Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

23. Montréal, 30 mai 19541

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128 ; Chronique, p. (...)

1Cher Borduas,

2Notre affaire assume des proportions inouïes — et de plus en plus imprévues.

  • 2 L’exposition présentée à la librairie Tranquille sous le titre provocant « L’intention vs l’accide (...)
  • 3 Une affirmation que tend à confirmer le jugement du critique Mario Duliani : « Or, depuis déjà dep (...)

3Claude Picher et onze autres peintres de Québec exposent à la librairie Tranquille2, depuis vendredi. Henri Tranquille m’avait invité au vernissage – dans le but de favoriser une confrontation. Cette confrontation a eu lieu – et la vérité me force à dire que je m’en suis tiré avec tous les honneurs de la rencontre3.

  • 4 « Une charmante animatrice, particulièrement cultivée et douée, Judith Jasmin de Radio-Canada, arr (...)

4La soirée a été extrêmement vivante, et il y avait beaucoup de monde. Judith Jasmin4, de Radio-Canada, a enregistré plusieurs phases des discussions ; et un montage, à ce sujet, passera à CBF lundi à 6 :15.

  • 5 Charles Maillard (Tiaret, Algérie, 1887 - Montréal). Voir Écrits I, p. 57, n. 17.

5Picher est plus sympathique en personne que dans ses écrits. Il a été tout étonné de constater combien le ton de ses articles le faisait passer pour réactionnaire ; il n’en revenait pas de voir que nous le situions comme un disciple obtus de Maillard5. Il prétend être encore plus opposé aux Beaux-Arts de Québec qu’aux Cosmiques.

  • 6 « Les Sagittaires » : exposition organisée du 1er au 9 mai 1943 par Maurice Gagnon à la galerie Do (...)
  • 7 Denys Morisset (Paris, 8 août 1930 – Québec, 24 janvier 1990), peintre, émailleur, expose chez Tra (...)

6L’exposition des peintres de Québec est assez sympathique. Elle me fait penser aux Sagittaires6. Il y a plusieurs toiles très saines — et le tableau de Picher est excellent. Un seul objet est vraiment de la cochonnerie : c’est le tableau de Denys Morisset7.

  • 8 Edmund Alleyn (Québec, 9 juin 1931) étudie à l’École des beaux-arts de Québec où il obtient en 195 (...)

7Nous avons pu constater que tous les artistes de Québec sont des individualistes forcenés ; ils ont tous des opinions distinctes, et Picher est le seul à penser exactement comme il pense. Alleyn8 est en désaccord avec Picher sur une multitude de points — même s’il considère lui-même que son tableau de « La matière chante » ne vaut rien plastiquement.

8L’opposition énergique de Picher nous fait penser à celle de plusieurs de vos élèves de l’École du meuble. Ce Picher est certes très inquiet, et il ne s’en tirera pas à bon compte — il devra maintenant payer de sa personne en multiples réflexions et en innombrables tortures morales. Barbeau l’avait déjà entamé à Québec et, lors d’un passage antérieur à Montréal pour régler les détails de l’exposition, Picher avait eu une discussion très violente avec Mousseau. La soirée de vendredi le laisse dans un état de grand doute, assurément. Son été ne sera pas un été de quiétude et de passivité.

  • 9 Suzanne Bergeron (Causapscal, 23 juin 1930) étudie à l’École des beaux-arts de Québec où elle obti (...)

9Picher était venu chez Tranquille en compagnie de trois autres exposants : Edmund Alleyn, Suzanne Bergeron9, Denys Morisset. Alleyn est un jeune homme blond, pas très grand, et sympathique. Morisset est un imbécile prétentieux.

10Picher a dû battre en retraite sur tous les points. Sa dernière objection est que nous n’aurions pas dû employer le mot accident et le mot cosmique alors que personne ne comprenait le sens de ces mots-là !

11J’ai admis qu’une définition rigoureuse des deux mots ne serait pas superflue, et j’ai offert de lui en donner une qui fut claire comme de l’eau de roche. Picher a dit qu’il ne voulait pas de définitions.

  • 10 Les termes « accident » et « cosmique » seront définis dans la réplique de Claude Gauvreau à Piche (...)

12Les hasards inhérents à tous les échanges oraux ne m’ont pas permis de lui donner les définitions10 et je pense toujours qu’il serait nécessaire d’apporter des précisions à ce sujet.

  • 11 « Le débat Gauvreau-Picher : qu’est-ce que l’automatisme ? », qui parut dans L’Autorité, le 29 mai (...)

13J’avais dans ma poche le texte d’un article monstrueusement long que L’Autorité doit publier en guise de réponse à Picher11. La lecture de quelques passages de cet article n’a pas été inutile au net et bon fonctionnement de la discussion.

  • 12 « Dimanche-Matin naît en 1954, quand Le Petit Journal et La Patrie cessent de publier le dimanche. (...)

14Le représentant du nouvel hebdomadaire Dimanche-Matin12 voulait nous faire photographier Picher et moi, trinquant ensemble. Je n’ai pas voulu d’une telle photo, car j’aurais semblé admettre comme anodines les insultes que Picher nous a adressées et comme superficiels les désaccords qui subsistent. Picher ne voulait pas d’une telle photo, lui non plus. Finalement, la photo me fera voir lisant à Picher un passage de mon article.

15J’admets que Picher est de bonne foi comme il admet que je suis de bonne foi – mais il ne saurait s’agir d’armistice tant que l’entente ne sera pas réellement faite sur le plan intellectuel.

16Picher a déclaré que le mouvement surrationnel possède plusieurs sympathisants à Québec.

  • 13 Dans sa lettre du 15 mai 1954, Borduas avoue à Gauvreau, au sujet de l’Oiseau roc de Jean-Paul Lem (...)

17J’ai dit à Picher et Alleyn qu’il n’y avait qu’un seul moyen de vérifier si le tableau de Alleyn était pour vous absolument injustifiable ou non : c’est d’apporter le tableau en votre présence et de vous demander de l’analyser13. Picher et Alleyn (qui ont laissé plusieurs plumes à date au cours des confrontations) n’étaient pas très favorables à l’idée. Je leur ai dit : « Vérifiez par vous-mêmes comment Borduas juge un tableau ; c’est le seul moyen de savoir s’il touche ou non à des réalités ». Alleyn a finalement admis que la proposition était excellente.

  • 14 Allusion à l’exposition « En route ! » présentée à la galerie Agnès Lefort du 12 au 26 octobre. Vo (...)

18Comme vous accompagnerez vos tableaux à Montréal l’automne prochain14, je pense que cette démonstration éducative (qui pourrait être fort courte) pourrait être utile à bien des gens. Bien sûr, il est loin d’être invraisemblable que l’évolution possible de nos amis de Québec rendrait inutile, à ce moment-là, une telle rencontre.

  • 15 Stanley Cosgrove, qui enseigne à l’École des beaux-arts de Montréal et qui fut l’objet d’attaques (...)

19Un fait m’a frappé pendant les discussions : c’est la participation spontanée et passionnée de jeunes peintres qui n’ont pas de rapports avec « La matière chante » et qui n’ont rien à voir avec les gens de Québec. Ce sont d’anciens élèves de Cosgrove15 et ils sont intervenus très énergiquement en notre faveur.

20L’affaire de « La matière chante » a été très discutée aux Beaux-Arts de Montréal, et la plupart des élèves concluent à notre avantage. Les temps sont bien changés ! Picher et ses amis sont au stage d’évolution du Montréal d’il y a une douzaine d’années.

  • 16 « Louise Garant qui, dans un Calvaire avec quelques lignes et quelques notes de couleurs sombres, (...)

21À l’exposition des Québécois, une petite composition vraiment splendide est celle de Louise Garant16 (que je ne connais pas). C’est l’œuvre que Picher aime le moins — car il est en accord avec bien peu de travaux de sa propre exposition.

  • 17 « Deux peintres qui ne croient en rien à l’automatisme ont, par plaisanterie, "fabriqué" chacun un (...)

22Paul Gladu a fait publier une réplique à Claude Picher dans Notre Temps17. Je vous enverrai cet exemplaire de Notre Temps — ainsi qu’un numéro de L’Autorité de cette semaine, dès que le journal sera en circulation.

  • 18 « Grâce à vos papiers, à ma première vente — une petite toile — à un marchand de tableaux parisien (...)

23Je vous félicite de votre prise de contact avec le marché parisien18. La joie n’est faite que de détails comme celui-là.

  • 19 « Ayant besoin de repos, Claude Gauvreau trouva refuge dans la maison d’été que sa famille posséda (...)

24Je pars très bientôt pour St-Hilaire où je compte écrire de nouveau en plein désintéressement19.

25De tout cœur,

26Claude

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128 ; Chronique, p. 915-918.

2 L’exposition présentée à la librairie Tranquille sous le titre provocant « L’intention vs l’accident » se tint du 27 mai au 25 juin 1954 : « [...] chaque peintre était représenté par un tableau : un Paysage d’hiver d’Edmund Alleyn, un Portrait de Suzanne Bergeron, un Calvaire de Louise Garant, une Nature morte de Pierrette Filion, Femme dînant de Denys Matte, La mort d’un moine de Guy Paradis, Impression d’automne de Claude Picher, La maison blanche de Jeanne Belleau, un Paysage de Benoît East, Le Champ d’André Garant, une Nature morte de Gisèle Leclerc, et Fille au bois de Denys Morisset » (Chronique, p. 914-915).

3 Une affirmation que tend à confirmer le jugement du critique Mario Duliani : « Or, depuis déjà depuis un bon moment, la guerre est déclarée entre Québec et Montréal... Je veux dire par là qu’elle fait rage entre des jeunes peintres québécois et de jeunes peintres montréalais divisés par une conception différente, toute personnelle de la peinture. Les deux armées ont des critiques qui les prônent, les soutiennent et les encouragent, notamment et surtout celle de Montréal, en la personne de Claude Gauvreau de L’Autorité à qui se sont joints M. Bernard Hébert et d’autres. [...] Les Montréalais, par la bouche de leur chef Claude Gauvreau, portant des moustaches à la Mongole, d’un effet mirifique, soutenu par des jeunes comme Mario Merola, et par d’autres, livrèrent des offensives terribles... Les Québécois ripostèrent... cela donna lieu à un échange de vues originales, curieuses, parfois étranges, mais toujours inspiré par le noble souci d’un idéal esthétique que l’on sentait profondément ancré chez les uns comme chez les autres. [Claude Gauvreau et Claude Picher] furent avec un rare talent, les orateurs les plus en vue des deux camps opposés » (« Des peintres, pas tranquilles, se battent chez Tranquille !... », Dimanche-Matin, 6 juin 1954).

4 « Une charmante animatrice, particulièrement cultivée et douée, Judith Jasmin de Radio-Canada, arrivée avec ses appareils de prise de son, dirigea ce débat passionnant, et parfois des plus violents » (ibid.). Judith Jasmin (1916 – 1972) contribue durant les années 1950 et 1960 à la création et à l’évolution du Service des affaires publiques du réseau français de Radio-Canada. Voir Colette Beauchamps, Judith Jasmin 1916-1972 : de feu et de flamme.

5 Charles Maillard (Tiaret, Algérie, 1887 - Montréal). Voir Écrits I, p. 57, n. 17.

6 « Les Sagittaires » : exposition organisée du 1er au 9 mai 1943 par Maurice Gagnon à la galerie Dominion (1448, rue Sainte-Catherine Ouest, Montréal). Vingt-trois artistes y exposaient, dont onze élèves de Borduas à l’École du meuble. Le jury était formé de Borduas, Maurice Gagnon, François Hertel et Alfred Pellan. L’exposition présentait un caractère hétérogène, respectant les particularités de chacun des artistes. Une avant-garde mieux définie devait bientôt en émerger (voir Écrits sur l’art, p. 26, et p. 78, n. 28 pour la liste des participants ; aussi Chronique, p. 87-93).

7 Denys Morisset (Paris, 8 août 1930 – Québec, 24 janvier 1990), peintre, émailleur, expose chez Tranquille Fille au bois, « une charmante figure de femme au chapeau et au foulard vert » (Mario Duliani, art. cité). Il étudie à l’École des beaux-arts de Québec (1945-1951) où il obtient son baccalauréat. En 1950, il présente une vingtaine d’huiles et quelques dessins chez Tranquille. En 1951, il se mérite le prix de peinture et en 1954 le prix en art décoratif au Concours Artistique de la Province. Il participe en 1957 à « 35 peintres dans l’actualité » au Musée des beaux-arts de Montréal et expose en 1960 à la Galerie libre. Il fait par la suite des stages à Mexico (1962-1965), à Paris et à Marseille (1968). Il présente en 1972 au Musée du Québec le « Morisset’s Bazaar », un happening de peintre photographe iconoclaste. Il expose par la suite en 1976 à la galerie Benedek-Grenier, Place d’Youville à Québec. « Denys Morisset a touché à tout ou presque. Peintre et photographe, il s’est intéressé à la photographie. Cinéaste, il s’est passionné pour le mouvement et la lumière. Artisan, il a abandonné l’émail et la gravure. Animateur, il a défendu la murale de Jordi Bonet au Grand Théâtre et enseigné quelque temps à l’École des Arts visuels » (Jean Royer, « Denys Morisset, peintre par plaisir et liberté », Le Soleil, 24 avril 1976, p. H1). Voir aussi Adrien Robitaille, « Denys Morisset », Le Devoir, 13décembre 1950, p. 6 ; Anonyme, « Exposition Denys Morisset », La Presse, 2 février 1960, p. 32 ; François Demers, « Du grand “Art” à l’art vécu », Le Jour, 30 avril 1976, p. 15 ; Jean Giroux, « Entrevue avec Denys Morisset. “Moi, je m’amuse...” », Le Soleil, 8 avril 1972, p. 55.

8 Edmund Alleyn (Québec, 9 juin 1931) étudie à l’École des beaux-arts de Québec où il obtient en 1955 un diplôme de professeur de dessin. La même année, il reçoit une bourse de la Société Royale et le Grand prix aux Concours Artistiques de la Province de Québec. Entre 1955 et 1971, il vit à peu près continûment à Paris. Ses recherches picturales sont primées en 1959, au cours d’une exposition organisée au Guggenheim à New York et, en 1960, à la Biennale de Venise. Il délaisse par la suite une production essentiellement non figurative, pour se consacrer à des œuvres interdisciplinaires qui requièrent la participation du public. Il revient d’Europe en 1971 et est engagé, l’année suivante, comme professeur au Département d’arts visuels de l’Université d’Ottawa. Parmi ses principales expositions individuelles, mentionnons celles présentées à la galerie Agnès Lefort (1955), au Théâtre Fauteuil à Bâle (1958), « Recents Paintings », Roberts Gallery, à Toronto (1960), « Edmund Alleyn : gouaches, dessins, monotypes 1955-1960 » à la galerie Agnès Lefort (1960), « Edmund Alleyn », galerie Dresdnere, Toronto (1962), « Paintings by Edmund Alleyn », Hart House, Toronto (1966), « Conditionnement », galerie Blumenthal-Mommaton, Paris (1967), galerie Delta, Amsterdam (1968), « L’introscaphe », Musée d’art moderne de la ville de Paris (1970), « Une belle fin de journée », Musée du Québec (1974), « Indigo », galerie d’art Lavalin et Maison de la culture Côte-des-Neiges (1990), « Indigo », 49th Parallel Gallery, New York (1991), « Edmund Alleyn : œuvres médiatiques, 1965-1975 », galerie Christiane Chassay, Montréal (1996), « Les horizons d’attente », Musée du Québec (1997), « Les Éphémérides », Circa, Montréal (2001). Voir Gaston Saint-Pierre, Edmund Alleyn. Les Horizons d’attente, 1955-1995.

9 Suzanne Bergeron (Causapscal, 23 juin 1930) étudie à l’École des beaux-arts de Québec où elle obtient son baccalauréat en 1953. Elle expose 25 tableaux en 1955 à la galerie Agnès Lefort. En 1956, elle est lauréate du prix de la ville de Paris en peinture et sera boursière de la Société royale du Canada en 1957 et du Conseil des arts en 1963. Parmi ses principales expositions individuelles, mentionnons celles à la galerie Marcel Bernheim de Paris (1957), Art Gallery of Toronto (1958), Agnès Lefort (1959, 1963), au Musée du Québec (avril 1967, avril 1974), à la Roberts Gallery (juin et octobre 1967). Après une longue interruption, elle expose huiles, acryliques et fusains, du 2 au 16 octobre 1993, à la galerie le Sceau du Roy, Sault-au-Matelot, Québec. « Claude Gauvreau m’avait écrit dans les années cinquante, pour me dire que quand mes grands formats auront le dépouillement de mes petites huiles sur papier, j’aurai atteint ma perfection » (Jean Royer, « Suzanne Bergeron : un bond dans l’espace », Le Soleil, 13 avril 1974, p. 75). Voir aussi Jean-René Ostiguy, « Suzanne Bergeron : Peintre de Québec », Le Devoir, 11 mai 1955, p. 5, et Paul Gladu, « L’univers de Suzanne Bergeron », Le Petit Journal, 15 mai 1955, p. 62.

10 Les termes « accident » et « cosmique » seront définis dans la réplique de Claude Gauvreau à Picher : « Le débat Gauvreau-Picher : qu’est-ce que l’automatisme ? », L’Autorité, 29 mai et 5 juin 1954 (Écrits sur l’art, p. 257-258 ; Marie Carani, L’Œil de la critique, p. 53).

11 « Le débat Gauvreau-Picher : qu’est-ce que l’automatisme ? », qui parut dans L’Autorité, le 29 mai et le 5 juin 1954.

12 « Dimanche-Matin naît en 1954, quand Le Petit Journal et La Patrie cessent de publier le dimanche. C’est une initiative de Jacques-G. Francoeur et de quelques collaborateurs, dont Robert Allard. À ses débuts, l’entreprise dispose de peu de moyens. Pendant plusieurs années, Dimanche-Matin est le seul journal publié le dimanche aussi bien au Québec qu’au Canada. [...] Le contenu du Dimanche-Matin varie durant toutes ces années. La recette, longtemps appréciée, est toujours la même : actualité, vie artistique et sport. Le sport à lui seul occupe près de la moitié de la surface rédactionnelle. Dimanche-Matin est également un support publicitaire important, puisque la publicité représente au moins la moitié de la surface totale » (André Beaulieu et Jean Hamelin, La Presse québécoise des origines à nos jours, t. IX : 1955-1963, Québec, Presses de l’Université Laval, 1989, p. 254-255).

13 Dans sa lettre du 15 mai 1954, Borduas avoue à Gauvreau, au sujet de l’Oiseau roc de Jean-Paul Lemieux et Ça arrive dans les meilleures familles d’Alleyn : « Je regrette de n’avoir gardé aucun souvenir des tableaux de Québec » (Écrits II, p. 601).

14 Allusion à l’exposition « En route ! » présentée à la galerie Agnès Lefort du 12 au 26 octobre. Voir la lettre de Borduas à Gérard Lortie du 22 mai 1954 (Écrits II, p. 607) et Chronique, p. 958-964.

15 Stanley Cosgrove, qui enseigne à l’École des beaux-arts de Montréal et qui fut l’objet d’attaques virulentes de la part des automatistes lors de l’exposition des « Rebelles » en 1950 (voir Écrits II, p. 357, n. 231).

16 « Louise Garant qui, dans un Calvaire avec quelques lignes et quelques notes de couleurs sombres, évoque puissamment la tragédie du Christ » (Mario Duliani, « Des peintres, pas tranquilles, se battent chez Tranquille !... », Dimanche-Matin, 6juin 1954).

17 « Deux peintres qui ne croient en rien à l’automatisme ont, par plaisanterie, "fabriqué" chacun une toile qu’ils ont réussi à faire accepter par Borduas lors de l’exposition La Matière chante. [...] Qu’on partage ou non les opinions de Borduas et de son groupe, on ne saurait mettre en doute leur sincérité. [...] Je déplore qu’un peintre de la taille de Jean-Paul Lemieux se soit prêté à cette farce de mauvais goût. Les Automatistes d’une part, Piché [sic] et ses semblables de l’autre, tous ont le droit de clamer bien haut leur conviction. Mais, de grâce, mettons-y un peu d’élégance » (Paul Gladu, « La grande illusion », Notre Temps, 22 mai 1954, p. 4).

18 « Grâce à vos papiers, à ma première vente — une petite toile — à un marchand de tableaux parisien [Charles-Auguste Girard], et à une fraîche présence nocturne, la journée d’hier a été exceptionnelle » (Paul-Émile Borduas à Claude Gauvreau, lettre du 27 mai 1954, Écrits II, p. 609).

19 « Ayant besoin de repos, Claude Gauvreau trouva refuge dans la maison d’été que sa famille possédait à Saint-Hilaire et s’y adonna aux dessins à l’encre. Ces dessins furent créés en même temps que les poèmes de Brochuges, pourtant illustrés par Mousseau. Une quarantaine d’entre eux seront exposés au 75, rue Sherbrooke Ouest, du 21 au 28 janvier 1957 » (Chronique, p. 918, n. 75). Contrairement à ce que laisse entendre François-Marc Gagnon, l’exposition de Claude Gauvreau ne passera pas « complètement inaperçue », puisque Rodolphe de Repentigny lui consacrera un article : « Les dessins de Claude Gauvreau [...] font par un aspect au moins penser à ceux de Henri Michaux : dans les deux cas il s’agit d’un travail poétique graphique indissociable d’une œuvre poétique littéraire. Dans les deux cas aussi il s’agit de dessins faits sans préoccupation d’une esthétique particulière, si ce n’est celle de l’adhésion à un état affectif ou imaginatif particulier » (Rodolphe de Repentigny, « Dessins poétiques de Claude Gauvreau », La Presse, 25 janvier 1957, p. 15). Voir Écrits II, p. 903.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search