Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

12. Montréal, 21 novembre 19521

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128.

1Cher monsieur Borduas,

2Je suis maintenant à Montréal. Pour l’hiver.

  • 2 Allusion à Beauté baroque. Sur la genèse de ce roman, voir André-G. Bourassa, « Notes sur Beauté b (...)

3Durant plusieurs mois je me suis replié sur moi-même, afin d’écrire mon livre2 ; à présent, bien qu’il me reste plusieurs corrections à maîtriser, j’éprouve quelque peu le besoin de me déplier...

4Ayant huit gallons de cidre, j’ai décidé, naturellement, de faire un party.

5Reprendre contact avec des figures sympathiques... Tel sera, pour moi, le but de la réunion (gaie).

6Avec grand plaisir, je vous invite à vous rendre à Montréal, chez moi, mercredi le 26 novembre. D’après ce que j’ai cru comprendre, les réjouissances commenceront aux environs de huit heures : naturellement, il est permis de venir plus tôt.

7Bien entendu, vous ne serez pas dans la même situation que la plupart de mes invités : vous serez plutôt dans la même situation que moi. Nous sommes deux isolés qui se sont vus durant l’été ; et nous verrons des gens que, tous les deux, nous n’avons pas vu souvent durant ce même été...

8La soirée vous permettra, si vous le désirez, de côtoyer plusieurs personnes que vous aimez bien. D’ailleurs, j’ai mieux à vous proposer : des personnes seront là, que vous ne connaissez pas du tout ; l’espoir étant toujours intact en face de l’inconnu, ainsi la perspective devrait augmenter son allèchement.

9À mon goût, quelques-uns des plus sympathiques, et des plus entiers, sont parmi ces inconnus. Et pour ne rien vous cacher : parmi ces inconnus se trouvent plusieurs femmes.

  • 3 Hans Eckers.
  • 4 Pierre Lebeuf publiera un article intitulé « Thérèse Renaud fera chanter tout Montréal », Vrai, vo (...)
  • 5 Sam Abramovitch (voir Écrits II, p. 401, n. 111).

10J’ai invité Eckers3. Et j’espère voir Mousseau, Marcelle, Françoise, Lebeuf4, Sam5, etc.

11J’espère instamment qu’il vous sera possible de vous rendre à Montréal.

12Amicalement.

13Claude

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128.

2 Allusion à Beauté baroque. Sur la genèse de ce roman, voir André-G. Bourassa, « Notes sur Beauté baroque », dans Claude Gauvreau, Beauté baroque, roman moniste, p. 180-190 : Chronique, p. 820-821 ; j. Marchand, op. cit., p. 264-269 ; Patricia Smart, « Derrière la femme-objet : la représentation de Muriel Guilbault dans Beauté baroque », Études françaises, « L’automatisme en mouvement », vol. 34, nos 2-3, automne-hiver 1998, p. 99-111. Voir aussi supra, p. 131, la lettre du 6 août 1954 où Gauvreau parle longuement de son roman. Cette œuvre paraîtra de façon posthume en 1977, à l’exception de quelques extraits en 1966 et 1967 dans les revues Parti pris et La Barre du jour. Dans son « Autobiographie », Gauvreau énonce certaines des motivations qui l’ont conduit à écrire ce roman : « Le cadavre de Muriel ayant été souillé par d’abjects moralisateurs de diverses disciplines, je me décidai à laver sans réplique possible cette ignominie en écrivant le roman de sa vie tel que je le connaissais : Beauté baroque (1952) » (OCC, p. 13).

3 Hans Eckers.

4 Pierre Lebeuf publiera un article intitulé « Thérèse Renaud fera chanter tout Montréal », Vrai, vol. 1, n° 9, 27 novembre 1954, p. 1 et 9.

5 Sam Abramovitch (voir Écrits II, p. 401, n. 111).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search