Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

21. Montréal, 10 mai 19541

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T.128. La réponse de B (...)

1Cher Borduas,

  • 2 L’article dévoilait la supercherie de Jean-Paul Lemieux (alias Paul Blouyn) et d’Edmund Alleyn, qu (...)
  • 3 Voir Claude Gauvreau, « La querelle des peintres. “La matière chante” (encore) : le porte-parole d (...)

2Depuis ma dernière lettre, une couple d’incidents se sont produits. Vous trouverez, ci-inclus, un texte qui a été publié dans L’Autorité de cette semaine2. Vous trouverez également une réponse au texte qui sera publié dans L’Autorité de la semaine prochaine3.

3À cause des prolongements possibles de cette polémique, je ne puis vous faire parvenir immédiatement les autres découpures de journaux — il s’y trouve des passages qu’il pourrait m’être utile de citer.

4Bien entendu, s’il vous plaisait de donner votre point de vue personnel de l’affaire, ce ne serait que tant mieux. L’adresse de L’Autorité est : 2003 rue St-Hubert, Montréal.

  • 4 Voir supra, p. 123, la lettre du 8 mai 1954.

5Samedi dernier, dans La Presse, Rodolphe de Repentigny a indiqué que « La matière chante » comme l’exposition la plus importante de l’année à Montréal4.

6Quoi qu’il en soit, ne vous interdisez pas de peindre.

7À bientôt,

8Claude

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T.128. La réponse de Borduas, datée du 15 mai 1954, fut envoyée par Gauvreau à L’Autorité, qui la publia en première page de son édition du 22 mai 1954 sous la manchette « La guerre cosmique : Borduas et Gauvreau » (voir Écrits II, p. 601-603).

2 L’article dévoilait la supercherie de Jean-Paul Lemieux (alias Paul Blouyn) et d’Edmund Alleyn, qui auraient déjoué le jugement réputé infaillible de Borduas en soumettant à « La matière chante » « deux toiles [L’Oiseau roc et Ça arrive dans les meilleures familles n° 1] conçues en pure blague et de la façon la plus grossièrement loufoque » (Claude Picher, « L’opinion d’un peintre de Québec. Au bal de La matière chante, ce ne sont pas toujours les mêmes qui dansent », L’Autorité, 8 mai 1954, p. 4).

3 Voir Claude Gauvreau, « La querelle des peintres. “La matière chante” (encore) : le porte-parole des peintres abstraits répond aux attaques d’un “figuratif”... », L’Autorité, 15 mars 1954, p. 7(repris dans Écrits sur l’art, p. 245) ; Claude Picher, “Les Boy-Scouts” de M. Gauvreau au bal de la matière qui chante », L’Autorité, 22 mars 1954, p. 6.

4 Voir supra, p. 123, la lettre du 8 mai 1954.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search