Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

25. [11 septembre 19541 ?]

Texte intégral

  • 1 Dactylographie, archives privées. Voir Écrits II, p. 642, n. 217.

1Cher Borduas,

  • 2 « Je pars dans quelques heures pour le Canada : j’y serai une quinzaine. Les vingt-cinq et vingt-s (...)

2Votre passage à Saint-Hilaire2 a été pour moi fort stimulateur.

3Je travaille énormément.

4Dans mon livre, j’ai dépassé les cent pages. J’écris plusieurs poèmes.

5Et je fais des dessins... Un mot de vous m’a beaucoup aidé : le mot « franchise » à propos du trait. Mes dessins demeurent sans doute inégaux en qualité, mais ils ne sont plus jamais hésitants... grâce au mot « franchise ». J’ai actuellement une centaine de dessins ; leur aspect a beaucoup changé depuis les premiers.

6Fernand est retourné à Montréal.

  • 3 « Claude aurait pu écrire notre visite puisqu’il s’agissait bien de la visite de Borduas accompagn (...)

7Votre visite, vos remarques l’avaient beaucoup troublé3...

  • 4 Une hypothèse que tend à confirmer ce témoignage tardif de Gilles Corbeil à Marcel Fournier : « La (...)

8Je crois que Fernand craignait, entr’autres choses, que vous puissiez lui faire du tort auprès de Gilles Corbeil4.

  • 5 Il s’agit du texte intitulé « Art de refus... Art d’acceptation » daté d’octobre 1954, publié dans (...)
  • 6 « Je m’étonne que mon texte daté d’octobre 54 ait entretenu des commentaires de Claude et de Bordu (...)

9Pour se libérer de son inquiétude, Fernand a été obligé d’écrire un texte5 où il explique (honnêtement, ma foi) sa position6.

  • 7 Leduc, à son retour de Paris, aurait contesté « l’incorruptibilité de Breton » défendue par Bordua (...)

10Fernand craint fortement de provoquer des ruptures7.

  • 8 Ce que dément aussitôt Borduas : « Fernand n’a pas envoyé son texte. Il poursuit son vieil effort (...)

11Il désirait vous faire parvenir son texte mais il hésitait à le faire ; étant donné, disait-il, l’état de nervosité qui existe actuellement. Mais je suppose que, depuis ce temps, vous avez reçu le texte8. Je lui avais conseillé, en tout cas, de vous le faire parvenir (la plus grande netteté étant toujours à souhaiter en tout).

  • 9 Borduas fait allusion à ces dessins lorsqu’il reçoit le carton d’invitation de Gauvreau. L’exposit (...)
  • 10 À son retour au Québec en 1953, Fernand Leduc perçut très bien ce changement d’attitude : « J’avai (...)

12Fernand avait entendu parler de mes dessins9 et il a voulu les voir. Ses réactions, à leur égard, m’ont beaucoup intéressé et ont servi à confirmer des hypothèses à son sujet. Fernand a aimé les dessins ; il a surtout aimé ce qui, pour lui, est « ordonné10 » : lisez, ce qui semble volontaire.

  • 11 Un retour au « classicisme », qui doit être interprété surtout comme un retour à une forme constru (...)

13Chez Fernand, clairement : retour au classicisme11.

  • 12 Théoricien et propagandiste du groupe, selon Bernard Teyssèdre, Fernand Leduc était de tous le mie (...)

14L’importance que Fernand accordait à la spontanéité était due à des influences extérieures : à la vôtre, à celle de Breton12.

  • 13 Charles-Ferdinand Ramuz (Lausanne 1878-Pully 1947). Fernand Leduc a lu Ramuz (« un des rares écriv (...)
  • 14 Sur les rapports de Leduc à Breton, voir « Lettre ouverte à Monsieur Jean-Louis Roux » et « Le sur (...)
  • 15 Fernand Leduc a raconté comment il été immédiatement séduit par la pensée de Raymond Abellio suite (...)

15Fernand a toujours eu besoin d’une influence extérieure immédiate (d’une pensée théorique à vrai dire : car, dans la pratique, le comportement de Fernand a souvent été et est souvent en contradiction avec cette influence totale en théorie). J’ai, successivement, connu Fernand soumis entièrement à la pensée de Ramuz13, à celle de Breton14, à la vôtre, et maintenant à celle d’Abellio15.

  • 16 Fernand Leduc a relaté à Jean-Pierre Denis certains épisodes de son enfance (« Du Refus global au (...)
  • 17 « Je venais de découvrir la pensée d’Abellio ; pensée spiritualiste qui devait faire hausser les é (...)

16La pensée d’Abellio est assez adaptée aux possibilités normales de Fernand (à la seconde nature de Fernand, imposée à lui par son éducation première16), car Abellio n’est pas un poète et sa pensée valable est surtout analytique et critique17.

17La pondération et le contrôle volontaire sont une alternative devenue inéluctable quand l’inspiration baisse ou est faible.

18Moi, je sais, par expérience personnelle, que la spontanéité décroît en proportion de la vitalité.

  • 18 Jugement contredit par Fernand Leduc : « Pour ce qui est de ma peinture, tandis que d’autres allai (...)

19La spontanéité de Fernand a toujours été pauvre. Sa spontanéité étant pauvre il ne peut, quand il ne s’en tient qu’à son propre jugement, avoir une haute opinion de la spontanéité18.

  • 19 « Fernand Leduc : Eut l’enfance la plus exécrable qu’on puisse imaginer. Il endossa la soutane des (...)

20L’enfance et l’adolescence de Fernand ont été vécues dans des conditions plus terribles que toutes celles d’entre nous : ses facultés de spontanéité y ont été sérieusement [é]rodées, partiellement amputées19.

