Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Québécois aux urnes

 | 
Éric Bélanger
, 
Frédérick Bastien
, 
François Gélineau

Première partie. Le contexte politique

4. Le malaise des Québécois : la confiance envers les institutions gouvernementales

Mebs Kanji et Kerry Tannahill

Texte intégral

1La promotion de l’intégrité et l’amélioration de la gouvernance sont deux thèmes qui ont été mis en évidence tout au long de la campagne électorale de 2012, au Québec. Les partis d’opposition ont affirmé que la corruption et la collusion, de même qu’une performance insuffisante du gouvernement avaient contribué au cynisme des Québécois envers la politique et à la création d’un sentiment de méfiance envers les autorités gouvernementales. Ce malaise des citoyens à l’égard de la démocratie n’est pas nouveau ni unique au Québec, mais il semble avoir eu des répercussions importantes sur le comportement électoral au scrutin de 2012. La division accentuée des appuis électoraux entre les partis politiques, surtout au profit de la Coalition avenir Québec (CAQ), que Jean-François Godbout a mis en lumière au chapitre 1, n’est sans doute pas étrangère à ce syndrome.

  • 1 Jacques Duchesneau a, notamment, été chef du Service de police de la Communauté urbaine de Montréa (...)

2La CAQ s’est clairement positionnée en faisant de l’intégrité le thème central de sa campagne. Le slogan et le titre de la plateforme électorale de la CAQ, « C’est assez, faut que ça change ! », évoquaient précisément ce thème. Le dévoilement, dans la première semaine de campagne, de la candidature de Jacques Duchesneau1 a aussi participé à ce positionnement.

3Le parti a misé sur la possibilité que le cynisme des Québécois, ainsi que leurs frustrations devant la sous-performance du gouvernement et le manque de pratiques éthiques se traduisent en succès électoral. L’une de ses principales promesses de campagne était de lutter contre une culture de gouvernance léthargique en offrant une gestion publique plus compétente et efficace. Cela devait se concrétiser, entre autres, par la diminution de la bureaucratie, la réforme de certaines structures décisionnelles, une plus grande imputabilité de la fonction publique, des mesures de stimulation du développement économique et le rétablissement de l’équilibre entre les impôts payés et les services reçus (Coalition avenir Québec, 2012).

  • 2 Le lecteur trouvera à l’annexe A des renseignements plus détaillés sur cette étude.

4Dans ce chapitre, nous examinons l’étendue de ce malaise et tentons d’en discerner les contours en utilisant les données d’une récente étude postélectorale effectuée en ligne dans le cadre d’une recherche comparative des élections provinciales au Canada, le Comparative Provincial Election Project (CPEP)2. À quel point les Québécois ont-ils confiance dans leurs institutions gouvernementales ? Et comment peut-on expliquer ces attitudes ?

Le malaise démocratique ausculté

5À première vue, les diagnostics posés par les chercheurs sur le problème du soutien de la population à l’égard de la politique ne sont pas parfaitement clairs. Bien sûr, il existe de nombreux éléments de preuve indiquant que les citoyens des démocraties industrielles avancées, dont le Canada, ne sont pas tout à fait satisfaits de la façon dont fonctionne la démocratie dans leur pays, de leurs institutions politiques et de leurs politiciens. Cependant, les interprétations des résultats d’analyses comparatives dans le temps et dans l’espace varient considérablement.

6La plupart des spécialistes s’entendent pour dire que le soutien à la communauté politique (le sentiment d’appartenance à son pays, par exemple) et aux principes démocratiques demeure généralement fort dans les démocraties industrielles avancées. Cela dit, Dalton (2004) affirme pour sa part que les citoyens sont devenus plus critiques à l’égard des autorités politiques et qu’ils ont moins confiance dans leurs institutions politiques, comme les partis et les parlements. Il s’agirait d’une tendance lourde depuis plusieurs décennies, qui persiste au gré des gouvernements successifs. Mais Norris (2011) fait valoir que de telles interprétations exagèrent l’ampleur de la désaffection politique. Elle croit plutôt que la confiance dans les institutions politiques montre des différences systématiques et persistantes parmi les démocraties de l’Europe de l’Ouest et aux États-Unis. Les données longitudinales à ce sujet montrent clairement, selon elle, que le soutien politique fluctue au fil du temps, plutôt que de décliner de façon linéaire.

7La littérature est toutefois plus concluante quant au rôle joué par la performance des gouvernants dans l’explication du niveau de soutien politique. Pour Dalton (2004), la diversité croissante des objectifs poursuivis par les politiques publiques est de nature à engendrer une dynamique dans laquelle l’insatisfaction se développe à mesure que de nouveaux enjeux sont inscrits à l’ordre du jour politique, comme la qualité de l’environnement, les droits des minorités et les questions culturelles. En d’autres termes, l’accroissement de la demande pour de nouvelles politiques publiques fait en sorte qu’il est plus difficile pour les institutions gouvernementales de répondre efficacement aux attentes des citoyens. Pour réduire ce déficit démocratique, Norris (2011) suggère que l’accent soit mis sur le renforcement des processus de la démocratie et sur la qualité de la gouvernance. Dans une récente étude canadienne, Bastedo et ses collaborateurs (2011) montrent que la plupart des Canadiens désengagés ont le sentiment que le système politique ne fonctionne pas en leur faveur. Soit parce qu’ils ont reçu peu d’aide ou parce qu’ils sentent que leurs préoccupations sont ignorées, ils ont retenu de leur expérience personnelle que la participation à la vie politique est futile.

8La littérature nous conduit à penser que la corruption et d’autres comportements peu éthiques devraient également avoir des répercussions sur le soutien politique. Des études démontrent qu’un lien existe entre la corruption en politique et les sentiments qu’ont les citoyens à l’égard de leur système politique. Lorsque le nombre de rapports d’inconduite atteint de nouveaux sommets, il s’ensuit une augmentation de l’insatisfaction des citoyens envers la politique, comme le soulignent Pharr (2000) et Della Porta (2000). Partant de ce constat, il est raisonnable de croire que les perceptions de corruption et d’une performance insuffisante du gouvernement contribuent à alimenter le cynisme du public à l’égard du processus politique et l’érosion de leur confiance envers les acteurs et les institutions politiques.

9Par ailleurs, nous savons peu de choses du soutien politique dans les États fédérés. Par exemple, nous n’avions jusqu’à ce jour que peu de données sur la confiance des Québécois à l’égard des principales institutions politiques de leur province et sur d’éventuels contrastes avec leurs attitudes envers les institutions fédérales. Cependant, certaines données publiées récemment indiquent que les prétentions de la CAQ méritent certainement une exploration plus approfondie. Il a été rapporté avant le scrutin qu’environ 70 % des Québécois étaient insatisfaits du gouvernement Charest (Macpherson, 2012). Le quatrième Rapport sur la démocratie de l’organisme Samara (2012) révélait, pour sa part, que la satisfaction à l’égard du fonctionnement de la démocratie au Canada avait diminué de 20 points de pourcentage depuis 2004, et encore davantage chez les Québécois francophones.

Le diagnostic

  • 3 Pour examiner en profondeur les attitudes des Québécois à l’égard de la démocratie et des institut (...)

10Les données du volet québécois du CPEP sont uniques du fait qu’elles nous permettent d’examiner le degré de confiance exprimé par les Québécois envers une variété d’institutions en distinguant les principaux paliers de gouvernement. Elles permettent aussi certaines comparaisons avec des observations faites dans d’autres provinces canadiennes où des élections ont eu lieu depuis 20113. Nous chercherons ainsi à comprendre ce qui influence le soutien aux institutions québécoises.

Le soutien des Québécois et d’autres Canadiens à leurs institutions politiques

11Le graphique 4.1 montre la proportion de Québécois qui expriment « assez » ou « beaucoup » de confiance envers quatre institutions politiques – le gouvernement, la législature, les partis politiques, et la fonction publique – à trois paliers de gouvernement : municipal, provincial et fédéral. Dans une démocratie qui fonctionne bien, on pourrait s’attendre à ce que la plupart des citoyens aient au moins un certain degré de confiance dans chacune de ces institutions fondamentales. Pourtant, ces données montrent que seulement deux Québécois sur cinq ont confiance dans ces institutions politiques sur les plans municipal (43 %) et provincial (41 %). De plus, ils sont encore moins nombreux (moins de 30 %) à exprimer de la confiance dans ces institutions sur le plan fédéral.

  • 4 Il faut cependant garder à l’esprit que notre sondage n’était pas en cours lorsque les témoignages (...)

12Ces résultats apportent un certain appui au diagnostic posé par la CAQ, car ils démontrent qu’une large majorité des Québécois ont « très peu » ou « pas de confiance du tout » dans les quatre institutions fondamentales du gouvernement provincial. Ces données suggèrent néanmoins que les Québécois font des distinctions entre le degré de confiance qu’ils accordent aux institutions politiques des différents paliers de gouvernement : malgré les audiences publiques de la Commission Charbonneau, où circulaient allégations et témoignages sur la corruption et la collusion et où il était question, au passage, du financement des partis politiques municipaux et provinciaux, ces données recueillies à l’automne 2012 indiquent que les Québécois ont toujours plus confiance dans leurs institutions municipales4 et provinciales que dans leurs institutions fédérales.

GRAPHIQUE 4.1. Proportion des Québécois ayant assez ou beaucoup confiance aux institutions politiques par palier de gouvernement (en pourcentage)

GRAPHIQUE 4.1. Proportion des Québécois ayant assez ou beaucoup confiance aux institutions politiques par palier de gouvernement (en pourcentage)
  • 5 Des données préliminaires du volet québécois du CPEP montrent que la satisfaction envers la perfor (...)

13Il est plausible que le faible degré de confiance envers les institutions fédérales reflète une longue et amère expérience de la lutte sur les politiques constitutionnelles et l’indépendance du Québec. Il se peut aussi que les Québécois n’aient jamais été réellement satisfaits du gouvernement Harper ou de son mode de gouvernance en partie à cause de leur faible degré de confiance dans les institutions fédérales5. Toutefois, dans la plupart des provinces où nous avons recueilli des données, la confiance envers le gouvernement fédéral tend à être plus basse qu’à l’égard des gouvernements provinciaux et municipaux (graphique 4.2). Il est possible que les citoyens aient moins confiance dans les institutions gouvernementales fédérales que dans les institutions municipales ou provinciales parce que ces dernières semblent être plus proches d’eux, plus pertinentes et avoir une influence plus directe sur leur vie quotidienne.

GRAPHIQUE 4.2. Proportion de répondants ayant assez ou beaucoup confiance au gouvernement, par palier de gouvernement et par province (en pourcentage)

GRAPHIQUE 4.2. Proportion de répondants ayant assez ou beaucoup confiance au gouvernement, par palier de gouvernement et par province (en pourcentage)

Comprendre le malaise démocratique des Québécois

  • 6 La proportion des répondants qui ont attribué une note de « 0 » est de 21 % pour le PLQ, 21 % pour (...)
  • 7 Notons toutefois que l’appui à ces partis varie selon des facteurs sociodémographiques, ce qui est (...)

14Concernant la perception des Québécois sur chacune des institutions fondamentales du gouvernement provincial, nous constatons que très peu de citoyens expriment « beaucoup de confiance » dans l’Assemblée nationale (15 %), la fonction publique (13 %), le gouvernement (11 %) ou les partis politiques (3 %). Les Québécois sont plus nombreux à croire que les fonctionnaires font un bon travail (72 %) par rapport aux législatures (60 %) et aux partis politiques (44 %). Ces derniers ne suscitent pas beaucoup de sympathie. Sur une échelle allant de 0 à 100 (où 0 signifie « n’aime vraiment pas » et 100 signifie « aime beaucoup »), les soutiens moyens pour le Parti libéral du Québec (PLQ), le Parti québécois (PQ), la CAQ, Québec solidaire (QS) et Option nationale (ON) étaient tous inférieurs à 50. Plus notable encore, nous observons que la note la plus fréquemment attribuée à chacun de ces partis était zéro6. Donc, même si les évaluations individuelles varient considérablement, ces tendances centrales sont particulièrement révélatrices7.

15En outre, les données montrent que la perception des Québécois sur la performance de leur gouvernement provincial est aussi problématique. Seulement 10 % des répondants ont déclaré qu’ils avaient été « très satisfaits de la performance du gouvernement provincial sous Jean Charest » et seulement 26 % ont dit qu’ils avaient étaient « plutôt satisfaits ». En d’autres termes, la campagne électorale n’a contribué que bien peu à améliorer les perceptions des Québécois sur la performance du gouvernement Charest. En fait, par rapport aux autres provinces où le CPEP a été administré, les Québécois se révèlent les moins satisfaits en ce qui concerne la performance du gouvernement sortant : le taux de satisfaction est 10 points de pourcentage moins élevé que parmi les répondants de l’Alberta et de l’Ontario, et approximativement 40 points de pourcentage plus faible que chez ceux de la Saskatchewan et de Terre-Neuve-et-Labrador. Comme les données relatives aux partis politiques, ces résultats peuvent aussi aider à expliquer pourquoi un si grand nombre de Québécois n’ont pas une confiance plus forte dans les institutions gouvernementales provinciales.

16Par ailleurs, il est possible que les Québécois réagissent ainsi aux comportements non éthiques et au manque d’intégrité qu’ils perçoivent de la part du gouvernement et des autorités politiques. Avec la Commission Charbonneau, qui met en lumière des comportements douteux dans l’octroi des contrats publics dans l’industrie de la construction et dont les audiences sont télédiffusées quotidiennement, il serait surprenant que les préoccupations en matière d’éthique n’aient pas été prises en compte par les Québécois. Les données sur ce point montrent que, sur le plan provincial, le gouvernement a pu écoper davantage que ce ne fut le cas individuellement pour les membres de l’Assemblée nationale. Sur une échelle variant de 0 à 10, où 0 signifie « complètement malhonnête et corrompu » et 10 signifie « complètement honnête et intègre », les résultats indiquent que plus de la majorité des Québécois (55 %) ont donné au gouvernement provincial une note de 5 ou moins. Par comparaison, 46 % des Québécois ont attribué une telle note au premier ministre et 32 % au député qui représente leur circonscription à l’Assemblée nationale. Donc, les données suggèrent que pour de nombreux Québécois, la perception de l’intégrité pourrait avoir un effet sur leur confiance dans les institutions.

  • 8 Le libellé de cet énoncé était différent dans la version anglaise du questionnaire : « Rich people (...)

17Il n’est pas difficile de concevoir comment ce contexte peut contribuer à alimenter le cynisme du public et à affaiblir son soutien pour les autorités politiques. Ces deux conséquences peuvent, à leur tour, avoir d’autres implications sur la confiance des Québécois dans les institutions gouvernementales provinciales. En fait, les résultats de notre enquête postélectorale montrent des degrés variés de soutien pour chacune de ces propositions. Par exemple, concernant la prévalence des points de vue cyniques, les données indiquent que quatre Québécois sur cinq (82 %) estiment que « les personnes aisées ont beaucoup trop d’influence en politique »8. De plus, presque la moitié des Québécois (46 %) s’accordent à dire que « les partis politiques achètent les élections et les votes » et 44 % estiment que « nous résoudrions probablement la plupart de nos plus gros problèmes si la prise de décision pouvait être redonnée directement à la population ». Enfin, 39 % des citoyens québécois pensent que « la plupart des politiciens sont corrompus ». De plus, sur le plan de la confiance envers les autorités politiques, seulement 13 % des Québécois ont « beaucoup » de confiance dans le premier ministre ou dans leur représentant respectif à l’Assemblée nationale ; la plupart ont « plutôt confiance » envers l’un (48 %) et l’autre (55 %).

18Afin de vérifier lesquels de ces facteurs sont liés à un faible degré de confiance dans les institutions gouvernementales provinciales, et pour déterminer si certains sont plus pertinents que d’autres, nous avons effectué une analyse de régression multivariée selon la méthode des moindres carrés ordinaires. Nous y contrôlons l’impact de facteurs culturels et sociodémographiques. Parmi les premiers, la thèse de la mobilisation cognitive affirme que le niveau de scolarité, l’intérêt et la fréquence des discussions politiques favoriseraient la confiance des citoyens (Norris, 1999, 2011 ; Dalton, 2006). Il en irait de même de l’exposition aux médias (Norris, 2000). Par contre, Nevitte (2002) suggère que la mobilisation cognitive et l’explosion de l’information peuvent aussi contribuer à un plus grand écart du sentiment d’efficacité politique, en ce sens où des gens auraient le sentiment que leur compétence politique personnelle demeure stable, mais que la réactivité du système politique, elle, décline. Par ailleurs, la progression des valeurs postmatérialistes aurait pour effet que les jeunes générations sont moins déférentes et plus disposées à défier les autorités institutionnelles (Inglehart, 1990, 1997 ; Nevitte, 1996). De même, la théorie de Putnam (2000) sur le déclin du capital social suggère que la diminution des interactions entre les citoyens – en raison de facteurs tels que la hausse du temps passé à regarder la télévision et à se déplacer entre la maison et le travail – réduit la confiance interpersonnelle et crée un climat dans lequel les citoyens sont moins susceptibles de se sentir engagés ou confiants dans les institutions gouvernementales.

19Des facteurs sociodémographiques peuvent aussi expliquer ces attitudes moins positives des Québécois à l’égard de leurs institutions gouvernementales provinciales. Étant donné le débat qui oppose fédéralistes et souverainistes, et le rôle important qu’a joué le gouvernement du Québec dans la préservation et le développement de la culture de langue française, il est plausible que les francophones aient davantage confiance dans ces institutions que les anglophones. De manière similaire, les effets de certaines politiques publiques peuvent rendre pertinents des facteurs tels que le sexe, le lieu de naissance, le revenu et surtout l’âge. Il faut rappeler qu’avant l’élection, un grand nombre de jeunes se sont engagés dans un mouvement étudiant de contestation de la hausse des frais de scolarité pour l’éducation universitaire, qui donna lieu à la mise en œuvre d’une loi spéciale que plusieurs ont jugée oppressive et restrictive des droits démocratiques. On peut supposer qu’une telle politique puisse avoir des conséquences négatives sur la confiance des jeunes à l’égard des institutions gouvernementales (voir le chapitre 17 de Dietlind Stolle et ses collaboratrices sur cette question).

  • 9 Même si notre analyse suggère que certains groupes, tels que les jeunes et les anglophones, sont p (...)

20Sans surprise, les données présentées dans le tableau 4.1 suggèrent que la confiance des Québécois dans leurs institutions gouvernementales est influencée par une variété de facteurs9. Parmi les caractéristiques sociodémographiques, nous observons que les jeunes générations et les Québécois anglophones affichent une moins grande confiance dans leurs institutions gouvernementales provinciales que les générations plus âgées ou les francophones. De plus, les résultats révèlent que les fédéralistes ont moins confiance que les souverainistes. Ces deux résultats sont conformes à nos attentes. Quand il s’agit des influences culturelles, cependant, seule la mobilisation cognitive a un effet significatif positif. En moyenne, les individus plus éduqués, plus intéressés et plus engagés ont tendance à être plus confiants à l’égard de leurs institutions gouvernementales provinciales. Par contre, le degré d’exposition aux médias, l’écart entre les sentiments d’efficacité interne et externe, les valeurs post-matérialistes, l’attitude envers l’autorité et la confiance interpersonnelle n’ont pas d’effets directs significatifs.

TABLEAU 4.1. Déterminants de la confiance des Québécois envers les institutions politiques provinciales (le gouvernement, l’Assemblée nationale, les partis et la fonction publique)

TABLEAU 4.1. Déterminants de la confiance des Québécois envers les institutions politiques provinciales (le gouvernement, l’Assemblée nationale, les partis et la fonction publique)

* p <0,10 ;** p <0,05 ;*** p <0,01
Note : Pour chaque variable indépendante, les données présentées sont le coefficient de régression (B), l’erreur standard (entre parenthèses) et le coefficient de régression standardisé (Bêta) produits par une analyse de régression linéaire selon la méthode des moindres carrés ordinaires.

21Il faut noter que les résultats présentés au tableau 4.1 illustrent que différents facteurs tels que la performance des institutions, l’intégrité, le cynisme et le soutien à des autorités politiques particulières sont tous statistiquement significatifs, même après avoir contrôlé une variété de facteurs sociodémographiques et culturels. Certains de ces déterminants sont plus importants que d’autres. Par exemple, les coefficients standardisés (Bêta) indiquent que la performance des institutions est de loin le facteur explicatif le plus important : plus les Québécois évaluent positivement la performance des institutions gouvernementales, plus ils deviennent confiants. En outre, le soutien au premier ministre provincial est pertinent : plus les Québécois sont confiants à l’égard de leur premier ministre, plus ils sont susceptibles d’avoir confiance dans leurs institutions gouvernementales provinciales. Les résultats montrent également qu’une plus grande confiance à l’égard de son député à l’Assemblée nationale contribue à renforcer la confiance dans les institutions gouvernementales provinciales, bien que l’ampleur de cette influence soit moins forte.

***

22Les résultats de cette analyse indiquent que la confiance des Québécois dans les institutions du gouvernement provincial est faible, mais qu’elle n’est tout de même pas aussi basse qu’à l’égard des institutions fédérales. Les résultats montrent également que les Québécois ne sont pas impressionnés par la performance de leurs institutions gouvernementales et que l’intégrité et la confiance envers les autorités politiques sont des préoccupations importantes. De plus, les données confirment que le cynisme du public prévaut à divers degrés. En outre, les résultats de l’analyse de régression multivariée révèlent que ce manque de confiance s’explique par une variété de facteurs sociodémographiques et culturels, même si certains d’entre eux sont plus influents que d’autres.

23Compte tenu des résultats de cette analyse, il semble que le message de la CAQ était plutôt fondé, particulièrement en ce qui a trait à la nécessité d’améliorer la performance du gouvernement et le lien de celle-ci avec la confiance des Québécois dans leurs institutions. Mais pourquoi alors la CAQ n’a-t-elle pas obtenu de meilleurs résultats électoraux ? Une partie de cette réponse est peut-être liée à l’importance limitée du processus démocratique comme enjeu électoral. Par exemple, Andrea Lawlor et Frédérick Bastien montrent au chapitre 6 que la corruption n’a été le thème prépondérant de la campagne qu’au cours des dix premiers jours, d’autres enjeux s’étant ensuite imposés à l’ordre du jour. Il est également plausible que les Québécois n’étaient tout simplement pas prêts à laisser un nouveau parti politique gouverner. D’autres chapitres de ce volume, comme le chapitre 12, de Richard Nadeau et Éric Bélanger, offrent des pistes d’interprétation allant dans ce sens.

Notes

1 Jacques Duchesneau a, notamment, été chef du Service de police de la Communauté urbaine de Montréal de 1994 à 1998 et il a dirigé l’Unité anticollusion créée par le gouvernement du Québec en 2010, avant que la commission Charbonneau soit mise sur pied. En septembre 2011, il produit un rapport établissant un lien entre l’industrie de la construction et le financement des partis politiques au Québec.

2 Le lecteur trouvera à l’annexe A des renseignements plus détaillés sur cette étude.

3 Pour examiner en profondeur les attitudes des Québécois à l’égard de la démocratie et des institutions gouvernementales, le questionnaire était plus détaillé que celui qui a été administré dans les autres provinces, limitant ainsi les possibilités de comparaison à quelques points communs aux sondages conduits dans chaque province ciblée par le CPEP. Le lecteur trouvera à la fin de cet ouvrage plus de détails concernant la méthodologie de l’enquête (annexe A) et les variables employées dans cette analyse (annexe B2).

4 Il faut cependant garder à l’esprit que notre sondage n’était pas en cours lorsque les témoignages sur la corruption et la collusion à la Ville de Montréal ont débuté dans le cadre des audiences publiques de la Commission.

5 Des données préliminaires du volet québécois du CPEP montrent que la satisfaction envers la performance du gouvernement Harper au Québec est beaucoup plus basse (29 %) que dans toutes les autres provinces où l’enquête fut menée : 76 % en Saskatchewan, 58 % en Alberta, 57 % au Manitoba, 52 % à l’Îledu-Prince-Édouard, 48 % en Ontario et 36 % à Terre-Neuve-et-Labrador. Ces résultats sont basés sur les réponses à la question suivante : « À quel point êtesvous satisfaits de la performance du gouvernement fédéral sous Stephen Harper ? » Les résultats rapportés indiquent le nombre de répondants qui étaient « très satisfaits » ou « plutôt satisfaits ».

6 La proportion des répondants qui ont attribué une note de « 0 » est de 21 % pour le PLQ, 21 % pour le PQ, 20 % pour la CAQ, 22 % pour QS et 30 % pour ON.

7 Notons toutefois que l’appui à ces partis varie selon des facteurs sociodémographiques, ce qui est exposé en détail par Richard Nadeau et Éric Bélanger au chapitre 12.

8 Le libellé de cet énoncé était différent dans la version anglaise du questionnaire : « Rich people and big business have too much influence in politics. »

9 Même si notre analyse suggère que certains groupes, tels que les jeunes et les anglophones, sont plus mécontents que les Québécois plus âgés et francophones, les résultats de cette analyse de régression multivariée ne paraissent souffrir d’aucun problème de multicolinéarité.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE 4.1. Proportion des Québécois ayant assez ou beaucoup confiance aux institutions politiques par palier de gouvernement (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5892/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre GRAPHIQUE 4.2. Proportion de répondants ayant assez ou beaucoup confiance au gouvernement, par palier de gouvernement et par province (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5892/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre TABLEAU 4.1. Déterminants de la confiance des Québécois envers les institutions politiques provinciales (le gouvernement, l’Assemblée nationale, les partis et la fonction publique)
Légende * p <0,10 ;** p <0,05 ;*** p <0,01Note : Pour chaque variable indépendante, les données présentées sont le coefficient de régression (B), l’erreur standard (entre parenthèses) et le coefficient de régression standardisé (Bêta) produits par une analyse de régression linéaire selon la méthode des moindres carrés ordinaires.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5892/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k

Auteurs

Professeur agrégé au Département de science politique de l’Université Concordia. Ses intérêts de recherche se concentrent principalement sur les valeurs, la diversité et leurs répercussions sur la cohésion sociale, le soutien politique et la gouvernance démocratique.

Candidate au doctorat en science politique à l’Université Concordia. Ses recherches portent principalement sur la politique comparée et la politique québécoise et canadienne. Ses travaux de recherche actuels portent notamment sur l’opinion publique au sein de l’Union européenne.

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre