Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

27. Saint-Hilaire, 1er octobre 19541

Texte intégral

  • 1 Dactylographie, archives privées.

1Mon cher Borduas,

  • 2 Allusion à l’avant-dernier paragraphe de la lettre de Borduas : « Mon cher Claude, jamais vous n’a (...)

2J’ai bien reçu votre très belle lettre ambivalente2 — votre lettre qui oscille de la rupture à l’étreinte.

  • 3 Le 12 juin 1954, Pierre Gélinas avait mis en doute, dans L’Autorité du peuple (« La querelle des p (...)

3Au moment de sa réception, l’affaire Gélinas3 était réglée depuis quelque temps. À la suite de la vérification promise, j’avais acquis la certitude définitive que l’erreur possible était une erreur réelle : le texte purifié est entre les mains de Gilles Corbeil depuis quelques jours.

  • 4 Charles Maillard : voir supra, p. 352, n. 5.

4Je me souvenais nettement que Pellan avait utilisé à son profit, pour s’imposer comme professeur aux Beaux-Arts, le besoin urgent qu’avait Maillard4 de se donner une contenance en face de « l’art moderne ». Malgré ce souvenir exact du point essentiel, j’avais commis une erreur sur la chronologie des événements.

5Vous avez eu raison d’insister. Il ne me reste plus qu’à vous remercier de l’avoir fait. Merci.

6Le passage inexact a été remplacé par le suivant :

Plus tard, lors de l’ouverture d’une exposition des travaux d’élèves, aux Beaux-Arts, des partisans de Pellan apposèrent, aux murs de l’école, des papillons sur lesquels se lisait l’inscription suivante : À BAS MAILLARD ! Ces papillons obtinrent un effet à peu près nul : puisque Pellan avait accepté, des mains de Maillard, un poste de professeur aux Beaux-Arts. Pour obtenir ce poste, Pellan avait mis à profit l’extrême pression exercée sur Maillard par les attaques vigoureuses de la Société d’art contemporain : en devenant professeur, Pellan portait un dur coup aux revendications « modernes » ; puisqu’il accordait à Maillard une sorte de justification en lui faisant gratuitement une réputation de tolérance et en le transformant en sorte de « protecteur de l’art moderne ». L’entrée de Pellan à l’école fut l’occasion de la rupture entre Borduas et Pellan.

7Je crois que la véracité de ce nouveau texte est au-dessus de tout reproche — dans le contexte en question, du moins. Personne ne vous accusera d’être le complice d’une malhonnêteté.

8Ne craignez pas pour moi, je vous en prie. J’ai su ce que c’était que de lutter avec un équipement fragile, sans les armes normales dont on a besoin : j’ai su ce que c’était que d’être insulté bassement et vilipendé parce que l’on défend instinctivement (et aveuglément) des valeurs indispensables. À présent que j’ai davantage que les armes nécessaires : personne ne peut plus rien contre moi.

9La version première de ma riposte à Gélinas est encore entre les mains de Jean Vincent, à L’Autorité — je lui en ai fait cadeau. Si Gélinas, grâce à un coup de main de L’Autorité, essaie d’utiliser contre moi cette erreur du début, il n’aura fait que se jeter dans ce qui est devenu un piège (un piège non prévu mais néanmoins efficace).

  • 5 Voir la lettre du 21 septembre 1954, supra, p. 146 et 370, n. 12.

10Lebeuf5 a été de mes amis ; il a été peu des vôtres. Je lui avais fait confiance : confiance que j’accorde en principe à tous ceux qui m’approchent. L’esprit de Lebeuf n’est pas à la hauteur de l’impression que provoque habituellement son physique favorable : Lebeuf est un crétin, il est donc sans importance. Ce n’est pas parce que Lebeuf lui-même aurait de l’importance, que je vous ai entretenu de lui : j’ai parlé de Lebeuf, parce que Lebeuf a pu agir avec l’approbation et la docile compréhension de Leduc (opportuniste) et de Mousseau (naïf) entr’autres.

11Du reste, Lebeuf vient de perdre le contrôle des activités artistiques à l’Échourie. Le groupe de Lebeuf (Leduc-Mousseau y compris) boude.

  • 6 « Ambroise Lafortune [Montréal, 1917 – Montréal, 8 mai 1997] étudie au collège Saint-Ignace, au co (...)

12Lebeuf agissait pour le compte du Stalinisme, à travers les « boys scouts néo-chrétiens d’Ambroise Lafortune6 ». Rétrogradation sur toute la ligne !

  • 7 Allusion à l’exposition d’Alfred Olssen présentée à l’Échourie en octobre 1954 (voir supra, p. 341 (...)

13J’ai appris que la compétence de Lebeuf avait été chassée de l’Échourie, quand on est venu me chercher à St-Hilaire, l’autre nuit, pour me permettre d’assister au vernissage de la première exposition dans la cave7. C’est un très curieux ami de Goguen, Jean-Léon Boutin (rêvasseur presque délirant, qui enseigne la musique et qui joue de l’orgue à l’église), qui m’a transporté en auto.

14Molinari a présentement la main haute à l’Échourie. Sa personnalité n’est pas entièrement rassurante, mais son orientation est sans doute mille fois plus lucide que celle de Lebeuf.

15La cave de l’Échourie a été décorée — d’une façon aussi neutre que possible — par Alfred Olssen.

  • 8 « Cette première exposition des travaux d’Olssen n’est pas entièrement homogène. [...] Les élément (...)

16La première exposition dans la cave était consacrée aux œuvres d’Olssen. Quelques grands tableaux sans doute flous8 ; mais aussi, plusieurs petits objets valables.

17Je revenais à Montréal — pour quelques heures — après quelques mois d’absence. L’atmosphère de l’Échourie m’a encouragé.

18Je crois que les éléments jeunes vont se montrer dignes de nos espoirs.

19Quand il y aura des tables dans la cave, le local sera sans doute moins parfait que maintenant pour les expositions : mais, il sera quand même sympathique, j’en suis sûr.

  • 9 La participation d’Albert Slikaitis à l’exposition « La Place des artistes » en avril 1953, au 82 (...)
  • 10 André Champeau (pseud. Jean-Louis Champagne). Claude Gauvreau a relaté les circonstances qui l’ame (...)

20Une série d’expositions est prévue : Ulysse succédera à Olssen ; puis, ce sera au tour d’Albert Slikaitis9 (dont les tableaux primitifs ont une belle fraîcheur sensible). Il est question de Blair, de Champeau-Champagne10.

  • 11 Allusion à Lebeuf, dont Gauvreau condamne les positions néo-chrétiennes-staliniennes et qui a été (...)

21L’imposture bolchévique11 a été mise en échec. C’est une nouvelle qui me procure de la satisfaction, ayez-en l’assurance.

22Au moment peut-être où vous-même écriviez la lettre que j’ai reçue de vous, Georges Ouvrard est venu me lire à St-Hilaire un début de lettre qu’il avait écrit à mon intention : dans ce document, il était dit qu’à son avis je suis le seul « automatiste » qui reste — et Georges me présentait la chose comme s’il m’apprenait une grande découverte. Cette constatation poussait un peu Ouvrard au pessimisme en face de notre collectivité : je lui ai dit que la perfection n’était pas la seule nourriture réaliste de l’optimiste.

23Georges avait aussi commencé à écrire une lettre à Sam, une autre à Molinari, une autre à Goguen : il n’en avait terminé aucune, mais il était parvenu à circonscrire exactement ce qu’il voulait dire dans chaque cas.

24Un type épatant, ce Georges Ouvrard !

25Dans nos parages, il existe deux positions distinctes vis-à-vis le mot « surrationnel ». Deux forces contraires tendent à exiger son abandon.

26Tentative de recul et tentative de dépassement.

27Il y a ceux qui veulent abandonner le mot « surrationnel », afin de retourner plus facilement à l’immanence par le suicide philosophique.

28Il y a ceux qui veulent abandonner le mot « surrationnel », afin d’affirmer que son dépassement a été réalisé.

29Ma sympathie va au deuxième groupe : même si ce deuxième groupe ne semble pas avoir une crainte suffisante de l’injustice. Ce « dépassement » a tendance à s’effectuer dans un sentiment d’autonomie un peu fictive. Il semble que ce « dépassement » ne s’effectuera réellement que dans la sérénité critique : c’est-à-dire, dans la justice.

30On a un peu tendance à faire comme si « indépendance » était synonyme de « rejet ».

31On a un peu tendance à qualifier naïvement d’ » objectivité » tout ce qui est « condamnation ».

32Les fétichistes primitifs enfonçaient des objets pointus dans l’image de ceux qu’ils voulaient détruire, et croyaient ainsi les avoir détruits. Il y a de ce fétichisme, chez les jeunes « automatistes anonymes ».

33Pourtant, ce n’est pas être « indépendant » d’une réalité que d’en taillader l’image illusoire. C’est tout simplement être dépendant des méthodes fictives de maturation.

34Sam admire beaucoup Molinari, parce qu’il voit chez Molinari l’audace de rejeter des valeurs réputées intouchables. Pourtant, la lucidité n’est pas le seul motif imaginable à la condamnation... La condamnation peut avoir mille autres motifs que la lucidité. Par exemple, une jalousie <illisible> primaire peut expliquer, aussi bien que la lucidité, la condamnation d’un objet valable (ou non)...

35Enfin, je suppose que tout ceci fait partie des processus normaux de croissance...

36Mais, j’en suis définitivement convaincu, il n’y a pas de maturité véritable sans justice sereine.

37L’objectivité, c’est la justice.

38La justice, c’est la capacité de situer à sa place ce qui est bon, ce qui n’est pas bon.

  • 12 Ce texte de Gauvreau ne sera pas publié dans Arts et pensée, la revue ayant cessé de paraître. Voi (...)

39En tant que directeur de Arts et Pensée, Gilles Corbeil a accepté de publier ma réplique à Gélinas12. Des tirailleries avec Julien Déziel sont à prévoir. Corbeil m’a affirmé que, si Déziel s’oppose formellement à la publication de mon texte, il va rompre avec le franciscain. Corbeil me semble une nature assez fière : aura-t-il, cependant, le courage d’en venir à cette extrémité ?

40Corbeil a certainement du chemin à parcourir... Son espoir de « neutralité » est tout à fait utopique.

  • 13 Voir Fernand Leduc, « Art de refus... Art d’acceptation », op. cit., p. 143, et supra, p. 360, n. (...)

41Corbeil m’a appris que le prochain numéro de Arts et pensée va publier le texte de Fernand (en même temps, donc, que l’article de Gélinas et le mien). Fernand vous a-t-il fait parvenir copie de son texte13 ? Corbeil m’a dit que Fernand était à y retravailler..

42Corbeil semblait croire que le texte de Fernand allait nécessairement provoquer une déclaration de vous. J’ai fait la moue...

  • 14 Sur l’intérêt que Gilles Corbeil porte à Fernand Leduc, voir supra, p. 341, note 3.

43Personnellement, je préférerais que cette déclaration se produise. Mais Corbeil a certainement tendance à surestimer le dynamisme et l’importance du texte de Fernand14...

44Corbeil veut que mon texte, dans la revue, soit accompagné de reproductions. Il m’a suggéré une reproduction d’un de vos tableaux, une reproduction d’un tableau de Fernand : j’ai accepté ces suggestions. J’ai aussi suggéré une reproduction d’un tableau « réaliste-socialiste » de l’URSS ; et aussi, la reproduction de deux tableaux de Pellan : un tableau figuratif bon, un tableau non figuratif mauvais. Corbeil est d’accord. Peut-être une reproduction d’un objet de mon frère Pierre sera-t-elle publiée, aussi.

45Je n’ai pas accepté encore de devenir collaborateur régulier à la revue. La présence des soutanes me gêne considérablement.

46Si Gilles parvient à me faire confiance définitivement... je vais lui faire une suggestion dont j’ai, depuis quelque temps, l’idée : je vais lui suggérer de vous demander un article sur les peintres américains actuels — article qui serait publié avec des reproductions.

  • 15 En réponse à l’intérêt manifesté par Borduas, dans sa lettre du 25 septembre 1954, pour le travail (...)

47Peut-être serait-il possible, également, de demander à quelque lucide écrivain français dévoué un article sur Tal-Coat15...

48À propos de Arcane 17 et de la conception de Breton, j’avais bien écrit : « Cette possibilité, je la conserve pure pour ceux qui pourraient encore y accéder... » Il ne s’agit pas de mettre en conserve pour autrui quelque expérience vécue que ce soit.

49Il m’est impossible toutefois de sous-estimer le pouvoir de la négativité.

  • 16 Dans sa lettre du 21 septembre, Claude Gauvreau affirmait sa conviction que, dans une circonstance (...)
  • 17 Claude Gauvreau écrit en 1953 un texte intitulé « Érostrate et la mère de l’autre », qui sera diff (...)

50« Conserver pure16 » : ce veut dire que je ne prononcerai jamais une parole, que je ne poserai jamais un geste, qui soit de nature à empoisonner une joie de cet ordre. Le pouvoir de la négativité est à peu près illimité. Érostrate17 est tout-puissant, ou à peu près. Chez quelqu’un qui me ferait confiance, je n’aurais pas le pouvoir de détruire mais j’aurais le pouvoir d’assombrir une possibilité de cet ordre. « Conserver pure » : je veux dire par là, m’abstenir, moi, de commettre le moindre acte porteur d’ombre.

51Vous m’écrivez : « Pour moi c’est l’émoi qui alimente toute la vie par la profonde modification qu’il opère dans la conscience ; modification en perpétuelle transformation. » Je partage entièrement cette opinion. Mais je ne peux m’empêcher de souligner que — dans certains cas, du moins — la qualité de l’émoi est déterminée autant par la qualité de l’objet que par la qualité des sens réceptifs.

  • 18 Ferdinand Cheval (1836-1924) : « “Architecte du dimanche”, il est, selon Breton, “le maître incont (...)

52Je suis persuadé qu’un objet amoureux peut être rencontré capable, à lui seul, par sa présence constamment renouvelée et finalement inépuisable, d’alimenter et d’élargir l’émoi — tant que la vie durera. Je concède et affirme qu’un objet comblant de la sorte est très rare, qu’il est un phénomène spécial de la nature. Semblable objet est aussi rare et impensable que le palais du facteur Cheval18. Et pourtant le palais du facteur Cheval existe — à un exemplaire unique.

53L’objet a de l’importance. N’importe quel objet peut provoquer l’amour, le grand amour, l’amour extraordinaire. Il faut rencontrer un objet exceptionnel pour connaître l’amour inouï.

  • 19 Jacqueline Lamba [Paris, 1910] : « Celle qui fut pour André Breton “la toute puissante ordonnatric (...)
  • 20 Commentant, dans un texte intitulé « Documents », la publication dans la revue Liberté de la lettr (...)

54Breton a pu se tromper d’objet, en Jacqueline Lamba19. Ceci ne prouve pas pourtant — théoriquement, du moins — qu’il n’ait pas raison la seconde fois !... même si j’incline à croire, moi aussi, que Breton se trompe en l’occurrence20.

55Breton seul pourrait témoigner ici avec justice.

  • 21 « Pour le Breton d’Arcane 17, avec vous je trouve très belle la “révélation” du rôle “rédempteur” (...)
  • 22 « Malgré tout, ce n’est pas le poète que je chicane. C’est le penseur Breton qui avait été jusque- (...)

56Dans Arcane 17, j’avoue ne pas avoir vu d’Éternité ou d’Au-delà21. Breton a peut-être risqué quelques métaphores imprudentes22... Si tel est le cas, j’ai le sentiment que ces images n’ont pas plus d’importance pour lui que n’en avait, pour Victor Hugo, l’introduction de personnages de la mythologie grecque dans la poésie. On n’accusera pas Hugo de croire en Jupiter !

57De la part de Breton... l’expression d’une idée de virginité féminine m’apparaît plus qu’invraisemblable.

58Je vous reparlerai de Arcane 17, quand j’aurai relu le volume — ce que je m’empresserai de faire, dès que j’en aurai le loisir.

59En Breton, j’admire le poète. Le poète non pas en tant qu’il écrit de la poésie : il est inférieur à bien d’autres en cela. Le poète en tant qu’il pense. Le poète en tant qu’il a l’intuition de rendre accessibles d’impondérables nuances de réalité, des nuances intangibles à la notion catégorique.

  • 23 « Ce n’était pas une invitation à déserter que ce rappel à vos frères lointains. Non, pas du tout  (...)

60Il n’existe en moi aucune volonté « isolante23 », je vous l’affirme. L’Échourie est ordinairement un lieu plein de gens de toutes les races, de toutes les origines. Je fraternise avec la plupart d’entre eux — aussi bien ou mieux que les autres Canadiens de la place.

  • 24 Beauté baroque (voir supra, p. 139, lettre du 11 septembre 1954).

61Dans mon livre24, je suis rendu à la page 322. Il me reste encore, au moins, vingt bonnes journées de labeur ardu. J’espère que la fatigue ne viendra pas me couper les pattes.

62J’ai aussi complété mon 146ième dessin.

  • 25 Agnès Lefort (voir supra, p. 347, n. 20).

63Une seule information : serez-vous à Montréal pour l’expo chez Agnès25 ?

64Avec le sourire

65et avec une affection sincère,

66Claude

  • 26 Sidney Bechet (Nouvelle-Orléans, 14 mai 1897 – Paris, 14 mai 1959), clarinettiste, saxophoniste, c (...)
  • 27 Louis « Pops » Armstrong (Nouvelle-Orléans, 4 juillet 1900 – New York, 6 juillet 1971), trompettis (...)
  • 28 Tommy Ladnier (Florenceville ou Mandeville, Louisiane, 28 mai 1900 – New York, 4 juin 1939), tromp (...)
  • 29 Warren « Baby » Dodds (Nouvelle-Orléans, 24 décembre 1898 – Chicago, 14 février 1959), batteur amé (...)

67P. S. À l’occasion : veuillez écouter quelques disques de Sidney Bechet26, de Louis Armstrong27, de Tommy Ladnier28, de Baby Dodds29. Et dites-moi ce que vous en pensez.

Notes

1 Dactylographie, archives privées.

2 Allusion à l’avant-dernier paragraphe de la lettre de Borduas : « Mon cher Claude, jamais vous n’avez été plus près de moi. Vous êtes devenu l’un de mes trois plus grands amis : le vieux M. Leduc, autour de qui il faut mousser le mythe naissant ; mon vieux Bernard, le seul de mon âge, le témoin généreux de toutes mes excentricités ; et vous, le plus jeune, le plus fougueux. De tous ces jeunes fous que j’ai adorés celui qui est appelé au plus grand avenir. Si après ça vous doutez encore de ma confiance ; je vous étouffe !... Rapprochements bizarres peut-être ; c’est que la vie est aussi bizarre » (Écrits II, p. 653).

3 Le 12 juin 1954, Pierre Gélinas avait mis en doute, dans L’Autorité du peuple (« La querelle des peintres devient une querelle de mots », p. 6), la version de Gauvreau, qui avait tendance à minimiser le rôle joué par les étudiants de Pellan lors des manifestations anti-Maillard à l’École des beaux-arts de Montréal. Borduas sert à Gauvreau la mise au point suivante dans sa lettre du 25 septembre 1954 : « M. et Mme Gérard Lortie, M et Mme Maurice Gagnon — dans le temps quatre de mes amis — étaient, entre autres, les invités de M. Alfred Pellan, professeur à l’École des beaux-arts, à l’ouverture de l’Exposition annuelle, le soir de l’incident « À bas Maillard ». C’est un fait contrôlé et contrôlable. Qu’il y ait eu avant l’arrivée de Pellan dans la boîte, une grève des élèves ? C’est autre chose. Mais Pellan était en fonction lors de la manifestation relatée par Gélinas. Pour Gélinas, que je soupçonne d’avoir contribué à l’organisation de la fête ; pour tous ceux qui y ont participé, d’une manière ou de l’autre, ce fait est capital. Il était très important pour moi aussi. Vous vous imaginez bien que le comportement de Pellan aux Beaux-Arts ne pouvait, dans ce temps-là, me laisser indifférent ! » (Écrits II, p. 646-648). Dans un avertissement qui accompagne son texte « Aragonie et surrationnel » (Revue socialiste, n° 5, printemps 1961), Gauvreau précise : « Naturellement, je ressentis le besoin de répondre à une foule de détails vulnérables accumulés dans l’article de Gélinas ; d’autant plus que ces détails, qui me semblaient d’une faiblesse bien patente, avaient fait la délectation de certains esprits étonnamment influençables. J’écrivis donc un assez long texte, et je ne doutai pas de sa publication prochaine puisque la polémique avait soulevé un grand intérêt ; mais je n’eus pas de succès et l’hebdomadaire disparut définitivement à cette époque » (Écrits sur l’art, p. 273). Voir aussi Écrits sur l’art, p. 274-288.

4 Charles Maillard : voir supra, p. 352, n. 5.

5 Voir la lettre du 21 septembre 1954, supra, p. 146 et 370, n. 12.

6 « Ambroise Lafortune [Montréal, 1917 – Montréal, 8 mai 1997] étudie au collège Saint-Ignace, au collège Brébeuf et au séminaire de philosophie de Montréal. Il s’oriente ensuite vers la théologie et la pédagogie au scolasticat des jésuites et à l’École normale Jacques-Cartier. Il séjourne à la Martinique où il est ordonné prêtre le 7 mai 1945. De retour au Canada, il participe à de nombreuses émissions de radio et de télévision. En 1974, il devient animateur à la télévision et sa participation à l’émission Francophonissime l’amène à voyager beaucoup dans les pays de la francophonie. Il consacre les dernières années de sa vie aux œuvres du cardinal Léger. Outre des souvenirs, des mémoires et des essais pour adultes, on lui doit des romans scouts et des contes pour la jeunesse » (Françoise Lepage, Histoire de la littérature pour la jeunesse suivie d’un Dictionnaire des auteurs et des illustrateurs, p. 647).

7 Allusion à l’exposition d’Alfred Olssen présentée à l’Échourie en octobre 1954 (voir supra, p. 341, n. 6).

8 « Cette première exposition des travaux d’Olssen n’est pas entièrement homogène. [...] Les éléments formels de quelques toiles et de ses aquarelles, analogues à des paquets d’embruns entraînés dans un mouvement tourbillonnaire, donnent à l’œuvre une allure de figuration. On peut y voir des êtres filandreux se développant au sein même du chaos. Deux grands tableaux en noirs et en bleus sont conçus avec plus de force. De grandes formes rigides s’entrecroisent, s’entrechoquent, laissent traverser des éclats d’une lumière lunaire, ou nous font plonger au sein des ténèbres. Ce sont des toiles émouvantes, d’une belle tenue. Olssen est un peintre romantique qui construit ses tableaux comme l’on marche en rêvant à travers les raides forêts de conifères, liées par la glace, des pays nordiques » (Rodolphe de Repentigny, « Le romantisme bleu du peintre Olssen », La Presse, 6 octobre 1954, p. 35).

9 La participation d’Albert Slikaitis à l’exposition « La Place des artistes » en avril 1953, au 82 de la rue Sainte-Catherine Ouest à Montréal, avait été jugée par Paul Gladu d’une « naïveté rafraîchissante pour nos esprits de vieux citadins » (Paul Gladu, « La Place des artistes », L’Autorité, 16 mai 1954, p. 5).

10 André Champeau (pseud. Jean-Louis Champagne). Claude Gauvreau a relaté les circonstances qui l’amenèrent à faire la connaissance de ce jeune peintre et d’André Goulet à l’atelier de Mousseau, place Christin (voir Écrits sur l’art, p. 227-228). Voir aussi Marcelle Ferron, L’Esquisse d’une mémoire, propos recueillis par Michel Brûlé, p. 181-184.

11 Allusion à Lebeuf, dont Gauvreau condamne les positions néo-chrétiennes-staliniennes et qui a été remplacé à l’Échourie par Guido Molinari.

12 Ce texte de Gauvreau ne sera pas publié dans Arts et pensée, la revue ayant cessé de paraître. Voir supra, p. 142, la lettre du 11 septembre 1954.

13 Voir Fernand Leduc, « Art de refus... Art d’acceptation », op. cit., p. 143, et supra, p. 360, n. 5. Rodolphe de Repentigny signale la disparition de la revue Arts et pensée, qui cesse de paraître avec le n° 18 (juillet-août 1954) (François Bourgogne [pseud. de Rodolphe de Repentigny], « Nos revues d’art : une de perdue », L’Autorité du peuple, 2 avril 1955, p. 4). François-Marc Gagnon mentionne que dans ce texte « Leduc faisait déjà allusion aux plasticiens, qui, dès le mois de novembre de cette même année, se manifesteraient pour la première fois à la Librairie Tranquille » (Chroniques, p. 951).

14 Sur l’intérêt que Gilles Corbeil porte à Fernand Leduc, voir supra, p. 341, note 3.

15 En réponse à l’intérêt manifesté par Borduas, dans sa lettre du 25 septembre 1954, pour le travail de Pierre Tal-Coat : « En France, d’ici, je ne peux voir que Tal-Coat. C’est tout ce que je peux dire... Pollock et ces autres peintres n’ont rien à voir, non plus, aux généralités de New York. Ils ne sont pas plus possibles ici que Mousseau peut l’être à Montréal. Il est probable que Tal-Coat soit dans le même cas à Paris » (Écrits II, p. 652). Sur Pierre Tal-Coat, voir ibid., p. 652, n. 240).

16 Dans sa lettre du 21 septembre, Claude Gauvreau affirmait sa conviction que, dans une circonstance privilégiée, la rencontre d’une femme exceptionnelle serait « apte à nourrir l’intensité de toute une vie, sans déception relative » et il ajoutait : « [...] cette possibilité, je la conserve pure pour ceux qui pourraient encore y accéder... » (supra, p. 144). À quoi Borduas répondra : « Pour moi c’est du domaine du strict intérêt : du domaine de l’appréhension même du monde. Ça ne peut être mis en conserve pour autrui ! Certes, encore une fois, je crois que toutes les femmes avec qui l’on peut établir un contact émotif suffisant "alimentent toute une vie". Pour moi c’est l’émoi ressenti qui alimente toute la vie par la profonde modification qu’il opère dans la conscience ; modification en perpétuelle transformation. Ce n’est pas l’objet de cet émoi, de cette modification. Enfin... Vous êtes en excellente compagnie » (Écrits II, p. 651).

17 Claude Gauvreau écrit en 1953 un texte intitulé « Érostrate et la mère de l’autre », qui sera diffusé en 1957 dans le cadre de la série « Nouveautés dramatiques » (voir J. Marchand, op. cit., p. 303-306).

18 Ferdinand Cheval (1836-1924) : « “Architecte du dimanche”, il est, selon Breton, “le maître incontesté de l’architecture et de la sculpture médiumniques”. Cheval avait été passionné par les illustrations de ses livres de géographie et par les paysages des grottes nombreuses dans la région où il vivait. Au cours de ses tournées de facteur, il amassa pendant des années tous les cailloux aux formes bizarres qu’il put trouver sur son chemin. [...] À l’aide de ciment et de fil de fer, il assembla ses précieuses pierres pour construire un “Palais idéal” sur le modèle de celui qu’il avait vu en rêve. Ce chef-d’œuvre architectural tient à la fois de la grotte, du temple d’Angkor, de l’art de Gaudí, de la sculpture moderne, des décors de Méliès, du château de Neuschwanstein, de la pièce montée en sucre et du paysage sous-marin » (dans A. Biro et R. Passeron, op. cit., p. 90).

19 Jacqueline Lamba [Paris, 1910] : « Celle qui fut pour André Breton “la toute puissante ordonnatrice” de “La nuit du tournesol”, ce poème prémonitoire qui anticipait sur leur rencontre en 1934, eut aussi une activité créatrice dans le cadre du mouvement surréaliste entre 1935 et 1945. Après sa séparation d’avec Breton en 1943, J. L. deviendra la femme du sculpteur américain David Hare, en compagnie de qui elle participera, en 1947, à l’Exposition internationale de Paris avant de s’éloigner du champ surréaliste » (Édouard Jaguer, dans A. Biro et R. Passeron, op. cit., p. 238. Voir aussi Écrits II, p. 650, n. 236).

20 Commentant, dans un texte intitulé « Documents », la publication dans la revue Liberté de la lettre que lui adressa Borduas, le 25 septembre 1954, Claude Gauvreau explique : « Au sujet de cette lettre de 1954, je me souviens avoir contesté l’interprétation de Borduas de la pensée de Breton ; je me souviens aussi avoir utilisé les exemples du facteur Cheval et d’André Derain pour prouver que la qualité de l’objet influait sur la qualité de l’émoi ressenti » (Écrits sur l’art, p. 311).

21 « Pour le Breton d’Arcane 17, avec vous je trouve très belle la “révélation” du rôle “rédempteur” de la “femme-enfant”. Ajoutez à cela l’idée de “résurrection” qui s’y trouve aussi et dites-moi si nous ne sommes pas dans l’air de la plus pure poésie chrétienne ? Révélation, Rédemption, Femme-Vierge, Résurrection et par surcroît Éternelle !... » (Paul-Émile Borduas, lettre à Claude Gauvreau du 25 septembre 1954, Écrits II, p. 650). Le 6 octobre, Borduas précise sa pensée quant à l’influence occulte que le christianisme continuerait d’exercer sur la pensée de Breton : « Breton n’apparaît pas chrétien dans la loi. C’est au sens le plus lumineux, à la racine même, si je puis ainsi m’exprimer. En pleine “grâce”, qu’il me semble évaluer l’amour, la femme et l’homme » (Écrits II, p. 663).

22 « Malgré tout, ce n’est pas le poète que je chicane. C’est le penseur Breton qui avait été jusque-là à mes yeux toujours d’accord avec l’expérience personnelle. Dans Arcane 17 il rompt cet accord en poursuivant sa foi en une rencontre, en un choix définitif. Il ne saurait y avoir deux choix définitifs. Ça il le sait mieux que moi et il renie la rencontre, le choix Jacqueline. Pourtant, ce choix-là avait été reconnu définitif ; il a été l’inspirateur de L’Amour fou et de tant d’autres textes magnifiques que Breton ne renie certainement pas » (Paul-Émile Borduas, lettre à Claude Gauvreau du 25 septembre 1954, Écrits II, p. 650-651).

23 « Ce n’était pas une invitation à déserter que ce rappel à vos frères lointains. Non, pas du tout ! Seulement une mise en garde contre une tendance naturelle à la surestimation isolante par comparaison insuffisamment informée : rien de plus » (Écrits II, p. 652).

24 Beauté baroque (voir supra, p. 139, lettre du 11 septembre 1954).

25 Agnès Lefort (voir supra, p. 347, n. 20).

26 Sidney Bechet (Nouvelle-Orléans, 14 mai 1897 – Paris, 14 mai 1959), clarinettiste, saxophoniste, compositeur et chef d’orchestre américain.

27 Louis « Pops » Armstrong (Nouvelle-Orléans, 4 juillet 1900 – New York, 6 juillet 1971), trompettiste, chanteur, compositeur et chef d’orchestre américain.

28 Tommy Ladnier (Florenceville ou Mandeville, Louisiane, 28 mai 1900 – New York, 4 juin 1939), trompettiste américain.

29 Warren « Baby » Dodds (Nouvelle-Orléans, 24 décembre 1898 – Chicago, 14 février 1959), batteur américain.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search