21Fernand accordera beaucoup de crédit à la spontanéité, si les influences auxquelles il est soumis accordent beaucoup de crédit à la spontanéité : à partir du moment où Fernand croira atteindre la maturité, où il croira devoir se dégager des influences subies (quitte alors à assumer d’autres influences nouvelles) il ne sera plus tenu de considérer hautement la spontanéité. Il en viendra même à conclure que toute maturité est nécessairement rejet de la spontanéité, établissement ou rétablissement de la pondération et du contrôle volontaire ; ce qui est faux, injuste et peut être antiéducatif.

22Fernand ne peut pas être autre chose que ce qu’il est. Qu’il poursuive son destin...

  • 20 Dans sa lettre du 16 septembre 1954, Borduas opposera un démenti catégorique à cette affirmation : (...)

23Cher Borduas, vous êtes en réaction contre le psychologique20, actuellement, m’avez-vous dit.

24Moi, actuellement, j’écris le récit de mon aventure psychique de la saison 1953. Vous comprendrez que, pour moi, le psychologique est forcément d’une importance vitale. Je sais pertinemment que l’étendue de la pensée est loin d’avoir été explorée.

  • 21 Ni ho ni bât, « récit d’expériences psychiques », qui aurait été écrit en 1954. Ce texte n’a pas é (...)

25Voici quelques réflexions sur la « folie », qui auront part aux conclusions de mon livre21 ; elles me sont parties du bout des doigts prématurément, hier :

26« La pensée m’apparaît — très concrètement — comme un édifice à plusieurs paliers.

27« Le palier supérieur — le toit, si vous voulez — est le conscient ordinaire.

28« Tous les autres paliers sont partie intégrante de l’édifice, et il me semble que, à la manière de tout édifice de notre univers ordinaire, on besogne habituellement beaucoup plus à tous les paliers inférieurs de l’édifice que sur le toit.

  • 22 Voir Claude Gauvreau, « Les fous qui n’en sont pas » (Le Haut-Parleur, 15 août 1953, p. 2 ; extrai (...)

29« L’état de la “folie” n’est pas l’état incohérent, incompréhensible, informe, que l’homme de la rue conçoit22.

30« L’état de folie me semble, tout simplement, la disparition (temporaire ou permanente) d’un étage de l’édifice, l’étage du dessus.

31« Ainsi, un autre palier de l’édifice devient le toit de l’édifice ; il détermine un conscient non ordinaire, extraordinaire.

32« Le palier n’est pas nouveau, il existait depuis le commencement de l’édifice. Les lois de ce palier sont aussi rigoureuses et fermes que celles du conscient ordinaire. Ce qui étonne, c’est que le conscient se trouve à agir à un niveau auquel la multitude n’est pas habituée ; rien de plus.

33« Un palier de l’inconscient (ou plusieurs paliers distincts de l’inconscient) devient le conscient : il nous est permis, ainsi, d’observer le mécanisme normal de ce palier, ou de ces paliers.

34« La “folie” n’est pas un absurde fortuit. La “folie” est tout simplement l’utilisation inhabituelle d’éléments constitutifs et normaux de la pensée.

  • 23 Passage cité intégralement dans une lettre du 15 septembre 1954 de Claude Gauvreau à « Gaëtane » ( (...)

35« L’attitude péjorative à l’égard de la folie m’apparaît, à présent et désormais, bien naïve, bien inintelligente, bien primaire23. »

36J’affirmerai, au surplus, que toutes les constatations et conclusions de Freud sont vraies.

  • 24 Sur la présence des surréalistes à New York, voir Steven Naifeh et Gregory White Smith, « Une sour (...)

37Vous m’avez dit que le milieu new-yorkais était ignorant du Surréalisme24. Des réflexions s’imposent pour moi, à ce sujet ; d’autant plus que je connais mal le milieu new-yorkais. On peut ignorer une chose parce qu’on l’a dépassée ; ou bien parce qu’elle est encore au delà de soi.

  • 25 Dans sa lettre du 16 septembre, Borduas reprochera à Gauvreau de pester contre New York et Paris : (...)

38Êtes-vous bien sûr que le milieu new-yorkais ne soit pas en deçà du Surréalisme25 ?

  • 26 Le surréalisme, ayant rompu avec les théories de l’art pour l’art, a entrepris une investigation t (...)

39Le Surréalisme, lui, a transcendé l’esthétisme ; la préoccupation esthétique est une étape assimilée et dépassée par lui26.

  • 27 L’attitude de Claude Gauvreau envers Mondrian restera ambivalente : « Nous sommes loin de Mondrian (...)

40Mondrian est logiquement, sinon chronologiquement, antérieur au Surréalisme27. Une recherche esthétique pure se situe directement dans la lignée de Mondrian ; même si elle a pu être progressive.

  • 28 Parce qu’antérieur : « [...] Une sera pas inutile de souligner que Mondrian n’était pas inconnu de (...)

41Le Surréalisme rompt qualitativement avec Mondrian28.

42Si le milieu new-yorkais n’applique sa conscience qu’aux données esthétiques, il n’a pas rompu avec Mondrian ; il n’a fait que le continuer. Il est alors en deçà du Surréalisme.

43Ceci n’est qu’une interrogation en passant...

44Le lyrisme m’apparaît toujours comme le chemin le moins contestable de l’avant-garde présente.

  • 29 Dans sa lettre du 16 septembre, Borduas répond à Gauvreau : « Autre chose lointaine : l’opposition (...)

