Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

13. [Avril 19531 ( ?)]

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128 ; Chronique, p. (...)
  • 2 « Toutes les personnes invitées ne virent pas, mais je me souviens qu’il y eut Mousseau, Dyne, Gog (...)

1La lecture de mon roman Beauté baroque2 aura lieu le soir du mercredi 22 avril 1953, au 75 rue Sherbrooke Ouest, app. 5, Montréal. Vu que la lecture de ce roman durera plus de six heures, la séance ne pourra commencer plus tard que 8 :30.

  • 3 Accepté avec Paterson Ewen au Salon du printemps de 1950, Mathieu Babinski se joint aux « Rebelles (...)
  • 4 Robert Blair (Montréal, 1928), peintre et architecte. En 1949, un an après son entrée en architect (...)
  • 5 « Né à Montréal, Marcel Dubé étudie au collège Sainte-Marie où il prend goût au théâtre, fréquenta (...)
  • 6 Rentré de France en 1951, après un séjour d’études de cinq ans, Jean Gascon (Montréal, 1921 – Stra (...)
  • 7 « Roland Giguère naît à Montréal le 4 mai 1929, de Maurice Giguère, teinturier, et de Jeanne Bourg (...)
  • 8 Denise Guilbault (dite Dyne Mousso) (Montréal, 17 mai 1930 – 23 mai 1994), sœur de Muriel, de Gilb (...)
  • 9 Gilbert Guilbault, frère de Denyse (Dyne) et de Muriel Guilbaut, participe à la manifestation du M (...)
  • 10 Jean Goguen (Montréal, 15 mars 1928 - 1er août 1989) étudie à l’École des beaux-arts de Montréal ( (...)
  • 11 Voir supra, p. 320, n. 4.
  • 12 Marie-Ève Liénard (Montréal, 1921, pseud. France Legris) signe notamment l’adaptation à la télévis (...)
  • 13 Voir Écrits I, p. 269.
  • 14 « [...] il se trouvait au vernissage [de l’exposition Mousseau-Ferron au Comptoir du livre (11 au (...)
  • 15 Robert Rivard étudie le théâtre à Paris auprès de René Simon. Il fait ses débuts avec le groupe La (...)
  • 16 Fernande Saint-Martin (Montréal, 28 mars 1927) étudie à l’Université de Montréal et à l’Université (...)

2Un jury de quinze membres a été constitué ; il comprend (outre vous-même) : Mathieu Babinski3, Robert Blair4, Marcel Dubé5, Jean Gascon6, Roland Giguère7, Dyn Guilbault8, Gilbert Guilbault9, Jean Goguen10, Pierre Lebeuf11, Marie-Ève Liénard12, Jean-Paul Mousseau13, George Ouvrard14, Robert Rivard15, Fernande Saint-Martin16. Une suppléante a été agréée par Maman et par moi-même.

3J’espère sincèrement qu’il vous sera possible d’assister à la séance.

  • 17 « C’est un roman de 150 pages. Des fragments publiés dans des revues ont servi à le populariser. U (...)

4Étant donné le sort qui sera peut-être réservé à Beauté baroque17, je vous demanderais de garder le secret absolu au sujet de cette affaire.

5Claude Gauvreau

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128 ; Chronique, p. 836-837 ; j. Marchand, op. cit., p. 263. Il est difficile d’assigner une date précise à cette lettre. Borduas effectue au début d’avril 1953 un court voyage aux États-Unis qui le mène successivement à Boston, Provincetown et New York. Il rentre par la suite à Montréal pour une semaine. Dans « L’épopée automatiste vue par un cyclope », Gauvreau écrit : « C’est en 1953 qu’un téléphone de Borduas m’apprit, dans une espèce de brume, son départ pour les U.S.A. J’étais alors incapable de situer cet événement dans sa perspective correcte » (Écrits sur l’art, p. 69).

2 « Toutes les personnes invitées ne virent pas, mais je me souviens qu’il y eut Mousseau, Dyne, Goguen, Georges Ouvrard, Fernande Saint-Martin, Marie-Ève Liénard et quelques autres. La lecture eut lieu et dura cinq heures. [...] Je me souviens que Mousseau me conseilla d’envoyer le roman à André Breton, car c’était “trop fort pour le Cercle”. Fernande, elle, me conseilla d’inscrire Beauté baroque au concours du Cercle. On a beau être troublé, on suit toujours ses désirs fonciers. Le conseil de Fernande allait tellement selon mon penchant secret que je le suivis. Naturellement, c’est le vieux Mousseau qui avait raison » (Écrits sur l’art, p. 71-72). Le roman aurait été refusé en première lecture, pour « motifs d’immoralité », par Mme Lucette Robert (ibid., p. 72). Sur la nature du prix offert par le Cercle du livre de France, voir Écrits sur l’art, p. 92, n. 154.

3 Accepté avec Paterson Ewen au Salon du printemps de 1950, Mathieu Babinski se joint aux « Rebelles ». Il participe par la suite à l’exposition « Paintings by P.-E. Borduas and By a Group of Younger Montreal Artists » (1952) et à l’exposition du Salon du printemps de 1954. Claude Gauvreau écrit à son sujet : « Le plus récent de nos amis. Très racé, très sensible. Venant d’un milieu aisé polonais, il fut chassé du sol natal à la fois par Hitler et Staline [...]. Il fut et est encore élève de l’Art Association. C’est aux Rebelles que nous l’avons connu. Il fut de ceux qui se rallièrent à l’expo. Depuis, la qualité de ses travaux a fait d’immenses progrès. Il vient de faire ses premiers pas dans l’automatisme » (Correspondance, p. 436).

4 Robert Blair (Montréal, 1928), peintre et architecte. En 1949, un an après son entrée en architecture à l’École des beaux-arts, il abandonne ses études pour se consacrer aux arts plastiques. Il se rallie au mouvement automatiste en 1949 et participe à plusieurs expositions du groupe : « Les Rebelles », « Les étapes du vivant » (1951) ; il expose au Gesù avec Marcelle Ferron en 1952. En 1954, il présente sa première exposition solo à L’Échourie. Il expose par la suite à la galerie L’Actuelle. « En 1958 Robert Blair est reçu architecte à l’École des beaux-arts de Montréal. Il réalisa notamment les édifices Blue Bonnets à Montréal, plusieurs édifices publics, tels les centres hospitaliers de Saint-Jérôme et Saint-Jean. Depuis les années soixante-dix, il pratique sa profession dans la région de Gatineau. Le Cégep Félix-Leclerc est, entre autres, l’une de ses réalisations. Ce n’est qu’en 1983 qu’on reverra Blair se manifester en tant que peintre » (Julie Turcotte, « Post-automatiste ou néo-plasticien », Œuvres méconnues, Module Histoire de l’art, UQAM, 1993, p. 33). Voir aussi Écrits sur l’art, p. 399.

5 « Né à Montréal, Marcel Dubé étudie au collège Sainte-Marie où il prend goût au théâtre, fréquentant assidûment la salle du Gesù. Il s’inscrit ensuite en lettres à l’Université de Montréal et les œuvres qu’il écrit alors obtiennent un tel succès qu’il opte pour le métier d’art dramatique. Il fonde la troupe de la Jeune Scène, qui remporte de nombreux prix au Festival national d’art dramatique de 1953 avec Zone. En cinq ans, Radio-Canada diffuse, à la radio, 14 de ses dramatiques et, de 1952 à 1972, présente à la télévision 23 télé-théâtres, deux feuilletons et un quatuor. L’œuvre de Dubé est immense : plus de 300 titres » (Collectif, Théâtre québécois : 146 auteurs, 1067 pièces résumées, p. 94).

6 Rentré de France en 1951, après un séjour d’études de cinq ans, Jean Gascon (Montréal, 1921 – Stratford, 20 avril 1988) fonde le Théâtre du Nouveau Monde, une compagnie professionnelle et permanente qui marque une date importante dans l’histoire du théâtre au Québec. Avec son frère Gabriel, Jean-Louis Roux, Guy Hoffman, Robert Gadouas, Georges Groulx, Jean-Louis de Grandmont, Janine Sutto, il monte comme premier spectacle L’Avare. Gauvreau lui voue une grande admiration : voir son article « Le Théâtre du Nouveau Monde. En causant avec Jean Gascon », Le Haut-Parleur, 4 août 1951, p. 4-5.

7 « Roland Giguère naît à Montréal le 4 mai 1929, de Maurice Giguère, teinturier, et de Jeanne Bourgoin. Après ses études primaires à l’école Saint-Vincent-Ferrier (1936-1944), il s’inscrit à l’école supérieure Saint-Viateur où il obtient son diplôme en 1947. Il étudie ensuite la gravure et la lithographie à l’Institut des arts graphiques de Montréal (1947-1950). En 1951, il est typographe dans diverses imprimeries de Montréal. Au cours d’un séjour d’études à Paris, il travaille à l’École Estienne (1954-1955) et à l’atelier de Friedlaender. Boursier de la Société royale du Canada en 1957, il retourne à Paris et se consacre à ses recherches en lithographie, collabore aux travaux du groupe Phases et du mouvement surréaliste et est maquettiste à Jours de France. De retour au pays en 1963, il reprend son travail de maquettiste, cette fois au Théâtre du Nouveau Monde et, en 1970, il est nommé professeur en arts graphiques à l’Université Laval, poste qu’il occupe jusqu’en 1975. Artiste graphique et peintre, il expose régulièrement ses œuvres depuis 1955. Il s’est aussi préoccupé de l’édition de la poésie québécoise pour laquelle il fonde en 1949 les Éditions Erta. [...] Depuis 1973, il se consacre entièrement à la peinture, la gravure et l’écriture » (Joseph Bonenfant, « Faire naître, recueil de poésies de Roland Giguère », DOLQ III, p. 362).

8 Denise Guilbault (dite Dyne Mousso) (Montréal, 17 mai 1930 – 23 mai 1994), sœur de Muriel, de Gilbert et d’Anthony Guilbault. Après des études à l’école Saint-Stanislas de Montréal, elle entreprend une carrière de comédienne. Elle côtoie les membres du groupe automatiste et épouse Jean-Paul Mousseau en 1950. En 1956, elle fait ses débuts au Théâtre du Nouveau Monde où, par la suite, elle participe à de nombreuses productions théâtrales. Elle travaille aussi pour la radio et joue dans plusieurs séries télévisées dont Le Survenant et Sous le signe du lion. Elle prend le nom de Dyne Mousso en épousant Jean-Paul Mousseau.

9 Gilbert Guilbault, frère de Denyse (Dyne) et de Muriel Guilbaut, participe à la manifestation du Musée des beaux-arts en 1950. Il collabore par la suite à l’organisation des « Rebelles » et au bal masqué intitulé « Équinoxe du printemps » qui se tient le 24 avril 1953 à la Salle des charpentiers, 3560, boulevard Saint-Laurent à Montréal.

10 Jean Goguen (Montréal, 15 mars 1928 - 1er août 1989) étudie à l’École des beaux-arts de Montréal (1945-1950) et à l’Art Association of Montreal (1951-1952). Il est membre de l’Association des artistes non figuratifs de Montréal et du groupe des plasticiens. Il a enseigné à l’École du Musée des beaux-arts de Montréal et à l’Université Sir George Williams. Dans « Où va notre peinture ? » (Le Journal musical canadien, vol. 1, n° 9, mai-juin 1955, p. 3), Claude Gauvreau fait remarquer que « Jean Goguen, romantique et fervent, n’a pas encore exposé ». En juin 1955, Rodolphe de Repentigny souligne que le « tableau de Goguen, premier que ce peintre expose, appartient à la lignée “informelle” et présente une sorte de chaos acide, d’où l’on s’attend à voir le peintre extraire des êtres nouveaux » (« En attendant des murs à peindre », La Presse, 11 juin 1955, p. 65). Pour la liste des expositions, catalogues d’expositions et autres publications, voir le catalogue Jean Goguen, Mutations abstraites, Montréal, Promotion des arts Lavalin et la Maison de la culture Frontenac, 1991, p. 34-37.

11 Voir supra, p. 320, n. 4.

12 Marie-Ève Liénard (Montréal, 1921, pseud. France Legris) signe notamment l’adaptation à la télévision de Radio-Canada de Jean III, une comédie de Sacha Guitry (diffusée le 2 novembre 1952) et interprète de nombreux rôles humoristiques à la télévision, dont ceux d’Olga Vladeskov dans La Clef de l’énigme (27 février 1955), d’Anne-Marie dans Boléro (11 mai 1958) et de Madame Gaudreault dans Demain dimanche, une série en 29 épisodes réalisée par André Bousquet et Pierre Gauvreau (diffusée du 11 octobre au 4 juillet 1959). Elle a interprété le rôle de Capucine dans Pépinot et Capucine, émission réalisée par Pierre Gauvreau. Elle était l’amie intime de Muriel Guilbault avec qui elle a partagé un appartement.

13 Voir Écrits I, p. 269.

14 « [...] il se trouvait au vernissage [de l’exposition Mousseau-Ferron au Comptoir du livre (11 au 25 février 1950)] deux élèves de versification du collège Sainte-Marie, André Goulet et Georges Ouvrard. Bélanger publia la liste mentionnée sur un ton de dénonciation. Goulet et Ouvrard furent expulsés du collège. La réputation de ces mécréants d’automatistes était si diabolique, semble-t-il, qu’il suffisait d’assister au vernissage d’une de leurs expositions pour se voir interdire le droit de poursuivre ses études chez les jésuites » (Écrits sur l’art, p. 63). Georges Ouvrard a aussi signé un texte intitulé « L’exposition Ferron-Blair » (Le Canada, 26 novembre 1952, p. 6) et collaboré en 1954 à l’organisation de « La matière chante ».

15 Robert Rivard étudie le théâtre à Paris auprès de René Simon. Il fait ses débuts avec le groupe La Jeune Scène dans Altitude 3200. Il joue dans La Fille du soleil de Carl Dubuc à la salle du Gesù en 1946 et dans Le Marcheur d’Yves Thériault présenté dans cette même salle en 1950. En 1953, il signe la mise en scène et joue dans Zone de Marcel Dubé, dans le cadre du Festival d’art dramatique de Montréal. Par la suite, il est président de l’Union des artistes pendant huit ans. A la télévision, il a été remarqué pour son interprétation du personnage de Beau Blanc dans Le Survenant et celle d’Hector Milot dans Rue des pignons. Voir Jean Hamelin, Le Renouveau du théâtre au Canada français, p. 43-49.

16 Fernande Saint-Martin (Montréal, 28 mars 1927) étudie à l’Université de Montréal et à l’Université McGill, où elle obtient successivement des baccalauréats en sciences médiévales (1947), en philosophie (1948) et en littérature française (1951). À l’Université McGill, elle fait ensuite une maîtrise en études françaises (1952) et un doctorat en études françaises (1973) à l’Université de Montréal. Elle entreprend alors une carrière dans le journalisme et devient notamment directrice des pages féminines de La Presse en 1954 puis rédactrice en chef de la revue Châtelaine, en 1960. Directrice du Musée d’art contemporain de Montréal de 1972 à 1977, elle enseigne par la suite l’art contemporain à l’Université Laval jusqu’en 1979, avant d’être nommée professeure à l’Université du Québec. Elle a publié de nombreux livres, articles et essais sur l’art, dont Structures de l’espace pictural (1968) ; Les Fondements topologiques de la peinture (1980) ; Introduction to a Semiology of Visual Language (1985) ; Sémiologie du langage visuel (1987) ; La Théorie de la Gestalt et l’art visuel (1990). Elle a épousé le peintre Guido Molinari en 1958, à Montréal. « [...] Claude Gauvreau m’avait invitée à entendre la lecture de son fameux livre, Beauté baroque. [...] Il m’avait d’ailleurs écrit pour m’inviter, parce qu’on ne se connaissait pas. Il avait eu des échos qui lui laissaient croire que je serais une personne intéressée à l’entendre et peut-être à le conseiller quant à l’éventualité d’une publication de son livre. Je lui avais alors conseillé de l’envoyer au Cercle du livre de France. Or son livre a été refusé et je pense qu’il m’en a voulu un peu d’avoir contribué à mettre en jeu cet échec » (Claude Lévesque, « L’intensité de la trace, entretien avec Fernande Saint-Martin », dans Le Proche et le lointain, p. 267).

17 « C’est un roman de 150 pages. Des fragments publiés dans des revues ont servi à le populariser. Un grand nombre de personnes en attendent l’édition intégrale. Ce roman est considéré par des lecteurs comme un “chef-d’œuvre” » (lettre de Claude Gauvreau à Michel Lortie du 27 janvier 1969, BNQ, fonds Claude Gauvreau). La publication de Beauté baroque se fera longtemps attendre.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search