Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Québécois aux urnes

 | 
Éric Bélanger
, 
Frédérick Bastien
, 
François Gélineau

Deuxième partie. La campagne électorale

8. #Qc2012 : l’utilisation de Twitter par les partis

Thierry Giasson, Gildas Le Bars, Frédérick Bastien et Mélanie Verville

Texte intégral

  • 1 Par exemple, voir Marissal (2012), Lessard (2012b), St-Pierre (2012) et Lacroix-Couture (2012).
  • 2 Sur cet échange et certaines déclarations controversées du chef caquiste sur Twitter, voir Tessier (...)

1À l’aube de la campagne électorale québécoise, la classe journalistique, peut-être portée par le souvenir de celle menée par Barack Obama en 2008, a promu l’idée, un peu floue, d’une « campagne 2.0 » à laquelle elle attendait la participation des politiciens1. Dans les semaines qui précédèrent, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) François Legault s’était démarqué par un usage intensif – et controversé – de Twitter, notamment en discutant du le financement des universités avec la présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec, Martine Desjardins2. Des porte-parole du Parti libéral du Québec (PLQ), traditionnellement discrets dans la twittosphère, s’y sont activés dans les semaines qui ont précédé l’élection, mais le chef libéral, pour qui ces nouveaux médias sont le lieu « d’une grosse conversation entre les apparatchiks et les journalistes » (Lessard, 2012a), y est demeuré absent. Pauline Marois, dont les stratèges laissaient aussi planer la possible arrivée sur Twitter, ne s’est pas non plus mise au microblogage pendant la campagne. Peu avant le jour du scrutin, la chroniqueuse médias du journal La Presse, Nathalie Collard (2012), se demandait finalement : « Une campagne 2.0 ? Vraiment ? »

2Le concept du Web 2.0 décrit principalement une période définie par une participation massive des internautes à la production de contenu sur le Web. Alors que la création et la diffusion de contenu représentent l’essentiel du Web 1.0, le Web 2.0 encourage quant à lui, par l’usage de différentes plateformes (les blogues, les sites de réseaux sociaux, de partage de photos et de vidéos, etc.), la participation et la coproduction de contenu. Les partis politiques doivent composer avec ces nouveaux modes de communication, se les approprier et saisir la dynamique qui les régit. Faisant face au déclin de la participation politique, ils se doivent également de chercher de nouvelles façons de renouer avec l’électorat et de raviver leur rôle en tant que représentants de la démocratie.

3Or, les études antérieures indiquent que la plupart des partis politiques hésitent toujours à employer le Web et ses déclinaisons techniques pour interagir avec la population. Ils préfèrent rester en terrain connu : ils misent sur les fonctions de diffusion d’informations, par exemple en faisant migrer vers l’environnement en ligne des contenus aussi distribués par d’autres médias ; ils créent des outils d’interactivité contrôlée en privilégiant l’envoi de formulaires et de courriels aux plateformes de discussion ; et ils se servent d’Internet pour gérer à moindre coût les modalités traditionnelles de l’engagement politique, en particulier les transactions visant à adhérer au parti ou à effectuer une contribution financière. Par ailleurs, certains petits partis sont moins réfractaires à user des potentialités d’Internet, car ils n’ont souvent pas accès aux médias traditionnels et qu’ils y trouvent une façon efficace de diffuser de l’information et de mobiliser leurs partisans.

#Qc2012 : la première campagne 2.0 ?

  • 3 Les données présentées dans ce chapitre sont tirées du projet « enpolitique. com », financé en Fra (...)

4Nous avons procédé à l’analyse de contenu d’un échantillon de plus de 2500 tweets diffusés par les six principaux partis durant la période officielle de campagne, soit du 1er août au 3 septembre 2012. À l’aide du logiciel Aspira, développé par le Groupe de recherche en communication politique (GRCP) dans le cadre du projet enpolitique. com3, tous les messages postés sur les comptes Twitter des partis, des chefs et de certains stratèges ont été archivés. Au total, le contenu de 35 comptes a été relevé pendant la période étudiée. Toutefois, comme les chefs des deux principales formations politiques, Jean Charest et Pauline Marois, ne possédaient pas de compte personnel pendant la campagne, seuls les tweets diffusés sur les comptes officiels des six partis politiques ont été analysés dans le cadre de cette recherche. Le tableau 8.1 présente la répartition des tweets émis sur les comptes de chaque parti.

TABLEAU 8.1. Nombre de tweets diffusés par compte de parti pendant la campagne

TABLEAU 8.1. Nombre de tweets diffusés par compte de parti pendant la campagne

5Compte tenu du volume considérable de messages compris dans le corpus total de tweets archivés, un échantillon aléatoire de 500 tweets par parti a été constitué à partir de la base de données initiale. Comme le Parti vert du Québec (PVQ) n’a émis que 74 tweets sur la période, ceux-ci ont tous été analysés. L’échantillon comprend ainsi 41 % des 6261 tweets postés par les partis durant la campagne. Une grille d’analyse de contenu a été constituée afin de relever huit composantes de chacun des tweets : l’identité du parti émetteur, sa date de diffusion, l’identité de son rédacteur, le type d’hyperliens inclus, la fonction de communication du tweet (tweet social ou tweet de diffusion d’information) et l’objet principal du tweet (événements de campagne ou enjeux électoraux). Le codage des messages a été réalisé par trois étudiants de premier cycle sous la supervision du coordonnateur du projet. Après un premier prétest de la grille, quelques ajouts et clarifications ont permis d’atteindre lors d’un second test un taux de fidélité inter-codeurs de 92,4 %.

Résultats

6Pour que les tweets des formations partisanes rejoignent efficacement des récepteurs, des usagers doivent être abonnés à leurs comptes. Ainsi, il est intéressant d’indiquer l’évolution du nombre d’abonnés aux comptes des partis pendant la campagne. Cette mesure permet de constater le caractère attractif et le degré d’influence potentielle d’une organisation sur le réseau. Nous avons effectué deux relevés du nombre d’abonnés des fils de chacun des partis : le 30 juillet, soit l’avant-veille du déclenchement de la campagne, et le 3 septembre, veille du scrutin.

7Le tableau 8.2 indique que tous les partis ont connu des hausses importantes de leur nombre d’abonnés, avec en tête Option nationale (ON) qui a connu une augmentation de 183,7 % d’abonnements à son compte Twitter. Cette observation paraît importante, considérant la croissance de la popularité du réseau, l’intérêt qu’il génère pour des questions politiques et électorales chez ses usagers, et le potentiel de mobilisation électorale qui y est rattaché pour les organisations partisanes. Bien que le nombre total d’abonnés des six principaux partis ne représente qu’environ 1,5 % des électeurs inscrits sur la liste électorale québécoise, le réseau est devenu au fil de la campagne un espace informationnel et de débat pour des milliers de Québécois. Plus de 31 000 nouveaux abonnés ont joint les comptes des divers partis entre le déclenchement de l’élection et le jour du scrutin. Le PLQ, totalement absent du réseau en 2008 et dont le compte était peu actif avant l’élection, de même que la CAQ qui participait à sa première campagne électorale, ont également fait des gains importants d’abonnés.

TABLEAU 8. 2. Évolution du nombre d’abonnés par parti pendant la campagne

TABLEAU 8. 2. Évolution du nombre d’abonnés par parti pendant la campagne

8Le Parti québécois (PQ), très actif sur le réseau pendant la campagne, et Québec solidaire (QS), un pionnier sur Twitter, puisque ce parti était déjà actif sur le réseau pendant la campagne de 2008, ont aussi connu des hausses d’abonnés considérables pendant la course. Les deux formations comptaient, au sein de leur cellule de communication, des militants qui se consacraient entièrement à l’animation de leur communauté sur Twitter. Ils ont été, avec ON, les partis les plus dynamiques et expressifs du réseau. Comme l’indiquent les données du tableau 8.1, ON, le PQ et QS ont diffusé près de 80 % de tous les tweets de partis mis en ligne pendant la campagne. À l’exception du PQ, qui formait l’opposition officielle et qui était fréquemment crédité de la première place dans les intentions de vote au cours de la campagne, les résultats sur le fort niveau d’activité des deux plus petites formations (ON et QS) sont congruents avec d’autres études qui ont démontré une utilisation accrue du Web en général et des médias sociaux en particulier par les tiers partis. Ces formations, qui obtiennent moins de visibilité dans la couverture électorale que les grands partis, se replient sur le Web où elles mènent des campagnes dynamiques qui sont suivies par plusieurs milliers de personnes.

