Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

29. Montréal, 10 novembre 19551

Texte intégral

  • 1 Autographe, fonds privé.

1Cher Borduas,

  • 2 Arrêté le 18 novembre 1954, Claude Gauvreau est conduit à la prison de Bordeaux, où il est détenu (...)

2Je ne vous apprendrai rien en vous disant que, depuis longtemps, je devrais être mort. Ceux qui, par quelque hasard, pensent à moi occasionnellement, eux aussi, ne peuvent être que de cet avis. Pourtant, aujourd’hui 10 novembre, je suis encore en vie. En vie, et théoriquement libre2. A l’instant de parcourir cette lettre, toutefois, vous aurez peut-être entendu dire que je suis mort.

3En tout cas, je serai probablement mort. Très probablement.

4Depuis des mois et des mois, je suis tout à fait conscient de l’absurdité impudente de ma survie. Je me suis parfois demandé comment il se faisait que mes rouages continuaient à bouger, alors qu’aucun mobile décelable n’existait à cela... Comment ne cesse-t-on pas de bouger automatiquement, alors qu’il n’y a plus de raison pour que l’on demeure en vie ?

5Au vrai, quelque curiosité, sans doute fort blême, restait encore en moi et répugnait à abdiquer ses besoins. Cela, en dépit du coût exorbitant pour moi de chaque instant de vie.

  • 3 « Dyne Mousso, qui avait débuté en 1955 en jouant l’écolière de La Leçon aux côtés du comédien fra (...)

6J’avais fixé pour le milieu d’octobre le moment de ma suppression. Mais la tentation de l’impossible est venue une fois de plus : une curiosité irrésistible est éclose d’un événement. On m’a appris que Dyne doit jouer au TNM, à partir du 10 novembre, le rôle-titre de La Mouette de Tchekhov3. Il me fallait durer jusqu’au 10 novembre, me rendre jusqu’au théâtre ; voir Dyne.

7Ce semble facile et simple : marcher jusqu’à un siège et s’asseoir, seulement regarder alors que les autres agissent. Être spectateur au théâtre.

8Ce serait très simple, si ma présence n’était une sorte de scandale partout où je vais. « C’est un fou... » « Attention... » « St-Jean-de-Dieu... » « V’là le fou... »

9Cher Borduas, je suis « l’idiot du gros village ». Ou, du moins, l’un des idiots...

10Mon physique et ma légende ont provoqué des manifestations de mépris absolument ignominieuses.

11On ne se gêne plus devant un paria de mon acabit. Aucune pudeur, aucune précaution. C’est à ma face que les opinions injurieuses, que les simagrées dédaigneuses s’expriment. Peut-être croit-on que l’inaptitude à parler aisément veut dire l’incapacité de comprendre tout de l’ambiance : c’est une erreur.

12J’entends, je saisis... et je dois subir sans bouger.

13Connaître le sort de l’idiot du village, ce pourrait être une expérience intéressante — si je pouvais y mettre un terme à volonté. Hélas, il n’existe qu’un arrêt pensable ; et du reste, incertain : la fuite dans le néant.

14Des médisances adéquatement horribles peuvent être dites sur mon compte. Pourquoi, alors, y ajoute-t-on des calomnies ? Pourquoi, par exemple, va-t-on répétant que je suis homosexuel ?

15La libération de l’hôpital avait pour moi une importance capitale : elle me rendait la possibilité de mourir dans l’immédiat — alors que l’hôpital ne m’offrait qu’une agonie très lente et odieuse.

16Mes horizons se trouvent singulièrement exigus. Mes choix ne sont pas nombreux, mes choix portent sur de toutes petites conjonctures.

17Même en face de la mort, la maladresse qui englue tous mes actes opère. A cause de cette maladresse, la tentative de suicide est un risque — je risque d’empirer mon sort en n’y mourant pas.

18Je risque de n’être que blessé — je risque de retourner à l’incarcération, plus meurtri et plus désespéré qu’auparavant — et cette prévision est la plus effrayante de toutes.

19Il faut comprendre une chose : pour moi, le danger le plus terrible serait de perdre l’actuelle possibilité du suicide. Une tentative de me tuer ne doit pas échouer : l’échec voudrait dire un ligotage sans issue, une immobilisation agonisante et pourrissante.

20Or, je suis maladroit ; et je suis grotesque. Je ne peux pas aller loin, je ne peux pas faire grand’chose sans que mes déplacements suscitent de la méfiance ou de la curiosité. Ma liberté relative dépend de mon habileté à ne pas effrayer, à ne pas causer d’appréhensions trop aiguës.

21Pour me tuer, je dois ne pas éveiller l’attention.

22Ces circonstances imposent, à toute entreprise de suicide de ma part, des limites assurément dangereuses. Au vrai, je ne puis tenter la mort que dans les parages immédiats de ma demeure.

  • 4 Dans Beauté baroque, le narrateur est entraîné par des « gestes grandiloquents, un tonnerre de son (...)

23La maladresse me ferait probablement rater une tentative qui demanderait de l’exactitude, les conjonctures se rétrécissent jusqu’à une seule : je dois me laisser tomber du toit de la maison4.

24La bâtisse est-elle d’une hauteur suffisante ? La chute fera-t-elle de moi un mort ou n’en fera-t-elle qu’un invalide ? À cela mon inexpérience et ma balourdise interdisent des réponses catégoriques. Les questions équivalent donc à des inquiétudes graves. Qui interroger sur de pareils sujets ? Qui ne serait pas assez moralisant pour décider que l’emprisonnement fût préférable à la mort ?

25Le holà avant même la tentative de mourir ? Possibilité répugnante sans aucun doute.

26Malgré la petitesse du champ d’action, rien n’est simple. Il y a aussi la peur de la mort, bien entendu.

27La peur de la déchéance à l’infini est plus grande, cependant.

28Je vais donc tenter de mourir.

  • 5 En réponse à un article de Dollard Morin, « Ces garçons et filles veulent la mort de toutes conven (...)

29Je déteste de plus en plus que les autres soient tourmentés. Mon suicide ne pourrait secouer gravement qu’une seule personne, ma mère5.

30Hésitation, donc.

31Hésitation à surmonter.

32Ah ! quelle noirceur !

33Je me défiais de l’improviste. Depuis quelques mois, un message ultime de suicidé, complètement écrit, repose dans un tiroir de mon bureau. Je ne m’en suis pas encore servi. J’attends, j’attends, j’attends... Comment dissimuler qu’il me coûte, malgré tout, de sacrifier les quelques joies éparpillées à travers mes angoisses et mes craintes ? Le néant, c’est l’absence de tout — d’absolument tout.

34Je reconnais la valeur des joies qui me restent. Mais la disproportion est devenue trop grande entre ces joies et leur coût. Je paye trop cher en malaises, en humiliations, en peurs.

35Le message ultime du suicidé me servira... Il a un peu vieilli, mais il me servira. Mes sentiments ont quelque peu changé depuis qu’il fut écrit, mais il me servira. Écrire est devenu pour moi tellement difficile que, de toute façon, je dois renoncer à transmettre les choses contradictoires et minuscules que je ressens. L’essentiel de mes préoccupations se trouve dans le message ; ce suffira.

36Et puis, qu’importe ?

37Je parle de mes affaires comme si elles avaient encore de l’importance, comme si des conséquences allaient naître de ma mort. Équivoque imputable à l’urgence de parler. Je n’ai pas d’illusions. Hors de ma conscience qui vacille, ma mort n’est rien. Ce ne sera même pas un petit fait divers. À peine effleurés passagèrement, des êtres diront : « Il fallait en arriver là... C’est pour le mieux... » ou encore : « Ce n’est pas trop tôt »... Voilà tout. Voilà tout.

38Ma mort n’aura pas plus d’utilité, pas plus de rayonnement que ma survie.

39Mourir ainsi, mourir inutilement, sans signification — c’est enrageant.

40Et continuer de survivre n’embellirait rien, ne signifierait rien.

41L’autre soir, alors que je marchais sur le trottoir, un garçon a ramassé un caillou à mon approche — épouvantable précaution.

42Je sais que vous n’allez pas essayer de nuire à ma nécessité la plus persistante, et que, d’ailleurs, vous n’en auriez plus le loisir. Je peux parler franchement ; échapper aux petits mensonges de fou auxquels personne ne croit mais qu’il faut, par une satanique prudence, répéter périodiquement.

43Il est impensable de mourir sans avoir dit, au moins une fois, le plus exactement possible, ce qui remue encore dans sa peau.

44Ici, nous allons toucher davantage au superstitieux, à l’irrationnel. Les valeurs dont je vais parler n’ont sans doute pas de répercussion hors de ma tête. Mais, tant que ma tête existe, elles y sont. Et je vais en parler avec toute la liberté dont je dispose.

45La répugnance irréductible au catholicisme compte essentiellement dans mon refus d’envisager l’internement comme solution tolérable.

46Je ne veux pas d’une mort catholique — j’entends d’une mort faussement catholique, d’un catholicisme imposé alors qu’on n’est plus capable de parler et de se défendre. Je ne veux pas des petites tricheries qu’implique une pareille mort. Pour autrui ma mort sera futile — car tout ce que fait un malade mental est automatiquement sans portée —, mais je veux qu’elle échappe au mensonge. Je tiens à ce que ma mort soit sans ambiguïté. Caprice opiniâtre.

  • 6 « Au tout début de 1952, Muriel Guilbault, depuis longtemps malade, se suicida. J’en fus irréparab (...)
  • 7 Un an avant sa mort, Muriel Guilbault avait laissé à Claude Gauvreau un message prémonitoire tracé (...)

47Surtout, il est impérieux que ma mort soit identique en risque intemporel, à celle de Muriel6. Je suis convaincu d’aller vers le néant. Mais, à supposer que je me tromperais, je ne veux pas d’un itinéraire autre que le sien7.

  • 8 Le cadavre de Muriel, affirme Claude Gauvreau, aurait été « souillé par d’abjects moralisateurs de (...)

48L’affirmation de Muriel sera répétée. Elle ne sera pas plus entendue, pas moins défigurée8 cette fois que la première. Tant pis.

49Cher Borduas, j’aperçois votre vie qui s’élargit sans cesse. La vie est opulente.

50Qu’il y a de beautés, de succulences !

51Toutes ces choses adorables que je voudrais connaître et flatter !

52Moi, c’est la surabondance des inaccessibilités qui me tue.

  • 9 Borduas répondra en faisant allusion au Cap Espérance : « J’ai désespéré de votre santé, mon cher (...)

53Je ne sais plus l’art d’approcher, de toucher, de posséder. Je suis devenu dégoûtant ; et l’aversion que j’inspire me confit dans une croûte infranchissable ; une croûte que personne ne voudra plus jamais franchir sincèrement, ne franchira plus jamais. On ne peut plus m’aimer, on ne peut plus aimer ce que je suis devenu : il faut que je meure9.

54Aimer ce qui ne peut plus nous aimer ? Aimer qui ne peut plus nous aimer ? Cela ne s’ose que de très loin, de très très loin... puis, de trop loin.

55Je sais que cette amputation ne concerne que moi, ne touche que moi : je sais que, pour infiniment d’autres, la vie reste riche.

56Vivez ! Vivez !

  • 10 « Les jolis vertiges de votre lettre restent toujours des vertiges à rejoindre, à saisir ! Donnez- (...)

57Qu’il y a de douceurs, de griseries, d’éclatements cendrés, de finesses, de détentes, d’assouvissements et d’appétits10 !

58Ma soustraction n’enlève rien à l’inépuisable vie. Je le sais bien. C’est terrible.

59Ah ! que je préférerais vivre !

60Si je pouvais.

  • 11 Il pourrait s’agir de l’entretien que Borduas accorda à Dorothy Gees Seckler : « Paul-Emile Bordua (...)

61Une publication de New York m’est parvenue il y a des mois11. Un sentiment profond de lassitude m’a empêché de vous écrire alors. Aujourd’hui je vous remercie.

62Je souhaite et prédis le bonheur à votre fille Janine.

  • 12 Marcelle Ferron (voir Écrits sur l’art, p. 372).
  • 13 Manuscrit : « le Febure ». Sur Jean Le Febure, voir supra, p. 304, n. 19.
  • 14 André Champeau (voir supra, p. 327, n. 20).

63Dites adieu à tous pour moi. Dites adieu à Marcelle12, à Le Febure13, à Champeau14 ; à Riopelle aussi. Dites adieu à tous. Dites-leur que je voudrais pouvoir les aimer longtemps.

  • 15 André Reybaz (1922) « touche à la fois au théâtre régulier par ses rôles classiques et à l’avant-g (...)
  • 16 Tania Balachova (1902-1973) « est une tragédienne de renom dans les théâtres dits “d’avant-garde”  (...)
  • 17 Germaine Montero (chanteuse populaire espagnole) interpréta, aux côtés d’André Roussin, le rôle de (...)
  • 18 Michel Vitold, « de son vrai nom Sayanoff, né en 1914. [...] metteur en scène, directeur de théâtr (...)

64(Et dites adieu aussi — pourquoi pas ? — à Reybaz15, à Tania Balachova16, à Breton, à Germaine Montera17, à Vitold18, à Michel de Ghelderode, à Camus, à Ferré, à Lollobrigida, à Michel Simon.)

65De la bonté en ma faveur ? Il y en a eu. De la patience ? De la générosité ? Il y en a eu.

66Le crépuscule non voulu ne me permet pas de désigner du doigt tout ce qui rutile.

67La vie rayonne.

  • 19 Dans la description qu’il livre de lui-même à Jean-Claude Dussault, Claude Gauvreau écrit : « Mes (...)

68Salut du Mongol19.
Claude

Notes

1 Autographe, fonds privé.

2 Arrêté le 18 novembre 1954, Claude Gauvreau est conduit à la prison de Bordeaux, où il est détenu jusqu’au 26 novembre. Le lendemain, il est interné à l’hôpital Saint-Jean-de-Dieu. Le registre de l’hôpital indique que Claude Gauvreau y sera hospitalisé du 27 novembre 1954 au 21 novembre 1955. Cette dernière date n’est pas sûre : selon d’autres sources, Gauvreau aurait reçu son congé officiel du Dr Roger R. Lemieux le 15 avril 1955.

3 « Dyne Mousso, qui avait débuté en 1955 en jouant l’écolière de La Leçon aux côtés du comédien français Jacques Mauclair (l’un des principaux metteurs en scène du théâtre d’Ionesco) avait tout de suite été remarquée par la critique et l’ensemble du monde théâtral. Après ses débuts dans ce Ionesco joué dans une salle de 150 places appelée “L’Amphytrion”, qu’un comédien français avait inauguré et tenu un an avant de repartir sans laisser d’adresse, Dyne Mousso fit une entrée plus que remarquée, célébrée, au Théâtre du Nouveau Monde en jouant le rôle de Nina dans La Mouette de Tchekhov que Jean Gascon mit en scène. Le spectacle fut reçu de façon inégale, mais tous les critiques parlèrent de Dyne Mousso. Jean Hamelin dans Le Devoir écrivit : “Elle est fine, sensible, et possède ce frémissement intérieur auquel on reconnaît les jeunes héroïnes promises à de hauts destins.” Il écrivit aussi : “elle se retrouvait par une sorte de miracle de l’instinct théâtral au diapason de la sensibilité tchekhovienne” » (Robert Lévesque, « La célèbre retraitée », Le Devoir, 25 mai 1994, p. B-8).

4 Dans Beauté baroque, le narrateur est entraîné par des « gestes grandiloquents, un tonnerre de sons verbaux », à déverser sur le toit « le surplus d’intolérable » : « Devant elle, devant le jeune homme : une irrésistible pulsion naît dans ma poitrine. Je me mets à courir, pitoyablement, sans parvenir à m’arrêter. Une fenêtre de l’appartement donne sur une toiture : par la fenêtre, je saute sur la toiture, je cours sur la toiture... Troisième étage. Mi-courant, mi-rampant. Je parviens au rebord de la toiture. Troisième étage. Si je tombe ? Excellentes chances de me tuer. Je marche sur le rebord de la toiture. Je souffre assez physiquement pour vouloir mourir : des pinces arrachent ma peau par plaques. Une arrière-pensée, moralement, me retient. L’espoir n’est pas mort : tant que l’espoir ne sera pas mort, aussi insensé qu’il soit, mon corps ne pourra pas mourir. / Faux suicide ? Peut-être » (Beauté baroque, p. 110). Voir aussi supra, p. 164, l’allusion au suicide dans la lettre du 20 septembre 1956. Le procès-verbal rédigé par le coroner Jacques Fournier et daté du 15 juillet 1971 précise que « Pierre Gauvreau [sic] qui réside au 4064 rue St-Denis apt. 11 à Montréal est décédé d’une chute du toit de sa demeure. Examen interne. Polytraumatisé. Fractures multiples. Inondation des bronches et trachée par du sang. Mort violente, impossible de déterminer les circonstances (aucun témoin). »

5 En réponse à un article de Dollard Morin, « Ces garçons et filles veulent la mort de toutes conventions » (Le Petit Journal, 15 novembre 1953, p. 35) et à « Un autre son de cloche » (Anonyme, Le Petit Journal, 15 novembre 1953, p. 35) qui mettent en cause la conduite prétendument laxiste de certains parents, Julienne Saint-Mars Gauvreau écrit au Petit Journal pour défendre l’allégeance de ses fils Pierre et Claude à la cause automatiste. À l’occasion de ce texte, elle évoque publiquement les souffrances de son fils Claude et l’incompréhension du milieu qui aurait pu facilement le conduire à la mort : « Dans son roman intitulé Beauté baroque, mon fils a situé admirablement la question du suicide. Dès que sera mis en circulation cet ouvrage dont la publication a été retardée par le manque de courage de quelques-uns, on pourra constater qu’il est possible d’être « automatiste » et de penser rigoureusement. [...] Il y a des souffrances qui échappent à la volonté humaine et que rien ne peut éviter. Mon fils Claude a été durement éprouvé par la vie et je sais qu’il n’aurait pas fallu beaucoup d’incompréhension à certains moments pour qu’il soit mort aujourd’hui. Que certains parents ignorants, superstitieux, bourrés de préjugés, réfléchissent à cela » (Julienne Saint-Mars Gauvreau, « Sur un reportage de Dollard Morin », Le Petit Journal, 6 décembre 1953, p. 44).

6 « Au tout début de 1952, Muriel Guilbault, depuis longtemps malade, se suicida. J’en fus irréparablement déchiré » (Écrits sur l’art, p. 68). Sur le suicide de Muriel Guilbault, voir Anonyme, « Décès de Mme Muriel Guilbault », La Presse, 4 janvier 1952, p. 15 ; Anonyme, « Mort de Muriel Guilbault », Le Devoir, 4 janvier 1952, p. 4 ; Anonyme, « Reine de la radio décédée », Le Canada, 4 janvier 1952, p. 3 ; Anonyme, « Communiqué sur la mort de M. Guilbault », Le Petit Journal, 6 janvier 1952, p. 36. Patricia Smart a relaté les circonstances entourant ce geste désespéré : « Le soir du 2 janvier 1952, Muriel et Robert Blair invitent des amis chez eux pour fêter la nouvelle année. Vers dix heures quarante, Muriel s’absente de la fête pour aller à la salle de bains. Au moment où Blair commence à s’inquiéter, il est déjà trop tard : elle est morte, elle s’est pendue » (op. cit., p. 174).

7 Un an avant sa mort, Muriel Guilbault avait laissé à Claude Gauvreau un message prémonitoire tracé à l’aide d’un bâton de rouge à lèvres : « Claude je ne veux pas que l’on m’expose. Cachez-moi. M[uriel] ». Selon Patricia Smart, cette instruction soulève la question du rapport entre la fiction et la réalité dans Beauté baroque, une œuvre qui met en scène la vie et la mort de Muriel Guilbault : « Il n’y a aucun doute que Gauvreau expose Muriel dans Beauté baroque : le portrait qu’il trace de la détérioration psychologique et du suicide d’une actrice adorée est clairement modelé sur elle. En même temps, présentant son récit comme un roman et non une biographie, il cache et protège la jeune femme. Enfin, ces mots de Guilbault ont une résonance particulière pour qui cherche à trouver l’essence de sa vie et l’énigme de sa mort » (ibid., p. 137-138). Sur cette question, voir Gilles Lapointe, « La lettre sous le regard du cyclope. La loi du secret dans la correspondance Claude Gauvreau - Paul-Émile Borduas », Globe, vol. 3, n° 1, été 2000, p. 44-63.

8 Le cadavre de Muriel, affirme Claude Gauvreau, aurait été « souillé par d’abjects moralisateurs de diverses disciplines » (« Autobiographie », dans OCC, p. 13).

9 Borduas répondra en faisant allusion au Cap Espérance : « J’ai désespéré de votre santé, mon cher Claude. Paradoxalement, peut-être, j’ai foi en elle. Une ère nouvelle monte infiniment douloureuse encore sans doute, mais pleine de sens pour nous — vos amis — et de sensations puissantes pour vous-même. Mon cher Claude, le cap est doublé. Qui sait si un port bien aménagé ne vous attend pas quelque part au-delà des vents d’équinoxe ? Un coin où il ferait enfin bon de vivre » (lettre du 25 novembre 1955, Écrits II, p. 802).

10 « Les jolis vertiges de votre lettre restent toujours des vertiges à rejoindre, à saisir ! Donnez-moi de vos nouvelles — des nouvelles des amis et amies — il y a tant de caprices, en vos parages, qui n’ont été qu’effleurés » (ibid., p. 803).

11 Il pourrait s’agir de l’entretien que Borduas accorda à Dorothy Gees Seckler : « Paul-Emile Borduas », Art Digest, juin 1955, p. 8-10.

12 Marcelle Ferron (voir Écrits sur l’art, p. 372).

13 Manuscrit : « le Febure ». Sur Jean Le Febure, voir supra, p. 304, n. 19.

14 André Champeau (voir supra, p. 327, n. 20).

15 André Reybaz (1922) « touche à la fois au théâtre régulier par ses rôles classiques et à l’avant-garde, par ses interprétations de Ghelderode (Fastes d’enfer, Hop signor) et ses créations d’œuvres de Boris Vian et de Jean Vauthier. Le Capitaine Bada de ce dernier fut l’un de ses plus grands succès en 1952. Son intelligence et son dynamisme donnent vie aux personnages les plus exceptionnels et les plus en dehors de la vie. Michel Vitold est un des acteurs qui soient restés le plus longtemps dans ce style de l’avant-garde » (Philippe Van Tieghem, Les Grands Acteurs contemporains (1900-1960), Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1960, p. 95). André Reybaz joue dans Quoat-Quoat de Jacques Audiberti au Théâtre de la Gaîté Montparnasse en janvier 1946 et dans Hop signor de Michel de Ghelderode au Théâtre de l’œuvre en 1947. Il signe par la suite les mises en scène de Faste d’enfer au Théâtre de la Huchette en 1948, de Équarissage pour tous de Boris Vian au Théâtre des noctambules en 1950 et du Capitaine Bada de Jean Vauthier au Théâtre d’aujourd’hui en 1952. Il monte par la suite au Festival d’Arras en juillet 1956 Le Repoussoir de Raphaël Alberti et crée cette même année L’Arbre de Jean Dutourd au Théâtre du Petit Marigny. Il a présenté certains échanges avec Audiberti, Paulhan, Boris Vian, Fernand Léger, Marcel Aymé, Armand Salacrou dans Têtes d’affiche (1975).

16 Tania Balachova (1902-1973) « est une tragédienne de renom dans les théâtres dits “d’avant-garde” ; elle a créé Huis clos, en 1944, au Vieux Colombier, sous la direction de Raymond Rouleau et joué la mère de Noces de sang de Lorca, en 1951, au Studio de Maurice Jacquemont. Son enseignement, tout à la recherche de la vérité intérieure, excluait l’emphase » (André Sallée, Les Acteurs français depuis Sarah Bernhardt, Paris, Borduas, 1988, p. 19). Tania Balachova et Michel Vitold firent partie de la distribution de Huis clos de Sartre, créée à Paris en 1944 huit jours avant le débarquement allié. On sait que Muriel Guilbault fut invitée par Sartre à se rendre à Paris pour y interpréter cette même pièce.

17 Germaine Montero (chanteuse populaire espagnole) interpréta, aux côtés d’André Roussin, le rôle de la fiancée dans la production de Noces de sang de Federico Garcia Lorca jouée par le Rideau de Paris au Théâtre de l’Atelier, le 1er juin 1938.

18 Michel Vitold, « de son vrai nom Sayanoff, né en 1914. [...] metteur en scène, directeur de théâtre, il préfère les planches aux studios où il est le plus souvent réduit aux troisièmes couteaux ». Il a joué dans de nombreux films, dont La Bande à Bonnot (Fourastié), 1969 ; L’Aveu (Costa-Gavras), 1973 et Le Mouton enragé (Deville), 1975. Voir Jean Tulard, Dictionnaire du cinéma. Acteurs-producteurs-scénaristes-techniciens, Paris, Robert Laffont, 1984, p. 942-943). Il interprète Noces de sang en 1951 avec Tania Balachova.

19 Dans la description qu’il livre de lui-même à Jean-Claude Dussault, Claude Gauvreau écrit : « Mes traits, légèrement asiatiques, peuvent faire penser aux mongols ou aux tartares » (Correspondance, p. 220). Il est intéressant de noter que Muriel Guilbault, selon la description que donne son époux Julien Major, « avait un type légèrement mongol » (Patricia Smart, op. cit., p. 143).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search