Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Québécois aux urnes

 | 
Éric Bélanger
, 
Frédérick Bastien
, 
François Gélineau

Troisième partie. Le vote des québécois

16. La géographie de l’élection de 2012 au Québec

Benjamin Forest

Note de l’auteur

Cette recherche a été financée en partie par une subvention de démarrage du Centre pour l’étude de la citoyenneté démocratique et une subvention du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. L’auteur tient à remercier Malcolm Araos Egan et Courtney Claessens pour leur aide dans l’analyse des données et la préparation des cartes ; le Directeur général des élections du Québec pour avoir fourni les données réagrégées de l’élection de 2008 ; et Éric Bélanger, Frédérick Bastien et Jean-François Godbout pour leurs conseils lors des premières ébauches de ce chapitre.

Texte intégral

1L’élection québécoise de 2012 était la première élection générale à laquelle participait la Coalition avenir Québec (CAQ). Le parti y obtint 27 % des votes et 19 sièges à l’Assemblée nationale. Après que l’Action démocratique du Québec (ADQ) eut atteint son point culminant en formant l’opposition officielle en 2007, cette élection était également la première sans ce parti. L’objectif principal de ce chapitre est d’examiner la relation spatiale entre les régions qui ont soutenu l’ADQ en 2008 et celles qui ont appuyé la CAQ en 2012. Il offre également un aperçu de la géographie électorale du scrutin de 2012. L’ADQ avait formellement joint la CAQ au début de l’année 2012 et il existe une forte corrélation dans le soutien à ces deux partis entre ces deux élections. Cependant, notre analyse montre que le soutien à la CAQ était géographiquement plus étendu que celui à l’ADQ en 2008. Des évolutions particulières ont aussi été remarquées dans certaines banlieues de l’île de Montréal ainsi que dans les circonscriptions de l’Est du Québec, les premières démontrant plus de soutien et les secondes, moins d’appui à la CAQ que ce qui était attendu.

  • 2 Les élections partielles qui se sont tenues entre 2008 et 2011 ont influé sur les résultats réagrég (...)

2L’élection de 2012 n’a pas eu lieu selon la même carte électorale que celle de 2008, puisque celle-ci a été redécoupée en 2011. Afin de surmonter ce problème, la présente analyse emploie un ensemble unique de données compilées par le Directeur général des élections du Québec (DGEQ), qui a réagrégé le vote de 2008 en utilisant le découpage électoral de 20112. Ainsi, les deux ensembles de résultats électoraux sont compatibles : ils représentent les mêmes régions et les mêmes groupes d’électeurs. Sauf indication contraire, ce chapitre se réfère au vote réagrégé, plutôt qu’aux résultats officiels de 2008.

3Notre choix d’examiner les résultats de 2008 (au lieu de l’élection de 2007) s’explique par des préoccupations pratique et analytique. De façon pratique, le DGEQ a été en mesure de fournir rapidement des données pour les élections générales de 2008 et les élections partielles réagrégées par les frontières de 2011, mais il n’a pas été capable d’en faire autant pour l’élection de 2007. Sur le plan analytique, les électeurs de l’ADQ de 2008 tendent à former une base plus solide et homogène que ceux de 2007 (Bélanger et Nadeau, 2009). La base de données des résultats de 2008 est donc plus appropriée au modèle de remplacement utilisé dans cette analyse.

La géographie électorale

4Les principes et techniques de base de la géographie électorale remontent à la fin du XIXe siècle. Une préoccupation importante de ce champ d’étude est la question de l’inférence écologique : il est difficile de faire des prédictions à propos des comportements individuels sur la base de résultats spatialement agrégés. King (1997) a revendiqué avoir « résolu » le problème de l’inférence écologique à la fin des années 1990, à l’aide d’une technique, par ailleurs bien reçue, qui attira l’attention des géographes politiques (Sui, 2000), dont certains ont mis en doute l’originalité et l’efficacité de sa solution (Johnston et Pattie, 2001). En effet, lorsque des données d’enquête ou de sondage de haute qualité sont disponibles, il ne semble pas nécessaire de s’appuyer sur des résultats agrégés pour évaluer les facteurs de causalité et contextuels qui sous-tendent le soutien à un parti. De plus en plus, les chercheurs (en particulier en science politique) ont favorisé l’utilisation de ces données sur le plan individuel pour analyser les relations causales qui déterminent les préférences des électeurs.

5Quelle est donc l’utilité de la géographie électorale et de son analyse de la répartition spatiale ? À la base, la géographie électorale examine la répartition spatiale des votes pour identifier les régions où l’appui à un parti est relativement faible ou élevé (Forest, 2010 ; Drouilly, 2012). Ces inégalités spatiales sont importantes dans des systèmes électoraux uninominaux pluralitaires comme celui qui est en vigueur au Québec (Forest, 2008). En effet, une concordance entre les circonscriptions et le soutien aux partis permet un meilleur rapport entre la proportion de votes et la proportion des sièges occupés par un parti. Il arrive souvent, cependant, que ce ratio sièges-votes tende à favoriser un ou plus d’un parti. L’inégalité des appuis permet aux partis de concentrer leurs efforts dans certaines régions, de labourer des circonscriptions bien identifiées et, d’une manière ou d’une autre, d’influencer le processus de redistribution pour que la distribution des votes soit plus efficiente. Dans la pratique, les partis sont très conscients de la géographie électorale, qui constitue généralement un élément important de leur stratégie de campagne. Du point de vue scientifique, jusqu’à maintenant, l’utilité de cette approche analytique est moins établie.

6Les analyses électorales reposent généralement sur des données d’enquêtes par sondage. Elles sont en général rapportées pour les grandes régions : une province dans son ensemble ou parfois une région métropolitaine. De telles données reposent sur le postulat que les facteurs déterminant le vote opèrent uniformément partout, par exemple que ceux qui expliquent l’appui au Parti libéral à Montréal sont les mêmes en Gaspésie. Dans la mesure où les facteurs contextuels influencent la préférence des électeurs, les modèles prédictifs fonctionneront mieux dans certaines régions que dans d’autres. Drouilly (2012), par exemple, estime le taux de participation des électeurs à l’aide de la composition linguistique des circonscriptions mais, pour chacune des quatre élections entre 1998 et 2008, il identifie six ou sept circonscriptions qui ne se conforment pas à ses modèles.

7Certaines études en géographie politique et en science politique ont cherché à identifier et à évaluer ces effets contextuels, aussi qualifiés « de voisinage » (Withers, 2001). Ces études utilisent généralement des enquêtes géographiquement détaillées (par exemple, Pattie et Johnston, 2000). Cependant, de telles enquêtes ne sont pas disponibles pour l’élection de 2012 au Québec. Par conséquent, le but de ce chapitre est plus modeste : identifier les régions où le soutien à l’ADQ au moment de l’élection de 2008 est un faible prédicteur de l’appui à la CAQ en 2012.

8La technique utilisée pour cette étude est simple. En considérant les 125 circonscriptions du Québec comme autant de cas, nous utilisons un modèle linéaire simple pour prédire le soutien à la CAQ en 2012 sur la base de l’appui à l’ADQ en 2008, puis nous effectuons une analyse en grappes des résidus. S’il n’y a pas d’effets contextuels, on s’attendrait à ce que les valeurs résiduelles extrêmes (les circonscriptions où le pouvoir explicatif du modèle est le plus faible) soient distribuées aléatoirement dans la province. Nous employons deux techniques statistiques pour tester le regroupement non aléatoire des circonscriptions en grappes (Anselin, 1995 ; Ord et Getis, 1995). La technique de Moran apporte une évaluation globale de regroupement et indique si les résidus sont distribués de façon non aléatoire. La deuxième technique, appelée Local Indicators of Spatial Autocorrelation (LISA), indique l’emplacement précis et la nature des grappes. Si les analyses révèlent un regroupement significatif, cela permet d’identifier les régions où les effets contextuels, y compris l’intensité de l’activité des partis, sont susceptibles d’être importants.

Les élections de 2008 et 2012 par circonscription

9Les élections de 2008 et 2012 ont été dominées par trois partis : le Parti libéral du Québec (PLQ) et le Parti québécois (PQ) ces deux années-là ; en plus de l’ADQ en 2008 et de la CAQ en 2012. Le tableau 16.1 résume les résultats de ces élections pour chacun de ces partis et le graphique 16.1 illustre l’intensité des appuis à chacun, sur l’ensemble du territoire.

10L’agrégation des votes de 2008 selon le redécoupage de la carte électorale effectué en 2011 fait passer deux sièges de l’ADQ au PLQ. Comme prévu dans un système électoral pluralitaire (Duverger, 1950), la concordance entre les pourcentages de votes et de sièges remportés par chacun des partis est plutôt faible et le biais est particulièrement important pour les partis qui obtiennent un faible pourcentage des votes. En 2008, le PLQ est le parti qui a bénéficié le plus de cette distorsion, alors que le PQ en a tiré un léger avantage en 2012. En ce qui concerne le pourcentage absolu des votes et le ratio sièges-votes, la performance de la CAQ en 2012 (27,1 %/0,56) a été meilleure que celle de l’ADQ en 2008 (16,2 %/0,25).

TABLEAU 16.1. Distribution des votes et des sièges par parti, réagrégés selon le redécoupage de la carte électorale de 2011

TABLEAU 16.1. Distribution des votes et des sièges par parti, réagrégés selon le redécoupage de la carte électorale de 2011

* Sièges obtenus par Québec solidaire.

11En 2008, le PLQ a eu des appuis géographiquement étendus et a remporté au moins 20 % des voix dans chaque circonscription. Cependant, ces votes ont été distribués de façon peu optimale puisque le parti détenait la majorité absolue dans 27 circonscriptions et des concentrations très élevées sur l’île de Montréal. À l’opposé, l’ADQ n’a eu la majorité des votes dans aucune circonscription, et moins de 20 % des voix dans 94 des 125 comtés. Son soutien le plus fort était dans la région de Québec et dans les banlieues nord/nord-ouest de Montréal. De même, Québec solidaire (QS) a atteint la pluralité des votes dans une circonscription, mais moins de 20 % dans toutes les autres (sauf une). Le soutien au PQ était moins étendu que pour le PLQ, mais plus optimal : un soutien inférieur à 20 % dans 16 comtés, et la majorité absolue dans 15 autres.

GRAPHIQUE 16.1. Distribution des appuis au PQ, à la CAQ et au PLQ à l’élection de 2012

A. Proportion du vote allant au PQ

B. Proportion du vote allant à la CAQ

B. Proportion du vote allant à la CAQ

C. Proportion du vote allant au PLQ

C. Proportion du vote allant au PLQ

12En 2012, la cartographie des appuis aux partis était légèrement différente (graphique 16.1). Le PLQ a eu de nouveau des appuis géographiquement très étendus, mais le pourcentage des votes obtenus a été plus faible dans la plupart des régions : 34 circonscriptions sous la barre de 20 % et la majorité absolue dans 14 autres. Inversement, le PQ a élargi sa base géographique, bien que la distribution de son vote était moins optimale, à certains égards, qu’en 2008 : 24 comtés en-dessous de 20 % et une majorité absolue dans neuf circonscriptions. La distribution de la CAQ s’est située entre celles du PLQ et du PQ. Ses appuis furent relativement étendus, mais à un degré moindre que celui du PLQ. Le résultat : 45 circonscriptions comptant moins de 20 % des votes et cinq autres où elle remporta la majorité des voix. La CAQ a été le parti le plus fort dans les régions qui bordent le Saint-Laurent, des banlieues de Montréal à la ville de Québec.

Signes de remplacement d’un parti : les appuis à l’ADQ et à la CAQ

13L’ADQ et la CAQ sont considérés comme des partis de centre/centre-droit aux positions ambiguës, à tout le moins modérées, sur la souveraineté du Québec, et l’ADQ fusionna avec la CAQ en janvier 2012. Ainsi, on pourrait s’attendre à ce que les circonscriptions où les appuis à l’ADQ ont été élevés en 2008 se caractérisent par un soutien important à la CAQ en 2012. En effet, la représentation des circonscriptions électorales par un nuage de points montre une forte relation linéaire entre ces deux élections (graphique 16.2). Cependant, comme l’indique le tableau 16.1, la CAQ a presque doublé la proportion des votes obtenus et a remporté quatre fois plus de sièges, ce qui suggère que le parti a dû attirer des électeurs sur une base géographique plus étendue.

14Ces nouveaux partisans provenaient-ils des mêmes circonscriptions que celles qui avaient appuyé l’ADQ plus fortement en 2008 ou la CAQ a-t-elle attiré des électeurs d’autres régions ? Le tableau 16.2 montre les coefficients de corrélation entre le soutien à l’ADQ en 2008 et les résultats de chaque parti par circonscription en 2012. Les résultats sont intrigants : en plus de la forte corrélation positive entre l’appui à l’ADQ en 2008 et à la CAQ en 2012, il y a des coefficients plus petits, mais négatifs et significatifs pour le PLQ, le PQ et QS en 2012. Cela suggère qu’il y a peut-être eu un mouvement des électeurs de l’ADQ vers des partis autres que la CAQ.

GRAPHIQUE 16.2. Proportion des votes de l’ADQ en 2008 et de la CAQ en 2012 par circonscription

GRAPHIQUE 16.2. Proportion des votes de l’ADQ en 2008 et de la CAQ en 2012 par circonscription

Proportion de votes ADQ (2008)

  • 3 Un modèle de régression linéaire prédit la valeur de la variable dépendante (ici, la proportion du (...)
  • 4 Il est important de noter que les données électorales ne peuvent pas déterminer précisément quels p (...)

15Afin d’examiner la configuration du remplacement de l’ADQ sur le territoire, nous utilisons une régression linéaire pour prédire le soutien à la CAQ sur la base du vote de l’ADQ en 2008, puis une analyse spatiale des résidus3. Les circonscriptions dont les résidus avoisinent le zéro sont des régions où le simple remplacement de l’ADQ par la CAQ est une explication plausible. C’est dans ces circonscriptions que le soutien à l’ADQ en 2008 fournit une prédiction assez précise du soutien à la CAQ en 2012. Les régions où le modèle sous-performe (résidus positifs) sont celles où il y a un plus grand soutien à la CAQ que celui qui était attendu. Dans ces circonscriptions, la CAQ a possiblement conservé le soutien d’une plus grande proportion d’électeurs de l’ADQ qu’ailleurs ou attiré un nombre particulièrement élevé d’électeurs non adéquistes. À l’inverse, dans les régions où le modèle surperforme (résidus négatifs), l’appui à la CAQ est moins grand que celui attendu4.

TABLEAU 16. 2. Corrélations entre la proportion du vote de l’ADQ en 2008 et l’appui aux partis en 2012

TABLEAU 16. 2. Corrélations entre la proportion du vote de l’ADQ en 2008 et l’appui aux partis en 2012

16Les résultats du modèle (tableau 16.3) confirment qu’il existe une relation forte entre le soutien à la CAQ et à l’ADQ entre les deux élections. En effet, la valeur élevée du coefficient de détermination (R2) signifie que même l’ajout de données de recensement n’améliorerait pas beaucoup sa performance, bien que des analyses subséquentes indiquent que le modèle bénéficierait de variables supplémentaires. Il est plus important de souligner que les résidus ne présentent pas de lien évident avec la variable indépendante (graphique 16.3). Les résidus sont distribués aléatoirement le long de l’axe horizontal (sur le plan des statistiques, cela signifie que les résidus sont hétéroscédastiques), ce qui veut dire qu’il n’y a pas de biais systématique dans le modèle de régression.

TABLEAU 16.3. Estimation de l’impact de l’appui à l’ADQ en 2008 sur l’appui à la CAQ en 2012 (régression)

TABLEAU 16.3. Estimation de l’impact de l’appui à l’ADQ en 2008 sur l’appui à la CAQ en 2012 (régression)

R2 = 0,75
Prob. > F = 0,00

GRAPHIQUE 16.3. Distribution des résidus selon la proportion des votes obtenus par l’ADQ en 2008

GRAPHIQUE 16.3. Distribution des résidus selon la proportion des votes obtenus par l’ADQ en 2008

Proportion de votes ADQ (2008)

Les configurations spatiales

17Bien que les résidus ne soient pas corrélés avec les appuis à l’ADQ en 2008, ils peuvent être spatialement regroupés en grappes. Des grappes seront présentes si le degré de soutien à la CAQ est influencé par une variable qui n’est pas dans le modèle de régression et qui est elle-même distribuée en grappes sur le territoire. Par exemple, le niveau d’appui d’un parti peut être influencé par les campagnes et les candidats locaux. Les partis peuvent choisir de faire campagne de manière intense dans une région particulière en y effectuant des dépenses électorales plus élevées, en y conduisant son chef plus souvent ou en y présentant des candidats-vedettes, autant d’actions susceptibles d’accroître les appuis, et vice-versa lorsqu’un parti néglige d’autres régions. Le soutien électoral peut aussi refléter la force relative des organisations du parti, plutôt que les stratégies de campagne en soi. Dans de tels cas, les circonscriptions qui ont de forts résidus positifs auront tendance à être regroupées dans les mêmes grappes, comme le seront les comtés qui ont de forts résidus négatifs. En ce sens, les graphiques 16.3 et 16.4 sont analogues : le premier illustre la distribution des résidus dans l’espace « statistique » et le second, dans l’espace géographique.

18La cartographie des résidus met en relief trois régions qui revêtent un intérêt particulier (graphique 16.4). Les valeurs les plus négatives dominent l’île de Montréal et les circonscriptions de l’est du Québec, dont la péninsule gaspésienne. Cela suggère que, dans ces régions, moins d’électeurs ont soutenu la CAQ que ce qui était attendu en fonction de la répartition du vote adéquiste en 2008. Par contre, des résidus qui ont une forte valeur positive apparaissent dans la région métropolitaine qui entoure l’île de Montréal, indiquant qu’une plus grande proportion d’électeurs a soutenu la CAQ dans ces circonscriptions que ce qui était prédit par le modèle.

19Pour confirmer ces observations, nous avons calculé la statistique I de Moran, une mesure d’auto-corrélation spatiale (par grappe). Ses valeurs oscillent entre-1 et + 1, où zéro indique une distribution aléatoire,-1, une dispersion parfaite et + 1, une auto-corrélation spatiale parfaite. Les résidus du modèle montrent une auto-corrélation spatiale positive avec un I de

GRAPHIQUE 16.4. Distribution des résidus sur le territoire québécois

A. Valeurs résiduelles

A. Valeurs résiduelles

B. Valeurs résiduelles – région de Montréal

B. Valeurs résiduelles – région de Montréal

20Moran d’une valeur de 0,4159 (p = 0,001). Cela confirme que les résidus sont regroupés de manière significative, plutôt que d’être répartis de façon aléatoire. Le I de Moran n’indique pas l’emplacement réel des grappes. Pour cela, nous nous tournons vers la technique LISA.

21L’analyse LISA compare la valeur des résidus dans des circonscriptions adjacentes les unes aux autres suivant quatre combinaisons possibles de valeurs : haute-basse, haute-haute, basse-basse et basse-haute. Autrement dit, une circonscription qui a un résidu élevé peut être adjacente à une circonscription qui a des résidus bas ou élevés, et il en va de même d’une circonscription qui a des résidus ayant une valeur basse. (Les circonscriptions dont les valeurs sont modérées, près de zéro, ne contribuent pas à cette analyse.) L’emplacement de grappes où les valeurs sont toutes élevées – ou toutes basses – nous intéresse particulièrement, car elles indiquent des groupes de circonscriptions où l’appui à l’ADQ permet moins bien de prédire les résultats de la CAQ et où ceux-ci relèveraient plutôt d’autres facteurs, comme les stratégies de campagne ou l’organisation du parti.

22La cartographie (graphique 16.5) indique que le regroupement, qui au graphique précédent était apparent sur l’île de Montréal, n’est pas significatif. En prenant en considération l’emplacement et l’ampleur des résidus, l’analyse LISA révèle que les valeurs sur l’île ne peuvent être distinguées d’un résultat aléatoire. Autrement dit, certaines circonscriptions dont les valeurs sont faibles se situent l’une à côté de l’autre simplement par hasard. Bien sûr, dans la mesure où la CAQ souhaite conserver le soutien des anciens électeurs de l’ADQ, le modèle résiduel suggère qu’elle aura besoin de se concentrer davantage sur l’île de Montréal, puisqu’elle y a sous-performé. Du point de vue analytique, cependant, on ne peut que difficilement tenter d’expliquer ce regroupement, car il ne semble pas attribuable à un facteur précis qui soit statistiquement significatif.

23En revanche, les regroupements dans les circonscriptions de l’est et dans les banlieues de Montréal sont importants. Comme sur l’île de Montréal, les électeurs de l’est du Québec ont manifesté moins de soutien à la CAQ que ce que le modèle prévoyait. Contrairement à Montréal, cependant, ce regroupement ne peut pas être attribué au hasard, mais probablement à un facteur systématique. François Legault, qui était à la tête de la CAQ, n’a pas visité cette région au cours de la campagne. Une analyse plus approfondie serait évidemment nécessaire pour déterminer si la stratégie de la campagne a été déterminante.

GRAPHIQUE 16.5. Résidus : analyse en grappes LISA

A. Résidus : analyse en grappes LISA

A. Résidus : analyse en grappes LISA

B. Résidus : analyse en grappes LISA – région de Montréal

B. Résidus : analyse en grappes LISA – région de Montréal
  • 5 Au chapitre 6, les données d’Andrea Lawlor et Frédérick Bastien indiquent que, mis à part les chefs (...)

24Certaines banlieues de Montréal montrent des grappes significatives de résidus élevés, ce qui indique que la CAQ y a été relativement bien soutenue par rapport aux attentes. Au nord de l’île, le candidat-vedette le plus visible de la CAQ5, Jacques Duchesneau, a mené avec succès sa campagne dans la circonscription de Saint-Jérôme et peut avoir contribué au soutien élevé de cette région à la CAQ. Ici aussi, une analyse plus approfondie serait nécessaire pour déterminer la force de ce facteur.

25Quels que soient les facteurs exacts ayant mené à la relative sous-et sur-performance de la CAQ, la présence de grappes importantes dans l’est et dans les banlieues de Montréal suggère que les appuis à la CAQ ne sont pas seulement une transposition des soutiens obtenus par l’ADQ. Le modèle simple d’un « remplacement » peut assez bien fonctionner comme une généralisation à l’ensemble de la province, mais pas dans certains contextes géographiques particuliers.

***

26La géographie électorale nous informe bien davantage sur les résultats de l’élection québécoise de 2012 que pourrait le suggérer une carte standard des partis vainqueurs. Des cartes relativement simples qui illustrent la proportion de vote pour un parti par circonscription, comme celles du graphique 16.1, donnent un compte rendu plus nuancé des variations d’appui aux partis. La maîtrise de ces modèles permet de mieux comprendre les pratiques des partis et les campagnes électorales. Du point de vue scientifique, de telles cartes permettent de démontrer comment des changements relativement petits dans les préférences des électeurs peuvent avoir des effets importants sur les résultats d’un scrutin et, inversement, comment la variation spatiale des préférences partisanes et de la participation électorale peuvent minimiser les effets de changements importants.

27L’analyse des données spatiales constitue un ajout important à la boîte à outils des études électorales. Les sentiers et les mécanismes de causalité qui rendent compte des préférences de l’électeur peuvent varier d’un endroit à l’autre. Lorsque l’analyse électorale s’appuie sur des données et des postulats individuels, mais qu’ils sont généralisés à tout un espace géographique, elle peut occulter des effets contextuels significatifs. Dans ce chapitre, nous avons montré comment le remplacement de l’ADQ par la CAQ varie au Québec et, en particulier, que l’histoire de cette transition semble être tout à fait différente dans la banlieue de Montréal et dans les circonscriptions de l’est de la province. On peut attribuer, de façon anecdotique, ces tendances à l’effet des stratégies de campagne (négligence relative de la CAQ à l’égard des comtés de l’Est) et à des candidatsvedettes. Mais il faudrait une analyse plus systématique pour attribuer un pouvoir causal à de tels facteurs.

28Une autre possibilité – qui exigerait également des recherches supplémentaires – concerne la nature des électeurs de l’ADQ. Le parti avait peut-être attiré des électeurs de différents types d’une région à l’autre, selon divers éléments de sa plateforme électorale. Les électeurs de la Gaspésie, par exemple, ont pu être attirés par le message identitaire de l’ADQ en 2008. Dans la mesure où le PQ s’est fermement positionné sur l’identité en 2012, celui-ci a pu attirer ces anciens électeurs de l’ADQ. En même temps, les électeurs des banlieues de Montréal ont pu favoriser les politiques économiques relativement conservatrices de l’ADQ, un positionnement repris par la CAQ en 2012.

29Le modèle prédictif que nous avons utilisé pourrait être amélioré par l’ajout d’autres variables, telles que les données socioéconomiques de recensement, des caractéristiques spécifiques des candidats (candidat sortant, candidat-vedette, etc.) et des renseignements sur la campagne et l’élection (dépenses, taux de participation, etc.). L’analyse de niveau agrégé présentée au chapitre 1 par Jean-François Godbout constitue un pas notable dans cette direction. Néanmoins, même les résultats d’un modèle aussi simple que celui qui est présenté ici montrent comment les appuis aux partis varient selon les régions, mais aussi comment notre capacité à prédire et à expliquer ces appuis varie, elle aussi.

Notes

2 Les élections partielles qui se sont tenues entre 2008 et 2011 ont influé sur les résultats réagrégés dans dix circonscriptions en raison de modifications des limites (Argenteuil, Bonaventure, Côte-du-Sud, La Fontaine, L’Assomption, Marguerite-Bourgeoys, Rivière-du-Loup – Témiscouata, Rousseau, Saint-Laurent et Vachon), ainsi que sur les votes totaux de 2008 reportés dans le tableau 16.1. Les résultats électoraux réagrégés du DGEQ combinent ceux de l’élection générale de 2008 et des élections partielles.

3 Un modèle de régression linéaire prédit la valeur de la variable dépendante (ici, la proportion du vote pour la CAQ en 2012) en utilisant la valeur d’une ou de plusieurs variables indépendantes (ici, la proportion du vote pour l’ADQ en 2008). Le résidu est la différence entre la valeur prédite calculée par l’équation de régression et la valeur réelle (ou observée). Un résidu sera nul si la valeur prédite et réelle d’une circonscription sont les mêmes, et il sera négatif ou positif si la valeur observée est inférieure ou supérieure à celle prédite.

4 Il est important de noter que les données électorales ne peuvent pas déterminer précisément quels partis les électeurs soutiennent individuellement. L’explication de l’appui des électeurs en 2008 et 2012 est plausible et cohérente avec les données, mais la détermination de la composition précise du soutien à la CAQ exige des données d’enquêtes par sondage. Par ailleurs, le modèle permettrait idéalement de contrôler d’autres facteurs, comme les caractéristiques sociodémographiques des circonscriptions. Malheureusement, au moment de rédiger ce chapitre, les données du recensement de 2011 n’avaient pas été compilées selon le redécoupage de la carte électorale, elles n’ont donc pas pu être intégrées à cette analyse.

5 Au chapitre 6, les données d’Andrea Lawlor et Frédérick Bastien indiquent que, mis à part les chefs, Jacques Duchesneau est, de loin, le candidat dont le nom a été mentionné le plus souvent dans la presse écrite pendant la campagne.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 16.1. Distribution des votes et des sièges par parti, réagrégés selon le redécoupage de la carte électorale de 2011
Légende * Sièges obtenus par Québec solidaire.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5922/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5922/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre B. Proportion du vote allant à la CAQ
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5922/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre C. Proportion du vote allant au PLQ
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5922/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre GRAPHIQUE 16.2. Proportion des votes de l’ADQ en 2008 et de la CAQ en 2012 par circonscription
Légende Proportion de votes ADQ (2008)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5922/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre TABLEAU 16. 2. Corrélations entre la proportion du vote de l’ADQ en 2008 et l’appui aux partis en 2012
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5922/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre TABLEAU 16.3. Estimation de l’impact de l’appui à l’ADQ en 2008 sur l’appui à la CAQ en 2012 (régression)
Légende R2 = 0,75Prob. > F = 0,00
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5922/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre GRAPHIQUE 16.3. Distribution des résidus selon la proportion des votes obtenus par l’ADQ en 2008
Légende Proportion de votes ADQ (2008)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5922/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre A. Valeurs résiduelles
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5922/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre B. Valeurs résiduelles – région de Montréal
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5922/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre A. Résidus : analyse en grappes LISA
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5922/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre B. Résidus : analyse en grappes LISA – région de Montréal
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5922/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 226k

Auteur

Professeur agrégé au Département de géographie de l’Université McGill et est membre du Centre pour l’étude de la citoyenneté démocratique. Ses intérêts de recherche concernent la représentation politique de groupes de minorité visible, les lieux de mémoire dans les États post-soviétiques et les divers problèmes de géographie électorale, les partis politiques et la gouvernance. Il a récemment publié dans Le Géographe canadien, Political Geography et Post-Soviet Affairs.

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access