Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Québécois aux urnes

 | 
Éric Bélanger
, 
Frédérick Bastien
, 
François Gélineau

Troisième partie. Le vote des québécois

12. Un modèle général d’explication du vote des Québécois

Richard Nadeau et Éric Bélanger

Texte intégral

1Le scrutin du 4 septembre 2012 au Québec s’est tenu dans un contexte politique bien particulier. Le gouvernement libéral en place, dirigé par Jean Charest depuis neuf ans, faisait l’objet d’allégations de plus en plus insistantes de copinage et de corruption, notamment dans le domaine de la construction. Une nouvelle formation politique, la Coalition avenir Québec (CAQ), fusionnée à l’ancienne Action démocratique du Québec (ADQ) et menée par l’ancien péquiste François Legault, proposait aux Québécois de mettre la question nationale de côté pour un temps afin de remettre le Québec sur les rails. Enfin, la province était encore sous le choc de la crise étudiante du printemps provoquée par la décision du gouvernement Charest de hausser significativement les droits de scolarité universitaires. L’élection a mené à la défaite du Parti libéral du Québec (PLQ) aux mains du Parti québécois (PQ), porté au pouvoir avec une minorité de sièges seulement.

2Comment expliquer le comportement électoral des Québécois au scrutin de 2012 ? Jusqu’à quel point le contexte entourant cette élection permet-il d’en comprendre le résultat ? Pour mieux éclairer les motivations multiples qui sont derrière les choix électoraux des Québécois en 2012, ce chapitre propose d’en faire un examen général. À l’aide des données d’une enquête d’opinion postélectorale, nous proposons de tester une explication générale du vote des Québécois basée sur un modèle multi-niveaux du comportement électoral. Les six chapitres suivants permettront d’offrir un examen plus en profondeur de certains des déterminants du vote de 2012 au Québec.

Présentation du modèle et des données

  • 1 Multi-stage model, en anglais. Il s’agit d’une technique de régression de type hiérarchique où tous (...)

3Le vote représente un comportement politique dont la structure peut être mise en évidence à l’aide de données empiriques sur les choix électoraux des individus. Un certain nombre de cadres théoriques ont été développés au fil des ans pour rendre compte de cette structure du vote. Le plus influent de ces cadres demeure sans contredit le « modèle de Michigan » conçu par Campbell et ses collaborateurs (1960) et récemment mis à jour par d’autres chercheurs (Miller et Shanks, 1996 ; Lewis-Beck et al., 2008). D’après ce modèle, le vote d’un individu est influencé par un certain nombre de déterminants qui s’organisent conceptuellement suivant la forme d’un entonnoir, appelé « l’entonnoir de causalité » (funnel of causality). En d’autres termes, il s’agit d’un modèle multi-niveaux1 qui s’appuie sur l’idée que certains facteurs se situent plus en amont que d’autres dans la décision de voter pour un parti. Ces niveaux de déterminants représentent les motivations multiples du comportement électoral et peuvent être distingués selon leur « distance » temporelle par rapport au choix de vote. Dans le modèle de Michigan, cette distance est importante, puisque les déterminants qui sont plus en amont du vote (donc situés à l’embouchure de l’entonnoir) influencent non seulement la prise de décision de manière directe, mais le font aussi de manière indirecte en influant sur les déterminants qui se situent plus en aval (c’est-à-dire près de l’extrémité de l’entonnoir).

4Pour simplifier, ces nombreux niveaux d’influence du vote peuvent être regroupés en deux grandes catégories. On distingue d’abord les forces à long terme qui agissent sur le comportement électoral et qui permettent d’expliquer une partie de sa stabilité. Celles-ci comprennent la « localisation sociale » d’un individu et les diverses prédispositions idéologiques à appuyer un parti plutôt qu’un autre. Ces forces à long terme correspondent à ce que l’on appelle parfois les « variables lourdes » régissant le comportement électoral, par exemple la religion et la classe sociale en France. Les variables lourdes du vote se rapportent donc aux grands clivages socioéconomiques ainsi qu’aux valeurs et attitudes politiques des électeurs. Les facteurs de court terme, quant à eux, peuvent changer d’un scrutin à l’autre. Ces déterminants renvoient à la nature des enjeux débattus durant la campagne, aux perceptions à l’égard des chefs de partis et à la satisfaction des électeurs à l’endroit de la performance du gouvernement sortant. Un des principaux avantages d’un tel modèle multi-niveaux est qu’il permet de simplifier un processus de décision complexe qui diffère d’un électeur à l’autre. Tous les individus ne passent pas nécessairement par chacun de ces niveaux, ni exactement dans le même ordre, lors de la prise de décision ; mais cette séquence de facteurs offre une représentation raisonnablement plausible de la chaîne causale qui mène, de manière générale, vers un choix électoral précis.

5Le modèle de Michigan est aussi connu des chercheurs pour le rôle central qu’y occupe l’identification partisane. Bien que cette variable soit essentielle à toute explication du comportement électoral aux États-Unis, où l’identification d’un individu au Parti républicain ou au Parti démocrate constitue un déterminant lourd du vote et résulte d’un long processus de socialisation politique (Campbell et al., 1960 ; Lewis-Beck et al., 2008), son influence sur les choix électoraux ne semble pas toujours aussi forte ou importante dans les autres sociétés démocratiques, si bien qu’il faut dans certains cas y adapter le modèle. Par exemple, en France, on considère généralement que l’identification idéologique gauche-droite constitue une variable lourde beaucoup plus influente que l’identification partisane. Dans le cas du Québec, les travaux sur le comportement électoral ont montré que l’adhésion au fédéralisme ou à la souveraineté constitue un déterminant de long terme du vote beaucoup plus structurant que l’attachement à un parti (Hudon, 1976 ; Bélanger et Nadeau, 2009).

6L’utilisation d’un modèle multi-niveaux a pour objectif principal de produire une analyse statistique multivariée du vote par laquelle l’impact des différents déterminants est examiné en succession (une approche analytique qui repose sur la stratégie des « blocs récursifs », qui introduit un à un les blocs de variables explicatives ; Miller et Shanks, 1996 ; Blais et al., 2002 ; Bélanger et Nadeau, 2009 ; Gidengil et al., 2012). Les données d’enquête utilisées pour ce chapitre permettent d’examiner quatre niveaux de variables explicatives du comportement électoral des Québécois à l’élection de 2012. Les deux premiers niveaux renvoient à des facteurs de long terme qui sont représentés par des variables de type sociodémographique ainsi que des variables de valeurs et d’orientations idéologiques. Les deux autres niveaux sont constitués de facteurs de court terme liés aux enjeux politiques et aux perceptions des chefs de partis.

  • 2 À noter que toutes les données présentées dans ce chapitre sont pondérées par l’âge, le sexe, la la (...)

7Nous utilisons les données de l’enquête postélectorale de Bélanger et al. (annexe A). Comme la plupart des enquêtes d’opinion réalisées dans le contexte de cette élection, ce sondage sous-estime l’appui accordé au PLQ, par environ 6 points de pourcentage (tableau 12.1)2. À l’inverse, il surestime par environ 7 points le vote reçu par le PQ. Le vote rapporté pour la CAQ et pour Québec solidaire (QS) est pratiquement identique au vote reçu par ces deux formations le soir du scrutin. L’appui mesuré à Option nationale (ON) et aux autres partis dans notre enquête n’est pas suffisamment élevé pour qu’il vaille la peine de l’analyser dans ce chapitre, bien que nous rapportions au tableau 12.2 quelques données descriptives pour ON à titre indicatif seulement. Les analyses multivariées du comportement électoral présentées aux prochaines sections se limitent donc aux quatre principaux partis.

Vue d’ensemble

8Quelques observations plus descriptives s’imposent avant d’examiner les facteurs expliquant le vote du 4 septembre. Un premier portrait des clientèles électorales est présenté au tableau 12.2. L’effet de la langue sur les choix politiques ressort avec évidence. Alors que moins de trois électeurs du PLQ sur cinq (57 %) ont le français comme langue d’usage, cette proportion avoisine ou dépasse 90 % pour les trois autres partis, soit respectivement 88 %, 94 % et 98 % pour QS, la CAQ et le PQ. Le caractère très typé des partisans de QS francophones, jeunes, scolarisés et moins fortunés apparaît clairement. Les données suggèrent aussi que la CAQ a bénéficié de l’appui d’électeurs mieux nantis un trait également observable dans le cas du PLQ –, tout en souffrant d’un déficit d’appuis dans l’électorat féminin (43 % des électeurs de la CAQ sont des femmes contre 54 %, 55 % et 58 % pour le PQ, le PLQ et QS).

TABLEAU 12.1. Vote rapporté à l’élection québécoise de 2012

TABLEAU 12.1. Vote rapporté à l’élection québécoise de 2012

Source : Enquête postélectorale de Bélanger et al. (voir l’annexe B4 pour plus de détails).

9Les attitudes et les opinions des électeurs sur les grands enjeux constituent des clivages décisifs dans plusieurs sociétés et le Québec ne fait pas exception à ce chapitre. Deux dimensions ont traditionnellement structuré l’espace partisan au Québec, soit la question nationale et, dans une moindre mesure, l’opposition entre la gauche et la droite. La distribution des clientèles partisanes en fonction de leur identification (exclusive, dominante ou partagée) envers le Québec ou le Canada permet de rendre compte de la première dimension. Les résultats ne sauraient être plus nets. Alors que seulement 16 % des partisans libéraux se définissent d’abord ou seulement comme Québécois, cette proportion atteint 93 % chez les électeurs péquistes. Les électeurs de QS s’identifient aussi de façon prédominante au Québec, alors que la clientèle de la CAQ est au contraire beaucoup plus divisée à ce propos.

  • 3 Le tableau 12.2 inclut des données pour Option nationale. Ces chiffres reposent sur les réponses fo (...)

10L’opposition entre les sensibilités de gauche et de droite, longtemps occultée par la question nationale, a été traditionnellement moins prononcée au Québec que dans le reste du Canada. La montée de la CAQ et son discours moins axé sur la question constitutionnelle semblent avoir contribué à changer partiellement les choses. Le positionnement à gauche des partisans de QS ressort clairement (67 % d’entre eux se définissent comme tel). Ce même penchant ressort aussi chez les électeurs du PQ, bien que de façon moins marquée. Face à ces deux partis, les partisans de la CAQ et du PLQ logent nettement plus à la droite de l’échiquier politique3.

TABLEAU 12. 2. Composition des clientèles électorales au Québec en 2012 (en pourcentage)

TABLEAU 12. 2. Composition des clientèles électorales au Québec en 2012 (en pourcentage)

Notes : Les chiffres représentent le pourcentage des électeurs de chaque parti appartenant aux différentes catégories du tableau. Le revenu dans ce tableau est une variable dichotomique basée sur le revenu médian de l’échantillon.
Source : Enquête postélectorale de Bélanger et al. (voir l’annexe B4 pour plus de détails).

11L’effet des enjeux « lourds » sur les choix électoraux peut être illustré de manière concise à l’aide du graphique 12.1. Celui-ci situe les électeurs des quatre principaux partis en fonction de leur position sur la question nationale (de très fédéraliste,-1, à très souverainiste, + 1) et l’axe gauche-droite (de très à gauche,-1, à très à droite, + 1). Le profil des groupes partisans ressort très clairement de l’analyse de ce graphique. Les électeurs du PLQ logent surtout à droite et se démarquent par leur adhésion massive au fédéralisme. Les partisans de la CAQ se situent aussi majoritairement à droite, mais sont beaucoup plus partagés sur la question nationale. Les électorats du PQ et de QS présentent des similarités claires, mais aussi des différences importantes. L’homogénéité idéologique (de gauche) des électeurs de Françoise David et d’Amir Khadir est frappante et contraste avec une certaine dispersion de leurs vues sur la question nationale, l’inverse étant vrai pour les électeurs du PQ. Pour une analyse spatiale semblable des positionnements des électeurs et des partis politiques lors de l’élection de 2012, voir le chapitre 18 d’Éric Montigny et ses collaborateurs.

GRAPHIQUE 12.1. Positionnement des groupes partisans de 2012 dans un espace bidimensionnel

GRAPHIQUE 12.1. Positionnement des groupes partisans de 2012 dans un espace bidimensionnel

Un modèle du comportement électoral au Québec

12La méthode d’analyse retenue pour dégager le profil des électeurs des quatre principaux partis politiques au Québec est la régression logistique binomiale. La variable dépendante dans chacun des cas prend la valeur de 1 lorsqu’un répondant affirme avoir appuyé un parti en particulier — soit le PLQ, la CAQ, le PQ ou QS — et 0 autrement. Les variables indépendantes sont introduites dans le modèle en quatre étapes successives selon la logique de l’approche multi-niveaux exposée plus haut, en commençant par celles qui sont les plus éloignées, en terme de causalité, de la variable dépendante.

13Les coefficients de régression logistique ne se prêtent pas facilement à une interprétation directe. Pour contourner ce problème, nous présentons ces coefficients dans l’annexe B4 de ce volume et ne présenterons dans ce chapitre que les effets marginaux calculés à partir des coefficients de régression (tableau 12.3 ci-dessous). Ces effets marginaux mesurent le changement dans la probabilité de voter pour un parti lorsque la valeur d’une variable passe de sa valeur minimale à sa valeur maximale. La variable « femmes », par exemple, prend la valeur de 1 pour les femmes et de 0 pour les hommes. Dans ce cas, le changement en probabilité correspondant au modèle pour le PQ représentera, toutes choses étant égales par ailleurs, la hausse (ou la baisse) de la probabilité d’appuyer ce parti lorsque le répondant à l’enquête est une femme plutôt qu’un homme.

Les variables sociodémographiques

  • 4 Voir l’annexe B4 pour de plus amples détails concernant le codage des variables. Pour une revue exh (...)

14Le premier bloc de variables comprend les caractéristiques sociodémographiques des répondants, soit leur âge, leur genre, leur langue d’usage, leurs niveaux de scolarité, de revenu et de pratique religieuse, de même que la région où ils habitent (section A du tableau 12.3). Quelques attentes peuvent être formulées au sujet du lien entre ces variables et les préférences électorales des répondants4. Les électeurs plus jeunes, par exemple, ont davantage tendance à appuyer les partis émergents. Le vote féminin tend maintenant à camper plus à gauche que celui des hommes (sur cette évolution, voir le chapitre 13 d’Elisabeth Gidengil et Allison Harell). L’appui traditionnel des non-francophones au PLQ est une donnée fondamentale de la politique québécoise. Les électeurs plus fortunés votent généralement plus à droite, alors que ceux qui sont davantage scolarisés penchent plutôt vers la gauche. La pratique religieuse est souvent associée à l’appui à des partis de droite. Finalement, les choix politiques reflètent souvent des zones de force régionale pour les partis opposant les grandes villes, les banlieues et les milieux ruraux.

15L’impact de ces facteurs ressort clairement des analyses de régression (effets marginaux, au tableau 12.3). La clientèle restée fidèle au PLQ en 2012 est non-francophone, plus âgée et plus fortunée. L’appui reçu par la CAQ présente aussi des traits distinctifs : c’est un électorat plus masculin, un peu moins scolarisé, mieux nanti et dont la distribution régionale recoupe les zones de force de la défunte ADQ. Le soutien au PQ, comme celui de la CAQ, est francophone mais moins bien nanti. La division gauche-droite au Québec semble donc se manifester essentiellement dans l’électorat francophone, les plus fortunés appuyant le PLQ et la CAQ, et les moins nantis le PQ et QS. L’analyse des résultats à propos de QS le confirme. L’électeur de ce parti, outre son revenu plus faible, est jeune, scolarisé et vit surtout à Montréal. Une conclusion se dégage. La présence de quatre forces politiques significatives semble avoir contribué à affermir le profil sociodémographique des groupes partisans au Québec. Il reste maintenant à voir si l’inclusion d’attitudes politiques lourdes dans le modèle, notamment les préférences constitutionnelles, affaiblira ou non de manière significative ces profils.

TABLEAU 12.3. Déterminants du vote à l’élection québécoise de 2012 (effets marginaux)

A. Variables sociodémographiques

A. Variables sociodémographiques

** p <0,01 ;* p <0,05 (test bilatéral).

B. Variables sociodémographiques et attitudes politiques

B. Variables sociodémographiques et attitudes politiques

** p <0,01 ;* p <0,05 (test bilatéral).

C. Variables sociodémographiques, attitudes politiques et enjeux

C. Variables sociodémographiques, attitudes politiques et enjeux

** p <0,01 ;* p <0,05 (test bilatéral).

D. Variables sociodémographiques, attitudes politiques, enjeux et image des chefs

D. Variables sociodémographiques, attitudes politiques, enjeux et image des chefs

** p <0,01 ;* p <0,05 (test bilatéral).
Source : Enquête postélectorale de Bélanger et al. Voir l’annexe B4 pour l’information sur le codage des variables et pour les résultats de régression logistique à partir desquels ces effets marginaux ont été calculés.

Les variables attitudinales « lourdes »

16Les choix politiques au Québec ont été depuis plusieurs décennies largement structurés en fonction de la question nationale (Bélanger et Nadeau, 2009). Malgré le souhait émis par la CAQ de mettre de côté ce débat, il y a de bonnes raisons de croire que les opinions individuelles envers l’avenir politique du Québec ont de nouveau constitué un déterminant majeur des choix électoraux en 2012. Des attentes assez claires peuvent être dégagées à ce propos. L’effet de la question nationale, que nous mesurons dans notre étude avec une échelle composite tenant compte des sentiments d’attachement des individus envers le Québec et le Canada et de leurs opinions à propos du partage des pouvoirs entre les gouvernements provincial et fédéral, devrait surtout contribuer à démarquer les deux protagonistes traditionnels associés à ce débat, soit le PQ et le PLQ.

17D’autres attitudes fondamentales ont influencé le vote dans le passé et pourraient même avoir joué un rôle accru en 2012. Par exemple, les partisans d’une gauche plus affirmée ont jeté leur dévolu ces dernières années sur QS. Le succès de Françoise David lors des débats télévisés durant la campagne, le discours de la CAQ sur la nécessité de réformer le modèle québécois, et l’âpreté du débat sur la hausse des droits de scolarité à l’université pourraient avoir contribué à renforcer le clivage gauche-droite en 2012. Par ailleurs, le conservatisme moral joue un rôle moins important au Québec qu’ailleurs au Canada et rien ne laisse croire que cette situation ait été différente lors de l’élection de 2012. Finalement, les « nouveaux » partis, comme la CAQ et QS, sont plus susceptibles de bénéficier d’un vote de protestation associé à ce que l’on a appelé le malaise démocratique, soit un mécontentement envers le fonctionnement des institutions démocratiques.

18Les résultats portant sur les attitudes « lourdes » (section B du tableau 12.3) montrent que celles-ci exercent encore un impact majeur sur les choix électoraux. Les effets marginaux associés à la « question nationale » signalent clairement que cet enjeu constitue encore aujourd’hui le fond de commerce du PQ et du PLQ. Les résultats reflètent aussi les positions plus modérées, ou plus ambiguës, de la CAQ et de QS sur cet enjeu. L’appui à la CAQ est lié, mais de façon beaucoup moins marquée, à la position des individus sur la question nationale ; le soutien à QS en revanche ne paraît pas être influencé par cette dimension.

19Les résultats sur le clivage gauche-droite sont aussi intéressants. Ils suggèrent une division entre le PLQ et la CAQ d’une part, et le PQ et QS d’autre part. Ils montrent ensuite la position particulière de QS, très marquée à gauche, et la concentration des électeurs au centre-droit (PLQ et CAQ) et au centre-gauche (PQ). Les résultats montrent aussi sans surprise que les questions morales avortement et mariage entre conjoints de même sexe ont peu pesé sur les choix électoraux (très légèrement dans le cas de la CAQ seulement). Finalement, les résultats montrent que les nouveaux partis, et particulièrement QS, ont bénéficié d’un vote de protestation envers les dysfonctionnements perçus de la démocratie québécoise.

Les facteurs de court terme : les enjeux et l’image des chefs

20Le résultat d’une élection dépend aussi de facteurs spécifiques à celle-ci, comme les enjeux débattus et l’image des chefs de partis. Chaque élection met en jeu des questions qui reflètent les préoccupations des électeurs au moment où elle se déroule. La santé en 2003, les accommodements raisonnables en 2007 et l’économie en 2008 ont dominé les débats. Deux enjeux particuliers ont émergé lors de la campagne de 2012, soit la corruption et la hausse des droits de scolarité universitaires. Plusieurs variables ont été utilisées pour tenir compte de l’effet des enjeux. Un premier groupe mesure l’importance accordée par les répondants aux questions de l’économie (33 % ont opté pour cet enjeu), de la santé (17 %), de la corruption (15 %), de l’éducation (13 %) et de la souveraineté du Québec (9 %). Deux variables sont incluses pour rendre compte de l’effet de la grève étudiante sur les choix des électeurs ; l’une porte sur l’appui des répondants à la hausse des droits de scolarité, alors que la seconde mesure leur soutien à l’adoption de la Loi 78 visant à encadrer les manifestations étudiantes. Les données de l’enquête montrent qu’une majorité de Québécois appuyait la hausse des droits de scolarité (57 %), tout en désapprouvant la Loi 78 (51 %), ce qui semble confirmer la thèse d’une gestion politique déficiente de cet enjeu par le gouvernement Charest. Finalement, une question portant sur l’évolution récente de la situation économique a aussi été incluse.

21Les résultats présentés au tableau 12.3 (section C) montrent que les enjeux spécifiques à l’élection de 2012 ont exercé une influence marquée sur les choix. Le vote pour le PLQ a été lié à trois facteurs, soit une préoccupation au sujet de la résurgence du débat sur la souveraineté, l’appui à la position du gouvernement libéral dans le conflit avec les étudiants et une évaluation positive de la situation économique. Il semble toutefois que l’importance accordée à l’enjeu de la corruption n’ait pas nui significativement, sur le plan statistique, à l’appui au PLQ (l’effet est négatif, mais non significatif). La CAQ avait misé sur trois questions, soit la mise au rancart du débat sur la souveraineté, la santé et la corruption ; les données montrent que cette stratégie a porté certains fruits. Le PQ a cherché à accroître ses appuis en s’opposant à la hausse des droits de scolarité et à l’imposition de la Loi 78 et en tentant de mobiliser, surtout en fin de campagne, les électeurs souverainistes. Les résultats montrent que cette stratégie a partiellement réussi. L’effet négatif associé à la variable mesurant l’importance de l’économie semble confirmer toutefois que la faiblesse de l’équipe économique du PQ a été préjudiciable à ce parti. Finalement, le fait que l’expression de préoccupations sur plusieurs des enjeux (corruption, éducation, souveraineté ; la hausse des droits de scolarité fait exception) soit négativement liée à l’appui à QS suggère que cette formation politique a de la difficulté à projeter une image de compétence dans la gestion des politiques publiques.

  • 5 Les niveaux moyens d’évaluation des chefs ont été respectivement de 41 pour Jean Charest, 46 pour P (...)

22Les dernières analyses incluent l’image des chefs mesurée par des thermomètres d’appréciation allant de 0 (évaluation très négative) à 100 (évaluation très positive)5. Les résultats sont intéressants à trois égards (section D du tableau 12.3). L’amplitude des effets marginaux associés à ces variables reflète l’impact significatif des chefs sur le vote. L’effet marginal plus élevé observé pour le chef de la CAQ, François Legault, pourrait refléter la difficulté de ce parti à ancrer ses appuis dans des positionnements aussi définis que ceux de ses adversaires. Par ailleurs, la taille relative des effets paraît refléter adéquatement la nature de la lutte électorale. L’effet marginal élevé associé à l’image de François Legault dans le modèle du PLQ atteste de l’âpreté de la compétition entre les deux partis les plus à droite au Québec. La position mitoyenne de la CAQ, entre le PLQ et le PQ, pourrait expliquer que les images de Jean Charest et de Pauline Marois soient liées négativement à un vote pour la CAQ ; une logique semblable pourrait expliquer l’effet des évaluations de François Legault et d’Amir Khadir sur la propension à appuyer le PQ.

***

23L’analyse des profils des clientèles électorales lors de l’élection du 4 septembre 2012 débouche sur plusieurs constats intéressants. La présence d’une offre politique variée s’est d’abord traduite par un affermissement du profil sociodémographique des groupes partisans au Québec. L’époque où la polarisation sur la question nationale contribuait à élimer ces distinctions paraît révolue, du moins pour un temps. Cela dit, le débat sur l’avenir du Québec continue à peser sur les choix électoraux. Cet enjeu constitue toujours le fonds de commerce du PQ et du PLQ et fournit à ces partis des noyaux durs d’appuis électoraux. Pour contrer cette polarisation, la CAQ a choisi de proposer une mise au rancart temporaire de cette question et de recentrer les débats sur des questions économiques et financières, une stratégie qui lui a partiellement réussi. La position de QS reste singulière à cet égard. Officiellement souverainiste, ce parti parle de cet enjeu qui ne semble toutefois pas peser de manière significative sur la décision de ceux qui l’appuient.

24Les considérations précédentes suggèrent que la question nationale, tout en restant fondamentale pour plusieurs électeurs, ne pèse plus autant qu’avant sur leurs choix et que des débats traditionnellement associés au clivage gauche-droite joueront un rôle plus important au cours des prochaines années au Québec. Cela dit, la division entre la droite et la gauche au Québec n’aura sans doute pas la même puissance mobilisatrice que la question nationale. C’est dire que les variables lourdes exerceront probablement une emprise moins grande sur le choix des électeurs dans l’avenir et que ceux-ci seront davantage influencés par les facteurs de court terme comme les enjeux et l’image des chefs. Dans ce contexte, il est raisonnable de penser que les prochaines luttes électorales viseront à convaincre un segment relativement limité d’électeurs modérés qu’un chef et son parti est plus apte que les autres à offrir aux Québécois un gouvernement honnête et compétent.

25Cette dernière constatation débouche sur un paradoxe. Moins dominé par la question nationale, le jeu politique au Québec pourrait devenir plus ouvert et plus imprévisible, dans la mesure où les choix des électeurs seraient davantage guidés par des facteurs de court terme. Mais en même temps, et paradoxalement, l’affaissement de la question nationale pourrait aussi contribuer à « fermer » le jeu politique. Libérée de la polarisation sur la question nationale, une offre politique plus riche et plus diversifiée pourrait contribuer à fragmenter le vote en blocs politiques plus définis, mais aussi moins friables. Cela pourrait donner lieu à des affrontements électoraux où chacun des trois grands partis récolterait environ 30 % des voix seulement. Dans ce cas, les déplacements de voix pourraient être assez limités d’une élection à l’autre, et la présence de gouvernements minoritaires à la tête du Québec de plus en plus fréquente. Il reste donc à voir si le scénario des élections de 2007 et de 2012 est appelé à se reproduire ou si l’effritement des appuis à la CAQ, comme ce fut le cas en 2008 pour l’ADQ, consécutif ou non à la résurgence de la question nationale, ramènera le Québec dans la voie de la polarisation entre le PQ et le PLQ. On peut toutefois observer que le soutien à la CAQ en 2012 paraît davantage structuré et homogène, à tout le moins dans sa dimension gauche-droite (graphique 12.1), que celui qu’avait reçu l’ADQ au scrutin de 2007.

***

26Le reste de cet ouvrage sera consacré à l’approfondissement de plusieurs des dimensions spécifiques du comportement électoral des Québécois que nous venons d’analyser de manière plus générale. Les six thèmes qui seront développés dans les chapitres suivants sont donc : le vote des femmes, le vote patrimonial, le vote des minorités visibles, le vote régional, l’enjeu de la grève étudiante et le positionnement idéologique et sur enjeux (la Boussole électorale).

Notes

1 Multi-stage model, en anglais. Il s’agit d’une technique de régression de type hiérarchique où tous les facteurs explicatifs sont liés à des unités d’un même ordre (des individus) et où ces facteurs sont entrés en blocs successifs dans l’analyse régressive. Cette approche empirique est à distinguer de l’autre technique aussi appelée « multi-niveaux », qui combine des variables explicatives associées à des unités primaires et d’autres liées à des unités englobantes et appartenant à un niveau supérieur à celui des unités primaires.

2 À noter que toutes les données présentées dans ce chapitre sont pondérées par l’âge, le sexe, la langue et la région, sur la base des données du dernier recensement de Statistique Canada.

3 Le tableau 12.2 inclut des données pour Option nationale. Ces chiffres reposent sur les réponses fournies par 30 individus seulement et doivent donc être interprétés avec prudence. Cela dit, ils suggèrent que, dans l’ensemble, les électeurs d’ON seraient surtout des hommes, francophones, très jeunes et fréquentant l’université. Ils constitueraient aussi les électeurs les plus nationalistes, avec un penchant vers le centre-gauche idéologique.

4 Voir l’annexe B4 pour de plus amples détails concernant le codage des variables. Pour une revue exhaustive des écrits quant à l’impact de ces déterminants sur le vote au Québec, on pourra consulter l’ouvrage de Bélanger et Nadeau (2009).

5 Les niveaux moyens d’évaluation des chefs ont été respectivement de 41 pour Jean Charest, 46 pour Pauline Marois, 47 pour François Legault et 30 pour Amir Khadir (les pourcentages de répondants qui ont refusé ou qui se sont dit incapables d’évaluer ces chefs sont respectivement de 7 %, 6 %, 10 % et 12 %).

Table des illustrations

Titre TABLEAU 12.1. Vote rapporté à l’élection québécoise de 2012
Légende Source : Enquête postélectorale de Bélanger et al. (voir l’annexe B4 pour plus de détails).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5915/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre TABLEAU 12. 2. Composition des clientèles électorales au Québec en 2012 (en pourcentage)
Légende Notes : Les chiffres représentent le pourcentage des électeurs de chaque parti appartenant aux différentes catégories du tableau. Le revenu dans ce tableau est une variable dichotomique basée sur le revenu médian de l’échantillon.Source : Enquête postélectorale de Bélanger et al. (voir l’annexe B4 pour plus de détails).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5915/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre GRAPHIQUE 12.1. Positionnement des groupes partisans de 2012 dans un espace bidimensionnel
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5915/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre A. Variables sociodémographiques
Légende ** p <0,01 ;* p <0,05 (test bilatéral).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5915/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre B. Variables sociodémographiques et attitudes politiques
Légende ** p <0,01 ;* p <0,05 (test bilatéral).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5915/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre C. Variables sociodémographiques, attitudes politiques et enjeux
Légende ** p <0,01 ;* p <0,05 (test bilatéral).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5915/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre D. Variables sociodémographiques, attitudes politiques, enjeux et image des chefs
Légende ** p <0,01 ;* p <0,05 (test bilatéral).Source : Enquête postélectorale de Bélanger et al. Voir l’annexe B4 pour l’information sur le codage des variables et pour les résultats de régression logistique à partir desquels ces effets marginaux ont été calculés.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5915/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k

Auteurs

Professeur titulaire de science politique à l’Université de Montréal. Ses intérêts de recherche portent sur le comportement électoral, l’opinion publique, la communication politique et la méthodologie quantitative. Récipiendaire du prestigieux Fulbright Award et ancien conseiller du premier ministre du Québec Bernard Landry, il a écrit et coécrit plus de 150 articles scientifiques (publiés dans les meilleures revues de la discipline), chapitres de livre et ouvrages dont Unsteady State, Anatomy of a Liberal Victory, Citizens, Le comportement électoral des Québécois (Prix Donald-Smiley, 2010) et Le vote des Français de Mitterand à Sarkozy.

Professeur agrégé au Département de science politique de l’Université McGill. Ses recherches portent sur la politique canadienne et québécoise, les partis politiques, l’opinion publique et les comportements électoraux. Ses travaux ont été publiés dans de nombreuses revues scientifiques, notamment Comparative Political Studies, Political Research Quarterly, Electoral Studies, Publius : The Journal of Federalism, le European Journal of Political Research et la Revue canadienne de science politique. Il a également coécrit le livre Le comportement électoral des Québécois (Prix Donald-Smiley, 2010).

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre