Version classiqueVersion mobile

Converties à l'islam

 | 
Géraldine Mossière

Chapitre 7. L’islam et les identités de la marge

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Être convertie à l’islam aujourd’hui, c’est la même chose que d’être gay dans les années 1970. (Sophie)

Déjà avant leur conversion, un grand nombre de femmes rencontrées éprouvaient un sentiment de marginalité, généralement lié à l’héritage d’une identité hybride : Chantale est Québécoise francophone, mais elle a fait ses études en milieu anglophone ; Sophie est née d’un mariage mixte entre un père arabe chrétien et une mère canadienne juive, elle a vécu son enfance en Afrique noire ; la famille de Carolina est disséminée aux quatre coins du globe et ses frères sont tous unis à des femmes d’origine étrangère. Beaucoup d’entre elles se disent attirées par la marginalité qu’incarne l’islam pour leur entourage de sorte que certaines comparent l’annonce de leur conversion à la célèbre « sortie du placard » des hommes gays. Pour ces femmes, entrer dans l’islam signifie perpétuer leur identité hybride, tout en adoptant des attributs qui les intègrent dans un nouvel environnement social. Da...

© Presses de l’Université de Montréal, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search