Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

14. Montréal, 12 mai 19531

Texte intégral

  • 1 Autographe, fonds privé. Datation incertaine. Extrait dans Chronique, p. 850. François-Marc Gagnon (...)

1Cher monsieur Borduas,

  • 2 En novembre 1952, alors qu’il dactylographiait Beauté baroque, Gauvreau perdit subitement la mémoi (...)

2Je suis encore partiellement amnésique2 ; cependant, beaucoup plus stable.

3J’ai cru sincèrement que, le matin du 16 mai, j’aurais retrouvé ma mémoire. Évidemment, je ne l’ai pas retrouvée. Toutefois, pareille constatation m’a fait redevenir un être raisonnable et responsable.

4Je craignais auparavant, que, victime involontaire d’une expérience scientifique, on attendait de moi les réflexes les plus crûment spontanés. Mon point de vue était trop simpliste : le matin du 16 mai m’a prouvé que je me voulais trop dépendant. Aussi, en dépit d’un trou dans ma tête, depuis cette date-là, je me sens apaisé et serein, je me montre actif et indépendant. J’ai présentement assez de souvenirs pour me considérer responsable.

5Hier soir, avec une allègre précaution, j’ai coupé ma barbe. Ce matin, je me suis fait couper les cheveux. Mon style personnel est conséquemment nouveau...

  • 3 Ce projet de rétrospective était prématuré (voir Écrits II, p. 522, n. 85). Comme l’a fait remarqu (...)

6Actuellement, je vous écris pour vous transmettre quelques informations au sujet de l’excellente idée de Mousseau : La rétrospective de l’automatisme3 pour l’automne prochain.

  • 4 Un rapprochement s’était opéré entre Claude Gauvreau et Fernand Leduc suite à l’exposition tenue p (...)

7Le projet semble en très bonne voie de parachèvement. Dimanche prochain, une réunion aura lieu (chez Leduc4) afin de choisir une organisation de trois membres exposants ; le secrétariat m’a été offert.

8Pour le moment, il semble que l’exposition sera divisée en cimaises groupant chacune les activités d’une année (de 1942 à 1952-53). Nous sommes tous d’accord pour reconnaître que l’automatisme (en tant qu’école) commence avec vos gouaches de 1942.

  • 5 Rémi-Paul Forgues (voir supra, p. 302, n. 13). Selon Claude Gauvreau, Rémi-Paul Forgues est de ceu (...)
  • 6 Paul-Marie Lapointe (voir supra, p. 299, n. 19).
  • 7 Roland Giguère (voir supra, p. 322, n. 7).

9Il est fortement question qu’un catalogue (aussi luxueux que possible) accompagne la présentation des tableaux automatistes ; semblable publication permettrait aux littérateurs automatistes (s’il en existe à part moi) de collaborer à la rétrospective. Il faudra donc aviser Rémi-Paul5, Lapointe6, Giguère7, etc.

10Une fois lancée, une telle entreprise peut ne pas avoir de limites. L’exposition fera-t-elle le tour du monde ? Je l’espère.

11Nous avons besoin, plus que de tout présentement, d’informations nombreuses et variées. Que chacun fasse appel à sa mémoire et à ses documents !

  • 8 Le 23 mai 1953, Borduas donne son assentiment : « Un mot — en vitesse — tout juste pour vous dire (...)

12Nous attendons de vous que vous nous fournirez, le plus tôt possible, des sources d’information, des suggestions, des références, des travaux8, etc.

13Étant donné la diversité probable des participants, nous sommes forcés d’envisager les choses sous un angle surtout chronologique : la tâche des organisateurs (à désigner) sera simplifiée dans la mesure où les informations parviendront à Montréal divisées par années.

14Il est entendu, dès maintenant, que chaque exposant aura droit à un texte personnel dans le catalogue.

  • 9 Robert Élie (Montréal, 15 avril 1915 – Montréal, 19 janvier 1973, pseud. Pierre Daniel) fait ses é (...)

15Autant que nos finances nous le permettront, nous souhaitons incorporer dans l’exposition les rapports bilatéraux avec l’Europe, et nous comptons solliciter la participation de personnes extérieures au mouvement proprement dit (Robert Élie9, par exemple).

16Il a été proposé que la somme de $25 soit requise humblement de chaque participant important...

  • 10 Robert Blair (voir supra, p. 321, n. 4).
  • 11 Maciej Babinski (voir supra, p. 321. n. 3).
  • 12 Jean Le Febure (voir supra, p. 304, n. 19).
  • 13 Madeleine Morin (voir supra, p. 153, lettre du 21 septembre 1954).
  • 14 Magdeleine Desroches-Noiseux (16 mars 1917), diplômée en enseignement à la CECM, fréquente l’École (...)
  • 15 Gérard Tremblay (Éboulements, 1928 - 1992) fait ses études à l’École des Beaux-arts de Montréal et (...)
  • 16 Gabriel Filion (Montréal, 2 février 1920) fait ses études à l’École du meuble avec Paul-Émile Bord (...)
  • 17 Guido Molinari (voir infra, p. 344, n. 25).
  • 18 Albert Dumouchel (15 avril 1916 - 11 janvier 1971), employé de la compagnie Montreal Cotton, s’ini (...)
  • 19 « Né à Montréal en 1923, Jean Mc Ewen a fait des études de pharmacie à l’Université de Montréal. I (...)
  • 20 André Champeau (Montréal, 1934, pseud. Jean-Louis Champagne) participe aux « Étapes du vivant » (1 (...)
  • 21 Pierre de Ligny Boudreau (voir Écrits II, p. 451).
  • 22 Étudiant à la Slade School of Art de Londres (1927), Henry Eveleigh (Shanghaï, 1909) poursuit l’an (...)
  • 23 Louis Muhlstock (voir Écrits II, p. 437, n. 41).
  • 24 Hans Eckers. « Cet excellent peintre figuratif » avait présenté aux Rebelles « de véritables petit (...)
  • 25 Roger Fauteux (Montréal, 13 décembre 1923), étudiant de Borduas à l’École du meuble, se joint aux (...)
  • 26 « Des artistes de l’Ouest — notamment Brusberg et Shadbolt — proposent une peinture non figurative (...)

17On envisage, présentement, comme « automatistes définitifs », les personnes suivantes : Borduas, Gauvreau, Leduc, Mousseau, Ferron, Riopelle, Barbeau, Blair10, Babinski11, Le Febure12, M. Morin13, Desroches-Noiseux14... Seront invités sûrement : les frères Tremblay15, Bellefleur, les 2 Filion16, Molinari17, Dumouchel18, McEwen19, Champeau20, Boudreau21, Eveleigh22, Muhlstock23, Eckers24, Fauteux25 — ainsi que toutes les personnes dont le nom sera suggéré. Nous aviserons certainement les « automatistes » de Vancouver-Winnipeg26.

18Qu’en pensez-vous ?

  • 27 Voir supra, p. 324, n. 2. Des recherches effectuées par notre collègue Jacinthe Martel dans le fon (...)
  • 28 Les Entrailles (vingt-six textes écrits de mai 1944 à 1946) ; le premier objet fut écrit à l’âge d (...)
  • 29 Voir supra, p. 278, n. 19.
  • 30 Voir supra, p. 300, n. 5.
  • 31 Étal mixte (recueil de vingt-neuf poèmes écrits du 26 juin 1950au 16mai 1951) ; publié aux Édition (...)

19Personnellement, j’ai écrit à Breton au sujet de mon texte Beauté baroque27 (qui est inscrit au CLF). Je vais tâcher, d’ici l’automne, de faire imprimer les écrits suivants qui sont de moi : Les Entrailles28 (mes œuvres de jeunesse), Dix-Sept Lettres à un fantôme29 (correspondance Dussault-Gauvreau), Le Vampire et la nymphomane30 (opéra sans musique), Étal mixte31 (une quarantaine de poèmes très automatistes écrits en 1950-51).

20Souhaitez-moi bonne chance.

21J’attends de vos nouvelles...

22Admirativement amical,

23Claude

2475 SH. O. Ap. 5 – Mtl

Notes

1 Autographe, fonds privé. Datation incertaine. Extrait dans Chronique, p. 850. François-Marc Gagnon date cette lettre du 12 mai 1954.

2 En novembre 1952, alors qu’il dactylographiait Beauté baroque, Gauvreau perdit subitement la mémoire : « Je n’avais pas fini ce travail, lorsque à la suite de je ne sais trop quelle chicane, je fus frappé d’amnésie » (Écrits sur l’art, p. 68). Dans ses « Notes biographiques », un texte daté de 1967, Gauvreau écrira : « À Saint-Hilaire, en l’été de la même année [1952], j’écrivis mon roman moniste Beauté baroque. De retour à Montréal, j’étais à finir de dactylographier le roman lorsque se produisit un complet collapsus de mon conscient. Je pus quand même terminer la dactylographie du roman sans faute » (Étal mixte et autres poèmes 1948-1970, p. 215).

3 Ce projet de rétrospective était prématuré (voir Écrits II, p. 522, n. 85). Comme l’a fait remarquer avec justesse François-Marc Gagnon, « Chaque fois que le groupe automatiste était à l’origine d’une manifestation à caractère collectif comme “La Place des artistes” ou même le bal masqué, il sentait le besoin de marquer ensuite sa spécificité et de s’affirmer comme mouvement distinct dans l’ensemble de la production artistique du Québec. [...] Il est tout de même symptomatique que ce soit Mousseau qui soit à l’origine de ce beau projet. Peut-être que pour lui le temps était venu de faire un bilan ? On pouvait considérer ces dix ans (de 1942 à 1952) comme la décennie par excellence de l’automatisme, mais c’est aussi très exactement le temps depuis lequel Mousseau s’était mis à l’art » (Chronique, p. 850).

4 Un rapprochement s’était opéré entre Claude Gauvreau et Fernand Leduc suite à l’exposition tenue par ce dernier à son domicile, situé au 354, boulevard Saint-Joseph Est, à Montréal. Gauvreau lui rend publiquement hommage peu après dans le journal L’Autorité : « J’ai connu Fernand Leduc il y a plus de dix ans. Une exultante émotion me gagne quand je constate que ses œuvres de 1952 réconcilient les frères ennemis que nous avons été souvent » (« Fernand Leduc. La maîtrise de soi », L’Autorité, 30 mai 1953, p. 7 ; Écrits sur l’art, p. 235-236). A propos de la réunion, François-Marc Gagnon a fait remarquer que Fernand Leduc « avait repris son rôle de meneur au sein du groupe. Personne ne s’en plaignit. Au contraire » (Chronique, p. 850).

5 Rémi-Paul Forgues (voir supra, p. 302, n. 13). Selon Claude Gauvreau, Rémi-Paul Forgues est de ceux « dont les désaccords avec la société sont involontaires et non moins irrémédiables » (voir Correspondance, p. 434-436 ; Claude Gauvreau, « L’automatisme, les Rebelles et Rémi-Paul Forges », dans Chronique, p. 702-705).

6 Paul-Marie Lapointe (voir supra, p. 299, n. 19).

7 Roland Giguère (voir supra, p. 322, n. 7).

8 Le 23 mai 1953, Borduas donne son assentiment : « Un mot — en vitesse — tout juste pour vous dire que j’ai bien reçu votre lettre. Aussi pour vous assurer que l’idée de cette rétrospective me va tout à fait. Je regrette d’être loin, d’avoir beaucoup — tout — à faire et d’avoir rien à vous apprendre vous ayant toujours, au jour le jour, mis au courant de ce qui arrivait ou aurait pu arriver ! Enfin, utilisez-moi au meilleur de votre connaissance » (Écrits II, p. 521-522).

9 Robert Élie (Montréal, 15 avril 1915 – Montréal, 19 janvier 1973, pseud. Pierre Daniel) fait ses études classiques au Collège Sainte-Marie à Montréal (1926-1935). Il s’inscrit par la suite à la Faculté des lettres de l’Université de Montréal et devient membre-fondateur de La Relève. Lié d’amitié avec Borduas dès 1937-1938, il fait paraître aux Éditions de l’Arbre, en 1943, un ouvrage intitulé Borduas. Il poursuit en 1939 des études à la Faculté des Arts de l’Université McGill. Engagé en 1940 comme reporter au quotidien Le Canada, il est à La Presse de 1941 à 1943 et ensuite au service des nouvelles de Radio-Canada, où il est nommé en 1947 directeur des services de presse et d’information. Il quitte Radio-Canada en 1958 pour assumer la direction de l’École des beaux-arts de Montréal et, l’année suivante, celle des écoles des beaux-arts de la province de Québec. Romancier, poète et dramaturge, Robert Élie est aussi l’auteur de plusieurs conférences et d’une quinzaine d’articles consacrés à Borduas. Voir Gilles Lapointe, L’Envol des signes, p. 137-181.

10 Robert Blair (voir supra, p. 321, n. 4).

11 Maciej Babinski (voir supra, p. 321. n. 3).

12 Jean Le Febure (voir supra, p. 304, n. 19).

13 Madeleine Morin (voir supra, p. 153, lettre du 21 septembre 1954).

14 Magdeleine Desroches-Noiseux (16 mars 1917), diplômée en enseignement à la CECM, fréquente l’École des beaux-arts de Montréal jusqu’en 1940. Par l’entremise de Louise Renaud, elle assiste, rue Napoléon, aux réunions du mardi à l’atelier de Borduas où elle présente Fernand Leduc. Prétextant des « raisons personnelles », Maillard lui refuse son diplôme à la fin de ses études, parce qu’il ne lui pardonne pas les relations qu’elle entretient avec Borduas et ses jeunes amis. À l’une de ces réunions, elle rencontre Denis Noiseux, qu’elle épousera à Boston en 1946. Elle participe à l’exposition-forum en 1944 à Valleyfield, à « Jeunes peintres » à l’Université de Montréal (18 au 29 novembre 1944), à l’exposition de la Société d’art contemporain de 1946 à la Dominion Gallery en 1946 et à l’exposition à Prague en 1947 (voir Écrits sur l’art, p. 368-369).

15 Gérard Tremblay (Éboulements, 1928 - 1992) fait ses études à l’École des Beaux-arts de Montréal et à l’Institut des Arts Graphiques de Montréal. En 1948, il signe Prisme d’yeux ; il expose à la librairie Tranquille en 1949 ; en 1951, il reçoit le prix d’aquarelle au 68e Salon du Printemps du Musée des beaux-arts de Montréal ; l’année suivante, il participe à « Paintings by Paul-Émile Borduas and by a Group of Younger Montreal Artists » et, en 1953, à « La Place des artistes ». Il a illustré le recueil de poésie Midi perdu (1951) de Roland Giguère et celui de Claude Haeffely, Le Sommeil et la neige (1956).

16 Gabriel Filion (Montréal, 2 février 1920) fait ses études à l’École du meuble avec Paul-Émile Borduas de 1941 à 1942 et expose individuellement, la même année, au Coq d’Or à Montréal. Stagiaire auprès de Jacques de Tonnancour, il fréquente aussi Alfred Pellan. En 1943, on retrouve ses tableaux dans plusieurs expositions collectives, dont les « Sagittaires » et, l’année suivante, Prisme d’Yeux à l’exposition « Jeunes peintres » de l’Université de Montréal. Signataire de Prisme d’Yeux en 1948, il prend part à « La Place des artistes » en 1953 et joint les Automatistes à « La Matière chante » en 1954. Il participe à la Biennale du Canada à la Galerie nationale du Canada en 1957. En 1962, le Conseil des arts du Canada lui accorde une bourse qui lui permet de voyager en France et d’exposer à Paris. De retour au Québec, ses œuvres sont présentées dans de nombreuses rétrospectives d’art québécois et canadien.

17 Guido Molinari (voir infra, p. 344, n. 25).

18 Albert Dumouchel (15 avril 1916 - 11 janvier 1971), employé de la compagnie Montreal Cotton, s’initie à la gravure et la photographie avec le graveur anglais James Lowe. Il est un des signataires du manifeste Prisme d’Yeux (1948). L’UNESCO lui octroie une bourse en 1955, pour lui permettre de compléter sa formation à Paris en étudiant la lithographie avec Edmond Desjobert et l’eau-forte à l’Atelier Leblanc. Professeur de peinture et de dessin au Collège de Valleyfield de 1942 à 1958, il accède au poste de directeur artistique de l’École des arts graphiques de Montréal (1958-1960) et devient directeur de l’Atelier de gravure de l’École des beaux-arts de Montréal de 1960 à 1969.

19 « Né à Montréal en 1923, Jean Mc Ewen a fait des études de pharmacie à l’Université de Montréal. Il exercera pendant vingt ans le métier de pharmacien et celui de peintre. [...] Trois rétrospectives le consacrent — Musée d’art contemporain de Montréal (1977), Musée des beaux-arts de Montréal (1987-1988) et Musée des beaux-arts de l’Ontario (1988). Il reçoit en 1998 le prix Borduas » (Jacques Bernard Roumanes, « Jean Mc Ewen. Le roi couleur », Vie des arts, n° 173, hiver 1998-1999, p. 40-43). « Se situant dans le prolongement de l’éclatement de l’objet, voie ouverte par les impressionnistes, le peintre cherche au cours des années cinquante et soixante à libérer la tache, mais dans une structuration organique qui s’empare de toute la surface. Cette démarche le place à la jonction des préoccupations impressionnistes pour la lumière, des préoccupations plus lyriques de l’automatisme et de celles proprement structuralistes du plasticisme » (Marie Carani, « Des indépendants », dans Francine Couture (dir.), Les Arts visuels au Québec dans les années soixante, t. I, p. 106).

20 André Champeau (Montréal, 1934, pseud. Jean-Louis Champagne) participe aux « Étapes du vivant » (1951) et à l’exposition collective chez Henri Tranquille en février 1954.

21 Pierre de Ligny Boudreau (voir Écrits II, p. 451).

22 Étudiant à la Slade School of Art de Londres (1927), Henry Eveleigh (Shanghaï, 1909) poursuit l’année suivante sa formation à l’École moderne d’art décoratif d’Ixelles en Belgique. En 1932, il retourne à la Slade School of Art, où il termine ses études en 1936. Il enseigne de 1937 à 1938 au Henry Lester Institute of Technology de Shanghaï. En 1938, il est nommé professeur à l’École des beaux-arts de Montréal, poste qu’il occupe jusqu’en 1967. Il enseigne par la suite à l’UQAM. À partir de 1950, Eveleign délaisse progressivement la peinture au profit du design graphique. Parmi ses expositions, mentionnons celle à la galerie Agnès Lefort en novembre 1950 et « Rencontres inédites » présentée du 5 mars au 5 avril 1998 à la salle Alfred-Pellan de la Maison des arts de Laval. L’affiliation de Henry Eveleigh à la cause surrationnelle ne va pas de soi, selon le témoignage du journaliste Maurice Huot : « M. Eveleigh ne croit pas que le peintre doive se consacrer dans la misère, à la libre poursuite de toutes ses fantaisies. Un artiste doit vivre, vous dit-il volontiers, “et se faire couper les cheveux parfois”. Cependant Eveleigh se défend d’être un automatiste, c’est-à-dire un peintre qui a la foi dans la primauté du premier jet instinctif. Au contraire, chez Eveleigh, l’art est conscient, lucide et logique » (Maurice Huot, « Dessins et peintures d’Eveleigh », La Patrie, 14 novembre 1950, p. 9). Sur Eveleigh, voir aussi Henri Girard, « Des surréalistes aux peintres du dimanche », Le Canada, 20 novembre 1942, p. 2, et Roger Champoux, « La primauté de l’art canadien », La Presse, 11 juillet 1947, p. 3.

23 Louis Muhlstock (voir Écrits II, p. 437, n. 41).

24 Hans Eckers. « Cet excellent peintre figuratif » avait présenté aux Rebelles « de véritables petites merveilles » (Correspondance, p. 326).

25 Roger Fauteux (Montréal, 13 décembre 1923), étudiant de Borduas à l’École du meuble, se joint aux deux premières expositions du groupe automatiste. Il expose au Musée des beaux-arts de Montréal, à la rue Amherst en 1946 et participe à l’exposition « Automatisme » à la galerie Luxembourg à Paris en 1947. Borduas apprécie beaucoup les encres de ce jeune artiste possédant, selon lui, un talent dont il n’a pas la pleine conscience. À la suite de pressions familiales, Roger Fauteux délaissera la pratique de l’aquarelle pour gagner sa vie comme commerçant à Sainte-Hyacinthe. En 1993, il participe à l’exposition « Œuvres méconnues » présentée à la galerie de l’UQAM et, en 1997, à l’exposition « Saint-Hilaire et les automatistes » au Musée d’art de Mont-Saint-Hilaire. « Il est ce génie imperméable à la conscience auquel Borduas fait allusion dans Projections libérantes. [...] Les travaux de Fauteux ne furent jamais compris par la critique. [...] L’intense beauté plastique des encres de Fauteux était d’une subtilité infiniment trop exigeante. Elle passa presque : inaperçue » (Correspondance, p. 398-399). Voir aussi Paul-Émile Borduas, Projections libérantes, dans Écrits I, p. 461-462.

26 « Des artistes de l’Ouest — notamment Brusberg et Shadbolt — proposent une peinture non figurative passablement lyrique et font penser aux voies ouvertes au Québec » (Claude Gauvreau, Le Journal musical canadien, vol 1, n° 9, mai-juin 1955, p. 3 ; repris dans Écrits sur l’art, p. 297). Voir Denise Leclerc, The Crisis of Abstraction in Canada : the 50s, p. 178.

27 Voir supra, p. 324, n. 2. Des recherches effectuées par notre collègue Jacinthe Martel dans le fonds Breton à la Bibliothèque Jacques Doucet à Paris n’ont pas permis de retracer cette lettre.

28 Les Entrailles (vingt-six textes écrits de mai 1944 à 1946) ; le premier objet fut écrit à l’âge de 19 ans à l’occasion d’un concours oratoire qu’il gagna au Collège Sainte-Marie. Trois des textes sont publiés dans Refus global : Bien-être, L’Ombre sur le cerceau et Au cœur des quenouilles) ; Le Vampire et la nymphomane (1949 ; livret d’opéra commandé par Pierre Mercure ; objet de la polémique avec le compositeur). Voir Jacques Marchand, Claude Gauvreau, poète et mythocrate, p. 179-202 et 392 (Les Entrailles), p. 203-207 (Le Vampire et la nymphomane), p. 207-238 et 393 (Étal mixte).

29 Voir supra, p. 278, n. 19.

30 Voir supra, p. 300, n. 5.

31 Étal mixte (recueil de vingt-neuf poèmes écrits du 26 juin 1950au 16mai 1951) ; publié aux Éditions d’Orphée en 1968). « Étal mixte : Ceci est mon premier écrit de poésie pure, puisque ce qui précède était du théâtre poétique sous une forme ou sous une autre. Il tient en quelque 80 pages. Constitué d’une partie transfigurative qui est fortement influencée par le Tzara des Vingt-Cinq Poèmes et d’une partie anticléricale d’une virulence inimaginable, il s’engage gaillardement dans une voie nouvelle pour moi » (lettre de Claude Gauvreau à Michel Lortie, 27 janvier 1969, BNQ, fonds Claude Gauvreau). Voir « Claude Gauvreau, Étal mixte (1950-1951) », dans Pierre Popovic, La Contradiction du poème, p. 255-327.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search