Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Québécois aux urnes

 | 
Éric Bélanger
, 
Frédérick Bastien
, 
François Gélineau

Troisième partie. Le vote des québécois

11. La participation électorale

André Blais, Carol Galais et François Gélineau

Texte intégral

1Le taux de participation à l’élection de 2012 a été de 75 %. Cela constitue un bond spectaculaire par rapport à l’élection de 2008, alors qu’il n’était que de 57 %. L’élection de 2008 représente toutefois un cas déviant, la « norme » depuis le début du siècle étant un taux autour de 70 % (graphique 11.1). L’élection de décembre 2008 était exceptionnelle à plusieurs égards. Elle survenait moins de deux ans après la précédente. En plus, elle suivait de peu l’élection historique aux États-Unis d’un premier président afroaméricain. Enfin, elle avait été précédée par une élection fédérale dont l’issue s’était soldée par la tentative infructueuse de la formation d’une coalition gouvernementale regroupant le Parti libéral du Canada, le Bloc québécois et le Nouveau Parti démocratique. L’esprit des Québécois, et en particulier celui des plus jeunes électeurs, n’était pas au rendez-vous à l’élection du 8 décembre 2008.

  • 1 Une importante campagne publicitaire (http://pourquoijevote.qc.ca) a été déployée par le DGEQ afin (...)

2La participation enregistrée en 2012 demeure légèrement plus élevée qu’en 2003 et 2007. Les craintes qui avaient été exprimées à l’effet qu’une campagne électorale menée pendant l’été au moment où plusieurs personnes étaient en vacances ne semblent pas avoir été fondées. L’élection a suivi un mouvement de grève étudiante sans précédent et on peut se demander si ce mouvement a contribué à une hausse de la participation. De la même façon, le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) avait mis en place toute une série d’initiatives pour inciter les jeunes à exercer leur droit de vote1, et il est possible que ces initiatives aient été couronnées de succès. Notons toutefois que le taux de participation n’est que de 4 points plus élevé qu’en 2007.

GRAPHIQUE 11.1. Évolution du taux de participation aux élections québécoises, 1970-2012 (en pourcentage)

GRAPHIQUE 11.1. Évolution du taux de participation aux élections québécoises, 1970-2012 (en pourcentage)

Source : Directeur général des élections du Québec.

Qui vote ?

  • 2 Voir Gélineau et Teyssier (2012). Le rapport est disponible sur le site http://www.democratie.chai (...)

3Dans un premier temps, il s’agit de déterminer si la hausse du taux de participation en 2012 est surtout le fait des jeunes. Le tableau 11.1 indique le taux de participation selon le groupe d’âge en 2012, en 2008 et en 2007. Les données proviennent du DGEQ qui procède à un dépouillement d’un échantillon des bureaux de scrutin dans toute la province2. Le taux de participation des 18-24 ans, des 25-34 ans et des 35-44 ans a augmenté de 26, 25 et 22 points de pourcentage par rapport à 2008. En contrepartie, le taux de participation des 45-54 ans, des 55-64 ans, et des 65 ans et plus n’a crû que de 16, 12, et 9 points. La hausse du taux de participation s’observe donc principalement chez les électeurs des groupes d’âge inférieurs.

TABLEAU 11.1. Taux de participation par groupe d’âge aux élections de 2007, 2008 et 2012 (en pourcentage)

TABLEAU 11.1. Taux de participation par groupe d’âge aux élections de 2007, 2008 et 2012 (en pourcentage)

Source : Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires et Directeur général des élections du Québec.

4Or, il faut être prudent, car une comparaison des taux de participation des élections 2012 et 2007 montre une tout autre réalité. Dans les faits, l’augmentation de la participation entre ces deux élections est assez homogène d’un groupe d’âge à l’autre. Donc, en 2012, par rapport à 2007, le taux de participation des jeunes électeurs n’a pas vraiment augmenté plus que celui des autres catégories d’âge.

5C’est en comparant les élections 2008 et 2007 que le mystère se résout. La hausse de la participation observée chez les plus jeunes électeurs entre 2008 et 2012 n’est en fait que le retour à la situation antérieure. La surprise n’est pas tellement de constater une hausse en 2012, mais bien un déclin spectaculaire chez les jeunes électeurs en 2008. C’est donc l’élection de 2008 qui a brouillé les cartes.

6Ce qui ressort le plus nettement, ce n’est donc pas que les jeunes se sont davantage mobilisés en 2012. En fait, l’écart de participation entre les 18-24 ans et les 65-74 ans (le groupe qui a le taux de participation le plus élevé) est pratiquement le même en 2012 (22 points) et en 2007 (24 points). C’est plutôt le caractère exceptionnel de l’élection de 2008 qu’il faut souligner, qui a donné lieu à un taux de participation extraordinairement bas et aussi à un écart énorme de 39 points entre les taux de participation des 18-24 ans et des 65-74 ans.

7Cela étant dit, il faut reconnaître que la participation a légèrement augmenté entre 2007 et 2012 dans tous les groupes d’âge. Il faut croire que les Québécois estimaient que cette élection était un peu plus importante que d’habitude, peut-être en partie à cause de la grève étudiante qui l’avait précédée. Il faut aussi noter que le résultat anticipé de l’élection, en particulier l’incertitude quant au statut majoritaire ou minoritaire du gouvernement qui serait formé, a pu contribuer à susciter l’intérêt des électeurs.

  • 3 Des informations sur la méthodologie de ce sondage se trouvent à l’annexe A.

8Les données du DGEQ sont extrêmement intéressantes, mais elles ne nous renseignent que sur l’âge des votants et des abstentionnistes. Pour obtenir un profil socioéconomique plus global, il faut faire appel aux données de sondage. Nous utilisons dans ce chapitre les données du sondage Harris, mené dans le cadre du projet Making Electoral Democracy Work (MEDW)3.

  • 4 Notons que nous avons procédé à une expérience, la moitié des répondants n’ayant comme catégories (...)

9Comme dans tous les sondages, le taux de participation rapporté par les répondants (90 %) est nettement plus élevé que le taux officiel (75 %), en bonne partie parce que les abstentionnistes sont moins enclins à répondre aux sondages4. Nous avons pondéré les données de façon à corriger ce biais ; avec les données pondérées, le taux de participation dans notre échantillon est donc ramené à 75 %.

TABLEAU 11. 2. Estimation de l’impact des variables sociodémographiques sur la participation électorale (estimation logit)

TABLEAU 11. 2. Estimation de l’impact des variables sociodémographiques sur la participation électorale (estimation logit)

** p <0,01;* p <0,05
Source: Making Electoral Democracy Work.
Notes : Les résultats sont obtenus grâce à une régression logistique incluant ces quatre variables sociodémographiques. Pour les variables dichotomiques (sexe et langue), les nombres présentés dans la colonne de gauche indiquent la probabilité prédite moyenne de voter si tous les individus avaient cette caractéristique, tout en maintenant les autres variables à leur valeur observée. La colonne de droite indique la différence (et donc l’effet particulier de la variable, une fois après avoir contrôlé l’effet de toutes les autres) et le niveau de signification statistique. Par exemple, la probabilité prédite de voter d’un homme est de 0,79, ce qui est 7 points supérieur à la probabilité de voter d’une femme. Les valeurs pour les variables continues (âge et scolarité) reflètent la différence entre la probabilité de voter lorsque la variable passe de sa valeur minimale à sa valeur maximale. Par exemple, les répondants qui ont obtenu un doctorat ont une probabilité de 0,85 de voter, ce qui est 24 points de plus que ceux qui n’ont pas terminé l’école primaire.

10Le tableau 11.2 montre l’effet particulier des variables socioéconomiques suivantes : âge, sexe, langue maternelle (français ou autre) et scolarité. On note sans surprise que la propension à voter est plus forte chez les plus âgés et les plus scolarisés. Les hommes semblent voter un peu plus que les femmes, alors que la langue maternelle ne joue pas à cet égard.

Pourquoi voter ?

11Il est intéressant et utile de savoir qui est plus et moins susceptible de voter. Cela ne nous renseigne guère, toutefois, sur les motivations qui amènent les citoyens à décider de voter ou de s’abstenir. Les théories abondent sur les raisons qui sous-tendent de tels choix, et nous allons ici en tester quelques-unes.

12À cet égard, il est pertinent de souligner que la décision de voter ou de s’abstenir ne semble pas a priori relever d’un calcul rationnel. Le citoyen rationnel doit en effet se rendre à l’évidence qu’il n’y a pratiquement aucune chance que son vote fasse la différence, c’est-à-dire qu’il décide qui va être élu dans sa circonscription ou quel parti va former le gouvernement. En conséquence, le bénéfice anticipé de voter est pratiquement nul et le choix logique est de rester chez soi. La théorie du choix rationnel conduit à prédire un taux de participation se rapprochant de 0 %, ce qui est évidemment fort loin de la réalité (Blais, 2000).

13Il faut donc aller chercher ailleurs les raisons qui poussent les gens à aller voter. Dans un texte récent, Blais et Achen (2012) suggèrent qu’il y a deux motivations primordiales à voter. La première est le désir d’exprimer une préférence. L’élection fournit à chaque citoyen l’occasion de dire quel parti ou quel candidat lui semble le meilleur. Si la personne a une opinion, quoi de plus normal que de saisir l’occasion qui lui est donnée de dire ce qu’elle pense ? De ce point de vue, selon Brennan et Lomasky (1993), le vote est de nature essentiellement expressive.

14Faut-il en déduire que celui qui n’a pas de préférence claire va naturellement s’abstenir ? Blais et Achen soutiennent que ce sera effectivement le cas, sauf si la personne estime que c’est non seulement un droit, mais aussi un devoir civique de voter dans une démocratie. Selon ces auteurs, plusieurs électeurs conçoivent la décision de voter ou non en des termes essentiellement moraux ; pour ces personnes, voter, c’est accomplir son devoir éthique de bon citoyen. Ces personnes estimeront qu’elles doivent voter même si elles sont plutôt indifférentes aux différents partis et candidats.

15Selon cette perspective, avoir une préférence et croire que c’est une obligation morale de voter dans une démocratie sont des conditions suffisantes pour aller voter. Il devrait s’ensuivre que l’une et l’autre influencent fortement la décision de voter ou de s’abstenir, mais aussi que l’influence de l’une est particulièrement grande quand l’autre n’est pas présente. Concrètement, cela veut dire que le sentiment du devoir civique joue plus fortement chez les personnes plutôt indifférentes, puisque les personnes ayant une préférence ont déjà une bonne raison de voter, même si elles ne croient pas que ce soit un devoir de voter.

  • 5 Il y avait également une question sur la différence que cela faisait qu’un candidat plutôt qu’un a (...)

16Le sondage MEDW nous permet de vérifier ces hypothèses. Nous avons demandé aux répondants quelle importance, sur une échelle de 0à 10, ils accordaient à qui formerait le gouvernement après l’élection5 : 23 % ont dit que c’était peu important (score de 5 ou moins), 37 % assez important (score de 6 à 8), et 41 % ont indiqué que c’était très important (score de 9 ou 10).

  • 6 Le libellé exact de la question est : « Pour certains, voter est un CHOIX. Ils se sentent libres d (...)
  • 7 Par ailleurs, 26 % ont dit que c’était un choix et 6 % qu’ils ne le savaient pas. Nous leur avons (...)

17Nous avons également inclus une question sur le sentiment du devoir civique. Essentiellement, nous avons demandé aux Québécois si, pour eux, la décision de voter ou non relevait d’un choix personnel ou d’un devoir6. Soixante-huit pourcent des répondants ont affirmé que c’était un devoir7. Nous leur avons ensuite demandé si ce sentiment était fort. Ainsi, 49 % des répondants ont indiqué avoir un sentiment très fort du devoir civique et 18 % un sentiment assez fort.

18Le tableau 11.3 présente le taux de participation selon l’intensité des préférences et du sens du devoir civique. Le tableau indique que, comme prévu, l’intensité des préférences joue davantage chez ceux dont le sens du devoir est faible : le taux de participation augmente de 33 points lorsque l’on passe d’une préférence faible à une préférence forte chez ceux qui indiquent avoir un faible sens du devoir, alors que les pourcentages sont pratiquement les mêmes (d’une catégorie de préférence à l’autre) parmi ceux qui déclarent avoir un sens du devoir civique prononcé. De même, la propension à voter augmente de 48 points si on passe d’un sentiment faible du devoir à un sentiment fort parmi les répondants qui ont une préférence faible, mais seulement de 18 points chez ceux qui ont une préférence marquée.

19Les données suggèrent donc que le sens du devoir civique est pratiquement une condition suffisante pour voter ; la participation étant de presque 90 % dans cette catégorie même si l’on accorde peu d’importance à l’élection. Ce n’est pas tout à fait la même chose dans le cas des préférences. La participation n’atteint même pas 75 % chez ceux qui se préoccupent beaucoup de l’issue de l’élection, mais qui considèrent que la décision de voter relève d’un choix personnel.

TABLEAU 11.3. Taux de participation selon l’intensité des préférences et le sens du devoir

TABLEAU 11.3. Taux de participation selon l’intensité des préférences et le sens du devoir

Notes : Les répondants qui ont indiqué « je ne sais pas » ont été classifiés comme ayant une intensité des préférences faible ou un sens du devoir faible. Le tableau doit être lu dans le sens suivant : parmi les 92 répondants qui ont une préférence faible et un sens du devoir civique faible, 41 % ont voté.
Source : Making Electoral Democracy Work.

20Quoi qu’il en soit, ces deux motivations, la présence d’une préférence et le sentiment du devoir civique, rendent compte en bonne partie de la décision de voter ou de s’abstenir. Cela ne veut pas dire que ce sont les seules considérations qui jouent, par ailleurs. Certaines opinions ou attitudes peuvent intervenir en aval et avoir une influence sur la participation électorale, parfois indirectement, par leur effet sur les préférences ou le sentiment du devoir civique. Examinons donc ces autres attitudes qui pourraient avoir une influence.

21Quatre attitudes nous semblent particulièrement pertinentes. La première est l’intérêt général pour la politique. Selon Brady, Verba et Schlozman (1995), l’intérêt pour la politique est le facteur qui prédit le mieux la propension à voter lors des élections. La raison est simple. Ceux qui ne s’intéressent pas à la politique sont moins susceptibles de former quelque préférence que ce soit à l’égard des divers partis et candidats. Ils sont aussi moins enclins à croire que c’est un devoir moral de participer au processus électoral. Nous avons demandé aux répondants d’indiquer, sur une échelle de 0 à 10, leur niveau d’intérêt général pour la politique. La moyenne globale est de 5,8 et la médiane est de 6. Nous avons créé une variable dichotomique qui identifie les répondants les plus intéressés (score de 6 ou plus).

22La deuxième attitude à considérer est l’identification partisane. Plusieurs citoyens se définissent naturellement comment partisans fidèles d’un parti. Lorsqu’on se considère péquiste, libéral ou caquiste, il semble aller de soi que l’on veuille appuyer « son » parti le jour de l’élection, tout au moins dans la mesure où il est relativement facile de voter. Nous avons construit une variable dichotomique qui prend la valeur « 1 » pour tous les répondants qui ont affirmé se sentir proches d’un parti politique, ce qui est le cas de 49 % de notre échantillon.

23La troisième attitude que nous évaluons est le cynisme. On entend souvent les gens se plaindre qu’on ne peut pas faire confiance aux politiciens, que ceux-ci ne tiennent pas leurs promesses et qu’ils ne se soucient pas du bien commun et des besoins des citoyens ordinaires. Pour plusieurs observateurs, ce cynisme grandissant serait responsable du déclin du taux de participation aux élections. Pourquoi voter, en effet, si de toute façon ceux qui seront élus ne prêteront aucune attention à nos opinions ? Dans le sondage, nous avons mesuré ce sentiment de cynisme en demandant aux répondants si, à leur avis, le gouvernement québécois se soucie de ce que les gens comme eux pensent. Nous avons créé une variable dichotomique qui identifie les 61 % qui ont répondu « un peu » ou « aucunement » à cette dernière question.

24La dernière attitude dont nous explorons le rôle est le sentiment qu’il y a incertitude quant au résultat de l’élection et que son vote pourrait donc faire la différence. À cet effet, nous avons demandé aux répondants si, selon eux, le résultat de l’élection dans leur circonscription serait très, assez, pas très, ou pas du tout serré. Nous avons créé une variable dichotomique qui prend la valeur « 1 » pour les 55 % qui estimaient que la course dans leur circonscription était très ou assez serrée.

25Le tableau 11.4 met en relation le choix de voter ou de s’abstenir avec chacune de ces quatre attitudes, tout en prenant en compte les variables socioéconomiques mentionnées plus haut. On peut d’abord constater que la variable qui a le plus d’impact sur la participation est l’identification partisane. Quatre-vingt-onze pourcent de ceux qui affirment être proches d’un parti disent avoir voté. Toutes choses étant égales par ailleurs, la propension à voter est de 19 points plus élevée chez les partisans que chez les non-partisans.

TABLEAU 11.4. Estimation de l’impact d’attitudes politiques sur la participation électorale (estimation logit)

TABLEAU 11.4. Estimation de l’impact d’attitudes politiques sur la participation électorale (estimation logit)

** p <0,01;* p <0,05
Source: Making Electoral Democracy Work.
Notes : Les résultats sont obtenus grâce à une régression logistique incluant les quatre attitudes politiques et les quatre variables sociodémographiques présentées au tableau 11.2. Pour chaque attitude, nous avons divisé les répondants en deux groupes, tel que décrit dans le texte. Les valeurs présentées dans la colonne de gauche indiquent la probabilité prédite moyenne de voter si tous les individus avaient ou n’avaient pas cette attitude, tout en maintenant les autres variables à leur valeur observée. La colonne de droite indique la différence (et donc l’effet particulier de la variable, une fois après avoir contrôlé l’effet de toutes les autres) et le niveau de signification statistique. Par exemple, la probabilité prédite moyenne de voter lorsqu’un répondant est cynique est de 0,72, alors qu’elle est de 0,77 lorsqu’on ne l’est pas. La différence de cinq points n’est pas significative.

26Comme on pouvait s’y attendre, plus on s’intéresse à la politique, plus on est enclin à voter. Cela dit, l’intérêt pour la politique a un effet moins fort que l’on aurait pu le croire. Lorsque l’on divise l’échantillon en deux groupes, les plus et les moins intéressés, l’écart de participation n’est que de 7 points. On constate également que les personnes qui croient que la course est serrée dans leur circonscription sont un peu plus susceptibles de voter, bien que la différence soit faible et n’atteigne pas les niveaux habituels de signification statistique.

27Enfin, le cynisme ne semble pas avoir d’effet véritable sur la décision de voter ou de s’abstenir. Bien que le cynisme soit assez généralisé (61 % des répondants estiment que le gouvernement ne se soucie pas ou peu de la population), le fait d’être cynique n’est pas corrélé avec l’abstention.

28Nous avons enfin voulu savoir si la propension à voter a été plus forte ou plus faible chez les souverainistes. On constate que ceux qui voteraient « oui » à un référendum sur l’indépendance du Québec sont légèrement plus enclins à voter, mais que cette relation disparaît lorsqu’on introduit les variables sociodémographiques et les autres attitudes politiques. Dans la même veine, on peut se demander si ceux qui étaient opposés à la hausse des frais de scolarité à l’université se sont davantage mobilisés lors de l’élection. À cet effet, nous avons ajouté une variable qui indique le degré d’opposition à l’augmentation des frais de scolarité (sur une échelle de 0 à 10). De façon assez surprenante, il s’avère que même après avoir neutralisé l’effet des autres variables, les répondants qui étaient en faveur de la hausse des frais de scolarité ont voté un peu plus que ceux qui étaient contre. Il ne semble donc pas que la mobilisation contre l’augmentation des frais de scolarité ait eu un effet direct sur la participation électorale.

***

29En somme, notre analyse suggère que l’élection de 2012 n’a pas le caractère exceptionnel que laissait entrevoir la forte hausse de la participation électorale par rapport à 2008. Les données du DGEQ indiquent que cette hausse apparente de la participation des plus jeunes électeurs entre 2008 et 2012 correspond en fait à un déclin du même ordre entre 2007 et 2008. La hausse observée en 2012 serait ainsi un retour à la situation antérieure. Les données de notre sondage postélectoral, pour leur part, confirment les résultats obtenus dans les travaux antérieurs sur la participation électorale. L’âge, le fait d’être un homme, le niveau de scolarisation, le sens du devoir civique, le fait d’avoir une préférence forte pour un candidat ou un parti, l’intérêt pour la politique et l’identification partisane ont un effet positif sur la propension à voter. Finalement, tant les données objectives de participation électorale que les données d’opinion publique suggèrent que l’élection du 4 septembre 2012 ne revêt pas le caractère exceptionnel qu’on lui a attribué.

Notes

1 Une importante campagne publicitaire (http://pourquoijevote.qc.ca) a été déployée par le DGEQ afin d’inciter les électeurs à exercer leur droit de vote, avec un accent mis sur la participation des plus jeunes électeurs (D’Astous, 2012).

2 Voir Gélineau et Teyssier (2012). Le rapport est disponible sur le site http://www.democratie.chaire.ulaval.ca.

3 Des informations sur la méthodologie de ce sondage se trouvent à l’annexe A.

4 Notons que nous avons procédé à une expérience, la moitié des répondants n’ayant comme catégories de réponse que s’ils avaient voté, oui ou non, alors que pour l’autre moitié les réponses étaient : je n’ai pas voté, je voulais voter mais je ne l’ai pas fait, d’habitude je vote mais je n’ai pas voté cette fois, et je suis certain d’avoir voté à cette élection. Le pourcentage d’abstentions est légèrement plus élevé (5 points) quand on offre aux gens la possibilité de dire qu’ils n’ont pas voté cette fois mais que la chose n’est pas coutume. Nous avons supposé que ceux qui disent ne pas savoir s’ils ont voté sont des abstentionnistes.

5 Il y avait également une question sur la différence que cela faisait qu’un candidat plutôt qu’un autre soit élu dans leur circonscription. La grande majorité des Québécois se préoccupent davantage du résultat provincial que du résultat local.

6 Le libellé exact de la question est : « Pour certains, voter est un CHOIX. Ils se sentent libres de voter ou de ne pas voter à une élection selon ce qu’ils pensent des candidats et des partis. Pour d’autres, voter est un DEVOIR. Ils ont le sentiment qu’ils doivent voter à chaque élection, peu importe ce qu’ils pensent des candidats et partis. Pour vous personnellement, est-ce que voter est avant tout un devoir ou un choix ? »

7 Par ailleurs, 26 % ont dit que c’était un choix et 6 % qu’ils ne le savaient pas. Nous leur avons posé la question concernant les élections provinciales, fédérales et municipales. Nous ne prenons en compte ici que les réponses à propos des élections provinciales. Les proportions indiquant un sens du devoir aux élections fédérales et municipales sont respectivement de 65 % et 51 %.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE 11.1. Évolution du taux de participation aux élections québécoises, 1970-2012 (en pourcentage)
Légende Source : Directeur général des élections du Québec.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5912/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre TABLEAU 11.1. Taux de participation par groupe d’âge aux élections de 2007, 2008 et 2012 (en pourcentage)
Légende Source : Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires et Directeur général des élections du Québec.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5912/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre TABLEAU 11. 2. Estimation de l’impact des variables sociodémographiques sur la participation électorale (estimation logit)
Légende ** p <0,01;* p <0,05Source: Making Electoral Democracy Work.Notes : Les résultats sont obtenus grâce à une régression logistique incluant ces quatre variables sociodémographiques. Pour les variables dichotomiques (sexe et langue), les nombres présentés dans la colonne de gauche indiquent la probabilité prédite moyenne de voter si tous les individus avaient cette caractéristique, tout en maintenant les autres variables à leur valeur observée. La colonne de droite indique la différence (et donc l’effet particulier de la variable, une fois après avoir contrôlé l’effet de toutes les autres) et le niveau de signification statistique. Par exemple, la probabilité prédite de voter d’un homme est de 0,79, ce qui est 7 points supérieur à la probabilité de voter d’une femme. Les valeurs pour les variables continues (âge et scolarité) reflètent la différence entre la probabilité de voter lorsque la variable passe de sa valeur minimale à sa valeur maximale. Par exemple, les répondants qui ont obtenu un doctorat ont une probabilité de 0,85 de voter, ce qui est 24 points de plus que ceux qui n’ont pas terminé l’école primaire.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5912/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre TABLEAU 11.3. Taux de participation selon l’intensité des préférences et le sens du devoir
Légende Notes : Les répondants qui ont indiqué « je ne sais pas » ont été classifiés comme ayant une intensité des préférences faible ou un sens du devoir faible. Le tableau doit être lu dans le sens suivant : parmi les 92 répondants qui ont une préférence faible et un sens du devoir civique faible, 41 % ont voté.Source : Making Electoral Democracy Work.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5912/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre TABLEAU 11.4. Estimation de l’impact d’attitudes politiques sur la participation électorale (estimation logit)
Légende ** p <0,01;* p <0,05Source: Making Electoral Democracy Work.Notes : Les résultats sont obtenus grâce à une régression logistique incluant les quatre attitudes politiques et les quatre variables sociodémographiques présentées au tableau 11.2. Pour chaque attitude, nous avons divisé les répondants en deux groupes, tel que décrit dans le texte. Les valeurs présentées dans la colonne de gauche indiquent la probabilité prédite moyenne de voter si tous les individus avaient ou n’avaient pas cette attitude, tout en maintenant les autres variables à leur valeur observée. La colonne de droite indique la différence (et donc l’effet particulier de la variable, une fois après avoir contrôlé l’effet de toutes les autres) et le niveau de signification statistique. Par exemple, la probabilité prédite moyenne de voter lorsqu’un répondant est cynique est de 0,72, alors qu’elle est de 0,77 lorsqu’on ne l’est pas. La différence de cinq points n’est pas significative.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5912/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

Auteurs

Professeur titulaire au Département de science politique de l’Université de Montréal. Il dirige le projet Making Electoral Democracy Work et il préside le comité de planification du Comparative Study of Electoral Systems. Il est membre de la Société royale du Canada et chercheur associé au Centre pour l’étude de la citoyenneté démocratique (CÉCD), au Centre interuniversitaire de recherche en économie quantitative (CIREQ) et au Centre interuniversitaire de recherche sur l’analyse des organisations (CIRANO). Ses thèmes de recherche sont les élections, les modes de scrutin, la participation électorale, l’opinion publique et la méthodologie.

Obtenu son doctorat en science politique de l’Universitat Pompeu Fabra (UPF) et occupe actuellement un poste de chercheuse postdoctorale à la Chaire de recherche du Canada en études électorales à l’Université de Montréal. Elle a été professeure associée et invitée à l’UPF, chercheuse invitée à l’Université de Stanford et chercheuse postdoctorale à la Universitat Autònoma de Barcelona. Elle a collaboré à plusieurs projets de recherche sur les attitudes politiques, la participation politique, la connaissance politique, l’administration locale et la citoyenneté active.

Titulaire de la Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires et professeur agrégé de science politique à l’Université Laval. Il détient un Ph. D. de la University of New Mexico. Ses recherches actuelles sont axées sur l’étude de la participation et de l’imputabilité électorale au Québec, au Canada et dans les démocraties émergentes. Ses travaux ont été publiés dans plusieurs revues scientifiques internationales, dont British Journal of Political Science, Political Research Quarterly, Political Studies, Publius : The Journal of Federalism et Comparative Political Studies.

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre