Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

19. Montréal, 11 avril 19541

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, T. 128 ; publiée dans Études françaises, vol. 34 (...)

1Cher Borduas,

  • 2 L’exposition « La matière chante » aura lieu à la galerie Antoine (939 Square Victoria, Montréal) (...)

2L’organisation de « La matière chante2 » va bon train. Le facteur X est de plus en plus perceptible en cette entreprise. Peu amateur des démarches sans risque, je ne vais pas me plaindre de ce que l’inconnu y soit encore d’une vaste étendue. Nous ne savons pas au juste ce qui va sortir de tout cela ? Tant mieux ! Je suis responsable du tout et je suis prêt à faire face à n’importe quelle conséquence inimaginable.

  • 3 La participation de Fernand Leduc à « La matière chante » sera particulièrement appréciée par Gill (...)
  • 4 Voir supra, p. 291, n. 6.
  • 5 Voir supra, p. 321, n. 4.
  • 6 Alfred Olssen exposera pour la première fois en octobre à l’Échourie : « Cette première exposition (...)
  • 7 Voir supra, p. 339, n. 28.
  • 8 « Parmi les nouveaux venus, il était impossible de ne pas remarquer Ulysse Comtois [...] » (Écrits (...)
  • 9 Voir supra, p. 326, n. 15.
  • 10 Voir supra, p. 329, n. 2).
  • 11 Claude Vermette (Montréal, 10 août 1930) étudie au Collège Saint-Laurent, à l’atelier de Paul-Émil (...)
  • 12 Hans Eckers participa aux « Rebelles » (1950), à l’exposition « Les étapes du vivant » (1951) et à (...)
  • 13 André Champeau (pseud. Jean-Louis Champagne) : voir supra, p. 327, n. 20.
  • 14 Cette participation de Dyne Mousso ne fut pas sans susciter quelques tensions, comme l’a rappelé F (...)
  • 15 Michel Ker Salaün.
  • 16 Gilles Groulx (Montréal, 1931-1994), peintre, monteur, réalisateur et scénariste, fait des études (...)
  • 17 Jocelyn Joly.
  • 18 Selon Claude Gauvreau, Borduas se serait reproché d’avoir retenu les toiles de Tomi Simard lors de (...)
  • 19 Voir supra, p. 327, n. 19.
  • 20 Claude Picher croira déceler chez Marot et chez plusieurs jeunes peintres non figuratifs, une abse (...)
  • 21 Guy Michon.

3Une dizaine de bons artistes se sont inscrits à date : Leduc3, Pierre Gauvreau4, Blair5, Olssen6, Rita Letendre7, Ulysse Comtois8, Gérard Tremblay9, Émond10, Vermette11, Eckers12 — et nous pouvons compter sur quelques valeurs plus ou moins incertaines (mais permettant de l’espoir) : Jean-Louis Champeau13, Dyne14, Michel Ker Salaün15, Groulx16, Jocelyn Joly17, Tomi Simard18, (peut-être Jean McEwen19), Marot20, Michon21, etc. — plus une bonne douzaine de complets inconnus. De mauvais tableaux vont être soumis et vous n’aurez pas la tâche facile ; mais, si nous parvenons à mettre en lumière trois ou quatre jeunes, je crois bien que l’invitation publique aura été plus que justifiée. J’ai reçu quelque vingt-cinq téléphones de parfaits inconnus (quelques-uns fort naïfs).

  • 22 « Je ferai l’impossible pour me rendre à votre généreuse invitation. Mais je ne sais pas encore. J (...)

4Vous n’avez jamais été l’homme du tout-repos, et c’est pourquoi j’étais tellement certain que vous viendriez à Montréal22.

  • 23 « Vous faites un “show” de cette sélection : show où je serai le clown. Le clown a droit à un sala (...)

5Un clown23 ? Vous me faites plutôt l’effet d’un gladiateur qui va descendre dans l’arène aux lions.

6Certes, il y a de la rouspétance — ainsi qu’il ne peut pas ne pas s’en produire. Trois artistes ont émis l’intention de s’écarter de « La matière chante » :

  • 24 Jean Goguen ne participa pas à l’exposition, bien qu’il fut présent aux séances de sélection de Bo (...)

7Goguen : Exprime (honnêtement, me semble-t-il) une méfiance à l’endroit de vous-même comme seul juge. (Il ne vous a jamais vu faire la critique d’un seul tableau24.)

  • 25 « Il faut dire que les forces contre-révolutionnaires en gestation, avec Molinari à leur tête, éta (...)

8Molinari25 : Prétend ne vouloir « faire partie d’aucun groupe ». ( ?)

  • 26 « Quant à Barbeau, on ne comprend pas ses réticences. Comment le peintre des Combustions originell (...)

9Barbeau26 : Dit que ses huiles ne sont pas « cosmiques » (et il avance une bonne douzaine de disculpations contradictoires et profondément dégueulasses).

10Il est possible que ces trois-là (qui ont des travaux intéressants) changent d’opinion d’ici le 17 — mais personne ne les suppliera de le faire, assurément.

  • 27 Selon Claude Gauvreau, Mousseau, qui présente plusieurs tableaux de grandes dimensions, figure ave (...)

11Quant à Mousseau, il est inquiété du fait qu’il n’a rien produit depuis longtemps. Il hésite, parfois se décide, parfois ne se décide plus. Il soumettra peut-être des gouaches qui n’ont jamais été exposées... L’incertitude est complète de ce côté27.

12Pour moi, en tout cas, l’exposition comportera une affirmation nette et claire : « La plus grande aventure spirituelle est toujours ce qui a le plus de valeur » — et (à mon avis toujours) ceux qui ne seront même plus capables d’affirmer cela, il sera grandement temps de se cotiser et de leur acheter un cercueil.

13Quoi qu’il en soit, « La matière chante » fait beaucoup parler. C’est l’événement du jour.

  • 28 « La critique, en art, mon cher Claude, n’a pas de valeur scientifique. Elle n’a qu’une valeur d’i (...)
  • 29 René Chicoine, peintre académique, qui produit, selon Gauvreau, des objets sans mystère, rassurant (...)

14Je suis bien d’accord avec vous quand vous dites que la critique d’art n’a pas de valeur scientifique28. Cependant, la distinction qualitative que l’on peut établir entre un Van Gogh et un Chicoine29 ne m’apparaît pas non plus le résultat d’un pur caprice. Je pense que certaines valeurs (l’unité de la lumière, la sensibilité de la matière, la singularité de l’invention) sont des réalités identifiables, et je crois profondément que vous êtes l’homme pour accomplir cette identification.

  • 30 Borduas fera un bref séjour à Montréal, du 16 au 21 avril 1954, à l’occasion de la présentation de (...)

15Pourriez-vous nous faire savoir exactement à quelle heure (et où) vous serez à Montréal30 le soir du 16 ?

16Fraternellement,

17Claude

18P. S. Relisez une couple de pages de Nietzsche avant de venir. Ça peut aider.

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, T. 128 ; publiée dans Études françaises, vol. 34, nos 2-3, automne-hiver 1998, p. 277-278 ; extraits dans Chronique, p. 902. Borduas avait répondu le 25 mars 1954 à une lettre de Claude Gauvreau dans laquelle ce dernier lui soumettait le projet de l’exposition « La matière chante ». La lettre de Claude Gauvreau n’a pas été retrouvée (voir Écrits II, p. 577-579).

2 L’exposition « La matière chante » aura lieu à la galerie Antoine (939 Square Victoria, Montréal) du 20 au 30 avril 1954 ; les tableaux sont choisis (sous le signe de l’ » accident ») par Borduas qui se déplace de New York pour l’occasion. Au sujet de la célèbre « querelle des peintres » qui entoura la présentation de cette exposition, voir le texte d’invitation rédigé conjointement par Borduas et Gauvreau (Écrits I, p. 633) ; voir aussi Claude Gauvreau, « La matière chante (encore) », dans Écrits sur l’art, p. 245-250, et Chronique, p. 898-924.

3 La participation de Fernand Leduc à « La matière chante » sera particulièrement appréciée par Gilles Corbeil : « Dès mon retour à Montréal, je me suis hâté d’aller voir l’exposition de “La matière chante”. J’en suis sorti enchanté. Ce qui me plaît chez ces jeunes peintres, c’est qu’ils sont véritablement personnels. Ce n’est pas de la redite. Ils ne sont pas tous également doués, mais chacun s’exprime librement, sans souvenirs académiques ni systèmes. Fernand Leduc en particulier a attiré mon attention. Peu de gens ici l’ont aimé, et je ne comprends pas pourquoi. Sa peinture est vigoureuse et d’une probité admirable. Elle a quelque chose de sévère, de tragique même, qui m’émeut profondément. Au risque d’être confus je dirais que son art naît d’une sorte d’éclatement. Il a une âme pressurée. L’émotion chez lui ne chante pas, elle éclate, comme si elle avait été refoulée à l’extrême » (lettre du 10 mai 1954, archives privées).

4 Voir supra, p. 291, n. 6.

5 Voir supra, p. 321, n. 4.

6 Alfred Olssen exposera pour la première fois en octobre à l’Échourie : « Cette première exposition des travaux d’Olssen n’est pas entièrement homogène. Plus de la moitié des œuvres sont d’une facture très personnelle, mais un certain nombre, notamment en couleurs chaudes, montrent un désarroi, comme si elles étaient le signe d’un choc, d’une surprise. [...] Olssen est un peintre qui se cherche et, même si en adoptant certaine manière qui ne lui est pas originale il est à craindre qu’il fasse fausse route, il faut lui savoir gré de risquer la découverte qui a semblé un moment faire sa force » (Rodolphe de Repentigny, « Le romantisme bleu du peintre Olssen », La Presse, 6 octobre 1954, p. 35).

7 Voir supra, p. 339, n. 28.

8 « Parmi les nouveaux venus, il était impossible de ne pas remarquer Ulysse Comtois [...] » (Écrits sur l’art, p. 72). Il fut effectivement remarqué par la critique : « Aux côtés de peintres déjà connus — Pierre Gauvreau, Jean-Paul Mousseau, Gabriel Filion et Marcel Barbeau — on trouve des jeunes au talent indéniable : Rita Letendre, Ulysse Comtois, Guy Michon, etc. » (Paul Gladu, « À la Galerie Antoine — Borduas, Paul-Émile et l’accident... », Le Petit Journal, 25 avril 1954, p. 58).

9 Voir supra, p. 326, n. 15.

10 Voir supra, p. 329, n. 2).

11 Claude Vermette (Montréal, 10 août 1930) étudie au Collège Saint-Laurent, à l’atelier de Paul-Émile Borduas et à l’atelier du Frère Jérôme au Collège Notre-Dame. Dès 1946, il expose à la Société d’art contemporain, mais ne présente ses premières céramiques qu’en 1950, à Bruxelles, avec des peintres canadiens. Sa première exposition individuelle de céramiques est organisée à la Galerie Agnès Lefort en 1951. Il se rend en Europe de 1952 à 1954 pour compléter sa formation et séjourne en France, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Hollande et dans les pays Scandinaves. Il s’adonne aussi à la gravure et publie en 1975, accompagné d’un texte d’Eugène Cloutier, une série de gravures intitulées Blanc Seing. On retrouve ses murales dans plusieurs édifices publics, stations de métro, banques et sièges sociaux.

12 Hans Eckers participa aux « Rebelles » (1950), à l’exposition « Les étapes du vivant » (1951) et à « Paintings by Paul-Émile Borduas and By a Group of Younger Montreal Artists » à la Galerie XII du Musée des beaux-arts de Montréal en 1952. Le critique Robert Ayre notera : « Hans Eckers s’amuse avec des lignes » (Robert Ayre, « Art Notes. Varies Range Presented by Borduas », The Montreal Star, 2 février 1952, p. 28). Charles Doyon mentionne brièvement les « éradications » de Hans Eckers, qu’il qualifie de « germinations autour de l’arbre de vie, dont des racines qui s’étirent au fil de fer [...] » (« Paul Borduas et ses adeptes », Le Haut-Parleur, 16 février 1952, p. 4). Eckers exposera un tableau de petites dimensions à « La matière chante » en 1954.

13 André Champeau (pseud. Jean-Louis Champagne) : voir supra, p. 327, n. 20.

14 Cette participation de Dyne Mousso ne fut pas sans susciter quelques tensions, comme l’a rappelé François-Marc Gagnon : « Quand Dyne Mousso suggéra à Borduas que c’était à cause de ses liens avec Mousseau qu’elle avait été acceptée à « La matière chante », il prit très mal la suggestion (communication personnelle). On verra que sa contribution fut très remarquée par la critique » (Chronique, p. 901, n. 47).

15 Michel Ker Salaün.

16 Gilles Groulx (Montréal, 1931-1994), peintre, monteur, réalisateur et scénariste, fait des études à l’École des beaux-arts et entreprend une carrière de peintre. Il réalise quelques films de commande pour la télévision et devient monteur d’actualités au service des nouvelles de Radio-Canada. En 1957, il publie aux Éditions d’Orphée un recueil de poèmes automatistes écrit durant les années 1953-1954. Il entre à l’Office national du film en 1956 comme monteur, puis il devient réalisateur. On lui doit plusieurs films et documentaires : Golden Gloves (1961), Voir Miami... (1963) sur un texte de Paul-Marie Lapointe, Un jeu si simple (1963), Le Chat dans le sac (1964), Où êtes-vous donc ? (1968), Entre tu et vous (1969), 24 Heures ou plus... (1969), Première Question sur le bonheur (1977).

17 Jocelyn Joly.

18 Selon Claude Gauvreau, Borduas se serait reproché d’avoir retenu les toiles de Tomi Simard lors de sa sélection à « La matière chante » (Écrits sur l’art, p. 73).

19 Voir supra, p. 327, n. 19.

20 Claude Picher croira déceler chez Marot et chez plusieurs jeunes peintres non figuratifs, une absence de profondeur, un geste automatique paresseux, un laisser-aller « qui libère l’inconscient, mais ne commande pas nécessairement l’œuvre d’art » (« Les “Boy-Scouts” de M. Gauvreau au bal de la matière qui chante », L’Autorité, 22 mai 1954, p. 6). Claude Gauvreau se portera à leur défense : « Les tableaux de Champagne, de Marot, de Ker Salaün, de Comtois, de Michon, de Sined, entre autres, m’apparaissent à moi comme d’une belle abondance et d’une estimable fermeté » (« Le débat Gauvreau-Picher : qu’est-ce que l’automatisme ? », L’Autorité, 29 mai et 5 juin 1954, p. 1, 4, 5 ; repris dans Écrits sur l’art, p. 262).

21 Guy Michon.

22 « Je ferai l’impossible pour me rendre à votre généreuse invitation. Mais je ne sais pas encore. J’aurai une importante exposition particulière à Philadelphie tout le mois d’avril. J’ai promis d’être à l’ouverture et de passer quelques jours avec de jeunes artistes de là » (Paul-Émile Borduas à Claude Gauvreau, lettre du 25 mars 1954, Écrits II, p. 578).

23 « Vous faites un “show” de cette sélection : show où je serai le clown. Le clown a droit à un salaire : $ 2.50 ne me semblait pas excessif !... N’en parlons plus » (Paul-Émile Borduas à Claude Gauvreau, lettre du 31 mars 1954, Écrits II, p. 580 ; voir aussi Chronique, p. 898). La sélection a lieu le 17 avril.

24 Jean Goguen ne participa pas à l’exposition, bien qu’il fut présent aux séances de sélection de Borduas. Voir supra, p. 127, lettre 22.

25 « Il faut dire que les forces contre-révolutionnaires en gestation, avec Molinari à leur tête, étaient très hostiles envers l’exposition et envers Borduas personnellement et avaient même essayé sans succès de boycotter l’entreprise » (Écrite sur l’art, p. 73). Guido Molinari, qui voyage alors en Gaspésie, fera parvenir un télégramme de protestation au Petit Journal qui le présente comme l’un des « théoriciens de l’automatisme à Montréal » (Anonyme, « Pêle-Mêle », Le Petit Journal, 29 août 1953) : « N’ai jamais adhéré au groupe automatiste — stop — ne puis donc en être un théoricien — stop — je suis le théoricien du molinarisme » (Guido Molinari, Écrits sur l’art (1954-1975), p. 14).

26 « Quant à Barbeau, on ne comprend pas ses réticences. Comment le peintre des Combustions originelles pouvait-il avoir des problèmes avec le mot cosmique ? On finit par se convaincre que la nature cosmique ou non des œuvres n’était peut-être pas si importante » (Chronique, p. 902).

27 Selon Claude Gauvreau, Mousseau, qui présente plusieurs tableaux de grandes dimensions, figure avec Fernand Leduc, Pierre Gauvreau et Marcel Barbeau parmi les « vétérans de l’automatisme » qui prennent la vedette à « La matière chante » (Écrits sur l’art, p. 72). Sur la participation de Mousseau, voir aussi François Bourgogne (Rodolphe de Repentigny), « Comment faut-il regarder une toile non figurative ? », L’Autorité, 1er mai 1954, p. 7, et Robert Ayre, « Art Notes and Comments », The Montreal Star, 24 avril 1954, p. 21, qui souligne l’ » organisation complexe et serrée » de Mousseau.

28 « La critique, en art, mon cher Claude, n’a pas de valeur scientifique. Elle n’a qu’une valeur d’intérêt émotionnel, poétique. Elle ne communique, d’abord, qu’à un petit groupe d’êtres hautement apparentés. Et, elle sera d’autant plus valable qu’elle sera plus passionnée : plus valable parce que plus communicative — Sadisme révolutionnaire où un brin de douceur est requis » (Paul-Émile Borduas à Claude Gauvreau, lettre du 31 mars 1954, Écrits II, p. 580).

29 René Chicoine, peintre académique, qui produit, selon Gauvreau, des objets sans mystère, rassurants, qui ne mettent pas en péril la paix et la passivité (Écrits sur l’art, p. 172).

30 Borduas fera un bref séjour à Montréal, du 16 au 21 avril 1954, à l’occasion de la présentation de « La matière chante ». De retour à New York, il transmet le message suivant à Claude Gauvreau : « Je vous ai mal remercié, mal félicité pour votre heureuse initiative. J’espère que les résultats le feront mieux que moi. Je garde aussi le regret de vous avoir très peu parlé durant cette folle visite » (Écrits II, p. 590).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search