Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

24. Saint-Hilaire, 6 août 19541

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128 ; publiée sous le titre « L (...)

1Cher Borduas,

2Comment allez-vous ? Qu’y a-t-il de neuf ?

  • 2 L’expression « beauté baroque » apparaît dans la lettre du 2 mai 1950 de Claude Gauvreau à Jean-Cl (...)

3Ici, je viens de relire les deux tiers de Beauté baroque2. Les 72 premières pages sont à peu près impeccables, et je crois me souvenir que la troisième partie (non encore relue) est passablement homogène et puissante. Là où ça ne va pas, c’est de la page 72 à la page 100 (et principalement de la page 72 à la page 90) : la fin de la partie deux.

4Il est possible que la partie trois soit d’un caractère sensiblement différent de la partie un et de la partie deux ; mais, si elle est suffisamment homogène en elle-même, je considérerai qu’elle est admissible.

  • 3 Des extraits paraîtront sous le titre « Beauté baroque (fragments d’un roman moniste) », Parti pri (...)
  • 4 Dans son « Autobiographie », Claude Gauvreau dira : « L’effort de rédaction de Beauté baroque anni (...)

5Beauté baroque était mon premier travail de très longue haleine3 ; et il fut écrit dans des circonstances véritablement martyrisantes4. Dans la fin de la partie deux (72-100), des signes de fatigue (d’exténuation, devrais-je dire) sont visibles : il s’y trouve d’authentiques merveilles, de prodigieuses trouvailles, mais ces éléments valables sont abaissés par des liens trop informes et trop bruts. La partie deux n’est pas homogène ainsi, et sa fin est très certainement insuffisamment limpide.

6Je me souviens très nettement, à présent, que, lors de la rédaction de ce passage, je fus saisi d’une espèce de panique : au rythme où cheminait mon écriture pénible, je n’aurais pas eu le temps de terminer mon ouvrage en deçà de novembre. Et il s’ajoutait l’atroce déception de constater les pages écrites <tellement> <illisible> de ce que j’avais espéré.

  • 5 Texte de base : « reviseras ».

7Je m’étais dit alors : « Écris plus rapidement, rends-toi jusqu’au bout ; et, un peu plus tard, à Montréal, tu réviseras5 les passages insuffisamment rigoureux. » Cela fut fait... Mais je n’eus jamais le loisir de réviser adéquatement les passages indésirables.

8À Montréal, j’étais littéralement à bout de forces. Et, même à l’époque où je demeurais assez lucide pour travailler, j’étais psychologiquement paralysé par ce qui m’apparaissait alors comme un « échec ».

9Dans un sens, Beauté baroque était un échec total. J’avais été tellement pénétré par un respect profond de mon sujet, que j’avais osé à peine y toucher ; par une espèce de solution passablement inconsciente j’avais reporté l’attention sur un objet beaucoup moins respectable et respecté (moi-même). Toutefois, maintenant, je vois les choses avec beaucoup plus d’objectivité : même si Beauté baroque ne sera jamais ce qu’il aurait dû être, même s’il restera toujours hétérogène, même s’il n’aura jamais cette pureté de ligne que donne seul le détachement, il est un objet sans précédent, il est un objet saturé de souffrance et de gémissement, il est un objet au climat effrayant et hallucinant ; et, dans ce sens, il n’est pas un échec.

10Une fois disciplinées les quelques fausses notes grossières, il sera un objet difficilement sondable, peut-être monstrueux, certainement vrai.

11Je réfléchis cependant sur une certaine injustice apparemment inhérente à notre nature : un engagement trop profond, une participation trop sentie et trop immédiate, nous prive d’une certaine efficacité. Combien plus limpides et plus rigoureux plastiquement m’apparaissent certains objets récemment écrits dans un état de détachement comparativement infini !

12Du reste, c’est l’introduction de fragments grossiers (littérairement grossiers) dans la fin de la partie deux, qui a permis à la partie trois de Beauté baroque un regain de limpidité et de force (par un détachement nouveau). J’étais libéré partiellement d’une vénération trop encombrante à l’égard de mon objet, sinon à l’égard de mon sujet.

13Je n’ai pas le temps présentement d’architecturer sans merci les passages trop épuisés de Beauté baroque. Cela sera fait, cependant, d’ici quelques mois.

14J’ai désespérément hâte d’en finir !

15Je suis poursuivi et harcelé, comme Caïn, par ma propre exigence.

16À part ça, je crois que plusieurs choses se préparent... Des tendances vont certainement se préciser.

  • 6 Voir supra, p. 345, n. 7.
  • 7 Il s’agit de l’exposition intitulée « Espace 55 », qui aura lieu effectivement du 11 au 25 février (...)

17Il y a quelques mois, Steegman6 (le directeur du Musée) m’avait offert une exposition de peinture surrationnelle. Je crois que les pourparlers viennent d’aboutir : l’exposition aura lieu du 11 au 27 février 19557.

  • 8 Robert Tyler Davis (Los Angeles, 11 août 1904) enseigne à l’Université Mc Gill et est directeur du (...)

18Ce Steegman n’est pas du tout un type du genre de Davis8. Il est un Britannique d’Angleterre, et cela se sent. Il est un diplomate jusque dans la pointe des ongles.

19Je ne l’aime pas beaucoup, car il est un homme sans aucune sorte de convictions. Avec sa souplesse, il se maintiendra peut-être au Musée jusqu’à la fin de ses jours.

  • 9 Texte de base : « il courre sans ».

20Cependant, s’il croit m’avoir acheté ainsi, il court9 sans doute au devant de quelque déception. J’attends avec impatience le prochain Salon du Printemps.

21D’abord, Steegman m’avait offert une exposition devant durer une semaine en la galerie XII. Alors, je lui ai demandé au moins deux fins de semaines ; et j’ai insisté pour qu’il mette à notre disposition (en plus du local proposé) la nouvelle petite salle attenante à la galerie XII.

22En bon diplomate, Steegman concède un point et refuse l’autre : j’aurai deux fins de semaines, et il ne propose toujours que la galerie XII.

23Je crois que ma ligne de conduite est toute tracée : je vais accepter sans conditions la galerie XII pour l’exposition ; tout en soulignant de nouveau que les locaux sont un peu exigus pour une manifestation de cette importance et que l’usage de la petite salle serait pour nous souhaitable.

24Voici comment les travaux seront choisis : je vais dresser moi-même une liste d’exposants possibles ; un comité de trois membres (Barbeau – Leduc – Comtois) ira faire la sélection dans l’atelier de chacun des artistes prévus ; Barbeau s’occupera de l’accrochage au Musée.

25Pour cette manifestation, nous n’aurons pas beaucoup de dépenses. Nous pourrons ainsi voir à la mise au point d’une carte d’invitation de première qualité : carte préparée par Mousseau.

26Je crois que le jury sera bien équilibré.

27L’émotif Barbeau est capable d’admiration et de générosité. Il est l’un des seuls êtres que je connaisse, apte à une action éducative authentique et profonde — Barbeau a un très bon œil.

  • 10 Sur la définition que Gauvreau donne au mot « intransigeance », voir supra, p. 93 (lettre du 19 dé (...)
  • 11 On retrouve ici certains traits déjà soulignés dans le portrait de Leduc tracé dans une lettre à J (...)

28Leduc représente pour moi (vis-à-vis autrui) la sévérité, l’intransigeance10 — et peut-être un peu l’iniquité11. Il n’y aura pas de « faiblesse coupable » chez lui. Leduc m’a toujours semblé un peu envieux ; mais je crois que son œil est bon, et je l’estime capable de s’acquitter (publiquement) d’une pareille responsabilité. Leduc sera le porte-parole de la « vieille génération ».

29Comtois est calme, impartial, sans préjugés. Je crois que son jugement est le plus mûr parmi les « jeunes ». Son œil est bon. Personne n’aura objection à lui.

30Je tiens à mettre en lumière Barbeau — parce que des êtres, inférieurs à lui en tous points, se sont crus qualifiés pour le juger avec infiniment de mépris, attitude (mesquine et complaisante) proportionnée en rien à ses erreurs.

  • 12 Pour la liste des participants, voir Écrits II, p. 627, n. 181.

31Ceci n’est pas encore décidé, mais je crois que je vais proposer comme titre de l’exposition : SURRATIONNELS 1955. « 1955 » ; parce que ce n’est pas la manifestation surrationnelle, mais une manifestation surrationnelle. « Surrationnels » : parce que je ne veux pas y voir un seul être qui ait honte de notre passé ou de notre présent12.

Le mot « surrationnel » sera un critère d’admission.

32Je ne vois pas pourquoi des êtres, qui refusent d’encourir les risques de nos revendications, bénéficieraient du prestige de notre action dynamique.

33Certes, le jury en question est loin d’impliquer les garanties de solidité que vous personnifiez vous-même mais il est temps que nous nous renseignions sur les potentialités de certains de nos amis.

  • 13 Claude Gauvreau fait allusion à son texte longuement développé « La peinture surrationnelle est-el (...)

34Ma riposte à Gélinas n’a pas encore été publiée13. Il y a eu beaucoup de bouleversements à L’Autorité quand l’actionnaire majoritaire du journal (le notaire Lagacé de Sherbrooke) a voulu remplacer sans avertissement la direction actuelle. La publication du journal a été suspendue quelques semaines... On ne sait pas encore ce qui en adviendra. Si le journal reparaît régulièrement, mon article sera publié ; j’espère qu’il le sera, car les rectifications m’y apparaissent adéquates.

  • 14 « En 1954, j’étais à Belœil, Borduas est venu me rendre visite. Il a regardé mes dernières œuvres, (...)
  • 15 L’inébranlable attachement de Claude Gauvreau à l’égrégore automatiste se heurte à cette époque à (...)

35Leduc habite Belœil14, comme vous le savez. Ce que je perçois de son comportement m’inquiète15 : il s’entoure de « néo-chrétiens » (tendance Lebeuf) et préconise apparemment une politique d’embourgeoisement snobinard. Tant pis pour lui !

  • 16 Gauvreau reprend ici l’idée d’assimilation chère à Borduas. Allusion, entre autres, à l’expression (...)

36Quant à moi, je m’en tiens à ce que j’avais écrit à l’occasion du dernier Salon du Printemps ; deux seuls choix sont possibles : s’assimiler à la société — s’assimiler la société. Personnellement, la tentative qui ne m’apparaît pas déshonorante est évidemment celle de s’assimiler la société16.

  • 17 Fernand Leduc aurait renié son affiliation au groupe automatiste le soir du vernissage de son expo (...)

37Il est difficile d’oublier (difficile parce que c’est une indication psychologique importante) que, lors de son premier retour d’Europe, Leduc avait cru profitable de renier Refus global et ses anciens camarades — dans le but (illusoire) de vendre des tableaux au Cercle Universitaire17.

38Leduc est en surface puritanisme et pureté ; au fond, compromission et arrivisme. (Correct me if I’m wrong.)

39Ici, me semble sévir, par surcroît, de la part de quelques pseudo-Parisiennes (qui m’ont plutôt l’air de perruches importées d’Outremont), une espèce d’attitude de supériorité hautaine à l’endroit des « débraillés de l’Échourie » — genre « c’est-y-effrayant-de-vivre-de-la-sorte ! » — Ce comportement ne se distingue en rien de « la-bonne-mère-de-famille-canadienne-française ».

  • 18 « Nous n’en étions plus à l’état d’esprit du temps de la C.A.S., alors qu’un des buts les plus rec (...)

40Je n’ai jamais aimé que l’on dédaigne les artistes créateurs authentiques ! — et je ne suis pas à la veille de m’y résigner18.

41Je ne peux entrevoir comme admissible que la règle qui fut toujours la vôtre propre : disponibilité envers tous.

  • 19 Claude Gauvreau présente cette œuvre (OCC, p. 271-302) comme une « tragédie baroque » : « Le tout (...)
  • 20 Sur Une journée d’Érik Satie (OCC, p. 329-351), qualifiée de « fantaisie fantastique », voir J. Ma (...)
  • 21 Gauvreau présente cette œuvre (OCC, p. 352-377) comme du « futurisme en acte » : « Amours immodéré (...)
  • 22 Texte radiophonique inédit. Selon Jacques Marchand, cette œuvre fut intégrée à un recueil intitulé (...)

42Mes bons textes radiophoniques — Magruhilne et la vie19, Une journée d’Erik Satie20 — ont été refusés. J’en ai écrit deux autres (également désintéressés) qui seront également refusés (si je les présente) : l’un est totalement non figuratif (Amours immodérés21) ; l’autre est d’une belle ampleur lyrique (La Visite du Dynosaure22).

  • 23 Dans sa lettre du 9 août suivant, Borduas retranscrit entièrement cette phrase qu’il juge magnifiq (...)

43Je retrouve ma force d’antan ; et je ne désespère pas de récupérer entièrement, d’ici ma mort, la pureté poétique de mon adolescence23.

44Peignez-vous énormément ?

45Comment se portent tous vos autres espoirs ?

46En toute fraternité filiale,

47Claude

48R. R. 2

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128 ; publiée sous le titre « Lettres à Paul-Émile Borduas », Études françaises, vol. 34, nos 2-3, automne-hiver 1998, p. 279-282.

2 L’expression « beauté baroque » apparaît dans la lettre du 2 mai 1950 de Claude Gauvreau à Jean-Claude Dussault : « Muriel [Guilbault] est une beauté baroque parfaite (j’emploie le terme “baroque” dans son acception la plus pure). Les traits de Muriel sont les plus singuliers qu’on puisse imaginer ; leur organisation plastique tient de l’acrobatie. Nature ardente, entière. [...] La vie de cette femme essentiellement surrationnelle est marquée de tragédies personnelles intenses. Elle eut des amours terribles, elle connut un mariage gâché. Chez elle, oui vraiment, il y a beaucoup de la Nadja de Breton » (Correspondance, p. 396). On retrouve la même expression par la suite à propos de Louise Lamarr, une effeuilleuse rencontrée au Theatrical Bar de Boston : « C’est une femme extraordinaire. Petite, énergique, bronzée. De toute évidence : une générosité sans borne. Elle est rousse avec des traits d’Indienne. Un charme extraordinaire, baroque — elle est balafrée sur les deux joues » (lettre de Claude Gauvreau à André Goulet, Cambridge, 3 août 1950, publiée dans Hobo-Québec, mai-août 1976, p. 38).

3 Des extraits paraîtront sous le titre « Beauté baroque (fragments d’un roman moniste) », Parti pris, « Refus global pas mort », vol. 3, n° 9, avril 1966, p. 20-35, et « Beauté baroque », La Barre du jour, vol. 2, n° 4, automne 1967, p. 30-41. Le roman sera publié sous le titre Beauté baroque, roman moniste, dans les Œuvres créatrices complètes, p. 379-500 en 1977. Il sera réédité en 1992, avec une postface de Jean Salvy et des notes d’André-G. Bourassa aux Éditions de L’Hexagone.

4 Dans son « Autobiographie », Claude Gauvreau dira : « L’effort de rédaction de Beauté baroque annihila ce qui me restait de forces nerveuses » (OCC, p. 13).

5 Texte de base : « reviseras ».

6 Voir supra, p. 345, n. 7.

7 Il s’agit de l’exposition intitulée « Espace 55 », qui aura lieu effectivement du 11 au 25 février 1955 et sera organisée par Gilles Corbeil.

8 Robert Tyler Davis (Los Angeles, 11 août 1904) enseigne à l’Université Mc Gill et est directeur du Musée des beaux-arts de Montréal de 1947 à 1952, avant d’accéder au poste de directeur adjoint de la National Collection of Fine Arts du Smithsonian Institute de Washington. Il est l’auteur de Native Arts of the Pacific Northwest (1949). Voir Écrits II, p. 269, n. 177.

9 Texte de base : « il courre sans ».

10 Sur la définition que Gauvreau donne au mot « intransigeance », voir supra, p. 93 (lettre du 19 décembre 1949), et p. 306, n. 3.

11 On retrouve ici certains traits déjà soulignés dans le portrait de Leduc tracé dans une lettre à Jean-Claude Dussault : « Leduc avait des dispositions de théoricien. Il fut même un peu tracassier intellectuellement. [...] Il demeure pour moi le type du penseur rigoureux, un peu rigide » (Correspondance, p. 362).

12 Pour la liste des participants, voir Écrits II, p. 627, n. 181.

13 Claude Gauvreau fait allusion à son texte longuement développé « La peinture surrationnelle est-elle une fumisterie ? Aragonie et surrationnel », qui devait paraître dans L’Autorité, et par la suite dans la revue Arts et pensée. Il paraîtra tardivement dans la Revue socialiste (n° 5, printemps 1961, p. 57-68 ; repris dans Écrits sur l’art, p. 273-288). « En 1954, à l’occasion de l’exposition “La matière chante” dont j’avais été l’organisateur, une polémique d’assez vastes dimensions eut lieu dans l’hebdomadaire L’Autorité du peuple. Et parce qu’il avait été question accessoirement du stalinisme dans un de mes articles, Pierre Gélinas y intervint ; son texte fut publié dans l’hebdomadaire. [...] Depuis 1954, beaucoup de réalités se sont métamorphosées ; des illusions ont été abolies. Il faut dire que ma réplique à Gélinas fut écrite avant les révélations de Khrouchtchev sur le caractère du vieux Staline ; ces révélations ont pu aider à voir clair quelques sentimentaux » (Écrits sur l’art, p. 273).

14 « En 1954, j’étais à Belœil, Borduas est venu me rendre visite. Il a regardé mes dernières œuvres, il a eu un jugement négatif sur mon travail. Beaucoup plus tard, j’ai appris qu’il a dit : “Leduc is dead forever”. Je le dis en anglais parce que je l’ai lu dans le texte de Ray Ellenwood qui a fait un magnifique ouvrage sur l’automatisme » (Lise Gauvin, Entretiens avec Fernand Leduc, p. 144).

15 L’inébranlable attachement de Claude Gauvreau à l’égrégore automatiste se heurte à cette époque à la volonté exprimée par Fernand Leduc « d’ouvrir les portes à tous les artistes » : « Quand je suis revenu, dira celui-ci, j’avais l’idée qu’il fallait au contraire tout ouvrir et ne pas constituer un petit groupe fermé » (ibid., p. 71).

16 Gauvreau reprend ici l’idée d’assimilation chère à Borduas. Allusion, entre autres, à l’expression « la fausse assimilation » dans Refus global. Dans la lettre de Borduas du 21 janvier 1948 à Fernand Leduc : « Tous les matériaux sont à pied d’œuvre. Intacts, inviolés, malgré les tentatives d’assimilation, d’intégration, de gauchissement » (Écrits II, p. 229).

17 Fernand Leduc aurait renié son affiliation au groupe automatiste le soir du vernissage de son exposition au Cercle universitaire ; déclarant alors au journaliste Raymond-Marie Léger qui l’interrogeait : « Si je ne vous interromps, vous allez commettre une erreur commune à bien d’autres. Non, je ne me réclame pas de l’automatisme, ni d’aucune autre école d’ailleurs. Je fais de la peinture abstraite, non figurative. Voilà à peu près tout ce que je peux en dire moi-même » (Raymond-Marie Léger, « Fernand Leduc défend la gratuité de la création artistique », Le Devoir, 8 novembre 1950, p. 6). On se souviendra que Borduas n’avait pas assisté au vernissage de cette exposition de Leduc, provoquant par la suite le retrait de ce dernier et une interruption de leur correspondance qui durera deux ans.

18 « Nous n’en étions plus à l’état d’esprit du temps de la C.A.S., alors qu’un des buts les plus recherchés était d’intéresser les collectionneurs bourgeois à l’achat des œuvres. Fernand Leduc, lui, avait signé Refus global dans la liberté et la sécurité de Paris et il n’avait pas eu sa part des heurts innombrables que nous avions dû endurer. Or Fernand revint à Montréal pour y tenir une exposition solo au Cercle universitaire. Il ne comprenait rien à notre attitude. Il en était resté à la mentalité de la C.A.S. ; pour lui, il ne s’agissait surtout que d’intéresser “l’élite des possédants” à l’achat des tableaux. Il nous reprochait de contrarier la bonne volonté de beaucoup de personnes, etc. Fernand exposa au Cercle universitaire de fort belles œuvres, mais, socialement, il fut alors à l’origine d’un courant contre-révolutionnaire. Jacques Ferron écrivit même à cette occasion une saynète que la revue Place publique refusa de publier : “Du Refus global à l’acceptation sans vergogne” » (Écrits sur l’art, p. 66).

19 Claude Gauvreau présente cette œuvre (OCC, p. 271-302) comme une « tragédie baroque » : « Le tout doit être joué sur un rythme souple, vif, comme si la matière des mots n’était qu’effleurée. Magruhilne et la vie est une tragédie baroque. C’est dire que le texte est exempt de vraisemblance, et surtout exempt de comique » (OCC, p. 270). Elle sera diffusée dans la série « Studio d’essai » sur les ondes de Radio-Canada, en 1969, par Robert Blondin.

20 Sur Une journée d’Érik Satie (OCC, p. 329-351), qualifiée de « fantaisie fantastique », voir J. Marchand, op. cit., p. 287-290.

21 Gauvreau présente cette œuvre (OCC, p. 352-377) comme du « futurisme en acte » : « Amours immodérés est un objet transfiguratif ; c’est dire que son sujet est un climat mental homogène composé de petits climats mentaux lesquels sont exprimés dans la matière verbale et sonore. / Ce texte exubérant, exaltant, fracassant doit être débité à un train d’enfer — mais avec une maîtrise, une netteté telles qu’on ne puisse pas en perdre la plus humble lettre » (OCC, p. 352).

22 Texte radiophonique inédit. Selon Jacques Marchand, cette œuvre fut intégrée à un recueil intitulé Six Ouïes, renommé Cinq Ouïes à la suite du retrait de ce texte.

23 Dans sa lettre du 9 août suivant, Borduas retranscrit entièrement cette phrase qu’il juge magnifique, précisant qu’il sera au Canada dans quelques heures à peine (lettre du 9 août 1954, Écrits II, p. 626-627).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search