Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

16. Saint-Hilaire, 30 juillet 19531

Texte intégral

  • 1 Autographe, fonds privé.

1Mon cher Borduas,

  • 2 Voir André-G. Bourassa, « Note sur Beauté baroque », dans Beauté baroque, roman moniste, p. 181-19 (...)

2J’ai appris, il y a une couple de jours, que le CLF avait éliminé mon ouvrage Beauté baroque. Trois membres du jury (sur neuf) ont décidé que je n’avais pas de chance de gagner2.

3Cette nouvelle ne m’affecte pas particulièrement. Je me sens libre et serein.

4L’ouvrage a été écrit dans des circonstances tellement spéciales et a été soumis dans des circonstances tellement étranges, que je ne ressens pas d’inquiétude au sujet de son destin.

5Accessoirement, les membres du jury sont certainement des lâches. On les punira le mieux possible. Somme toute, ma vie s’améliore.

  • 3 Voir la lettre précédente, supra, p. 331, n. 15, et p. 332, n. 18.

6Le Haut-Parleur a publié mon article traitant de Monique Miller3.

  • 4 « L’année 1950 fut marquée par l’arrivée sur les ondes d’une série de radiothéâtres qui devint rap (...)

7Il est à peu près décidé que les « Nouveautés dramatiques » de CBF vont présenter mon roman policier philosophique Le Domestique était un libertaire4.

  • 5 « En 1953, je rédigeai ma première longue pièce de théâtre : L’Asile de la pureté (quatre [sic] ac (...)

8J’ai terminé récemment une tragédie moderne en cinq actes, L’Asile de la pureté5.

  • 6 « J’ai aussi deux gros livres ; Dix-Sept Lettres à un fantôme (correspondance avec Dussault) et Ni (...)

9J’ai l’intention, d’ici octobre, d’écrire quelques sketches radiophoniques, une autre pièce de théâtre — et une « Lettre à André Breton » où seraient narrées et commentées mes expériences psychiques de la saison dernière6.

  • 7 Le 5 août, Borduas lui répond : « J’ai bien reçu vos deux lettres. Si j’ai attendu la dernière pou (...)

10Monique Gagnon m’a dit que vous-même n’êtes pas particulièrement inactif7.

11J’ai grandement hâte de voir vos nouveaux tableaux.

12Dès que vous exposerez à New York, nous tâcherons de nous rendre en la métropole américaine.

13Maintenant que je suis assez lucide pour constater la lâcheté, mon indépendance reprend sa pleine étendue et la fécondité de l’indépendance ne fait pas de doute.

14Amicalement,

15Claude

16R. R. 2 Saint-Hilaire

Notes

1 Autographe, fonds privé.

2 Voir André-G. Bourassa, « Note sur Beauté baroque », dans Beauté baroque, roman moniste, p. 181-190.

3 Voir la lettre précédente, supra, p. 331, n. 15, et p. 332, n. 18.

4 « L’année 1950 fut marquée par l’arrivée sur les ondes d’une série de radiothéâtres qui devint rapidement une sorte d’institution, les Nouveautés dramatiques. Du 15 octobre 1950 au 15 avril 1962, 374 pièces d’une demi-heure furent présentées. Cent cinquante auteurs, certains très jeunes, firent jouer leurs textes par d’excellents comédiens et sous la direction de réalisateurs remarquables. [...] La formule utilisée par cette série en a fait un authentique laboratoire dramatique, et un théâtre expérimental. En effet, le travail s’effectuait en collaboration avec l’auteur, le réalisateur et les comédiens. Le texte était étudié, expérimenté et, selon les besoins ou les constatations du moment, il était modifié. L’auteur avait ainsi non seulement l’occasion d’écrire un texte littéraire, mais surtout le moyen de confronter son projet à la réalité de l’écriture dramatique telle qu’elle émergeait de l’expérience des comédiens et du metteur en scène » (Pierre Page, « Un studio expérimental : Les Nouveautés dramatiques », dans Le Théâtre canadien-français, évolution, témoignages, bibliographie, p. 303).

5 « En 1953, je rédigeai ma première longue pièce de théâtre : L’Asile de la pureté (quatre [sic] actes). Jean Gascon m’a dit qu’elle était “absolument injouable” » (OCC, p. 13). Cette œuvre de 1953 paraîtra sous l’appellation de « tragédie moderne en cinq actes » dans les Œuvres créatrices complètes (p. 501-608). Dans une lettre à Michel Lortie du 27 janvier 1969, Claude Gauvreau exprime ce jugement tardif à propos de L’Asile de la pureté : « Cette première longue pièce, en cinq actes, a été écrite en état d’amnésie. L’amnésie me rendant nécessaire une “récapitulation”, la pièce est écrite dans une “langue archaïque très bizarre”. Ce n’est pas mon objet le plus audacieux, mais son authenticité est indéniable » (BNQ, fonds Claude Gauvreau, H66 001 003). Voir aussi J. Marchand, op. cit., p. 270-281.

6 « J’ai aussi deux gros livres ; Dix-Sept Lettres à un fantôme (correspondance avec Dussault) et Ni ho ni bât ; mais il ne s’agit pas là spécifiquement d’œuvres créatrices » (Claude Gauvreau à Janou Saint-Denis, lettre du 19 août 1968, dans Janou Saint-Denis, Claude Gauvreau, le cygne, p. 205).

7 Le 5 août, Borduas lui répond : « J’ai bien reçu vos deux lettres. Si j’ai attendu la dernière pour donner signe de vie c’est, tel qu’on vous l’a dit, que le travail fut passionnément dense. Vous connaissez le petit jeu des reprises : euphorie et désespoir ! Production massive et destruction non moins massive jusqu’à ce qu’une certaine sérénité soit rejointe. Il me faut beaucoup piocher pour retrouver un peu de fraîcheur, de pureté, au fond de moi-même » (Écrits II, p. 538).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search