  • 4 Nous avons dénombré 281 tweets émis par Jean-Martin Aussant, 276 par Amir Khadir, 195 par François (...)
  • 5 Small (2012) a compté 11 tweets de Stephen Harper, 73 tweets de Michael Ignatieff, 85 tweets de Ja (...)

9La participation moins active du PLQ (9,4 % des tweets de partis diffusés) paraît surprenante, mais elle s’explique en partie par une approche plus fragmentée de Twitter entre les organisateurs de la campagne. Comme l’ont indiqué certains stratèges libéraux lors d’entrevues journalistiques, le parti menait sa première campagne sur Twitter. En plus du fil officiel du parti, de nombreux individus (dont l’organisateur principal de la campagne, Karl Blackburn, et le directeur des communications du parti, Michel Rochette) ont participé à la diffusion d’information et à l’échange public avec les usagers du réseau au cours de la course électorale. Le fil officiel du parti était un maillon de plus dans la stratégie libérale de communication électorale sur Twitter. À la CAQ, le compte officiel de la formation est aussi demeuré relativement peu actif. Toutefois, le compte personnel de François Legault a été le plus actif de toute la campagne. Il a diffusé 2801 messages pendant la course électorale, soit près de 80 messages par jour. C’est un volume d’activité qui dépasse largement celui des autres chefs présents sur Twitter pendant la campagne4 et qui va bien au-delà de celui des politiciens fédéraux lors de la campagne de 20115. Il est donc possible d’envisager que le compte officiel de la formation caquiste venait appuyer le fil personnel de François Legault, qui était suivi au terme de la campagne par près de 25 000 abonnés. Ainsi, en comparaison avec leur usage limité du microblogage en 2008 et avec celui des chefs de partis fédéraux en 2011, les partis politiques québécois semblent avoir été très actifs sur Twitter lors de la campagne de 2012.

10De quoi était faite cette utilisation ? En nous inspirant de la grille de codage développée par Small (2012), notre analyse distingue les tweets « sociaux » et les tweets de « diffusion ». Comme le rappelle Mayfield (2008), puisque les médias sociaux ont pour principe de faciliter la conversation, l’échange horizontal et l’interaction entre usagers, les tweets « sociaux » s’opposent aux messages de diffusion qui, eux, s’inscrivent dans une communication unidirectionnelle, verticale et hiérarchisée.

11Deux fonctions interactives inhérentes à Twitter, les @usagers et les retweets, sont utilisées en recherche afin de mesurer le degré d’interaction sociale des acteurs politiques sur le réseau (Small, 2010, 2012 ; Parmelee et Bichard, 2012 ; Verville, 2012). Les @usagers sont des messages que dirige un usager de Twitter personnellement et publiquement vers un autre usager en l’interpellant par son identifiant (par la commande @). Il marque la volonté d’échange et de discussion entre un usager et d’autres acteurs du réseau. À l’image d’un transfert de courriel, la commande retweet (identifiée dans les messages par le suffixe RT précédant un identifiant) permet à un usager de rediffuser sur son compte le tweet d’un autre usager. L’auteur du tweet ainsi rediffusé est informé du partage de son message et peut alors engager un échange avec l’usager qui reprend son propos. De plus, les retweets s’inscrivent dans le caractère social de Twitter en ce qu’ils indiquent que l’usager qui reprend un tweet suit une conversation et veut en faire partager le contenu à ses abonnés.

12Aux tweets sociaux, nous opposons les tweets de diffusion. La diffusion d’information est associée dans la littérature sur les usages politiques à l’exercice de transmission d’éléments d’information vers un large public, sans attente de rétroaction (Lilleker, 2006, cité dans Small, 2012). Le processus de diffusion de masse se déroule lorsqu’un message circule de manière unidirectionnelle, d’un émetteur unique (ici, le parti politique) vers son auditoire (ses abonnés). Dans le contexte de notre étude, les tweets de diffusion sont, d’une manière générale, tous les tweets qui n’ont pas de portée d’interaction sociale ou de conversation avec d’autres usagers du réseau (sans @usager ou RT).

13Toutefois, notre analyse des comptes officiels des partis a révélé une particularité rarement relevée dans la recherche antérieure qui présente les retweets comme des usages « sociaux » du réseau : les partis retweetent sur leurs fils officiels de nombreux messages provenant d’autres comptes partisans (ceux du chef, des candidats, des stratèges, des associations locales ou régionales du parti, etc.). Selon nous, cet usage s’apparente davantage à une pratique de diffusion qu’à un usage social, puisque les messages ainsi relayés sont issus des instances du parti ; le fil Twitter de l’organisation est alors utilisé comme courroie de transmission de discours partisans produits et diffusés initialement sur d’autres comptes du parti. Afin de relever plus fidèlement les pratiques sociales des partis, ces retweets partisans ont été intégrés dans la catégorie des « tweets de diffusion ». Les retweets considérés comme étant typiquement « sociaux » sont ceux qui relayent les messages produits par des citoyens ou par les médias d’information sur lesquels une équipe de campagne veut attirer l’attention.

14Le graphique 8.1 révèle des modes d’utilisation fort distincts entre les trois formations traditionnelles qui menaient dans les sondages et les petits partis. Pour le PLQ, le PQ et la CAQ, Twitter semble avoir été considéré, à des degrés divers, comme un outil de diffusion d’information, plutôt que de dialogue et d’interaction avec leurs abonnés. Pour les trois formations menant dans les intentions de vote, « it’s business as usual » dans l’usage politique du microblogage. On joue de prudence en privilégiant la diffusion d’information et les déclarations aux abonnés. Le message est contrôlé et l’interaction est limitée, ce qui permet au parti d’éviter les dérapages communicationnels ou une perte de contrôle du message de campagne. ON et QS ont quant à eux privilégié l’échange et la conversation avec les membres de leurs communautés. L’expérience Twitter de ces deux formations lors de la campagne de 2012 semble a priori remettre en question certaines conclusions de la littérature sur le Web politique selon lesquelles les partis politiques feraient un usage social très limité d’Internet.

15Les stratèges d’ON et de QS semblent avoir privilégié une présence active de leur formation sur le Web, tentant ainsi de contrecarrer leur marginalisation relative subie dans la couverture électorale des médias traditionnels. Ces formations ont occupé le terrain électoral en ligne et elles en ont fait un usage social. Comme le révèle la proportion élevée de @usagers d’ON et de QS (graphique 8.2), ces partis ont entretenu de nombreuses conversations et autres interactions avec leurs abonnés. Les @usagers indiquent qu’un parti répond à une question, corrige le tir ou fournit de l’information directement à un abonné en l’interpellant dans le corps du tweet. Plus de 90 % des tweets sociaux de QS et plus de 80 % de ceux diffusés par ON étaient consacrés à cette fonction. Ces deux partis ont suivi ce que les membres de la twittosphère disaient d’eux et ils ont considéré Twitter comme un média « social », en y exploitant les fonctions d’interaction propres au médium.

GRAPHIQUE 8.1. Fonctions des messages diffusés par les partis (en pourcentage)

GRAPHIQUE 8.1. Fonctions des messages diffusés par les partis (en pourcentage)

Note : Les données concernant le PVQ ont été exclues du graphique en raison du faible nombre de tweets émis durant la campagne et de l’absence complète de tweets sociaux sur son compte.

16Le PQ a également consacré la majorité de ses tweets sociaux aux messages @ usagers. Des trois grands partis traditionnels, il est de loin celui qui a entretenu le plus d’interactions directes et publiques avec les membres de la twittosphère. Le PLQ et la CAQ ont voué une part significative de leur usage social de Twitter au retweet de messages d’autres usagers. Cette fonction est également révélatrice d’une adhésion aux principes d’écoute, de réciprocité et de coproduction qui ancrent l’architecture des médias sociaux. Les retweets indiquent non seulement qu’un usager suit ce qui se dit en ligne, mais ils stimulent l’amplification de messages partagés et leur cautionnement par celui qui les partage. Selon les partis, le retweetage connaît diverses fréquences d’utilisation. Les libéraux en sont les maîtres incontestés (87,2 % de leurs messages sociaux), alors que le compte de QS en présente le moins (9,6 % des tweets sociaux du parti).

17Ces données indiquent des distinctions sur l’usage social de Twitter selon l’ancrage idéologique des partis. Les partis de gauche (PQ, ON, QS), qui se revendiquent souvent d’une démarche « citoyenne » censée promouvoir la participation populaire à la démocratie, semblent plus enclins à la sociabilité et à l’échange (davantage de tweets sociaux et davantage de tweets sociaux de type @usager) que les formations de centre-droit comme le PLQ et la CAQ, qui privilégient plutôt les tweets de diffusion.

18Que ce soit pour énoncer des prises de position, pour répondre à des attaques, pour annoncer des événements ou pour commenter l’actualité électorale, les partis se sont servis du microblogage pour livrer des messages à leurs communautés d’abonnés. Sept types de contenus véhiculés dans les tweets de diffusion ont été relevés dans notre analyse. Le tableau 8.3 montre les contenus privilégiés par chacun des partis dans leurs tweets de diffusion d’information. Bien que les usages convergent, l’utilisation de chaque parti semble se distinguer sur certains points par rapport à celle des adversaires.

GRAPHIQUE 8.2. Distribution des messages sociaux diffusés par les partis (en pourcentage)

GRAPHIQUE 8.2. Distribution des messages sociaux diffusés par les partis (en pourcentage)

Note : Le PVQ a été exclu du graphique parce qu’il n’a émis aucun tweet social.

19Une constante domine dans le contenu des tweets de diffusion que privilégient les partis lors de l’élection de 2012 : la tendance de chacun à faire des annonces sur les événements de la campagne. Tous les partis utilisent le microblogage pour informer leurs abonnés des activités électorales passées, en cours ou à venir. Cette donnée est intéressante dans la mesure où le réseau peut alors être employé comme outil de mobilisation de la participation à ces activités. En relayant aux membres de leurs communautés des invitations à des activités partisanes, les partis peuvent stimuler la mobilisation hors ligne. Le PQ et ON ont tous deux usé largement de Twitter afin d’acheminer à leurs abonnés de l’information pratique sur leurs événements de campagne.

TABLEAU 8.3. Contenu des tweets de diffusion (en pourcentage)

TABLEAU 8.3. Contenu des tweets de diffusion (en pourcentage)

20La deuxième catégorie de contenus qui revient le plus fréquemment concerne les partis : elle se rapporte à leurs communications officielles, à la publication des communiqués de presse, aux annonces relatives à la plateforme électorale, à leur équipe de candidats, et à leurs activités internes. La récurrence de ce genre de messages indique la volonté d’un parti à livrer une information officielle, contrôlée, cohérente et prudente, et de demeurer « on message ». Plus de 44 % des tweets de diffusion du PLQ, le parti gouvernemental, s’inscrivent dans cette catégorie. La CAQ (35,5 %) et le PQ (34,8 %) ont aussi émis plusieurs messages de ce type pendant la campagne.

21Troisièmement, les partis diffusent des tweets sur les politiques. Ces tweets présentent de l’information, des déclarations, des attaques, des critiques et des rectificatifs sur les engagements électoraux et les politiques publiques. Ils permettent aux organisations de réagir publiquement au déroulement de la campagne ou aux attaques que leur portent les militants des autres organisations. Le PLQ et la CAQ, placés à de nombreuses reprises sur la défensive pendant la campagne, ont été les deux organisations qui ont fait le plus grand usage de ces tweets sur les politiques. Ces messages, souvent moins formels, offrent aux abonnés un accès à la réflexion ou à la réaction immédiate d’une organisation sur la campagne en cours.

  • 6 La catégorie « autres » comprend essentiellement des tweets de mise à jour de statut (ce qu’a fait (...)

22Enfin, deux partis ont diffusé des proportions importantes de tweets sur la couverture médiatique de l’actualité électorale. QS et le PVQ ont ainsi commenté le traitement journalistique accordé à leur formation en diffusant des liens vers des reportages ou en rectifiant les informations véhiculées dans la presse sur leur campagne ou leur programme6.

23Bien que les partis utilisent plus fréquemment Twitter pour diffuser de l’information sur leurs activités électorales ou sur leurs communications officielles, ces messages ne sont pas dénués d’intérêt pour les abonnés de leurs comptes ou pour tous les usagers de la twittosphère, qui pourront y avoir accès publiquement en consultant sporadiquement le fil d’un compte de parti sans y être abonné. Ces messages véhiculent une information qui peut être utile à certains internautes, militants ou partisans sur les positions programmatiques du parti ou sur les détails d’activités de campagne organisées dans leur localité.

***

24Bien que notre analyse révèle que les trois principaux partis politiques ont surtout utilisé Twitter à des fins de diffusion d’information, plutôt que d’interaction et d’échange, elle indique tout de même une propension plus forte – en particulier au PQ à la CAQ – à en faire un usage social que ne l’ont révélé des études sur les comptes des partis québécois en dehors de la période électorale (Verville, 2012) et sur ceux des politiciens fédéraux lors de la campagne fédérale de 2011 (Small, 2012). Nos données montrent un changement de direction marqué par une ouverture croissante aux communications interactives dans l’usage politique du Web par les partis québécois, bien que le PLQ, le parti gouvernemental sortant, soit demeuré plus conservateur dans son usage de Twitter au cours de la campagne.

25Il ne faudrait toutefois pas minimiser l’importance des messages de diffusion d’information en contexte électoral. Bien que ces usages soient fréquemment opposés à l’interaction pour mieux distinguer les pratiques en ligne, ils demeurent complémentaires. L’information est une fonction capitale et nécessaire à la mobilisation. Des citoyens mieux informés seront plus à même de s’intéresser à la politique, de prendre des décisions éclairées et de s’engager plus activement dans le processus démocratique.

26L’information, seule, ne mène cependant pas à un accroissement de la participation citoyenne ; pour les internautes, la discussion représente un élément important de leur expérience politique en ligne (Breindl et Francq, 2008), ce que facilitent les constituantes du Web social comme les blogues, Facebook et Twitter.

27Nos données indiquent aussi une différence entre l’utilisation que font les grands partis de Twitter et les formations politiques alternatives, ces dernières exploitant plus à fond le potentiel interactif et conversationnel propre au microblogage. Notre hypothèse de recherche se trouve en partie confirmée : bien que deux des six formations étudiées privilégient davantage l’interaction, les trois grands partis politiques utilisent principalement Twitter comme un moyen de diffusion additionnel. À l’instar de la réalité britannique que dépeignent Jackson et Lilleker (2009), les partis politiques québécois pratiqueraient une forme hybride du Web social, le Web 1.5 où les petites formations adhèrent aux principes sociaux d’interaction et de coproduction, alors que les grands partis misent sur une interaction limitée et contrôlée. Le microblogage leur permet de rejoindre un autre public auquel le positionnement partisan officiel est relayé sous divers types de messages plus ou moins sociaux dans leur mode d’expression.

28Enfin, l’obsession de certains chercheurs et observateurs pour l’aspect interactif des campagnes politiques sur les médias sociaux limite la compréhension que l’on se fait du phénomène. Une part importante des usagers demeurent passifs. En 2011, Twitter confirmait sur son blogue que 40 % des membres du réseau ne postent jamais de messages sur leurs comptes (Twitter, 2011) et le réseau rappelle dans ses règles d’utilisation « qu’il n’est pas nécessaire de tweeter pour profiter de Twitter » (Twitter, 2013). Les réseaux sociaux ne sont pas seulement des outils de coproduction et d’échange, mais également d’information. Ainsi, pour plusieurs citoyens, la twittosphère représente moins un réseau social qu’une chaîne d’information, un point de chute où ils recueillent un condensé de faits, d’opinions et de réflexions politiques provenant de sources médiatiques, citoyennes et partisanes.

29La diffusion d’information par les partis politiques sur les médias sociaux n’est pas antinomique avec l’exercice démocratique. D’un point de vue stratégique, utiliser Twitter comme un outil de diffusion plutôt que d’interaction comporte des avantages pour un parti politique : il assure que le message partisan rejoint un auditoire difficile à atteindre ailleurs, il permet de diffuser une communication électorale contrôlée et cohérente et il limite les risques de dérapage. Cette information non touchée par le filtre de la couverture journalistique peut éventuellement être utile à la réflexion d’électeurs flexibles, et ce, en moins de 140 caractères.

Notes

1 Par exemple, voir Marissal (2012), Lessard (2012b), St-Pierre (2012) et Lacroix-Couture (2012).

2 Sur cet échange et certaines déclarations controversées du chef caquiste sur Twitter, voir Tessier (2012a, 2012b) et Bilodeau (2012).

3 Les données présentées dans ce chapitre sont tirées du projet « enpolitique. com », financé en France par l’Agence nationale de la recherche et au Québec par le Fonds de recherche Québec – Société et culture. Cette recherche est menée sous la responsabilité scientifique de Fabienne Greffet (Université de Lorraine) et Thierry Giasson (Université Laval) ; Frédérick Bastien (Université de Montréal), Gersende Blanchard (Université Lille 3), Simon Gadras (Université de Lorraine), Mireille Lalancette (Université du Québec à Trois-Rivières) et Stéphanie Wojcik (Université Paris-Est Créteil) participent également à ce projet. Les auteurs tiennent à remercier Pierre-Yves Langlois, David Dumouchel, Olivier Carré, Julie Lemay-Tremblay et Émilie Tremblay-Potvin pour leur assistance dans la réalisation de cette étude.

4 Nous avons dénombré 281 tweets émis par Jean-Martin Aussant, 276 par Amir Khadir, 195 par Françoise David et 188 par Claude Sabourin.

5 Small (2012) a compté 11 tweets de Stephen Harper, 73 tweets de Michael Ignatieff, 85 tweets de Jack Layton et 100 tweets de Gilles Duceppe ; seule Elisabeth May se distinguait avec 419 tweets.

6 La catégorie « autres » comprend essentiellement des tweets de mise à jour de statut (ce qu’a fait, fait ou fera l’auteur du tweet) et, dans une moindre mesure, des messages de personnalisation (information personnelle sur le chef ou un candidat du parti, qui n’est pas liée à la politique ou la campagne).

Table des illustrations

Titre TABLEAU 8.1. Nombre de tweets diffusés par compte de parti pendant la campagne
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5902/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre TABLEAU 8. 2. Évolution du nombre d’abonnés par parti pendant la campagne
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5902/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre GRAPHIQUE 8.1. Fonctions des messages diffusés par les partis (en pourcentage)
Légende Note : Les données concernant le PVQ ont été exclues du graphique en raison du faible nombre de tweets émis durant la campagne et de l’absence complète de tweets sociaux sur son compte.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5902/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre GRAPHIQUE 8.2. Distribution des messages sociaux diffusés par les partis (en pourcentage)
Légende Note : Le PVQ a été exclu du graphique parce qu’il n’a émis aucun tweet social.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5902/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre TABLEAU 8.3. Contenu des tweets de diffusion (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5902/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

Auteurs

Professeur agrégé au Département d’information et de communication de l’Université Laval. Il dirige les travaux du Groupe de recherche en communication politique et est le chercheur principal québécois du projet enpolitique. com. Ses travaux portent sur les usages politiques du Web, la médiatisation des crises sociales et les pratiques de marketing politique au sein des partis politiques québécois et canadiens. Il a publié dans plusieurs revues. Il a codirigé Political Marketing in Canada (UBC Press, 2012) et Political Communication in Canada (UBC Press, à paraître).

Professionnel de recherche au Département d’information et de communication de l’Université Laval. Il est membre du Groupe de recherche en communication politique, où il coordonne le projet de recherche enpolitique. com. Il est titulaire d’une maîtrise en communication publique et s’est intéressé à la médiatisation de politiciens issus de la société civile.

Professeur adjoint au Département de science politique de l’Université de Montréal. Il s’intéresse particulièrement au journalisme politique, aux usages politiques d’Internet et à la méthodologie des sondages et de l’analyse de contenu. Il est l’auteur de Tout le monde en regarde ! La politique et l’infodivertissement à la télévision québécoise (PUL, à paraître), il a publié plusieurs chapitres de livres, ainsi que des articles dans Hermès, Questions de communication, la Revue canadienne de science politique et Politique et sociétés.

Détient une maîtrise en communication publique de l’Université Laval. Ses champs d’intérêt portent sur les usages politiques du Web, notamment sur les modes d’appropriation des médias sociaux par les partis politiques. Elle collabore au projet de recherche franco-québécois enpolitique.com et participe aux activités du Groupe de recherche en communication politique (GRCP) de l’Université Laval. Elle occupe présentement le poste de chargée de communications au sein d’un ordre professionnel.

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre