Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

15. Saint-Hilaire, 16 juin 19531

Texte intégral

  • 1 Autographe, fonds privé.

1Cher monsieur Borduas,

2Me voici à nouveau à St-Hilaire. Pays de récupération.

3Je dors beaucoup depuis une couple de jours.

4Ready for a fine summer of creation.

  • 2 Philippe Émond (Montréal, 1930) participe à certaines expositions automatistes : « Les étapes du v (...)
  • 3 Il s’agit de l’exposition « Toulouse-Lautrec — The Ludwig Charrell Collection of the lithographic (...)

5Récemment — avant-hier — un événement grandement réconfortant s’est produit. J’ai rencontré Philippe Émond2 devant les œuvres de Lautrec3, au Musée de Montréal.

6Émond est un fort. Émond n’abandonnera jamais la partie. Il m’a dit qu’il avait du temps devant lui — et chez lui, ce n’était pas un prétexte à la niaiserie. Émond a une femme et un enfant. Le printemps dernier, il a fait une quinzaine de fusains.

7Il m’a demandé d’aller lui rendre visite, car, pour des raisons financières et familiales, il peut sortir rarement de la maison.

8Il habite au 1288 Est, rue Sherbrooke, app. 9.

  • 4 Voir Commentaires sur des mots courants (Écrits I, p. 311), Refus global (ibid., p. 332) et Projec (...)

9Quand nous serons tous deux en Europe (for a while) le courant surrationnel4 s’incarnera en lui — et les résultats positifs de votre enseignement ne seront pas perdus.

  • 5 Gheorghi Maximilianovitch Malenkov (Orenbourg, 1902 – Moscou, 1988) succéda à Staline comme présid (...)

10Émond est le Malenkov5 de mon Staline. Vous êtes Lénine, of course.

  • 6 Lettre non retrouvée.

11J’ai reçu une lettre magnifique de Jean Le Febure6. Il m’y explique qu’à Paris, où la concurrence intellectuelle est affolante, la supériorité critique que lui fournit votre façon de voir esthétiquement lui permet une confiance appréciable.

  • 7 Voir supra, p. 322, n. 8.
  • 8 Cette correspondance sera publiée en 1993 sous le titre Correspondance 1949-1950, avec une présent (...)

12Dyn7 dactylographie actuellement la correspondance Dussault-Gauvreau8. Elle la lit en même temps, naturellement. Cela la met tout à l’envers. Pour le mieux, of course.

13Le jeune Dussault a refusé catégoriquement son autorisation à la publication. Il me traite de psychanalyste amateur. Il doit parvenir à Montréal (ma ville natale) ces jours-ci...

14Il faut avoir de l’indulgence envers les enfants. Mais rira bien qui rira le dernier.

  • 9 Gauvreau saluera publiquement la philanthropie de Georges Rousseau : « En réfléchissant, je pense (...)

15Georges Rousseau9 m’a fait une critique extrêmement intelligente de mes poèmes dramatiques et de mon roman-énigme.

16J’ai prédit à Dyn que, par la force des choses, vous ouvririez, à Cape Cod, une école officieuse. Je vois d’ici quelques audacieux curieux (imbus d’un tantinet de supériorité intellectuelle) s’amenant jusqu’à vous ; puis, ces curieux, ébahis de vos réactions, vous invitant à aller voir leurs œuvres ; puis, ces mêmes curieux vous recommandant à tous leurs amis...

  • 10 Allusion à la douzaine de paysages abstraits de la série Fonds marins peints par Marcel Barbeau da (...)

17Barbeau est instable et sympathique. Il a fait de très beaux tableaux dans la forêt québécoise10.

  • 11 La séparation de Suzanne Meloche et de Marcel Barbeau survint à l’été 1952 (voir la lettre de Marc (...)

18Barbeau n’a pas encore assimilé ses avatars conjugaux11.

19Il est changeant, changeant.

20Vous êtes encore le seul homme en qui il ait vraiment confiance. Marcel n’acceptera jamais un de ses tableaux comme bon, tant que vous ne lui aurez pas dit qu’il est bon.

21À Québec, l’influence surrationnelle grandit, grâce surtout à Barbeau. Un Québécois ami de Marcel (Pierre Pouliot) m’a invité à me rendre en cette ville, le plus tôt possible.

  • 12 « La dernière exposition de [Fernand] Leduc au Cercle universitaire, milieu bourgeois s’il en fut, (...)

22La rétrospective prend corps — lentement, mais sûrement. L’obstacle le plus délicat, à mon avis : la grande répugnance de Leduc à courir des risques sur le plan social12. On a un peu tendance à escamoter Refus global, à mon sens.

23Je suis en excellents termes avec Leduc. Cependant, je constate qu’il n’a pas le don de se faire des disciples. C’est un manque grave que les historiens lui reprocheront.

24Mousseau is all right.

25Personnellement, je ne suis pas non plus inactif.

  • 13 Cette émission, réalisée par Guy Beaulne, sera diffusée à la radio de Radio-Canada le 25 août 1953 (...)
  • 14 Guy Beaulne (Ottawa, 1921 – Montréal, 2001), metteur en scène, critique, comédien, réalisateur et (...)

26J’ai offert un sketch d’une demi-heure à CBF : Le domestique était un libertaire13, roman policier philosophique. Je crois que Guy Beaulne14 va le passer.

  • 15 L’article paraît le 18 juillet 1953 sous la manchette « Retour de Claude Gauvreau » (Le Haut-Parle (...)
  • 16 Texte de base : « ayions ».
  • 17 Gérard Gingras. Son nom figure avec celui du critique Paul Gladu parmi les collaborateurs de Métro (...)
  • 18 L’interview de Claude Gauvreau est précédée d’une note de la Rédaction : « Claude Gauvreau sortit (...)

27J’ai envoyé au Haut-Parleur un article intitulé « Monique Miller vue par un poète15 » — cet article avait été précédemment posté à L’Autorité (avant que le directeur du journal et moi ayons16 fait connaissance). Gingras17, le directeur, avait voulu censurer l’article (très candidement). Depuis, nous avons fait la paix18.

  • 19 Guy Gagnon, journaliste au Haut-Parleur (voir Écrits II, p. 263, n. 155, p. 516, n. 64, et p. 539, (...)

28Une lettre personnelle (à Gagnon19) accompagnait mon envoi au Haut-Parleur. Un mot de recommandation de votre part ne me ferait pas de mal, de ce côté.

  • 20 L’article paraîtra dans Le Haut-Parleur (8 août 1953, p. 5) sous le titre « Les 21 jeunesses du TN (...)
  • 21 « Solange se trouve en droit de redouter, non sans quelque effroi, de se voir classée une spéciali (...)
  • 22 « Monique Miller est hors concours. A priori et a posteriori » (ibid.).
  • 23 Texte de base : « Jutras ». « Claude Jutra (Montréal, 1930 – Montréal, 1986). Réalisateur, acteur, (...)
  • 24 Amulette Garneau. Son nom ne figure pas dans l’article de Gauvreau.

29J’ai écrit un reportage — intitulé « Les 21 jeunesses du TNM20 » —pour L’Autorité. Il y est question de Solange Robert21, Monique Miller22, Claude Jutra23, Amulette24, etc.

  • 25 « Après trois années d’études à la Faculté de droit de l’Université de Montréal, [Carl Dubuc, Meud (...)

30De Montréal à St-Hilaire, de St-Hilaire à Montréal, je voyage en compagnie de Carl Dubuc25 (de CKVL). Il habite l’ancien chalet des Gagnon. Un humoriste inouï.

  • 26 Rodolphe de Repentigny, « Un peintre de l’existence », La Presse, 23 mai 1953.
  • 27 Claude Gauvreau confond ici les critiques d’art Paul Gladu et François Bourgogne (pseudonyme de Ro (...)
  • 28 Nous n’avons pu trouver cet article.

31La critique picturale fait des progrès dans nos parages. Il y a eu, ces derniers temps, un bon article sur Leduc par de Repentigny26, un bon article sur Babinski par Gladu27, un bon article sur P. Gauvreau par Yves Carignan28. Une nouvelle école se fonde.

32J’attends septembre.

33D’ici là, j’ai l’intention d’écrire une pièce de théâtre à longue haleine et un texte d’une heure pour la télévision.

  • 29 Il s’agit de la lettre du 23 mai 1953 (Écrits II, p. 522-523).

34Votre dernière lettre était épatante29 !

35Claude

3675 SH. O. Ap. 5 - MTL.

Notes

1 Autographe, fonds privé.

2 Philippe Émond (Montréal, 1930) participe à certaines expositions automatistes : « Les étapes du vivant » (1951), « La matière chante » (1954) et « Espace 55 » (1955). « La révolution sensible a besoin de Philippe Émond. L’exploration stoïque ou somnambulique des continents enfouis a besoin de lui. Nous pouvons tous compter sur Émond » (Claude Gauvreau, « L’automatisme et le peintre Émond », dans Écrits sur l’art, p. 299-300). Voir aussi Philippe Émond, « L’automatisme, réalité compromettante », Cité libre, février 1957, p. 54-59.

3 Il s’agit de l’exposition « Toulouse-Lautrec — The Ludwig Charrell Collection of the lithographic works of the artist ». Cette exposition, qui présente 358 lithographies ainsi que plusieurs photographies (notamment, d’Aristide Bruant, d’Yvette Guilbert, de Henri-Marie de Toulouse-Lautrec et de sa mère) est la première exposition aussi importante d’un peintre moderne français à Montréal Elle fut présentée antérieurement à la British Gallery de Londres en 1951 et à la Biennale de Venise en 1952. Elle passe par Ottawa avant d’être présentée à Montréal, pour se rendre ensuite à Toronto. L’exposition coincide avec la projection, le 19 juin 1953, au cinéma Lœws du film de John Huston, Moulin Rouge. Parmi les lithographies présentées à Montréal, Au Moulin Rouge (La Goulue et sa sœur) (1892) ; La Loge au Macaron doré (1893), La Goulue (1894), Aux Ambassadeurs (1894). Après seulement dix jours, selon un communiqué émis par John Steegman, directeur du musée, l’exposition aurait attiré plus de six mille visiteurs. Voir Charles Doyon, « Quinze ans de vie parisienne. Toulouse-Lautrec », Le Haut-Parleur, 27 juin 1953, p. 4.

4 Voir Commentaires sur des mots courants (Écrits I, p. 311), Refus global (ibid., p. 332) et Projections libérantes (ibid., p. 426).

5 Gheorghi Maximilianovitch Malenkov (Orenbourg, 1902 – Moscou, 1988) succéda à Staline comme président du Conseil (1953-1955) de l’Union soviétique. L’absence de Borduas retenu à Saint-Hilaire et le désir de Claude Gauvreau de se comporter en chef amèneront Jacques Ferron à se demander si, tout compte fait, « l’âme de l’Automatisme, bien plus que celle de Borduas, n’avait pas été la sienne » (Jacques Ferron, Du fond de mon arrière-cuisine, p. 211).

6 Lettre non retrouvée.

7 Voir supra, p. 322, n. 8.

8 Cette correspondance sera publiée en 1993 sous le titre Correspondance 1949-1950, avec une présentation de Jean-Claude Dussault. Un ensemble de lettres de Claude Gauvreau extrait de cette correspondance a paru antérieurement dans des revues sous les titres « Dix-sept lettres à un fantôme » ou encore « Lettres à Jean-Isidore Cleuffeu, 954 rue Haulau, Meusard ». Dans sa « Présentation », Jean-Claude Dussault donne les raisons qui ont longtemps motivé son refus de publier ces lettres. Il ne serait lui-même entré en possession de ses lettres, prêtées à Gauvreau, qu’en 1984.

9 Gauvreau saluera publiquement la philanthropie de Georges Rousseau : « En réfléchissant, je pense à quelques hommes libéraux qui, à la manière du journaliste Millet [qui a hébergé le couple Mousseau et leur fille Katerine à Sainte-Adèle en 1951], profitaient de l’obscurité pour donner un coup de main désintéressé aux jeunes artistes : Georges Rousseau, Roger Parent, etc. L’Histoire ne saura jamais ce que nous leur devons » (Écrits sur l’art, p. 216).

10 Allusion à la douzaine de paysages abstraits de la série Fonds marins peints par Marcel Barbeau dans la région de Charlevoix (voir Chronique, p. 835).

11 La séparation de Suzanne Meloche et de Marcel Barbeau survint à l’été 1952 (voir la lettre de Marcel Barbeau à Paul-Émile Borduas du 16 septembre 1952, dans « Lettres à Borduas », Études françaises, automne-hiver 1998, vol. 34, nos 2-3, p. 270).

12 « La dernière exposition de [Fernand] Leduc au Cercle universitaire, milieu bourgeois s’il en fut, avait, nous l’avons vu, créé un froid entre Leduc et le groupe automatiste. Claude Gauvreau, qui ne fut jamais très à l’aise avec Leduc, lui avait été spécialement hostile à l’occasion de cette manifestation. Cette fois, le cadre domestique aidant, sans parler du leadership pris par Leduc au cours de l’Exposition « La Place des artistes », le contenu même de l’exposition conquit Gauvreau tout à fait et il ne put qu’exprimer son admiration pour la maîtrise de Leduc » (Chronique, p. 854). Claude Gauveau lui consacre un article élogieux : « Fernand Leduc. La maîtrise de soi », L’Autorité, 30 mai 1953, p. 7 ; repris dans Écrits sur l’art, p. 235-236.

13 Cette émission, réalisée par Guy Beaulne, sera diffusée à la radio de Radio-Canada le 25 août 1953, dans la série « Nouveautés dramatiques ».

14 Guy Beaulne (Ottawa, 1921 – Montréal, 2001), metteur en scène, critique, comédien, réalisateur et fonctionnaire. Il est critique de théâtre au journal Le Droit (1945-1948) avant de poursuivre deux années d’études en tant que boursier du gouvernement français au Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris et à l’Institut de phonétique de la Sorbonne. À son retour, il travaille comme réalisateur de théâtre radiophonique à Radio-Canada de 1950 à 1956. Il y crée la série « Nouveautés dramatiques », un laboratoire radiophonique pour auteurs, techniciens et comédiens. En 1956, il devient réalisateur dramatique à la télévision de Radio-Canada, poste qu’il occupe jusqu’en 1963. On lui doit notamment les émissions La Famille Plouffe et le Théâtre populaire. Il sera par la suite directeur du Service de théâtre au ministère des Affaires culturelles du Québec (1963-1964), directeur général de l’enseignement artistique (Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec, 1965-1967), directeur général du théâtre et du Conservatoire d’art dramatique (1967-1970), directeur général du Grand Théâtre de Québec (1970-1976), conseiller culturel au sein de la Délégation générale du Québec à Paris (1976-1981), puis directeur du Conservatoire d’art dramatique de Montréal (1981-1987). Jacques Marchand signale l’existence de trois lettres inédites de Claude Gauvreau à Guy Beaulne datées respectivement du 23 septembre 1953, du 9 octobre 1953 et du 5 mars 1954 (op. cit., p. 402).

15 L’article paraît le 18 juillet 1953 sous la manchette « Retour de Claude Gauvreau » (Le Haut-Parleur, p. 5). La figure tragique de Muriel Guilbault se profile derrière le portrait que trace Claude Gauvreau de cette jeune comédienne qui n’a pas encore vingt ans et qui deviendra une « actrice de calibre international », ayant commencé à douze ans son apprentissage dramatique auprès de Mme Jean-Louis Audet : « Paradoxalement, dans mon esprit un peu loufoque, la vie prometteuse de cette jeune personne est sous le signe de la Mort. Dans son existence, mes pensées méditatives aperçoivent deux rôles majeurs remplis par deux admirables êtres presque morts dans la simultanéité : Muriel Guilbault, André Audet. Si Audet n’avait vécu avec tellement d’ardeur, si Muriel n’était morte avec tellement d’acharnement, le destin de Monique Miller n’aurait pas été le sien. M’approcher d’elle est un peu frôler l’aile de Maldoror. » Sur la carrière ultérieure de Monique Miller, voir Collectif, Le Théâtre canadien-français : évolution, témoignages, bibliographie, p. 885, et Michel Coulombe et Marcel Jean, Dictionnaire du cinéma québécois, p. 384.

16 Texte de base : « ayions ».

17 Gérard Gingras. Son nom figure avec celui du critique Paul Gladu parmi les collaborateurs de Métropole Magazine en 1953.

18 L’interview de Claude Gauvreau est précédée d’une note de la Rédaction : « Claude Gauvreau sortit en claquant la porte. C’était en décembre 1951. Refusant toute concession aux exigences du métier, Gauvreau préféra interrompre lui-même sa collaboration à notre journal. Il ferma la porte et... se replia sur lui-même. Pas pour longtemps, cependant. Car Gauvreau ne saurait vivre sans s’exprimer. Après quelques mois de silence volontaire, il se redressa et alla frapper à une porte, à deux portes... On lui ouvrit, on lui permit même d’entrer dans ces grandes salles où sont rédigés les éditoriaux, les articles, les chroniques... en un mot, toute la copie dont on fait un journal. En certaines de ces salles, on accepta de publier un premier, parfois un second papier signé Gauvreau. Mais toujours, après un temps plus ou moins long, Gauvreau et les exigences du métier s’affrontèrent....Et chaque fois, Gauvreau reprit la route après s’être momentanément replié sur lui-même. Au Québec, les journaux dans lesquels s’exprime autre chose que des annonces, de la publicité et de la propagande ne sont pas nombreux. Encore moins nombreux ceux qui peuvent se permettre bien longtemps de “reproduire intégralement” la prose de Gauvreau ou de tout autre. Et ceux-ci ont vite fait de frapper à ces quelques portes. Gauvreau nous revient donc. Il écrit : “Je ne suis pas un traître. Je ne renie rien ni personne. Jamais. Je ne renie surtout pas mes principes et mes convictions. Je vais d’instinct — dans une circonstance donnée — à l’endroit où la liberté d’expression m’apparaît le moins en péril. Quant à moi, tout le monde est libre. Je n’impose rien à personne.” L’instinct de la liberté conduit donc Gauvreau à notre porte — là où la liberté d’expression paraît être le moins en péril. Nous lui ouvrons à nouveau cette porte... pour permettre au poète qu’il se dit être de nous présenter Monique Miller » (Le Haut-Parleur, 18 juillet 1953, p. 5).

19 Guy Gagnon, journaliste au Haut-Parleur (voir Écrits II, p. 263, n. 155, p. 516, n. 64, et p. 539, n. 140).

20 L’article paraîtra dans Le Haut-Parleur (8 août 1953, p. 5) sous le titre « Les 21 jeunesses du TNM ». Claude Gauvreau a assisté, le 9 juin, à une audition des étudiants du TNM au Théâtre des Compagnons loué pour la circonstance : « Sa présence à cette audition d’élèves, il l’explique comme celle “d’un ami parmi des amis”. Et ce n’est pas sans émotion, comme il l’écrit, qu’il a repris contact avec ses amis. Une telle émotion avait besoin de s’exprimer, de se dispenser, de se communiquer. Devant sa machine à écrire, Gauvreau a laissé parler ses sentiments. Cela a produit huit feuillets bien tassés. Mais il n’est pas tout d’écrire, il faut surtout publier. Huit feuillets, ça couvre passablement d’espace, trop même pour la grande majorité des journaux. C’est la raison qui, encore une fois, a ramené Gauvreau à notre porte, “là où la liberté d’expression paraît le moins en péril.” (La rédaction). »

21 « Solange se trouve en droit de redouter, non sans quelque effroi, de se voir classée une spécialiste de Feydeau [...] et aspire à quelque chose de plus pensé. Solange est d’une sensibilité merveilleuse. Elle est ardente, belle. Monique Miller et Marthe Mercure se sont révélées l’an dernier. La présente année, chez les femmes, est l’année de Solange Robert » (ibid.).

22 « Monique Miller est hors concours. A priori et a posteriori » (ibid.).

23 Texte de base : « Jutras ». « Claude Jutra (Montréal, 1930 – Montréal, 1986). Réalisateur, acteur, monteur, scénariste. Fils de médecin, il s’intéresse très tôt au cinéma mais doit poursuivre des études en médecine qu’il termine à vingt-deux ans. Cependant, il ne pratiquera jamais, le cinéma et les arts dramatiques le passionnant par-dessus tout. [...] Dès les débuts de la télévision, il écrit L’École de la peur (1953), le premier téléthéâtre original diffusé à Radio-Canada » (Michel Coulombe et Marcel Jean, Le Dictionnaire du cinéma québécois, p. 279). Associé à l’Office national du film de façon intermittente à partir de 1954, il réalise les films documentaires Chantons maintenant (1956), et Rondo de Mozart (1956). En France, en 1959, avec l’aide de François Truffaut, il réalise Anna la bonne, inspiré d’un texte de Cocteau. Il obtient avec À tout prendre (1963) le Grand Prix au Festival du cinéma canadien. En 1971, il réalise, sur un scénario de Clément Perron, Mon Oncle Antoine, qui lui vaudra une grande notoriété. Parmi ses autres réalisations, signalons Kamouraska (1973), Pour le meilleur et pour le pire (1975), Surfacing (1980), d’après un roman de Margaret Atwood, et La Dame en couleurs (1984), son dernier long métrage. Il meurt en 1986. « Jutras [sic] est et sera un comédien. Il s’est jeté à son jeu avec ferveur et sincérité. Quelque maniérisme lui nuit un peu. [...] Relativement à l’immensité du sujet [Le Prince de Hambourg, de Kleist], jugement conditionné par la faillibilité de l’humain, que son jeu était un peu superficiel. Claude a beaucoup souffert dans son existence, mais il n’a pas encore souffert suffisamment... Il apprendra, un jour, ce qu’est un fou emprisonné par sa mère. L’esprit de décision de Jutras [sic] était prenant, mais Kleist va plus creux que cela. À mon avis, du moins » (Claude Gauvreau, « Les 21 jeunesses du TNM », Le Haut-Parleur, 8 août 1953, p. 5).

24 Amulette Garneau. Son nom ne figure pas dans l’article de Gauvreau.

25 « Après trois années d’études à la Faculté de droit de l’Université de Montréal, [Carl Dubuc, Meudon, Seine-et-Oise, 1925-1975] quitte l’université pour s’orienter vers la création littéraire et le théâtre. Il publie un premier recueil de poèmes, Jazz vers l’infini, après avoir fait ses débuts avec le théâtre universitaire. Entre 1945 et 1950, il joue alternativement en français et en anglais au Montreal Repertory Theatre, puis avec diverses troupes de théâtre dont Les Compagnons de Saint-Laurent et le groupe Vien-Leclerc-Maufette. En 1946, il présente au Gesù sa première pièce de théâtre La Fille du soleil, féérie dramatique pour laquelle il est metteur en scène et comédien. [...] En novembre 1947, il entre au service de la station CKVL en qualité de réalisateur, d’annonceur et de reporter, fonctions qu’il assume jusqu’en 1955 dans diverses stations montréalaises et plus particulièrement à Radio-Canada. [...] À la télévision, Carl Dubuc collabore à plusieurs émissions d’actualité et d’affaires publiques, notamment Carrefour (1957-1958), Ce soir ou jamais (1962), Champ libre (1963-1964) et Dossier (1970-1972) » (Pierre Page et Renée Legris, Le Comique et l’humour à la radio québécoise : aperçus historiques et textes choisis : 1930-1970, p. 156-157). Carl Dubuc est aussi l’auteur des Doléances du notaire Poupart (1961) et de Lettre à un Français qui veut émigrer au Québec (1968).

26 Rodolphe de Repentigny, « Un peintre de l’existence », La Presse, 23 mai 1953.

27 Claude Gauvreau confond ici les critiques d’art Paul Gladu et François Bourgogne (pseudonyme de Rodolphe de Repentigny) qui collaborent tous deux régulièrement au journal L’Autorité : « La semaine dernière, dans un troisième de la rue Sherbrooke, on pouvait visiter une petite exposition d’un genre à part. Maciej Babinsky [sic], un jeune artiste d’origine polonaise exposait des aquarelles, des dessins et des eaux-fortes. Les dessins surtout étaient remarquables. D’un caractère mordant, satirique, dans une veine rabelaisienne, ses dessins sont comme autant de regards jetés sur une société où la bestialité ne sait même plus se voiler » (François Bourgogne, « Fernand Leduc et Babinsky [sic] », L’Autorité, 23 mai 1953, p. 5). Lors de la présentation de « La matière chante », Paul Gladu ne manifestera guère de sympathie envers Borduas, qualifiant ses théories de « fumeuses » (voir Marie Carani, L’Œil de la critique, p. 37-38).

28 Nous n’avons pu trouver cet article.

29 Il s’agit de la lettre du 23 mai 1953 (Écrits II, p. 522-523).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search