45Vous-même, cher Borduas, avez parfois tendance (il me semble) à rejeter violemment ce que vous ne pouvez assimiler dans l’immédiat. Exemple : votre rejet d’Arcane 17 à une époque où les contraintes familiales vous interdisaient de songer personnellement à l’amour fou... aujourd’hui, seriez-vous aussi violent dans votre rejet29 ?

46Le rejet d’une chose dépassée est toujours calme, selon moi. (Même si des individus porteurs de ces idées dépassées peuvent nous irriter grandement par leur insistance sans tact.)

  • 30 « À New York, je fus très impressionné par les œuvres de Max Ernst mais il m’apparut qu’un tel uni (...)
  • 31 Bien qu’il soit un de ses écrivains de prédilection, Claude Gauvreau a émis certaines réserves à l (...)

47Quand je dis : Surréalisme, je ne parle évidemment pas de la peinture de Tanguy ou de Dali ou de Max Ernst30 (malgré la force imaginative prodigieuse et splendide de ce dernier) ; Surréalisme veut dire, pour moi, la pensée de Breton31.

  • 32 Dans la liste manuscrite, « lecture ou re-lecture » de Claude Gauvreau, on trouve en date du mois (...)
  • 33 Dans « Aragonie et surrationnel » (1955), Claude Gauvreau défendra Sartre, Breton, Mounier, Camus, (...)
  • 34 Sur la liste manuscrite « lecture ou re-lecture » figureront, de Raymond Abellio, en août 1966 : V (...)
  • 35 On sait que Claude Gauvreau avait contresigné le 31 janvier 1949, dans Le Canada, un texte de prot (...)
  • 36 À la même époque, Gauvreau écrivait : « [...] dans cette marche vers l’intérieur, aucun homme n’a (...)
  • 37 Voir supra, p. 366, n. 31.

48Je lis Camus32, je lis Sartre33, je lis Abellio34, je lis Marx35... et la seule pensée profondément prophétique m’apparaît toujours celle de Breton36 ; une partie37 de la pensée de Breton.

49L’ampleur des vues de Breton m’apparaît comparativement inégalable par rapport aux autres écrivains que je connaisse. Breton ne se contente pas d’une prise de conscience... il renifle les pressentiments les plus subtils.

  • 38 Le 17 septembre 1954, Gilles Corbeil confie à Borduas : « J’ai reçu deux lettres — plus exactement (...)

50J’ai entrepris une correspondance avec Gilles Corbeil38. Il doit venir me voir incessamment à Saint-Hilaire.

51Gilles est sympathique, j’ai confiance en lui.

52Ses propositions me causent maintenant de graves problèmes.

  • 39 Dans une lettre datée du 14 mars 1954, Gilles Corbeil annonce à Borduas qu’il a pris depuis quelqu (...)

53Je n’avais pas regardé la revue Arts et pensée39 depuis des années. Tout dernièrement, j’en ai feuilleté un numéro... Ce que j’y ai vu a déterminé chez moi des exigences précises.

54Dans ma dernière lettre à Gilles, je transmets des réflexions parfaitement sincères à ce propos.

55Tous les passages de cette lettre à Gilles ne peuvent également vous intéresser. Cependant, après réflexion, j’ai décidé d’en dactylographier pour vous une copie intégrale. C’est une lettre qui peut avoir des conséquences.

  • 40 Dans sa lettre du 19 mars 1954 à Borduas, Gilles Corbeil précise : « Serait-ce maladroit de ma par (...)

56Il m’est impossible de devenir collaborateur régulier à une revue dont le directeur-adjoint serait un ecclésiastique40 (sot, au demeurant).

  • 41 La collaboration de Claude Gauvreau à cette revue se révélera de courte durée : il n’y publiera qu (...)

57À moins que Corbeil fasse des changements courageusement radicaux, je ne pourrai être qu’un collaborateur occasionnel41... à titre, principalement, de contradicteur.

58L’automatisme doit être une révolution morale indéracinable ; autrement, il n’aura pas plus d’importance que le cubisme, ce sera une sympathique prise de conscience d’esthètes et rien de plus.

59Il n’existe au Canada qu’un seul principe de libération : c’est l’intransigeance automatiste.

60Décidément, pauvre cher grand peintre, vous n’en avez pas fini avec votre maudit pays d’origine !

  • 42 Dans cet essai d’Albert Camus, publié en 1942, Claude Gauvreau est sensible au problème philosophi (...)

61Je lis présentement Le Mythe de Sisyphe42 de Camus (excellent). Et j’ai décidé, pour varier les plats, de vous transcrire aussi un passage de ce livre. Vous le trouverez également dans cette enveloppe.

62Portez-vous bien. Peignez beaucoup. Aimez. Et demeurez exemplairement lucide comme nous vous aimons.

63Fraternellement,
Claude

64R.R. 2

65St Hilaire

Notes

1 Dactylographie, archives privées. Voir Écrits II, p. 642, n. 217.

2 « Je pars dans quelques heures pour le Canada : j’y serai une quinzaine. Les vingt-cinq et vingt-six août seront pour Saint-Hilaire. J’irai vous voir le 25. Quand ?... Entre quatre et cinq, ou, vers minuit » (Paul-Émile Borduas à Claude Gauvreau, lettre du 9 août 1954, Écrits II, p. 627).

3 « Claude aurait pu écrire notre visite puisqu’il s’agissait bien de la visite de Borduas accompagné de Claude, venus de Saint-Hilaire en chaloupe, un soir du mois d’août pour visionner mon travail de l’été. J’en ai gardé un souvenir amer, moins à cause des propos ou des remarques qui auraient [pu] avoir été tenus que des jugements non proférés, voilés sous des réticences et des sous-entendus. La connivence entre Claude et Borduas était flagrante. Ce n’est que bien plus tard (récemment) que j’ai pris connaissance à la lecture des Écrits II de Borduas de son jugement résolument péjoratif et désobligeant à l’égard de mon œuvre et de moi-même. Claude ne fut pas en reste, renchérissant de façon injuste et pernicieuse. Il faut se rappeler que l’exposition “La matière chante” avait déjà eu lieu, et que l’invitation à la participation de cette exposition écrite conjointement par Claude et Borduas avait semé le trouble autant chez les artistes que dans le public. Texte paru dans L’Autorité, 10 avril 1954. Règlement de l’exposition : « Seront reconnus cosmiques et éligibles tous les objets conçus et exécutés directement et simultanément sous le signe de l’accident. (De l’accident qui donne la note exacte du chant de la matière. Travaux habituellement qualifiés, au Canada, d’ » Automatisme » ou de « Surrationnel » et, un peu partout ailleurs, d’ » Abstractions expressionnistes ». En dehors de ces étiquettes, un peu de flair est requis pour savoir si oui ou non c’est cosmique et éligible, si oui ou non ça chante le chaos ou l’harmonie universelle) » — d’où mon appel à Borduas dans mon texte « Art de refus... » de poursuivre des considérations d’ordre plastique... à nous communiquer par écrit... et de mieux situer l’appellation « cosmique » ? — (peur de conflit, peur de ruptures, crainte de...), je laisse à Gagnon et à Claude leurs interprétations. Je n’aurais pas écrit ce texte si j’avais eu peur, et si je n’avais pas eu la conviction, qui est toujours mienne, que les manifestations multiples et divergentes de la vie, s’accomplissent dans des formes qui s’affrontent et grandissent les unes par les autres » (lettre de Fernand Leduc à Gilles Lapointe, 14 mars 2000). Au sujet de ce texte (« Art du refus... Art d’acceptation »), de Pollock (art américain), du conflit entre Leduc et Borduas et de la peur du premier de l’occasion d’une rupture, François-Marc Gagnon écrit : « Certes, tout au long de ce texte, Leduc s’efforce de nier que la distinction qu’il propose entre un “art du refus” et “un art d’acceptation” ait la moindre connotation polémique, encore moins politique. « Il ne s’agit pas de “chicane” », écrit-il. On verra comment cet irénisme était fragile quand, quelques mois plus tard à peine il entrera en conflit avec Borduas précisément sur son interprétation de la place de Pollock dans le développement de la peinture contemporaine » (Chronique, p. 952).

4 Une hypothèse que tend à confirmer ce témoignage tardif de Gilles Corbeil à Marcel Fournier : « La revue [Arts et pensée] était indépendante, mais sous la haute surveillance d’un père franciscain, le père Julien Déziel, un homme sans grande culture artistique. Lorsque j’ai consacré un numéro à Borduas, il n’a pas accepté : écrire sur Borduas en 1955 [sic], c’était mal vu, c’était fausser le débat. J’ai alors donné ma démission. [...] j’étais en contact étroit avec Borduas » (Marcel Fournier, « Gilles Corbeil et l’amour de l’art », Possibles, vol. 12, n° 4, automne 1988, p. 127-136).

5 Il s’agit du texte intitulé « Art de refus... Art d’acceptation » daté d’octobre 1954, publié dans Fernand Leduc, Vers les îles de lumière, p. 143-147. L’orientation générale de ce texte, dont il n’est pas facile de préciser le véritable destinataire, a longtemps fait croire qu’il avait été écrit pour la radio : selon André Beaudet, il aurait « possiblement été écrit en 1954, comme les deux autres qui suivent, pour la Société Radio-Canada » (ibid., p. 272). François-Marc Gagnon sera aussi de cet avis : « Comme l’a suggéré André Beaudet, “Art de refus... Art d’acceptation” avait probablement été écrit pour la radio, même si finalement il ne fut pas utilisé à cette fin » (Chronique, p. 950). Notre propre hypothèse, suggérant que ce texte fut plutôt rédigé à l’intention de la revue Arts et pensée, laquelle consacrait sa prochaine livraison aux Plasticiens, a récemment été corroborée par ce témoignage de Fernand Leduc : « Déjà Gilles Corbeil m’avait demandé un texte pour la revue Arts et pensée, numéro spécial en hommage à Ozias Leduc. Mon texte, “Ozias Leduc peintre exemplaire” a paru dans ce numéro 18, juillet-août 1954, le dernier et la fin de la collaboration de Gilles Corbeil. Mon texte “Art de refus... Art d’acceptation” vraisemblablement était destiné à paraître dans le prochain numéro consacré aux Plasticiens. La revue a cessé ses activités en août 1954 » (lettre de Fernand Leduc à Gilles Lapointe, 14 mars 2000). Dans « Art de refus... Art d’acceptation », Leduc identifie deux tendances majeures qui modifient, selon lui, le sens de l’aventure picturale : une première filiation a grandi en Europe et aux États-Unis à partir de Marcel Duchamp et Pollock, et qui, « en s’intensifiant rejoint les doctrines de nihilisme et de désespoir qui caractérisent notre époque, où le sort tragique de l’homme éclate en pure révolte et se manifeste par l’anti-art ». La seconde filiation, à laquelle Leduc associe les noms de Manessier, Tal-Coat, Bazaine et Soulages, « partant de la même réaction anarchique matérialiste [...] effectue une plongée dans la conscience de l’être, et par ordre opérant dans la multiplicité poursuit la qualité symbolique de la forme. [...] D’une part un art de refus, d’autre part un art d’acceptation (le refus précède l’acceptation). Tout l’art contemporain se situe entre ces deux pôles » (Fernand Leduc, op. cit., p. 145). « Art de refus... Art d’acceptation » a récemment fait l’objet d’une nouvelle mise au point par Leduc : « Ce texte que j’ai été appelé à relire me paraît suffisamment clair et précis pour qu’il soit ou accepté ou rejeté, mais ne permet pas, il me semble, d’interprétations de mes intentions. Question de détail, dans la filiation énumérée, je rejette Manessier dont l’œuvre se réfère à une symbolique triviale de la religion. Le “pur symbole” étant pour moi le comble de la poésie » (lettre de Fernand Leduc à Gilles Lapointe, 14 mars 2000).

6 « Je m’étonne que mon texte daté d’octobre 54 ait entretenu des commentaires de Claude et de Borduas en septembre... Je ne me souviens pas d’avoir fait circuler le texte au préalable. Borduas, qui ne l’a pas reçu, n’en porte pas moins un jugement précis délibérément négatif. Depuis quand Poésie et Esprit sont-ils antinomiques ? Et que veut dire « rationalisation non reconnue » ? Par contre, sa profonde commisération me touche encore... Décidément la “chicane” est entretenue. J’étais loin de me douter que j’étais à ce point épié, surveillé » (lettre de Fernand Leduc à Gilles Lapointe, 14 mars 2000).

7 Leduc, à son retour de Paris, aurait contesté « l’incorruptibilité de Breton » défendue par Borduas : « Voilà. Alors, forcément, il y a eu scission. Pas complètement avouée. À preuve : à notre arrivée même, la première personne que nous avons voulu contacter, Thérèse et moi, c’était Borduas. Et on s’est rencontrés. Il n’habitait plus dans ses appartements : il était au sous-sol de sa maison. Il s’était réfugié là et il peignait, il travaillait, il faisait ses sculptures. C’est là qu’il nous a reçus. Forcément, on était contents de se rencontrer et de discuter. Et puis la conversation en est venue sur Breton. Alors on a eu des mots qui... l’ont vexé ! Et comme c’était un homme qui avait du caractère, il nous a dit : “Vous pouvez prendre la porte si vous voulez !” Cela nous a un peu surpris, puis on a tourné ça à la rigolade... Mais cela ressemblait beaucoup à Breton... » (Lise Gauvin, Entretiens avec Fernand Leduc, p. 44-45). Fernand Leduc nuance aujourd’hui certains des propos qu’il a tenus lors de cet entretien : « Visite à Borduas dès notre retour au Québec en janvier 1953. Authentique, absolument vrai. Le mot scission me paraît un peu fort, il s’agissait plutôt de dissension. On peut y voir la suite conséquente des divergences déjà apparues dans notre correspondance » (lettre du 14 mars 2000).

8 Ce que dément aussitôt Borduas : « Fernand n’a pas envoyé son texte. Il poursuit son vieil effort de rationalisation non reconnu. Cet effort lui apparaît aujourd’hui la poursuite de l’Esprit comme hier c’était la poursuite de la Poésie. Mais il est douloureux et cette douleur m’émeut encore » (lettre du 16 septembre 1954, Écrits II, p. 639-640).

9 Borduas fait allusion à ces dessins lorsqu’il reçoit le carton d’invitation de Gauvreau. L’exposition a lieu chez lui du 21 au 28 janvier 1957 : « Votre invitation au vernissage du 21 arrive. Que de souvenirs !... Mais surtout la visite inoubliable — après une soirée pénible chez Fernand qui habitait Belœil — où vous me montriez ces dessins. Il me semble qu’il y a vingt ans de cela. Les mutations reculent — en diable — le passé » (lettre du 7 février 1957, Écrits II, p. 903).

10 À son retour au Québec en 1953, Fernand Leduc perçut très bien ce changement d’attitude : « J’avais mes derniers tableaux et j’ai très bien senti que Borduas n’était plus d’accord avec mon travail. C’est que j’avais opté pour une voie que je qualifierais d’“ordre” au lieu d’“éclatement”. Mes tableaux commençaient à avoir l’apparence de grandes surfaces au lieu de morcellements, de petites taches par exemple ; les petites taches se rassemblaient et formaient un agglomérat, qui devenait un élément total. Cela, Borduas ne me l’a jamais dit, mais il le communiquait très bien à Claude — ce sont des choses qu’on ressent, quand même. J’ai senti qu’il y avait là quelque chose qui n’allait plus très bien, et que Claude forcément soutenait Borduas » (L. Gauvin, op. cit., p. 44).

11 Un retour au « classicisme », qui doit être interprété surtout comme un retour à une forme construite. François-Marc Gagnon écrit d’ailleurs à ce propos : « Par un jeu de balancier quasi obligatoire en art contemporain, [...] après cet art du refus de la forme, on assisterait à un art d’acceptation, à un art voué tout entier à la poursuite de “la qualité symbolique de la forme”. Faisant écho à une pensée des Notes sur la peinture d’aujourd’hui de Jean Bazaine, publiées au Seuil l’année précédente, Leduc définissait cette forme comme “la forme la plus simple chargée du sens objectif du monde” [...] chez ces nouveaux peintres de la forme, on pouvait s’attendre enfin sinon à un refus de la matière picturale, du moins à un amincissement notable de la couche picturale » (Chronique, p. 951). Pour ces commentaires sur la « forme », voir ibid., p. 913.

12 Théoricien et propagandiste du groupe, selon Bernard Teyssèdre, Fernand Leduc était de tous le mieux informé sur le surréalisme de New York (voir Bernard Teyssèdre, « Fernand Leduc peintre et théoricien du surréalisme à Montréal », La Barre du jour, nos 17-20, juillet-août 1969, p. 224-270). « C’est par Leduc surtout que le sujet du surréalisme vint à ma connaissance ; hélas pour moi, Leduc était tout entier pris par l’esprit de censure inhérent au deuxième manifeste du surréalisme et, plus âgé que nous, il nous traitait sur un ton assez cavalier. Franchement, quand il abordait son sujet, Fernand me faisait penser à un père préfet sentencieux et grondeur. Cette attitude m’enlevait personnellement toute envie d’en connaître plus long sur le surréalisme et me rendait Breton très rébarbatif » (Écrits sur l’art, p. 42).

13 Charles-Ferdinand Ramuz (Lausanne 1878-Pully 1947). Fernand Leduc a lu Ramuz (« un des rares écrivains intéressants qui n’était pas à l’Index à cette époque »), mais son influence sur Leduc n’aura jamais l’importance que lui prête ici Gauvreau (conversation de Fernand Leduc avec Gilles Lapointe, 24 octobre 1999). Thérèse Renaud croit, quant à elle, que la méprise de Gauvreau viendrait de l’Histoire du soldat d’Igor Stravinski dont le livret fut composé par Ramuz, disque qu’elle a rapporté de New York et qui tournait régulièrement à l’atelier (conversation de Gilles Lapointe avec Thérèse Renaud, 24 octobre 1999). Fait à noter, Claude Gauvreau recommande à Jean-Claude Dussault la lecture de Ramuz, qu’il met sur le même pied que Giono et Giraudoux, disant qu’on y trouve parfois du bon (lettre du 22 mars 1950, Correspondance, p. 213).

14 Sur les rapports de Leduc à Breton, voir « Lettre ouverte à Monsieur Jean-Louis Roux » et « Le surréalisme », dans Fernand Leduc, op. cit., p. 30, 35-39.

15 Fernand Leduc a raconté comment il été immédiatement séduit par la pensée de Raymond Abellio suite à la lecture qu’il fit de Heureux les pacifiques paru en 1947 : « Moi qui étais venu en France avec l’idée — que j’ai répétée dans toutes mes lettres et dans tout ce que j’ai pu écrire — d’une rencontre, d’une communion, avec l’espoir de trouver dans des œuvres et à travers des relations humaines la même intensité, la même ferveur que j’avais connue autour de Borduas et dans tout le groupe, il m’a semblé qu’il y avait dans le livre d’Abellio ce que je cherchais » (Lise Gauvin, op. cit., p. 62). Au sujet des rapports de Fernand Leduc avec Raymond Abellio, voir ibid., p. 63-70, et la correspondance Fernand Leduc – Raymond Abellio (ibid., p. 189-256). Voir aussi Chronique, p. 479-482 ; Fernand Leduc, op. cit., p. 104, 107, 108-111, 113, 117, 123.

16 Fernand Leduc a relaté à Jean-Pierre Denis certains épisodes de son enfance (« Du Refus global au village global », émission diffusée le 4 mai 1998 sur les ondes de la radio mf de Radio-Canada). Voir aussi Correspondance, p. 361-362.

17 « Je venais de découvrir la pensée d’Abellio ; pensée spiritualiste qui devait faire hausser les épaules à Borduas... Mais je voyais maintenant la pseudo-philosophie contenue dans le Refus global, et j’éprouvais le besoin de définir précisément les termes que nous avions utilisés. J’avais été séduit par la cosmogonie d’Abellio, et cela coïncidait pour moi avec le besoin d’approfondir une nouvelle conformation du monde, un ordre global dont l’homme serait partie intégrante. J’étais à la recherche d’un point de vue supérieur. C’est dans cet état d’esprit que je fis la critique du Refus, à quoi Borduas réagit très froidement » (Jean-Pierre Duquette, « Fernand Leduc : de l’automatisme aux microchromies », dans Fernand Leduc, op. cit., p. 200-201).

18 Jugement contredit par Fernand Leduc : « Pour ce qui est de ma peinture, tandis que d’autres allaient dès lors vers l’éclatement de la forme, j’en suis venu graduellement au rassemblement des taches au profit de la forme, dans un processus d’organisation plus consciente. La spontanéité avait toujours son rôle à jouer, mais dans le sens de la spontanéité la plus immédiate de la réponse au désir du moment. J’allais peu à peu vers un monde d’organisation de la forme » (op. cit., p. 201).

19 « Fernand Leduc : Eut l’enfance la plus exécrable qu’on puisse imaginer. Il endossa la soutane des frères à douze ans. Il resta dans la communauté douze autres années. Comment redevint-il laïc ? Dieu seul le sait » (Claude Gauvreau, lettre du 26 avril 1950, Correspondance, p. 361-362).

20 Dans sa lettre du 16 septembre 1954, Borduas opposera un démenti catégorique à cette affirmation : « En quoi ai-je pu vous laisser entendre une “réaction contre le psychologique” ?... Il a été vaguement question, à ma visite, il me semble, du “sujet psychologique” de la peinture surréaliste qui ne m’a jamais intéressé non plus ; serait-ce là ? Non, je reste passionnément curieux de tous les mouvements inconscients des hommes ; aux causes psychiques de ces mouvements, si la “conscience” psychique m’apparaît mince » (Écrits II, p. 638).

21 Ni ho ni bât, « récit d’expériences psychiques », qui aurait été écrit en 1954. Ce texte n’a pas été retrouvé (voir Jacques Marchand, op. cit., p. 394).

22 Voir Claude Gauvreau, « Les fous qui n’en sont pas » (Le Haut-Parleur, 15 août 1953, p. 2 ; extrait tiré d’un texte écrit durant son “expérience psychique” survenue en mai 1953 ; supra, p. 234-238).

