Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Québécois aux urnes

 | 
Éric Bélanger
, 
Frédérick Bastien
, 
François Gélineau

Deuxième partie. La campagne électorale

6. La campagne vue par la presse écrite

Andrea Lawlor et Frédérick Bastien

Texte intégral

  • 1 En plus des manières de voir et des façons de faire qui sont partagées par l’ensemble de la profes (...)

1En dépit des normes qui balisent la couverture des campagnes électorales à l’intérieur d’une certaine conception du journalisme, tous les médias d’information ne proposent pas le même regard sur les événements politiques. La perspective n’est pas la même selon qu’on consulte les médias des grands centres urbains ou ceux des régions moins peuplées du Québec, tout comme elle diffère lorsque le public visé est principalement situé à l’extérieur de la province. En examinant le contenu de la presse écrite au cours de la campagne électorale québécoise de 2012, on constate que les enjeux et les leaders qui ont retenu l’attention des journalistes ne sont pas exactement les mêmes dans tous les journaux, tout comme la tonalité de la campagne qu’on y a reflétée. Toutefois, ces différences demeurent modestes1 et la dynamique de la campagne a donné lieu à une couverture dont l’évolution pendant les 34 jours qui précédèrent l’élection a peut-être permis au Parti libéral du Québec (PLQ) de limiter les pertes annoncées par plusieurs années d’insatisfaction populaire à son endroit.

2L’un des constats les mieux établis par la recherche sur les effets de la communication politique est que les médias influencent l’importance que les citoyens accordent aux enjeux et les critères avec lesquels ils évaluent les partis qui s’offrent à eux, ce qui est susceptible de modifier ultimement leur vote. Résumée par la célèbre proposition de Cohen (1963) selon laquelle les médias ne disent pas quoi penser, mais plutôt à quoi penser, la théorie de l’agenda-setting propose que les citoyens estiment qu’un enjeu mérite leur attention proportionnellement à la quantité de couverture médiatique qui lui est attribuée (McCombs et Shaw, 1972). Autrement dit, si les médias en parlent, les citoyens penseront que c’est important. Un effet subséquent à l’agenda-setting est la modification des critères sur la base desquels les citoyens évaluent l’offre politique. La théorie de la primauté (priming) prédit que les citoyens, en évaluant la performance d’un politicien, d’un parti ou d’un gouvernement, pondéreront les critères d’évaluation selon que ceux-ci sont rendus plus ou moins saillants par les médias. Par exemple, lorsqu’ils évaluent les partis politiques, les citoyens accorderont plus de poids à l’appréciation qu’ils ont de leurs dirigeants si les médias insistent sur les leaders ; si les médias parlent plutôt de l’économie, c’est l’opinion que les citoyens ont à l’égard de la performance des partis en cette matière qui comptera davantage, comme l’ont souligné Iyengar et Kinder (1987) et Druckman (2004). Ces théories motivent les stratèges des partis à connaître de façon détaillée les attitudes des électeurs de manière à mettre en relief les éléments à propos desquels ils sont mieux perçus et ceux qui désavantagent le plus leurs adversaires. Ils élaboreront leurs tactiques de campagne en tenant compte de cela.

3Ce chapitre examine la dynamique électorale à travers le regard que la presse écrite a posé sur la campagne québécoise de 2012. Nous avons mené une analyse textuelle assistée par ordinateur des articles publiés dans 10 journaux de langues française et anglaise pour décrire l’évolution des thèmes à l’ordre du jour, de la présence des partis et de leurs chefs, ainsi que de la tonalité positive ou négative de cette campagne électorale.

L’analyse automatisée de la presse écrite

  • 2 Notre corpus englobe la majorité des quotidiens publiés au Québec, mais il subsiste quelques exclu (...)
  • 3 En français, la séquence logique utilisée pour répertorier les articles était : (élection OU élect (...)
  • 4 La plupart des articles non valides portaient sur les élections américaines et sur des « campagnes (...)
  • 5 Nous comptons 448 articles dans La Presse, 453 dans Le Soleil, 416 dans Le Devoir, 346 dans Le Jou (...)

4L’archivage d’articles de journaux dans des bases de données numériques et l’existence de logiciels de traitement automatisé des contenus textuels facilitent l’analyse de leur contenu. Nous avons retenu sept journaux de langue française et trois journaux de langue anglaise à partir des bases de données Eureka. cc, Factiva et LexisNexis : La Presse et Le Devoir produits à Montréal et qui connaissent une large diffusion dans tout le Québec ; La Tribune (Sherbrooke), Le Droit (Gatineau), Le Journal de Montréal, Le Nouvelliste (Trois-Rivières), Le Soleil (Québec) et The Gazette (Montréal), dont le lectorat est concentré dans leur région respective ; ainsi que The Globe and Mail et le National Post, qui sont distribués dans tout le Canada2. Nous avons cherché à identifier tous les articles présentant un lien avec l’élection et publiés à compter de l’émission des brefs jusqu’au jour du scrutin, soit du 2 août au 4 septembre 2012, par une recherche à l’aide de mots-clés soigneusement sélectionnés de manière à maximiser la capture de la production électorale, tout en réduisant le nombre d’articles non pertinents3. Par un examen non automatisé du corpus, nous avons ensuite éliminé manuellement un peu plus de 270 textes qui n’étaient pas liés à la campagne électorale québécoise4, ce qui a finalement donné lieu à une collection de 2454 articles en français et 494 autres en anglais, pour un total de 2948 articles5.

5Ces articles ont été traités à l’aide des modules QDA Miner et WordStat de Provalis Research pour l’analyse de contenu automatisée, sur la base de dictionnaires que nous avons créés, de façon séparée pour les textes en français et en anglais. La mesure de la tonalité de la couverture a nécessité une opération distincte que nous exposerons plus loin. Pour mesurer la proportion de la couverture consacrée à certains enjeux et partis, nous avons procédé en deux temps. Dans un premier temps, une exploration inductive de chacun de ces deux ensembles textuels a permis l’extraction des syntagmes c’est-à-dire des séquences de mots qui, dans un alignement donné, revêtent un sens qu’ils n’ont pas séparément, par exemple « frais de scolarité » de deux à six mots, puis leur ordonnance selon le nombre d’occurrences. Parmi cette liste de syntagmes, nous avons retenu tous ceux qui apparaissaient au moins 50 fois et qui se rapportaient clairement à deux des trois aspects de la campagne qui nous intéressaient les enjeux et les partis –, tout en écartant ceux qui désignaient autre chose ou dont la signification n’était pas assez spécifique. Nous avons fait de même avec les mots comptant au moins 100 occurrences. Pris individuellement, les mots sont souvent plus ambigus que des syntagmes de quelques mots, il a donc fallu être plus sélectif pour ne retenir que ceux dont la signification pouvait raisonnablement être associée à un enjeu ou à un parti.

  • 6 Pour les partis, le dictionnaire est constitué du nom de famille des chefs (le prénom Françoise a (...)

6Dans un deuxième temps, nous avons regroupé les syntagmes et les mots retenus en « dictionnaires » se rapportant à des enjeux ou à des partis6. La cohérence interne de chaque dictionnaire a été vérifiée à partir de la construction automatisée d’un dendrogramme un diagramme en forme d’arbre regroupant et hiérarchisant les mots et syntagmes en fonction de leur proximité spatiale dans les textes pour les enjeux, et d’un autre pour les partis, en français, puis en anglais. Dans le cas des enjeux abordés dans la presse francophone, par exemple, le dendrogramme a regroupé « constitution », « initiative populaire », « question nationale », « référendum », « souveraineté » et « souverainiste » qui ont ainsi constitué, dans notre dictionnaire, le répertoire désignant l’enjeu de la souveraineté. Quelques différences entre les dendrogrammes produits à partir des médias de langues française et anglaise, de même que certains éléments dont la validité apparente est douteuse, ont conduit à des ajustements dans la construction de ces dictionnaires, qui apparaissent à l’annexe B3. L’application de ces dictionnaires à notre corpus par le logiciel attribue un code liant chaque article à l’un des enjeux et à l’un des partis dès que l’un des mots ou des syntagmes correspondants y apparaît. Un article reçoit autant de codes qu’il y a de mentions d’un même mot.

L’ordre du jour de la campagne

  • 7 Pour atténuer les écarts quotidiens et améliorer la lisibilité des graphiques présentés dans ce ch (...)

7À partir des regroupements de mots et de syntagmes illustrés par les dendrogrammes, six enjeux prédominants ont été identifiés : la corruption, la crise étudiante, l’économie, les ressources naturelles, la santé et la souveraineté. À partir du nombre de mentions des mots et syntagmes qui se rapportaient à chaque enjeu, le graphique 6.1 présente l’évolution de l’ordre du jour de la campagne dans les journaux de langue française7.

8Pendant les dix premiers jours de la campagne, la corruption, la crise étudiante et l’économie étaient les trois enjeux les plus couverts. Le premier, sans doute le talon d’Achille du PLQ, suscita une large couverture médiatique avec l’annonce de la candidature de Jacques Duchesneau sous la bannière de la Coalition avenir Québec (CAQ), puis la diffusion par Radio-Canada d’un reportage sur l’interruption en mars 2009 d’une filature de la Sûreté du Québec après que l’individu ainsi suivi, un sympathisant libéral, eut rencontré Jean Charest. La corruption devint ensuite un enjeu presque secondaire dans l’ordre du jour proposé par la presse écrite, se retrouvant au cinquième rang des enjeux les plus couverts pendant tout le reste de la campagne.

GRAPHIQUE 6.1. Nombre de mentions des enjeux pendant la campagne, journaux de langue française (moyenne mobile de 3 jours)

GRAPHIQUE 6.1. Nombre de mentions des enjeux pendant la campagne, journaux de langue française (moyenne mobile de 3 jours)

9Ce changement de dynamique a peut-être été providentiel pour le PLQ, qui vit deux thèmes plus favorables se hisser en tête de l’ordre du jour. Premièrement, l’économie demeura un enjeu important pendant toute la campagne, alors que certaines propositions du Parti québécois (PQ) concernant la fiscalité (la hausse de certains taux d’imposition et des redevances minières, ainsi que les conséquences de l’abolition de la taxe santé, en particulier) furent opposées aux préoccupations relatives à l’équilibre budgétaire et au développement de l’économie. Deuxièmement, la souveraineté, peu discutée durant la première moitié de la campagne, devint un enjeu de premier plan après les débats des chefs, notamment en raison des doutes suscités par François Legault sur l’incertitude entourant la proposition péquiste d’autoriser des référendums d’initiative populaire.

10Le thème de la crise étudiante, qui englobe autant le financement des universités, la loi spéciale adoptée par l’Assemblée nationale en réaction aux grèves et manifestations étudiantes que la manière libérale de gérer le conflit, a été un autre enjeu prédominant. La couverture électorale a ainsi été influencée par certains événements exogènes, comme la démission de Gabriel Nadeau-Dubois de son poste de porte-parole de la CLASSE et la reprise des cours dans les établissements collégiaux puis dans les universités, et d’autres événements qui s’inscrivaient davantage dans le déroulement de la campagne, comme certaines manifestations et prises de position des associations étudiantes.

11L’ordre du jour était assez similaire dans tous les journaux de langue française que nous avons examinés. À quelques exceptions près, l’économie, la crise étudiante et la souveraineté ont été les trois enjeux les plus couverts. Le Devoir s’est concentré un peu plus sur la crise étudiante que les autres journaux, en en faisant le premier enjeu de sa couverture. Le Journal de Montréal a priorisé la souveraineté et les enjeux identitaires qui, dans notre typologie, lui sont associés. La Tribune s’est distinguée, à l’opposé, en accordant un moins grand traitement à cet enjeu, le reléguant en cinquième position et préférant des enjeux régionaux et des luttes chaudement disputées dans certaines circonscriptions, en particulier Saint-François et Sherbrooke. C’est à la santé que Le Droit a accordé le plus de couverture, en grande partie parce que les candidats locaux et les chefs qui visitaient la région ont discuté régulièrement du projet de créer une faculté satellite de médecine à l’Université du Québec en Outaouais. Mis à part ces exceptions, l’économie, la crise étudiante et la souveraineté étaient en tête de l’ordre du jour. Quant à la corruption, ce thème arrivait au quatrième ou cinquième rang.

12En début de campagne, les journaux de langue anglaise ont présenté un ordre du jour semblable à celui de la presse francophone, en se concentrant principalement sur la crise étudiante et, dans une moindre mesure, sur la corruption. Cependant, à compter de la tenue des débats des chefs, la part de la couverture consacrée à la souveraineté et aux enjeux identitaires a crû et, en fin de campagne, elle était clairement dominante alors que les autres thèmes recevaient une attention beaucoup plus modeste. Le graphique 6.2 combine les données émanant des trois quotidiens anglophones que nous avons examinés. Il convient cependant de préciser que The Gazette, à l’instar des autres quotidiens québécois, a réalisé une couverture soutenue de la campagne électorale, alors que The Globe and Mail et le National Post ont surtout manifesté leur intérêt au début de la campagne et dans la dernière partie, après les débats. Aussi, The Gazette a couvert un peu plus les autres enjeux de la campagne, en particulier l’économie, la crise étudiante et la corruption – comme les journaux francophones –, alors que le Globe et le Post ont davantage centré leur attention sur la souveraineté.

GRAPHIQUE 6.2. Nombre de mentions des enjeux pendant la campagne, journaux de langue anglaise (moyenne mobile de 3 jours)

GRAPHIQUE 6.2. Nombre de mentions des enjeux pendant la campagne, journaux de langue anglaise (moyenne mobile de 3 jours)

13L’intérêt de la presse anglophone pour l’enjeu souverainiste et certains thèmes périphériques, en particulier les droits linguistiques, n’est pas étonnant. L’élection d’un parti souverainiste est de nature à modifier la dynamique des relations intergouvernementales au Canada et à susciter des inquiétudes parmi la communauté anglophone du Québec. Le projet de gouvernance souverainiste, la proposition concernant les référendums d’initiative populaire et les mesures visant à renforcer la langue française ont été l’objet de plusieurs articles. L’enjeu souverainiste a aussi été lié aux préoccupations économiques, tant pour le nationalisme économique prôné dans certains engagements péquistes que pour les risques que poserait l’élection d’un gouvernement du PQ. Surtout vers la fin de la campagne, des articles ont dressé un portrait de Pauline Marois et fournissaient des pistes pour mieux comprendre l’éventuelle victoire du PQ.

Les partis et les chefs

14Sur le plan quantitatif, les trois principaux partis ont reçu une attention à peu près équivalente dans la presse francophone, le PLQ étant cependant troisième dans ce peloton de tête, quelques exceptions régionales mises à part. L’histoire est différente dans la presse anglophone, qui a négligé la CAQ et a braqué les projecteurs sur le PQ et le PLQ. Le tableau 6.1 présente la distribution des mentions des partis et de leurs candidats par journal.

15Dans les journaux de langue française, l’écart entre le PLQ, le PQ et la CAQ demeure relativement faible, entre 1,1 et 8,8 points de pourcentage, selon le quotidien, Le Nouvelliste et Le Devoir étant ceux qui ont le plus négligé le PLQ. La Tribune de Sherbrooke est le seul de ces quotidiens où le PLQ arrive au deuxième rang, la circonscription de Jean Charest ayant été l’objet de plusieurs articles. Bien que ses appuis aient été plus forts dans la région de Montréal, Québec solidaire (QS) a reçu une couverture similaire dans tous les journaux, alors que Le Nouvelliste, dont la zone de distribution comprend la circonscription du chef d’Option nationale (ON), a fait plus souvent mention de ce parti que les autres publications. La couverture de la presse de langue anglaise, autant celle de The Gazette que du Globe and Mail et du National Post, a braqué les projecteurs sur le PQ et le PLQ.

TABLEAU 6.1. Répartition des mentions des partis et de leurs candidats, par journal (en pourcentage)

TABLEAU 6.1. Répartition des mentions des partis et de leurs candidats, par journal (en pourcentage)

16Le degré d’attention de la presse pour chacun des partis s’est peu modifié au cours de la campagne. Le principal changement, à cet égard, réside en une attention plus grande de la presse francophone à la CAQ, plutôt qu’aux autres partis, pendant une période d’une dizaine de jours, immédiatement après le début de la campagne électorale. L’annonce de la candidature de Jacques Duchesneau a suscité un grand intérêt qui s’est répercuté jusqu’à l’approche des débats, peu avant la mi-août. Le premier débat des chefs a aussi contribué à accroître, très légèrement, la présence de QS dans la presse. Dans les journaux de langue anglaise, la couverture était répartie assez également entre le PLQ et le PQ pendant la plus grande partie de la campagne, mais la possibilité d’une victoire de ce dernier lui a valu une plus forte attention pendant les 10 jours qui précédèrent le scrutin.

17Les chefs des partis politiques ont reçu une grande proportion de l’attention des médias, alors que la plupart des candidats sont demeurés dans l’ombre. Cela était particulièrement vrai parmi les troupes du PLQ, dont le chef accapara 81,8 % des mentions de candidats libéraux dans la presse de langue française. En fait, le nom de Jean Charest fut mentionné 4471 fois, alors que le ministre de la Santé, Yves Bolduc, était le deuxième candidat libéral le plus souvent nommé avec 161 mentions. La difficulté du PLQ à renouveler son équipe avec des candidats aussi connus que ceux recrutés par la CAQ et le PQ explique sans doute, en partie, cette situation. En effet, la concentration de la couverture sur les chefs était un peu moindre pour la CAQ et le PQ, pour des raisons vraisemblablement différentes. D’un côté, le nom de François Legault ne totalise que 63,9 % des mentions de candidats de la CAQ. Cette situation est largement attribuable à la place accordée à Jacques Duchesneau ; en l’excluant du dénominateur, le chef caquiste obtient 78,5 % des mentions. D’un autre côté, Pauline Marois n’est l’objet « que » de 70,8 % des mentions de candidats péquistes. Il semble que le PQ ait préféré mettre de l’avant l’équipe des candidats, car aucun d’entre eux n’a accaparé l’attention des médias beaucoup plus que les autres. Ces proportions sont similaires dans la plupart des quotidiens, sauf Le Journal de Montréal où 84 % des mentions de candidats péquistes désignent Pauline Marois.

La tonalité de la campagne électorale

18À l’exception de quelques variations, la quantité de couverture consacrée aux trois principaux partis fut à peu près équivalente d’un journal à l’autre et pendant toute la durée de la campagne. Qu’en est-il sur le plan qualitatif ? Nous avons pris en compte la tonalité de la couverture à partir de dictionnaires distinguant des mots et des syntagmes associés à des éléments négatifs et positifs. Un dictionnaire déjà confectionné par Young et Soroka (2011), qui comprend plus de 4500 entrées, a été appliqué aux textes de langue anglaise. Aux fins de cette analyse, nous avons construit, par induction à partir d’une lecture de notre corpus, un dictionnaire de langue française plus modeste, qui comprend tout de même plus de 600 entrées qui prennent en compte les diverses terminaisons possibles de chaque terme (féminin, pluriel et conjugaisons). De plus, nous avons appliqué ces dictionnaires en tenant compte, sur le plan de la tonalité négative, des négations (non, pas, peu et sans) qui précèdent des termes positifs et qui en renversent ainsi le sens.

  • 8 Pendant plusieurs journées de la campagne électorale, la couverture accordée à QS et ON était trop (...)

19Pour chaque parti, nous avons calculé une mesure de proximité du ton de la couverture en prenant en compte le vocabulaire entourant chaque mention du parti. Ainsi, pour chaque phrase comportant le nom d’un parti, nous avons soustrait le nombre de mots ou de syntagmes négatifs du nombre de mots ou de syntagmes positifs. Nous obtenons ainsi une valeur de la tonalité de chaque phrase. C’est ainsi que nous présentons au graphique 6.3 l’évolution de la tonalité de la couverture de chacun des trois principaux partis en distinguant les journaux de langues française et anglaise8. Il est important de garder à l’esprit qu’une telle mesure révèle la tonalité de la campagne telle que vue par la presse écrite sans égard à son origine ; elle ne signifie pas nécessairement que ce sont les journalistes qui sont à l’origine de cette tonalité, car certains événements dont ils rendent compte sont intrinsèquement négatifs ou positifs (une perte ou un gain dans un sondage, par exemple).

20Comme l’indique le graphique 6.3, le PLQ a reçu une couverture électorale surtout négative pendant presque toute la campagne, alors que le PQ et, dans une moindre mesure, la CAQ ont bénéficié d’une tonalité plus positive. On observe sensiblement la même situation dans tous les journaux, y compris dans les quotidiens de langue anglaise. Cela peut sembler contre-intuitif, car les médias anglophones ne sont pas réputés pour leur enthousiasme à l’égard du PQ. Mais cela indique sans doute que ces données en disent davantage sur la dynamique de la campagne elle-même que sur l’orientation insufflée par les journalistes. Le PLQ, qui était au pouvoir depuis près de 10 ans et qui faisait face à un niveau d’insatisfaction élevé, avait la tâche difficile de défendre un bilan attaqué par plusieurs adversaires, notamment concernant sa gestion de la crise étudiante. Les intentions de vote mesurées dans les sondages qui se succédèrent rappelaient, à répétition, cette position vulnérable.

GRAPHIQUE 6.3. Tonalité de la couverture de la campagne à l’égard des principaux partis, journaux de langues française et anglaise (moyenne mobile de 3 jours)

GRAPHIQUE 6.3. Tonalité de la couverture de la campagne à l’égard des principaux partis, journaux de langues française et anglaise (moyenne mobile de 3 jours)

21La campagne du PQ, à l’opposé, a donné lieu à une couverture largement positive, sauf au moment où la candidature de Jacques Duchesneau fut annoncée et, dans la plupart des quotidiens, au lendemain des débats, alors que Pauline Marois dut préciser la portée des référendums d’initiative populaire proposés par son parti. Autrement, les appuis reçus par le parti durant la campagne et sa position dans les sondages contribuèrent à lui attirer une couverture positive. Quant à la CAQ, le ton à son endroit a oscillé un peu plus. La candidature de Jacques Duchesneau et la publication de certains sondages ont amené une couverture plutôt positive, mais certaines propositions du parti ont été particulièrement critiquées.

De la couverture médiatique au résultat électoral

22Pendant les campagnes électorales, les partis politiques luttent pour influencer l’ordre du jour des médias afin que les thèmes qui devraient les avantager au détriment de leurs adversaires soient mis de l’avant. À cet égard, le PLQ semble avoir été gagnant : la corruption n’a été à l’avantplan qu’au commencement de la campagne, alors que l’attention du public, au début d’août, était probablement à son plus faible ; l’économie, qui constitue la marque de commerce du parti, et le projet souverainiste, qui semble restreindre les gains potentiels du PQ, ont rapidement pris le dessus.

23Doit-on y voir une piste d’explication à la performance du PLQ, qui réussit à récolter une plus grande proportion de votes que ce que les sondeurs prévoyaient et ainsi maintenir une cinquantaine de députés à l’Assemblée nationale ? Cette évolution de l’ordre du jour contribue-t-elle à expliquer que le PQ n’ait pas obtenu plus de votes ? Suivant les théories de l’agenda-setting et de la primauté, on peut déduire que les électeurs ont pu accorder une plus grande importance à l’économie et à la souveraineté, plutôt qu’à la corruption, dans leur choix électoral, ce que certaines données de Richard Nadeau et Éric Bélanger, au chapitre 12, tendent à corroborer. Il faut cependant faire preuve de prudence sur ce point, entre autres parce que nos données indiquent aussi que le PQ et la CAQ ont bénéficié au cours de cette campagne d’une tonalité plutôt positive, alors qu’elle était clairement négative pour le PLQ.

24Finalement, nos données indiquent que la couverture électorale par la presse québécoise, bien qu’elle puisse présenter certaines différences d’un journal à l’autre en fonction, notamment, de certaines spécificités régionales ou orientations éditoriales, est relativement uniforme. L’ordre du jour, l’attention accordée à chacun des partis et la tonalité de la couverture sont relativement semblables. Il n’en est pas tout à fait de même en dehors de l’institution médiatique, par exemple sur les médias sociaux où d’autres logiques sont à l’œuvre, comme en témoignent les prochains chapitres. Mais ces autres médias ne rejoignent toutefois pas autant de citoyens que les médias d’information.

Notes

1 En plus des manières de voir et des façons de faire qui sont partagées par l’ensemble de la profession journalistique, les ressemblances que nous observerons dans nos données s’expliquent aussi par l’appartenance de plusieurs journaux aux mêmes entreprises de presse et qui partagent des contenus (La Presse, La Tribune, Le Droit, Le Nouvelliste et Le Soleil sont la propriété de Gesca ; The Gazette et le National Post appartiennent à Canwest), de même que par le recours fréquent aux articles des agences de presse, la Presse canadienne en particulier dans le cas de cette campagne électorale.

2 Notre corpus englobe la majorité des quotidiens publiés au Québec, mais il subsiste quelques exclusions : La Voix de l’Est (Granby), Le Journal de Québec, Le Quotidien (Saguenay), The Record (Sherbrooke) et les quotidiens gratuits montréalais Métro et 24 h. Ils ont été omis en raison des contraintes de temps avec lesquelles nous avons produit cette analyse. Nous avons aussi pensé que la valeur ajoutée de leur inclusion aurait été plutôt modeste : certains appartiennent à la même entreprise que d’autres journaux inclus dans notre échantillon, d’autres publient principalement des textes d’agence de presse. Les 10 journaux que nous avons sélectionnés présentent une diversité linguistique, régionale et de propriété.

3 En français, la séquence logique utilisée pour répertorier les articles était : (élection OU électoral OU campagne) ET (Québec OU Charest OU Marois OU Legault OU David OU Khadir OU Aussant). En anglais, la séquence logique était : (election OR electoral OR campaign) AND (Quebec OR Charest OR Marois OR Legault OR David OR Khadir OR Aussant).

4 La plupart des articles non valides portaient sur les élections américaines et sur des « campagnes » de recrutement, de publicité, de relations publiques ou de sensibilisation menées au Québec. Dès que le texte comportait une référence, même courte, à la campagne électorale québécoise, nous le conservions dans le corpus. Certains articles font donc mention de la campagne électorale sans qu’il ne s’agisse du sujet principal. Cela influence peu la validité de nos données, car les indicateurs employés sont généralement des « mentions ». Ils mesurent mieux la densité de la couverture que si nous avions considéré des indicateurs basés sur le nombre d’articles.

5 Nous comptons 448 articles dans La Presse, 453 dans Le Soleil, 416 dans Le Devoir, 346 dans Le Journal de Montréal, 335 dans The Gazette, 310 dans Le Nouvelliste, 253 dans La Tribune, 228 dans Le Droit, 96 dans The Globe and Mail et 63 dans le National Post.

6 Pour les partis, le dictionnaire est constitué du nom de famille des chefs (le prénom Françoise a été ajouté au nom David étant donné que celui-ci est commun), de celui des candidats qui apparaissaient plus de 50 fois dans tout le corpus, du nom et du sigle des partis, ainsi que leurs dérivés (ex. : Parti québécois, PQ, péquiste, etc.).

7 Pour atténuer les écarts quotidiens et améliorer la lisibilité des graphiques présentés dans ce chapitre, nous avons calculé le nombre moyen de mentions sur une période de trois jours, du deuxième à l’avant-dernier jour de la période couverte par notre corpus (en excluant les dimanches et le jour de la fête du Travail, alors que peu ou pas de journaux étaient publiés).

8 Pendant plusieurs journées de la campagne électorale, la couverture accordée à QS et ON était trop faible pour qu’il nous ait semblé pertinent d’en mesurer la tonalité. C’est pourquoi ils n’apparaissent pas dans ce graphique.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE 6.1. Nombre de mentions des enjeux pendant la campagne, journaux de langue française (moyenne mobile de 3 jours)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5898/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre GRAPHIQUE 6.2. Nombre de mentions des enjeux pendant la campagne, journaux de langue anglaise (moyenne mobile de 3 jours)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5898/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre TABLEAU 6.1. Répartition des mentions des partis et de leurs candidats, par journal (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5898/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre GRAPHIQUE 6.3. Tonalité de la couverture de la campagne à l’égard des principaux partis, journaux de langues française et anglaise (moyenne mobile de 3 jours)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5898/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

Auteurs

Candidate au doctorat en science politique à l’Université McGill, où elle est membre du Centre pour l’étude de la citoyenneté démocratique. Ses travaux de recherche portent sur la couverture des politiques publiques par les médias au Canada et à l’étranger. Elle s’intéresse aussi aux politiques de citoyenneté, à l’impact de l’opinion publique et des médias sur les politiques d’immigration, ainsi qu’à la politique québécoise et canadienne.

Professeur adjoint au Département de science politique de l’Université de Montréal. Il s’intéresse particulièrement au journalisme politique, aux usages politiques d’Internet et à la méthodologie des sondages et de l’analyse de contenu. Il est l’auteur de Tout le monde en regarde ! La politique et l’infodivertissement à la télévision québécoise (PUL, à paraître), il a publié plusieurs chapitres de livres, ainsi que des articles dans Hermès, Questions de communication, la Revue canadienne de science politique et Politique et sociétés.

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre