Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Québécois aux urnes

 | 
Éric Bélanger
, 
Frédérick Bastien
, 
François Gélineau

Première partie. Le contexte politique

1. Les élections au Québec de 1973 à 2012

Jean-François Godbout

Texte intégral

1Ce chapitre propose une analyse historique des élections provinciales au Québec de 1973 à 2012. L’objectif principal est de mettre en contexte l’élection du 4 septembre 2012 en comparant les résultats de ce scrutin avec les dix élections précédentes. Cette comparaison nous permettra, d’une part, d’étudier l’évolution du système partisan québécois lors des quarante dernières années et, d’autre part, de déterminer dans quelle mesure l’élection de 2012 s’inscrit en continuité ou en rupture avec le passé.

2Le présent chapitre comprend un certain nombre d’analyses qui se basent sur le résultat des élections à l’échelle des circonscriptions de la province. Mis à part les travaux de Pierre Drouilly (1990, 1999, 2012), on ne trouve aucune étude du même genre qui pose un regard macroscopique sur l’évolution du vote au Québec. Or, la dynamique électorale à l’échelle locale est fondamentale pour comprendre la structure du système partisan québécois, notamment en raison du mode de scrutin pluralitaire uninominal à un tour qui tend à favoriser la représentation d’un nombre limité de partis dans une élection (Duverger, 1951). Comme les travaux sur les élections québécoises utilisent généralement des sondages d’opinion avec un échantillon au niveau provincial pour expliquer le vote (Bélanger et Nadeau, 2009), ces études ne peuvent réaliser une analyse détaillée de la dynamique électorale dans les 125 circonscriptions du Québec. Encore une fois, le mode de scrutin a presque toujours produit une différence importante entre la proportion de votes obtenus et la proportion de sièges remportés par chacun des partis dans toutes les élections depuis 1973. Afin de mieux comprendre ces différences, ce chapitre propose d’analyser les élections à l’échelle locale pour évaluer les conséquences de la multiplication des partis sur la division du vote dans les circonscriptions du Québec.

3Le chapitre est divisé en trois sections. La première section analyse les résultats des élections et la représentation des partis à l’Assemblée nationale de 1973 à 2012. La section suivante propose une analyse du système partisan québécois durant cette même période. Enfin, la troisième section présente une étude des déterminants du vote dans les circonscriptions électorales du Québec aux élections de 2007, 2008 et 2012.

Élections et représentation

4Le tableau 1.1 présente le résultat des onze élections provinciales au Québec tenues de 1973 à 2012. Le tableau rapporte le pourcentage de votes et le nombre de sièges obtenus par les principaux partis dans chacune des élections. Les deux dernières colonnes indiquent le taux de participation et le nombre de candidats lors de ces scrutins.

TABLEAU 1.1. Résultats (pourcentage des votes valides et nombre de sièges), taux de participation (en pourcentage) et nombre de candidats aux élections québécoises, 1973-2012

TABLEAU 1.1. Résultats (pourcentage des votes valides et nombre de sièges), taux de participation (en pourcentage) et nombre de candidats aux élections québécoises, 1973-2012

Source : Le Directeur général des élections du Québec (www.electionsquebec.qc.ca). Les données sont en pourcentage. Les chiffres entre parenthèses représentent le nombre de sièges obtenus par un parti à l’Assemblée nationale au moment de l’élection.

5Tout d’abord, il est intéressant de constater que le niveau de participation à l’élection de 2012 a fortement augmenté par rapport à l’élection précédente tenue en 2008. On remarque en effet une différence de participation de près de 17 points de pourcentage entre ces deux scrutins. L’élection de 2012 marque donc un retour à la normale, car le taux de participation observé en 2012 (74,60 %) se rapproche beaucoup plus de 78,81 %, la moyenne observée durant la période de 1973 à 2007 (voir le chapitre 11 d’André Blais et ses collaborateurs pour un examen plus approfondi de cette question).

6Le tableau 1.1 montre également qu’il y a eu d’importants changements dans la distribution des appuis reçus par les principaux partis durant les quarante dernières années. Cette période a été marquée avant tout par la présence continue du Parti libéral du Québec (PLQ) à l’Assemblée nationale. De 1973 à 2012, le PLQ a formé six des onze gouvernements (1973, 1985, 1989, 2003, 2007 et 2008), alors que le Parti québécois (PQ) a remporté les cinq autres scrutins (1976, 1981, 1994, 1998 et 2012). Au total, le PLQ a été au pouvoir pendant plus de 22 ans, soit pour la majorité de cette période. Le PLQ a aussi été le seul parti à obtenir plus de 50 % des votes à l’échelle nationale lors d’une élection, et ce, à deux reprises : en 1973 (54,65 %) et en 1985 (55,99 %). On constate par ailleurs la progression rapide de l’appui envers le PQ durant les années 1970, soit seulement quelques années après sa formation en 1968.

7Le tableau 1.1 indique cependant que l’appui envers les deux principaux partis a progressivement diminué au Québec, surtout à partir de l’élection de 1998. Cette tendance n’est toutefois pas linéaire, car on trouve d’autres élections au début de la période où le vote se divise entre plusieurs partis. Par exemple, en 1976, le Parti québécois a pu former un gouvernement majoritaire en comptant sur l’appui de seulement 41,37 % des électeurs, ce qui représente le plus faible résultat obtenu par un gouvernement majoritaire dans l’histoire électorale québécoise. Le résultat de cette dernière élection s’explique surtout par le vote significatif qui a été accordé à des tiers partis.

8Le tableau 1.1 montre effectivement que le résultat d’un nombre important d’élections provinciales au Québec s’est divisé entre plus que deux partis. En fait, il n’y a que deux élections (1981 et 1985) où le PLQ et le PQ se sont partagé la totalité des sièges à l’Assemblée nationale. Dans tous les autres scrutins, il y a toujours eu au moins un troisième parti qui a pu faire élire des députés au Parlement, comme l’Union nationale (UN) en 1976 et l’Action démocratique du Québec (ADQ) de 1994 à 2008. Par ailleurs, trois scrutins se démarquent aussi par l’élection de représentants d’au moins quatre partis (1976, 2008 et 2012). En 1976, le Parti national populaire, le Ralliement créditiste et l’Union nationale ont tous fait élire des députés dans la législature, en plus du PLQ et du PQ. De même, dans les deux élections les plus récentes, la Coalition avenir Québec (CAQ), l’ADQ et Québec solidaire (QS) ont obtenu des sièges à l’Assemblée nationale.

9Le tableau 1.1 illustre bien le fait que la division du vote lors de l’élection de 2012 n’avait rien d’exceptionnel. En fait, on constate que les appuis pour les tiers partis ont progressivement augmenté dans la province depuis les années 1970. Afin de faciliter la présentation des données électorales, le tableau 1.1 regroupe le pourcentage de votes accordé aux partis de la CAQ, de l’ADQ, et de l’UN dans une même colonne. Bien que ces partis ne partagent pas nécessairement la même idéologie, ils se situent tous à la droite du PQ sur les questions économiques et ils sont beaucoup plus autonomistes que le PLQ sur la question nationale. Par ailleurs, le tableau 1.1 regroupe également les appuis accordés à divers partis de la gauche québécoise, soit Québec solidaire (QS), l’Union des forces progressistes (UFP), le Parti de la démocratie socialiste (PDS) et le Nouveau Parti démocratique du Québec (NPDQ). Encore une fois, ces partis ne partagent pas exactement la même idéologie, mais on peut tous les situer à la gauche du PQ sur les questions économiques. Enfin, on compte aussi quelques partis mineurs, comme le Ralliement créditiste en 1973-1976 ou le Parti égalité en 1989, qui ont élu huit députés à l’Assemblée nationale durant cette période. Cependant, ceux-ci ne représentent pas une force électorale permanente dans le système partisan québécois. Deux tendances se dégagent donc à la lecture du tableau. Bien que les appuis pour les partis qui représentent une option à la droite du PQ (CAQ-ADQ-UN, en excluant le PLQ) aient diminué au début de la période étudiée, on constate qu’ils ont fortement progressé à partir des années 1990. Ce courant n’a pas toujours été représenté par le même parti. Par exemple l’Union nationale a fait élire 11 députés en 1976 et, plus tard, l’ADQ et la CAQ ont été capables de faire élire respectivement 41 et 19 députés aux élections de 2007 et 2012. Quant aux partis situés à la gauche du PQ (QS-UFP-PDS-NPDQ), leurs appuis plus modestes semblent aussi avoir progressé rapidement, mais seulement à partir des années 2000.

10Une des conséquences principales de la fragmentation du vote et de l’augmentation du nombre de partis à l’Assemblée nationale a été la formation récente de deux gouvernements minoritaires aux élections de 2007 et 2012. Il est clair que la présence d’au moins trois partis dans la législature est une condition nécessaire pour avoir un gouvernement minoritaire au Québec. Cette condition n’est cependant pas suffisante en elle-même, car lors de plusieurs autres scrutins, on comptait au moins trois partis dans la législature, sans qu’il n’y ait eu pour autant de gouvernement minoritaire. La différence se rattache ici à la distribution des votes entre les trois principaux partis. Comme on peut le voir en 2007 et 2012, les partis qui ont terminé au troisième rang ont récolté entre 27 % (CAQ) et 28 % (PQ) du vote, ce qui sous-entend une division relativement égale des appuis entre les trois principaux partis au moment du scrutin. En fait, la formation d’un gouvernement minoritaire au Québec n’a été observée jusqu’à maintenant que lorsque les trois premiers partis ont terminé l’élection avec plus de 20 % du vote.

11Le tableau 1.1 souligne également l’écart important qui existe entre le vote et le nombre de sièges obtenus par un parti à l’Assemblée nationale de 1973 à 2012. Cette distorsion s’explique par le mode de scrutin uninominal à un tour. Ce mode de scrutin permet l’élection de candidats avec la pluralité des voix dans une circonscription. Dans ces conditions, l’augmentation du nombre de candidats favorise la division du vote entre plusieurs partis dans une élection locale. Cette division du vote a principalement deux conséquences. Premièrement, les principaux partis, qui génèrent un plus grand support électoral à l’échelle provinciale, auront tendance à faire élire davantage de candidats, bien que l’appui à l’échelle locale puisse être relativement faible. Deuxièmement, les plus petits partis sont pénalisés par le mode de scrutin, surtout si leurs appuis sont dispersés dans toute la province plutôt que concentrés dans certaines circonscriptions.

12Les nuages de points et les courbes du graphique 1.1 montrent bien le phénomène de distorsion des votes introduit par le mode de scrutin en rapportant le pourcentage de sièges et le pourcentage de votes obtenus par le gouvernement et les trois principaux partis de 1973 à 2012. Au départ, on remarque que l’appui envers le parti qui forme le gouvernement a diminué graduellement durant la période étudiée, surtout à partir des années 1990. On note également que dans chacune des élections, le parti au gouvernement a toujours obtenu plus de sièges que de votes, mais que cet écart semble se rétrécir à partir des années 2000. Par ailleurs, les graphiques montrent aussi que l’appui pour le PQ et le PLQ a décliné au fil des ans. L’appui envers le PQ semble effectivement avoir plafonné aux alentours de 40 % durant les années 1980, alors que l’appui envers le PLQ a été plus élevé durant les années 1970 et 1980. Le seul parti qui a bénéficié d’une augmentation des appuis dans l’électorat québécois est l’ADQ (plus tard fusionnée à la CAQ). Le dernier graphique suggère que le déclin des appuis observés pour le PQ ou le PLQ semble résulter, au moins en partie, d’un transfert des voix vers l’ADQ et la CAQ. Il faut cependant être prudent avec ce type d’inférence, car ces données ne sont pas compilées à l’échelle individuelle. Il est donc impossible de déterminer si ce sont les partisans du PQ ou du PLQ qui ont migré vers l’ADQ ou la CAQ. Le déclin de la participation électorale pourrait tout aussi bien expliquer ce résultat.

GRAPHIQUE 1.1. Évolution des votes et des sièges obtenus par les principaux partis, 1973-2012 (en pourcentage)

GRAPHIQUE 1.1. Évolution des votes et des sièges obtenus par les principaux partis, 1973-2012 (en pourcentage)

13À la lumière de ces analyses descriptives, il est possible d’avancer quelques conclusions préliminaires sur la structure du système partisan québécois et sur l’évolution du vote dans la province de 1973 à 2012. Premièrement, le mode de scrutin tend à favoriser deux principaux partis au Québec, le PQ et le PLQ, et cet avantage profite toujours plus au parti qui termine en premier. Deuxièmement, l’appui électoral envers le PQ et le PLQ est en baisse depuis les années 1990, alors que les appuis pour l’ADQ et la CAQ ont augmenté. Enfin, il semble y avoir eu une multiplication du nombre de partis qui ont présenté des candidats durant les plus récentes élections. La prochaine section propose une analyse du système partisan québécois pour évaluer les conséquences de cette division du vote dans la province.

Système partisan québécois

14L’élection de 2012 présente une anomalie intéressante : il y avait plus de 18 partis officiellement enregistrés au moment du scrutin. Il faut remonter aux élections de 1994 et de 1989 pour retrouver un nombre aussi important de partis politiques durant une campagne. L’élection de 2012 était également inusitée en raison du nombre record de candidatures : 892 candidats au total, une moyenne de sept par circonscription (tableau 1.1). Enfin, cette élection se démarque aussi par le nombre élevé de partis mineurs qui ont reçu des appuis significatifs, comme QS (124 candidats), Option nationale (ON) (120 candidats) ou le Parti vert du Québec (66 candidats). Bien entendu, le nombre de candidats ne nous informe pas sur l’ampleur de la division du vote dans les circonscriptions. En effet, les principaux partis sont généralement les seuls à pouvoir faire élire des députés à l’Assemblée nationale. À titre d’exemple, lors de l’élection de 2012, le PLQ, le PQ et la CAQ se sont partagé 98,4 % des sièges à l’Assemblée nationale avec 90 % des votes. Malgré tout, il est quand même possible que le nombre de candidatures dans une circonscription puisse affecter le résultat d’un scrutin, surtout lorsque la compétition entre les partis est très serrée.

15En cherchant à évaluer le degré de division du vote dans une élection, on ne peut pas mettre toutes les candidatures sur un pied d’égalité. En effet, même si l’on compte en moyenne sept candidats par circonscription à l’élection de 2012, par exemple, il est fort probable que le vote se soit principalement divisé entre trois ou quatre candidatures seulement. Cela dit, comme certains partis mineurs ont pu obtenir un nombre important d’appuis dans plusieurs circonscriptions, il ne serait pas judicieux de les ignorer complètement. L’analyse suivante utilise donc l’indice de Laakso et Taagepera (1979) pour évaluer l’apport systématique du nombre de candidats sur la division du vote au Québec. Cet indice a été conçu pour mesurer le nombre effectif de candidatures (ou de partis) dans une circonscription. L’indice pondère chacune des candidatures par rapport à la proportion du vote obtenu lors d’une élection (voir aussi Gaines, 1999). L’indice standard de Laakso et Taagepera est obtenu au moyen de l’équation suivante :

16Dans cette équation, le nombre effectif de candidatures dans une circonscription j est calculé en divisant 1 par la somme des carrés des proportions (p 1, p 2, p 3,..., p k) du vote obtenu par chacun des candidats i. Cet indice a une valeur minimale de 1, qui correspond à une seule candidature effective, et une valeur maximale indéterminée qui augmente selon le niveau de division du vote dans une circonscription. Par exemple, dans un comté où il y a quatre candidats qui ont obtenu respectivement 70 %, 10 %, 10 %, et 10 % du vote, l’indice prendra la valeur de 1,92 candidat effectif. Inversement, si quatre candidats obtiennent chacun 25 % du vote, l’indice prendra alors la valeur de 4. Cet indice a donc l’avantage de tenir compte à la fois du nombre de candidats et de la distribution du vote entre chacun d’entre eux à l’intérieur d’une circonscription donnée.

  • 1 Les courbes sont tracées selon une méthode non paramétrique d’estimation de la densité de probabil (...)

17Le graphique 1.2 présente onze courbes qui illustrent la distribution du nombre effectif de candidatures par circonscription au Québec de 1973 à 2012 à partir d’une fonction de densité1. La représentation graphique de cette fonction de densité se lit comme un histogramme. L’aire sous la courbe entre deux points de support de l’axe x correspond à la probabilité d’obtenir un nombre de candidats qui se rapproche de la valeur de cet intervalle lors d’une élection. Plus la surface est « aplatie » sur un long intervalle, plus la probabilité d’avoir un grand nombre de candidats est élevée. Inversement, plus la distribution est ponctuée autour d’une valeur (x), plus la probabilité d’avoir seulement x candidats est élevée.

GRAPHIQUE 1.2. Distribution du nombre effectif de candidatures par circonscription, 1973-2012

GRAPHIQUE 1.2. Distribution du nombre effectif de candidatures par circonscription, 1973-2012

18Le graphique 1.2 nous renseigne également sur la moyenne du nombre effectif de candidatures dans chacune des élections. Cette moyenne varie de 2,07 à 3,09 selon les élections générales (une moyenne globale de 2,51 candidats pour les 1338 élections locales de 1973 à 2012). Les élections de 2007 et 2012 obtiennent les indices les plus élevés avec environ trois candidatures par circonscription, alors que les élections de 1981 et 1985 affichent les moyennes les plus faibles avec environ deux candidatures par circonscription. En observant les différentes courbes de distribution, on constate également qu’il n’y a presque aucune élection qui affiche une compétition entre quatre candidats ou plus à l’échelle des circonscriptions. Les deux valeurs maximales de l’indice de Laakso et Taagepera calculées de 1973 à 2012 sont 3,99 (Taschereau en 2012) et 3,98 (Mercier en 2007), alors que les six valeurs les plus faibles se rattachent toutes à la circonscription de D’Arcy-McGee qui comptait de 1,14 à 1,26 candidature effective durant cette période. On voit donc ici l’avantage d’utiliser un indice qui pondère par le vote, car en 2012, par exemple, il y avait plus de huit candidats officiellement enregistrés dans la circonscription de Taschereau et cinq dans la circonscription de D’Arcy-McGee.

19Le graphique 1.2 démontre sans grande surprise l’existence d’une tendance vers la multiplication des candidatures effectives, surtout depuis l’arrivée de l’ADQ en 1994. Il montre une évolution en quatre périodes distinctes. La première période est constituée des deux premières élections analysées, soit celles de 1973 et de 1976. Cette période est caractérisée par la transition d’un système qui était précédemment dominé par l’UN et le PLQ vers un système dominé par le PQ et le PLQ. Les élections de 1981, 1985 et 1989 constituent la deuxième période et se caractérisent par une compétition beaucoup plus faible que durant la période précédente. Le vote est ici concentré autour du PLQ et du PQ. Par la suite, la troisième période regroupe les élections de 1994, 1998 et 2003. Cette période est marquée par l’arrivée de l’ADQ et par la présence d’élections beaucoup plus compétitives, comme en témoigne l’orientation des courbes de distribution du nombre de candidatures qui se déplacent graduellement vers la droite. Enfin, la dernière période est constituée des trois dernières élections étudiées (2007, 2008 et 2012). Ces élections représentent une nouvelle série de scrutins où la compétition est encore plus grande. On remarque un nombre plus élevé de candidatures effectives, surtout pour les élections de 2007 et 2012. Cela dit, le graphique 1.2 permet également d’illustrer certaines anomalies dans l’évolution du système partisan au Québec. D’une part, l’élection de 1976 présente un nombre plus élevé de candidatures effectives par rapport aux deux premières périodes. Comme on l’a vu précédemment, cette élection a connu une division accrue du vote et marque un retour de l’UN à l’Assemblée nationale. D’autre part, l’élection de 2008 correspond plus ou moins à une rupture par rapport aux élections de 2007 et 2012. Bien que le scrutin de 2008 compte en moyenne presque autant de candidatures effectives qu’en 2003, la distribution de ses indices s’apparente beaucoup plus à ce qui est observé en 2007 et 2012. En fait, comme le soulignent Bélanger et Nadeau (2009), l’élection de 2008 présente une anomalie en raison de son taux de participation peu élevé, et de la proximité de sa campagne avec l’élection précédente.

20Maintenant que nous avons une idée de l’évolution de la division du vote au Québec, il est possible de réaliser une analyse complémentaire des quatre périodes identifiées précédemment afin de déterminer le rang moyen obtenu par chacun des principaux partis lors d’un scrutin. Cette analyse devrait nous permettre de mieux comprendre les changements en ce qui a trait au système partisan de la province. Le tableau 1.2 inclut une telle analyse en rapportant pour chacune des périodes identifiées la proportion des élections locales où les principaux partis auraient terminé au premier, deuxième, troisième, ou quatrième rang. Il est intéressant de constater, lors des deux premières périodes, l’avantage électoral du PLQ, puisque ce parti termine au premier rang dans la majorité des élections de 1973 à 1989. De plus, ce parti occupe aussi presque toujours les deux premiers rangs durant toutes les élections qui ont eu lieu au cours des trois premières périodes. Le classement des candidats du PQ est beaucoup plus variable, surtout lors de la première et de la dernière période. Ce parti a cependant remporté la majorité des élections locales durant la troisième période (1994-2003). Par ailleurs, la dernière période témoigne de la forte amélioration de la performance électorale de l’ADQ et de la CAQ par rapport aux élections précédentes. Les gains réalisés par ces partis s’expliquent en grande partie par la faiblesse du classement des candidats du PLQ et du PQ. Durant la dernière période, aucun parti n’a terminé au premier rang dans la majorité des circonscriptions du Québec, contrairement aux élections précédentes. Enfin, bien que QS ait fait élire deux candidats à l’élection de 2012, le classement électoral pour ce parti demeure concentré aux quatrième (62 %) et cinquième (32 %) rangs de 2007 à 2012, une performance électorale qui ne se compare pas du tout à l’ADQ durant la période précédente, puisque ce parti s’était alors classé au troisième rang dans 91 % des circonscriptions.

TABLEAU 1. 2. Distribution des circonscriptions selon le rang obtenu par parti (en pourcentage)

TABLEAU 1. 2. Distribution des circonscriptions selon le rang obtenu par parti (en pourcentage)

21Une analyse plus approfondie du classement des partis à l’élection de 2012 démontre par ailleurs que les candidats de la CAQ se classent plus souvent au deuxième rang lorsque le PQ termine premier dans une circonscription, alors que ce sont les candidats du PQ qui terminent plus souvent au deuxième rang lorsqu’un siège est remporté par le PLQ. À titre de comparaison, la CAQ se classe deuxième dans 42 % des circonscriptions après une victoire du PLQ et dans 59 % des circonscriptions après une victoire du PQ. Cette différence importante laisse présager que la majorité des gains potentiels pour la CAQ sont à réaliser dans des circonscriptions qui sont présentement contrôlées par le PQ. Par ailleurs, le classement de QS dans les circonscriptions où le PQ a terminé premier en 2012 n’est pas suffisamment élevé pour avoir un impact important lors de la prochaine élection. En effet, QS a terminé deuxième dans seulement deux circonscriptions où le PQ s’est classé premier. Dans les 52 autres circonscriptions détenues par l’actuel gouvernement péquiste, QS s’est classé quatrième. On observe le même résultat pour ON, qui a toujours terminé au cinquième et au sixième rang dans toutes les circonscriptions remportées par le PQ.

22Enfin, on a beaucoup parlé, au lendemain de l’élection de 2012, des conséquences négatives de la division du vote dans le camp des électeurs souverainistes. Pour certains journalistes (p. ex., Francoeur, 2012), cette division aurait même coûté la majorité au PQ. Si on additionne simplement les votes du PQ, de QS et de ON dans chacune des circonscriptions, on constate effectivement que le PQ aurait pu remporter 23 sièges supplémentaires (16 appartenant au PLQ et 7 à la CAQ), ce qui aurait donné au gouvernement une majorité confortable. Bien entendu, il n’est pas du tout réaliste de prétendre que les électeurs de ces trois partis auraient systématiquement voté pour une même formation souverainiste. Cela dit, si ON et le PQ avaient présenté une liste commune en 2012, ce parti aurait alors pu remporter six sièges supplémentaires (2 de la CAQ et 4 du PLQ). Avec l’appui de QS, une alliance PQ-ON aurait presque permis à cette nouvelle formation d’obtenir la majorité des sièges à l’Assemblée nationale (62 au total).

Analyse des déterminants du vote pour les élections de 2007, 2008 et 2012

23Jusqu’à maintenant, ce chapitre a présenté beaucoup de statistiques descriptives sur les élections québécoises. Cette section propose d’évaluer de façon plus approfondie les conséquences de la multiplication des partis sur la division du vote dans les circonscriptions électorales. Cette analyse se limite à la quatrième période de l’évolution du système partisan identifiée précédemment (2007 à 2012).

24Nous utilisons trois modèles de régression linéaire multivariée où les variables dépendantes correspondent au pourcentage de votes obtenu par chacun des trois principaux partis (PQ, PLQ, ADQ/CAQ) dans une circonscription. Comme il y a trois élections (2007, 2008 et 2012) qui comptent chacune 125 circonscriptions, les données ont été combinées pour former une banque de données cumulative comportant 375 élections locales. Cette stratégie a été retenue principalement pour faciliter la comparaison et pour s’assurer de la robustesse des relations observées entre les variables des modèles. Puisque l’objectif principal de cette analyse est d’évaluer les conséquences de la division du vote sur le système partisan québécois, la variable explicative centrale dans chacun des modèles se rapporte au nombre effectif de candidatures à l’échelle de la circonscription, tel que mesuré lors de l’élection précédente. En d’autres termes, les trois modèles utilisent la mesure du nombre effectif de candidats (présentée plus haut) pour évaluer comment la division du vote lors de la dernière élection (t-1) peut influencer le résultat du vote lors de l’élection suivante (t). Par exemple, pour l’élection de 2007 dans le comté d’Abitibi-Est, le nombre effectif de candidats lors de l’élection de 2003 était de 2,92. Le modèle va donc utiliser cette valeur en 2007 pour mesurer la division du vote à l’échelle de la circonscription. En 2008, le modèle va inclure le nombre effectif de candidats qui a été observé en 2007. Enfin, l’indice de 2008 sera utilisé pour l’élection de 2012. Puisque cet indice pondère le nombre des candidatures dans une circonscription par la proportion du vote reçu par chacun des candidats, il devient possible d’évaluer l’impact réel de la division du vote sur le résultat des élections au Québec.

25Le tableau 1.3 présente le résultat des analyses de régression sur le pourcentage de votes (0 % à 100 %) obtenu pour tous les candidats du PLQ, du PQ, et de l’ADQ-CAQ durant les trois dernières élections (2007, 2008 et 2012). Les colonnes du tableau indiquent l’influence des variables du modèle sur la proportion du vote obtenu par le PLQ, le PQ et l’ADQ-CAQ dans chaque circonscription. L’analyse porte donc sur la même population (125 circonscriptions × 3 élections), mais la variable dépendante change dans chacun des modèles.

  • 2 Les circonscriptions ont été regroupées dans neuf régions distinctes : Montréal et Laval, Couronne (...)
  • 3 La variable « Sortant PLQ » est codée 1 si le PLQ a remporté le siège de la circonscription lors d (...)
  • 4 La catégorie résiduelle dans le modèle est l’élection de 2007. Donc, les coefficients 2008 et 2012 (...)

26On peut diviser les variables indépendantes du modèle en deux grandes catégories. La première regroupe les indicateurs démographiques (proportion d’anglophones et de minorités visibles dans une circonscription, 0 à 100 %) et géographiques (localisation de la circonscription dans une des régions du Québec)2. La deuxième catégorie inclut des variables propres à la campagne électorale. On trouve d’abord une variable pour indiquer quel parti a gagné dans la circonscription lors de la dernière élection générale (p. ex., 2003, 2007 et 2008)3. Puis, le modèle contient un contrôle pour le nombre de candidatures lors de l’élection courante (au temps t). Ensuite, le modèle inclut la variable « candidats effectifs » dans la circonscription lors du dernier scrutin (au temps t-1). Enfin, on trouve deux variables additionnelles qui contrôlent les circonstances générales de chacune des élections (variables 2008 et 2012 dans le tableau)4.

TABLEAU 1.3. Déterminants du vote par circonscription, 2007-2012

TABLEAU 1.3. Déterminants du vote par circonscription, 2007-2012

*** p < 0,01 ;** p < 0,05 ;* p < 0,10 pour des tests bilatéraux.
Note : Le tableau inclut les résultats de régression linéaire multiple avec la méthode des moindres carrés ordinaires. La valeur des chiffres dans le tableau correspond aux coefficients de régression estimés par un modèle. Les chiffres entre parenthèses représentent les erreurs standard associées aux estimations. La variable dépendante de chacun des modèles correspond au pourcentage de votes obtenu par le PLQ/PQ/ADQ-CAQ dans une circonscription. Les données des trois élections sont combinées dans l’analyse. Voir les notes 2, 3 et 4 dans le texte pour la description des variables.

27Les résultats du tableau 1.3 confirment qu’il existe une forte association entre le vote et les variables du modèle. En effet, le coefficient de détermination (R2 ajusté) est relativement élevé dans chacun des modèles et celui-ci est particulièrement substantiel pour la régression du PLQ. Dans ce cas, le modèle peut expliquer 86 % de la variation des appuis au PLQ dans l’ensemble des circonscriptions. Sans grande surprise, on remarque que la proportion d’anglophones et de minorités visibles a un impact positif sur les appuis du PLQ, mais négatif pour le PQ et l’ADQ. Par exemple, le coefficient de régression de la variable anglophone prédit que l’appui pour le PLQ dans une circonscription qui compte 20 % d’anglophones sera plus élevé de 4,5 % par rapport à une circonscription qui en compte seulement 10 %. Inversement, l’appui pour le PQ dans une circonscription qui compte 10 % de minorités visibles sera plus élevé de 2,5 % par rapport à une circonscription qui en compte 20 %. La distribution des appuis dans les différentes régions du Québec présente aussi des résultats intéressants. Le PLQ semble être favorisé à l’extérieur de Montréal, notamment dans le Sud-Est, en Mauricie ou dans la région de la Ville de Québec. Évidemment, le PLQ peut aussi compter sur des appuis très forts dans l’ouest de Montréal. Cependant, comme cet appui est surtout expliqué par la proportion des anglophones dans cette région, la variable Montréal-Laval n’est pas significative dans le premier modèle. On constate également que les appuis pour le PQ sont surtout concentrés dans la catégorie résiduelle du modèle qui regroupe par exemple les comtés de l’Abitibi, d’Argenteuil, de Rouyn-Noranda ou de Saint-Jean-sur-Richelieu. Enfin, les appuis géographiques pour l’ADQ se retrouvent surtout dans la région de Québec, dans le Sud-Est (p. ex., Beauce, Chaudière-Appalaches) et dans la couronne montréalaise.

28Bien entendu, ce sont davantage les variables d’ordre politique qui nous intéressent dans cette analyse. Premièrement, les variables qui contrôlent l’effet individuel des élections indiquent que les candidats du PQ ont obtenu en moyenne plus de votes aux élections de 2008 et 2012, par rapport à l’élection de 2007. Pour ce qui est du PLQ, cet avantage se limite seulement à 2008. Les résultats de la dernière colonne du tableau 1.3 soulignent également l’importante réduction des appuis pour les candidats de l’ADQ en 2008 (un écart de 19 % du vote par rapport à l’élection de 2007). Cela dit, cet écart semble avoir presque disparu à l’élection de 2012.

  • 5 Ces estimations fixent pour la période étudiée la valeur moyenne du nombre de candidats (5,9), de (...)

29Parallèlement, on remarque que le candidat bénéficie d’un appui supplémentaire lorsque son parti a remporté la dernière élection dans la circonscription (variables pour le parti sortant). Un résultat plus inattendu ici se rapporte au fait que les candidats du PQ obtiennent davantage d’appuis électoraux dans les comtés où le PLQ a gagné précédemment que dans les comtés qui ont été remportés par l’ADQ (voir le coefficient de régression de la variable « Sortant PLQ » dans le deuxième modèle). Ce résultat laisse entendre que la compétition se fait davantage entre le PQ et le PLQ dans les circonscriptions contrôlées par le PLQ. La variable à propos du nombre de candidats effectifs montre quant à elle que la division du vote à l’élection précédente tend à défavoriser les candidats du PLQ, par rapport aux deux autres partis. Afin de mieux comprendre cette relation, le graphique 1.3 présente trois simulations (une pour chacun des partis) qui illustrent la relation entre le nombre effectif de candidats au scrutin précédent et le pourcentage de votes obtenu dans une élection. Ce type de simulation tient compte de toutes les variables comprises dans le modèle. Leurs valeurs sont fixées selon des paramètres spécifiques et le pourcentage de votes obtenu par chacun des trois partis est calculé en fonction des estimations des régressions lorsque l’on fait varier le nombre de candidats effectifs de 1 à 45.

GRAPHIQUE 1.3. Simulations de l’appui aux partis selon le nombre effectif de candidatures

GRAPHIQUE 1.3. Simulations de l’appui aux partis selon le nombre effectif de candidatures

30Ces simulations indiquent que l’augmentation du nombre effectif de candidats à l’élection précédente (t-1) réduit le pourcentage de votes obtenu par les candidats du PLQ aux élections de 2007 à 2012. À l’inverse, cette relation est positive pour les candidats de l’ADQ-CAQ. Ce qui est peut-être plus surprenant, c’est l’effet positif de l’augmentation du nombre de candidatures effectives sur les appuis du PQ durant la même période. Si, par exemple, il y avait 2,5 candidatures effectives dans un comté à l’élection de 2003, le modèle prédit que le PQ obtiendrait 39,81 % du vote. Avec quatre candidatures effectives, le modèle prédit un appui de 42,55 %, une augmentation de 2,74 points de pourcentage pour ce parti.

31Comment expliquer ces trois résultats ? Premièrement, nous savons que la plupart des circonscriptions pour lesquelles le nombre de candidatures effectives est inférieur à deux sont généralement contrôlées par le PLQ. En effet, les libéraux pouvaient compter sur un appui très élevé dans plusieurs élections de 2007 à 2012, comme dans les circonscriptions anglophones de l’ouest de Montréal, par exemple. Durant ces trois élections, le vote le plus élevé obtenu par le PQ ou l’ADQ-CAQ n’a jamais dépassé 63 %. Par contre, le PLQ a pu obtenir des appuis supérieurs à 63 % du vote dans 34 circonscriptions, de 2007 à 2012 (un candidat a même été élu en 2008 avec 89 % du vote dans D’Arcy-McGee). Ainsi, il n’est pas surprenant de constater que l’augmentation du nombre effectif de candidatures (qui dépend du pourcentage de votes obtenu par chacun des candidats) a davantage réduit le vote libéral, car les circonscriptions où cet indice est le plus faible sont presque toutes contrôlées par le PLQ.

32L’interprétation de l’effet des candidatures effectives pour le PQ est moins évidente, notamment parce qu’on a souvent affirmé que la division du vote nationaliste et progressiste avait grandement nui aux candidats de ce parti lors des trois dernières élections. En fait, les résultats des analyses multivariées démontrent le contraire. Bien entendu, le modèle prédit la proportion du vote obtenu par le PQ dans toutes les circonscriptions et non pas seulement dans celles où ce parti aurait pu gagner des sièges. Le résultat de la simulation implique que, toutes choses étant égales par ailleurs, l’augmentation du nombre effectif de candidatures dans une circonscription est associée à une augmentation du vote pour le PQ. Cette relation est aussi confirmée dans le modèle de l’ADQ et de la CAQ.

33Il est important de contextualiser ces derniers résultats par rapport à la dynamique du vote observée dans les trois dernières élections au Québec. Comme on l’a vu plus haut, les comtés où le nombre effectif de candidatures est moins élevé sont majoritairement contrôlés par le PLQ. Et puisque les comtés pour lesquels le nombre de candidatures effectives est élevé sont associés à une plus grande compétition entre les trois principaux partis, il n’est pas surprenant de constater que l’ADQ-CAQ et le PQ sont avantagés par une augmentation de la division du vote. Comparativement, donc, ces deux partis ont tendance à recevoir plus d’appuis dans les circonscriptions où le nombre de candidats effectifs est élevé. Bien entendu, cela ne veut pas dire que le PQ ou la CAQ ne bénéficieraient pas d’une réduction du nombre de partis lors de la prochaine élection, mais plutôt que dans l’état actuel des choses, ils sont plus avantagés par la division du vote que le PLQ. En somme, le modèle souligne que le PQ retire tout de même plusieurs avantages d’une division du vote accrue dans les circonscriptions au Québec, et ce, malgré la présence de QS et ON. Lors des trois dernières élections, par exemple, le PQ a toujours obtenu plus de sièges que de votes à l’Assemblée nationale, ce qui n’est pas le cas pour l’ADQ en 2007 et la CAQ en 2012. Bref, pour le PQ, ces résultats suggèrent que les avantages électoraux de la présence de l’ADQ ou de la CAQ sont nettement supérieurs aux inconvénients qui sont associés à la récente introduction de nouveaux partis, tels que QS et ON.

***

34Ce chapitre a présenté un certain nombre d’analyses qui portaient sur les élections provinciales québécoises. L’objectif principal était de comparer le résultat de l’élection du 4 septembre 2012 avec les dix scrutins précédents (1973 à 2008). L’analyse du vote à l’échelle des circonscriptions a démontré qu’il y a effectivement eu un accroissement de la division des appuis entre les principaux partis, et ce, surtout à partir de l’élection de 2007. Cependant, cette augmentation n’a pas été linéaire, car certaines élections comme celle de 1976 ont aussi connu une importante division du vote entre plusieurs partis. En fait, une des principales contributions de ce chapitre a été de regrouper en quatre périodes distinctes l’évolution du système partisan québécois depuis 1973. La première période (1973-1976) est associée à la fin de la domination de l’UN et à la montée du PQ dans les élections provinciales. La deuxième période (1981-1989) est caractérisée par une consolidation du vote entre les deux principaux partis (le PLQ et le PQ) et par la domination du PLQ dans l’électorat québécois. La troisième période (1994-2003) marque un retour permanent des tiers partis à l’Assemblée nationale avec l’arrivée de l’ADQ et une augmentation de la division du vote dans les circonscriptions. Enfin, la dernière période (2007-2012) est caractérisée par une nouvelle augmentation de la division du vote au Québec, qui atteint des niveaux records à l’élection de 2012.

35La deuxième contribution de ce chapitre a été de démontrer que la division accrue du vote aux élections québécoises tend à favoriser l’ADQ et la CAQ, mais aussi le PQ dans une moindre mesure. Les analyses multivariées présentées à la fin du chapitre confirment que le nombre de candidatures effectives, tel qu’il a été mesuré par l’indice de Laakso et Taagepera (1979) est associé à une augmentation du vote pour le PQ durant les trois dernières élections. Ce résultat surprenant laisse sous-entendre que ce parti serait avantagé par la division du vote lorsqu’il y a plusieurs candidatures dans une circonscription. Cette conclusion peut paraître contre-intuitive, surtout si l’on considère que le PQ aurait pu remporter 23 sièges supplémentaires avec les appuis de QS et d’ON à l’élection de 2012. Cependant, cette logique ne tient pas compte de la division du vote supplémentaire, qui est causée par la présence d’un tiers parti, comme la CAQ et l’ADQ, ou même l’UN à l’élection de 1976. Sans un troisième parti avec des appuis importants, il y a fort à parier que le Québec retournerait à un système bipartisan comparable à celui de la période de 1981 à 1989, c’est-à-dire un système principalement dominé par le PLQ.

Notes

1 Les courbes sont tracées selon une méthode non paramétrique d’estimation de la densité de probabilité à partir du nombre effectif de candidats dans une élection pour toutes les circonscriptions (méthode du noyau donnée par une fonction gaussienne standard).

2 Les circonscriptions ont été regroupées dans neuf régions distinctes : Montréal et Laval, Couronne de Montréal (Nord-Sud), Saguenay, Outaouais, le Sud-Est (Beauce et Chaudière-Appalaches), Mauricie-Bois-Francs, Estrie, ville de Québec et banlieues, et une catégorie résiduelle. Ces variables sont codées dans le modèle comme des variables dichotomiques (1-0), la catégorie résiduelle n’est pas incluse dans la régression. Les données sur la proportion des minorités et des anglophones proviennent du recensement de 2001. Les comtés qui ont été redécoupés en 2011 sont exclus de l’analyse. Cette mesure a été prise afin que les variables contrôles, comme le nombre effectif de candidatures dans l’élection précédente, puissent être jumelées avec la même circonscription dans chacune des élections. Cela explique pourquoi la taille de la population dans les trois régressions est inférieure à 375 (362 dans le modèle).

3 La variable « Sortant PLQ » est codée 1 si le PLQ a remporté le siège de la circonscription lors de l’élection précédente, 0 autrement. La variable « Sortant PQ » utilise le même code pour les victoires du PQ. La catégorie résiduelle dans le modèle correspond aux comtés remportés par l’ADQ ou par QS.

4 La catégorie résiduelle dans le modèle est l’élection de 2007. Donc, les coefficients 2008 et 2012 doivent être interprétés par rapport aux résultats de cette élection.

5 Ces estimations fixent pour la période étudiée la valeur moyenne du nombre de candidats (5,9), de la proportion de minorités visibles (6,7 %) et du pourcentage d’anglophones (7,6 %). Dans chacune des trois simulations, l’appui pour le parti est calculé pour une circonscription de la Couronne de Montréal à l’élection de 2012. Enfin, le parti sortant dans chaque modèle correspond successivement au PLQ, au PQ, et à l’ADQ-CAQ. Les barres verticales dans les graphiques représentent les intervalles de confiance de 95 % des simulations pour les différentes valeurs du nombre de candidats effectifs. Les estimations sont obtenues à partir du logiciel Zelig (2007).

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1.1. Résultats (pourcentage des votes valides et nombre de sièges), taux de participation (en pourcentage) et nombre de candidats aux élections québécoises, 1973-2012
Légende Source : Le Directeur général des élections du Québec (www.electionsquebec.qc.ca). Les données sont en pourcentage. Les chiffres entre parenthèses représentent le nombre de sièges obtenus par un parti à l’Assemblée nationale au moment de l’élection.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5886/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre GRAPHIQUE 1.1. Évolution des votes et des sièges obtenus par les principaux partis, 1973-2012 (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5886/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5886/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre GRAPHIQUE 1.2. Distribution du nombre effectif de candidatures par circonscription, 1973-2012
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5886/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre TABLEAU 1. 2. Distribution des circonscriptions selon le rang obtenu par parti (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5886/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre TABLEAU 1.3. Déterminants du vote par circonscription, 2007-2012
Légende *** p < 0,01 ;** p < 0,05 ;* p < 0,10 pour des tests bilatéraux.Note : Le tableau inclut les résultats de régression linéaire multiple avec la méthode des moindres carrés ordinaires. La valeur des chiffres dans le tableau correspond aux coefficients de régression estimés par un modèle. Les chiffres entre parenthèses représentent les erreurs standard associées aux estimations. La variable dépendante de chacun des modèles correspond au pourcentage de votes obtenu par le PLQ/PQ/ADQ-CAQ dans une circonscription. Les données des trois élections sont combinées dans l’analyse. Voir les notes 2, 3 et 4 dans le texte pour la description des variables.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5886/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre GRAPHIQUE 1.3. Simulations de l’appui aux partis selon le nombre effectif de candidatures
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/5886/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

Auteur

Professeur agrégé au Département de science politique à l’Université de Montréal. Ses recherches portent principalement sur les institutions politiques et les processus démocratiques. Il étudie notamment la représentation électorale et le comportement législatif des élus au Canada, aux États-Unis et en France. Les résultats de ses recherches ont été publiés dans plusieurs revues scientifiques, comme la Revue canadienne de science politique, le British Journal of Political Science, Political Research Quarterly, Parliamentary Affairs et Public Choice.

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre