Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Québécois aux urnes

 | 
Éric Bélanger
, 
Frédérick Bastien
, 
François Gélineau

Première partie. Le contexte politique

2. Le Québec : marginal ou avant-gardiste ? Le système partisan dans les provinces canadiennes

Andrea M. L. Perrella et Brian Tanguay

Texte intégral

1Les récentes élections provinciales qui ont eu lieu au Canada ont conduit à deux interprétations conflictuelles des systèmes partisans provinciaux. D’une part, il y a eu une quantité considérable de fluctuation et d’instabilité. La montée de la Coalition avenir Québec (CAQ) et de la Wildrose Alliance en Alberta en sont deux exemples manifestes. Il y a eu aussi les gouvernements minoritaires élus en Nouvelle-Écosse (2003, 2006), au Québec (2007, 2012) et en Ontario (2011). D’autre part, il y a une stabilité surprenante. Dans plusieurs cas, les partis au pouvoir ont été réélus. Même là où les tiers partis ont réussi à obtenir des sièges et à limiter ainsi le résultat du vainqueur à une victoire minoritaire, le parti formant le gouvernement demeurait un parti traditionnel. Par exemple, étant donné les allégations de corruption pesant sur le Parti libéral du Québec (PLQ), on s’attendait à ce que le Parti québécois (PQ) gagne, et c’est ce qui s’est produit : il a été élu avec un gouvernement minoritaire, talonné par le PLQ.

2Dans ce contexte d’ambiguïté, il est utile d’examiner les récentes élections dans une perspective comparative afin de poser une question très simple : lequel de ces deux scénarios caractérise le mieux ces élections ? Y a-t-il une quelconque « transition » vers un nouveau système partisan dans quelques provinces ou les pressions évidentes qui s’exercent pour le modifier sont-elles contrées par des éléments de stabilité ? Si les provinces se divisent en deux catégories, soit celles où l’on peut observer une transition et celles qui sont marquées par une grande stabilité, comment expliquer cette distinction ? Une explication nous aiderait à comprendre les changements propres à chaque province et aussi ce que ces changements signifient pour la politique électorale à l’échelle du Canada.

Partis viables et systèmes de partis provinciaux

3L’une des constantes des systèmes partisans provinciaux au Canada est l’utilisation généralisée du scrutin pluralitaire uninominal à un tour (présentement en place dans toutes les provinces depuis les années 1990). Il est important de garder à l’esprit la contrainte, souvent évoquée, qu’un tel système impose au développement de partis compétitifs : avec ce mode de scrutin, les systèmes partisans tendent, dans le meilleur des cas, vers un équilibre bipartite (Duverger, 1951). Des circonscriptions qui ont une plus grande magnitude (notée par le symbole M), c’est-à-dire où plusieurs candidats sont élus, telles que celles qu’on trouve dans les systèmes proportionnels, relèvent la limite supérieure du nombre de partis viables. C’est pour cette raison que les systèmes multipartites apparaissent généralement dans des systèmes où M > 1.

4Il est rare que le Canada et ses provinces correspondent exactement à cet équilibre bipartite, car des tiers partis ont régulièrement émergé (p. ex., Crédit social, PQ, Nouveau Parti démocratique [NPD], etc.). Dans plusieurs cas, ces tiers partis ont grandi et ils ont atteint une position dominante parmi les principaux partis. Par exemple, pour le PQ, l’élection de sept députés à l’Assemblée nationale du Québec en 1970 a été le début de son ascension vers le pouvoir, auquel il a accédé en 1976, remplaçant ainsi l’Union nationale (UN) comme principale solution de rechange au PLQ. Le cas albertain du parti dominant unique correspond au modèle de Duverger, et ce, malgré le fait que les rênes du pouvoir aient changé de main avec le temps. Depuis la création de la province en 1905, quatre partis – le Parti libéral de l’Alberta (1905-1921), la coopérative agricole United Farmers of Alberta (1921-1935), le Crédit social (1935-1971) et le Parti progressiste-conservateur de l’Alberta (de 1971 à nos jours) – ont passé de longues périodes au pouvoir, éclipsant l’opposition dans les sondages, pour se retrouver soudain relégués aux oubliettes de la politique lors d’un réalignement électoral. Dans d’autres situations, il est rare que les tiers partis aient crû au point d’atteindre une position dominante, ce qui ne les a pourtant pas empêchés de rester dans la course. Par exemple, le NPD, bien que présent lors de plusieurs élections provinciales, demeure tout au plus un tiers parti à Terre-Neuve-et-Labrador ainsi qu’en Alberta, et même actuellement en Ontario, et ce, malgré sa victoire électorale de 1990. Dans d’autres cas, le NPD a connu beaucoup plus de succès, tout en respectant la règle du bipartisme. Par exemple, l’ascension du NPD au Manitoba et en Saskatchewan a relégué le Parti libéral, auparavant compétitif, à une position secondaire.

5Dans presque tous les cas, indépendamment de l’histoire des innovations partisanes, les provinces démontrent une alternance gouvernementale stable entre les deux partis principaux, même lorsqu’un tiers parti a une présence notoire au sein de la législature. Les partis au pouvoir peuvent changer avec le temps, mais l’équilibre bipartite auquel on s’attendait a perduré. Les changements sont subtils, mais ceux-ci, lorsqu’ils surviennent, sont tout de même apparents. Il existe des cas où le système de partis d’une province devient plus ou moins compétitif, en ce sens où il permet l’existence d’un nombre plus petit ou plus grand de partis viables.

  • 1 Nous reconnaissons qu’il n’y a pas de consensus en ce qui a trait aux typologies de systèmes parti (...)

6Gardons en tête que tout changement au sein d’un système électoral pluralitaire est relatif. Il n’est pas raisonnable de s’attendre à une transition d’un système bipartite à un système multipartite dans quelque province canadienne que ce soit, ou dans quelque système pluralitaire que ce soit. Les changements surviennent à l’intérieur de limites très étroites. Dans le cas des provinces canadiennes, de tels changements sont limités aux trois scénarios que voici, par ordre décroissant de compétitivité : un système à deux partis et demi, un système bipartite ou un système dominé par un parti1. Par conséquent, on dira qu’un « changement » s’est produit si un système partisan passe de l’une de ces catégories à une catégorie adjacente.

7Nous explorons les transitions possibles dans une approche toute simple, en utilisant la formule de Laakso-Taagepera (1979) pour calculer le nombre effectif de partis (N) :

8 s i correspond au nombre de sièges obtenus par le parti i, et n au nombre total de sièges législatifs. Nous appliquons cette formule à chacune des dix provinces pour toutes les élections qui ont eu lieu depuis la fin des années 1960.

9Le graphique 2.1 illustre la tendance sur une période de près de 40 ans pour chacune des provinces. La ligne noire continue représente les fluctuations dans le temps ; la ligne pointillée, la tendance à long terme.

10Si, effectivement, il y a stabilité ou changement, cela devrait être facilement observable au fil du temps, particulièrement lorsqu’on considère les élections les plus récentes. Nous nous concentrons sur chacune des provinces selon la catégorie de système partisan à laquelle elles correspondent : un système à deux partis et demi, bipartite ou dominé par un parti.

Systèmes à deux partis et demi

11Le Québec est l’exemple le plus évident d’un système à deux partis et demi (graphique 2.1A). Au fil des décennies, le système de partis a radicalement changé. Lors de la Révolution tranquille, les libéraux étaient au pouvoir et ils ont brièvement dominé l’UN et le PQ, alors que le premier parti était en déclin et que le second venait d’être formé. Puis, vers le milieu des années 1970, la province a évolué vers un système bipartite (PLQ-PQ). En 2007, ce système fut ébranlé par la percée spectaculaire de l’ADQ, qui fit élire 41 députés à l’Assemblée nationale, ce qui a fait de ce parti l’opposition officielle face au gouvernement minoritaire libéral de Jean Charest. La majorité de ces élus ont perdu leur siège à l’élection de 2008. En 2012, la montée de la CAQ s’est soldée par l’élection de 2,7 partis effectifs, ce que l’on peut considérer comme un système à deux partis et demi. Le temps nous dira si ce système partisan plutôt compétitif se maintiendra au Québec, bien que les tendances à court et à long terme laissent présager que ce sera le cas.

  • 2 Le NPD a presque doublé sa présence en chambre avec 17 élus en 2011, une proportion qui correspond (...)

12L’Ontario, depuis longtemps reconnue à travers le pays comme l’une des provinces les plus stables sur le plan politique – les progressistes conservateurs l’ont gouvernée de façon ininterrompue pendant 43 ans, de 1942 à 1985 – a aussi vécu de considérables changements électoraux depuis le milieu des années 1980. Tous les principaux partis ont tour à tour gouverné la province : les libéraux (1985-1990), le NPD (1990-1995), les progressistes-conservateurs (1995-2003) et de nouveau les libéraux (depuis 2003). Dès le début de chacune des deux dernières campagnes électorales (2007 et 2011), les sondages d’opinion montraient que le parti au pouvoir s’apprêtait à connaître une défaite aux mains des progressistes-conservateurs et, chaque fois, le Parti libéral de Dalton McGuinty a fait mentir les sondages en ressortant vainqueur, bien qu’il lui ait manqué un siège pour former un gouvernement majoritaire en 2011. Malgré cela, l’Ontario se caractérise par une certaine stabilité. Au fil des décennies, la province a présenté un système à deux partis et demi. En 1975, par exemple, 35 députés libéraux et 38 autres néo-démocrates ont fait contrepoids au gouvernement minoritaire du Parti progressiste-conservateur, qui avait gagné 51 sièges. Les tendances électorales ont par la suite amené la province vers un système à deux partis, bien que les trois partis soient demeurés visibles. La récente « résurgence2 » du NPD a ramené l’Ontario à un système à deux partis et demi (graphique 2.1B).

13La Nouvelle-Écosse présente aussi un niveau accru de compétition, bien qu’il soit trop tôt pour dire si cette tendance perdurera. De l’élection de 1993, que les libéraux remportèrent avec une majorité écrasante, à celle de 1998 où ils furent réduits à un gouvernement minoritaire en obtenant le même nombre de sièges que le NPD, la province est passée de 1,6 à près de trois partis effectifs (graphique 2.1C). Depuis ce temps, on remarque une tendance décroissante du nombre de partis effectifs, qui est passé de 2,7 à 2,3, ce qui suggère un possible retour au système bipartite des années 1970, bien qu’on ne puisse pas dire avec certitude lequel de ces partis serait dominant.

GRAPHIQUE 2.1. Évolution du nombre de partis provinciaux effectifs, 1970-2012

GRAPHIQUE 2.1. Évolution du nombre de partis provinciaux effectifs, 1970-2012

Systèmes bipartites

  • 3 La seule exception est l’élection de 1988, lorsque les 12 députés du NPD et les 20 députés libérau (...)

14Le Manitoba a été un modèle de stabilité politique au cours des douze dernières années. Quatre élections ont eu lieu depuis 1999 et, chaque fois, le NPD a obtenu une majorité, d’abord sous la gouverne de Gary Doer (1999-2009), puis sous celle de Greg Selinger. La compétition électorale dans cette province se résume à une compétition à deux partis (graphique 2.1D), le NPD et l’opposition formée par les progressistes-conservateurs se partageant presque la totalité des sièges3. L’appui aux libéraux, en revanche, a chuté de façon précipitée au cours des dix dernières années et ce parti ne possède qu’un siège au sein de la législature actuelle. Par conséquent, le système partisan du Manitoba est assez stable et se maintient très près d’un système à deux partis.

15Dans un sens, la Colombie-Britannique a aussi affiché une remarquable stabilité. Pendant une grande partie des quarante dernières années, la province avait un système bipartite (graphique 2.1E), même si, comme au Québec, les partis dominants ont changé avec le temps. Dans les années 1970, les deux partis principaux étaient le NPD et le Crédit social. Depuis les années 1990, le Crédit social a cessé d’exister comme parti et a été remplacé par le Parti libéral (un intéressant renversement de l’histoire, étant donné qu’une précédente incarnation des libéraux de cette province, alors que le parti était en perte de vitesse, s’était jointe au Crédit social). Depuis 1996, la province a généralement affiché un système bipartite, sauf lors de l’élection de 2001, où les libéraux ont pratiquement annihilé le NPD, obtenant 77 des 79 sièges de la législature.

  • 4 Il faut reculer jusqu’à 1955 pour trouver un système de partis un peu plus compétitif en Alberta.

16L’Alberta, dont le système partisan est réputé pour être dominé par un seul parti, semble afficher des tendances contre-intuitives. La province fluctue entre un système unipartite et un système bipartite (graphique 2.1F), chaque période étant plutôt unique. Dans la période bipartite des années 1970, les progressistes-conservateurs ont chassé le Crédit social, qui était le parti dominant de l’époque. Dans les années 1990, les libéraux ont démontré une certaine force, pour ensuite s’affaiblir en 2001. Plus récemment, l’ascension largement médiatisée de la Wildrose a été suivie d’une performance peu reluisante lors de l’élection de 2012, alors que ce parti n’a réussi à faire élire que 17 députés, ce qui l’a placé au deuxième rang, loin derrière les progressistes-conservateurs d’Alison Redford. Les libéraux et le NPD ont aussi réussi à faire élire un petit nombre de députés chacun. En général, cependant, cela a conduit à un système qui peut être défini comme comportant 1,9 parti effectif. Un tel niveau n’avait pas été atteint dans cette province depuis 19934.

17L’élection albertaine de 2012 pourrait démontrer ce à quoi Key (1955, 1959) faisait référence lorsqu’il parlait d’« élection critique » : une reconfiguration de coalitions autour de partis existants ou au sein de nouveaux partis. Plusieurs personnes croyaient qu’un tel réalignement était sur le point de se produire. L’apparition en 2008 d’un nouveau parti de droite, la Wildrose Alliance, a fragilisé l’emprise du Parti progressiste-conservateur sur le pouvoir. En s’appuyant sur d’anciens électeurs du Parti réformiste et sur des conservateurs fiscaux mécontents de ce qu’ils percevaient comme une mauvaise gestion économique de leur province par un parti arrogant et vieillissant, la Wildrose Alliance a été propulsée au sommet des sondages d’opinion publique dans les semaines précédant la campagne électorale de 2012. Sous la direction de Danielle Smith, la Wildrose Alliance a maintenu tout au long de la campagne une avance qui semblait insurmontable, même durant le week-end précédant le vote, pour enfin finir au deuxième rang, le jour du scrutin, loin derrière les progressistes-conservateurs.

Systèmes dominés par un parti

  • 5 En fait, à l’issue de l’élection de 2011, le NPD de l’Île-du-Prince-Édouard est arrivé en quatrièm (...)

18Trois des provinces de l’Atlantique présentent une tendance à la domination par un parti unique, bien que cela n’ait pas été une constante pendant les quarante dernières années. Terre-Neuve-et-Labrador, de même que l’Île-du-Prince-Édouard, ont montré une remarquable stabilité durant la période étudiée, tous deux présentant des systèmes bipartites. Le nombre effectif de partis à Terre-Neuve-et-Labrador est demeuré près de deux (graphique 2.1G), même si la tendance pointe vers un système dominé par un parti unique. Les progressistes-conservateurs ont récolté plus des trois quarts des sièges (37 sur 48) à l’assemblée législative lors de l’élection de 2011, tandis que les libéraux et le NPD se sont partagé les sièges restants à peu près également (six pour le premier et cinq pour le second). L’Îledu-Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick présentent une tendance similaire (graphiques 2.1H et 2.1I). Toutefois, la transition de ces provinces d’un système unipartite à un système bipartite est exagérée par des élections lors desquelles les libéraux récoltèrent la quasi-totalité de sièges5. À l’Île-du-Prince-Édouard, c’est ce qui s’est produit lors des élections de 1989 et de 1993, tandis qu’au Nouveau-Brunswick, le Parti libéral de Frank McKenna a réussi à remporter tous les sièges de la province lors de l’élection de 1987 et la quasi-totalité de ceux-ci lors des scrutins de 1991 et de 1995.

  • 6 Le Parti saskatchewannais a été formé en 1997, lorsque plusieurs députés libéraux et progressistes (...)

19Enfin, la Saskatchewan fait actuellement partie de la catégorie des systèmes partisans dominés par un parti unique, malgré qu’il y ait eu des fluctuations entre systèmes unipartites et bipartites au fil du temps (graphique 2.1J). La tendance récente veut toutefois que la province se déplace vers un système à un seul parti dominant, passant de 2,3 à 1,36 partis effectifs entre l’élection de 1999, dominée par le NPD et le Parti saskatchewannais6, et celle de 2011, nettement dominée par le Parti saskatchewannais, qui a réussi à faire élire 49 députés, alors que le NPD, loin derrière, n’en comptait que neuf.

Baisse de l’identification aux partis ou érosion des « marques » de parti ?

20Comment expliquer le caractère mixte des systèmes partisans provinciaux ? Pourquoi observons-nous de la stabilité dans certaines provinces et des changements (ou des signes précurseurs de changement) dans d’autres ? Une explication courante, avancée par Dalton et Wattenberg (2000), est le déclin généralisé de l’attachement partisan, une tendance observable dans les démocraties industrialisées. L’affaiblissement de cet attachement fait en sorte que les partis existants perdent des appuis au profit de nouveaux partis et que les systèmes partisans présentent des signes de volatilité.

21Une autre explication possible est la perte de vitesse de tous les partis nommés « libéral » au pays. Au palier fédéral, le Parti libéral a gouverné le Canada pendant la majeure partie du XXe siècle, la marque « libéral » ayant bénéficié de sa force au palier provincial. Toutefois, à l’élection de mai 2011, le Parti libéral du Canada, dirigé par Michael Ignatieff, a connu une défaite cuisante qui l’a relégué au troisième rang, derrière le NPD. Plusieurs observateurs avancent que la marque libérale pourrait être en train de disparaître de la scène fédérale. Cela dit, la plupart ont été prompts à suggérer que l’élection d’un nouveau chef au printemps de 2013, en particulier s’il s’agissait du jeune Justin Trudeau – ce qui fut le cas – pourrait modifier le sort du parti. Dans les provinces où il existe un parti viable portant le nom « libéral », il est possible que celui-ci souffre du déclin de la marque libérale au palier fédéral. Cette hypothèse découle de la possibilité qu’il existe des « effets de contagion » entre ce qui est souvent décrit dans la littérature en science politique comme deux mondes politiques bien distincts : le fédéral et le provincial (Blake, 1985 ; Wolinetz et Carty, 2006 ; Clough, 2007 ; Hepburn, 2010).

L’identification partisane dans les provinces

  • 7 Toutefois, les électeurs non alignés ou « indépendants » sont aussi moins susceptibles de se rendr (...)

22L’attachement partisan est réputé constituer un facteur important – sinon le plus important – dans le choix du parti pour lequel on vote (Campbell et al., 1960). Partout dans le monde, les démocraties ont connu une baisse de cet attachement et le Canada ne fait pas exception. Le potentiel d’instabilité s’ensuit naturellement, les électeurs étant « libres » de choisir de nouveaux partis7. Par conséquent, si l’attachement partisan fournit une explication solide, nous devrions observer un attachement partisan plus faible dans les provinces qui affichent plus de volatilité et de changement au sein de leur système partisan.

  • 8 Voir l’annexe A à la fin de cet ouvrage pour plus d’informations sur les données du CPEP que nous (...)
  • 9 La question permettait aussi aux répondants de sélectionner « aucune de ces réponses », ce qui pou (...)

23Nous examinons l’identification aux partis en nous basant sur une enquête menée dans sept provinces dans le cadre du Comparative Provincial Election Project (CPEP)8. Ce sondage comprend quelques questions visant à mesurer l’identification partisane, la formulation du texte étant adaptée à chacune des provinces selon les partis en présence. Dans une question de base, on demande aux répondants s’ils se « voient » comme un partisan de l’un ou l’autre des partis9, alors que dans une question complémentaire, on leur demande la force de cette identification.

24Certaines observations confirment notre analyse illustrée au graphique 2.1, alors que d’autres indiquent des divergences. Premièrement, le Manitoba et la Saskatchewan présentent un attachement partisan élevé, et c’est là que la force de cette attitude est la plus forte. Ce constat était prévisible compte tenu de la stabilité des systèmes partisans dans ces deux provinces. Deuxièmement, l’Alberta semble montrer un affaiblissement des liens partisans, ce qui pourrait conduire au développement – et au succès relatif – de la Wildrose Alliance. Toutefois, environ 41 % des partisans albertains affichent un attachement élevé, et cela est principalement attribuable à la Wildrose. Les données suggèrent que l’Alberta pourrait être sur le point d’assister à un réalignement de son système partisan. Le tableau 2.1a montre que ceux qui s’identifient à la Wildrose affichent un enthousiasme très élevé : près des deux tiers disent s’identifier « très fortement » au parti. Par comparaison, les partisans du Parti progressiste-conservateur sont les moins convaincus.

25Le graphique 2.2 montre aussi des cas qui vont à l’encontre de nos attentes. Le Québec – qui, dans notre analyse précédente, se classait parmi les provinces les plus compétitives – révèle l’électorat dont l’attachement partisan est le plus élevé. Le résultat de l’élection de 2012 au Québec suggère qu’une transition y est peut-être en cours. Toutefois, certaines données indiquent que cette transition possible est le fruit de l’érosion des appuis envers le PLQ au profit d’autres partis. Le tableau 2.1b montre que même si autant de partisans s’identifient au PLQ et au PQ, le premier est le parti qui affiche l’appui le moins fort. Le PQ, en revanche, possède les partisans les plus enthousiastes. La CAQ se situe entre ces deux partis, ses partisans n’arrivant pas à égaler ceux de la Wildrose Alliance en Alberta. Ces signes suggèrent que l’actuel système multipartite du Québec peut encore se solidifier, car chacun des principaux partis génère un attachement fort ou plutôt fort.

TABLEAU 2.1A. Force de l’identification par parti, Alberta, 2012 (en pourcentage)

TABLEAU 2.1A. Force de l’identification par parti, Alberta, 2012 (en pourcentage)

Source : CPEP.

GRAPHIQUE 2.2. Identification partisane par province, 2011-2012

GRAPHIQUE 2.2. Identification partisane par province, 2011-2012

Source : CPEP.

TABLEAU 2.1B. Force de l’identification par parti, Québec, 2012 (en pourcentage)

TABLEAU 2.1B. Force de l’identification par parti, Québec, 2012 (en pourcentage)

Source : CPEP.

26Parmi les autres cas particuliers, on peut citer deux provinces atlantiques. Bien que l’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador affichent une stabilité croissante en ce qui concerne leurs systèmes partisans, cette tendance n’est pas attribuable à un attachement partisan élevé. Au contraire, ces provinces comptent de nombreux électeurs qui ne s’identifient à aucun parti. De plus, une proportion de ceux qui s’identifient à un parti montre généralement peu d’enthousiasme. Par exemple, à l’Île-du-Prince-Édouard, seulement 32 % des répondants qui s’identifient aux libéraux disent être « très fortement » attachés à ce parti, comme c’est le cas au Québec. À Terre-Neuve-et-Labrador, la situation est encore pire pour les progressistes-conservateurs : seulement 25 % des répondants qui s’identifient à ce parti disent y être « très fortement » attachés. Il est possible qu’il s’agisse d’électorats fatigués de ce qu’ils perçoivent comme une offre stagnante de partis politiques.

27L’Ontario se situe au milieu du peloton. Comme le Québec et l’Alberta, cette province a connu une augmentation de la concurrence entre partis lors des élections des dernières années. Au Québec, le PQ affiche le plus grand nombre d’appuis parmi les partisans qui s’identifient à ce parti ; en Ontario, cet honneur revient au NPD, qui occupe le troisième rang et dont 46 % des partisans disent y être « très fortement » attachés (tableau 2.1c). Les libéraux sont les plus désavantagés : seulement 32 % des partisans qui s’identifient à ce parti disent y être « très fortement » attachés et près de 20 % ne s’y sentent pas fortement attachés du tout. Les progressistes-conservateurs obtiennent des résultats légèrement meilleurs chez leurs partisans.

TABLEAU 2.1C. Force de l’identification par parti, Ontario, 2011 (en pourcentage)

TABLEAU 2.1C. Force de l’identification par parti, Ontario, 2011 (en pourcentage)

Source : CPEP.

La marque « libérale »

28Une constante observée dans toutes les provinces étudiées dans ce chapitre, à l’exception de l’Île-du-Prince-Édouard, porte sur le déclin généralisé du vote libéral. Comme on peut le voir au tableau 2.2, le changement dans le vote libéral au cours de la dernière décennie est négatif partout (à l’exception de l’Î.-P.-É.), même s’il y a une certaine variation d’une province à l’autre. D’ailleurs, comme on a pu le voir au tableau 2.1, le Parti libéral est l’objet, au Québec et en Ontario, du sentiment d’identification le plus bas de tous les partis, alors qu’en Alberta, les libéraux ont des partisans moins dévoués, mais tout de même plus dévoués que les progressistes-conservateurs qui sont au pouvoir. On pourrait établir un parallèle entre la faiblesse relative de l’attachement envers les partis libéraux provinciaux et fédéral. Il est possible que la marque « libérale » soit tout simplement en train de perdre son lustre.

29Bien sûr, un coup d’œil sur l’histoire politique du Canada devrait mettre en garde quiconque ferait d’audacieuses prédictions quant à l’imminence d’un réalignement partisan dans l’une de ces provinces. Des partis politiques bien établis, tels que les partis libéraux, ont accès à un éventail de ressources pour les aider à consolider leur organisation et leur attrait auprès des électeurs. La sélection d’un nouveau leader ou des modifications au programme du parti peuvent parer au problème d’une profonde remise en question. Toutefois, l’un des résultats les plus intéressants de notre étude est la force relative de l’attachement aux partis les plus idéologiques ou de nature programmatique : le PQ, la Wildrose, Québec solidaire et le NPD en particulier. Même la CAQ, qui propose de décréter un moratoire sur l’éternel débat entourant le statut constitutionnel du Québec, réussit mieux que le PLQ en ce qui a trait à l’attachement qu’éprouvent pour elle ses partisans. Est-ce que les partisans les plus engagés de ces nouveaux partis programmatiques contribueront au déclin du PLQ ? Cette possibilité reste à confirmer lors des prochains scrutins provinciaux.

TABLEAU 2. 2. Part des votes valides obtenus par les partis libéraux provinciaux aux trois élections les plus récentes (en pourcentage)

TABLEAU 2. 2. Part des votes valides obtenus par les partis libéraux provinciaux aux trois élections les plus récentes (en pourcentage)

Source : CPEP.

Notes

1 Nous reconnaissons qu’il n’y a pas de consensus en ce qui a trait aux typologies de systèmes partisans, certains courants de la littérature se concentrant sur des attributs particuliers. Par exemple, Dahl (1966) porte son attention sur le degré de concurrence entre les parties, tandis que Sartori (1976) se concentre sur la position idéologique des partis, pour ne citer que ces deux auteurs. Étant donné l’histoire électorale des provinces canadiennes, le cadre décrit dans ce chapitre semble approprié en raison de sa plus grande simplicité. Pour une typologie des systèmes de partis provinciaux semblable à celle qui est adoptée dans ce chapitre, voir Stewart et Carty (2006).

2 Le NPD a presque doublé sa présence en chambre avec 17 élus en 2011, une proportion qui correspond à celle que le parti avait obtenue après s’être fait chasser du pouvoir en 1995.

3 La seule exception est l’élection de 1988, lorsque les 12 députés du NPD et les 20 députés libéraux – un nombre que ces derniers n’ont pas été capables de reproduire depuis, et ce, même de loin – avaient fait contrepoids au gouvernement minoritaire des progressistes conservateurs.

4 Il faut reculer jusqu’à 1955 pour trouver un système de partis un peu plus compétitif en Alberta.

5 En fait, à l’issue de l’élection de 2011, le NPD de l’Île-du-Prince-Édouard est arrivé en quatrième place, derrière le Parti vert. Ni l’un ni l’autre n’a réussi à franchir le seuil de 5 % des votes ou à remporter quelque circonscription que ce soit.

6 Le Parti saskatchewannais a été formé en 1997, lorsque plusieurs députés libéraux et progressistes-conservateurs, qui avaient comme objectif de défaire le gouvernement du NPD, ont joint leurs forces.

7 Toutefois, les électeurs non alignés ou « indépendants » sont aussi moins susceptibles de se rendre aux urnes (Bartels, 2000).

8 Voir l’annexe A à la fin de cet ouvrage pour plus d’informations sur les données du CPEP que nous avons utilisées.

9 La question permettait aussi aux répondants de sélectionner « aucune de ces réponses », ce qui pourrait inclure des répondants s’identifiant à un parti qui n’était pas nommé dans la question.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5887/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre GRAPHIQUE 2.1. Évolution du nombre de partis provinciaux effectifs, 1970-2012
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5887/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre TABLEAU 2.1A. Force de l’identification par parti, Alberta, 2012 (en pourcentage)
Légende Source : CPEP.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5887/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre GRAPHIQUE 2.2. Identification partisane par province, 2011-2012
Légende Source : CPEP.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5887/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre TABLEAU 2.1B. Force de l’identification par parti, Québec, 2012 (en pourcentage)
Légende Source : CPEP.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5887/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre TABLEAU 2.1C. Force de l’identification par parti, Ontario, 2011 (en pourcentage)
Légende Source : CPEP.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5887/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre TABLEAU 2. 2. Part des votes valides obtenus par les partis libéraux provinciaux aux trois élections les plus récentes (en pourcentage)
Légende Source : CPEP.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5887/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

Auteurs

Professeur agrégé au Département de science politique de Wilfrid Laurier University, où il dirige le Laurier Institute for the Study of Public Opinion and Policy. Ses principaux intérêts de recherche portent sur le comportement électoral et la participation politique.

Professeur de science politique et membre du Programme d’études sur l’Amérique du Nord à Wilfrid Laurier University. Il s’intéresse particulièrement à la politique provinciale au Québec et en Ontario, aux partis politiques et aux réformes électorales. Il a écrit Voting Counts : Electoral Reform for Canada et il a codirigé Canadian Parties in Transition avec Alain-G. Gagnon.

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre