Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Québécois aux urnes

 | 
Éric Bélanger
, 
Frédérick Bastien
, 
François Gélineau

Première partie. Le contexte politique

3. Le positionnement des partis dans l’espace politique québécois

François Pétry

Texte intégral

  • 1 Jean-François Godbout présente au chapitre 1 une analyse détaillée de cette évolution du système p (...)

1Historiens et politologues s’accordent pour faire correspondre le début de la phase actuelle du système des partis au Québec avec le réalignement électoral de 1970, lorsque l’Union nationale essuya une cuisante défaite par rapport au PLQ dont elle ne se remit jamais (Lemieux, Gilbert et Blais, 1970 ; Pinard, 1973). Un des aspects de ce réalignement a été le renouvellement des enjeux politiques par l’affirmation d’un nouveau clivage identitaire opposant la souveraineté du Québec à l’unité canadienne, qui est venu s’ajouter au clivage gauche-droite existant (Pelletier, 2012). Le PQ et le PLQ ont participé à ce processus d’affirmation du clivage identitaire en renouvelant le débat sur le rôle du nationalisme québécois. Le clivage identitaire en est venu à dominer l’ordre du jour, puis des tiers partis ont tenté de se faire une place dans le paysage politique québécois en affirmant de nouveau l’importance du clivage gauche-droite1.

2Ce chapitre étudie le positionnement des partis politiques représentés à l’Assemblée nationale depuis 1976 en portant une attention particulière aux axes identitaire et gauche-droite. L’objectif principal est de retracer l’évolution récente du positionnement idéologique du Parti libéral du Québec (PLQ), du Parti québécois (PQ) et de l’Action démocratique du Québec (ADQ) sur la base d’une analyse de contenu de leurs plateformes électorales. Cette démarche est aussi l’occasion de comparer, pour la première fois, le positionnement de la Coalition avenir Québec (CAQ) et de Québec solidaire (QS) par rapport au PLQ et au PQ en 2012. Nous allons également comparer nos résultats avec les conclusions d’études antérieures sur le positionnement idéologique des partis au Québec.

L’analyse des plateformes électorales

3Une méthode bien établie pour positionner les partis dans l’espace politique est celle du Comparative Manifesto Project (CMP), qui consiste à extraire le positionnement des partis à partir du contenu de leurs plateformes électorales en mesurant la fréquence d’accentuation de thèmes préétablis correspondant aux grands enjeux politiques. Ces mesures sont ensuite utilisées pour positionner les partis dans leurs espaces politiques nationaux respectifs et pour suivre leur évolution d’une élection à l’autre (Budge et al., 2001 ; Klingemann et al., 2006).

  • 2 À ce propos, voir Volkens (2001) et le site Web du projet Poltext : http://www.poltext.capp.ulaval (...)

4L’unité d’analyse de la méthode CMP est l’unité de sens (la phrase ou le paragraphe) et non l’unité grammaticale (le mot). La méthode de codage des plateformes des partis au Québec est la même que celle qui est suivie par les experts du CMP2. Deux assistants de recherche, formés au préalable par le chercheur, codent séparément un échantillon d’engagements de plateformes et remplissent une fiche à partir de laquelle la fiabilité du codage initial est calculée sous forme de coefficient d’accord entre codeurs. Par exemple, le coefficient d’accord entre codeurs était de 92 % pour les plateformes québécoises aux élections de 2012 et de 93 % pour les élections de 2008. Les désaccords sont identifiés et après délibération collective sous la direction du chercheur, les assistants procèdent à autant de codages successifs qu’il est nécessaire pour arriver à un accord parfait entre eux. Les données de la période 1976-2012 ont été codées par la même équipe d’assistants sous la direction de l’auteur. Cela limite les risques d’incohérences dans le codage à la suite de changements de codeurs.

L’axe gauche-droite

  • 3 Plusieurs articles sur ce sujet ont aussi été publiés dans un numéro thématique d’Electoral Studie (...)

5Nous commencerons l’analyse en positionnant les partis québécois sur l’axe gauche-droite. L’importance du clivage gauche-droite dans l’espace politique des pays démocratiquement avancés a été démontrée par la comparaison de résultats de sondages d’opinion (Inglehart et Klingemann, 1976) et par des enquêtes menées auprès d’experts (Huber et Inglehart, 1995 ; Benoit et Laver, 2006). Il s’agit du clivage dominant qui émerge de l’analyse du positionnement des partis dans la plupart des pays étudiés par les chercheurs du CMP (Budge, Robertson et Hearl, 1987)3. Au Québec, Richard Nadeau et Éric Bélanger montrent au chapitre 12 comment les clientèles partisanes se positionnent sur un axe gauche-droite portant sur le rôle de l’État, un thème aussi abordé par Éric Montigny et ses collaborateurs au chapitre 18 consacré à la Boussole électorale. Enfin, une enquête auprès d’experts québécois principalement des politologues réalisée en 2007 démontre que les partis se distinguent nettement sur l’axe gauche-droite : les experts ont positionné l’ADQ à droite (16,4 en moyenne sur une échelle de 1 à 20), le PLQ au centre-droit (12,7 en moyenne) et le PQ à gauche (8,5 en moyenne) (Collette et Pétry, 2011).

  • 4 Voir le site Web du CMP (http://manifestoproject.wzb.eu) pour la liste des catégories et leurs déf (...)

6Pour positionner les partis sur l’axe gauche-droite, nous utiliserons l’échelle gauche-droite « universelle » du CMP, appelée RILE (right-left). L’échelle RILE est construite par simple addition et soustraction de pourcentages de mentions d’un nombre fixe de catégories dans les plateformes électorales des partis4. La simplicité même de la méthode explique sa popularité auprès des chercheurs de nombreux pays. Un deuxième avantage de la méthode RILE est qu’elle permet de produire des données qui sont comparables dans le temps, ce que l’enquête d’experts ne permet pas. Un autre avantage de taille est que les résultats observés dans un pays peuvent être facilement comparés avec ceux d’autres pays en consultant le site Web du CMP. Jusqu’à maintenant, comme le font remarquer Bittner et Koop (2013), l’échelle RILE a été appliquée au Canada sur le plan fédéral, mais pas au Québec.

  • 5 Une description de ces catégories apparaît en annexe B1.

7L’échelle RILE initiale (Budge et al., 2001) comprend 26 catégories (sur un total de 54 dans le CMP). Plusieurs de ces catégories ne sont jamais ou presque jamais mentionnées dans les plateformes électorales des partis québécois (une catégorie est classée comme presque jamais mentionnée si elle représente moins de 0,1 % des unités de sens au cours de la période 1976-2012). Après élimination des catégories qui n’ont jamais ou presque jamais été mentionnées par le PLQ, le PQ ou l’ADQ depuis 1976, on obtient les sept catégories suivantes qui sont liées à la gauche : paix, internationalisme, démocratie, réglementation du marché privé, expansion de l’État-providence, expansion de l’éducation et travailleurs. À droite, on trouve les six catégories suivantes : libertés et droits humains, libre entreprise, incitatifs économiques, anti-protectionnisme, orthodoxie économique, et loi et ordre5.

8Les 13 catégories de l’échelle RILE retenues pour analyse sont reportées au tableau 3.1. Le pourcentage total d’unités de sens mentionnant ces catégories pour chaque parti apparaît au bas du tableau. On voit que les pourcentages pour le PLQ et l’ADQ avoisinent 39 %, tandis que le pourcentage pour le PQ est de 37 %. QS mentionne les catégories RILE beaucoup plus souvent que les autres partis en 2012 (47 % du temps). Cela est apparemment dû à l’idéologie particulièrement à gauche de QS, avec des très hauts taux de mentions pour deux catégories classées à gauche : l’expansion de l’État-providence (17 %) et de l’éducation (13 %). La CAQ mentionne les catégories de l’échelle RILE dans seulement 34 % des unités. Cela est attribuable en partie aux faibles taux de mentions des deux mêmes catégories.

9Nous interprétons ces pourcentages totaux comme une indication de la place qu’occupe le clivage gauche-droite dans les plateformes des partis québécois, tout en gardant à l’esprit que cette indication risque de ne pas être entièrement valide. La principale raison en est que l’échelle RILE n’inclut pas les catégories de protection de l’environnement et de justice sociale du CMP, qui émergent comme des composantes importantes de l’axe gauche-droite dans les enquêtes d’experts canadiens de Benoit et Laver (2006) et Pétry, Collette et Klingemann (2012).

  • 6 Chaque point du diagramme est donc la moyenne de deux pourcentages successifs. Le lissage permet d (...)

10Quelle a été l’évolution sur l’axe idéologique gauche-droite au Québec entre 1976 et 2012 ? Une première illustration apparaît au graphique 3.1 où sont rapportés les pourcentages, « lissés » par l’application d’une moyenne mobile sur deux élections successives, de mentions de la catégorie « expansion de l’État-providence », l’une des plus fréquemment mentionnées à gauche dans l’échelle RILE entre 1976 et 20126.

TABLEAU 3.1. Proportion du contenu des plateformes électorales mentionnant les catégories de l’échelle gauche-droite (en pourcentage)

TABLEAU 3.1. Proportion du contenu des plateformes électorales mentionnant les catégories de l’échelle gauche-droite (en pourcentage)

Notes : Les pourcentages pour chaque thème et le total de ces pourcentages portent sur l’ensemble des unités de sens (N) identifiées dans les plateformes électorales. Les élections prises en considération sont celles de 1976 à 2012 pour le PLQ et le PQ, de 1994 à 2008 pour l’ADQ, et de 2012 pour QS et la CAQ. Les unités de sens non comptabilisées dans ces pourcentages portaient sur des enjeux écartés de l’échelle RILE ou ne portaient pas sur des enjeux.

11Plusieurs points du tableau 3.1 méritent d’être soulignés. Les différences de pourcentages répondent aux attentes : le PQ, fidèle à son orientation idéologique, accentue l’expansion de l’État-providence plus souvent que le PLQ, et le PLQ l’accentue plus souvent que l’ADQ. Cela dit, il faut bien constater que la différence de moyenne entre le PLQ (8,8 %) et le PQ (10,3 %) est assez mince. Par contre, la proportion de l’ADQ (4,3 %) est significativement plus basse. Le constat le plus marquant est que les mentions de la catégorie « expansion de l’État-providence » ont augmenté régulièrement dans le temps pour le PLQ, le PQ et l’ADQ. Enfin, les pourcentages pour la CAQ et QS en 2012 ont été reportés sur le diagramme, même si le fait que ce sont des points uniques biaise la comparaison avec les autres points du diagramme. Il n’est pas surprenant de constater que le pourcentage de QS positionne ce parti encore plus à gauche que le PQ et le PLQ, alors que le pourcentage de la CAQ est peu éloigné du dernier pourcentage associé à l’ADQ.

GRAPHIQUE 3.1. Proportion du contenu des plateformes électorales mentionnant l’expansion de l’État-providence, par parti, 1976-2012 (moyenne mobile de deux élections, en pourcentage)

GRAPHIQUE 3.1. Proportion du contenu des plateformes électorales mentionnant l’expansion de l’État-providence, par parti, 1976-2012 (moyenne mobile de deux élections, en pourcentage)

12Le graphique 3.2 donne le pourcentage de mentions de la catégorie des « incitations économiques », l’une des plus fréquemment mentionnées à droite entre 1976 et 2012. Sur ce thème, les deux principaux partis se distinguent très peu : les moyennes des pourcentages sont similaires (3,1 % pour le PLQ et 3,3 % pour le PQ) et l’ordre des partis s’inversent à quelques reprises pendant la période à l’étude. L’ADQ, puis la CAQ, se distinguent en insistant davantage sur ce thème, avec des proportions de 7,0 % pour le parti dirigé par Mario Dumont entre 1994 et 2008 et 5 % pour celui de François Legault en 2012. Contrairement à la catégorie « expansion de l’État-providence » qui a été en constante progression, la catégorie « incitatifs économiques » est demeurée plutôt stable pendant la période d’analyse.

GRAPHIQUE 3.2. Proportion du contenu des plateformes électorales mentionnant les incitatifs économiques, par parti, 1976-2012 (moyenne mobile de deux élections, en pourcentage)

GRAPHIQUE 3.2. Proportion du contenu des plateformes électorales mentionnant les incitatifs économiques, par parti, 1976-2012 (moyenne mobile de deux élections, en pourcentage)

13Quelle a été l’évolution d’ensemble de l’idéologie gauche-droite des partis ? La réponse se trouve au graphique 3.3 où est reporté le positionnement de chaque parti à chaque élection sur l’échelle RILE. Le positionnement est calculé par soustraction de la somme des catégories à gauche de la somme des catégories à droite. Plus une valeur est négative sur l’axe, plus le parti est à gauche et plus une valeur est positive, plus le parti est à droite. L’échelle va en théorie de + 100 (extrême droite) à -100 (extrême gauche).

GRAPHIQUE 3.3. Positionnement des partis sur l’axe gauche-droite, 1976-2012 (moyenne mobile de deux élections)

GRAPHIQUE 3.3. Positionnement des partis sur l’axe gauche-droite, 1976-2012 (moyenne mobile de deux élections)

14La position du PLQ évolue dans un intervalle compris entre-16 et-35. Le PQ oscille entre-11 et-33. Les valeurs de l’ADQ vont de-8 à-24. On remarque que toutes les valeurs sont négatives, ce qui signifie que les partis se positionnent à gauche de l’axe sans exception aucune. Cela est dû au fait que les partis au Québec mentionnent les catégories à gauche de l’échelle RILE beaucoup plus souvent que les catégories à droite de l’échelle.

15Comment les valeurs RILE des partis québécois se comparent-elles avec celles des partis ailleurs au Canada et à l’étranger ? Rappelons que ces valeurs s’établissent en 2012 à-30 pour le PLQ,-32 pour le PQ,-25 pour la CAQ et-36 pour QS. Les valeurs RILE pour les partis fédéraux aux élections de 2011 sont de-20 pour le Nouveau Parti démocratique,-8 pour le Bloc québécois,-4 pour le Parti libéral du Canada et 14 pour le Parti conservateur (Pétry, à paraître). Il semble donc que les plateformes électorales récentes positionnent les partis québécois sensiblement plus à gauche que les partis fédéraux. Peut-on en dire autant de la comparaison internationale ? À partir des valeurs RILE disponibles sur le site Web du CMP, les résultats pour les élections de 2010 en Grande-Bretagne sont de-1,5 pour le Parti travailliste, 4,7 pour le Parti libéral-démocrate et 17,5 pour le Parti conservateur, donc nettement moins à gauche qu’au Québec. Par contre, les valeurs aux élections législatives de 2007 en France sont-48 pour le Parti communiste,-21,3 pour le Parti socialiste,-3,8 pour l’Union pour la démocratie française,-12,0 pour l’Union pour un mouvement populaire et 28,5 pour le Front national, soit des valeurs assez comparables avec celles du Québec. Il faut cependant être prudent et ne pas généraliser ces constats à d’autres méthodes. À ce propos, comme nous le verrons plus loin, les experts positionnent les partis québécois sensiblement plus à droite que la méthode CMP.

16On peut également affirmer qu’il y a une tendance à l’accentuation des positionnements à gauche dans le temps : la moyenne des valeurs du PLQ et du PQ dans les quatre premières observations chronologiques à gauche de la médiane est moins à gauche (-18 points) que la moyenne des quatre dernières observations chronologiques à droite de la médiane (-28 points). La différence de moyennes (test T) est statistiquement significative ; on peut donc dire qu’il y a eu une évolution du système vers la gauche qui n’est pas le fruit du hasard. Ce déplacement s’est fait en dépit (ou à cause ?) de l’arrivée de l’ADQ sur la scène électorale en 1994. L’ADQ ne semble pas avoir attiré le PLQ et le PQ vers la droite, au contraire. C’est plutôt l’inverse qui s’est passé : l’ADQ a évolué de plus en plus vers la gauche avec le temps.

17Autre point à noter : le PLQ n’est pas plus à droite que le PQ. Les positions du PLQ et du PQ s’entrecroisent à trois reprises. Dans huit cas sur neuf, la différence entre les valeurs du PLQ et du PQ ne dépasse pas cinq points même si, dans la plupart des cas, la méthode du CMP positionne le PQ à gauche du PLQ de la même manière que l’enquête d’experts.

18Enfin, notons la valeur de QS en 2012 à-36 points sur l’échelle, soit le point le plus à gauche jamais occupé par un parti québécois depuis l’élection de 1976. On peut se demander si la position de QS à l’extrémité gauche par rapport à la moyenne des plateformes aux élections de 2012 se confirmera aux prochaines élections ou bien si QS se déplacera vers la moyenne des positions afin de se rapprocher de l’électeur médian comme l’a apparemment fait l’ADQ par le passé. La position de la CAQ à-25 en 2012 est la moins à gauche parmi les partis présents à cette élection.

L’axe identitaire

  • 7 Le lecteur peut consulter l’annexe B1 pour la définition de ces nouvelles catégories.

19Le CMP autorise des ajouts de catégories à sa grille de codage dans la mesure où les catégories initiales, appliquées à plusieurs États, ne mesurent pas adéquatement des enjeux spécifiques à un pays. L’ajout de deux nouvelles catégories se justifie dans le cas québécois du fait de l’importance des débats national et linguistique. Les nouvelles catégories ainsi ajoutées sont « défense de la langue française » et « relations Québec-Canada », cette dernière incluant, mais ne se résumant pas à, des références à la souveraineté du Québec7.

  • 8 Voir le chapitre 18 d’Éric Montigny et ses collaborateurs.

20Un deuxième ajustement est rendu nécessaire lorsqu’on positionne les partis dans l’espace politique québécois du fait que l’axe gauche-droite n’est pas le seul clivage idéologique au Québec. Les chercheurs ont montré que l’échelle RILE est parfois trop rigide pour tenir compte des particularités politiques locales (Benoit et Laver, 2007). Bélanger et Nadeau (2009) indiquent que les clientèles partisanes ne se positionnent pas seulement sur un axe gauche-droite, mais aussi sur un axe où s’opposent un pôle souverainiste et un pôle fédéraliste. La Boussole électorale fait également place à un axe identitaire8. L’enquête menée auprès d’experts en 2007 a distingué le PLQ, le PQ et l’ADQ de façon encore plus claire sur l’axe identitaire que sur l’axe gauche-droite, remettant quelque peu en question la primauté de celui-ci dans le contexte québécois d’aujourd’hui et soulignant la nécessité d’analyser en détail le positionnement des partis sur l’axe identitaire.

21Quelle a été l’évolution de la position des partis sur l’axe identitaire au Québec entre 1976 et 2012 ? Une illustration de cette évolution apparaît au graphique 3.4 où sont rapportés les pourcentages de mentions de la catégorie « relations Québec-Canada ». Premier constat : les pourcentages demeurent plutôt stables tout au long de la période d’analyse. Pour le PQ, la moyenne des quatre premières et des quatre dernières valeurs est de 9,25 % et 9,5 %. Pour le PLQ les moyennes des quatre premiers et des quatre derniers pourcentages sont identiques (3,5 %). Pour l’ADQ, les valeurs oscillent à l’intérieur d’un intervalle de seulement 2 points de pourcentage. Deuxième constat : les différences de pourcentages répondent aux attentes.

GRAPHIQUE 3.4. Proportion du contenu des plateformes électorales mentionnant les relations Québec-Canada, par parti, 1976-2012 (moyenne mobile de deux élections, en pourcentage)

GRAPHIQUE 3.4. Proportion du contenu des plateformes électorales mentionnant les relations Québec-Canada, par parti, 1976-2012 (moyenne mobile de deux élections, en pourcentage)

GRAPHIQUE 3.5. Proportion du contenu des plateformes électorales mentionnant la langue française, par parti, 1976-2012 (moyenne mobile de deux élections, en pourcentage)

GRAPHIQUE 3.5. Proportion du contenu des plateformes électorales mentionnant la langue française, par parti, 1976-2012 (moyenne mobile de deux élections, en pourcentage)

22Le PQ, fidèle à son orientation souverainiste, accentue le thème des relations avec le fédéral dans ses plateformes plus que le PLQ et l’ADQ. On constate qu’il n’y a pratiquement pas de différence entre les moyennes du PLQ et de l’ADQ. Enfin, on constate que la CAQ (9 %) et QS (12 %) ont insisté sur l’enjeu des relations Québec-Canada encore plus que le PQ en 2012.

23Le graphique 3.5 présente les pourcentages de mentions de la catégorie « langue française ». On constate une diminution du nombre de mentions dans le temps, à la fois au PLQ et au PQ. Les moyennes des quatre premiers pourcentages sont sensiblement plus élevées que celle des quatre derniers pourcentages au PLQ (9,8 % par rapport à 2,5 %), mais également au PQ (11,0 par rapport à 8,0 points de pourcentage). Mais au tournant du siècle, la fréquence des mentions de la langue française augmente au PQ, alors qu’elle reste assez stable au PLQ, si bien que l’écart se creuse entre ces partis qui, pendant deux décennies, se distinguaient peu sur l’attention accordée à ce thème. Les pourcentages pour l’ADQ demeurent stables autour de 3,0 %. Les différences répondent aux attentes : le PQ accentue la protection de la langue française beaucoup plus que le PLQ et l’ADQ. Il n’y a pratiquement pas de différence entre les moyennes du PLQ et de l’ADQ. Enfin, la CAQ (4,0 %) et QS (6,0 %) ont beaucoup moins insisté sur la protection de la langue française que le PQ en 2012.

***

24Concernant l’évolution du système de partis au Québec, plusieurs conclusions s’imposent. Le PLQ et le PQ se distinguent peu sur l’axe gauche-droite. Il y a une orientation du système partisan au Québec vers la gauche et elle s’est accentuée au cours des élections récentes, malgré la croissance de l’ADQ, un parti de centre-droit. Le PLQ et le PQ se distinguent plus sur l’axe identitaire, surtout après l’élection de 1994. À cet égard, le changement d’orientation du PQ a correspondu dans le temps avec l’entrée de l’ADQ dans le paysage politique québécois. Il se peut que la présence de l’ADQ ait influencé le PQ, mais il peut s’agir aussi d’une coïncidence.

25Au chapitre de la comparaison du positionnement des partis en utilisant d’autres méthodes de calcul, on observe une similarité frappante entre le positionnement des partis dans ce chapitre et dans l’étude de Collette et Pétry (2012). La similarité concerne à la fois l’ordre des partis sur les axes gauche-droite et identitaire et la distance séparant les paires de partis. Dans les deux études, l’ADQ se distingue nettement du PLQ et du PQ, très proches l’un de l’autre dans l’axe gauche-droite, alors que le PQ se distingue assez nettement du PLQ et de l’ADQ, très proches l’un de l’autre sur l’axe identitaire.

26Par contre, la comparaison entre les résultats de l’enquête faite auprès d’experts en 2007 et ceux obtenus par la méthode RILE appliquée aux données CMP indique un certain écart entre les deux méthodes, tant sur l’axe gauche-droite que sur l’axe identitaire. L’application de l’une et de l’autre permet de ranger les partis dans le même ordre sur l’axe gauchedroite (ADQ, PLQ et PQ). Toutefois, les experts estiment que la distance séparant le PQ et le PLQ est aussi forte que la distance séparant le PLQ de l’ADQ sur cet axe. Or, la distance séparant le PLQ du PQ disparaît dans le sens statistique du terme avec la méthode RILE. Dans l’enquête d’experts de 2007, une distance appréciable sépare les trois partis sur l’axe identitaire, avec le PLQ à un extrême, le PQ à l’autre extrême et l’ADQ au milieu. Les partis s’ordonnent de la même manière dans l’axe identitaire construit avec les catégories « Québec-Canada » et « langue française », ajoutées spécialement à la liste des catégories CMP.

Notes

1 Jean-François Godbout présente au chapitre 1 une analyse détaillée de cette évolution du système partisan québécois.

2 À ce propos, voir Volkens (2001) et le site Web du projet Poltext : http://www.poltext.capp.ulaval.ca.

3 Plusieurs articles sur ce sujet ont aussi été publiés dans un numéro thématique d’Electoral Studies, en 2007.

4 Voir le site Web du CMP (http://manifestoproject.wzb.eu) pour la liste des catégories et leurs définitions.

5 Une description de ces catégories apparaît en annexe B1.

6 Chaque point du diagramme est donc la moyenne de deux pourcentages successifs. Le lissage permet d’éviter de trop grandes variations dans les pourcentages d’une élection à l’autre, variations qui sont dues la plupart du temps au contexte particulier de chaque campagne électorale, plutôt qu’à un véritable changement dans les préférences des partis.

7 Le lecteur peut consulter l’annexe B1 pour la définition de ces nouvelles catégories.

8 Voir le chapitre 18 d’Éric Montigny et ses collaborateurs.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 3.1. Proportion du contenu des plateformes électorales mentionnant les catégories de l’échelle gauche-droite (en pourcentage)
Légende Notes : Les pourcentages pour chaque thème et le total de ces pourcentages portent sur l’ensemble des unités de sens (N) identifiées dans les plateformes électorales. Les élections prises en considération sont celles de 1976 à 2012 pour le PLQ et le PQ, de 1994 à 2008 pour l’ADQ, et de 2012 pour QS et la CAQ. Les unités de sens non comptabilisées dans ces pourcentages portaient sur des enjeux écartés de l’échelle RILE ou ne portaient pas sur des enjeux.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5890/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre GRAPHIQUE 3.1. Proportion du contenu des plateformes électorales mentionnant l’expansion de l’État-providence, par parti, 1976-2012 (moyenne mobile de deux élections, en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5890/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre GRAPHIQUE 3.2. Proportion du contenu des plateformes électorales mentionnant les incitatifs économiques, par parti, 1976-2012 (moyenne mobile de deux élections, en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5890/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre GRAPHIQUE 3.3. Positionnement des partis sur l’axe gauche-droite, 1976-2012 (moyenne mobile de deux élections)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5890/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre GRAPHIQUE 3.4. Proportion du contenu des plateformes électorales mentionnant les relations Québec-Canada, par parti, 1976-2012 (moyenne mobile de deux élections, en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5890/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre GRAPHIQUE 3.5. Proportion du contenu des plateformes électorales mentionnant la langue française, par parti, 1976-2012 (moyenne mobile de deux élections, en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5890/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

Auteur

Professeur titulaire et directeur du Département de science politique de l’Université Laval. Il est membre du Centre pour l’étude de la citoyenneté démocratique et du Centre d’analyse des politiques publiques. Il s’intéresse aux liens entre les politiques gouvernementales et les préférences des citoyens. Ses ouvrages récents sont Les sondages et la démocratie (2010) avec Vincent Lemieux et le Guide pratique d’introduction à la régression en sciences sociales (2009) avec François Gélineau.

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre