Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Québécois aux urnes

 | 
Éric Bélanger
, 
Frédérick Bastien
, 
François Gélineau

Deuxième partie. La campagne électorale

9. L’ethos de chef : une analyse de la construction de l’image des politiciens au cours du Débat des chefs

Guylaine Martel et Martin Jolicoeur

Texte intégral

1C’est en 1962 que la Société Radio-Canada diffusa le premier débat des chefs télévisé au Québec, entre Jean Lesage et Daniel Johnson. À partir des années 1990, cet événement devint un rituel politique incontournable auquel tous les chefs de partis aspirant au poste de premier ministre du Québec doivent se plier. L’exercice représente un défi de taille si on tient compte du fait que celui qui a été diffusé par Radio-Canada le 19 août 2012, par exemple, a récolté des cotes d’écoute de plus de 1,6 million de téléspectateurs. Pour les chefs, ce débat constitue l’occasion ou jamais de faire bonne impression devant l’électorat, de montrer leur leadership, de tenir bon devant les attaques des adversaires, de montrer aux citoyens qu’ils sont prêts à se battre, solides, confiants et dignes de prendre les rênes du gouvernement. Ainsi, les échanges lors du débat sont riches en stratégies de construction et de déconstruction de l’image des chefs.

L’image de soi dans la tradition rhétorique

2Dans la rhétorique classique, l’image renvoie à la notion d’ethos, la partie de l’argumentation qui, dans les termes d’Aristote, repose sur la crédibilité de l’orateur. Parallèlement au logos, qui s’attache au contenu du discours et à la qualité du raisonnement, et au pathos, qui prend en compte les réactions de l’auditoire, ce qui l’émeut, le séduit, le distrait, l’ethos concerne l’individu qui livre le message, celui qui l’incarne et à travers lequel le public est amené à l’interpréter. La personne du locuteur est donc intimement liée à son discours, à sa personnalité et à son style, participant au sens même du message, au point parfois d’en éclipser le contenu. Dans la perspective d’une communication qui a pour objectif de convaincre un auditoire des thèses qu’on présente à son assentiment, le locuteur contribue à la visée persuasive du discours en projetant de lui-même l’image d’une personne sensée, sérieuse, cohérente, voire bienveillante et sympathique. Ainsi, dans la perspective rhétorique, l’ethos est le point de départ de l’argumentation, dans la mesure où l’on peut difficilement imaginer pouvoir convaincre quelqu’un de la valeur de ses opinions sans se rendre préalablement crédible à ses yeux.

3De la même manière que le message consiste en un assemblage cohérent de contenus et de formes choisis plus ou moins stratégiquement pour satisfaire les conditions de production qui caractérisent son émergence, l’ethos est lui aussi le résultat d’une construction qui ne peut, en aucun cas, être confondue avec la personne réelle du locuteur. Il s’agit d’une projection de ce que le locuteur juge approprié de présenter pour être reconnu par ses pairs dans la position qu’il occupe. L’ethos s’apparente ainsi à un rôle que le locuteur joue, aussi bien pour lui-même que pour les autres, d’ailleurs, et qui vise à établir sa crédibilité auprès de l’auditoire pour servir ultimement son intention d’exercer sur lui une certaine influence. Les propriétés attachées à ce rôle sont tributaires des contraintes situationnelles contexte sociohistorique, caractéristiques culturelles, genres médiatiques, etc. –, qui déterminent à leur tour les attentes du public. L’ethos est donc le résultat d’une construction éminemment sociale. Pour que sa performance soit convaincante, le locuteur doit maîtriser tout un ensemble de représentations collectivement partagées afin de construire un ethos qui s’intègre dans « l’imaginaire social » (Amossy, 2010) de sa communauté d’appartenance.

4Appliquée à la communication politique, la notion rhétorique d’ethos est exploitée pour définir les individus dans leur rôle professionnel de politicien. Dans nos travaux précédents, nous y avons recouru pour rendre compte de leur performance dans différents contextes communicationnels (Martel, 2010, 2012). Les résultats de ces travaux montrent comment les politiciens adaptent leur comportement pour satisfaire les contraintes contextuelles : ils présentent une personnalité plus agressive dans les débats, ils respectent le degré de formalité des émissions d’information, ils révèlent leur sens de l’humour ou leur compassion dans les talk-shows. Cherchant à se légitimer auprès des auditoires, ils adaptent leur conduite en fonction de ce que l’expérience sociale à communiquer, une expérience qu’ils acquièrent et partagent avec le public, leur donne à considérer comme étant crédible pour un politicien.

5Nous raffinons ici l’analyse pour montrer comment se construit l’ethos du politicien dans le rôle particulier de chef de parti. Par définition, le leader politique occupe une fonction privilégiée de représentation et de reconnaissance auprès de l’électorat. Selon Sawicki, il s’agit d’un « travail de courtage et de représentation qui confère aux élus leur légitimité et leur popularité » (2003 : 1), des qualités nécessaires pour acquérir suffisamment d’influence pour faire élire leur parti.

6De nombreux champs disciplinaires récupèrent et définissent sous différentes perspectives le concept multidimensionnel de leadership « as the focus of group processes, as a matter of personality, as a matter of inducing compliance, as the exercise of influence, as particular behaviors, as a form of persuasion, as a power relation, as an instrument to achieve goals, as an effect of interaction, as a differentiated role, as initiation of structure » (Bass et Stogdill, 1990: 11). En communication politique, il est souvent assimilé à un ensemble de traits de natures fort diverses par lesquels le politicien témoigne de sa capacité à représenter les citoyens, à servir et défendre leurs intérêts. Selon Bass et Stogdill, le leadership politique se présente sur la base de caractéristiques physiques (âge, sexe, taille, apparence, etc.) et psychologiques (intelligence, savoir, éducation, style, etc.), par la démonstration d’habiletés (aisance à s’exprimer, adaptabilité, contrôle des émotions, etc.) et d’attitudes particulières (domination, initiative, ambition, intégrité, conviction, etc.). En soi, toutefois, la construction d’un ethos de leader n’est jamais absolue ; les caractéristiques reconnues comme y contribuant dépendent largement du contexte social.

7Dans le contexte de l’élection provinciale de 2012, marqué par la corruption et les apparences de fraude entre le monde de la construction et le financement des partis politiques, intégrité, honnêteté, sincérité et authenticité sont au cœur du discours des chefs. Tous ces attributs, intimement liés sur le plan de l’expression et perçus globalement à la réception, nous en rendons compte sous la notion plus générale de transparence. Dans la construction de l’ethos des chefs, la transparence renvoie aux comportements discursifs par lesquels les politiciens tentent de projeter d’eux-mêmes l’image de personnes intègres, honnêtes, sincères et authentiques. Elle qualifie la distance que le politicien met entre lui et les faits ; elle rend manifeste son intention de rapporter la réalité sans ambiguïté et en toute vérité. Faut-il rappeler que la transparence, comme l’ethos qu’elle participe à construire, ne concerne pas les actes du politicien, mais plutôt la représentation que celui-ci se fait de la réalité et son désir de la dévoiler aussi fidèlement que possible à l’électorat.

Objectif et méthodologie

8Notre objectif consiste à révéler l’ethos de leader des quatre principaux chefs de partis provinciaux, tel qu’eux-mêmes le construisent dans leurs interventions au Débat des chefs du 19 août 2012. L’approche interactionniste dont nous nous réclamons postule que les politiciens ont profité de cette occasion médiatique privilégiée pour négocier, à travers l’image qu’ils tentaient de projeter, les caractéristiques d’un bon leader. Le Débat des chefs constitue en effet la situation d’interaction par excellence pour établir la supériorité de celui qui sera le plus apte à représenter et à gouverner la nation. De fait, la qualité de leur performance résulte en grande partie de cette négociation entre les représentations des uns et des autres. Dans les termes de Sawicki, « le leadership se définit comme un mode d’accès au pouvoir fondé d’une part sur l’adhésion à une structure sociale et, d’autre part, sur la construction d’une reconnaissance par les pairs » (2003 : 4). Les chefs construisent ainsi leur ethos de leader au fil de leurs échanges sur la base d’un ensemble de savoirs partagés qui prennent en compte, d’un côté le contexte politique préélectoral caractérisé, en 2012, par la crise économique, le printemps érable et la corruption et, de l’autre, la reconnaissance de certaines qualités humaines unanimement valorisées au Québec autour de l’authenticité, de la sincérité et de l’intégrité.

9Concrètement, notre approche consiste à dire que c’est dans la production discursive de Jean Charest (JC), Pauline Marois (PM), François Legault (FL) et Françoise David (FD) que nous pouvons identifier les caractéristiques du leadership en relevant ce qu’eux-mêmes mettent en valeur dans leur propre discours et, a contrario, ce qu’ils reprochent à leurs adversaires. L’élection québécoise de 2012 est d’autant plus révélatrice de la construction de l’ethos des chefs qu’il existe maintenant un certain chevauchement entre ce qui, traditionnellement, permettait de les distinguer sur le plan identitaire. Pauline Marois n’est plus la seule femme, non plus que la seule représentante d’un parti souverainiste ; Jean Charest n’est plus le seul chef de parti à faire de l’économie sa priorité ; certains peuvent prétendre au poste de premier ministre, alors que pour d’autres, de telles prétentions sont irréalistes. Par conséquent, l’occasion est belle pour se définir soi-même en tant que chef de parti et pour se distinguer des autres.

La construction discursive de l’ethos des chefs de partis

10L’analyse du discours des politiciens se limite ici aux deux indicateurs qui se sont avérés les plus productifs à la préanalyse. Dans un premier temps, on procèdera par la désignation, définie comme l’ensemble des termes et expressions par lesquels on désigne la réalité dans le discours, pour relever toutes les mentions qui se rapportent à l’identité personnelle et professionnelle des chefs de partis, expressions par lesquelles ils se qualifient et se définissent entre eux au cours du débat :

1) PM : Vous le savez, je suis une femme de conviction qui change les choses.
2) JC : C’est-à-dire qu’il [FL] a été souverainiste pendant quarante ans.

11Dans un second temps, considérant le contexte propre à l’élection de 2012, le leadership des politiciens sera abordé sous l’angle d’un attribut particulier, la transparence, définie comme la « qualité de ce qui laisse paraître la réalité tout entière, de ce qui exprime la vérité sans l’altérer » (Le Petit Robert). Pour ce faire, on relèvera toutes les modalités énonciatives qui témoignent du souci de transparence, c’est-à-dire les traces de subjectivité qui ressortissent au discours des politiciens quant à la vérité et à la clarté des propos tenus, ainsi qu’à leur degré de conviction :

3) JC : Je tiens à le dire à tous les Québécois sans équivoque.
4) FD : Mais Madame Marois, franchement, sincèrement là, si on veut être indépendant au niveau énergétique, [...] moi je pense que dès maintenant il faut collectivement se dire non au pétrole (sic).

12Ces divers indicateurs discursifs contribuent à la coconstruction de l’ethos d’intégrité que les chefs de partis tentent de projeter aux yeux de l’électorat.

La désignation qui se rapporte à l’identité des politiciens

  • 1 Seules les désignations qui s’appliquent à la personne ont été répertoriées, les traits qualifiant (...)

13Sur la base des traits identitaires, des actions et des comportements que s’attribuent à eux-mêmes et aux autres les quatre politiciens au cours du Débat des chefs, plusieurs ressortissent à la notion de leadership telle que la conçoivent les participants à l’élection de 2012. Le tableau 9.1 indique combien de caractéristiques ont été attribuées à chacun des chefs de partis et par quel chef elles l’ont été1. Les résultats témoignent d’une production discursive de désignation identitaire assez comparable pour au moins trois des quatre chefs : Charest (68 occurrences), Marois (83 occ.) et Legault (60 occ.). Dans le cas de David (28 occ.), la différence s’explique par la faible contribution des autres politiciens à la construction de son image. Réciproquement, on constate que la chef de Québec solidaire (QS) s’immisce assez peu dans le portait de ses adversaires. L’analyse montre également que, à l’exception de Legault qui contribue peu à sa propre image, les politiciens sont très actifs à construire leur ethos. Cette observation se révèle plus intensément dans le discours de la chef péquiste.

  • 2 Voir notamment les résultats de Bass et Stogdill (1990) et de Nadeau et al. (2012).

14Les représentations qui sont négociées entre les politiciens au cours du Débat des chefs permettent de dégager de nombreuses caractéristiques constitutives de l’ethos de leader. Certaines sont peut-être plus historiquement marquées par le contexte entourant l’élection de 2012, mais la plupart sont largement généralisables2. Parmi les qualités personnelles attribuables aux individus, on reconnaît : la confiance en soi, exempte d’arrogance et capable de modestie ; le sens des responsabilités et le réalisme ; la force de conviction et la fidélité à ses idées ; l’authenticité, l’intégrité et l’altruisme ; le courage et la volonté ; la fierté, la dignité et l’honneur. Relativement aux compétences professionnelles, on retient la capacité de diriger et de stimuler une équipe ; de représenter et de s’identifier à différents groupes ; de prendre des décisions difficiles ; de planifier et de mener à terme des projets ; d’accepter, voire de provoquer le changement, la nouveauté ; de générer de l’espoir ; de rester libre de ses actes.

TABLEAU 9.1. Coconstruction discursive de l’ethos des chefs à travers la désignation de l’identité (nombre d’occurrences)

TABLEAU 9.1. Coconstruction discursive de l’ethos des chefs à travers la désignation de l’identité (nombre d’occurrences)

La modalisation témoignant de la transparence chez les politiciens

15La porte-parole de QS, Françoise David, est la seule des quatre participants à exprimer, par une désignation explicite, le caractère de transparence qui caractérise son parti : « Nous, on existe depuis six ans, les gens nous connaissent, les gens savent qu’on est le parti de l’intégrité et de l’honnêteté et on est le parti de la transparence. » Bien que la sensibilité à ce concept s’exprime de façon moins directe dans le discours des autres chefs, celui-ci n’est pas moins présent et y laisse de nombreuses traces. À travers la modalisation, définie comme étant « l’attitude du sujet parlant à l’égard de son interlocuteur, de lui-même et de son propre énoncé » (Charaudeau et Maingueneau, 2002 : 383), les politiciens situent fréquemment le contenu de leurs propos et ceux de leurs adversaires par rapport à ce qu’ils considèrent comme étant la réalité, la vérité et la clarté des faits qu’ils soumettent à l’auditoire. Ils tendent également à marquer leur degré de conviction dans l’énoncé de leurs propositions. Cette composante subjective du discours vise, comme on l’a vu, à projeter d’eux-mêmes l’image d’individus honnêtes, sincères, intègres et, par conséquent, transparents.

TABLEAU 9.2. Coconstruction discursive de l’ethos des chefs à travers la modalisation exprimant la transparence (nombre d’occurrences)

TABLEAU 9.2. Coconstruction discursive de l’ethos des chefs à travers la modalisation exprimant la transparence (nombre d’occurrences)

16Le tableau 9.2 indique à quelle fréquence des modalités énonciatives ont été utilisées dans les interventions des chefs pour témoigner d’une telle transparence. Plus concrètement, une partie de l’ethos d’honnêteté, de sincérité et d’intégrité des politiciens passe par l’indication qu’ils donnent de leur volonté de présenter au public des propositions conformes à la réalité.

17Les résultats présentés au tableau 9.2 révèlent une tendance assez similaire dans la production discursive d’au moins trois des quatre chefs. Charest (81 occ.), Marois (96 occ.) et David (77 occ.) utilisent régulièrement la modalisation pour marquer le degré de vérité ou de clarté de leurs propos (colonne 1) :

5) JC : D’entrée de jeu j’aimerais répondre à une question fort simple.
6) PM : C’est exactement ce qu’on veut faire. [...] C’est exactement ce que je vous dis.

18pour exiger plus de transparence de la part de leurs adversaires (colonne 2) :

7) JC : Admettez-vous, admettez-vous, monsieur Legault [...] Est-ce que les Québécois ont plus d’argent dans leurs poches, oui ou non ?
8) PM : Vous le savez très bien, monsieur Charest que c’est faux ce que vous affirmez.

19ou encore pour témoigner de la force de leur conviction (colonne 3) :

9) JC : Et je tiens à le dire à tous les Québécois sans équivoque.
10) FD : Moi, je suis convaincue qu’il y a d’autres valeurs qui en font partie [de l’identité québécoise].

20Pauline Marois (29 occ.) et Françoise David (27 occ.) recourent le plus souvent à cet usage pour manifester leur certitude. Comme on pouvait s’y attendre, c’est le premier ministre sortant qui produit le plus de marques visant à témoigner de la transparence de ses propositions (40 occ.) et c’est la chef de l’opposition officielle qui, en nombre d’occurrences, en exige le plus de la part de ses adversaires (43 occ.). La modalisation est utilisée avec plus de parcimonie dans les interventions de François Legault, presque absente pour manifester sa conviction (6 occ.) et principalement employée pour obliger ses opposants à plus de clarté (25 occ.) :

11) FL : Donc est-ce que vous avouez, Monsieur Charest, que vous n’avez pas livré la marchandise ?

21Les résultats conjugués des tableaux 9.1 et 9.2 permettent de construire quatre portraits qui mettent en valeur l’ethos de leader particulier à chacun des chefs de partis.

Françoise David

  • 3 Le contexte médiatique extrêmement typé que constitue le Débat des chefs n’a pas permis de dégager (...)

22D’entrée de jeu, Françoise David rejette le rôle de chef de parti et se présente comme la porte-parole de QS. Pour sa première présence au Débat des chefs, David prétend incarner la nouveauté dans la prestigieuse arène politique. Conformément à son image préalable, elle se définit comme une féministe, souverainiste, environnementaliste, situant le parti qu’elle représente à la gauche de l’échiquier politique, à la défense « des travailleuses précaires, des étudiants endettés, des retraités pris à la gorge, des familles en quête de temps ». Jean Charest lui reproche précisément de limiter sa représentation à une seule partie de la population, affirmant que « la prospérité, c’est pour tout le monde ». Il remet également en question ses prétentions féministes, jugeant qu’elle « discrimin[e] contre les femmes » lorsqu’elle dit que le Plan Nord ne favorisera économiquement que les hommes qui y trouveront des emplois. Il n’est pas loin non plus de l’accuser de soutenir la désobéissance civile. Confiante d’être élue dans sa circonscription, elle rit toutefois de bon cœur au commentaire de François Legault : « je suis obligé de vous dire que je pense pas que vous allez gagner », révélant ainsi le peu de chance pour son parti de former le prochain gouvernement et pour elle-même de devenir première ministre du Québec. Ce rôle, elle le concède plutôt à l’ambitieuse Pauline Marois, « si les sondeurs ont raison, le Québec aura pour la première fois de son histoire une femme première ministre », avec laquelle elle partage le même objectif de souveraineté pour le Québec3. À l’égard de la transparence, Françoise David est soucieuse de présenter les faits clairement et avec exactitude, une exigence qu’elle impose dans une égale mesure à ses adversaires. De fait, les trois autres candidats confortent son image de vertu en la prenant explicitement à partie pour valider leur propre honnêteté :

12) JC : Je veux vous donner l’assurance, Madame David [que le PLQ est exempt de corruption].
13) FL : Madame David, il y a une chose que je peux vous garantir là, je ne dois rien à personne.
14) PM : Nous ne prendrons pas de risque avec la sécurité de nos ressources, je peux vous l’assurer, Madame David.

23La représentation que construit la porte-parole de QS au cours du débat est cohérente avec son image préalable. Elle est peu attirée par le pouvoir, les honneurs ou la hiérarchie, et cette construction discursive sert certainement son image d’honnêteté et d’intégrité.

Pauline Marois

24C’est dans un style très personnalisé, sur un ton enjoué et confiant, « et moi, je vous le dis, il y a de l’espoir », que Pauline Marois fait ses allocutions d’ouverture et de clôture au Débat des chefs : « toute ma vie politique, je me suis préparée à cette élection [...] je me présente à vous aujourd’hui comme je suis avec mes forces, avec mon expérience, mais surtout avec mes convictions ». Réunissant autour d’elle « une équipe exceptionnelle, intègre, capable de gouverner », la chef péquiste entend rassembler tous les Québécois pour faire élire un gouvernement majoritaire. Malgré les accusations de son adversaire libéral selon lesquelles elle aurait un « agenda caché » et mentirait aux Québécois sur ses intentions : « on comprend que votre priorité [...], c’est de faire un référendum le plus vite possible », Pauline Marois rappelle au contraire à plusieurs reprises le projet de souveraineté : « Moi, je suis souverainiste. Mon équipe est souverainiste. Il faut se tenir debout. Défendre notre projet de pays. » Pour le chef caquiste, à qui on reproche son passé souverainiste au sein même du Parti québécois, Pauline Marois est une opportuniste qui n’a aucune crédibilité et qui vit « dans le déni ». Selon François Legault, son accointance avec les syndicats fait en sorte qu’elle n’aura jamais la liberté et « le courage de couper dans la bureaucratie ». À l’enseigne de la corruption, la chef péquiste affiche « tolérance zéro » et s’engage à redonner aux « gens honnêtes, fiers, travaillants » auxquels elle s’associe, l’honneur qu’ils ont perdu sous le règne libéral. Pour Jean Charest, toutefois, Pauline Marois n’a pas de leçon à donner. Il reporte sur elle et l’ex-ministre François Legault l’irresponsabilité de l’ancien gouvernement péquiste et dénonce leur incapacité à reconnaître leurs erreurs.

25Dans ses interventions, Pauline Marois est la chef qui s’affirme avec le plus de conviction et qui exprime le plus souvent son rapport à la transparence. Cette insistance à exiger de ses adversaires qu’ils témoignent de plus de vérité aux Québécois participe également à la construction de son image préalable, la dame de béton. Associées à sa détermination et aux caractéristiques par lesquelles elle se définit comme l’éventuelle chef du gouvernement, toutes ces manifestations contribuent certainement à la construction d’un ethos de leader.

François Legault

26Au cours du Débat des chefs, François Legault a participé plus activement à la construction de l’ethos de Jean Charest et de Pauline Marois qu’au sien. Se rapprochant de la vertueuse Françoise David : « je suis content que vous disiez qu’on se rejoint sur certains points, parce que j’ai beaucoup de respect pour vous […] non, mais je suis content. », il construit son propre ethos a contrario des deux « politiciens de carrière qui sont là pour défendre des groupes d’intérêts et qui ont baissé les bras devant le changement ». Il s’inscrit comme le chef d’une équipe « qui vient en politique pour servir, pas se servir », une équipe « qui a les mains propres, qui a les mains libres », faisant ainsi allusion à la corruption qui caractérise le gouvernement libéral de Jean Charest et à la collusion entre les syndicats et le parti de Pauline Marois. Ayant été « témoin de l’impuissance des deux vieux partis à régler [les] problèmes », François Legault affirme « je suis tanné de voir le Québec tourner en rond ». Au manque de conviction et de constance dont résulterait son ambivalence politique, François Legault explique que, contrairement au déni de Pauline Marois, il a « cheminé comme beaucoup de Québécois [...] qui étaient souverainistes, puis qui se disent qu’aujourd’hui la priorité, c’est de faire le ménage et de relancer le Québec ». La critique de Jean Charest à cet égard est acerbe : « on dit que vous êtes pas fiable, Monsieur Legault, franchement vous avez été pendant quarante ans de votre vie pas juste un souverainiste ordinaire là [...] vous étiez le plus agressif du groupe. Vous disiez que c’était urgent de faire la souveraineté. Pendant quarante ans souverainiste ; pendant quatre secondes, vous changez d’idée. » De son côté, la chef péquiste reproche à François Legault d’avoir renoncé à ses convictions et de « se placer dans la continuité de monsieur Jean Charest, [d’] adopter ses mêmes politiques fédéralistes ». Les chefs libéral et péquiste le taxent d’incompétence : « un matin, vous annoncez quelque chose, puis à la fin de la journée vous êtes obligé de le corriger parce que malheureusement vous avez fait des erreurs ». Jean Charest l’accuse d’égoïsme et Pauline Marois, de recourir à la « pensée magique » et de s’intéresser à la seule région de Montréal.

27Les interventions du chef caquiste contiennent peu de modalités situant ses propres propos par rapport à la vérité et à la clarté, si ce n’est que pour l’exiger de ses adversaires, et il manifeste peu sa conviction. Il se définit davantage par opposition aux caractéristiques qu’il attribue aux autres candidats, vampirisant au passage l’image d’intégrité de Françoise David. La question se pose alors de savoir si le leadership peut se manifester pleinement lorsqu’il se construit dans les limites de l’ethos des autres participants.

Jean Charest

28Jean Charest revendique d’emblée pour lui-même l’ethos de premier ministre au sein d’un gouvernement majoritaire. Il insiste sur sa compétence et son sens des responsabilités : « si on veut être premier ministre du Québec, oui on prend des décisions difficiles, oui faut se tenir debout », particulièrement lorsqu’il est question « [d’] intimidation et [de] désobéissance civile ». Il se présente comme le leader d’une équipe au service de tous les Québécois et dont la priorité « vous le savez, c’est l’économie et l’emploi ». Représentant traditionnellement l’électorat fédéraliste, Jean Charest prend ses distances par rapport aux souverainistes. À l’inverse de François Legault, il s’identifie comme quelqu’un qui a des convictions. Dans le discours du chef de la CAQ, cette qualité serait plutôt à interpréter comme de l’opportunisme : « Vous avez fait votre carrière, Monsieur Charest, en parlant contre la souveraineté du Québec », justifiant ainsi son intérêt à maintenir le clivage nationalisme/fédéralisme. François Legault accuse le premier ministre sortant d’avoir fait la preuve de son incompétence sur le plan économique et d’avoir « trahi l’héritage de Jean Lesage » sur le plan culturel. « Les gens sont pas fiers de leur premier ministre », affirme-t-il. Les interventions de la chef péquiste vont dans le même sens ; pour elle, le premier ministre est « à genoux devant Ottawa », « incapable de nous défendre [le Québec] ». Plus généralement, Pauline Marois reproche à Jean Charest son incompétence, son laxisme et son insensibilité. Elle l’accuse d’avoir « perdu le contrôle » et d’être « responsable [à lui] seul de 33 %, un tiers » de la dette du Québec. « Les Québécois vous jugent actuellement », conclut-elle. Pour Françoise David, « l’intransigeant » chef libéral a effectivement failli à ses responsabilités en matière d’enjeux sociaux et il n’a rien pour « fanfaronner » quant à l’apparence de corruption qui marque son mandat.

  • 4 Au cours du débat, l’attitude faussement désinvolte de Jean Charest résultant de son comportement (...)

29Dans le contexte de l’élection de 2012, c’est le premier ministre sortant qui a le plus à répondre de ses actions et qui produit effectivement le plus grand nombre de modalités exprimant sa propre transparence. Dans l’ensemble, l’ethos qui se construit de Jean Charest au cours du débat est conforme à son image préalable, centré sur le sens des responsabilités, la capacité de prendre des décisions difficiles et la fidélité à ses convictions. Fidèle, il l’est à son image de bagarreur, la plupart des attaques de ses adversaires se retournant contre eux. Il résulte de cette construction discursive un ethos stable, peu sensible à l’approbation des autres politiciens, et qui témoigne d’une telle confiance en soi qu’elle peut être perçue comme de l’arrogance4.

***

30Les quatre portraits que nous avons mis au jour à partir de la production discursive des participants au Débat des chefs attestent de la construction éminemment sociale de l’ethos, qui prend en compte l’image préalable des politiciens et des partis qu’ils représentent, les circonstances sociohistoriques de l’élection provinciale de 2012 et les contraintes communicationnelles qui balisent le débat, comme l’a démontré Jolicœur (2012). Nous regrettons d’ailleurs d’avoir dû limiter notre étude à ce seul genre médiatique, car les émissions de divertissement favorisent une construction plus spontanée de l’image des politiciens. L’analyse révèle que les chefs ont tous leur manière d’exploiter les conditions de production et d’interpréter les attentes du public, afin de projeter ce qu’ils jugent approprié pour un chef de parti politique. On ne peut évidemment pas présumer de la réception ou de la performance de telles constructions auprès du public, ni de leur caractère stratégique. Par contre, la production discursive des chefs témoigne de l’existence de représentations collectivement partagées quant à la définition de ce qui fait un leader, et constitue une porte d’entrée privilégiée pour l’étude de la construction d’une identité de leader politique.

Notes

1 Seules les désignations qui s’appliquent à la personne ont été répertoriées, les traits qualifiant les partis sont exclus de la recherche.

2 Voir notamment les résultats de Bass et Stogdill (1990) et de Nadeau et al. (2012).

3 Le contexte médiatique extrêmement typé que constitue le Débat des chefs n’a pas permis de dégager des caractéristiques dont on pourrait dire qu’elles qualifient plus particulièrement le leadership des femmes par rapport à celui des hommes. Cela ne veut pas dire, toutefois, que les mêmes propriétés constitutives du leadership soient perçues de la même manière par l’électorat lorsqu’elles sont exprimées par des femmes, plutôt que par des hommes.

4 Au cours du débat, l’attitude faussement désinvolte de Jean Charest résultant de son comportement paraverbal (rires, sourires, posture) a effectivement contribué à donner cette impression.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 9.1. Coconstruction discursive de l’ethos des chefs à travers la désignation de l’identité (nombre d’occurrences)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5906/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre TABLEAU 9.2. Coconstruction discursive de l’ethos des chefs à travers la modalisation exprimant la transparence (nombre d’occurrences)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5906/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

Auteurs

Professeure titulaire au Département d’information et de communication de l’Université Laval. Elle s’intéresse plus particulièrement à l’interaction en contexte médiatique, à la rhétorique du discours oral et aux stratégies argumentatives en communication publique. Elle est l’auteure de plusieurs articles concernant la construction de l’image médiatique des politiciens et des mises en scène télévisuelles de l’information. Elle a fondé le Laboratoire sur les stratégies de communication à l’oral et est cochercheuse au Groupe de recherche en communication politique.

Étudiant au doctorat en communication publique à l’Université Laval. Il est membre du Laboratoire de recherche sur les stratégies de communication à l’oral, du Groupe de recherche en communication politique et du Centre interdisciplinaire de recherche sur les activités langagières. Son principal intérêt de recherche est l’analyse des discours médiatiques et son projet de thèse porte sur l’adaptation des stratégies de communication des politiciens dans les émissions de télévision québécoises.

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre