Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

18. Montréal, 12 janvier 19541

Texte intégral

  • 1 Autographe, fonds privé. Lettre datée de 1953 par erreur.

1Cher Borduas,

  • 2 Guy Gagnon a signé deux articles dans Le Clairon de Saint-Hyacinthe au sujet de cette exposition : (...)

2Je regrette sincèrement de n’avoir pu me rendre à New York encore. Une seule possibilité demeure : que les Gagnon s’y rendent d’ici le 23 janvier2. Je n’ai pas encore reçu de nouvelles de Saint-Hyacinthe où j’ai écrit à Guy.

  • 3 Vita Abramovitch.
  • 4 Sam Abramovitch (Montréal, 12 janvier 1921) : voir Écrits II, p. 401, n. 111.

3Ici, la tragédie s’est abattue. Une fois de plus. Vous savez sans doute que Vita3 a été tuée il y a quelques jours. Un camion l’a frappée, alors qu’elle traversait la rue en face de son hôpital. Sam4 a été transformé en une sorte d’appareil à paroxysmes.

4Une nouvelle ère commence...

  • 5 Rodolphe de Repentigny (1926-1959), peintre, photographe et critique (cinéma, peinture, littératur (...)
  • 6 Rodolphe de Repentigny rendra compte des changements profonds qui affectent la peinture de Borduas (...)

5J’ai rencontré de Repentigny5, qui m’a parlé de vous. J’espère que votre exposition6 satisfera vos espérances les plus hautes.

6Cordialement,

7Claude

  • 7 Poème tiré d’un ensemble intitulé Les Entrailles (OCC, p. 85-99). Jacques Marchand a fait remarque (...)

8P.S. Un de mes vieux poèmes dramatiques, Les Grappes lucides7, sera joué à CBF, le 16 janvier, à 7h 30.

Notes

1 Autographe, fonds privé. Lettre datée de 1953 par erreur.

2 Guy Gagnon a signé deux articles dans Le Clairon de Saint-Hyacinthe au sujet de cette exposition : « New York accueille Borduas, le peintre de Saint-Hilaire », Le Clairon, 8 janvier 1954, p. 4, et « La peinture de Borduas est devenue un chant du monde », Le Clairon, janvier 1954. Le projet de voyage avec les Gagnon ne se concrétisera pas (conversation téléphonique de Guy Gagnon avec Gilles Lapointe, 10 juin 1999).

3 Vita Abramovitch.

4 Sam Abramovitch (Montréal, 12 janvier 1921) : voir Écrits II, p. 401, n. 111.

5 Rodolphe de Repentigny (1926-1959), peintre, photographe et critique (cinéma, peinture, littérature et théâtre), étudie les mathématiques à l’Université de Montréal et la philosophie à la Sorbonne. Chroniqueur d’art à La Presse pendant plusieurs années (1952-1959), il s’occupe d’animer et de promouvoir les tendances non figuratives en peinture. En 1954, il expose avec les Plasticiens, dont il rédige le manifeste (qui paraîtra en 1955). De Repentigny est membre-fondateur de l’Association des artistes non figuratifs de Montréal, créée en 1957. En 1959, il devient président de la section canadienne de l’Association internationale des critiques d’art.

6 Rodolphe de Repentigny rendra compte des changements profonds qui affectent la peinture de Borduas depuis son départ pour les États-Unis : « Pour qui connaissait l’œuvre de Borduas avant son départ pour les É.-U., ses tableaux récents émerveillent. L’on y voit un artiste qui, en pleine possession de ses moyens, ayant trouvé une forme d’expression très personnelle et d’une grande richesse d’évocation, rompt soudainement avec celle-ci pour entrer dans un domaine tout nouveau. L’exposition chez Passedoit permet de suivre le trajet du peintre, depuis telle toile surréaliste de 1946 qu’il a appelée “Prêtre et nonne de Babylone” [sic], jusqu’à une œuvre comme “Les arènes de Lutèce” où l’intention fait place à l’émotion. L’aspect des œuvres du peintre en est très modifié : alors que dans toutes les œuvres précédant la période actuelle le tableau se scinde en un objet complexe se développant dans un milieu indéfini, c’est-à-dire sur un fond obscur, maintenant l’œuvre est une explosion qui occupe la toile entière. De dialogue avec le monde, la peinture de Borduas devient un “chant du monde” » (« Images et plastiques, Borduas, Riopelle et Beny à N. Y. », La Presse, 9 janvier 1954, p. 26). Rodolphe de Repentigny a aussi fait paraître un interview, « Chez Borduas à New York », dans « La situation des bons peintres américains est à peine meilleure que celle des nôtres », L’Autorité du peuple, 6 février 1954, p. 7, dont un extrait est repris dans Écrits I, p. 659.

7 Poème tiré d’un ensemble intitulé Les Entrailles (OCC, p. 85-99). Jacques Marchand a fait remarquer que, dans sa lettre du 13 janvier 1950 à Jean-Claude Dussault, Claude Gauvreau mentionne l’existence d’une vingtaine d’objets — « [...] j’ai sur ma table une vingtaine de petits ouvrages séparés, qui m’ont coûté quelques années de sueurs, et que j’ai au moins depuis deux ans la très ferme intention de publier en bloc » (Correspondance, p. 58) — alors que le recueil en comprendra vingt-six, composés de mai 1944 à août 1946 et donnés dans l’ordre chronologique dans l’édition des Œuvres créatrices complètes. Selon Marchand, Gauvreau y aurait introduit des textes postérieurs à 1946 (op. cit., p. 184, n. 19). « Les grappes lucides », texte radiophonique inspiré du poème du même nom, sera diffusé à Radio-Canada le 16 janvier 1954 et le 12 août 1955 dans le cadre de la série « Nouveautés dramatiques ».

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search