills Moody (1905 - 1998), championne de tennis, a remporté entre 1923 et 1938 dix-neuf tournois majeurs, dont huit titres à Wimbledon.

60 Voir supra, p. 335, n. 5.

61 Janine Sutto fonde en 1943, avec Pierre Dagenais, le Théâtre de l’Équipe. Elle participe par la suite aux débuts du Théâtre du Nouveau Monde et joue au Théâtre du Rideau Vert dans de nombreuses comédies, dont Fleur de cactus. Un otage, La Contrebandière. Durant sa longue carrière au théâtre, elle interprète les œuvres de Molière, Pirandello, Shakespeare, Sheridan, Montherlant, Feydeau, et les créations québécoises de Marcel Dubé, Félix Leclerc et Michel Tremblay. Elle participe aussi à de nombreux télé-théâtres (Ces dames de l’estuaire, Le Bateau pour Lipaia, etc.) et plusieurs séries télévisées (Joie de vivre, Septième Nord, Symphorien, Poivre et sel). En 1978, elle signe sa première mise en scène, Sonnez les mâtines de Félix Leclerc, et monte par la suite, de Janette Bertrand, Moi Tarzan, toi Jane et Dis-le moi si j’dérange.

62 Voir supra, p. 322, n. 10.

63 Voir supra, p. 373, n. 32.

64 Jean Depocas dirigera l’ouvrage collectif intitulé Le Québec libre. Cahiers de la liberté française en Amérique (Montréal, Éditions du Québec libre, 1959, 112 p.), avec la participation de Roger Nadeau, Michel Brunet, André d’Allemagne, Simone Auger, Yves Préfontaine et Jean Tétreau. Voir J. Marchand, op. cit., p. 142, 214 et 523.

65 Voir supra, p. 297, n. 5.

66 « Un de mes amis (le peintre Goguen) me contraignit presque à louer son atelier. Je le louai, et m’en portai bien. Cependant, j’eus l’opportunité de sous-louer un excellent appartement rue Burnside et je profitai de cette chance. [...] Comme je voulais remettre mon “atelier Goguen” à un jeune couple de mes amis (le couple Huet-Ouvrard), et comme j’avais besoin d’échapper à la surveillance de ma mère et de ma tante, je décidai d’aller prendre un repas à la Hutte Suisse (ceci se passait en mai 1956). Or, là, j’eus à faire face à plusieurs filles de table (waitresses). Je n’avais pas bu une goutte d’alcool, j’étais convenablement vêtu, je me présentai poliment, et pourtant on refusa de me servir à manger. Je protestai, demandai à voir le gérant... rien n’y fit : une serveuse (qui s’identifia par la suite comme Carmen Bégin) m’avertit que je ne serais pas servi en ce lieu. Pourquoi ? C’est alors que je me souvins de Perry Mason. J’essayai de téléphoner pour obtenir des témoins impartiaux ; peine perdue. Je sortis donc de la Hutte Suisse... mais pour aller chercher un représentant de la loi. Un agent de la circulation, que je connaissais de vue depuis assez longtemps, était justement sur le trottoir devant le restaurant (bière & vin) ; je lui demandai de pénétrer à l’intérieur du restaurant avec moi. Devant lui, la présumée Carmen Bégin finit par dire : “Je ne suis pas obligée de le servir, il est fou” (en parlant de moi, va sans dire)... Après avoir constaté que l’agent ne bronchait pas devant l’injure injuste qui m’était faite, et à la suite d’un avertissement suffisant de ma part, je giflai la fille de table » (lettre de Claude Gauvreau à Erle Stanley Gardner, 1er juillet 1956 ; supra, p. 245-246).

67 Restaurant fréquenté par les automatistes, également connu sous le nom de la Hutte Suisse.

68 « Tout ceci se passait devant une très belle femme aux yeux bleus (bleu Waterman). L’agent de la circulation se rua sur moi et me donna quelques coups, à ma grande stupéfaction. Je pivotai sur mes talons de souliers et me dirigeai en gambadant assez vivement vers une porte (la troisième entrée de la Hutte Suisse celle du milieu) que je savais fermée à clef en permanence. D’un léger coup d’épaule je m’assurai qu’il n’y avait pas moyen d’en sortir et je fis face encore à l’agent sus-mentionné qui me donna quelques coups (tous assez légers). Je rendis une couple de légers coups à l’agent et lui dis : “Vous voyez que je suis parfaitement calme et raisonnable. Cessez de me frapper, sans quoi je vais être obligé de me défendre à ma force.” Alors l’agent fit un geste d’apaisement et siffla (sans doute pour faire venir de l’aide). Je retournai m’asseoir exactement à l’endroit où j’avais essuyé le premier refus et demandai de nouveau à être servi (je me trouvais assis dans le compartiment voisin de la femme aux yeux bleus Waterman et face à elle). Bientôt trois autres policiers firent irruption dans le restaurant et m’entourèrent agressivement. On me fit monter seul dans la voiture policière tandis que (je le suppose) l’on récoltait les témoignages à l’intérieur du restaurant. Une plainte fut certainement déposée contre moi, car je fus détenu quelques heures au gros poste de police de la rue Gosford. Dans la soirée je fus relâché sous cautionnement (grâce à Clauve Lavery et à ma mère) » (lettre de Claude Gauvreau à Erle Stanley Gardner, 1er juillet 1956 ; supra, p. 246-247).

69 Texte de base : « durs-à-cuire ».

70 Claude Lavery fut un ami de Claude Gauvreau au collège Sainte-Marie. Une lettre de Claude Gauvreau à Claude Lavery a été conservée : « Saint-Jean de Dieu / 30 novembre 1954 / Monsieur Claude Lavery / 1 rue St Thomas / Longueuil / Mon cher Claude, je suis sain d’esprit. Je suis prêt à subir mon procès devant jury, le plus vite possible. / Je compte, comme d’habitude, sur ton exemplaire générosité. / À bientôt, j’espère. / Ton ami, Claude Gauvreau » (dossier médical de Claude Gauvreau, hôpital Louis-Hyppolite-Lafontaine, supra, p. 240). Sur Claude Lavery, voir Correspondance, p. 348, 349, 352. Claude Lévesque a signalé la polémique qui opposa Claude Lavery et Claude Gauvreau : « “L’art est instinctuel, l’art est révolutionnaire” ne cessait de répéter Claude Gauvreau. Je me rappelle sa longue polémique avec Claude Lavrie [sic], reproduite dans le journal du collège Sainte-Marie, sur le rapport entre l’art et la psychanalyse, l’art et la révolution. Comme les surréalistes qu’il citait, Gauvreau affirmait la nécessité du hasard, le primat de l’inconscient et la fonction subversive de l’art. Il ne faut donc pas oublier le groupe des automatistes lorsqu’il s’agit de faire l’histoire de la pensée freudienne » (Le Proche et le lointain, p. 341-342).

71 Voir supra, p. 306, n. 4.

72 Allusion à la querelle au sujet de « Chiens dans un opéra automatiste » (voir supra, p. 301, n. 6).

73 Voir supra, p. 343. n. 16.

74 Jean Préfontaine est musicien et membre fondateur de l’ensemble du Jazz libre du Québec. Gilles Groulx et lui en seraient venus aux coups lors d’une fête à l’atelier de Molinari, rue Gosford, en décembre 1954, au sujet de Monique Duquette. Cette dernière devait quitter peu après Jean Préfontaine pour épouser Gilles Groulx. Suite à cette rixe, il est possible, selon Yves Préfontaine qui était présent lors de cet incident, que son frère ait engagé contre son rival une poursuite en justice pour voies de faits (conversation téléphonique de Gilles Lapointe avec Yves Préfontaine, 11 février 2002).

75 Robert Charbonneau (1911-1967) « complète ses études classiques au collège Sainte-Marie en 1933 et obtient un diplôme en journalisme de la Faculté des sciences sociales de l’Université de Montréal en 1934. La même année, il fonde avec Paul Beaulieu La Relève, devenue en 1941 La Nouvelle Relève, et dirige l’une et l’autre jusqu’en 1948. Journaliste, il travaille à La Patrie (1934-1937), au Droit (1937-1938), et au Canada où il est directeur adjoint puis directeur de l’information. En 1940, il fonde avec Claude Hurtubise les Éditions de l’Arbre dont il est le directeur littéraire (1940-1943) et le président. Nommé conseiller technique auprès du gouvernement fédéral sur les questions d’édition en 1944, il est élu président de la Société des Éditeurs (1945-1947). Il reprend alors sa carrière de journaliste comme adjoint au directeur de l’information à La Presse (1949-1953), directeur de La Semaine à Radio-Canada (1953-1955), puis directeur du service des textes à Radio-Canada en 1955. Membre de l’Académie canadienne-française depuis sa fondation » (DOLQ, t. iii, p. 500). Selon Guy Beaulne, c’est Robert Charbonneau qui a révélé publiquement que le texte radiophonique primé, Le Coureur de marathon, signé conjointement par Muriel Guilbault et Claude Gauvreau, était en réalité de Gauvreau, ce qui aurait contribué à entretenir l’inimitié de Gauvreau pour Charbonneau (conversation téléphonique de Guy Beaulne avec Gifles Lapointe, 27 mars 2000).

76 Sid Caesar (Yonkers, New York, 9 août 1922), comédien américain. Après le succès de la série Your Show of Shows (1950-1954) dans laquelle il partage la vedette avec Imogene Coca, Sid Caesar connaît la consécration avec une nouvelle série télévisée intitulée Caesar’s Hour (1954-1957). Il a également joué dans le film It’s a Mad Mad Mad World. Dans sa lettre à Erle Stanley Gardner, Gauvreau précise : « J’expulsai de chez ma mère mon psychothérapeute. Je fis une ultime tentative, extravagante, pour être payé. J’assistai aux répétitions (inquiétantes) de mes scripts Bradbury. J’expérimentai « follement » avec des miroirs et du verre. Je prouvai mon hétérosexualité une fois de plus (qui fut peut-être une fois de trop pour quelques-uns). Je défiai Sid Caesar par téléphone » (supra, p. 247-248).

77 Benoît Lafleur (1914-1990) débute en 1935 comme reporter au journal Le Canada. Il assume successivement les fonctions de critique musical et de chef de pupitre avant d’être nommé éditorialiste à ce journal en 1939. À la fin de cette même année, il entre au service des nouvelles de la Société Radio-Canada, où il fait partie de l’équipe des correspondants de guerre, parcourant la Belgique, la Hollande, l’Italie, l’Afrique du Nord et l’Allemagne. De retour au Québec en 1946, il reprend ses fonctions au Service des nouvelles de Radio-Canada (directeur du Service des causeries) en 1947. En 1955, il devient directeur de la radio, poste qu’il occupe jusqu’à sa nomination, en novembre 1958, comme délégué de Radio-Canada à Paris. De retour au pays en juillet 1963, il œuvre à titre de délégué auprès de stations affiliées, puis est nommé en mai 1970 délégué aux relations avec les stations affiliées du réseau français de radio.

78 Pierre Lamy (Montréal, 1926), producteur. « Figure incontournable dans le paysage cinématographique québécois, il a contribué à établir l’infrastructure économique nécessaire à la production de longs métrages au Québec, en étant mêlé à la production de près de vingt-cinq longs métrages importants. [...] Lamy s’occupe déjà d’un ciné-club au collège, puis au HEC où il est secrétaire comptable de la Société artistique des étudiants. En 1948, il est secrétaire comptable de la famille Trapp, au Vermont. De retour au Québec, il entre à Radio-Canada en 1956, à titre de responsable de la section jeunesse. Le domaine de la production d’émissions est tout nouveau, et Lamy fait figure de pionnier. Il produit la série Radisson avant de quitter Radio-Canada, en 1958, pour se joindre à Niagara films, fondé par Fernand Séguin » (M. Coulombe et M. Jean, op. cit., p. 270).

79 Annonceur réputé de Radio-Canada.

80 « Et puis, alors que je mangeais chez ma mère et qu’elle était en face de moi et alors que ma tante était derrière moi, d’épouvantables impulsions cruelles (semblant venir à la fois du dehors et du dedans de moi) agirent dans ma cervelle ; je résistai de toutes mes forces, puis dus y céder partiellement : d’un seul coup bref j’arrachai une poignée de cheveux à ma mère » (lettre de Claude Gauvreau à Erle Stanley Gardner, 1er juillet 1956 ; supra, p. 248).

81 Adrien Arcand (1900-1967), journaliste à La Presse, puis rédacteur en chef à L’Illustration nouvelle (qui deviendra Montréal-Matin). En 1932, il fonde l’Unité nationale, un parti antisémite qui prône la doctrine du national-socialisme. Il sera emprisonné pendant la guerre (1940-1945) en raison de ses liens avec le nazisme.

82 « Hantés par leurs origines, plusieurs psychothérapeutes formés au freudisme eurent tendance, tout au long du xxe siècle, à revenir à l’hypnotisme, soit pour démontrer un reste de suggestion à l’intérieur de la relation transférentielle, soit pour dénoncer les impasses thérapeutiques de la cure freudienne classique, soit encore pour affirmer, dans une optique révisionniste, que Freud n’avait rien inventé de nouveau et se serait fait berner par des simulatrices en état d’hypnose » (É. Roudinesco et M. Pion, op. cit., p. 467).

83 « Marqué à la fois par l’enseignement de Charcot et par celui de Bernheim, Freud abandonna très vite l’hypnose pour la catharsis, comme le montrent les Etudes sur l’hystérie. [...] Si Freud n’aimait pas l’hypnose et s’il considérait l’hypnotisme comme une technique barbare ne pouvant s’appliquer qu’à un nombre restreint de malades, c’est parce que l’adoption de la psychanalyse, comme technique de verbalisation des symptômes par la parole, permettait enfin au malade de parler librement et en pleine conscience sans avoir besoin de se livrer à un sommeil artificiel. [...] Freud fut le seul savant de son époque à inventer un traitement qui, en libérant le malade des derniers restes d’un magnétisme devenu hypnotisme et suggestion, proposait une philosophie de la liberté fondée sur la reconnaissance de l’inconscient et de sa voie royale : le rêve. Avec l’épanouissement du freudisme s’amorça le déclin de l’hypnotisme » (ibid., p. 466-467).

84 Claude Gauvreau fait allusion sans doute aux manifestions extraordinaires liées aux pratiques de l’occultisme décrites par le personnage de Des Esseintes dans le roman À Rebours (1884) et de Durtal dans Là-bas (1891), de Joris-Karl Huysmans. « M. Huysmans, qui est sorti du Naturalisme, pour aller dans la direction de la religion transcendantale, est, en un certain sens, le découvreur du satanisme moderne. Sous une forme à peine déguisée de “fiction”, il donne dans son roman Là-bas une vision incroyable et intraduisible de la sorcellerie, du sacrilège, de la magie noire, et d’abominations innommables pratiquées secrètement à Paris » (Joanny Bricaud, Huysmans et Satan, p. 7). Sur l’initiation de Huysmans au satanisme, voir aussi Jean Decottignies, « Là-bas ou la phase démoniaque de l’écriture », Revue des sciences humaines, avril-septembre 1978, p. 69-79.

85 « L’expérience d’amnésie fut épouvantablement pénible. Je finis par sortir graduellement du brouillard et rédigeai (de peine et de misère et sans pouvoir réussir à le compléter définitivement) un livre intitulé Ni ho ni bât. Je croyais que Muriel Guilbault était encore en vie. (Avant le début de cette expérience psychique j’avais lu Michel Carrouges et Gabriel Delanne [collaborateurs à la revue surréaliste Médium]) » (lettre de Claude Gauvreau à Erle Stanley Gardner, 1er juillet 1956 ; supra, p. 245). Michel Carrouges (pseud. Louis Couturier, 1910) a publié de nombreux ouvrages sur Éluard et Claudel (1945), Nietzsche (La Mystique du surhomme, 1948), sur Duchamp (Les Machines célibataires, 1954) et Charles de Foucauld, ainsi qu’un roman intitulé Les Portes Dauphines (1954). Après sa rencontre avec Breton en 1945, il participe aux réunions des surréalistes et publie en 1950 André Breton et les données fondamentales du surréalisme. Dans cet ouvrage, Carrouges émet, à propos des sciences occultes, l’hypothèse « [...] qu’un certain nombre de troubles hallucinatoires, de singulières rencontres, de pressentiments vérifiés soient des manifestations tributaires des phénomènes méconnus de la télépsychie [parapsychologie] ». Il se formerait selon lui, « dans les réseaux télépsychiques qui unissent toute l’humanité, de plus petits “cercles magiques” se composant les uns avec les autres et susceptibles parfois d’en entraîner d’autres dans leur orbite, ce qui serait le secret d’un certain nombre d’envoûtements et d’attractions collectives » (op. cit., p. 349-350).

86 « On me laissa seul chez ma mère (où je possède toujours ma chambre). Je m’y barricadai sommairement, et arrachai toutes les tentures et tous les rideaux de la maison (de telle sorte qu’on pût voir facilement de l’extérieur que je n’allais pas tenter de me suicider). Je lançai du troisième étage quatre pots de fleurs sur une terrasse dépeuplée ; ceci pourtant, après avoir crié un avertissement adéquat. Des policiers virent m’arrêter à domicile - arbitrairement, il me semble. J’eus cependant ma “sortie Jean Gabin” (cf. Le jour se lève). On me mena à la Prison de Bordeaux où, cette fois, j’entrai la pissette à l’air et la camisole de force autour des bras. J’avais été torturé toute la nuit précédente. Mon second séjour à la Prison fut beaucoup plus doux que le premier. Enfin, ce fut l’Hôpital St-Jean-de-Dieu à nouveau ; je m’y suis fait inscrire comme “moniste” et comme “polygame libertaire” » (lettre de Claude Gauvreau à Erle Stanley Gardner, 1er juillet 1956 ; supra, p. 248).

87 Raymond-Marie Léger, journaliste. Voir « Exposition Ferron-Hamelin », Le Quartier latin, 28 janvier 1949, p. 4 ; « Fernand Leduc défend la gratuité de la création artistique », Le Devoir, 8 novembre 1950, p. 6.

88 Chaîne de magasins d’alimentation.

89 « Le premier septembre 1924, le docteur Guillaume Lahaise est engagé par l’Hôpital comme médecin-traitant. Il y résidera, dans la “maison blanche” jusqu’à sa retraite, en 1958 » (B. Courteau, op. cit., p. 87). Sur Guillaume Lahaise, voir Robert Lahaise, Guy Delahaye et la modernité littéraire. « Le docteur Guillaume Lahaise, âgé de 81 ans, s’est éteint doucement à la salle Saint-Alphonse où, à sa demande, il est venu pour y finir ses jours. Cet éminent médecin a consacré trente-quatre ans de sa vie aux chers patients de notre hôpital. Il a logé de longues années dans la “Maison blanche” sise sur le terrain face au Pavillon Bourget, ce qui le rendait disponible aux appels d’urgence en dehors de son service » (Chroniques de l’hôpital Saint-Jean-de-Dieu (IX : 590-591), cité dans R. Lahaise, op. cit., p. 427).

90 Gaston Loignon, surintendant médical à Saint-Jean-de-Dieu.

91 « Le transfert de l’atelier Goguen échoua, que je sache, à cause de mon arrestation. Les deux jeunes gens m’y attendirent inutilement, et je dus moi-même les attendre ensuite aussi inutilement » (lettre de Claude Gauvreau à Erle Stanley Gardner, 1er juillet 1956 ; supra, p. 247).

92 Neuf des treize épisodes de la série Astéroïde 1313 seront diffusés par Radio-Canada ; voir infra, p. 416, n. 5.

93 « Le dernier Festival dramatique régional a donné lieu à divers incidents qui ont donné un peu de piquant à notre vie de théâtre, qui en manque un peu. Chaque soir, après le spectacle, les commentaires du juge Richard West ont été accueillis par des quolibets et des sarcasmes. Les spectateurs ont, dans une certaine mesure, manifesté leur désapprobation d’une façon non équivoque. L’un d’eux, Claude Gauvreau, a même été expulsé de la salle, pendant la représentation de “La cuisine des anges”. L’incident a été largement commenté par tous ceux qui ont suivi le Festival dramatique et il semble bien que tous les torts n’étaient pas du côté des manifestants » (Pierre Léger, « Au Festival d’art dramatique régional. Un spectateur s’est fait expulser », Le Petit Journal, 16 février 1953, p. 70). L’article est accompagné de plusieurs photos qui montrent l’arrestation de Gauvreau à l’Orphéum. Une des vignettes qui accompagnent les photos mentionne que « Gauvreau a été emmené au poste... à cause de son trop grand amour du théâtre ». « C’est tremblant d’indignation que j’ai quitté samedi soir le théâtre Orphéum, une fois terminée la sinistre comédie de la remise des trophées aux gagnants du Festival dramatique régional, choisis avec le moins de discernement possible par cet histrion de foire, ce cabotin des planches, ce pantin de cirque qu’est l’adjudicateur Richard West. Au mépris des lois de la plus élémentaire justice et de la plus simple clairvoyance, ce petit metteur en scène de théâtres de dixième ordre en Angleterre est venu prononcer des jugements dont la malhonnêteté et l’incompétence n’ont pas d’égal, je crois, dans l’histoire de ce Festival qui, pourtant en a vu bien d’autres. Pour tout dire, le Festival dramatique a été cette année une farce monumentale. Une partie du public a manifesté durant toute la semaine sa désapprobation et il a bien fait : il avait parfaitement raison. Vendredi soir, on a sorti de la salle un manifestant. J’ai l’impression que c’est le juge du Festival qu’il aurait fallu emmener au poste ! N’importe qui aurait pu juger à sa place et faire mieux » (Jean Hamelin, « Sinistre farce au Festival régional », Le Petit Journal, 16 février 1958, p. 70).

94 Fernande Saint-Martin (voir supra, p. 324, n. 16).

95 Philippe Émond (voir supra, p. 329, n. 2).

96 Robert Blair (voir supra, p. 321, n. 4).

97 Marcel Barbeau (voir Ecrits sur l’art, p. 364-365).

98 « Claude Tousignant (Montréal, 1932) fait ses études à l’École des beaux-arts de Montréal de 1948 à 1952, avant de poursuivre sa formation à l’Académie de la cloison d’or à Paris. De retour au pays, il entre en contact avec les automatistes et expose ses premières œuvres tachistes à « La Place des artistes » en mai 1953. En 1955, il expose à l’Échourie et l’année suivante, en compagnie de Guido Molinari, à la galerie l’Actuelle. Il délaisse cependant l’automatisme, concevant, selon l’orientation plasticienne alors en vogue, des œuvres géométriques de plus en plus épurées. Sa découverte de Barnett Newman, au début des années soixante, confirme son dessein d’explorer la couleur pure. Il tiendra au Québec et à l’étranger, durant sa carrière prolifique, plus d’une trentaine d’expositions individuelles. Voir James D. Campbell, Claude Tousignant : espaces-tensions 1955-1998/Claude Tousignant : Charged Spaces 1955-1998, Westmount, Galerie de Bellefeuille, 1999, 74 p.

99 Voir les lettres de Paul-Émile Borduas à Noël Lajoie, dans Écrits II.

100 Gilles Corbeil (voir supra, p. 367, n. 39).

101 Jean Goguen (voir supra, p. 322, n. 10).

102 Diplômé de l’École des beaux-arts de Montréal (1948-1953), Jean-Gérald Bertrand (1929-1981) y enseigne la peinture de 1956 à 1966 ; il poursuit sa carrière de professeur au Collège du Vieux-Montréal (1966-1981). Il participe à « Aspects de la jeune peinture », présentée du 8 juillet au 18 août 1959 à la galerie du restaurant Hélène-de-Champlain et expose ses « Œuvres récentes » du 3 au 16 février 1964 à la galerie du Siècle à Montréal. À cette occasion, Claude Jasmin écrit : « Peintre bon enfant. On songe à Mousseau et à ses copains barbouilleurs clairs et frénétiques des années 1950-55 ; justement, on songe à la peinture d’un Pierre Gauvreau. Du Blair, éclaté, pulvérisé, plus fou. Bertrand en met beaucoup parfois. Ses gouaches laissent songeur » (« Jean Bertrand : un feu d’artifice », La Presse, 8 février 1964).

103 Pierre Bourassa (Montréal, 15 juillet 1927) obtient en 1952 son diplôme en sculpture à l’École des beaux-arts de Montréal. Il enseigne cette discipline durant quatre ans au Musée des beaux-arts de Montréal, puis le modelage (1958-1960) et la sculpture (1961-1969) aux cours du soir à l’École des beaux-arts de Montréal. Il est actif dans les domaines de la gravure, de la peinture et de la création de bijoux. Il a aussi réalisé quelques décors pour le théâtre. Parmi ses nombreuses expositions, mentionnons celles chez Tranquille (1953, 1954), à la galerie l’Actuelle (1955), au Carré Saint-Louis (1955), aux Hautes Études Commerciales (1956), au Musée des beaux-arts de Montréal (1956, 1957), au Centre social de l’Université de Montréal (1969) et au Centre d’art du Mont-Royal (1971), à la Galerie d’art Les deux B à Montréal (1984). Il signe, avec Pierre et Claude Gauvreau, Maurice Perron, Gérard Tremblay et plusieurs autres artistes, une lettre ouverte : « Plasticiens et automatistes », La Presse, 10 mars 1961, p. 15.

104 Jean-Paul Jérôme (Montréal, 1928), peintre et professeur, fait ses études à l’École des beaux-arts de Montréal de 1945 à 1952, puis il apprend les techniques de la fresque avec Stanley Cosgrove. Il est un membre fondateur du groupe des Plasticiens et cosignataire de leur manifeste de 1955. Il côtoie, lors de son séjour à Paris entre 1956 et 1958, les peintres Hartung, Mortensen et Barré. Il fréquente régulièrement, durant cette période, la Galerie Denise René, la Galerie Arnaud et la Galerie de France. Après son retour au Canada, il est nommé professeur d’abord à l’École des beaux-arts de Montréal, ensuite à la Commission des Écoles Catholiques de Montréal et finalement à Sorel (1956-1966). Il quitte l’enseignement en 1973 et se consacre à la tapisserie. Il s’établit à Montréal en 1974, après avoir vécu plusieurs années à Saint-Ours sur les rives du Richelieu.

105 Stanley Cosgrove. Voir François-Marc Gagnon et Stanley Cosgrove, Stanley Cosgrove, et Jules Bazin et Stanley Cosgrove, Cosgrove.

106 Texte de base : « giffle ».

107 Jean Bruchési (1901-1979), avocat, journaliste, écrivain, haut fonctionnaire et diplomate (voir Écrits II, p. 142, n. 166).

108 L’école des Hautes Études Commerciales.

109 Il s’agit de Mgr ? Irénée Lussier, recteur de l’Université de Montréal. Sur son opinion quant à l’autonomie provinciale et à l’autorité de l’Église en matière d’éducation, voir l’article paru dans Le Devoir du 15 novembre 1956, p. 4. On ne sait cependant à quoi se rapporte cette « rebuffade écœurante ».

110 Voir supra, p. 320, n. 5.

111 Sur Gaston Miron, voir supra, p. 348, n. 24. Claude Gauvreau fait sans doute allusion à une version préliminaire du texte de Gaston Miron intitulé « Situation de notre poésie », qui paraît dans La Presse du 22 juin juin 1957, p. 67 et 70. Malgré certaines réserves à l’endroit du manifeste surrationnel, Miron y reconnaît l’importance historique de Refus global ainsi que l’apport significatif de Claude Gauvreau et de Paul-Marie Lapointe à l’évolution de la poésie québécoise : « Indépendamment de certaines intentions qui l’inspirent et que je ne partage pas d’emblée, ce manifeste est une date. En propos de violence, de révolte, de refus, mais aussi de revendication, il ébranle sans encore leur porter le coup mortel, nos dogmatismes, nos sentimentalismes, nos académismes et le réquisitoire embrasse tout l’homme et toute la vie. L’œuvre d’art n’est plus un accessoire, elle est vitale, elle fait appel à toutes les ressources de l’esprit et du corps, aux réalités du visible et de l’invisible, elle a une valeur en soi. Pour la première fois chez nous, la condition de l’artiste, de l’écrivain, sa liberté, sa fonction, sont posées devant notre société. Sur le plan poétique proprement dit Refus global a pour effet de libérer la force créatrice de ses entraves. [...] Deux poètes ont illustré de façon exemplaire et personnelle, c’est-à-dire concernée, cette poussée du moment : Claude Gauvreau, dont le principal de l’œuvre n’est malheureusement pas encore édité, et Paul-Marie Lapointe, dont Le Vierge incendié n’a pas fini de nous hanter » (Gaston Miron, « Situation de notre poésie », dans L’Homme rapaillé, p. 93-94).

112 Claude Gauvreau prépare la publication de son recueil Sur fil métamorphose (« Collection de la tête armée », 1956, 55 pages avec des dessins de Jean-Paul Mousseau) aux éditions Erta, dirigées par Roland Giguère.

113 De Roland Giguère avaient paru Trois Pas (1950), Les Nuits abat-jour (1950, illustré de collages sur bois d’Albert Dumouchel) et Midiperdu (1951) : « Tout au long des trois recueils, l’influence d’Éluard est très prégnante, spécialement comme le souligne fort justement Françoise Chamblas, au niveau de l’esprit, des formules magiques, des titres et, principalement de l’organisation thématique » (Guy Champagne, « Trois Pas et autres recueils de poésie de Roland Giguère », DOLQ III, p. 1022-1023).

114 Albert Dumouchel (voir supra, p. 327, n. 18).

115 Claude Gauvreau reconnaît en Gérard de Nerval l’un de ses poètes favoris (voir Ecrits sur l’art, p. 359).

116 « J’ai toujours eu une prédilection pour les héros romantiques (ceux de Victor Hugo, par exemple), parce qu’ils sont généreux, désintéressés, farfelus, et tendent au sublime » (Ecrits sur l’art, p. 355).

117 Interrogé sur les auteurs qui se sont distingués dans l’art de la prose, Gauvreau dira : « Je ne peux omettre Alfred Jarry parce qu’il a su se mouvoir à l’aise dans un impensable cocasse indissoluble du merveilleux » (Écrits sur l’art, p. 358-359).

118 Maréchal et chef d’État polonais (Lituanie 1867 – Varsovie 1935).

119 « Pour moi, Boulez complète Riopelle comme Chaplin complète Michaux ou Adamov » (Écrits sur l’art, p. 358).

120 Paquerette Villeneuve (1932), journaliste, écrivain, est l’auteure de Une Canadienne dans les rues de Paris pendant la révolte étudiante (Montréal, Éditions du Jour, 1968) ; Education for Handicapped Children (Paris, Unesco, 1970) ; Retour (Montréal, Leméac, 1985) ; Retour II : Journal d’émotions (Montréal, Leméac, 1987). Voir Écrits II, p. 854.

121 André Champeau : voir supra, p. 327, n. 20.

122 Jean Le Febure : voir supra, p. 304, n. 19.

123 « Chansonnier et poète né à Montréal [Raymond Lévesque (1928)] étudie l’art dramatique sous la direction de Madame Jean-Louis Audet et de François Rozet. Chanteur et comédien, il travaille surtout au poste radiophonique CKAC (1944-1954). Au cours d’un séjour de cinq ans à Paris, Raymond Lévesque chante dans différentes boîtes à chanson ; il continue sa carrière d’auteur-compositeur-interprète au Canada, à son retour, en 1960 » (Réginald Hamel, John Hare, Paul Wyczynski, Dictionnaire pratique des auteurs québécois, Montréal, Fides, 1976, p. 453). Parmi ses œuvres : Quand les hommes vivront d’amour, Québec, Éditions de l’Arc, 1968.

124 « Édouard Jaguer [Paris, 1924] publia ses premiers poèmes dans les revues de La main à plume en 1943. Au lendemain de la guerre, il collabora avec Yves Bonnefoy à La Révolution la nuit, revue qui voulait donner un nouveau départ au surréalisme, sans esprit partisan ; il collabora ensuite aux Deux Sœurs, la revue de Christian Dotremont publiée à Bruxelles, qui ouvre la voie au surréalisme révolutionnaire. Édouard Jaguer fut l’un des animateurs de ce mouvement à la fin de 1948. Puis, fin 1949, il fonda avec Max Clarac-Serou et Iaroslav Serpan la revue Rixes qui allait mener une recherche parallèle à celle de Cobra, dont Édouard Jaguer était d’ailleurs un des rédacteurs français. Après la disparition de ces deux publications, Édouard Jaguer voulut créer une nouvelle structure d’accueil pour les individus ou les groupes qui, dans la lignée du Surréalisme ou de l’abstraction lyrique, cherchaient de nouvelles formes d’expression. Ce seront la revue et le mouvement “Phases”, créés en 1953, et qui n’ont depuis lors cessé de multiplier leurs activités » (A. Biro et R. Passeron, op. cit., p. 221).

125 Pierre Schneider, « Jean-Paul Riopelle », L’Œil, n° 18, juin 1956, p. 36-47.

126 Claude Gauvreau fait vraisemblablement allusion ici à l’article de Milton Candel, « The Iron Curtain in the Glass Factory » (Art News, n° 5, septembre 1956, p. 23-27). Cet article est illustré de reproductions d’œuvres picturales d’artistes italiens s’engageant dans l’expressionnisme abstrait : Ennio Morlotti (Summer Landscape), Mattia Moreni (Sun on a Bush). Le numéro traite de la 23e édition de la Biennale de Venise ; on y trouve des reproductions de tableaux de De Kooning (Gotham News) et de Pollock (Convergence). On y trouve aussi un article biographique intitulé « Jackson Pollock, 1912 - 1956 » (p. 44-55).

127 Miriam Schapiro ([plutôt que « Shapiro », comme l’écrit Gauvreau], Toronto , 1923) étudie la peinture au collège, à New York, et par la suite à l’Université d’Iowa. En 1946, elle épouse l’artiste Paul Brach. Elle pratique divers métiers jusqu’en 1955, alors qu’elle devient artiste-peintre à plein temps, poursuivant une recherche formelle qui la rattache alors au courant de l’expressionnisme abstrait. Son activité à l’intérieur du mouvement féministe américain l’amène par la suite à développer un style personnel qu’elle nomme « femmage », dans lequel elle incorpore, sur le mode du collage, des éléments familiers (lacets, retailles de tissus, boutons, etc.) empruntés au monde de l’intimité féminine. Elle a présenté en 1999 au Art Museum de Missoula (Montana) une exposition intitulée « Miriam Schapiro : Works on Paper. A Thirty Year Retrospective ». Voir Thalia Gouma-Peterson, Miriam Schapiro: Shaping the Fragments of Art and Life.

128 Al Newbill (Springfield, Missouri, 13 janvier 1921) étudie successivement à la Society of Arts & Crafts de Détroit (1941-1942), au Brooklyn Museum of Art (1947-1950), à la Hans Hoffmann School of Fine Art de New York (1950-1952) et à la New School of Social Research de New York (1952-1953). Il enseigne la peinture et le dessin au Queen’s College de New York (1957-1958), à la Southern Illinois University (1960-1961) et à la University of California à Berkeley (1962). Il dirige par la suite le programme d’art de la Rodman Job Corporation (1965-1967) à New Bedford, puis il enseigne à l’Ohio State Regional Campus à Mansfield (1969-1976).

129 Nous n’avons pu identifier cette personne.

130 Les peintres signalés par Gauvreau resteront des figures marginales de l’histoire de l’expressionnisme abstrait américain : voir Irving Sandler, Le Triomphe de l’art américain, t. i et iii.

131 Irving Sandler a fait remarquer que si les expressionnistes forment une communauté, ils auront du mal à préciser le programme qui les réunit. A la question du critique d’art Alfred Barr, qui leur demande « quel est le nom le plus apte à définir votre orientation ou votre mouvement », ils répondront par une série de débats au Club. En avril et mai 1954, huit tables rondes sont organisées sur le thème « Has the Situation Changea ? » (op. cit., p. 203).

132 Wols. Voir Écrits II, p. 895, n. 9.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter