Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

28. Saint-Hilaire, 12 octobre 19541

Texte intégral

  • 1 Dactylographie, archives privées.

1Mon cher Borduas,

  • 2 Le passage entier se lit : « Je ne nie pas votre “éventualité” d’une fixation définitive. Je ne l’ (...)
  • 3 Sur André Derain, voir Écrits II, p. 664.

2Deux mots encore d’Arcane 17. Vous m’écrivez : « Mais depuis très longtemps je crois que seule la forme amoureuse malheureusement interrompue à la phase délirante permet une fixation définitive intéressante2. » Ceci est très possible : et le contraire ne sera certainement jamais démontré. J’incline personnellement à croire que vous avez tout à fait raison ici. Je suis forcé cependant d’insister sur un détail : la qualité d’émoi de la phase délirante peut être déterminée par la qualité de l’objet aimé. Il entre de l’émoi dans l’admiration des objets d’art : on ne me fera pas croire que la valeur sensible du palais du facteur Cheval est sur le même palier que celle d’un tableau d’André Derain3.

  • 4 Voir supra, p. 370, n. 15. En 1930, au Congrès des écrivains révolutionnaires (U.R.S.S.), Aragon s (...)

3Dans le livre en question, je crois me souvenir avoir soupçonné quelque faiblesse insolite — mais, en des endroits différents de ceux qui ont frappé votre attention. À l’époque où Arcane 17 fut écrit Breton avait évidemment la nostalgie de Paris, alors qu’Aragon — haut dignitaire de la Résistance — gueulait sur tous les tons que Breton n’aurait plus jamais le droit de rentrer en France4 ; en bon crétin efficace, Aragon évoquait, entr’autres motifs de cette exclusion, 1’« antipatriotisme » de Breton. Alors, Breton semble s’être vu contraint de tempérer, d’expliquer que sa dénonciation de « l’esprit français » n’a jamais porté que sur une catégorie de l’esprit français, etc. Il a un peu l’air de mendier son retour à Paris.

  • 5 « L’Amour fou : (André Breton, Gallimard, Paris, 1937, coll. « Métamorphoses »). Un fragment de ce (...)

4Il n’est pas impossible que l’exaltation de l’amour global et définitif, par Breton, à ce moment-là, ait été inspirée par cette même nostalgie de Paris — du Paris où il avait écrit L’Amour fou5. Conséquemment, du point de vue de la stricte véracité, il n’est pas impossible que, dans ce lyrisme assez ardent, il se glisse une part quelconque de duperie. Mais, peu importe le point d’origine, peu importe l’intention ! En obéissant à des « nécessités émotives », comme vous le dites fort bien, Breton — tout en décrivant un état privilégié qui n’est peut-être pas forcément le sien en réalité — met en lumière une possibilité pleine d’exigence et de joie. Son attitude est, en tout cas, permissive ; et le permissif, à mes yeux, est toujours digne de considération.

  • 6 « “Femme-enfant” est pour moi l’équivalence symbolique de “Vierge-mère”. Certes, il n’est pas ques (...)

5Pour ce qui est de « l’émotivité virginale6 », c’est bien, quant à moi, l’état le plus méprisable que l’on puisse concevoir chez la femme ! Je suis à peu près sûr que « femme-enfant » ne sait désigner qu’une structure de la sensibilité.

6Je relirai Arcane 17 — d’ici là, je ne peux plus en dire un mot.

  • 7 Claude Gauvreau fait retour sur un passage de la lettre de Borduas du 25 septembre, c’est-à-dire l (...)

7Des précisions me semblent nécessaires au sujet de l’idée d’« archaïsme7 ».

8La notion de temps et la notion d’évolution doivent toutes deux entrer en ligne de compte ici.

9On ne peut pas confondre l’objet prophétique d’hier avec l’objet archaïque d’aujourd’hui.

10Des objets peuvent être actuels dans le temps et être inactuels dans l’évolution ; des objets peuvent être inactuels dans le temps et avoir été actuels dans l’évolution. Il y a même des objets extrêmement prophétiques qui sont capables d’être inactuels dans le temps et actuels dans l’évolution. (Et dispensons-nous de parler de ceux qui sont inactuels dans le temps et inactuels dans l’évolution).

11Ceci nous amène donc à envisager l’attitude critique. On ne doit pas perdre de vue, me semble-t-il, que l’attitude critique est possiblement du présent ou possiblement archaïque.

  • 8 Voir supra, p. 324, n. 16.
  • 9 « À mon sens, le signe de cérébralité stérile serait dans l’épithète “fait pitié”. Elle indiquerai (...)
  • 10 L’année 1954 marque le centenaire de la naissance d’Arthur Rimbaud. Les surréalistes soulignent l’ (...)
  • 11 Le caractère prophétique de Rimbaud fut loué par les surréalistes qui reconnurent en lui un précur (...)

12Fernande S[ain]t-Martin8 exprime, à mon avis, l’attitude critique la plus désuète quand elle proclame que « Rimbaud fait pitié aujourd’hui9 ». Certes, le rayon prophétique de l’œuvre de Rimbaud a atteint aujourd’hui son extrémité10 ; mais Rimbaud a été, en poésie, la réalité prophétique11 la plus vaste de son époque — et son importance y est comparable à celle de Cézanne en peinture. Dirait-on que « Cézanne fait pitié aujourd’hui » — même si le rayon prophétique de son œuvre a atteint, lui aussi, son extrémité ?

13L’œuvre de Rimbaud, comme toute œuvre valable, comportait deux éléments essentiels : des apports à la connaissance, et l’expression d’une sensibilité individuelle unique.

14Pendant des décades et des décades, on s’est borné à approuver globalement telle école au détriment de telle autre école ou de telles autres ; à désapprouver telles écoles au bénéfice de telle école, etc. C’est dire que, devant un objet d’art, on ne tenait compte que de la notion intellectuelle contenue en lui ou induite de lui.

  • 12 Borduas se montre particulièrement réceptif à cette idée : « Toute attitude critique m’intéresse. (...)

15Or, depuis ce temps, il me semble, un progrès a été accompli en critique12 : on a pris conscience d’une réalité moins transitoire et moins fugitive que l’apport à la connaissance, on a découvert qu’un objet d’art pouvait être avant tout une concrétion sensible aussi durable qu’une montagne. On pouvait dès lors ne considérer que secondairement en critique l’aspect évolutif, et fonder une échelle de valeurs d’après les diverses qualités sensibles individuelles.

  • 13 Texte de base : « arrières-grands-pères ».

16Ne tenir compte que de la notion intellectuelle à découvrir ou à induire, c’est retourner à Boileau et à nos arrière-grands-pères13, c’est avoir en critique une attitude profondément archaïque.

17Certes, le producteur actif de réalités sensibles ne peut se passionner, subjectivement, que pour les éléments prophétiques de l’heure qui alimentent son efficacité personnelle. Mais, il me semble, une distinction normale peut s’établir très facilement entre la fonction du producteur et le rôle du spectateur.

  • 14 « Une “opération voluptueuse” est une opération strictement intéressée : elle exige la sensation d (...)

18Un objet peut être regardé autrement qu’en fonction de l’efficacité personnelle : l’admiration peut être une opération désintéressée, strictement voluptueuse14... À ce compte-là, les objets prophétiques de toutes les époques sont sur le même pied devant l’attitude critique.

  • 15 « L’expression de la sensibilité de Rimbaud étant mieux protégée contre l’érosion que notre cher M (...)

19En quoi l’expression sensible unique de Rimbaud15 se serait-elle détériorée, plus que celle du Mont St-Hilaire, depuis 1870 ?

20L’abandon de la réalité sensible en critique signifie le retour à quelque cérébralité stérile et destructrice de vie. Attitude complètement réactionnaire !

21Fernande S[ain]t-Martin a des sens à peu près aussi réceptifs que ceux d’un professeur de théodicée à l’Université de Montréal.

22Pour moi : mettre l’accent sur l’actuel en création, naturellement ! Ne pas, pour autant, mettre l’accent sur l’archaïque en critique !

  • 16 « L’ombre sur le cerceau », poème de Entrailles, publié dans Refus global avec « Bien-être » et «  (...)

23Pour ce qui est de L’Ombre sur ce cerceau16 : je suis de plus en plus convaincu que cet objet n’a pas encore été enfoncé ailleurs ou ici — pas plus que votre peinture, par celle d’Olssen ou de Molinari.

24A bientôt,
Claude

  • 17 L’exposition « En route », chez Agnès Lefort du 12 au 26 octobre 1954. Borduas, de passage à Montr (...)

25P.S. Des conditions financières, psychologiques, littéraires et saisonnières ne m’ont pas permis d’assister au vernissage de votre exposition. Je le regrette vivement. J’irai voir vos travaux, chez Agnès Lefort17, aussi tôt que je le pourrai.

Notes

1 Dactylographie, archives privées.

2 Le passage entier se lit : « Je ne nie pas votre “éventualité” d’une fixation définitive. Je ne l’ai jamais niée. Mais depuis très longtemps je crois que seule la forme amoureuse malheureusement interrompue à la phase délirante permet une fixation définitive intéressante. Exemple : Abélard et Héloïse » (lettre du 6 octobre 1954, Écrits II, p. 664).

3 Sur André Derain, voir Écrits II, p. 664.

4 Voir supra, p. 370, n. 15. En 1930, au Congrès des écrivains révolutionnaires (U.R.S.S.), Aragon signe une déclaration dans laquelle le surréalisme est attaqué au nom des thèses culturelles officielles du Parti communiste. Il rompt avec la poésie et le groupe surréaliste vers 1940, à la fin de « l’affaire Aragon », rejetant publiquement le soutien d’André Breton et ses amis à l’occasion de ses démêlés avec la justice française. Les séjours de Breton aux États-Unis et au Québec pendant la guerre lui vaudront, à son retour en France, d’être accusé de conduite anti-patriotique.

5 « L’Amour fou : (André Breton, Gallimard, Paris, 1937, coll. « Métamorphoses »). Un fragment de cet ouvrage (Au [sic] Château étoilé), constituant le chapitre V, était paru précédemment dans Minotaure. Le poète y évoque les circonstances de “hasard objectif” qui ont entouré sa rencontre de Jacqueline Lamba. Il complète la “définition” de la beauté convulsive indiquée par Nadja, et exalte (notamment à propos d’un voyage aux Canaries) sa conception de l’amour exclusif et charnel, comme manifestation de la “nécessité” philosophique à travers l’inconscient humain. Le livre se clôt sur la célèbre lettre à Écusette de Noireuil (la fille nouvelle-née de Breton) » (Gérard Legrand, « L’Amour fou », dans A. Biro et R. Passeron, op. cit., p. 21).

6 « “Femme-enfant” est pour moi l’équivalence symbolique de “Vierge-mère”. Certes, il n’est pas question, dans Breton, d’une virginité du corps. C’est tout au plus l’émotivité virginale » (Paul-Émile Borduas, lettre à Claude Gauvreau du 6 octobre 1954, Écrits II, p. 663). Le 20 octobre, Borduas fait cette nouvelle mise au point : « “L’émotivité virginale” est l’émotivité aux caractéristiques de la virginité : pudeur, fraîcheur, perpétuelle candeur... “Femme-enfant” et qui le restera toujours. Des exemples masculins de cette forme rare seraient le facteur Cheval et le douanier Rousseau aux impressions toujours vierges sans les nécessités de l’évolution. Je souhaite que cette fois ce soit plus clair. Dans Breton, femme-enfant peut aussi vouloir dire, même inconsciemment, une femme que l’on peut aimer passionnément comme sa mère et comme sa propre fille » (Écrits II, p. 668-669).

7 Claude Gauvreau fait retour sur un passage de la lettre de Borduas du 25 septembre, c’est-à-dire le retard culturel qui affecte Montréal, « fertilisé par le fumier de refoulements insensés : cela a permis de partir de plus loin au réveil qui vient de sonner. Cette première bouffée de conscience a toutes les griseries d’une naissance. Il faut maintenant monter plus haut : croître jusqu’à cette brûlante actualité où aucune forme d’archaïsme n’est permise » (Écrits II, p. 652).

8 Voir supra, p. 324, n. 16.

9 « À mon sens, le signe de cérébralité stérile serait dans l’épithète “fait pitié”. Elle indiquerait que l’œuvre n’a été appréhendée que dans sa fonction seconde. L’assimilation exige la perception de l’unité. La seule compréhension du sens historique est stérilisante » (Paul-Émile Borduas à Claude Gauvreau, lettre du 25 septembre 1954, Écrits II, p. 670).

10 L’année 1954 marque le centenaire de la naissance d’Arthur Rimbaud. Les surréalistes soulignent l’occasion par la publication d’un tract intitulé Ça commence bien.

11 Le caractère prophétique de Rimbaud fut loué par les surréalistes qui reconnurent en lui un précurseur (on sait l’importance qu’ils accorderont à la célèbre « Lettre du voyant »). Les surréalistes publièrent des inédits de Rimbaud et reprirent à leur compte son mot d’ordre : « changer la vie ». Le premier Manifeste du surréalisme (1924) prend d’ailleurs fin sur une formule d’inspiration rimbaldienne : « C’est vivre et cesser de vivre qui sont des solutions imaginaires. L’existence est ailleurs. »

12 Borduas se montre particulièrement réceptif à cette idée : « Toute attitude critique m’intéresse. La seule cependant qui me passionne est l’attitude critique en perpétuelle assimilation et transformation profonde : Baudelaire, par exemple » (lettre à Claude Gauvreau, 20 octobre 1954, Écrits II, p. 670).

13 Texte de base : « arrières-grands-pères ».

14 « Une “opération voluptueuse” est une opération strictement intéressée : elle exige la sensation d’un cheminement. L’on peut s’acheminer vers le futur ou vers le passé. Je me soucie peu de ceux, très nombreux, aux puissances voluptueuses retournées en arrière : qui ne vivent que de souvenirs. Je vous défie de trouver indéfiniment cette volupté devant un objet donné. Une fois assimilé il deviendra tout juste un objet familier de votre passé : intérêt historique. Ou alors, contrairement à ce que je crois, nous ne serons pas de la même famille émotive » (Paul-Emile Borduas à Claude Gauvreau, lettre du 20 octobre 1950, Écrits II, p. 670).

15 « L’expression de la sensibilité de Rimbaud étant mieux protégée contre l’érosion que notre cher Mont Saint-Hilaire, elle s’est, sans aucun doute, moins détériorée que lui depuis 1870. Mais cette expression est à jamais emprisonnée dans les poèmes de Rimbaud. Seules les associations, les émotions, les jugements de ses lecteurs comptent maintenant. Ni Rimbaud ni l’œuvre, n’a plus rien à y voir » (ibid.).

16 « L’ombre sur le cerceau », poème de Entrailles, publié dans Refus global avec « Bien-être » et « Au cœur des quenouilles ». Gauvreau présente ce poème comme « un monologue de l’ombre que fit sur un cerceau un acrobate qui sautait » (J. Marchand, op. cit., p. 181). Jacques Marchand a fait remarquer, à la suite de Guy Robert, que « le titre du texte rappelle étrangement le titre d’une œuvre de 1916, de Man Ray, dont on appréciait la dimension visionnaire chez les automatistes : The Rope Dancer Accompanies Herself with Her Shadows » (ibid.).

17 L’exposition « En route », chez Agnès Lefort du 12 au 26 octobre 1954. Borduas, de passage à Montréal depuis le 7 octobre, devait y rester jusqu’au 17 de ce mois.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search