Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Québécois aux urnes

 | 
Éric Bélanger
, 
Frédérick Bastien
, 
François Gélineau

Une élection extraordinaire ?

Frédérick Bastien, Éric Bélanger et François Gélineau

Texte intégral

1L’élection québécoise du 4 septembre 2012 ne manque pas d’attributs exceptionnels. Premièrement, le contexte de cette élection était caractérisé par une insatisfaction élevée des Québécois à l’égard du gouvernement libéral qui arrivait au terme de trois mandats consécutifs. Le dernier avait été marqué par des allégations de corruption et de collusion qui alimentèrent les demandes pour qu’une commission d’enquête soit mise sur pied, de même que par une mobilisation sans précédent des étudiants opposés à une hausse des frais de scolarité à l’université. De plus, la campagne électorale, qui eut lieu en période estivale, n’a pas semblé donner lieu à de grands mouvements de l’électorat. Et ce, bien que les chefs aient participé à un plus grand nombre de débats télévisés et que les partis aient été particulièrement actifs pour tirer profit de tous les outils communicationnels disponibles dans un environnement médiatique en mutation, notamment les médias sociaux comme Twitter. Enfin, le résultat du scrutin caractérisé par un taux de participation relativement élevé – un sommet depuis la fin des années 1990 – et l’appui important de l’électorat à un nouveau parti politique – la Coalition avenir Québec (CAQ) – donna lieu à l’élection d’un deuxième gouvernement minoritaire en un peu plus de cinq ans. Phénomène exceptionnel, puisque l’élection du précédent (et unique) gouvernement minoritaire (par un siège !) remonte à l’année 1878. Le Parti québécois (PQ) signa sa cinquième victoire à une élection générale, sous la direction d’une femme, la première élue première ministre dans l’histoire du Québec. Et Pauline Marois n’aurait peut-être jamais pu exercer cette fonction si la route n’avait pas été barrée à un tireur qui tua un technicien et en blessa gravement un autre pendant qu’elle prononçait son discours de victoire devant les militants péquistes rassemblés au Métropolis de Montréal.

2Si tous ces éléments concourent à définir cet événement démocratique comme une élection particulière, on peut se demander jusqu’à quel point les mouvements qui agissent sous la surface sont eux aussi extraordinaires. Il est parfois difficile de faire la part des choses entre la rupture et la continuité, entre les événements circonstanciels et les évolutions structurelles, entre les spécificités québécoises et les traits partagés avec d’autres sociétés. Cet ouvrage ne prétend pas apporter les réponses définitives à toutes ces questions – il serait de toute façon trop tôt pour le faire, car les Québécois informeront encore le sens de l’élection de 2012 par les décisions qu’ils prendront lors des prochains scrutins. Toutefois, nous pensons que le temps écoulé et les outils qui sont à la disposition des chercheurs sont suffisants pour apporter des éléments de réponse qui permettent d’aller sous la surface et au-delà de certains lieux communs.

3Bien que la science politique domine naturellement le champ des études électorales, l’avancement des connaissances bénéficie de l’intégration d’expertises provenant d’autres disciplines. En ce sens, cet ouvrage est le fruit d’un effort encore modeste, mais néanmoins sans précédent au Canada. Prises dans leur ensemble, les contributions qui y sont présentées nous permettent de donner un sens à l’élection québécoise du 4 septembre 2012. L’objectif général de ce livre consiste donc à mieux comprendre les dynamiques qui sont à l’œuvre au sein des partis politiques, dans les médias et parmi les citoyens en considérant le cas de l’élection québécoise de 2012. Nous y étudions des problématiques propres au Québec – le rôle joué par l’enjeu de la souveraineté n’étant pas le moindre –, mais nous étudions aussi le Québec pour éclairer des débats qui dépassent nos frontières et intéressent la communauté internationale des chercheurs en sciences sociales. C’est dans cet esprit que les auteurs de plusieurs chapitres privilégient une approche comparative afin de dégager les spécificités et les traits communs de cette élection par rapport aux élections québécoises antérieures ou à des élections tenues ailleurs.

Les partis, les médias et les citoyens

4L’image qui surgit, et qui persiste, de ce regard multidisciplinaire sur la dynamique électorale en cours au Québec en est une de fragmentation. Il s’agit plus précisément d’une triple fragmentation : celle du système de partis qui paraît plus éclaté que jamais ; celle de l’environnement communicationnel diversifié dans lequel se déroulent aujourd’hui les campagnes électorales ; et celle du vote des citoyens qui se divisent présentement en clientèles électorales plus définies, au sens de plus homogènes, qu’auparavant.

Le système partisan et la méfiance à l’égard des institutions politiques

5Jusqu’au tournant des années 2000, la compétition partisane au Québec fut marquée par un bipartisme durable. Le Parti libéral du Québec (PLQ) fait littéralement partie du décor depuis la création de la province en 1867. Son adversaire principal a cependant changé au fil des époques : ce fut d’abord le Parti conservateur, suivi de l’Union nationale, puis le PQ. Cette évolution du bipartisme au Québec fut la résultante de deux réalignements électoraux, un premier survenu durant les années 1930 et un second durant les années 1970. Un réalignement électoral se caractérise par une transformation profonde et durable du système politique amorcée par un changement d’allégeance partisane massif de la part des électeurs, faisant souvent suite à l’apparition d’une crise politique majeure ou d’un nouvel enjeu électoral structurant. Par exemple, le dernier réalignement en date est survenu à la suite de l’introduction, par René Lévesque et son nouveau parti, le PQ, de l’enjeu de la souveraineté du Québec dans le débat politique.

6On constate toutefois que le bipartisme PLQ-PQ connaît aujourd’hui des signes d’affaiblissement. Comme nous le verrons dans cet ouvrage, les signes de fragmentation du système partisan québécois paraissent multiples. D’abord, l’appui électoral accordé à ces deux grands partis a diminué de manière marquée depuis une dizaine d’années, si bien qu’à deux reprises (2007 et 2012), ces partis n’ont pas pu former un gouvernement majoritaire à l’Assemblée nationale. Cela s’inscrit dans une tendance de fond, puisque les quarante dernières années ont vu un accroissement substantiel de la division des appuis entre les principaux partis du Québec. Elles ont aussi témoigné d’une hausse significative du nombre effectif de candidatures par circonscription, du nombre de partis présentant des candidats aux élections (atteignant un sommet en 2012 avec 18 partis) et du nombre effectif de partis représentés à l’Assemblée nationale. En comparaison des autres provinces canadiennes, le Québec est celle qui a connu la hausse du nombre effectif de partis la plus marquée des quarante dernières années et est une de celles où les citoyens s’identifient le moins fortement aux partis politiques. L’arrivée, ces dernières années, de nombreux députés issus de l’Action démocratique du Québec (ADQ) d’abord, puis de Québec solidaire (QS) et de la CAQ (fusionnée à l’ancienne ADQ), est venue confirmer l’éclatement en cours du système partisan. Bref, le multipartisme, et la compétition partisane accrue qui l’accompagne généralement, semblent s’être confortablement installés au Québec, du moins pour un temps.

7La montée du cynisme dans l’électorat québécois n’est sans doute pas étrangère à ce phénomène. La variation du niveau d’appui des citoyens à l’égard du système politique est un thème préoccupant depuis que des signes de déclin ont été observés dans plusieurs sociétés démocratiques postindustrielles. L’attitude des Québécois à l’égard de leurs institutions démocratiques est un bon indice du malaise démocratique observé ailleurs dans le monde occidental. Si les Québécois se montrent légèrement plus confiants à l’issue du scrutin du 4 septembre 2012 (Castonguay, 2012, 2013), les quelques années qui l’ont précédé ont placé la classe politique tout entière dans une position plutôt délicate.

8Cette problématique se concrétisa en enjeux spécifiques au cours du dernier mandat du PLQ. D’une part, des informations, qui ont graduellement été portées à l’attention du public par des partis d’opposition et des enquêtes journalistiques, ont nourri les allégations sur la corruption et la collusion entourant l’octroi de contrats à des entrepreneurs du milieu de la construction, de même que l’établissement de liens entre ces pratiques et le financement de certains partis politiques. La réponse du gouvernement libéral fut d’abord de mandater les forces de l’ordre pour qu’elles pourchassent des auteurs de trafic d’influence en matière d’octroi de contrats gouvernementaux, et ce, par la création de l’Opération Marteau, puis de l’Unité anticollusion et enfin de l’Unité permanente anticorruption (UPAC). Il procéda également à la modification des règles sur le financement des partis, notamment en réduisant le plafond des contributions privées. En octobre 2011, le gouvernement accéda à la demande populaire et à celle des partis d’opposition en créant la Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction, sous la présidence de la juge France Charbonneau (Presse canadienne, 2012).

  • 1 Le lecteur trouvera une chronologie détaillée de ces événements dans l’anthologie de Bonenfant, Gl (...)

9D’autre part, l’annonce dans le budget déposé à l’Assemblée nationale en mars 2010 d’une augmentation substantielle des frais de scolarité à l’université, qui devait entrer en vigueur à l’automne 2012, entraîna une mobilisation des étudiants opposés à cette hausse. La forme et les répercussions de cette mobilisation, appelée le « printemps érable » en écho à d’autres mouvements de protestation qui eurent lieu dans le monde, n’ont pas été banales : d’innombrables manifestations, dont une centaine nocturnes, au centre-ville de Montréal ; la démission de la ministre de l’Éducation Line Beauchamp, incapable de trouver une issue au conflit avec les étudiants ; l’adoption d’une loi spéciale pour forcer les étudiants à rentrer en classe et cesser les manifestations ; et enfin le réaménagement du calendrier scolaire 2012-2013 dans des dizaines d’établissements d’enseignement supérieur pour permettre aux étudiants de reprendre les cours perdus pendant le conflit et d’éviter ainsi la congestion qu’aurait occasionnée la reprise intégrale de la session de l’hiver 2012 pour des milliers d’étudiants1. De plus, il est vraisemblable que le premier ministre Jean Charest eut à reporter une élection qu’il aurait préféré tenir au printemps, notamment en raison du calendrier des audiences publiques de la commission Charbonneau prévues à compter de la mi-septembre. En définitive, il est probable que ce mouvement, dirigé par des associations étudiantes mais soutenu par une coalition sociale incluant d’autres organisations, ait catalysé les frustrations, plus ou moins disparates, de nombreux citoyens qui exprimèrent aussi leur indignation en frappant sur leurs casseroles, alors que la phase la plus intensive du conflit tirait à sa fin.

10Ces enjeux, particuliers à la vie politique québécoise des dernières années, incarnent la méfiance à l’égard des acteurs et des institutions politiques qu’on trouve dans bien d’autres États. On ne doit peut-être pas s’inquiéter du fait que les Québécois expriment ainsi un jugement critique à l’égard des dirigeants politiques. Cependant, les symptômes du malaise démocratique deviennent plus préoccupants pour la stabilité du système politique s’ils affaiblissent l’appui des citoyens aux fondements du régime démocratique ainsi qu’à leur communauté politique. Nous examinerons ce thème en comparant l’appui des Québécois envers le système politique avec celui d’autres Canadiens, en décortiquant la manière dont les chefs des partis ont présenté leur capacité à incarner une plus grande transparence dans l’espoir d’attirer la confiance des citoyens, et en examinant les facteurs qui influencent la participation électorale. Nous verrons aussi que les tiers partis les plus proéminents – CAQ et QS – ont bénéficié, dans une certaine mesure, du soutien des citoyens insatisfaits du fonctionnement de leurs institutions démocratiques.

Les médias et les ordres du jour de la campagne

  • 2 Extraits du discours prononcé par Jean Charest le 1er août 2012 et disponible en ligne : http://ww (...)

11La nécessité d’obtenir l’appui de citoyens parfois méfiants à l’endroit des partis et de se positionner avantageusement dans un système partisan en mouvement incite partis et candidats à user stratégiquement des outils de communication à leur disposition, chaque protagoniste tentant de mettre en lumière les enjeux qui l’avantagent. Par exemple, au cours du point de presse inaugurant sa campagne électorale, Jean Charest insista sur deux thèmes. Premièrement, il invoqua longuement le thème de la crise étudiante, insistant sur les « actes d’intimidation, de vandalisme et de violence » et sur les « turbulences économiques et sociales » ainsi engendrées, dénonçant l’intransigeance des contestataires et déplorant que Pauline Marois et le PQ aient « fait le choix d’embrasser le mouvement de contestation, de porter ses symboles et même d’y recruter ses candidats ». Deuxièmement, il exposa ses priorités en matière économique. Le point de presse avait lieu dans un endroit sécurisé, l’Aéroport international Jean-Lesage de Québec, aussi « un pont vers le Nord, […] tourné vers les opportunités que nous offre l’avenir »2. Pour le PLQ, le Plan Nord constituait la principale proposition en matière de développement économique, une condition au maintien des systèmes publics de santé et d’éducation pour les prochaines générations.

12La méfiance des citoyens, alimentée par les fortes odeurs de corruption, ne semble pas avoir été suffisante pour permettre une percée majeure des tiers partis, ni pour faire payer un gros prix au gouvernement libéral sortant. Le PLQ aurait-il remporté la bataille de l’ordre du jour pendant cette campagne électorale ? C’est ce que certaines analyses présentées dans ce livre indiquent. Contrairement à ce que le contexte ayant précédé le scrutin de 2012 a pu laisser présager, la corruption n’a pas constitué l’enjeu principal de cette campagne électorale si l’on se fie à une analyse du contenu de la presse écrite. En dépit d’une couverture dont le ton était plus négatif, le PLQ a vu ses thèmes de prédilection – la crise étudiante et l’économie puis, vers la fin de la campagne, la souveraineté – au sommet de l’ordre du jour des médias d’information. Nous ne sommes pas en mesure de vérifier directement l’impact de cet ordre du jour sur le choix des électeurs, mais on constate tout de même que l’opinion des Québécois sur ces thèmes a orienté leurs choix électoraux en faveur du PLQ.

13Par ailleurs, l’environnement médiatique a connu une forte expansion sous le développement des technologies de l’information. L’ordre du jour des médias ne doit plus être considéré comme un ensemble homogène. À l’extérieur des grands médias d’information, dont la presse écrite demeure un porte-étendard, d’autres espaces sont créés, certains plus accessibles aux partis et aux citoyens qui n’ont pas voix dans la presse traditionnelle, et permettent d’articuler des ordres du jour différents. Certains partis politiques qui peinent à diffuser leurs messages par les médias de masse, soit parce qu’ils manquent de ressources financières pour acheter des espaces publicitaires, soit parce qu’ils ne disposent pas des ressources politiques ou symboliques auxquelles les médias d’information sont sensibles, ont ainsi la possibilité de mettre de l’avant leurs priorités dans ces autres médias. Les citoyens et les autres groupes intéressés peuvent également y faire entendre leurs points de vue. Le thème des ressources naturelles, par exemple, minimisé dans la presse écrite, a eu une importance de premier plan dans la twittosphère, où les partisans d’Option nationale (ON) ont été particulièrement actifs durant la campagne pour faire entendre leurs voix.

14Alors que la télévision a entraîné des changements notoires dans la façon de mener les campagnes électorales, Internet refaçonne à nouveau les pratiques communicationnelles qui visent à mobiliser les militants et à convaincre les électeurs. Les fonctions interactives d’Internet, que les réseaux sociaux numériques mettent en relief en facilitant la coproduction de messages entre les usagers, ont alimenté la promesse d’une intensification des échanges entre les citoyens et les gouvernants, d’une participation accrue des citoyens à la prise de décision et d’un renforcement de la démocratie. En les utilisant pour entretenir la conversation avec les citoyens, partis et candidats seraient en mesure d’accroître la confiance du public envers le système politique et de mobiliser leurs partisans. Toutefois, avant d’envisager la mesure des effets de telles pratiques interactives, encore faut-il établir si tel est l’usage que les acteurs politiques font de l’Internet durant les campagnes. Nous constatons au terme de cette campagne que les grands partis ne parviennent pas encore à exploiter toutes les nouvelles facettes de cet environnement médiatique en mutation, principalement parce que ces partis visent d’abord et avant tout à diffuser et à contrôler leur message, un objectif dont l’atteinte est nettement plus difficile dans l’univers interactif des réseaux sociaux.

Les Québécois aux urnes

15La fragmentation de l’ordre du jour et la méfiance des Québécois à l’égard de certaines institutions trouvent écho dans l’offre partisane et dans le comportement électoral. Plusieurs chapitres de ce livre indiquent que les facteurs qui structurent le positionnement des partis et le comportement électoral tendent à un certain éclatement, que favoriserait la diminution de l’importance de l’enjeu de la souveraineté pour plusieurs Québécois. Par conséquent, certains électeurs ne votent plus suivant les mêmes considérations, selon qu’ils sont hommes ou femmes, de la banlieue de Montréal ou de l’Est du Québec, ou encore selon qu’ils possèdent un patrimoine plus ou moins à risque. Néanmoins, la souveraineté demeure encore un enjeu fortement structurant et est incontournable pour comprendre le vote d’une grande partie des Québécois, particulièrement ceux qui appuient le PQ et le PLQ.

16Bref, il est possible que le Québec soit arrivé à une nouvelle phase de réalignement électoral marquée par la transition d’un système partisan articulé autour de l’enjeu de la souveraineté du Québec, qui soutenait la compétition entre deux options seulement (PLQ par rapport au PQ), vers un autre système, celui-là structuré davantage autour de l’axe idéologique gauche-droite, augmentant possiblement l’importance d’autres sources d’influence que le débat national pour expliquer le comportement électoral. Bien sûr, la configuration finale de ce nouvel équilibre partisan reste encore à confirmer lors des prochains scrutins.

17Les électeurs québécois sont-ils pour autant déboussolés ? Ne sont-ils pas, plutôt, des citoyens en mouvement, de leur temps, s’interrogeant et débattant de leurs valeurs, à la recherche de la meilleure façon de les incarner et que les partis politiques essaient de saisir pour obtenir leurs appuis ? En effet, l’éclatement actuel de l’offre partisane et de l’environnement médiatique semble assez bien refléter la diversité des préférences des Québécois. Ces derniers paraissent donc, dans l’ensemble, trouver leur compte dans cette fragmentation. Mais le fait que l’hétérogénéité des préférences politiques soit mieux représentée instille dans le système politique une certaine instabilité avec laquelle les Québécois, et les partis politiques eux-mêmes, doivent accepter de vivre. La difficulté vient du fait que nos institutions politiques (système parlementaire à la britannique, mode de scrutin pluralitaire uninominal) de même que nos mœurs politiques influencées par ces institutions (par exemple, l’idée qu’un seul parti doive former le gouvernement, peu importe qu’il soit majoritaire ou minoritaire à l’Assemblée nationale) ne sont pas bien adaptées à un contexte de fragmentation.

18Les citoyens ne semblent pas trop réfractaires à cette nouvelle réalité québécoise. Il reste encore à voir si la classe politique pourra, et surtout voudra, s’y adapter. Un nouveau réalignement partisan, axé sur l’existence d’un système multipartite stable et durable et d’une compétition davantage orientée autour de questions liées au rôle de l’État québécois et à la gestion des finances publiques de la province, pourrait alors en résulter. Mais il est plus probable qu’à court terme, les partis politiques en place, surtout les deux principaux d’entre eux (PLQ et PQ), voudront déployer des efforts visant à réduire l’offre partisane pour la ramener à une configuration du système plus familière et proche de ce que nous avons connu auparavant. Une première stratégie possible tiendrait à inciter les partis plus marginaux à se saborder pour rejoindre les rangs des plus grands. Une seconde viserait à ramener à l’avant-plan l’axe identitaire qui a toujours sous-tendu le bipartisme (en conjonction avec l’opération de notre mode de scrutin, bien sûr). Mais la tension politique qui permettait, il n’y a pas si longtemps encore, au débat national de polariser les esprits n’est plus aussi forte, si bien qu’il paraît aujourd’hui difficile (surtout pour le PQ) de mobiliser sur cette base un électorat dont une grande partie semble, pour le moment du moins, être passée à autre chose.

Présentation de l’ouvrage

19La nature particulière de l’élection québécoise de 2012 est reflétée dans la réalisation de cet ouvrage, qui est le fruit d’une collaboration intellectuelle sans précédent entre chercheurs intéressés à comprendre toutes les facettes de la campagne et des résultats du scrutin. L’étude des élections provinciales au Québec est un terrain de recherche moins structuré et institutionnalisé que celle des élections fédérales. Elles ont fait l’objet de quelques ouvrages depuis les années 1960 (Lemieux, 1969 ; Lemieux, Gilbert et Blais, 1970 ; Latouche, Lord et Vaillancourt, 1976 ; Bernard et Descôteaux, 1981 ; Crête, 1984 ; Monière et Guay, 1995 ; Bélanger et Nadeau, 2009), mais ces travaux ont été ponctuels. Par contraste, les élections fédérales sont l’objet d’une importante enquête d’opinion publique – l’Étude sur l’élection canadienne – depuis les années 1960 et d’une collection d’ouvrages collectifs publiés dans l’année suivant chaque scrutin depuis le début des années 1970 (pour le plus récent ouvrage de cette collection, voir Pammett et Dornan, 2011). Les universitaires qui mènent présentement des recherches sur les élections québécoises sont pourtant nombreux et, sous l’égide du Centre pour l’étude de la citoyenneté démocratique, nous avons entrepris de les rassembler pour donner un sens à cette élection et affiner notre compréhension des dynamiques électorales à l’œuvre au Québec.

20Ce livre est le fruit de leurs efforts et de leur collaboration. À notre connaissance, il s’agit du projet collaboratif le plus important dans l’histoire des études électorales au Québec et même au Canada, sur le plan fédéral comme sur le plan provincial, autant par le nombre de chercheurs qui ont accepté d’y participer que par la diversité des données qu’ils ont mobilisées. Les auteurs des chapitres qui suivent ont été formés, enseignent ou mènent des recherches dans diverses disciplines : la communication, la géographie, la linguistique, la psychologie, la science politique, la sociologie et les sciences économiques. Cette diversité s’accompagne d’une pluralité d’approches méthodologiques : l’analyse de contenu par codeurs ou automatisée par ordinateurs, l’apprentissage automatique par des systèmes informatisés, l’analyse du discours, l’analyse des résultats électoraux, l’enquête par sondage et un outil non probabiliste de cueillette de données couramment utilisé en Europe et qui a récemment fait son entrée au Canada, la Boussole électorale. En fédérant ces chercheurs, nous avons rassemblé des contributions appuyées sur plusieurs ensembles de données qui font de cette élection l’une des plus scrutées, entre autres, le volet québécois de l’enquête Making Electoral Democracy Work menée dans cinq pays, le sondage du Comparative Provincial Election Project, un autre mené dans le cadre d’une recherche comparative sur le Québec et l’Écosse, le projet franco-québécois enpolitique. com et les données de la Boussole électorale. Ces données s’ajoutent aux données compilées par le Directeur général des élections du Québec portant sur les résultats électoraux et le financement des partis politiques, et qui sont, elles aussi, analysées par plusieurs des collaborateurs à cet ouvrage.

21La première partie de ce livre situe l’élection du 4 septembre 2012 dans son contexte. Jean-François Godbout analyse les résultats de ce scrutin à la lumière des élections générales qui ont eu lieu depuis 1973. Il examine ainsi l’évolution de l’appui aux principaux partis politiques par rapport aux circonscriptions électorales. Andrea Perrella et Brian Tanguay, qui surveillent attentivement les évolutions partisanes ailleurs au pays, examinent dans une perspective comparative les changements ainsi survenus. L’évolution récente du système partisan québécois est aussi comparée à celle des autres provinces canadiennes par ces auteurs. François Pétry concentre son attention sur le contenu des programmes des partis politiques depuis l’élection de 1976, mesurant ainsi leur évolution sur l’axe idéologique gauche-droite et sur l’axe identitaire. Mebs Kanji et Kerry Tannahill diagnostiquent l’état du malaise démocratique chez les Québécois en différenciant la confiance qu’ils accordent aux institutions fédérales, provinciales et municipales. Ils comparent aussi la situation du Québec à celle d’autres provinces canadiennes.

22La deuxième partie est consacrée à la campagne électorale de 2012, en particulier à sa couverture par les médias. Martial Foucault et Jean-François Godbout décrivent les dépenses électorales faites par les candidats – dont la plus grande partie est souvent consacrée à la communication, en particulier la publicité – et explorent la possibilité d’un lien avec le vote. Andrea Lawlor et Frédérick Bastien se penchent sur le traitement réservé à la campagne par la presse écrite. Ils accordent une attention particulière à la construction de l’ordre du jour et au ton, positif ou négatif, qui a teinté la couverture de cette campagne électorale. Deux autres chapitres sont consacrés à la communication électorale par l’intermédiaire de Twitter : Olivier Beauchesne examine la configuration des messages échangés dans la twittosphère et les thèmes qui ont été mis en relief, alors que Thierry Giasson et ses collaborateurs s’emploient à faire état de l’usage que les partis politiques ont fait de Twitter. Guylaine Martel et Martin Jolicoeur s’attardent à l’image que les chefs des partis politiques ont donnée d’euxmêmes à partir de leurs performances lors du premier débat des chefs, celui qui a réuni Jean Charest, Françoise David, François Legault et Pauline Marois. Claire Durand examine l’évolution de l’opinion publique pendant la campagne et discute de la qualité des sondages sur les intentions de vote publiés par les médias.

23Le vote des Québécois est au centre de la troisième partie de cet ouvrage. André Blais et ses collaborateurs jettent d’abord un œil sur les facteurs qui permettent de rendre compte du taux de participation à ce scrutin. Richard Nadeau et Éric Bélanger présentent ensuite un modèle explicatif du vote des Québécois qu’ils avaient déjà appliqué aux deux élections précédentes. L’impact de certains facteurs sociodémographiques sur le vote fait l’objet d’une attention détaillée dans les chapitres subséquents : Elisabeth Gidengil et Allison Harell décortiquent les écarts entre les hommes et les femmes, Martial Foucault examine le rôle du patrimoine économique, Antoine Bilodeau mesure l’avantage libéral auprès des minorités visibles et Benjamin Forest explore les variations géographiques du remplacement des appuis à l’ADQ par ceux à la CAQ. Dietlind Stolle et ses collègues décrivent le profil sociopolitique des étudiants universitaires qui furent particulièrement interpellés pendant cette campagne. Enfin, Éric Montigny et ses collaborateurs rendent compte des démarches effectuées pour mettre au point la Boussole électorale et donnent un aperçu des enseignements que nous pouvons tirer de cet outil.

24Le lecteur trouvera certainement matière à réflexion sur la dynamique électorale québécoise dans ces contributions. Le regard multidisciplinaire porté par celles-ci sur les élections au Québec, et sur celle du 4 septembre 2012 en particulier, devrait être en mesure de proposer des éléments de réponse à la question : est-ce une élection extraordinaire ?

Notes

1 Le lecteur trouvera une chronologie détaillée de ces événements dans l’anthologie de Bonenfant, Glinoer et Lapointe (2013).

2 Extraits du discours prononcé par Jean Charest le 1er août 2012 et disponible en ligne : http://www.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/5997440.

Auteurs

Professeur adjoint au Département de science politique de l’Université de Montréal. Il s’intéresse particulièrement au journalisme politique, aux usages politiques d’Internet et à la méthodologie des sondages et de l’analyse de contenu. Il est l’auteur de Tout le monde en regarde ! La politique et l’infodivertissement à la télévision québécoise (PUL, à paraître), il a publié plusieurs chapitres de livres, ainsi que des articles dans Hermès, Questions de communication, la Revue canadienne de science politique et Politique et sociétés.

Professeur agrégé au Département de science politique de l’Université McGill. Ses recherches portent sur la politique canadienne et québécoise, les partis politiques, l’opinion publique et les comportements électoraux. Ses travaux ont été publiés dans de nombreuses revues scientifiques, notamment Comparative Political Studies, Political Research Quarterly, Electoral Studies, Publius : The Journal of Federalism, le European Journal of Political Research et la Revue canadienne de science politique. Il a également coécrit le livre Le comportement électoral des Québécois (Prix Donald-Smiley, 2010).

Titulaire de la Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires et professeur agrégé de science politique à l’Université Laval. Il détient un Ph. D. de la University of New Mexico. Ses recherches actuelles sont axées sur l’étude de la participation et de l’imputabilité électorale au Québec, au Canada et dans les démocraties émergentes. Ses travaux ont été publiés dans plusieurs revues scientifiques internationales, dont British Journal of Political Science, Political Research Quarterly, Political Studies, Publius : The Journal of Federalism et Comparative Political Studies.

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre