Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Québécois aux urnes

 | 
Éric Bélanger
, 
Frédérick Bastien
, 
François Gélineau

Troisième partie. Le vote des québécois

15. L’avantage libéral : le vote des minorités visibles à l’élection québécoise de 2012

Antoine Bilodeau

Texte intégral

L’auteur tient à remercier Sepideh Sabati et Anne-Sophie Hébert pour leur assistance de recherche.

1Au cours des dernières élections fédérales, chercheurs et commentateurs politiques ont maintes fois discuté du vote des minorités ethniques au Canada et de leur impact sur les résultats des élections. Après avoir observé jusqu’au début des années 2000 que les minorités ethniques – tout particulièrement celles d’origines non européennes – exprimaient une forte préférence pour le Parti libéral du Canada, les chercheurs ont constaté que la tendance semble s’être renversée (Blais, 2005 ; Bilodeau et Kanji, 2010). En effet, depuis les élections de 2000, l’avantage libéral s’est effrité, l’appui à cette formation politique chutant encore plus rapidement au sein des minorités ethniques qu’au sein du reste de la population (Bilodeau, 2011 ; Gidengil et al., 2012).

2Parallèlement à cette allégeance libérale fédérale, la perception populaire et les sondages d’opinion publique ont généralement rapporté un lien privilégié similaire entre les minorités ethniques et le Parti libéral du Québec (PLQ). Quelques études ont corroboré cet avantage stratégique (Lavoie et Serré, 2002 ; Serré, 2002). Ces études, pour la plupart, ont porté sur la période allant jusqu’à la fin des années 1990. Qu’en est-il aujourd’hui alors que le paysage politique est plus morcelé avec l’arrivée de nouveaux partis, tels que la Coalition avenir Québec (CAQ), Québec solidaire (QS) et Option nationale (ON) ? Lors des élections de 2012, les minorités ethniques affichent-elles toujours autant cette allégeance libérale ? Y a-t-il des signes d’ouverture envers les autres formations politiques ? Et quelles sont les sources de cette allégeance libérale ?

  • 2 Tous les renseignements sur cette étude se retrouvent dans l’annexe A.
  • 3 L’auteur veut remercier André Blais pour l’accès aux données québécoises du projet MEDW, ainsi que (...)

3Ce chapitre tente de répondre à ces questions en examinant les Québécois membres d’une minorité visible. Ce groupe correspond à cette frange de la population – pour la plupart non européenne – qui est reconnue pour son appui massif au Parti libéral du Canada (Blais, 2005). Les minorités visibles représentent aussi un segment de la population québécoise en croissance rapide. On prévoit que les minorités visibles, qui représentaient environ 16 % de la population montréalaise lors du recensement de 2006, constitueront plus de 30 % de la métropole québécoise en 2031. Un examen des allégeances politiques de ce groupe de Québécois permet donc d’anticiper des tendances politiques à venir. Les données utilisées pour l’enquête reposent sur l’étude électorale québécoise Making Electoral Democracy Work (MEDW)2 ainsi que sur le Sondage électoral de minorités visibles (SEMV)3. L’échantillon présente 750 Québécois membres d’une minorité visible et 1 003 Québécois qui ne sont pas membres d’un tel groupe.

Le vote des minorités visibles au Québec

4Le graphique 15.1 montre clairement la forte préférence des minorités visibles pour le PLQ, avec plus de 46 % rapportant avoir voté pour le parti de Jean Charest en 2012. En comparaison, l’appui n’était que de 25,8 % au sein du reste de la population québécoise. Alors que le vote libéral est beaucoup plus fort chez les minorités visibles qu’au sein du reste de la population, le vote péquiste est inversement beaucoup plus faible. Tandis que près de 34 % des Québécois non membres d’une minorité visible rapportent avoir voté pour le Parti québécois (PQ), à peine 18,5 % des minorités visibles signalent avoir fait de même.

5Les minorités visibles affichent aussi un appui plus faible que le reste de la population à la CAQ – 15,0 % contre 27,7 % – et un appui plus fort à Québec solidaire (QS) – 14,4 % contre 8,6 %. Ces différences pourraient s’expliquer par la concentration plus forte des minorités visibles dans la région de Montréal. Les appuis à ON et au Parti vert du Québec (PVQ) sont minimes autant chez les minorités visibles que dans le reste de la population.

GRAPHIQUE 15.1. Vote des minortés visibles aux élections québécoises de 2012 (en pourcentage)

GRAPHIQUE 15.1. Vote des minortés visibles aux élections québécoises de 2012 (en pourcentage)

Source : MEDW et SEMV élections québécoises 2012.

6Les données présentées confirment ce qui est connu depuis bon nombre d’années déjà, c’est-à-dire que les minorités visibles au Québec votent massivement pour le Parti libéral du Québec. On remarque d’ailleurs que bien que les nouveaux partis (CAQ, QS) aient réussi une certaine percée au sein des minorités visibles, ces dernières préfèrent largement le PLQ. La prochaine section tente d’identifier la ou les raisons qui sous-tendent cette préférence pour le PLQ.

Pourquoi les minorités visibles votent-elles massivement pour le PLQ ?

7La stratégie adoptée pour répondre à cette question s’inspire de la structure d’analyse proposée par Éric Bélanger et Richard Nadeau (2009) dans leur analyse des élections québécoises de 2007 et 2008, et reproduite au chapitre 12 pour l’élection de 2012. Trois types d’explications sont examinés : l’orientation idéologique, les enjeux de la campagne et l’évaluation des chefs.

L’orientation idéologique

  • 4 ON et le PVQ ne sont pas examinés, car trop peu de répondants rapportent avoir voté pour ces parti (...)

8Une première hypothèse concerne l’orientation idéologique (valeurs et opinions sur les grands thèmes sociaux, économiques et politiques du Québec) des minorités visibles. Il est en effet possible que les minorités visibles reconnaissent le PLQ comme étant le plus fidèle à leurs propres valeurs. Afin d’examiner cette hypothèse, les analyses qui suivent comparent les valeurs des minorités visibles avec celles des électeurs des principaux partis politiques, soit le PLQ, le PQ, la CAQ et QS4. Le score moyen des minorités visibles sur cinq grands thèmes est donc comparé à ceux des électeurs des quatre principaux partis politiques. Évidemment, cette méthode a ses limites, puisqu’il ne s’agit pas de comparer les positions des partis, mais les positions des électeurs de ces partis. Elle offre tout de même un outil utile pour examiner les affinités idéologiques entre les minorités visibles et les différents partis politiques. Les cinq thèmes examinés – disponibles dans les bases de données utilisées – sont les suivants : le choix entre plus de services publics et moins de taxes ; le choix entre plus ou moins de redistribution de la richesse dans la société ; le choix entre des sentences plus sévères ou la réhabilitation pour les criminels ; le choix entre plus ou moins d’immigrants pour le Québec ; et l’identité nationale.

9Les données présentées dans le graphique 15.2 montrent que sur le thème des services et des taxes, la position moyenne des minorités visibles (5,4) est à mi-chemin entre celle des électeurs du PQ (5,6) et du PLQ (5,1). Elles sont par contre assez éloignées des positions des électeurs de la CAQ (4,1) et de QS (6,6). Sur ce thème, le PLQ n’a donc pas un avantage idéologique clair sur les autres partis.

10Sur le thème de la redistribution (graphique 15.3), la position des minorités visibles (5,8) est très proche de celle des électeurs de la CAQ (5,7) et du PLQ (5,6). En comparaison, la distance avec les positions des électeurs du PQ (7,0) et de QS (7,7) est considérable. Sur ce thème donc, les minorités visibles n’ont pas non plus une position idéologique favorisant nettement le PLQ. Les minorités visibles sont certainement proches du PLQ sur ces deux thèmes, mais pas plus proches que du PQ sur le thème des services ou de la CAQ sur le thème de la redistribution.

11Sur le thème de la criminalité (graphique 15.4), ce sont ici les électeurs du PQ qui sont clairement plus proches des minorités visibles avec des scores moyens respectifs de 5,4 et 5,6. Les électeurs des autres partis politiques sont sensiblement éloignés des minorités visibles sur ce thème, le PLQ à 6,4, la CAQ à 6,7 et QS à 3,4.

12Sur le thème des niveaux d’immigration (graphique 15.5), il semble que les minorités visibles fassent bande à part, largement plus favorables à une hausse de l’immigration que les électeurs de toutes les formations politiques. Alors que les minorités visibles se situent à 5,7, les électeurs les plus proches sont ceux de QS (4,9) suivis de loin par le PLQ (4,1), le PQ (3,9) et la CAQ (3,7).

13Finalement, les minorités visibles s’identifient-elles davantage comme Canadiens ou comme Québécois ? Sur le plan identitaire, les minorités visibles sont très proches des électeurs du PLQ. Le graphique 15.6A indique la proportion de répondants qui s’identifient comme Canadien seulement ou plus Canadiens que Québécois. Alors que cette proportion est de 29 % chez les minorités visibles, elle est de 37,4 % chez les électeurs du PLQ. En comparaison, ces proportions ne sont que de 13,9 % chez les électeurs de la CAQ, 7,6 % chez ceux de QS et 0,5 % parmi ceux du PQ. Le clivage identitaire et l’affinité libérale des minorités visibles sont encore plus marqués lorsqu’on regarde la proportion de répondants qui s’identifient Québécois seulement ou plus comme Québécois que Canadiens (graphique 15.6B). Aux deux extrémités, nous trouvons le PQ avec 85 % de ses électeurs qui s’identifient plus comme Québécois que Canadiens, et le PLQ avec seulement 8,6 % de ses électeurs. Quant aux minorités visibles, environ 22 % d’entre elles s’identifient davantage comme Québécoises que Canadiennes. Sur le thème de l’identité nationale, il y a donc une affinité évidente entre les minorités visibles et les électeurs du PLQ.

GRAPHIQUE 15.2. Taxes ou services

GRAPHIQUE 15.2. Taxes ou services

GRAPHIQUE 15.3. Redistribution de la richesse

GRAPHIQUE 15.3. Redistribution de la richesse

GRAPHIQUE 15.4. Criminalité

GRAPHIQUE 15.4. Criminalité

GRAPHIQUE 15.5. Immigration

GRAPHIQUE 15.5. Immigration

Source : MEDW et SEMV élections québécoises 2012.

GRAPHIQUE 15.6A. Sentiment identitaire ( % Canadien seulement ou plus Canadien que Québecois)

GRAPHIQUE 15.6A. Sentiment identitaire ( % Canadien seulement ou plus Canadien que Québecois)

GRAPHIQUE 15.6B. Sentiment identitaire ( % Québécois seulement ou plus Québecois que Canadien)

GRAPHIQUE 15.6B. Sentiment identitaire ( % Québécois seulement ou plus Québecois que Canadien)

Source : MEDW et SEMV élections québécoises 2012.

14Globalement, les minorités visibles semblent avoir une affinité idéologique modérément plus grande avec le PLQ qu’avec les autres formations politiques. Elles sont proches du PLQ sur les thèmes des services publics et de la redistribution, mais tout particulièrement sur la question de l’identité nationale. L’orientation idéologique a certainement ainsi le potentiel d’expliquer en partie le vote libéral des minorités visibles.

L’enjeu le plus important des élections

15Le vote libéral des minorités visibles s’explique un peu plus lorsqu’on prend en considération l’opinion sur l’enjeu le plus important des élections de 2012. Lorsqu’on demande aux électeurs quel était l’enjeu le plus important de la campagne, on découvre que les enjeux de nature économique (taxes, dépenses publiques/dette, et économie) ont été identifiés par plus de 44 % des minorités visibles. À cet égard, comme le montre le graphique 15.7, les minorités visibles étaient presque aussi nombreuses que les électeurs du PLQ (51,5 %) et de la CAQ (50,8 %) à prioriser les enjeux de nature économique, très loin devant les électeurs du PQ (23,5 %) et de QS (21,1 %).

GRAPHIQUE 15.7. Enjeu le plus important des élections ( % identifiant les taxes, la dette et les finances publiques, ou l’économie)

GRAPHIQUE 15.7. Enjeu le plus important des élections ( % identifiant les taxes, la dette et les finances publiques, ou l’économie)

Source : MEDW et SEMV élections québécoises 2012.

16Si les enjeux économiques ont une grande importance pour le vote, comment expliquer dans ce cas que les minorités visibles votent massivement derrière le PLQ et modestement pour la CAQ ? Ces enjeux étaient tout aussi importants pour les électeurs de l’une comme de l’autre des deux formations politiques. La crédibilité des partis sur ces enjeux pourrait partiellement répondre à la question. Parmi les minorités visibles qui ont identifié un enjeu de nature économique comme thème central de la campagne, 61 % perçoivent le PLQ comme étant le plus compétent pour y répondre. En comparaison, chez les autres Québécois, c’est la CAQ qui est perçue comme étant la plus compétente (41,0 %), légèrement en avance sur le PLQ (37,5 %). Alors que le PLQ conserve sa crédibilité économique chez les minorités visibles, la CAQ semble lui avoir volé la vedette sur cet enjeu auprès des autres Québécois.

La popularité des chefs

17Au-delà de l’idéologie et des enjeux, c’est le charisme, la compétence et le caractère inspirant des leaders des différentes formations politiques qui pourraient expliquer le vote libéral des minorités visibles. Celles-ci vouaient-elles une admiration à Jean Charest ? Honnissaient-elles Pauline Marois ? Étaient-elles méfiantes envers François Legault ? Et méconnaissaient-elles Françoise David, Amir Khadir et Jean-Martin Aussant ?

18Les répondants à nos sondages ont évalué chacun des chefs de partis sur une échelle de 0 à 10 où 10 signifie une évaluation très positive et 0 une évaluation très négative. Le tableau 15.1 présente les évaluations fournies par les minorités visibles et le reste de la population. Tout d’abord, sans vouer une admiration à Jean Charest, les minorités visibles avaient une opinion plus « positive » que le reste de la population du chef libéral (4,3 contre 3,3, sur une échelle de 0 à 10). Ainsi, 41,7 % des Québécois ont accordé la note « 0 » à Jean Charest, alors que cette proportion n’était que de 25,5 % au sein des minorités visibles.

19L’impopularité de Pauline Marois ne fait aucun doute chez les minorités visibles. De tous les chefs de partis, elle obtient au sein des minorités visibles la proportion la plus forte de scores « 0 », soit 38,3 % et un score moyen très faible (3,1). En comparaison, dans le reste de la population, bien que Pauline Marois obtienne la note « 0 » chez plus de 31 % des électeurs, le score moyen des électeurs à son endroit (4,0) est somme toute supérieur à ceux obtenus par Jean Charest, Amir Khadir et Jean-Martin Aussant. François Legault, quant à lui, obtient des scores moyens de 4,3 et 4,8 respectivement auprès des minorités visibles et du reste de la population, et obtient la note « 0 » auprès d’un électeur sur six environ (17,7 % et 15,7 %).

TABLEAU 15.1. Évaluation des chefs de partis

TABLEAU 15.1. Évaluation des chefs de partis

Source : MEDW et SEMV élections québécoises 2012.
* Parmi ceux qui ont donné un score au chef.

20Les autres chefs de partis semblent avoir souffert d’un déficit de notoriété publique. Plus d’un quart des minorités visibles (26,1 %) ne connaissaient pas assez Françoise David pour en donner une appréciation, un problème encore plus criant pour Jean-Martin Aussant et Claude Sabourin : respectivement 47,6 % et 60,8 % des minorités visibles étaient incapables de leur attribuer un score sur l’échelle de 0 à 10. Personnage plus flamboyant et présent à l’Assemblée nationale depuis près de quatre ans, Amir Khadir s’en tire beaucoup mieux, seulement 14,1 % des minorités visibles ne connaissant pas assez bien le politicien pour l’évaluer. Le manque de notoriété publique de ces politiciens ne se limite pas aux minorités visibles, mais semble plus marqué au sein de ce groupe.

Analyse multivariée

21La tâche consiste maintenant à identifier quels facteurs – parmi ceux dont il a été question dans la section précédente – expliquent directement l’avantage libéral au sein des minorités visibles. Cette tâche est accomplie au moyen d’une analyse multivariée dans laquelle la propension à voter libéral (1) est comparée à la propension à voter pour tout autre parti (0). L’analyse procède en cinq étapes. Dans une première étape, l’impact des variables sociodémographiques est examiné (âge, sexe, revenu familial, éducation, lieu de résidence et fréquentation des services religieux). Dans une deuxième étape, nous ajoutons la langue parlée à la maison (français par rapport à l’anglais ou aux autres langues). Pour les étapes 3, 4 et 5, les variables mesurant les valeurs et le sentiment identitaire, les enjeux de la campagne et les évaluations des chefs sont incluses successivement dans l’analyse afin d’évaluer leur capacité à expliquer la plus grande propension des minorités visibles à voter pour le PLQ.

  • 5 Bélanger et Nadeau ont montré que les Québécois plus jeunes votent moins – et non plus – que les a (...)

22Le tableau 15.2 résume le pouvoir explicatif combiné de chaque groupe de variables au moyen de prédictions dérivées de l’analyse multivariée. L’analyse complète est présentée à l’annexe B7. On remarque tout d’abord que l’avantage libéral semble plus fort lorsque l’analyse contrôle pour le profil sociodémographique des électeurs, passant de 20,4 à 24,7 points de pourcentage. Issues de l’immigration récente, les minorités visibles québécoises sont souvent plus jeunes que le reste de la population. C’est le cas des minorités visibles qui ont répondu à notre sondage. Alors que la moyenne d’âge est de 38 ans chez les minorités visibles, elle est de 48 ans chez les autres répondants. De prime abord, on aurait pu penser que la jeunesse des minorités visibles aurait contribué à les éloigner du PLQ, or ce n’est pas le cas ici5. En votant dans une plus grande proportion pour le PLQ, les jeunes des minorités visibles se distinguent de l’ensemble des jeunes québécois. L’analyse suggère que si les minorités visibles étaient réparties entre les groupes d’âge de la même manière que l’ensemble de la population, l’avantage libéral aurait grimpé de plus de cinq points.

TABLEAU 15. 2. L’avantage libéral au sein des minorités visibles : pouvoir explicatif combiné de cinq types de considérations

TABLEAU 15. 2. L’avantage libéral au sein des minorités visibles : pouvoir explicatif combiné de cinq types de considérations

* Écart dans le vote libéral entre les minorités visibles et le reste de la population.
Prédictions dérivées de l’analyse multivariée présentée à l’annexe B7.

23En contrepartie, lorsque nous ajoutons la langue parlée à la maison à nos analyses, nous parvenons à expliquer une partie importante de l’avantage libéral, faisant glisser la proportion inexpliquée de plus de 6 points de pourcentage (de 24,7 à 18,3). Le facteur linguistique apparaît donc comme déterminant pour expliquer une partie de l’avantage libéral. Les minorités visibles votent davantage pour les libéraux – comme bon nombre d’autres Québécois – parce qu’elles parlent anglais ou une autre langue à la maison.

24Nous parvenons à expliquer une autre partie importante de l’avantage libéral lorsque nous incluons les valeurs et le sentiment identitaire dans nos analyses. Une fois ces variables incluses dans l’analyse, l’avance des libéraux chez les minorités visibles par rapport au reste de la population chute de près de 7 points, passant de 18,3 à 11,6 points de pourcentage. L’analyse montre que les électeurs qui s’identifient davantage comme Québécois ont une propension beaucoup plus faible à voter pour le PLQ et ceux qui s’identifient davantage comme Canadiens ont une propension plus forte à voter pour le PLQ en comparaison de ceux qui se sentent également Québécois et Canadiens. Une analyse plus fine montre que c’est principalement le sentiment identitaire des minorités visibles qui contribue à expliquer leur allégeance libérale.

  • 6 Les évaluations de Françoise David, Jean-Martin Aussant et Claude Sabourin ne sont pas incluses da (...)

25Les enjeux n’expliquent pas vraiment le vote libéral des minorités visibles, l’avantage libéral se maintenant autour des 12 points. L’avantage libéral chez les minorités visibles semble s’expliquer aussi en partie par l’évaluation plus positive que les minorités visibles avaient de Jean Charest en comparaison du reste de la population, et leur évaluation plus négative de Pauline Marois, tel que présenté dans le tableau 15.1. Ainsi, lorsque l’analyse prend en compte les évaluations des chefs des principaux partis, l’avance des libéraux chez les minorités visibles par rapport au reste de la population glisse de 12,1 à 9,4 points6.

26Au total, c’est plus de 50 % de l’avantage libéral chez les minorités visibles que l’analyse permet d’expliquer, principalement par la popularité des chefs, mais surtout par la grande affinité sur la question de l’identité nationale. Les minorités visibles sont très nombreuses à se sentir plus canadiennes que québécoises, et ce sentiment identitaire semble créer une très grande affinité avec le PLQ. De plus, bon nombre d’entre elles (44 % dans notre sondage), parle une langue autre que le français à la maison, et cette réalité linguistique explique aussi fortement leur propension à voter pour le parti libéral. Même en contrôlant pour ces cinq groupes de facteurs explicatifs, il reste que près de 50 % de l’avantage libéral chez les minorités visibles demeure inexpliqué.

***

27Le PLQ jouit d’un avantage certain au sein des Québécois membres d’une minorité visible. Ce segment de la population québécoise, qui est en croissance rapide, a largement appuyé le parti de Jean Charest aux élections de 2012. Malheureusement, cette étude ne permet pas d’examiner le vote des minorités visibles dans le temps et nous ne disposons pas d’autres études portant sur le sujet. Il est donc impossible pour le moment d’affirmer si cet appui libéral (46 %) chez les minorités visibles au Québec en 2012 était plus faible ou non en comparaison avec les élections précédentes. Il semble clair, par contre, que cet avantage libéral était encore bien senti en 2012, et ce, malgré l’usure de neuf ans du gouvernement libéral sortant et de la multiplication des partis politiques avec la présence de la CAQ, de QS, d’ON et du PVQ. Même libérés du choix binaire PLQ/PQ et devant un choix élargi de partis politiques, les minorités visibles ont largement préféré le PLQ en 2012.

28Quelle est la source de cet avantage libéral auprès des minorités visibles ? Sans surprise, il semble que le facteur linguistique et la question nationale jouent un grand rôle. Les Québécois qui parlent principalement une autre langue que le français à la maison votent largement pour le PLQ, un comportement qui est aussi partagé chez les minorités visibles. De plus, les électeurs qui appuient les libéraux ont un sentiment identitaire fortement canadien, un sentiment aussi largement partagé par les minorités visibles. On note également une affinité naturelle pour les enjeux économiques entre le PLQ et les minorités visibles, mais les analyses ont montré que cette affinité joue un rôle bien limité pour expliquer l’avantage libéral. Les chefs des partis semblent aussi avoir joué un rôle prépondérant en 2012 pour consolider le vote libéral des minorités visibles. Autant les opinions favorables des minorités visibles par rapport à Jean Charest que leurs opinions négatives par rapport à Pauline Marois contribuent partiellement à expliquer l’avantage libéral auprès des minorités visibles. Finalement, il semble que la présente analyse n’ait pas tout révélé sur les sources de cet avantage libéral. Même en tenant compte du profil sociodémographique, des valeurs et opinions sur cinq grands débats, des enjeux de la campagne et de l’évaluation des chefs, le PLQ semble disposer d’un avantage de l’ordre de 9 points auprès des minorités visibles. Plusieurs autres facteurs pourraient aider à comprendre cet avantage libéral. On peut penser par exemple aux réseaux sociaux et à la mobilisation des minorités visibles par le Parti libéral ou à la présence possiblement plus grande de candidats libéraux eux-mêmes membres d’une minorité visible. L’examen de ces pistes de réflexion devra par contre se faire dans le contexte d’une autre étude.

29Pour conclure, cette étude nous suggère trois constats. Tout d’abord, l’avantage libéral qui a existé au fédéral existe aussi sur la scène provinciale québécoise. Deuxièmement, tout comme au fédéral, nous ne pouvons expliquer complètement cet avantage stratégique pour le PLQ. Finalement, bien que cet avantage libéral au fédéral semble s’être largement estompé, il existe encore sur la scène provinciale québécoise. Même si nous ne disposons d’aucun point de comparaison fiable dans le temps pour évaluer si cet avantage était en 2012 plus fort ou plus faible que lors des dernières élections, il semble clair que l’avantage libéral était bel et bien présent et significatif lors des élections québécoises de 2012.

Notes

2 Tous les renseignements sur cette étude se retrouvent dans l’annexe A.

3 L’auteur veut remercier André Blais pour l’accès aux données québécoises du projet MEDW, ainsi que le Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes du Québec et le Programme de soutien à la recherche en affaires intergouvernementales et d’identité québécoise pour son soutien financier dans la cueillette de données du SEMV. Tous les répondants du SEMV sont citoyens canadiens et étaient éligibles à voter lors des dernières élections québécoises. Le même questionnaire, ainsi que la même méthodologie ont été employés pour les deux échantillons. La définition de Statistique Canada a été utilisée pour identifier les Québécois membres d’une minorité visible, soit « les personnes, autres que les Autochtones, qui ne sont pas de race blanche ou qui n’ont pas la peau blanche. Il s’agit principalement des groupes suivants : Chinois, Sud-Asiatique, Noir, Arabe, Asiatique occidental, Philippin, Asiatique du Sud-Est, Latino-Américain, Japonais et Coréen. » L’auteur demeure entièrement responsable pour l’interprétation des données.

4 ON et le PVQ ne sont pas examinés, car trop peu de répondants rapportent avoir voté pour ces partis politiques.

5 Bélanger et Nadeau ont montré que les Québécois plus jeunes votent moins – et non plus – que les autres Québécois pour le PLQ (2009).

6 Les évaluations de Françoise David, Jean-Martin Aussant et Claude Sabourin ne sont pas incluses dans l’analyse à cause des grandes proportions de répondants qui ne pouvaient les évaluer.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE 15.1. Vote des minortés visibles aux élections québécoises de 2012 (en pourcentage)
Légende Source : MEDW et SEMV élections québécoises 2012.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5920/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre GRAPHIQUE 15.2. Taxes ou services
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5920/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2k
Titre GRAPHIQUE 15.3. Redistribution de la richesse
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5920/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre GRAPHIQUE 15.4. Criminalité
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5920/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 9,6k
Titre GRAPHIQUE 15.5. Immigration
Légende Source : MEDW et SEMV élections québécoises 2012.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5920/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 8,4k
Titre GRAPHIQUE 15.6A. Sentiment identitaire ( % Canadien seulement ou plus Canadien que Québecois)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5920/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2k
Titre GRAPHIQUE 15.6B. Sentiment identitaire ( % Québécois seulement ou plus Québecois que Canadien)
Légende Source : MEDW et SEMV élections québécoises 2012.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5920/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre GRAPHIQUE 15.7. Enjeu le plus important des élections ( % identifiant les taxes, la dette et les finances publiques, ou l’économie)
Légende Source : MEDW et SEMV élections québécoises 2012.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5920/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre TABLEAU 15.1. Évaluation des chefs de partis
Légende Source : MEDW et SEMV élections québécoises 2012.* Parmi ceux qui ont donné un score au chef.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5920/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre TABLEAU 15. 2. L’avantage libéral au sein des minorités visibles : pouvoir explicatif combiné de cinq types de considérations
Légende * Écart dans le vote libéral entre les minorités visibles et le reste de la population.Prédictions dérivées de l’analyse multivariée présentée à l’annexe B7.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5920/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

Auteur

Professeur agrégé au Département de science politique de l’Université Concordia. Ses intérêts de recherche portent sur l’intégration politique des immigrants et sur les dynamiques d’ouverture à l’immigration et la diversité ethnique. Ses recherches ont été publiées dans les revues scientifiques suivantes : Journal of Ethnic and Migration Studies, International Migration Review, Ethnic and Racial Studies, International Political Science Review, Democratization, Canadian Journal of Political Science et Australian Journal of Political Science.

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre