Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

20. Montréal, 8 mai 19541

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128.

1Cher Borduas,

  • 2 Voir supra, p. 323, n. 14.
  • 3 Gérard et Gisèle Lortie (voir Écrits II, p. 296).

2Quand nous avons appris à la gare Centrale que le train pour New York partait de la gare Windsor, nous nous sommes mis à courir — Ouvrard2, Barbeau et moi. Les Lortie3 et Mousseau nous ont annoncé que vous étiez déjà à bord du train — mais le train n’était pas encore parti. Dans ce décor d’envol interplanétaire, nous nous sommes lancés à la chasse aux wagons. Nous étions tout près de la locomotive lorsque la puissante mécanique a failli nous transporter nous-mêmes à New York. Nous n’avons pas eu le plaisir de vous revoir. La célérité du départ de la dure et infernale chenille, cependant, nous a procuré une vertigineuse sensation d’espace et de distance.

3L’insolite magnifique de toute cette aventure était parfaitement symbolisé par la vigueur inhumaine du train.

4Tout ceci prouve que, pour réaliser les utopies, il suffit d’être authentiquement utopiques.

  • 4 Jugement porté par Rodolphe de Repentigny. Gauvreau y fait écho dans sa lettre du 10 mai 1954. La (...)

5« La matière chante » a été certainement l’exposition de l’année à Montréal4.

6En comptant ceux qui assistèrent au pré-vernissage, nous avons vu défiler un peu plus de 1,400 visiteurs. L’exposition a été prolongée de quatre jours —jusqu’au 4 mai.

7Ouvrard et moi avons été constamment sur les lieux. Nous sommes les deux seuls à savoir exactement quelle est l’attitude du public à l’égard de la peinture surrationnelle présente. J’avais beaucoup écrit juste avant l’exposition, et mon esprit s’était adapté au rythme fulguramment rapide de la création ; au début de l’exposition, le rythme fatalement très lent de la manifestation plastique (où tout est assimilation muette et minutieuse) m’avait semblé pénible, mais, à la fin, mon rythme à moi était devenu parfaitement en accord avec cette réalité.

  • 5 Joseph Barcelo, Luc Choquette, Paul Dumas, Albert Jutras, Jules Brahy sont des collectionneurs qui (...)
  • 6 La présence de John Lyman est digne de mention, puisque Borduas et lui se sont brouillés en 1948 ( (...)
  • 7 Ancien conservateur du Department of Art au National Museum of Wales, professeur émérite et direct (...)

8Le public a été attentif, extrêmement sérieux. Seuls ne se sont pas montrés les « collectionneurs » officiels (Barcelo, Choquette, Dumas, Jutras, Brahy5, etc.). Lyman6 est venu — de même que Steegman7, le directeur du Musée.

  • 8 Dans un article intitulé « Les leçons d’une saison » (La Presse, 8 mai 1954, p. 75), Rodolphe de R (...)
  • 9 Rodolphe de Repentigny a consacré plusieurs articles à « La matière chante » : le 24 avril, dans L (...)
  • 10 Gabriel La Salle, « Lettre ouverte à Claude Gauvreau », L’Autorité, 1er mai 1954, p. 7.
  • 11 Autre pseudonyme de Rodolphe de Repentigny (avec celui de Jauran). L’article s’intitule « La matiè (...)
  • 12 Claude Gauvreau, « La grande querelle des peintres : réponse de Claude Gauvreau à l’inquiétude de (...)

9La presse a fait grand état de la manifestation — grâce, surtout, à Rodolphe de Repentigny8 dont les propos ont été véritablement exemplaires9. Le reste des écrits a été plus ou moins lucide, mais tous ont voulu se montrer sympathiques à l’exposition et il n’y a pas eu d’articles véritablement hostiles. Les considérations les plus molles sont contenues dans une « Lettre ouverte à Claude Gauvreau », écrite par Gabriel LaSalle et publiée dans L’Autorité10 (à côté d’un article magnifique de « François Bourgogne11 ») - je vais répondre à ce texte anachronique dès demain12. Je vous posterai dans quelques jours les principales découpures de journaux.

  • 13 Guy Viau.
  • 14 Interview non retrouvé.
  • 15 Allusion à la « Chronique des arts » de Paul Gladu qui paraîtra — après celles du n° 14 (novembre- (...)
  • 16 Le texte paraît le jour même sous le titre « Les leçons d’une saison » (La Presse, 8 mai 1954, p. (...)

10La critique de Viau13 a été entendue à CBF, et votre interview par Claude Barnwell a été diffusée par CKAC14. Il reste à paraître un article de Paul Gladu (son troisième) dans Arts et Pensée15. Je sais aussi que de Repentigny va parler de « La matière chante » au cours d’un résumé prochain des activités picturales de la saison16.

11« La matière chante » a été accueillie beaucoup mieux et plus largement que « Le Salon du Printemps ». (Incidemment, il y a eu six petits objets de vendus : 3 Eckers, 2 Michon, 1 Comtois).

12Je ne serais pas du tout étonné si votre exposition de l’automne attirait quelque 6,000 visiteurs.

  • 17 De Pierre Lebeuf. L’expression revient dans les lettres du 6 août et du 21 septembre 1954.

13Tous ces gains (relatifs) valent pour le prestige. De points de vue plus essentiels, « La matière chante » n’a pas fini d’avoir des répercussions excellentes : l’exposition a servi à ranimer l’enthousiasme et l’exigence des « aînés » ; elle conclut, d’une manière à peu près définitive, la défaite de la réaction lebeuvienne17 (tentative de dissolution du mouvement automatiste au profit d’une agglomération hétérogène de caractère politique) ; elle rétablit l’unité sensible au sein du « groupe » et encourage les plus jeunes à persévérer dans une voie de progrès intellectuel.

14« La matière chante » signifie également un rappel à l’ordre envers les dirigeants (à l’attitude fort régressive) du Musée des Beaux-Arts.

15Steegman m’a invité à lui rendre visite, et je dois aller le voir dans quelques jours.

  • 18 Ailleurs, Gauvreau écrit « Tomi Gunn ». C’est-à-dire, en traduction, une mitraillette.
  • 19 À propos de cet ajout, Claude Gauvreau précise : « L’objet était nuisible à l’unité de la présenta (...)

16L’exposition a connu plusieurs incidents cocasses ; entr’autres celui-ci : en faisant ma « ronde », un matin, j’eus la surprise de constater qu’un tableau de plus faisait partie de l’accrochage — il avait été épinglé au-dessus du tableau le plus horizontal de Eckers. Il s’agissait d’une parodie évidente de la peinture « cosmique » ; c’était une petite gouache qui portait le nom fictif de son auteur (Tomi Guhn18), un titre (Tormented Womb) ainsi qu’un prix ($160). Tout de suite avant ma découverte, une dizaine de jeunes Anglo-Saxons avaient patrouillé le local — je crois qu’il s’agissait d’étudiants de McGill. L’incident m’a beaucoup amusé19.

  • 20 La galerie Agnès Lefort ouvre ses portes le 30 octobre 1950, au 1028 de la rue Sherbrooke Ouest. A (...)
  • 21 L’exposition réunit les œuvres de dix-huit artistes de Montréal, dont certaines ont été exposées à (...)
  • 22 Texte de base : « parcourera ».

17Agnès Lefort20 a été chargée par la « Western Canada Art Centre » d’organiser une exposition circulante21 (d’une vingtaine de tableaux d’avant-garde) qui parcourra22 l’ouest du pays et, je pense bien aussi, l’ouest des U.S.A. Elle a choisi plusieurs travaux de notre exposition (travaux qu’elle désire exposer à sa galerie juste avant leur départ pour l’ouest).

18Moi, je vais maintenant me remettre à mes travaux personnels. Je vais certes barboter dans le Richelieu, et je vais aussi, après avoir mis au monde quelques textes radiophoniques de caractère révolutionnaire, m’attaquer à cet inquiétant récit de mes aventures psychiques (récit pour lequel je possède déjà une quarantaine de pages de notes).

  • 23 Voir supra, p. 322, n. 7.
  • 24 Gaston Miron (1928-1996) publie, avec Olivier Marchand, en 1953, un premier recueil de poèmes, Deu (...)
  • 25 Il s’agit, selon John Robert Colombo, d’un jeune étudiant juif de Montréal qui étudiait la poésie (...)
  • 26 Ce projet de publication ne sera pas mené à terme. Selon John Robert Colombo, seule la maison The (...)

19Les poètes deviennent actifs, et je crois bien que l’année prochaine sera une grande année de la poésie. À part Giguère23, il y a Gaston Miron24 qui est à préparer une série d’éditions de poètes ; et Blair et Molinari ont également un projet de ce genre. J’assemble une anthologie de poésies canadiennes-françaises de notre génération (à la demande d’Avi Boxer25) et cette anthologie sera traduite en anglais et publiée à Toronto26.

20J’ai reçu une lettre de Babinski. Il se demande pourquoi vous ne lui répondez pas. Il est très isolé (moralement) au Brésil.

21J’ai grandement hâte de voir vos tableaux. Et je pense bien que l’enthousiasme n’est pas prêt de s’éteindre.

22Fraternellement.

23Claude

2475 ouest rue Sherbrooke

25app. 5 Montréal

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128.

2 Voir supra, p. 323, n. 14.

3 Gérard et Gisèle Lortie (voir Écrits II, p. 296).

4 Jugement porté par Rodolphe de Repentigny. Gauvreau y fait écho dans sa lettre du 10 mai 1954. La phrase proviendrait de l’article « Les leçons d’une saison », paru dans La Presse, 8 mai 1954, p. 75. Voir Écrits sur l’art, p. 74, et infra, p. 349, n. 3.

5 Joseph Barcelo, Luc Choquette, Paul Dumas, Albert Jutras, Jules Brahy sont des collectionneurs qui avaient déjà fait chacun l’acquisition d’une œuvre de Borduas.

6 La présence de John Lyman est digne de mention, puisque Borduas et lui se sont brouillés en 1948 (voir Écrits I, p. 414, n. 52).

7 Ancien conservateur du Department of Art au National Museum of Wales, professeur émérite et directeur artistique bien connu au Royaume-Uni, John Steegman succède en 1952 à Robert Taylor Davis au Musée des beaux-arts de Montréal. Bilingue, il a donné des conférences sur l’art européen pour le British Council dans plusieurs pays, notamment aux États-Unis, où il fut professeur d’histoire de l’art à l’Université de Chicago. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Hours in the National Portrait Gallery, Sir Joshua Reynolds, A Life et The Rule of Taste, 1730-1830. Sur John Steegman, voir Canadian Art, vol. 10, n° 1, automne 1952, p. 39.

8 Dans un article intitulé « Les leçons d’une saison » (La Presse, 8 mai 1954, p. 75), Rodolphe de Repentigny, qui porte un regard rétrospectif sur la saison, souligne la vitalité du milieu à l’origine de nombreuses initiatives stimulantes : « Dans ce domaine, la palme va indubitablement à Claude Gauvreau pour son organisation de l’exposition “La matière chante” dont Borduas a assuré la tenue. Exposition qui a remis en circulation, si l’on peut dire, la peinture la plus originale et significative qui se pratique à Montréal. En deux semaines, 1 400 personnes ont visité l’exposition à la galerie Antoine. Pour une exposition de ce caractère, où aucune concession n’avait été faite, c’est un plein succès, une preuve que le public n’est pas aussi bête que certains le prétendent. »

9 Rodolphe de Repentigny a consacré plusieurs articles à « La matière chante » : le 24 avril, dans La Presse, « Vitalité de l’art : la Matière chante » ; le 1er mai, dans L’Autorité, « La matière chante. La place de l’art “créateur” » et « Comment faut-il regarder une toile non figurative ? ». Il interviendra à nouveau dans le débat le 19 juin 1954 sous le pseudonyme de François Bourgogne, avec « La trahison des clercs. Un critique répond à Pierre Gélinas et à Claude Picher ».

10 Gabriel La Salle, « Lettre ouverte à Claude Gauvreau », L’Autorité, 1er mai 1954, p. 7.

11 Autre pseudonyme de Rodolphe de Repentigny (avec celui de Jauran). L’article s’intitule « La matière chante. La place de l’art créateur » (L’Autorité, 1er mai 1954, p. 7).

12 Claude Gauvreau, « La grande querelle des peintres : réponse de Claude Gauvreau à l’inquiétude de Gabriel La Salle », L’Autorité, 2 mai 1954, p. 6 ; repris dans Écrits sur l’art, p. 251-253. « Gabriel La Salle, l’ancien critique du journal Le Canada s’attaque à l’inaccessibilité des travaux automatistes. Il leur reproche de ne pas s’adresser à la “foule” à cause d’un dépouillement excessif de matière. Il met en garde les surrationnels contre le subjectivisme, qui ne peut être un but valable, qui oublie l’apanage de la peinture, car il ne concerne que le moi du peintre et non la communication avec les autres. Un art plus chargé de signification lui semble s’imposer » (Marie Carani, L’Œil de la critique, p. 58).

13 Guy Viau.

14 Interview non retrouvé.

15 Allusion à la « Chronique des arts » de Paul Gladu qui paraîtra — après celles du n° 14 (novembre-décembre 1953) et du n° 16 (mars-avril 1954) — dans le n° 17 de la revue Arts et pensée. Après avoir critiqué le procédé de sélection en usage à « La matière chante » (qui repose entièrement sur le jugement de Borduas, formule qu’il juge « vicieuse à l’extrême »), Paul Gladu livre ce commentaire : « Tout ce qui fait l’orgueil du genre humain a dépendu de tout, excepté l’accident. Le Parthénon ; la fresque de la voûte de la Chapelle Sixtine, de Michel-Ange ; les cathédrales gothiques ; La Jeune Parque, de Valéry ; Hamlet de Shakespeare ; toutes ces œuvres transcendantes sont des merveilles préméditées, des merveilles de calcul, des merveilles de persévérance ! [...] Quant à ce qui est cosmique... je crains que ce ne soit que des mots. La moindre feuille d’arbre, le moindre caillou participe de l’univers. [...] Ceci dit, je prie qu’on ne sous-estime pas l’importance et la qualité de l’événement ! Ceux qui se groupent autour de Borduas sont pleins de sincérité et de talent. J’ai admiré particulièrement les encres d’Ulysse Comtois et de Rita Letendre ; les toiles de Pierre Gauvreau et celles de Jean-Paul Mousseau. Les visiteurs ont pu également admirer les œuvres de Gabriel Filion, de Marcel Barbeau, de Guy Michon, etc. Enfin, quoi que l’on pense des théories que défendent les tenants de l’automatisme, il reste que cette salle de la galerie Antoine contient l’un des plus beaux spectacles artistiques qu’il m’ait été donné de voir ! Ce mouvement est dans toute sa force. Ses participants sont jeunes et convaincus. Je me réjouis de ce que l’art canadien, et même l’art tout court, compte de tek défenseurs. Grâce à eux, il est possible d’entrevoir une effloraison d’œuvres intéressantes. En terminant, je crois exprimer le sentiment d’un grand nombre d’entre nous, en disant à ceux qui ont répondu à l’appel de Gauvreau : “nous espérons beaucoup de vous” » (« Chronique des arts. La matière chante », Arts et pensée, n° 17, mai-juin 1954, p. 155-157).

16 Le texte paraît le jour même sous le titre « Les leçons d’une saison » (La Presse, 8 mai 1954, p. 15).

17 De Pierre Lebeuf. L’expression revient dans les lettres du 6 août et du 21 septembre 1954.

18 Ailleurs, Gauvreau écrit « Tomi Gunn ». C’est-à-dire, en traduction, une mitraillette.

19 À propos de cet ajout, Claude Gauvreau précise : « L’objet était nuisible à l’unité de la présentation et je le retirai immédiatement de l’exposition ; mais je le fis examiner par tous ceux qu’il pouvait intéresser. [...] Marcel Barbeau reconnut à l’objet une assez belle fermeté d’écriture et Ulysse Comtois eut une phrase qu’il ne serait pas inutile de méditer : “Le type a été obligé d’inventer un objet, et c’est un événement dans la vie d’un homme, peut-être, éventuellement cet événement-là finira-t-il par transformer la vie de cet homme” » (Claude Gauvreau, « “La matière chante (encore)”. Le porte-parole des peintres abstraits répond aux attaques d’un “figuratif” », Écrits sur l’art, p. 245-246).

20 La galerie Agnès Lefort ouvre ses portes le 30 octobre 1950, au 1028 de la rue Sherbrooke Ouest. Au service des pratiques d’avant-garde, la galerie présentera en moyenne neuf expositions par année au cours de la décennie. Vers la fin de la saison 1952-1953, Agnès Lefort est forcée de déménager au 1504 de la rue Sherbrooke Ouest, près du Musée des beaux-arts de Montréal. En septembre 1961, la galerie est vendue à Marie Godard et prend alors le nom de Godard-Lefort. Voir Hélène Sicotte, La Galerie Agnès Lefort. Sur Agnès Lefort, voit aussi Écrits sur l’art, p. 380.

21 L’exposition réunit les œuvres de dix-huit artistes de Montréal, dont certaines ont été exposées à « La Matière chante ». Albert Dumouchel, y présente Nids dévastés et Le Ciel déchiré de cris, Pierre Gauvreau, deux compositions non identifiées, « cortège de formes imprécises accomplissant une sorte de rite primitif alliant l’ensorcèlement [sic] de la danse au mystère d’une musique sacrée », Fernand Leduc, Le Jour férié, Rita Letendre, Le Jardin d’étoiles, Gérard Tremblay, Nuit mobile, Léon Bellefleur, Engoulevents, Jean Dallaire, Calomnie, Fritz Brandtner, « un beau dessin sur lino entaillé », Gordon Webber, « trois abstractions fort habiles », Boris Vanier, La Chandelle et Petit Aquarium, Joseph Iliu, Composition, Mary Filer, « un jardin plantureux de Vancouver », et Agnès Lefort, Gold Eye, une toile d’inspiration cubiste (voir Pierre Saucier, « Tournée dans l’ouest d’une exposition réunie par Mlle Agnès Lefort », La Patrie, 10 juillet 1954, p. 39). Un article paru dans La Presse précise les villes de l’Ouest canadien rejointes lors de cette tournée, qui s’échelonne d’octobre 1954 à juin 1955 : « Au mois d’octobre, elle sera à Edmonton, en novembre elle ira à l’Université d’Alberta, en décembre, elle sera en vue à l’Université de la Colombie-Britannique, et par la suite à Victoria. En février ce sera au tour de Regina College de l’exposer, et en mars, à celui de l’Université du Manitoba, tandis qu’en avril elle passera à l’Université de Saskatchewan. Les deux derniers endroits où elle sera exposée seront, en mai et juin respectivement, Calgary et Brandon » (Anonyme, « Neuf mois d’expositions pour une collection montréalaise », La Presse, 4 septembre 1954, p. 31).

22 Texte de base : « parcourera ».

23 Voir supra, p. 322, n. 7.

24 Gaston Miron (1928-1996) publie, avec Olivier Marchand, en 1953, un premier recueil de poèmes, Deux Sangs. La même année, il fonde la maison d’édition L’Hexagone, où paraîtront certaines des œuvres les plus importantes de la poésie québécoise, notamment celles d’Alain Grandbois, de Paul-Marie Lapointe et de Roland Giguère. Les poèmes de Gaston Miron seront réunis sous le titre L’Homme rapaillé (Presses de l’Université de Montréal, 1970), un recueil qui connaîtra de nombreuses rééditions, dont la plus récente dans la collection « Poésie/Gallimard » (1999).

25 Il s’agit, selon John Robert Colombo, d’un jeune étudiant juif de Montréal qui étudiait la poésie avec Irving Layton et qui fit paraître quelques poèmes dans des revues à la fin des années cinquante et au début des années soixante. « He was always coming up with schemes to further the cause of creative writers both French and English that came to naught or at least to little » (lettre de John Robert Colombo à Gilles Lapointe, 28 juin 1999).

26 Ce projet de publication ne sera pas mené à terme. Selon John Robert Colombo, seule la maison The Ryerson Press aurait été susceptible à l’époque de publier un ouvrage de cette nature.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search