Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Québécois aux urnes

 | 
Éric Bélanger
, 
Frédérick Bastien
, 
François Gélineau

Troisième partie. Le vote des québécois

13. L’appui des Québécoises aux partis politiques provinciaux

Elisabeth Gidengil et Allison Harell

Note de l’auteur

Les auteures ont contribué de manière égale à l’écriture de ce chapitre.

Texte intégral

1Contrairement à la plupart des démocraties occidentales, le Québec est une province où l’électorat n’est pas divisé principalement selon la traditionnelle ligne de fracture gauche-droite. Le choix est plutôt motivé par le clivage fédéraliste-souverainiste, tant aux élections provinciales que fédérales. À cet égard, l’écart moderne entre les sexes – un concept selon lequel les femmes sont plus susceptibles que les hommes de voter pour des partis qui tendent vers la gauche et vice-versa pour des partis qui tendent vers la droite – a rarement été observé au Québec, que ce soit au palier fédéral ou provincial.

2L’élection québécoise de 2012, par contraste, démontre clairement l’existence d’un écart moderne entre hommes et femmes, comme en témoignent le tableau 13.1 et le chapitre 12 de Richard Nadeau et Éric Bélanger. Selon l’enquête menée dans le cadre du projet Making Electoral Democracy Work (MEDW), les femmes auraient une probabilité de voter pour le Parti québécois (PQ), un parti qui tend vers la gauche, plus élevée de 12 points que les hommes. À l’inverse, la probabilité que les hommes votent pour la Coalition avenir Québec (CAQ), le nouveau parti de droite, serait environ 9 points plus élevée que chez les femmes.

3Il y a un contraste frappant entre cette tendance et les deux élections provinciales précédentes. Lors des élections de 2007 et 2008, « l’absence d’un gender gap [était] à la fois claire et surprenante » (Bélanger et Nadeau, 2009 : 69). Que s’est-il donc passé lors de l’élection de 2012 ? Une hypothèse veut que la question de la souveraineté ait été moins importante. Après tout, le PQ peut difficilement être considéré comme un parti de gauche traditionnel. Apparu comme une option souverainiste lors de la Révolution tranquille, il a traditionnellement rallié les électeurs souverainistes de gauche et de droite. Cela peut avoir eu pour effet d’empêcher l’émergence d’un écart moderne entre les sexes, d’autant plus que les femmes ont traditionnellement été plus fédéralistes et moins susceptibles d’appuyer l’option souverainiste que leurs concitoyens masculins. Il est possible que l’intérêt réduit des électeurs pour la souveraineté en 2012 ait permis à d’autres facteurs, relatifs au genre, par exemple, d’influencer leur choix. Un deuxième élément à considérer est le sexe des chefs de parti. Pauline Marois était à la tête du PQ, alors que Françoise David, féministe de renom qui a dirigé la Fédération des femmes du Québec de 1994 à 2001, était co-porte-parole de Québec solidaire (QS). La théorie de l’identité sociale veut que les femmes qui ont une forte identité genrée soient susceptibles de manifester une solidarité de genre en votant pour un parti dirigé par une femme (Banducci et Karp, 2000).

TABLEAU 13.1. Choix électoral selon le sexe

TABLEAU 13.1. Choix électoral selon le sexe

*** p < 0,01;** p < 0,05;* p < 0,10
Source: Making Electoral Democracy Work (données pondérées) N= 638.
Note : Les chiffres entre parenthèses indiquent le nombre de répondants. Les astérisques indiquent la signification statistique de l’écart observé entre les sexes.

4Dans ce chapitre, nous explorons les facteurs qui expliquent les comportements électoraux différenciés selon le sexe lors de l’élection de 2012. Dans quelle mesure ces tendances reflètent-elles les facteurs sociostructurels et culturels qui ont été invoqués pour expliquer les écarts entre les sexes en matière de vote dans d’autres démocraties occidentales ? En 2012, a-t-on pu observer la disparition, ou encore l’inversion, de l’écart favorisant la souveraineté ou est-ce que la souveraineté était un facteur tout simplement moins décisif dans le choix électoral des femmes ? Finalement, les femmes à la tête de partis étaient-elles mieux perçues par les femmes que par les hommes ?

L’écart moderne expliqué

5Le terme « écart moderne entre les sexes » a été proposé par Inglehart et Norris (2003). Selon leur théorie du développement, un processus de réalignement des sexes est en cours dans les démocraties occidentales : les femmes étaient autrefois moins susceptibles que les hommes de voter pour des partis de gauche (l’écart traditionnel entre les sexes), tandis que les hommes deviennent plus susceptibles que les femmes de voter pour des partis de droite. Ce processus est attribuable aux changements structurels et culturels qui ont transformé la vie des femmes, de même que leurs valeurs et leurs priorités.

Explications structurelles

6Au Québec, ces changements structurels ont débuté avec la Révolution tranquille. Ce processus de modernisation de la société a mis fin à la domination traditionnelle de l’Église catholique dans la province. La sécularisation qui en a résulté a eu d’importantes répercussions sur les habitudes de vote différenciées selon le sexe. La plus grande religiosité des femmes a souvent été invoquée afin d’expliquer pourquoi elles ont traditionnellement été moins susceptibles que les hommes de voter pour des partis de gauche, partant du postulat que fréquenter régulièrement une église encourage l’adhésion à des valeurs conservatrices (De Vaus et McAllister, 1989 ; Mayer et Smith, 1995 ; Studlar, McAllister et Hayes, 1998 ; Inglehart et Norris, 2003). Cette hypothèse bénéficie d’un certain appui empirique (O’Neill, 2001). Au fur et à mesure que les femmes adhèrent à des valeurs plus séculaires, l’intérêt pour des partis socialement conservateurs devrait diminuer et plus de femmes devraient opter pour des partis de gauche.

7Depuis la Révolution tranquille, les femmes ont aussi joint la main-d’œuvre salariée dans une proportion encore jamais vue. Cette transformation de la vie des femmes a eu des répercussions sur leurs comportements électoraux. L’écart traditionnel entre les sexes a souvent été associé au confinement des femmes à la sphère domestique. On a présumé que le rôle de femme au foyer a contribué à les isoler des forces de radicalisation qui incitent à voter à gauche. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles l’adhésion des femmes à la main-d’œuvre salariée a pu renforcer l’attractivité des partis de gauche : elles sont dès lors de plus en plus susceptibles d’occuper des emplois syndiqués, de prendre conscience des inégalités entre les sexes – en particulier si elles occupent des emplois peu rémunérés au sein de « ghettos de cols roses » – et plus intéressées aux services offerts par l’État pour les aider à relever le défi de la conciliation travail-famille.

Explications culturelles

8Des recherches sur l’écart entre les sexes au Canada et aux États-Unis ont montré plusieurs différences significatives entre les femmes et les hommes en ce qui a trait à leurs orientations idéologiques et leurs attitudes concernant les politiques publiques (Kaufmann et Petrocik, 1999 ; Gidengil et al., 2003). Les femmes ont tendance à être plus sceptiques que les hommes quant aux rouages du système de la libre entreprise et elles sont plus susceptibles que leurs concitoyens masculins d’être en faveur d’un solide filet de sécurité sociale. Elles sont plus réticentes au recours à la force militaire, moins favorables à une approche de répression ferme en ce qui a trait au crime et plus tolérantes à l’égard des nouveaux modes de vie et des changements de valeurs, particulièrement en ce qui concerne des enjeux comme le mariage gai. Ces orientations politiques pourraient être liées, selon Ruddick (1989), au rôle de dispensatrices de soins que les femmes ont traditionnellement joué, l’idée étant que le rôle nourricier des femmes se reflète dans leurs orientations plus compatissantes et moins militaristes par rapport à certains enjeux politiques. Pour Gilligan (1982), les différences entre les sexes émergent à cause de raisonnements moraux différenciés, en ce sens où les femmes ont tendance à être plus collectivistes, moins individualistes que les hommes.

9Par ailleurs, Inglehart et Norris (2003) soulignent certains changements culturels importants qui ont accompagné les transformations survenues dans la vie et le rôle des femmes. Ils lient l’émergence d’un écart moderne entre les sexes à l’importance accrue que les femmes accordent à l’égalité des hommes et des femmes, de même qu’à des enjeux comme les droits reproductifs et la violence conjugale.

Sexe et appui à la souveraineté

10Il est clair que le Québec a assisté à des changements structurels et culturels fondamentaux depuis la Révolution tranquille, mais ce n’est qu’en 2012 qu’on a pu observer un écart moderne entre les sexes dans les choix électoraux. Il est possible que ce retard soit attribuable à la montée du mouvement souverainiste. Un modeste écart dans l’appui à la souveraineté du Québec est observable au moins depuis le référendum de 1980 sur la souveraineté-association. Les femmes ont tendance à être un peu moins susceptibles de favoriser l’option souverainiste que les hommes. Cet écart a tantôt été attribué à des conditions matérielles moins favorables aux femmes, tantôt à leur plus grande aversion pour le risque, ou encore à leurs valeurs plus conservatrices. Toutefois, Maillé (2000) suggère que ces explications puissent refléter des stéréotypes inexacts. Tenter d’expliquer l’écart dans l’appui à la souveraineté irait au-delà de la portée de ce chapitre. Ce qui importe ici est le possible rôle des opinions sur la souveraineté dans l’explication de l’émergence d’un écart moderne entre les sexes lors de l’élection de 2012. Si la souveraineté a été un facteur d’importance moindre pour les électeurs, il est possible que leur choix ait plutôt été basé sur le clivage gauche-droite.

Sexe et évaluation des chefs

11Un dernier facteur pouvant expliquer ces tendances électorales différenciées est le sexe des chefs de partis. Banducci et Karp (2000) ont montré que les femmes en Australie, au Canada et en Nouvelle-Zélande (mais pas en Angleterre) avaient tendance à accorder une note plus élevée aux chefs de partis lorsque ceux-ci étaient des femmes, et ce, plus que les hommes n’avaient tendance à le faire pour des leaders masculins. Même en contrôlant pour l’identité partisane, les femmes étaient plus susceptibles que les hommes de voter pour des partis dirigés par des femmes au Canada et en Nouvelle-Zélande. Banducci et Karp (2000) se basent sur la théorie de l’identité sociale pour expliquer cette tendance, en disant qu’elle découle du désir des femmes de démontrer une certaine solidarité féminine. Cutler (2002), quant à lui, soutient que certains électeurs votent en partant du principe que les dirigeants des partis qui sont « comme eux » sont plus susceptibles d’agir dans leur intérêt. Quelle que soit l’explication à l’origine de cette tendance, l’idée principale est qu’il y a des raisons de croire que le sexe des chefs de parti ait eu une influence lors de l’élection québécoise de 2012.

Expliquer l’écart entre les sexes dans le choix électoral

  • 2 Les résultats complets des analyses de régression multinomiale sont présentés à l’annexe B5.

12Nous estimerons l’impact du sexe et d’autres variables sur le choix électoral des Québécois au moyen de régressions multinomiales2. Comme Richard Nadeau et Éric Bélanger l’ont fait au chapitre précédent, nous présenterons dans ce chapitre les effets marginaux, calculés à partir des coefficients de régression, de quatre ensembles de variables sur la probabilité de voter pour chacun des partis qui ont remporté des sièges. Ces effets marginaux mesurent le changement dans la probabilité de voter pour un parti lorsque la valeur d’une variable passe de sa valeur minimale à sa valeur maximale.

  • 3 À l’exception de l’âge, toutes les variables sont codées de façon dichotomique et la catégorie qui (...)
  • 4 La variable référendaire est codée 1 pour « oui » et 0 pour « non », les indécis recevant le code (...)

13Nous accorderons une importance particulière aux relations entre le genre et chacun de ces quatre ensembles de variables dans l’explication des choix électoraux. D’abord, nous présentons l’effet marginal du sexe seulement. Ensuite, nous ajoutons des contrôles pour les caractéristiques sociostructurelles mentionnées dans la littérature sur le réalignement de l’écart entre les sexes (l’âge, la fréquentation d’une église, l’éducation, l’appartenance syndicale, le statut professionnel et la présence d’enfants)3, de même que la langue parlée, le statut d’immigrant, et la résidence en milieu urbain ou rural. Puis, l’idéologie et l’opinion sur la souveraineté sont ajoutées au modèle. Une échelle d’auto-évaluation de onze points (recodée de façon à s’étendre de 0 à 1) est utilisée pour mesurer le clivage classique gauche-droite, alors que le clivage fédéraliste-souverainiste est représenté selon ce que serait le choix du répondant (pour ou contre la souveraineté du Québec) si un référendum avait lieu aujourd’hui4. Enfin, le modèle inclut l’évaluation des chefs de partis. L’objectif de ce modèle est de déterminer si l’influence du sexe disparaît une fois ces facteurs contrôlés. Nous débutons par l’effet marginal du sexe et des caractéristiques socio-structurelles.

TABLEAU 13.2. Le sexe et les déterminants sociostructurels du vote à l’élection québécoise (effets marginaux)

TABLEAU 13.2. Le sexe et les déterminants sociostructurels du vote à l’élection québécoise (effets marginaux)

*** p < 0,01;** p < 0,05;* p < 0,10
Source: Making Electoral Democracy Work (données pondérées) N= 484.

  • 5 D’autres analyses que nous avons menées indiquent que malgré l’absence d’effet statistiquement sig (...)
  • 6 C’est peut-être pourquoi la variable « francophone » du tableau 13.2 semble absorber tout le pouvo (...)

14Dans le tableau 13.2, la première rangée (en italiques) présente un modèle où le sexe est la seule variable explicative du comportement électoral. Comme nous l’avons noté d’emblée, il y a d’importants écarts entre les sexes parmi les appuis au PQ et à la CAQ. Il est à noter que la prise en compte, dans le modèle, des caractéristiques sociostructurelles élimine l’effet du sexe sur la propension à appuyer le PQ, ce qui concorde avec les résultats de Nadeau et Bélanger. En d’autres termes, comme le suggère la théorie du réalignement des sexes, cet écart parmi les électeurs du PQ semble être alimenté par des différences sociodémographiques entre les hommes et les femmes5. Le fait qu’un niveau d’éducation plus faible puisse accroître la probabilité de voter pour le PQ va à l’encontre de l’argument de l’autonomie développé dans la littérature du réalignement des sexes où l’on associe un niveau d’éducation plus élevé à une propension plus grande à voter vers la gauche (Carroll, 1988). Toutefois, cela est conforme à la thèse selon laquelle les femmes sont plus susceptibles de voter pour des partis de gauche, car elles sont souvent plus vulnérables économiquement. Cela est particulièrement vrai pour les femmes francophones de notre échantillon. Elles sont plus susceptibles de ne posséder qu’un diplôme d’études secondaires ou moins et de déclarer des revenus moins élevés que les autres Québécoises. Ces écarts entre femmes sont bien plus grands que les écarts similaires entre les hommes6.

15Contrairement au vote en faveur du PQ, l’effet du sexe sur la propension à appuyer la CAQ demeure fort et significatif, et ce, même lorsqu’on contrôle l’impact des variables sociostructurelles. En d’autres mots, le fait que les hommes soient plus susceptibles de voter pour la CAQ ne semble pas être lié à des disparités sociodémographiques, mais plutôt à des différences idéologiques.

  • 7 Que les individus qui ne savent pas quoi répondre aux questions sur l’axe idéologique gauche-droit (...)

16Les études sur l’écart entre les sexes suggèrent que les femmes ont tendance à être plus à gauche que leurs concitoyens masculins, une proposition confirmée par nos données sur l’élection de 2012. Les femmes tendent un peu plus vers la gauche (0,50) que les hommes (0,54) et cette différence est statistiquement significative (p < 0,05)7. Il y a clairement une différence attitudinale à l’égard de l’axe gauche-droite qui pourrait expliquer l’écart entre les sexes observé parmi les appuis à la CAQ.

TABLEAU 13.3. Le sexe et les déterminants culturels du vote à l’élection québécoise (effets marginaux)

TABLEAU 13.3. Le sexe et les déterminants culturels du vote à l’élection québécoise (effets marginaux)

*** p < 0,01;** p < 0,05;* p < 0,10
Source: Making Electoral Democracy Work (données pondérées) N= 484.
Note : Le modèle inclut les contrôles présents au tableau 13.2.

  • 8 La question posée est la suivante : « Si un référendum avait lieu aujourd’hui vous demandant si vo (...)

17Toutefois, on trouve peu de différences entre les femmes et les hommes concernant le clivage fédéralisme-souveraineté. Les femmes étaient tout aussi susceptibles que les hommes d’appuyer l’indépendance du Québec, environ le tiers d’entre elles déclarant leur appui à la souveraineté parmi les répondants du sondage mené dans le cadre du projetMaking Electoral Democracy Work8. Parmi les francophones, tant chez les hommes que chez les femmes, un peu plus de 40 % affirmaient être en faveur de l’indépendance.

18Au tableau 13.3, nous ajoutons ces deux variables culturelles – les positions sur les axes gauche-droite et fédéralisme-souveraineté – au modèle. Bien qu’elles aient des effets substantiels sur la propension à appuyer l’un des deux partis traditionnels (PLQ et PQ), aucune n’influence significativement l’appui prédit pour la CAQ. Par ailleurs, leur inclusion dans le modèle ne diminue que très peu (-1 point de pourcentage) l’effet direct du sexe. Alors que le clivage fédéraliste-souverainiste et, à plus petite échelle, l’auto-positionnement sur l’axe gauche-droite, structurent fortement le vote, ces résultats suggèrent que ni l’une ni l’autre de ces deux variables n’explique l’écart entre les sexes parmi l’électorat caquiste.

19Si l’on contrôle ces deux clivages, le sexe devient une variable significative pour expliquer l’appui au PLQ, les femmes étant plus susceptibles, par environ six points de pourcentage, de voter pour le parti de Jean Charest. Cela peut s’expliquer par le fait que les femmes fédéralistes sont plus fidèles au PLQ que les femmes souverainistes ne le sont à l’égard du PQ. Le clivage fédéraliste-souverainiste est évidemment important dans la structuration du vote, mais plus encore, il peut accentuer les écarts entre les sexes chez des sous-populations d’électeurs.

20La thèse du réalignement semble fournir peu d’explications relativement à l’écart entre les sexes chez l’électorat caquiste. Comme solution de rechange, nous nous tournons vers la littérature portant sur l’affinité entre les sexes afin de tester si les hommes et les femmes évaluent les chefs différemment. Le graphique 13.1 présente l’évaluation moyenne, faite par les hommes et les femmes, de chaque chef de parti sur une échelle de 0 à 10, où 0 signifie « n’aime pas du tout ce chef » et 10 veut dire « aime beaucoup ce chef ». Conformément à la littérature sur l’affinité des sexes, Pauline Marois et Françoise David ont reçu des notes significativement plus élevées de la part des femmes que de celle des hommes. En contraste, François Legault a été évalué de façon plus favorable par les hommes. Pourtant, aucun des autres chefs masculins – le co-porte-parole de Québec solidaire, Amir Khadir, et le premier ministre sortant, Jean Charest – n’a reçu de note qui diffère selon le sexe.

GRAPHIQUE 13.1 Évaluation moyenne des chefs selon le sexe

GRAPHIQUE 13.1 Évaluation moyenne des chefs selon le sexe

* p < 0,10
Source: Making Electoral Democracy Work (données pondérées).

21Comme l’idéologie, les écarts entre les sexes dans l’évaluation des chefs vont dans le sens attendu. Lorsque nous incluons l’évaluation des chefs dans le modèle, nous constatons qu’elle est partiellement responsable de l’écart entre les sexes parmi les appuis à la CAQ (tableau 13.4). En effet, après avoir contrôlé pour l’évaluation des chefs, la probabilité des femmes de voter pour la CAQ n’est plus que de 6 points inférieure à la probabilité prédite chez les hommes (p < 0,10). Une personne aimant Legault était évidemment plus susceptible de voter pour la CAQ et comme les hommes l’appréciaient plus que les femmes, cela explique près de la moitié de l’écart entre les sexes parmi les appuis à ce nouveau parti.

TABLEAU 13.4. Le sexe et l’évaluation des chefs comme déterminants du vote à l’élection québécoise (effets marginaux)

TABLEAU 13.4. Le sexe et l’évaluation des chefs comme déterminants du vote à l’élection québécoise (effets marginaux)

*** p < 0,01;*** p < 0,05;* p < 0,10
Source: Making Electoral Democracy Work (données pondérées) N= 484.
Note : Le modèle inclut les contrôles présents au tableau 13.3.

TABLEAU 13.5. Déterminants du vote à l’élection québécoise selon le sexe (effets marginaux)

TABLEAU 13.5. Déterminants du vote à l’élection québécoise selon le sexe (effets marginaux)

*** p < 0,01;** p < 0,05;* p < 0,10
Source: Making Electoral Democracy Work (données pondérées) N= 4843.

22Quatre tendances émergent lorsque nous testons, séparément pour les hommes et les femmes, le modèle complet (tableau 13.5). Tout d’abord, chez les femmes non francophones, l’écart entre l’appui au PLQ et au PQ est plus grand que chez les hommes non francophones. Cela suggère que sans le fossé linguistique, l’écart entre les sexes favorable au PQ serait encore plus important.

23Deuxièmement, l’effet de l’évaluation des chefs sur l’appui aux deux principaux partis suggère que les hommes sont plus susceptibles que les femmes de voter contre d’autres chefs de partis. Alors qu’une évaluation plus élevée du chef d’un parti accroît évidemment la probabilité de voter pour ce parti, le vote des hommes semble davantage motivé par une évaluation négative de Legault (dans le cas d’un vote pour le PLQ), et de Charest et Khadir (dans le cas d’un vote pour le PQ). Toutefois, voter pour un « tiers » parti semble être un choix motivé par des évaluations à la fois positives et négatives, peu importe le sexe du répondant.

24Le vote pour QS constitue un autre fait saillant. Alors que les hommes étaient aussi susceptibles que les femmes de voter pour ce parti, le vote des hommes était partiellement influencé par leur situation d’emploi, tandis que celui des femmes semble avoir été influencé par leur position idéologique. Conformément à l’écart moderne entre les sexes, les femmes de gauche sont plus susceptibles de voter pour QS, ce qui n’est pas le cas chez les hommes de gauche.

25Finalement, on constate à quel point le vote caquiste est davantage expliqué par des variables sociostructurelles chez les hommes que chez les femmes. Les hommes qui ont appuyé la CAQ étaient plus susceptibles d’avoir un emploi, mais aussi de ne pas avoir fait des études plus avancées que le secondaire. Ils étaient aussi plus susceptibles d’habiter dans un milieu rural, d’être religieux et de tendre idéologiquement vers la droite. Les femmes qui ont voté pour la CAQ, en revanche, ne se caractérisaient pas autant par ces variables sociostructurelles (sauf le fait d’habiter dans un milieu rural). De plus, il semble que l’évaluation positive de Legault ait été deux fois plus importante chez les hommes que chez les femmes. Non seulement les hommes ont évalué Legault de façon plus positive, mais l’impact de ces évaluations sur le choix électoral a été plus important.

***

26Depuis les années 1970, le comportement électoral des Québécois a été dominé par des questions relatives à la langue et à la souveraineté. L’écart moderne entre les sexes, selon lequel les femmes ont tendance à voter pour des partis de gauche et les hommes pour des partis de droite, a rarement été observé, tant au palier provincial que fédéral. Pourtant, on a pu observer des écarts significatifs entre les sexes parmi les appuis au PQ et à la CAQ en 2012. Bien qu’ils ne soient pas tout à fait conformes à la théorie du réalignement des sexes – étant donné l’absence d’écart pour Québec solidaire, un parti de gauche – ces écarts sont conformes aux attentes.

27Le nouveau paysage politique apparu au Québec en 2012 est un lieu propice à l’examen des tendances électorales différenciées selon le sexe. Alors que plus de partis apparaissent à droite et à gauche, les différences idéologiques entre ces partis pourraient devenir plus importantes lorsque vient le temps de distinguer les partisans de chacun. Bien qu’il soit peu probable que le clivage fédéraliste-souverainiste disparaisse bientôt, la présence de multiples options souverainistes et fédéralistes signifie que les électeurs devront de plus en plus se baser sur d’autres facteurs pour prendre leur décision. Si c’est le cas, il est possible que l’écart moderne entre les sexes apparu en 2012 persiste, voire devienne plus important, au fur et à mesure que l’échiquier partisan se stabilisera.

Notes

2 Les résultats complets des analyses de régression multinomiale sont présentés à l’annexe B5.

3 À l’exception de l’âge, toutes les variables sont codées de façon dichotomique et la catégorie qui correspond au nom de la variable est celle qui est codée 1 (l’autre catégorie étant codée 0).

4 La variable référendaire est codée 1 pour « oui » et 0 pour « non », les indécis recevant le code 0,5.

5 D’autres analyses que nous avons menées indiquent que malgré l’absence d’effet statistiquement significatif de l’éducation dans le modèle, l’inclusion de cette variable – et celle de la langue – réduit l’impact du sexe à un niveau qui n’est plus significatif.

6 C’est peut-être pourquoi la variable « francophone » du tableau 13.2 semble absorber tout le pouvoir explicatif.

7 Que les individus qui ne savent pas quoi répondre aux questions sur l’axe idéologique gauche-droite soient codés avec une valeur intermédiaire ou non, cet écart entre les hommes et les femmes est présent. D’autres analyses que nous avons menées, mais qui ne sont pas présentées ici, indiquent que cet écart demeure significatif même après avoir contrôlé l’impact des variables sociostructurelles.

8 La question posée est la suivante : « Si un référendum avait lieu aujourd’hui vous demandant si vous voulez que le Québec devienne un pays souverain, voteriez-vous « Oui » ou voteriez-vous « Non » ? »

Table des illustrations

Titre TABLEAU 13.1. Choix électoral selon le sexe
Légende *** p < 0,01;** p < 0,05;* p < 0,10Source: Making Electoral Democracy Work (données pondérées) N= 638.Note : Les chiffres entre parenthèses indiquent le nombre de répondants. Les astérisques indiquent la signification statistique de l’écart observé entre les sexes.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5916/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre TABLEAU 13.2. Le sexe et les déterminants sociostructurels du vote à l’élection québécoise (effets marginaux)
Légende *** p < 0,01;** p < 0,05;* p < 0,10Source: Making Electoral Democracy Work (données pondérées) N= 484.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5916/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre TABLEAU 13.3. Le sexe et les déterminants culturels du vote à l’élection québécoise (effets marginaux)
Légende *** p < 0,01;** p < 0,05;* p < 0,10Source: Making Electoral Democracy Work (données pondérées) N= 484.Note : Le modèle inclut les contrôles présents au tableau 13.2.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5916/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre GRAPHIQUE 13.1 Évaluation moyenne des chefs selon le sexe
Légende * p < 0,10Source: Making Electoral Democracy Work (données pondérées).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5916/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre TABLEAU 13.4. Le sexe et l’évaluation des chefs comme déterminants du vote à l’élection québécoise (effets marginaux)
Légende *** p < 0,01;*** p < 0,05;* p < 0,10Source: Making Electoral Democracy Work (données pondérées) N= 484.Note : Le modèle inclut les contrôles présents au tableau 13.3.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5916/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre TABLEAU 13.5. Déterminants du vote à l’élection québécoise selon le sexe (effets marginaux)
Légende *** p < 0,01;** p < 0,05;* p < 0,10Source: Making Electoral Democracy Work (données pondérées) N= 4843.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5916/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 174k

Auteurs

Professeure titulaire de la Chaire Hiram Mills au Département de science politique de l’Université McGill et elle a été la directrice fondatrice du Centre pour l’étude de la citoyenneté démocratique. Ses recherches portent sur le comportement électoral, l’opinion publique et la participation politique, et elle a un intérêt particulier pour l’étude du genre. Elle a été membre de l’Étude électorale canadienne de 1992 à 2008. Ses principales publications comprennent The Challenge of Direct Democracy, Unsteady State, Anatomy of a Liberal Victory, Citizens et Dominance & Decline.

Professeure régulière au Département de science politique à l’Université du Québec à Montréal. Elle est membre du Centre pour l’étude de la citoyenneté démocratique et codirectrice du Laboratoire d’analyse de communication politique et d’opinion publique (LACPOP) à Montréal. Elle s’intéresse particulièrement au comportement politique et à l’opinion publique. Elle est aussi collaboratrice à l’Étude électorale canadienne (ÉÉC) et elle a déjà publié, entre autres, dans la Revue canadienne de science politique, Political Studies, Politics and Gender, Political Research Quarterly et Journal of Women, Politics and Policy.

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre