Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

17. Saint-Hilaire, 14 septembre 19531

Texte intégral

  • 1 Brouillon de lettre (la lettre originale n’a pas été retrouvée), archives Pierre Gauvreau.

1Cher Borduas,

  • 2 Voir la lettre du 30 juillet 1953, supra, p. 115, et OCC, p. 501-608. Jacques Marchand se montrera (...)
  • 3 Texte de base : « j’ai [R dû dactylographier S dactylographié] ».

2Je vous écris juste avant de relire, pour une fois définitive, les cinq actes de ma tragédie moderne, L’Asile de la pureté2. La pièce est dactylographiée et j’espère que ses moments faibles ne sont pas trop nombreux. Hier et avant-hier, j’ai fait quelques légères corrections et j’ai dactylographié3 à nouveau onze pages.

3La pièce couvre 81 pages dactylographiées. Certes, dans un ouvrage de cette étendue, il est impossible (ou à peu près) de conserver imperfectiblement la pureté d’un poème de deux lignes. L’Asile de la pureté n’est pas le meilleur de mes écrits, il s’y trouve des passages inférieurs à l’ensemble, mais les meilleurs moments sont décidément très bons.

  • 4 Le 28 août 1953, dans le cadre de la série « Nouveautés dramatiques ».
  • 5 Texte de base : « tels ».

4Mon sketch Le Domestique était un libertaire a été présenté à Radio-Canada4. Ce sketch fut composé dans des conditions telles5 que l’accent s’y trouve forcément sur l’humour noir.

  • 6 Texte de base : « dommage [R cependant A toutefois] que [R <illisible> A Beaulne a] dû ».
  • 7 Voir supra, p. 331, n. 14.
  • 8 Né en France, Guy Hoffmann (1916 – 1986) débuta comme caméraman pour les studios Pathé-Nathan. Il (...)
  • 9 André Treich jouera notamment dans le film L’Avocat de la défense (1955) réalisé et produit par Ro (...)

5J’avais de bons interprètes — dommage, toutefois6, que Beaulne7 a dû remplacer Guy Hoffmann8 et André Treich9 qui étaient en vacances. Pour obtenir une interprétation parfaite, il aurait fallu dix heures de répétition. Cependant, le tout a été convenable.

  • 10 Texte de base : « comportement [R classique,] qui ».

6Les éléments de ce sketch jouent incroyablement sur des minimums — ce qui ne facilite pas la compréhension des auditeurs. Les personnes que j’estime ont aimé l’ouvrage ; les autres m’ont communiqué des remarques vagues et fort étrangères à l’essentiel. Vous connaissez sans doute le comportement10 qui est classiquement de mise en pareille circonstance.

  • 11 Un des personnages de la pièce présente cette œuvre comme un « roman policier philosophique » (voi (...)

7En général, sur le plan auditoire, Le Domestique était un libertaire11 est considéré comme une réussite.

8J’ai fini par comprendre, d’ailleurs, que l’esprit de ce sketch s’apparente à celui de Duchamp et à celui de Mondrian.

  • 12 Ce texte d’inspiration autobiographique sera diffusé à la radio de Radio-Canada, le 19 mai 1957, d (...)
  • 13 Selon Jacques Marchand, derrière ce « tableau radiophonique tout en noir » se profile une charge v (...)

9Un deuxième sketch, intitulé Érostrate et la mère de l’autre12, sera probablement présenté bientôt. Vu que l’accent s’y trouve sur l’anecdote et que le texte contient par ailleurs des moments lyriques, Érostrate13 sera plus facilement admis.

  • 14 Françoise Sullivan (Montréal, 10 juin 1925), chorégraphe, danseuse, peintre et sculpteure (voir Éc (...)
  • 15 Paterson Ewen (Montréal, 1925) étudie à l’Université McGill en 1949 avec John Lyman. Il épouse Fra (...)
  • 16 Texte de base : « accompagnés [R du danseur A du chorégraphe] allemand ».
  • 17 Heino Heiden remplaça un danseur blessé et interpréta un rôle dans la production de Rose Latulippe(...)

10Hier, Françoise14 et Pat15 sont venus chez moi. Ils étaient accompagnés16 du chorégraphe allemand, Heino Heiden17, qui est le premier danseur du « British Columbia Ballet ». Il est question de fonder une troupe de danseurs à Montréal.

  • 18 Peut-être Claude Gauvreau fut-il pressenti pour l’œuvre intitulée Les Éphémères, dont Françoise Su (...)

11À partir de demain, je commence la composition d’une synopsis pour une chorégraphie de Françoise — en vue de la télévision18.

  • 19 Magdeleine Arbour (Granby, 3 mars 1923), designer, animatrice d’émissions pour enfants, signataire (...)

12Après cela, suivra un léger travail pour Magdeleine Arbour19 — également en vue de la télévision.

  • 20 Voir supra, p. 115, la lettre du 30 juillet 1953.

13Puis, ce sera ma Lettre à André Breton20 — récit détaillé de mon expérience psychique (février-juin). Ensuite, je rentrerai à Montréal pour l’hiver.

14Des poètes naissent à Montréal présentement. Je crois que nous aurons la grande révolution de la poésie bientôt. (Il est temps).

  • 21 Janine Borduas (née à Montréal, le 26 décembre 1936) ; voir Écrits I, p. 396, n. 5, et Écrits II, (...)

15Dernièrement, j’ai rencontré à Montréal votre fille Janine21. Elle manifeste beaucoup de maturité et beaucoup de gravité. Il n’y a pas de doute que son avenir dramatique est sérieux, et il n’y a pas de doute que nous aurons l’occasion de travailler ensemble dans le futur.

  • 22 « La captivité d’Éloy » de Claude Gauvreau (inédit, 31 p.), texte non daté, manuscrit au verso de (...)

16Elle s’est informée de la pièce que j’avais terminée à son intention, il y a de cela des années — La Captivité d’Eloy22. Il serait peut-être amusant d’exhumer maintenant cet ouvrage pittoresque.

  • 23 Comédien, scénariste. « Diplômé de l’Université de Montréal, [Marcel Sabourin (Montréal, 1935)] po (...)
  • 24 « J’avais seize ans et j’étais à l’école du Théâtre du Nouveau Monde, en face du Gesù, quand j’ai (...)

17S’il était possible de trouver les fonds nécessaires, Janine serait capable de monter elle-même avec ses propres costumes et décors, La Captivité d’Eloy au prochain « Festival dramatique ». Un jeune élève du TNM, Marcel Sabourin23, qui a monté Ubu Roi au Gesù24, lui pourrait faire un excellent partenaire.

  • 25 Gérard Gingras est le nouveau directeur du journal L’Autorité du peuple, acquis le 28 février 1953 (...)
  • 26 Guy Gagnon (Québec, 21 mai 1951), rédacteur en chef du Clairon et du Haut-Parleur (1950-1954 et 19 (...)

18L’Autorité va maintenant éditer des livres. Gérard Gingras25 — le nouveau patron de Guy Gagnon26 — a voulu lire Beauté baroque ; le manuscrit est actuellement entre ses mains. Je ne sais pas ce qui va en sortir, car ce Gingras est un tempérament bébé... Espérons que le prestige de Guy sera suffisamment prononcé alors.

  • 27 Admis à l’École du Musée des beaux-arts de Montréal, Ulysse Comtois (Granby, 2 mars 1931 – Montréa (...)
  • 28 Rita Letendre (Drummondville, 1928) participe aux « Rebelles » en 1950 puis à « La matière chante  (...)

19Ulysse Comtois27 et Rita Letendre28 sont revenus de Gaspésie, avec des tableaux (dit-on) d’excellente qualité.

  • 29 Allusion à la participation de Borduas à l’exposition « Exhibition of Canadian Painting to celebra (...)

20Guy Viau a vu deux de vos tableaux à Ottawa29. Il m’a dit qu’ils sont très beaux, fort différents de vos autres de St-Hilaire et l’épithète descriptive qu’il a utilisée pour les qualifier est celle de « voluptueux ».

21J’ai grandement hâte de contempler cette production nouvelle — qui suit un déblaiement courageux.

  • 30 Texte de base : « fournir [R toujours] sans

22Je vous félicite, incidemment, de nous fourni30 sans répit un exemple de parfaite intransigeance. Nous en avons toujours besoin.

  • 31 Voir supra, p. 322, n. 10.
  • 32 Claude Gauvreau, « Les 21 jeunesses du TNM », Le Haut-Parleur, 8 août 1953, p. 5, 3.
  • 33 Claude Armand Sheppard, « Une rose glisse sur l’eau », Le Haut-Parleur, 8 août 1953, p. 4.

23Goguen31 a affiché un des mes textes à la Petite Europe ; il s’agit de <illisible> publié dans le dernier numéro du Haut-Parleur — Le texte32 se trouve affiché à côté d’un poème ironisant de Claude Sheppard33, publié dans le même numéro du journal.

24Comment vous sentez-vous à Cape Cod, cher Borduas ? Avez-vous établi quelques contacts ?

25Ne manquez pas de m’indiquer, dès que vous le pourrez, la date exacte de votre passage à Montréal.

26Nous serons tous très heureux de vous revoir.

27Quelques nouvelles figures s’empresseront autour de vous, sans doute.

28Amicalement,

29Claude

Notes

1 Brouillon de lettre (la lettre originale n’a pas été retrouvée), archives Pierre Gauvreau.

2 Voir la lettre du 30 juillet 1953, supra, p. 115, et OCC, p. 501-608. Jacques Marchand se montrera sévère à l’égard de cette pièce qui, selon lui, « se lit comme un mélodrame. Gauvreau abandonne ses recherches originelles pour porter sur la scène ses fantasmes mystificateurs. Le résultat est fort discutable » (op. cit., p. 270).

3 Texte de base : « j’ai [R dû dactylographier S dactylographié] ».

4 Le 28 août 1953, dans le cadre de la série « Nouveautés dramatiques ».

5 Texte de base : « tels ».

6 Texte de base : « dommage [R cependant A toutefois] que [R <illisible> A Beaulne a] dû ».

7 Voir supra, p. 331, n. 14.

8 Né en France, Guy Hoffmann (1916 – 1986) débuta comme caméraman pour les studios Pathé-Nathan. Il émigra au Canada en 1948. Sa carrière comme acteur commença en 1949 aux Compagnons de Saint-Laurent. En 1951, il collabora à la création du Théâtre du Nouveau Monde, jouant dans sa production initiale de L’Avare et dans Tartuffe en 1953. Il obtint par la suite un grand succès dans Trots Farces de Molière présentée à Montréal en 1953-1954 et à Paris en 1955. Surtout connu comme interprète de Molière, Hoffmann joua de nombreuses pièces du répertoire théâtral, passant de Shakespeare (au Festival de Stratford) à Pygmalion de Bernard Shaw et à Un lion en hiver de James Goldman. Il assura la conception d’émissions pour enfants et joua dans plus d’une centaine de téléthéâtres. Voir Ramon Hathom, « Guy Hoffmann », The Oxford Companion to Canadian Theatre, p. 270.

9 André Treich jouera notamment dans le film L’Avocat de la défense (1955) réalisé et produit par Roger Biais, avec la participation des comédiens Jacques Auger, Jean Coutu, Denise Dubreuil, Roger Garceau, Huguette Oligny et Georges Toupin.

10 Texte de base : « comportement [R classique,] qui ».

11 Un des personnages de la pièce présente cette œuvre comme un « roman policier philosophique » (voir aussi la lettre du 30 juillet 1953, supra, p. 115), propriété que lui contestera Jacques Marchand, pour qui le contenu philosophique est plutôt mince (op. cit., p. 295).

12 Ce texte d’inspiration autobiographique sera diffusé à la radio de Radio-Canada, le 19 mai 1957, dans la série « Nouveautés dramatiques ». La réalisation de cette émission d’une durée de trente minutes sera confiée à Lorenzo Godin, qui s’est joint à l’équipe de « Nouveautés dramatiques » en 1957.

13 Selon Jacques Marchand, derrière ce « tableau radiophonique tout en noir » se profile une charge violente contre Jean-Claude Dussault : « Il ne fait aucun doute que la cible soit Jean-Claude Dussault car Gauvreau a reproduit de façon presque textuelle quelques-unes des questions et des réponses des Lettres à Jean-Isidore Cleujfeu » (op. cit., p. 303).

14 Françoise Sullivan (Montréal, 10 juin 1925), chorégraphe, danseuse, peintre et sculpteure (voir Écrits I, p. 351, n. 107, et Patricia Smart, « À la recherche de l’unité perdue : traces autobiographiques de l’art de Françoise Sullivan », dans Les Femmes du Refus global, p. 269-292). « Elle chorégraphie même des œuvres classiques pour les Ballets Chiriaeff, et c’est d’ailleurs elle qui montera en 1953, et pour la première fois au Canada, un ballet sur la légende de Rose LaTulippe, qui fera l’objet de plusieurs versions ultérieures dans de nombreuses compagnies canadiennes de danse » (Iro Tembeck, Danser à Montréal. Germination d’une histoire chorégraphique, Sillery, Presses de l’Université du Québec, 1991, p. 113). Cette chorégraphie, présentée le 14 mai 1953 dans le cadre de l’émission « Hello Toronto... Ici Montréal », s’inspire d’une légende tirée de L’Influence d’un livre (1837) de Philippe Aubert de Gaspé fils, sur une musique de Maurice Blackburn (Chronique, p. 858).

15 Paterson Ewen (Montréal, 1925) étudie à l’Université McGill en 1949 avec John Lyman. Il épouse Françoise Sullivan en 1949. Il suit des cours à l’École des beaux-arts de Montréal de 1950 à 1951, période au cours de laquelle il subit l’influence de Paul-Émile Borduas. En 1956, il devient membre de l’Association des artistes non figuratifs de Montréal, qu’il préside en 1960.

16 Texte de base : « accompagnés [R du danseur A du chorégraphe] allemand ».

17 Heino Heiden remplaça un danseur blessé et interpréta un rôle dans la production de Rose Latulippe (conversation de Gilles Lapointe avec Françoise Sullivan, 4 novembre 1999).

18 Peut-être Claude Gauvreau fut-il pressenti pour l’œuvre intitulée Les Éphémères, dont Françoise Sullivan signa la chorégraphie. Produite en collaboration avec les ballets Chiriaeff, sur une musique d’Alexandre Glazounov (Les Saisons), l’émission fut diffusée le 15 novembre 1953 à la télévision de Radio-Canada. Jean Boisvert en assura la réalisation.

19 Magdeleine Arbour (Granby, 3 mars 1923), designer, animatrice d’émissions pour enfants, signataire de Refus global (voir Écrits I, p. 349, n. 96, et Patricia Smart, « L’art dans la vie : les créations de Magdeleine Arbour », op. cit., p. 191-209). Nous n’avons pu identifier la nature de ce « léger travail ».

20 Voir supra, p. 115, la lettre du 30 juillet 1953.

21 Janine Borduas (née à Montréal, le 26 décembre 1936) ; voir Écrits I, p. 396, n. 5, et Écrits II, pour sa correspondance avec son père.

22 « La captivité d’Éloy » de Claude Gauvreau (inédit, 31 p.), texte non daté, manuscrit au verso de la représentation de Bien-être (mai 1947), conservé dans les archives Paul-Émile Borduas au Musée d’art contemporain de Montréal (T. 128). Ce projet de collaboration ne devait pas se concrétiser.

23 Comédien, scénariste. « Diplômé de l’Université de Montréal, [Marcel Sabourin (Montréal, 1935)] poursuit sa formation au TNM. Après un séjour d’un an à Paris, il étudie au Canadian Drama Studio. Sa carrière débute en 1951, alors qu’il fait partie de la Roulotte de Paul Buissonneau. Dans les années 50 et 60, il monte fréquemment sur les planches.[...] Les années 70 sont une période faste pour Sabourin. Mari trompé dans Deux Femmes en or (C. Fournier, 1970), il est un extra-terrestre attachant et loufoque dans Le Martien de Noël (B. Gosselin, 1970), un simple d’esprit qui se métamorphose en voleur assassin dans La Maudite Galette (D. Arcand, 1971), un prêtre bouleversant dans Les Smattes (J.-C. Labrecque, 1972) et un illuminé retiré du monde dans La Mort d’un bûcheron (G. Carle, 1973). [...] Il écrit le scénario de J. A. Martin photographe et s’accorde du même coup l’un des plus beaux rôles de sa carrière. [...] Une longue silhouette, des yeux vifs au milieu d’un visage doux qui peut s’ouvrir ou se refermer en un seul instant, ainsi qu’une voix reconnaissable entre mille, voilà ce qui caractérise cet acteur dont la filmographie est l’une des plus impressionnantes du cinéma québécois » (Michel Coulombe et Marcel Jean, Dictionnaire du cinéma québécois, p. 485-486).

24 « J’avais seize ans et j’étais à l’école du Théâtre du Nouveau Monde, en face du Gesù, quand j’ai connu Claude Gauvreau. Il y avait une espèce de bouddha noir, barbu, assis dans un coin de la salle, qui regardait ce qu’on faisait et prenait des notes. Il était plutôt timide et en même temps très sympathique. [...] Il était très intéressé à Jarry et il m’a fait jouer Ubu roi au collège, dans la première mise en scène de cette pièce en Amérique du Nord » (« Témoignage de Marcel Sabourin », dans Claude Gauvreau, Les Oranges sont vertes, p. 260).

25 Gérard Gingras est le nouveau directeur du journal L’Autorité du peuple, acquis le 28 février 1953 par le notaire Jacques Lagacé. Sur les changements survenus à L’Autorité, voir Écrits II, p. 540, n. 141.

26 Guy Gagnon (Québec, 21 mai 1951), rédacteur en chef du Clairon et du Haut-Parleur (1950-1954 et 1971-1972) (voir Écrits II, p. 516, n. 64, et p. 539, n. 140).

27 Admis à l’École du Musée des beaux-arts de Montréal, Ulysse Comtois (Granby, 2 mars 1931 – Montréal, 10 juillet 1999) se joint un an plus tard au groupe des automatistes. Il expose pour la première fois individuellement à l’Échourie en 1954 et participe aux expositions « La matière chante » (1954) et « Espace 55 ». Il prend part à de nombreuses expositions et biennales (dont celle de Venise, en 1968, avec Guido Molinari). Membre de l’Association des artistes non figuratifs de Montréal, il enseigne à l’Université du Québec à Montréal de 1970 à 1974, puis à l’Université Laval.

28 Rita Letendre (Drummondville, 1928) participe aux « Rebelles » en 1950 puis à « La matière chante » en 1954. Elle expose par la suite à l’Échourie en 1955. Boursière du Conseil des Arts du Canada, elle part pour l’Europe, où elle voyage avec Ulysse Comtois. De retour au Canada, elle s’installe à Toronto, avec son époux Kosso Eloul. La Galerie Simon Biais lui a consacré en 1997 une importante rétrospective (1947-1997) (voir Gaston Roberge, Femme Lumière). Voir aussi Denise Leclerc, The Crisis of Abstraction in Canada : The 50s, p. 238, et Sandra Paikowsky, Rita Letendre : The Montreal Years, 1953-1963, Montreal, Concordia Art Gallery, 1989.

29 Allusion à la participation de Borduas à l’exposition « Exhibition of Canadian Painting to celebrate the Coronation of Her Majesty Queen Elizabeth II » présentée en 1953 à la Galerie nationale du Canada. Il y a cependant méprise de la part de Claude Gauvreau : Borduas, dont la production picturale est interrompue depuis quelque temps déjà, expose à Ottawa deux œuvres relativement anciennes, soit au n° 9, Femme au bijou (1945) et au n° 10, Sous le vent de l’île (1947).

30 Texte de base : « fournir [R toujours] sans

31 Voir supra, p. 322, n. 10.

32 Claude Gauvreau, « Les 21 jeunesses du TNM », Le Haut-Parleur, 8 août 1953, p. 5, 3.

33 Claude Armand Sheppard, « Une rose glisse sur l’eau », Le Haut-Parleur, 8 août 1953, p. 4.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search