Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

22. Montréal, 17 mai 19541

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128. Un brouillon de cette lett (...)

1Cher Borduas,

  • 2 Lettre de Paul-Émile Borduas à Claude Gauvreau, 15 mai 1954 (Écrits II, p. 601-603).

2J’ai reçu votre lettre ce matin2.

  • 3 « Dans votre réponse que j’admire, se trouvent des pensées injustes envers mes amis de New York. J (...)

3Mon article étant dans les kiosques depuis samedi, je ne peux rien faire moi-même au sujet de la citation de R. de R. qui y est contenue3.

  • 4 « Par comparaison avec la peinture américaine contemporaine, Borduas voit dans le travail des pein (...)
  • 5 Brouillon : « vous [R parlez A m’entretenez] est ».

4Aussi, le seul moyen de parer à l’injustice4 dont vous5 m’entretenez est de demander la publication de la lettre.

  • 6 Brouillon : « Je [R me surprends A m’abandonne] à ».
  • 7 Brouillon : « puisque [A, dans la lettre,] vous [R y] appelez ».
  • 8 Il s’agit de la lettre de Borduas du 15 mai, que Gauvreau publie sans son autorisation.

5Je6 m’abandonne à croire que cette possibilité ne vous a pas totalement échappé — puisque7, dans la lettre, vous appelez Thérèse « Madame Leduc8 ».

  • 9 Par cette indiscrétion, Gauvreau rend publique l’idylle naissante de Borduas et d’une jeune Montré (...)

6Je sais que vous n’avez jamais rien à cacher, et, de la sorte, votre message du dernier paragraphe sera assuré d’une diffusion plus directe. J’ai le sentiment de ne pas commettre une indiscrétion9.

7Votre lettre est très humaine, et l’humanité n’a jamais nui à qui que ce soit.

8J’ai téléphoné à L’Autorité pour annoncer que j’irais porter la lettre. On la recevra avec joie, et je ne serais pas surpris qu’elle soit publiée dans le prochain numéro.

  • 10 Reconnaissant qu’elle puisse produire une « incantation émotive », Gabriel La Salle exprime néanmo (...)

9L’Autorité publiera aussi, probablement, ma réponse à Gabriel La Salle10.

10Après avoir transcrit les textes dont je pourrais avoir besoin, je vous envoie les découpures de journaux qui vous fourniront une vue d’ensemble plus juste de notre situation.

  • 11 Claude Gauvreau, « La matière chante (encore) : le porte-parole des peintres abstraits répond aux (...)

11Picher11 avait une excellente position stratégique, mais il avait compté sans notre bonne conscience. En général, on reconnaît que mon article nous redonne une posture extrêmement avantageuse. Certains ambitieux frustrés, certains envieux exaspérés, qui avaient cru une réponse à peu près impossible, sont forcés à présent de rire jaune.

  • 12 Café-restaurant-galerie (au sous-sol d’un restaurant au 54 de l’avenue des Pins Ouest) qui ouvre à (...)

12À l’Échourie12, les discussions se poursuivent. Et les critiques.

  • 13 Bernard Teyssèdre a explicité les raisons de cette discorde : « L’exposition La matière chante, or (...)

13Molinari semble tenir absolument à découvrir quelque chose à rabaisser13. Goguen est assez hostile mais il est plus honnête que Molinari.

14L’événement va bientôt être du domaine de la légende.

15Nous ne savons pas encore si les Québécois vont riposter.

  • 14 Suzanne Rivard Le Moyne, peintre et enseignante aux Beaux-arts de Québec. Claude Gauvreau est d’av (...)

16Il semble que Suzanne Rivard14 devra faire parvenir quelque explication publique.

  • 15 Un jeune peintre « prometteur », « au talent indéniable », selon les appréciations des critiques P (...)

17Après avoir lu l’article de Picher, et avant d’avoir lu le mien, plusieurs personnes (Guy Michon15, Alphonse Campeau, entr’autres) avaient imaginé des arguments de réplique à peu près identiques aux miens.

18La confiance n’est pas ébranlée.

19Peignez, cher Borduas. Et montrez-nous à l’automne vos chefs-d’œuvre.

20De tout cœur,

21Claude

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128. Un brouillon de cette lettre a été conservé par Pierre Gauvreau.

2 Lettre de Paul-Émile Borduas à Claude Gauvreau, 15 mai 1954 (Écrits II, p. 601-603).

3 « Dans votre réponse que j’admire, se trouvent des pensées injustes envers mes amis de New York. Je cite votre citation de Rodolphe de Repentigny : “Par contre aux États-Unis... on ne retrouve guère de justification, hors celle du pur métier”. Ceci est faux. Il est aussi facile de justifier ces peintures sur tous les plans de l’activité humaine que n’importe quels autres peintres, ou peintures, du monde » (Écrits II, p. 602).

4 « Par comparaison avec la peinture américaine contemporaine, Borduas voit dans le travail des peintres de Montréal une remarquable unité sur le plan intellectuel et social, ce qui nous rapproche de l’état existant à Paris. Par contre, aux États-Unis, parmi la floraison de tous les genres que pratiquent des milliers de peintres, on ne retrouve guère de justification hors celle du pur métier. La peinture y est à un stage [sic] beaucoup plus artisanal et le peintre n’est guère pris par l’intérieur. Il ne devient pas, concurremment à l’évolution de son art, un être différent » (Rodolphe de Repentigny, « Borduas ravi par une jeune génération de peintres montréalais », La Presse, 21 avril 1954, p. 33). Borduas refusa d’endosser cette déclaration faite en son nom par Gauvreau sur l’évolution de la peinture américaine.

5 Brouillon : « vous [R parlez A m’entretenez] est ».

6 Brouillon : « Je [R me surprends A m’abandonne] à ».

7 Brouillon : « puisque [A, dans la lettre,] vous [R y] appelez ».

8 Il s’agit de la lettre de Borduas du 15 mai, que Gauvreau publie sans son autorisation.

9 Par cette indiscrétion, Gauvreau rend publique l’idylle naissante de Borduas et d’une jeune Montréalaise. « Certes, aucune indiscrétion n’a été commise en offrant ma dernière lettre à L’Autorité. Quel nom ! Mon Dieu [...] Bon, c’est fait et joliment fait peut-être... Mais de nature à me créer des complications... Tant pis ! » (Paul-Émile Borduas, lettre du 21 mai 1954, Écrits II, p. 606).

10 Reconnaissant qu’elle puisse produire une « incantation émotive », Gabriel La Salle exprime néanmoins de fortes réserves à l’endroit d’une approche picturale née sous le signe de l’accident, qu’il juge par trop subjective (le peintre peignant pour lui-même) et qui refuse de représenter un contenu clairement identifiable (voir Gabriel La Salle, « Lettre ouverte à Claude Gauvreau », L’Autorité, 1er mai 1954, p. 7 ; Écrits sur l’art, p. 251-253, et Chronique, p. 921-924). À cette critique, Claude Gauvreau répondra : « La peinture surrationnelle est la peinture la plus concrète qui soit — car elle ne dissimule pas sa réalité derrière des paravents abstraits que sont les similitudes, les ressemblances, les illusions, les régularisations définissables. Elle est de la matière, elle n’est que de la matière, elle est la sensibilité humaine matérialisée ; elle est le concret par excellence » (« La grande querelle des peintres : réponse de Claude Gauvreau à l’inquiétude de Gabriel La Salle », L’Autorité, 22 mai 1954, p. 6).

11 Claude Gauvreau, « La matière chante (encore) : le porte-parole des peintres abstraits répond aux attaques d’un “figuratif”... », L’Autorité, 15 mai 1954, p. 7 ; Écrits sur l’art, p. 245-250.

12 Café-restaurant-galerie (au sous-sol d’un restaurant au 54 de l’avenue des Pins Ouest) qui ouvre à l’automne 1954 : « Tout un groupe de jeunes peintres pourront exposer cette saison grâce à la nouvelle salle d’exposition mise à leur disposition par l’Échourie au 54 de l’avenue des Pins. La cimaise est assez considérable pour permettre une exposition fort représentative, comme l’on peut d’ailleurs en juger d’après la première exposition faite en cet endroit, celle des œuvres du peintre Olssen. Cet artiste est responsable de la décoration du local, en un ton gris qui permettra d’y exposer avantageusement aussi bien les grandes huiles les plus agressives que les petites aquarelles les plus délicates » (Rodolphe de Repentigny, « Le Romantisme bleu du peintre Olssen », La Presse, 6 octobre 1954, p. 35). Les plasticiens y tiendront leur première exposition du 10 février au 2 mars 1955 (voir Marie Carani, L’Œil de la critique, p. 121).

13 Bernard Teyssèdre a explicité les raisons de cette discorde : « L’exposition La matière chante, organisée par Claude Gauvreau sous l’égide (lointaine) de Borduas, a ouvert une crise. Gauvreau, qui insiste sur le hasard accepté, sur le rythme cosmique, apprécie les poèmes et les dessins de Molinari, non ses tableaux, qu’il ne juge pas assez “accidentels” mais trop bruts, trop sommaires. Il n’y retrouve pas la luxuriance d’un Masson. Molinari, pour sa part, tout en estimant Borduas, ne tolère pas qu’on lui prête le rôle de “suprême arbitre”, il est moins sensible à son équilibre formel qu’à la véhémence de Riopelle et de Barbeau — de Pollock surtout » (Guido Molinari, Un point limite de l’abstraction chromatique, p. 6-7).

14 Suzanne Rivard Le Moyne, peintre et enseignante aux Beaux-arts de Québec. Claude Gauvreau est d’avis que cette participante à l’exposition à « La matière chante » avait été préalablement informée de la supercherie : « J’ai parlé de Suzanne Rivard, qui enseigne (m’a-t-on dit) aux Beaux-arts de Québec, tout à côté de M. Jean-Paul Lemieux. Mlle Rivard faisait-elle partie de la “conspiration” ? En tout cas, elle est la seule des trois, à ma connaissance, à s’être rendue sur les lieux de l’exposition. Sa visite expliquerait pourquoi son nom ne figure pas dans la prose fielleuse du sclérosé de Québec. Ayant vu d’elle-même l’éclatante santé qui régnait à “La matière chante”, elle a peut-être eu honte de toute cette tromperie que d’aucuns interpréteraient comme de la bassesse. Je ne détesterais pas quelque explication à ce propos » (Écrits sur l’art, p. 249). Selon Gauvreau, les tableaux de Suzanne Rivard, comme ceux d’Alleyn et de Lemieux, seraient passés « singulièrement inaperçus » à « La matière chante » (voir ibid., p. 247). Des œuvres de Suzanne Rivard seront exposées dans le cadre des manifestations « Les femmes artistes de Montréal des années 1950 » à la galerie d’art Concordia, du 6 janvier au 13 février 1988, et de l’« Hommage à l’École des beaux-arts de Montréal 1923-1969 » présenté à la galerie de l’UQAM du 27 janvier au 19 février 1989. Une exposition particulière de ses œuvres intitulée « Survol » a été montrée du 16 mai au 30 juin 1996 à la Galerie d’art d’Ottawa. De Suzanne Rivard, voir « La critique d’art fait lamentablement défaut chez nous. Mais la critique est difficile », Le Devoir, 15 avril 1961, p. 9, 14.

15 Un jeune peintre « prometteur », « au talent indéniable », selon les appréciations des critiques Paul Gladu et de Rodolphe de Repentigny, qui rendent compte de « La matière chante ». Avant de participer à « La matière chante », Guy Michon (Montréal, 1925) expose à « La Place des artistes » en 1953, ainsi qu’à l’exposition collective à la librairie Tranquille, en février 1954 (voir Chronique, p. 843, 890, 901).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search