Version classiqueVersion mobile

Les Québécois aux urnes

 | 
Éric Bélanger
, 
Frédérick Bastien
, 
François Gélineau

Troisième partie. Le vote des québécois

14. Vote et richesse économique

Martial Foucault

Texte intégral

1L’élection provinciale québécoise de septembre 2012 a été le théâtre d’un affrontement imprévu sur la question de la richesse et de la fiscalité. En l’espace de cinq semaines, les partis politiques ont tour à tour fait part de programmes économiques ayant des conséquences redistributives sur le niveau de richesse des électeurs. Le Parti québécois (PQ) a annoncé un projet de suppression de la taxe santé d’un montant forfaitaire de 200 $ par personne et l’instauration d’une nouvelle tranche d’imposition sur les revenus supérieurs à 100 000 $. Le Parti libéral du Québec (PLQ) s’opposait à toute hausse d’imposition sur le revenu et envisageait de mettre à contribution les ménages québécois pour l’accès à de meilleurs services publics. Enfin, la Coalition avenir Québec (CAQ) promettait d’éliminer la taxe santé pour les familles pour les deux premières années d’un mandat, et de réduire de 200 $ les impôts pour les trois années suivantes, pour un total de 1 000 $ de réduction d’impôts. Bien que différentes, l’ensemble de ces propositions ont en commun d’envoyer un signal auprès de l’électorat sur la manière dont leur pouvoir d’achat pourrait être touché en cas de victoire de l’un ou l’autre parti.

2Comment l’électeur peut-il déterminer son vote en fonction de sa propre richesse et/ou des conséquences de la mise en œuvre du projet économique de l’un des trois partis appelés à gouverner la province ? Cette question fait l’objet d’un débat fécond depuis les travaux fondateurs de Lipset (1960) pour qui les électeurs disposant de revenus faibles dans des pays économiquement très développés votent principalement pour les partis de gauche. Sur le plan macro, la richesse économique a été appréhendée par le niveau de revenu des électeurs d’un pays ou d’une juridiction donnée. Une telle mesure reste toutefois très décevante, car elle ne permet pas d’établir de manière significative et permanente que les revenus individuels prédisent clairement un vote à droite ou à gauche. Pour certains auteurs, ce résultat n’est guère surprenant, car il traduit la fin de l’hypothèse du vote de classe, c’est-à-dire la possibilité d’expliquer le vote en fonction de l’appartenance des électeurs à des niveaux de revenus. Utilisé dans le modèle de Michigan, fondé sur un vote économique rétrospectif et égotropique, le revenu individuel est aujourd’hui une mesure insatisfaisante. En effet, nombreux sont les travaux en sciences économiques à avoir démontré que l’accroissement des inégalités dans les pays développés est essentiellement tiré par une augmentation des inégalités de revenus du capital et non de revenus du travail. Autrement dit, mesurer la richesse économique d’un individu par son seul salaire ne correspond plus aux formes d’accumulation de richesses des sociétés industrielles avancées.

3La financiarisation de l’économie et la multiplication des occasions d’épargne impliquent de revisiter l’hypothèse du vote économique fondé sur le seul revenu (du travail) et de prendre en considération les autres formes de richesse économique, que nous appellerons richesse patrimoniale pour désigner l’ensemble des actifs détenus par un individu. L’objectif de ce chapitre est donc double : vérifier dans quelle mesure le patrimoine est une variable plus pertinente que le revenu pour expliquer le vote, et tester cette hypothèse dans le cadre de l’élection québécoise de septembre 2012.

Théorie du vote patrimonial

4Dans l’étude de Bélanger et Nadeau (2009) sur les élections québécoises de 2007 et 2008, les auteurs développent un modèle explicatif du comportement électoral en retenant plusieurs variables que l’on peut distinguer entre celles qui mesurent les effets de court terme et celles qui mesurent ceux de long terme. Parmi les variables de long terme qui structurent de manière stable dans le temps le choix des électeurs, le revenu est retenu au même titre que l’âge, le niveau d’éducation, la religion ou encore le genre. Toutefois, si le revenu caractérise la situation économique d’un électeur, il n’est pas certain qu’il mesure la richesse économique de ce même électeur. Sur ce point, la littérature entretient un certain flou méthodologique. En effet, dans la tradition du paradigme de Michigan, le revenu est considéré comme un proxy socioéconomique au même titre que l’âge, l’éducation ou encore la classe sociale. Le fondement théorique d’un tel modèle suggère que le vote d’un électeur pour un parti politique sera conditionné avant tout par son appartenance idéologique, mais aussi par ces variables socioéconomiques. Or, plusieurs auteurs émettent des réserves sur la combinaison des variables revenu et classe sociale pour expliquer le vote, alors que d’autres considèrent que le vote de classe n’existe plus (Clark et al., 1993 ; Pakulski et Waters, 1996). Evans (2000) modère toutefois cette conjecture en insistant sur la simplicité méthodologique retenue dans certains travaux pour opérationnaliser le vote de classe, ce qui a pour conséquence de déboucher sur un déclin du vote de classe, alors qu’aucune explication ne fait l’unanimité.

5Notre argument ici consiste non pas à tester une mesure alternative au vote de classe, mais plutôt à mieux prendre en compte la richesse économique des électeurs en dépassant le seul revenu du travail. Plusieurs économistes (Piketty et Saez, 2003) ont montré que les démocraties avancées ont connu ces dernières années une accélération des inégalités économiques qui prennent leur source non pas dans une distorsion des revenus du travail, mais dans une augmentation et une concentration des revenus du capital. Ce point est important, car il est largement ignoré dans la littérature sur le vote économique. Les premiers travaux qui ont pris en compte la dimension patrimoniale de la richesse des individus en France (Foucault, Nadeau et Lewis-Beck, 2011), en Grande-Bretagne (Lewis-Beck, Nadeau et Foucault, 2013) et aux États-Unis (Lewis-Beck et Nadeau, 2011) confirment l’existence d’un vote patrimonial caractérisé par une propension plus élevée des électeurs fortement dotés en capital à voter pour les partis de droite. Ce résultat est d’autant plus important qu’il confirme l’une des craintes méthodologiques soulevée par Evans (2000), à savoir l’imparfaite opérationnalisation de la position socioéconomique des électeurs. En effet, résumer la richesse des individus par les seuls revenus du travail masque l’accroissement des inégalités économiques liées aux revenus du capital. Il n’est donc guère étonnant que les premiers travaux sur le vote patrimonial mentionnés plus haut trouvent une relation non significative pour la variable revenu et une relation positive et significative pour les électeurs possédant des actifs risqués (actions, logement de rapport, obligations).

6Deux mécanismes permettant d’établir un lien entre patrimoine et vote s’imposent : (1) l’effet aversion au risque et (2) l’effet accumulation. L’effet aversion au risque suggère que les électeurs peu averses au risque privilégient l’acquisition d’actifs dont le rendement procuré par le marché est élevé. La croyance dans la capacité du marché à augmenter leur richesse individuelle les conduit à identifier leur vote personnel aux partis politiques (de droite) dont la valeur marché est dominante. De son côté, l’effet accumulation décrit le processus d’acquisition d’actifs ou d’épargne individuelle de telle sorte que les politiques économiques les plus libérales (favorables à la déréglementation des marchés financiers, à la faible imposition sur les plus-values du capital) encouragent les épargnants à accumuler des richesses à un faible coût. Par exemple, la montée en puissance des portefeuilles d’action détenus par les particuliers aux États-Unis et au Royaume-Uni au cours des années 1980 n’est pas étrangère à la politique économique libérale des gouvernements Reagan et Thatcher.

7La principale difficulté pour opérationnaliser la théorie complète du vote patrimonial est liée à la disponibilité de données individuelles combinant nature et valeur du patrimoine, mesures d’aversion au risque, et connaissances (information) des électeurs sur le rendement de leur patrimoine et des positions des partis politiques sur la fiscalité patrimoniale. Aucune étude n’a encore réussi à saisir simultanément toutes ces dimensions. En revanche, les premiers travaux confirment la distinction entre revenus du travail et revenus du patrimoine comme prédicteurs du vote partisan. Au Canada, la théorie du vote patrimonial n’a fait l’objet d’aucune validation empirique, alors que certaines données descriptives et complètes sur le portrait financier des Canadiens (Enquête sur la sécurité financière des ménages canadiens en 2006 par Statistique Canada) suggèrent une grande diversité des stratégies d’accumulation de richesse. La seule mesure de richesse individuelle repose encore sur l’emploi de la seule variable revenu qui ne donne qu’un aperçu à court terme du bien-être économique. En tenant compte du patrimoine (richesse globale), la théorie du vote économique s’enrichit d’une mesure plus fine qui permet d’apprécier et d’identifier les choix partisans des électeurs au regard du bilan du gouvernement sortant ou des perspectives des partis politiques en course pour la victoire.

Revenu, patrimoine et vote au Québec

  • 1 Les informations méthodologiques sur cette enquête apparaissent à l’annexe A.

8À partir de l’enquête postélectorale de Bélanger et al. menée en septembre 20121, un bloc de questions portant sur le patrimoine des Québécois permet pour la première fois de tester certaines hypothèses de la théorie du vote patrimonial dans un contexte provincial. La dernière analyse portant sur l’inégalité provinciale du patrimoine remonte à 2004. Chawla (2004) s’intéressait aux différents effets de la variation de patrimoine entre provinces en distinguant les variations qui sont propres aux provinces et celles qui sont propres aux caractéristiques des familles. Deux résultats importants ressortaient de cette étude. Tout d’abord, si le revenu et le patrimoine vont de pair, les provinces où le revenu moyen est le plus élevé (décomposition par déciles) ne sont pas nécessairement celles où le patrimoine moyen est le plus fort. Ensuite, l’auteur attribue à la possession d’une propriété (21 %) le principal facteur d’inégalités de patrimoine entre provinces, devant le revenu (18 %) et la propriété d’une entreprise (5 %). Toutefois, cette tendance était inverse pour le Québec où le revenu apparaissait comme le principal facteur explicatif des inégalités de patrimoine. La principale limite de cette étude est de ne pas tenir compte d’autres types d’actifs (dont financiers) pour saisir la diversité du patrimoine.

9L’enquête sur laquelle nous nous appuyons pallie ces carences, mais souffre d’une information manquante : le statut propriétaire/locataire des répondants. Pour connaître le niveau de richesse patrimoniale, la question suivante a été posée : « Parmi les types de placements financiers suivants, quels sont ceux que vous détenez ou que détient l’un des membres de votre foyer ? ». Les répondants devaient répondre par oui ou non pour chacun des actifs suivants : a) compte épargne dans une banque ; b) compte dans une société de fiducie ; c) REER ou CELI ; d) actions ou parts d’entreprise ; e) obligations (obligations d’épargne du Canada, etc.) ; f) portefeuille d’actifs financiers (CPG, fonds mutuels, etc.) et g) régime d’épargneretraite. Avec un taux de réponse plus élevé qu’attendu, le tableau 14.1 illustre deux types d’actifs privilégiés par les Québécois, à savoir un compte d’épargne dans une banque (78 %) et des produits d’épargne de type REER ou CELI (71 %).

TABLEAU 14.1. Portrait du patrimoine financier des Québécois

TABLEAU 14.1. Portrait du patrimoine financier des Québécois

10Une simple analyse bivariée entre chacune de ces sept catégories d’actifs indique que la détention d’un REER ou CELI est l’actif le plus souvent détenu dès lors que les personnes possèdent au moins un autre actif. Par exemple, parmi les personnes qui déclarent posséder un portefeuille d’actifs financiers, 92 % sont titulaires d’un REER ou d’un CELI. Ce résultat sous-tend une proximité entre catégories d’actifs. C’est pourquoi, à l’instar de Foucault, Nadeau et Lewis-Beck (2011), il est préférable de regrouper ces actifs en deux catégories : les actifs risqués et les actifs non risqués. La première catégorie vise à rassembler tous les actifs pour lesquels le rendement est « risqué » et implique un certain degré d’information pour en assurer la gestion. Une variable dichotomique « actifs risqués » a été construite en ce sens et contient les actifs D et F. À l’inverse les autres éléments de patrimoine ont été rassemblés dans une variable dichotomique, appelée « actifs non risqués » contenant les actifs A, B, C, E et G. Les actifs non risqués soulignent une stratégie plus prudente d’accumulation de patrimoine, car ils ne nécessitent pas de la part de l’épargnant des coûts d’information élevés, puisque la gestion est en général déléguée à un organisme financier ou bancaire spécialisé. Finalement, la distribution des actifs risqués par rapport aux actifs non risqués au Québec (tableau 14.2) illustre une aversion importante des ménages québécois pour l’accumulation d’actifs risqués et une préférence pour les actifs non risqués : plus de 90 % d’entre eux détiennent au moins un produit financier garanti, mais 56 % ont déclaré ne disposer d’aucun actif risqué.

TABLEAU 14. 2. Distribution des actifs risqués par rapport aux actifs non risqués

TABLEAU 14. 2. Distribution des actifs risqués par rapport aux actifs non risqués

11L’argument selon lequel l’accumulation de patrimoine va de pair avec le niveau de revenu (du travail) mérite un examen minutieux pour éviter toute forme de colinéarité. En utilisant les neuf catégories de revenu gagné exposées au tableau 14.3, les coefficients de corrélation entre cette variable de revenu et le patrimoine risqué (corr = 0,07) et le patrimoine non risqué (corr = 0,05) confirment notre anticipation que le revenu et le patrimoine mesurent deux formes de richesse économique individuelle différentes. Pour autant, quelles conclusions pouvons-nous tirer de la diversité de richesse détenue et le choix partisan à l’occasion des élections provinciales de septembre 2012 ?

Vote et patrimoine

12Comment la distribution de la richesse individuelle des Québécois peut-elle aider à comprendre le choix partisan dans un contexte où les enjeux économiques ont de nouveau dominé la campagne électorale ? Une première réponse consiste à observer s’il existe une relation forte entre le type de patrimoine détenu et le vote effectif entre les trois partis majeurs. La première partie du tableau 14.3 indique une césure importante entre les électeurs du PLQ et du PQ. En effet, le pourcentage moyen de voix reçues par le PLQ est une fonction croissante du nombre d’actifs non risqués détenus, alors que la relation est décroissante pour le PQ. Inversement, il n’existe pas à première vue de relation linéaire pour les électeurs de la CAQ. Cette tendance est confirmée pour les actifs risqués. Plus le nombre d’actifs risqués est élevé (faible) pour les électeurs du PLQ (PQ), plus le pourcentage de voix augmente (diminue). Avant d’en déduire que le vote patrimonial offre une clé de compréhension du vote partisan, il est important de vérifier si la richesse économique mesurée par le patrimoine n’est pas contaminée par l’effet revenu. La dernière partie du tableau 14.3 offre un éclairage intéressant à cet égard. Les revenus les plus élevés (> 104 000 $) donnent un avantage en voix par rapport à leur score moyen aux partis du PLQ et de la CAQ. À l’inverse, les électeurs du PQ sont répartis dans toutes les catégories de revenus jusqu’à 88 000 $. De manière intéressante, alors que les électeurs de la CAQ ne semblent pas à première vue déterminés par leur patrimoine risqué, près de 50 % d’entre eux disposent d’un revenu supérieur à 72 000 $. À l’inverse, le revenu médian pour les électeurs du PLQ et du PQ s’établit respectivement entre 56 000 $ et 72 000 $. De nouveau, ces résultats descriptifs semblent confirmer qu’il n’existe pas de relation directe entre le revenu et le patrimoine.

TABLEAU 14.3. Distribution du vote selon le patrimoine, Québec 2012 (en pourcentage)

TABLEAU 14.3. Distribution du vote selon le patrimoine, Québec 2012 (en pourcentage)

Déterminants du vote patrimonial

13À partir d’un modèle d’estimation très simple, nous allons mesurer l’influence du vote patrimonial sur les choix partisans des électeurs québécois en nous intéressant seulement aux trois partis majeurs. L’idée consiste à introduire nos deux variables explicatives sur le patrimoine possédé (actifs risqués et actifs non risqués), une variable explicative sur le revenu mesuré avant imposition et une série de contrôles. La variable dépendante est une variable dichotomique prenant la valeur 1 pour les électeurs qui ont voté pour le PLQ et 0 sinon, et réciproquement pour le PQ et la CAQ. Au total, l’échantillon est ramené à 1275 observations en raison de la suppression des répondants qui ont voté pour un autre parti ou qui n’ont pas pris part au vote. Le choix des variables de contrôle s’est concentré sur l’âge, le niveau d’éducation (mesure ordinale de 0 à 10), le genre (1 pour les hommes et 0 pour les femmes), la langue maternelle (1 pour le français et 0 sinon) et le lieu de résidence (1 pour la région de Montréal et 0 sinon).

14Les résultats de l’estimation logistique (annexe B6) sont présentés dans le tableau 14.4 sous forme d’effets marginaux. Ainsi, les valeurs reportées expriment la probabilité de voter pour l’un des trois partis pour une variation moyenne de chacune des variables explicatives du modèle. Conformément aux résultats obtenus dans d’autres pays (France, Royaume-Uni, États-Unis), le patrimoine risqué permet davantage d’expliquer le vote pour un parti de droite qu’un parti de gauche. Plus les électeurs possèdent des actifs risqués, plus ils ont tendance à voter pour le PLQ (colonne 1). Dit autrement, posséder en moyenne 0,6 actif risqué augmente de 4,8 % la probabilité de voter PLQ (contre 6 % pour les personnes possédant deux actifs risqués). À l’inverse, les électeurs du PQ et de la CAQ ne sont pas déterminés par leur niveau de patrimoine risqué. L’argument défendu dans ce chapitre consiste à démontrer que le patrimoine est une mesure plus fidèle de la richesse totale détenue par les Québécois, plutôt qu’une richesse de court terme mesurée par le revenu du travail. Pour valider cet argument, nous avons introduit la variable « revenu » (avant imposition) dans les colonnes 2, 4 et 6 du tableau 14.4.

TABLEAU 14.4. Déterminants économiques du vote des Québécois (effets marginaux)

TABLEAU 14.4. Déterminants économiques du vote des Québécois (effets marginaux)

* p < 0,10,** p < 0,05,*** p < 0,01

15Contrairement à d’autres études, dont celle de Bélanger et Gélineau (2011) au Québec, le revenu semble mieux capturer l’effet richesse pour les électeurs du PQ (relation négative). Ainsi, pour toute augmentation de 1 000 $ de revenus bruts annuels, la probabilité de voter pour le PQ diminue de 0,1 %. Même si l’effet demeure marginal, il semble confirmer que le PQ attire davantage de personnes aux ressources modestes que les deux autres principaux partis en lice pour cette élection.

16Comment expliquer ce résultat ? La première explication tient à la distribution des revenus. En reproduisant l’estimation du tableau 14.4 pour les revenus inférieurs à la valeur médiane de la distribution (soit 56 000 $) pour ces deux partis (annexe B6), il ressort que la variable n’est plus statistiquement différente de zéro, mais le demeure pour les électeurs dont le revenu est supérieur à 56 000 $. D’un côté, la probabilité de voter PQ diminue de 4,4 % pour chaque augmentation de 1 000 $ du revenu des électeurs dont le revenu est supérieur à la médiane (tableau 14.5). D’un autre côté, la probabilité de voter CAQ augmente de 4,2 % pour chaque augmentation de revenu de 1 000 $. Par ailleurs, pour la première fois, la possession d’actifs non risqués se révèle significative pour expliquer le vote PQ des électeurs disposant d’un revenu supérieur à 56 000 $. Ainsi, la combinaison d’un effet marginal positif pour le patrimoine non risqué et d’un effet marginal négatif pour le revenu confirme un électorat PQ dont la richesse économique n’est pas le déterminant principal lors du vote. À l’inverse, les électeurs les plus fortunés de la CAQ se démarquent des électeurs du PLQ par un effet richesse de nature plus prudente (revenus du travail) et plus averse au risque (patrimoine risqué non significatif).

17La deuxième explication tient à l’absence de deux informations dans notre enquête : la détention d’une maison/appartement et la valeur du patrimoine possédé (risqué et non risqué). En effet, comme l’ont montré Foucault, Nadeau et Lewis-Beck (2013), le nombre d’actifs possédés ne renseigne pas sur la valeur du patrimoine individuel et peut laisser place à des situations où le nombre de produits possédés est proportionnellement inverse à la valeur totale du patrimoine (il s’agirait par exemple d’un épargnant disposant d’un seul produit, un portefeuille d’actions, dont la valeur est plus élevée qu’un épargnant disposant de trois produits risqués). Le statut propriétaire/locataire aurait par ailleurs permis de mieux caractériser la variable patrimoine non risqué, car elle témoigne de la forme la plus courante d’investissement dans les démocraties développées. En revanche, une fois la variable « revenu » introduite pour expliquer le vote PLQ, non seulement cette dernière n’est pas significative, mais le niveau de patrimoine risqué (tel qu’attendu) et de patrimoine non risqué est positivement relié au vote PLQ. Ce résultat tend donc à privilégier l’effet accumulation comme mécanisme d’épargne chez les électeurs du PLQ, caractérisé par une répartition diversifiée de l’épargne des électeurs entre produits risqués et non risqués. Enfin, il est possible d’avancer que le choix du PLQ pour les seuls électeurs disposant d’actifs risqués renvoie à l’idée de stabilité politique dans la province québécoise, assurant ainsi à ces électeurs la garantie du rendement de leur investissement.

TABLEAU 14.5. Effet marginal de la richesse économique sur le vote

TABLEAU 14.5. Effet marginal de la richesse économique sur le vote

* p < 0,10,** p < 0,05,*** p < 0,01

***

18L’élection provinciale de septembre 2012 est une élection où les enjeux économiques ont occupé une place importante durant la campagne. Chaque parti a développé son propre modèle d’allocation de ressources publiques avec un rôle plus ou moins fort de l’État dans l’économie. Parallèlement, les questions de redistribution ont permis d’identifier quelques lignes de fracture entre partis, les uns privilégiant l’efficacité économique, les autres insistant sur la justice redistributive. Pour comprendre ce clivage partisan, la théorie du vote économique nous offre quelques réponses sur l’influence de la richesse économique sur le vote lors de cette élection.

19Tout d’abord, résumer la richesse des électeurs québécois à leurs seuls revenus de travail ne permet pas de comprendre de manière satisfaisante le choix pour un parti. En effet, tout au long de ce chapitre, il ressort que la variable revenu telle que mesurée dans de nombreuses études établit une relation positive pour le seul vote CAQ. Cette approche est donc limitée dans la mesure où la richesse des Québécois ne se limite pas aux revenus salariaux, mais doit tenir compte des revenus du capital, autrement dit de leur patrimoine. En construisant un indicateur de patrimoine risqué par rapport à non risqué, une première conclusion s’impose : seuls les détenteurs de patrimoine risqué ont une probabilité plus élevée de voter pour le PLQ. Ce résultat est confirmé pour d’autres démocraties où les partis de droite sont largement plébiscités par les électeurs disposant d’un patrimoine composé d’actifs risqués (actions, investissement locatif, autres actifs financiers). À l’inverse, le patrimoine non risqué ne permet d’expliquer ni le vote PQ ni le vote CAQ.

20Ensuite, la prise en compte simultanée du revenu du travail et du patrimoine donne une image plus fine de la sociologie électorale québécoise. En effet, en distinguant les électeurs dont le revenu est supérieur à 56 000 $ des autres, il s’avère que seuls ces électeurs disposant de patrimoine risqué ont voté pour le PLQ, alors que ces mêmes électeurs plus fortunés disposant de patrimoine non risqué ont voté CAQ. La ligne de fracture entre ces deux partis ne se situe donc pas en termes de revenus, mais plutôt en termes de richesse accumulée. Aux électeurs riches et prudents, la CAQ a offert un programme attractif. Aux électeurs riches et dont les choix d’épargne sont plus risqués, le PLQ représentait la meilleure offre politique.

21Enfin, le PQ, sorti vainqueur de cette élection, se révèle être un parti dont l’effet patrimoine ne joue pas quel que soit le niveau de revenus des électeurs. En revanche, sans parler à proprement dit d’un vote de classe fondé sur le revenu, il ressort nettement de l’analyse que plus un électeur dispose d’un revenu élevé et moins sa probabilité de voter pour le PQ est forte. L’espace politique québécois confirme donc un clivage net entre richesse patrimoniale et richesse non patrimoniale. À l’avenir, le rôle du patrimoine devra faire partie intégrante des mesures de richesse économique pour distinguer la dynamique d’épargne à long terme sur les choix partisans. Le vote patrimonial offre donc une grille de lecture complémentaire au vote économique fondé sur les seuls revenus du travail.

Notes

1 Les informations méthodologiques sur cette enquête apparaissent à l’annexe A.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 14.1. Portrait du patrimoine financier des Québécois
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5919/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre TABLEAU 14. 2. Distribution des actifs risqués par rapport aux actifs non risqués
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5919/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre TABLEAU 14.3. Distribution du vote selon le patrimoine, Québec 2012 (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5919/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre TABLEAU 14.4. Déterminants économiques du vote des Québécois (effets marginaux)
Légende * p < 0,10,** p < 0,05,*** p < 0,01
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5919/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre TABLEAU 14.5. Effet marginal de la richesse économique sur le vote
Légende * p < 0,10,** p < 0,05,*** p < 0,01
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5919/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

Auteur

Professeur agrégé au Département de science politique de l’Université de Montréal. Il est actuellement directeur du Centre d’excellence sur l’Union européenne et ses recherches portent principalement sur le comportement électoral, le vote patrimonial, les dépenses publiques, la décentralisation et les méthodes. Ses travaux ont été publiés dans le British Journal of Political Science, le American Journal of Political Science, Public Choice, Social Science Quarterly, West European Politics et Political Studies. Il est coauteur de l’ouvrage Le vote des Français de Mitterrand à Sarkozy (Presses de Science Po), publié en 2012.

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search