Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alimentation et vieillissement

 | 
Guylaine Ferland

3. Les vitamines

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Bien que les peuples bénéficient des vertus des vitamines depuis des siècles – par exemple, les Égyptiens soignaient la cécité nocturne avec du foie (excellente source de vitamine A) et les Amérindiens traitaient le scorbut avec des aiguilles de pin (source de vitamine C) –, ce n’est qu’en 1911 que le mot « vitamine » apparaît dans la littérature scientifique. La notion de « vitamine » est donc relativement récente. L’appellation tire son origine des travaux relatifs à la thiamine (dont les caractéristiques allaient être déterminées vingt-cinq ans plus tard) en raison de son caractère essentiel à la vie (vita) et de sa nature azotée (amine). Si les vitamines identifiées comme telles par la suite n’ont pas nécessairement répondu au critère « aminé », toutes sans exception se sont avérées essentielles à la vie.

Par définition, les vitamines sont apportées en petites quantités (microgrammes ou milligrammes) par l’alimentation, les espèces animales – incluant l’humain – étant incapables ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540