23 Passage cité intégralement dans une lettre du 15 septembre 1954 de Claude Gauvreau à « Gaëtane » (voir Janou Saint-Denis, Claude Gauvreau, le cygne, p. 78-81). La citation est précédée de ce commentaire : « Tu me parles de folie... Depuis le surréalisme, les êtres lucides ne conçoivent plus la folie comme un vice honteux. Tu n’es certainement pas folle. Mais à supposer que tu fusses folle, ce serait sans importance. J’écris actuellement un livre... Il m’y est arrivé d’élaborer des commentaires sur la “folie”... Voici le passage en question. »

24 Sur la présence des surréalistes à New York, voir Steven Naifeh et Gregory White Smith, « Une source d’inspiration », dans Jackson Pollock, traduit de l’américain par Jean-Paul Mourlon, Paris, Éditions Tristram, 1999, p. 367-386, et Martica Sawin, Surrealism in Exile and the Beginning of the New York School, Cambridge, Mass., M.I.T. Press, 1995, 466 p.

25 Dans sa lettre du 16 septembre, Borduas reprochera à Gauvreau de pester contre New York et Paris : « Votre conception de New York est trop générale. Il suffit, pour moi, qu’il y ait dix hommes ici qui flambent en pleine actualité — c’est-à-dire — après le Surréalisme devenu un acquis aussi permanent que tous les acquis de l’homme, pour que cette ville soit vivante et émouvante comme il suffit de vous savoir à Saint-Hilaire pour que Saint-Hilaire brûle encore en mon cœur » (Écrits II, p. 640-641).

26 Le surréalisme, ayant rompu avec les théories de l’art pour l’art, a entrepris une investigation totale du champ de l’art. La recherche esthétique pure n’y a qu’une importance secondaire. « Effaçant toute hiérarchie et toute frontière des genres dans le temps et dans l’espace, comme ils effaçaient celle de l’art et de la vie, les surréalistes ont étendu au maximum le champ de l’esthétique : ils se sont passionnés pour les arts sauvages et la peinture savante de Bosch, pour le facteur Cheval et les monnaies gauloises, pour les travaux d’aliénés et les traditions populaires, pour Gustave Moreau et le dessin automatique, les formes naturelles, plantes ou minéraux et les objets modernes “transformés” selon le procédé Duchamp » (Jean-Clarence Lambert, article « Esthétique », Dictionnaire général du surréalisme et de ses environs, p. 152).

27 L’attitude de Claude Gauvreau envers Mondrian restera ambivalente : « Nous sommes loin de Mondrian qui, en 1933 encore, parlait de “peinture figurative plus abstraite” » (Écrits sur l’art, p. 123). Plus tard, Gauvreau rangera néanmoins Mondrian parmi le groupe de peintres novateurs « qui ont apporté une solution définitive aux problèmes qui les sollicitaient » (« L’épopée automatiste vue par un cyclope », dans Écrits sur l’art, p. 43). Enfin, à l’occasion du « Débat sur la peinture des automatistes » de 1967, Claude Gauvreau expliquera les motifs qui conduisirent les automatistes à adopter une attitude réservée vis-à-vis de Mondrian : « Les automatistes étaient tous convaincus que l’abstraction baroque non régularisée était une forme d’expression complètement ultérieure à celle de l’abstraction régularisée de Mondrian » (Écrits sur l’art, p. 329).

28 Parce qu’antérieur : « [...] Une sera pas inutile de souligner que Mondrian n’était pas inconnu des automatistes surrationnels et que, sous le nom d’“abstraction plastique”, sa forme est définie dans Refus global comme suit : “désigne les objets volontairement constructifs dans une forme régularisée” » (Écrits sur l’art, p. 329). Ailleurs, après avoir souligné que Mondrian lui-même, « en s’acharnant à remplacer le volume par d’abstraites lignes à l’intérieur desquelles il introduisait la couleur, n’a pu interdire la manifestation de sa propre identité biologique », Claude Gauvreau fait état d’une différence de perception entre Borduas et lui : « Mais, quelle est l’échelle souhaitable de cet espace non figuratif rendu familier par Mondrian ? Au sortir de cette question, les divergences d’opinion commencent et sont multiples : Borduas, avec vraisemblance, a cru discerner chez Mondrian la “sensation d’une profondeur infinie parce qu’inévaluable” ; d’autres, au contraire, voient, à partir du grand peintre hollandais, la nécessité de réduire peut-être absolument la profondeur du tableau » (« Fernand Leduc et la suppression de la perspective », dans Écrits sur l’art, p. 294).

29 Dans sa lettre du 16 septembre, Borduas répond à Gauvreau : « Autre chose lointaine : l’opposition à Arcane 17 fut la défense violente de l’amour fou, non contre l’amour fou ! Breton y soutient une seconde fois — contre sa propre expérience — le thème d’un amour reconnu éternellement unique. Vieux thème de tous les poètes du christianisme... Conception liée à l’idée de l’éternité de l’âme ; à la certitude du rendez-vous après la mort ; etc. Tout ça était déjà bien fini pour moi ! Je vous croyais mieux informé de ces sentiments » (Écrits II, p. 638-639). Borduas, qui « opposait à Breton l’idée d’une obéissance à la passion », aurait fait l’apologie de l’amour libre dès 1948. Voir la section intitulée « L’amour fou » dans F.-M. Gagnon, « "Breton seul demeure incorruptible" (Borduas) : mise au point sur la référence surréaliste », Études françaises, vol. 34, nos 2-3, automne-hiver 1998, p. 25-29.

30 « À New York, je fus très impressionné par les œuvres de Max Ernst mais il m’apparut qu’un tel univers était très différent du nôtre » (« L’épopée automatiste vue par un cyclope », dans Écrits sur l’art, p. 45).

31 Bien qu’il soit un de ses écrivains de prédilection, Claude Gauvreau a émis certaines réserves à l’endroit de Breton : « [...] j’aurais le petit grief à formuler contre lui que, Français de naissance et conditionné malgré lui par les traditions sacrées du vieux pays, il ait trop scrupuleusement cru devoir respecter la correction linguistique. Je le soupçonne aussi d’avoir côtoyé la tentation du classicisme à la fin de sa vie. Malgré ses fulgurantes prises de conscience illuminatrices qui semblaient appeler toutes les licences régénératrices, on ne le verra peut-être pas en fin de compte constamment engagé sans rémission dans la révolution poétique comme d’autres poètes moins superbes » (« Réponses au Questionnaire Marcel Proust », dans Écrits sur l’art, p. 359).

32 Dans la liste manuscrite, « lecture ou re-lecture » de Claude Gauvreau, on trouve en date du mois de septembre 1966 : « Camus — Le Mythe de Sisyphe ». Ce document m’a été communiqué par Janine Carreau ; on y trouve trois cent quatre titres d’ouvrages lus ou relus par Claude Gauvreau entre mars 1966 et novembre 1970.

33 Dans « Aragonie et surrationnel » (1955), Claude Gauvreau défendra Sartre, Breton, Mounier, Camus, Kœstler et « tous ceux qui pensent par eux-mêmes » contre les intellectuels communistes français qui collaborent aux revues Action et Les Lettres françaises (il cite les noms de Victor Leduc, Pierre Hervé, Claude Morgan, Jean Kanapa et Marcenac). Figureront sur la liste manuscrite « lecture ou re-lecture », en mai 1967 : « Sartre — Huis clos ; Sartre — La Putain respectueuse » ; puis, en juin 1969 : « Sartre — La Nausée ».

34 Sur la liste manuscrite « lecture ou re-lecture » figureront, de Raymond Abellio, en août 1966 : Vers un nouveau prophétisme et, en décembre 1968, Les Yeux d’Ézéchiel sont ouverts.

35 On sait que Claude Gauvreau avait contresigné le 31 janvier 1949, dans Le Canada, un texte de protestation contre l’application de la Loi du cadenas par le gouvernement de Maurice Duplessis et dénonçant la saisie dans les librairies et les maisons privées des œuvres de Karl Marx, « dont l’intégrité philosophique ne peut être mise en doute » et qui échappe « aux interprétations opportunistes de ses disciples politiques » (Écrits sur l’art, p. 337). Le nom de Karl Marx figurera sur la liste manuscrite « lecture ou re-lecture » : « mars 1966 — Karl Marx – Le Capital ».

36 À la même époque, Gauvreau écrivait : « [...] dans cette marche vers l’intérieur, aucun homme n’a su, plus qu’André Breton, attirer l’attention sur des sols vierges infiniment précieux à connaître ; et aucun homme n’a su, mieux que lui, maîtriser le génie de rendre palpables des nuances de perception apparemment intraduisibles » (« “L’exploration du dedans”, les surrationnels se placent à l’avant-garde », L’Autorité, 26 juin 1954, p. 5 ; repris dans Écrits sur l’art, p. 271).

37 Voir supra, p. 366, n. 31.

38 Le 17 septembre 1954, Gilles Corbeil confie à Borduas : « J’ai reçu deux lettres — plus exactement, deux véritables épîtres — de Claude Gauvreau. Ce cher Claude est magnifique. Il est d’une pétulance et d’une ardeur qui m’ahurissent. J’éprouve le désir par moment d’aller arracher le flambeau de la Statue de la Liberté pour le lui remettre entre les mains » (archives privées).

39 Dans une lettre datée du 14 mars 1954, Gilles Corbeil annonce à Borduas qu’il a pris depuis quelques mois la direction de la revue Arts et pensée, où il remplace Rolland Boulanger. Il dirigera la revue à compter du n° 13 (septembre-octobre 1953) jusqu’au n° 18 (juillet-août 1954), avant de démissionner à la suite d’un différend avec le père Déziel.

40 Dans sa lettre du 19 mars 1954 à Borduas, Gilles Corbeil précise : « Serait-ce maladroit de ma part de vous rappeler qu’il y a avec moi dans le bureau de direction le brave père Déziel, o.f.m. ? Il y a donc certaines choses dont on peut difficilement parler ! Pardonnez-moi de vous le dire » (archives privées).

41 La collaboration de Claude Gauvreau à cette revue se révélera de courte durée : il n’y publiera qu’un bref article, en hommage à Ozias Leduc (« Leduc, un indépendant », Arts et pensée, 3e année, n° 18, juillet-août 1954, p. 173).

42 Dans cet essai d’Albert Camus, publié en 1942, Claude Gauvreau est sensible au problème philosophique soulevé par le suicide. « Dès la première ligne le suicide est considéré comme “le seul problème philosophique” vraiment sérieux à partir du moment où l’individu a pris conscience du caractère dérisoire de son existence, c’est-à-dire à partir du moment où la découverte de l’absence de toute raison profonde de vivre, du caractère insensé de toute agitation quotidienne et de toute souffrance a installé en lui le sentiment de l’absurde. [...] Camus nous propose alors une solution véritable, celle de la révolte qui pousse continuellement la raison humaine à lutter contre l’inhumanité de l’absurde. Seule la révolte est capable de donner à l’humanité sa véritable dimension, car elle ne fait dépendre notre condition que d’une lutte sans cesse renouvelée » (Robert Laffont et Valentino Bompiani, Dictionnaire des œuvres contemporaines, p. 475-476).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search