Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

11. Cambridge, 27 juillet 19501

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128.

1Cher monsieur Borduas,

2Boston n’est plus pour moi un mot abstrait.

3Je constate combien il serait terriblement facile de faire le tour du monde sans rien voir.

4Il est beaucoup moins courageux et beaucoup plus tentateur, dans une ville étrangère, de rester sur place que de l’explorer.

5Or, comme il n’y a aucun profit à rester sur place, il faut grouiller.

6Une minorité de moi-même n’aspire qu’à tenter peu ; mais comme c’est une nécessité morale et psychologique pour moi de tout voir, je couvre beaucoup de terrain.

  • 2 Denis Noiseux, époux de Magdeleine Desroches (voir Trots Lettres, Éditions d’Orphée ; Chronique, p (...)

7Je connais mieux Boston que Denis2, maintenant.

8Denis travaille beaucoup. Il est au M.I.T. toute la journée. (Incidemment, il tousse d’une façon un peu inquiétante.)

9Je m’arrange très bien avec Denis. Je deviens cuisinier.

10Nous faisons nos repas à la maison. Quand Denis n’y est pas (et il y est rarement le midi), je bouffe seul.

11Le M.I.T. a une discothèque, neuve et attrayante — et une discothécaire jeune, charmante, affable, et très jolie.

12Il m’arrive souvent, en passant, d’arrêter entendre cinq ou six disques.

  • 3 « Fait assez rare, mon éducation musicale se fit à partir des compositeurs modernes : d’abord Debu (...)

13J’écoute du Berg, du Stravinsky, du Bartok3. Du musée au burlesque, du théâtre au bar avec télévision, mes préjugés surrationnels ne m’interdisent rien.

14Incidemment, j’ai vu vos deux tableaux des Noiseux.

  • 4 14.48 ou Cimetière glorieux (huile sur toile, 64,8 X 81,3 cm, 1948), que les Noiseux achetèrent en (...)

15Cimetière glorieux4 demeure franc, éclatant, impeccable.

  • 5 Œuvre non identifiée.

16L’autre5, à côté, fait un peu ancestral, laborieux.

17Je suis très heureux de vous dire, après avoir contemplé depuis quelques jours beaucoup de peinture très forte, que votre œuvre tient rigoureusement le coup — qu’elle est au tout premier rang, et qu’elle n’en cède à aucune.

18Oui, j’ai vu beaucoup de peinture — et beaucoup d’autres choses.

19Je vous en parlerai en détail, à mon retour.

  • 6 Le Musée des beaux-arts de Boston, situé au 465, Huntington avenue fut fondé en 1876. Il compte hu (...)
  • 7 C’est par Renoir que Borduas aurait eu la révélation de la beauté plastique (voir Écrits I, p. 173 (...)
  • 8 Gauvreau a pu voir une Ballerine aux bras croisés (c.1872), Edmondo et Thérèse Morbelli (1867), Le (...)
  • 9 Signalons, de Manet, au Musée des beaux-arts de Boston, Victorine Meurend (c. 1862), Panier de fig (...)

20Il n’y a pas ici6 de tableaux vraiment contemporains. Mais, chez les modernes plus âgés, j’ai été profondément étonné et impressionné par Renoir7, Degas8 et Manet9.

  • 10 Cézanne, « l’inventeur de la ligne spatiale », « le formidable prophète de l’art moderne » ; selon (...)

21De Cézanne10, je savais quoi espérer. Et je n’ai pas été déçu.

  • 11 Soit L’Étang (c. 1873-1875), Le Tournant du chemin (1881), Fruits et cruche sur une table (1890-18 (...)
  • 12 Cette œuvre de Cézanne fut acquise par le Musée des beaux-arts de Boston en 1944 (cote 44.776). Cé (...)

22Quatre chefs-d’œuvre représentent Cézanne11. Principalement, sa Madame Cézanne est belle à se rouler par terre de convulsion12.

23Quel manieur de pâte !

  • 13 Claude Gauvreau a dépeint, à l’occasion de la présentation de l’exposition de la collection Vollar (...)

24Ceci dit, 17 Renoir13 me laissent encore confondu d’admiration.

25Quelle lumière ! Quelle lumière !

26Maintenant, j’ai décidément pénétré dans Renoir. L’hiver dernier, il s’était révélé à moi — cet été, il me conquiert sans effort.

27Je suis absolument convaincu qu’il n’y a pas de plus grand peintre que Renoir (même s’il y en a d’aussi grands, tel Cézanne).

28Degas, Manet, je connaissais moins, j’appréciais moins.

29Ce fut une double fulgurante révélation. Ce sont d’immenses maîtres.

30De nombreux travaux d’eux donnent enfin la mesure de leur talent.

  • 14 Le Musée des beaux arts de Boston possède de Gauguin, outre la peinture monumentale intitulée « D’ (...)

31À côté, Gauguin14 paraît faible.

  • 15 Le postier Joseph Roulin (1888), La Berceuse (1889) et Maison à Auvers (s.d., acquise par le musée (...)

32Trois Van Gogh15 bien connus sont malheureusement mal encadrés.

  • 16 Henri de Toulouse-Lautrec, Carmen Gaudin dans le studio de l’artiste (1888), huile sur toile, œuvr (...)
  • 17 Pierre Bonnard, Vue de Paris, la nuit (1900), huile sur carton, acquise en 1948 (cote 48.520).
  • 18 Henri Matisse, Carmelina (1903), huile sur toile acquise en 1932 (cote 32.14), et Vase à fleurs (c (...)
  • 19 Odilon Redon, Tête d’enfant avec fleurs (1897), lithographie, noire (cote : 37.574), Tête d’enfant (...)

33Lautrec16, Bonnard17, Matisse18, Redon19 ont des travaux fort solides.

34Bien sûr, je ne pourrai pas vous parler de tout... Je réserve cela pour l’oral.

  • 20 Goya, en qui Gauvreau reconnaît, en raison de l’abondance de matière et la liberté dans le traitem (...)
  • 21 Adolphe Monticelli, Sacrifice au dieu Pan (s.d.), huile sur panneau, acquise en 1939 (cote 39.657)
  • 22 Rembrandt, celui qui « découvre et maîtrise l’ombre » (Correspondance, p. 161). Ce qui compte, ent (...)
  • 23 James Mallord WilliamTurner, Fall of the Rhine at Schaffhausen (c. 1805, cote 13.2723), Slave Ship(...)
  • 24 On retrouverait chez Rubens, comme chez Watteau et Rembrandt, selon Claude Gauvreau, une « même ma (...)
  • 25 « Une coloration presque sans limite, un traitement de la matière nouvellement disséquée, une beau (...)
  • 26 Géricault, Étude d’un cuirassier blessé (s.d.).
  • 27 Le réalisme de Daumier représente, selon Claude Gauvreau, l’aboutissement des inquiétudes figurati (...)
  • 28 Courbet, Hollyhocks in a Copper Bowl (c. 1872), acquis en 1948 (cote 48.530).
  • 29 Watteau, La Perspective (c. 1715), acquis en 1923 (cote 23.573).
  • 30 Gauvreau cite Courbet, Daumier, Delacroix, Goya, Rembrandt, Rubens, Turner et Watteau parmi les pe (...)

35Je ne pourrai pas vous parler (comme je le voudrais et comme il le faudrait) de Goya20, de Monticelli21, de Rembrandt22, de Turner23, de Rubens24, de Delacroix25, de Géricault26, de Daumier27, de Courbet28, de Watteau29 qui m’ont émerveillé30.

36Et de tout, tout, tout.

  • 31 Nous n’avons pu éclaircir l’allusion à Audignicourt. Claude Gauvreau fait probablement allusion à (...)

37Combien de formidables objets d’autrefois ! Dans ma mémoire s’incrustent, par dessus tout, les uniques fresques provenant d’Audignicourt31 (xiie).

38À en mourir d’admiration...

  • 32 La collection égyptienne fut constituée à la suite de fouilles menées en Égypte et au Soudan, de 1 (...)

39Ces jours-ci, je me concentrerai surtout sur les Égyptiens, qui m’impressionnent déjà beaucoup32.

40Il y a aussi de multiples objets chinois, et des tapisseries japonaises, et des merveilles de toutes les sources orientales...

41L’espace manque malheureusement.

  • 33 John Singer Sargent (Florence, 1856- Londres, 1928). Claude Gauvreau fait allusion aux huit fresqu (...)
  • 34 Pierre Cécil Puvis de Chavannes (Lyon 1824 – Paris 1898). La critique de Claude Gauvreau a trait à (...)

42La part de la merde revient à Sargent33 et à Pubis de Chamelle34.

  • 35 Le Fogg Museum, situé au 32, Quincy Street, à Cambridge.

43Il y a aussi le Fogg Museum35 de Cambridge, rempli de prodigieux objets, surtout des travaux de primitifs anciens.

  • 36 Allusion à l’œuvre de Taddeo Gaddi (c. 1300-1366), La Stigmatisation de Saint-François (c. 1325-13 (...)
  • 37 Les treize chapitaux de Moutiers-Saint-Jean représentent l’un des plus imposants ensembles de scul (...)

44J’y ai surtout contemplé un « saint François36 » sorti des ateliers de Giotto, et des débris de Moutiers-Saint-Jean37 (xiie).

45Mais je vous en parlerai, soyez sans crainte.

46Salutations à tous les copains.

47Claude

48Mon adresse :
Claude Gauvreau
c/o Denis Noiseux
65 Dana St., apt. 4
Cambridge
Mass., USA

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128.

2 Denis Noiseux, époux de Magdeleine Desroches (voir Trots Lettres, Éditions d’Orphée ; Chronique, p. 518), était étudiant au Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.) depuis 1948.

3 « Fait assez rare, mon éducation musicale se fit à partir des compositeurs modernes : d’abord Debussy, Sibélius, Ravel, et presque aussitôt Stravinski. C’est par eux que j’étendis mes connaissances à la musique ancienne » (Claude Gauvreau, lettre du 8 février 1950, Correspondance, p. 128-129).

4 14.48 ou Cimetière glorieux (huile sur toile, 64,8 X 81,3 cm, 1948), que les Noiseux achetèrent en juillet 1948 au prix de 175 $. À propos de cette œuvre fort remarquée, la journaliste Madeleine Gariépy écrit : « Toutes les toiles de la dernière exposition sont plus vibrantes que tout ce qu’il a fait jusqu’ici. Ainsi, Cimetière glorieux réunit des éléments de joie, d’exaltation et aussi d’inquiétude dans ce que peut évoquer un château fort d’ossements desséchés ; la couleur, elle, vient donner à cette composition des valeurs de fraîcheur et de printemps » (« Exposition Borduas », Notre Temps, 24 avril 1948, p. 5). Le Livre des comptes indique que Denis Noiseux a fait l’acquisition de deux gouaches de Borduas (T. 39).

5 Œuvre non identifiée.

6 Le Musée des beaux-arts de Boston, situé au 465, Huntington avenue fut fondé en 1876. Il compte huit sections consacrées respectivement à l’art asiatique, l’art égyptien, l’art américain, l’art grec de la période classique, les arts décoratifs européens et la sculpture, les arts décoratifs américains et la sculpture, la peinture, le dessin, les arts d’impression et la photographie, les textiles et le costume, l’art du vingtième siècle.

7 C’est par Renoir que Borduas aurait eu la révélation de la beauté plastique (voir Écrits I, p. 173). Au Musée des beaux-arts de Boston se trouvaient notamment Grand Canal, Venise (1881), Jeune Fille algérienne (1881), La Seine à Chatou (1881) et Bal à Bougival (1883).

8 Gauvreau a pu voir une Ballerine aux bras croisés (c.1872), Edmondo et Thérèse Morbelli (1867), Le père de Degas écoutant le guitariste Lorenzo Pagans (c. 1869-1872), Pagans et le père de Degas (c. 1895), Carrosses au champ de course (s.d., acquis par le Musée des beaux-arts de Boston en 1931) et Danseuses au repos (s.d., pastel sur papier, acquis en 1939).

9 Signalons, de Manet, au Musée des beaux-arts de Boston, Victorine Meurend (c. 1862), Panier de figues (c. 1864), Moine priant (1865), L’Exécution de l’Empereur Maximilien (c. 1867), Chanteuse de rue (c. 1862) et La leçon de musique (1870).

10 Cézanne, « l’inventeur de la ligne spatiale », « le formidable prophète de l’art moderne » ; selon Claude Gauvreau, « tout le cubisme est sorti de Cézanne, de même qu’une grosse partie de l’expressionnisme, et une certaine tranche du fauvisme » (Correspondance, p. 166).

11 Soit L’Étang (c. 1873-1875), Le Tournant du chemin (1881), Fruits et cruche sur une table (1890-1894) et Madame Cézanne dans un fauteuil rouge (c. 1877).

12 Cette œuvre de Cézanne fut acquise par le Musée des beaux-arts de Boston en 1944 (cote 44.776). Cézanne a peint près de trente portraits de son épouse, Hortense Fiquet.

13 Claude Gauvreau a dépeint, à l’occasion de la présentation de l’exposition de la collection Vollard au Musée des beaux-arts de Montréal, la fascination qu’exerce Renoir sur lui, par « l’insurpassable variété de relations plastiques que ses mains ordonnaient dans l’inconnu » (Claude Gauvreau, « Le pouvoir transformant de Renoir », Le Haut-Parleur, 31 décembre 1950, p. 5-6 ; Écrits sur l’art, p. 170-174).

14 Le Musée des beaux arts de Boston possède de Gauguin, outre la peinture monumentale intitulée « D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? » (c. 1897), l’œuvre intitulée Fleurs et bol à fruits sur une table (c. 1890).

15 Le postier Joseph Roulin (1888), La Berceuse (1889) et Maison à Auvers (s.d., acquise par le musée en 1948).

16 Henri de Toulouse-Lautrec, Carmen Gaudin dans le studio de l’artiste (1888), huile sur toile, œuvre acquise en 1948 (cote 48.605).

17 Pierre Bonnard, Vue de Paris, la nuit (1900), huile sur carton, acquise en 1948 (cote 48.520).

18 Henri Matisse, Carmelina (1903), huile sur toile acquise en 1932 (cote 32.14), et Vase à fleurs (c. 1916), huile sur toile acquise en 1948 (cote 48.577).

19 Odilon Redon, Tête d’enfant avec fleurs (1897), lithographie, noire (cote : 37.574), Tête d’enfant avec fleurs (s.d.) lithographie, rose (cote : 37.595), et Grand Vase vert (1910), pastel sur papier.

20 Goya, en qui Gauvreau reconnaît, en raison de l’abondance de matière et la liberté dans le traitement, le premier « peintre moderne » de la pâte (voir Correspondance, p. 161). Au Musée des beaux-arts de Boston : Disparate ridiculo (s.d.) esquisse, aquatinte (cote 37.258), Une allégorie en Espagne, le temps et l’histoire (c. 1800, cote 27.1330), Felipe III (1778, cote 21.1037), Portrait d’un homme (s.d., cote 48.558), Homme au manteau brun (s.d., cote 10.33).

21 Adolphe Monticelli, Sacrifice au dieu Pan (s.d.), huile sur panneau, acquise en 1939 (cote 39.657).

22 Rembrandt, celui qui « découvre et maîtrise l’ombre » (Correspondance, p. 161). Ce qui compte, entre autres, pour Claude Gauvreau chez Rembrandt, pour qui la « manière de peindre est plus importante que le sujet traité » (Écrits sur l’art, p. 159), « c’est qu’on puisse y entrer en contact avec des relations de matière uniques et d’une singulière éloquence (relations impossibles à reproduire) » (Écrits sur l’art, p. 269). Au Musée des beaux-arts de Boston : Portrait of a Woman wearing a Gold Chain (1634), huile sur panneau, acquis en 1893 (cote 93.1474) ; Portrait of a Man Wearing a Black Hat (1634), huile sur panneau, acquis en 1893, cote 93.1475 ; Old Man in Prayer, huile sur panneau, acquis en 1903 (cote 03.1080) et Artist in his Studio, huile sur panneau (c. 1629, cote 38.1838).

23 James Mallord WilliamTurner, Fall of the Rhine at Schaffhausen (c. 1805, cote 13.2723), Slave Ship (1840, cote 99.22).

24 On retrouverait chez Rubens, comme chez Watteau et Rembrandt, selon Claude Gauvreau, une « même matière intrépide » et « nécessité de baroque » (Écrits sur l’art, p. 173). Avant lui, écrit encore Gauvreau, « la peinture de son temps ne fut presque toujours que du dessin coloré. Or, Rubens est un coloriste colossal. C’est lui qui amènera à appliquer la pâte directement sur la toile pour former les objets » (Correspondance, p. 160). Le Musée des beaux-arts de Boston possède de Rubens : Hercules as Heroic Virtue Overcoming Discord (c. 1628-1629, cote 47.1543), Mercury and a Sleeping Herdsman (s.d., cote 42.179) et Landscape with an Avenue of Trees (s.d., cote 43.1332).

25 « Une coloration presque sans limite, un traitement de la matière nouvellement disséquée, une beaucoup plus grande liberté imaginative : voilà quelques-uns des apports précieux de Delacroix à l’expérience occidentale » (Correspondance, p. 163). Au Musée des beaux-arts de Boston : La chasse au lion (1858), œuvre acquise en 1895 (cote 95.179), et La mise au tombeau du Christ (1848), acquise en 1896 (cote 96.21).

26 Géricault, Étude d’un cuirassier blessé (s.d.).

27 Le réalisme de Daumier représente, selon Claude Gauvreau, l’aboutissement des inquiétudes figuratives du xxe siècle : « On admirait Daumier, par exemple, parce que consciemment il déformait les sujets figuratifs traités pour en faire ressortir les traits qu’il jugeait essentiels — pour les juger. La participation subjective de l’artiste était consciemment admise. [...] Avec Daumier, on admet finalement que l’artiste a le droit de faire valoir sa vérité à lui en face des objets à peindre qui le confrontent » (Écrits sur l’art, p. 199). Le Musée des beaux-arts de Boston possède alors : Le Dimanche au Jardin des Plantes (1862), lithographie (cote 16.4265), L’Avocat triomphant (s.d., cote 48.531), Les Cavaliers (c. 1860-1862, cote 43.31) et Le Funambule (s.d., cote 43.31).

28 Courbet, Hollyhocks in a Copper Bowl (c. 1872), acquis en 1948 (cote 48.530).

29 Watteau, La Perspective (c. 1715), acquis en 1923 (cote 23.573).

30 Gauvreau cite Courbet, Daumier, Delacroix, Goya, Rembrandt, Rubens, Turner et Watteau parmi les peintres qui ont marqué l’histoire de la peinture en apportant une solution définitive aux problèmes rencontrés (Écrite sur l’art, p. 123).

31 Nous n’avons pu éclaircir l’allusion à Audignicourt. Claude Gauvreau fait probablement allusion à une fresque représentant la décoration de l’abside centrale de l’église de Saint-Augustin, laquelle appartient aujourd’hui au Museum of Fine Arts de Boston : « C’est une composition remarquable, rehaussée de touches solennelles de vert, qui présente, au cul-de-four, le Pantocrator en train de bénir, le livre ouvert sur les genoux, dans une mandorle irisée sur un fond étoile. Tout autour pendent les sept lampes mystiques. Les symboles des Évangélistes entourent la composition. On peut lire aussi quatre vers du Carmen Paschale du poète latin Sedulius. Une pompeuse grecque limite la surface des parois, entre les trois fenêtres de l’hémicycle, où se dressent les figures des douze apôtres. Ceux du centre, groupés deux par deux, conservent une attitude hiératique qui n’est plus le fait des groupes extrêmes, lesquels conversent amicalement, deux par deux également et sans séparation entre eux. Les fenêtres sont surbaissées. On a profité de cette disposition pour intercaler respectivement les offrandes de Caïn et d’Abel, la mort d’Abel et deux personnages qui lèvent les bras dans un geste d’atlantes. La partie inférieure est la plus abîmée. Elle contient des scènes de l’enfance du Christ, soulignées elles aussi par des vers de Sedulius. L’Annonciation a disparu ; La Visitation, La Nativité, L’Annonce aux Bergers et L’Épiphanie sont très détériorées. Il ne reste plus rien des peintures des absidioles qui se sont récemment effacées : sur celle du côté de l’Épître, on pouvait reconnaître deux figures de saints, une de chaque côté de la fenêtre centrale, qui, surbaissée et évasée, contenait deux personnages. La peinture fut exécutée dans l’église de la résidence des chanoines de Saint-Augustin, vers 1150, selon l’estimation de Post qui y décèle une influence française et y reconnaît la main d’un peintre connaissant son métier, très différent des autres maîtres, tels ceux de Taüll et de Pedret, plus fidèles à la tradition byzantine » (Édouard Junyent, Catalogne romane, Saint-Léger-Vauban, Éditions Zodiaque, « La nuit des temps », 1961, p. 201-202).

32 La collection égyptienne fut constituée à la suite de fouilles menées en Égypte et au Soudan, de 1905 à 1945, par l’Université Harvard et le Musée des beaux-arts de Boston. Parmi les pièces remarquables de cette collection, le roi Mycerinus et la reine Chamerernebti (quatrième dynastie), le buste du prince Ankh-haf et la statue de granite noir de dame Senuwy.

33 John Singer Sargent (Florence, 1856- Londres, 1928). Claude Gauvreau fait allusion aux huit fresques et douze bas-reliefs en plâtre de style néoclassique qui ornent le Musée des beaux-arts de Boston. L’artiste américain conçut ses œuvres démesurées dans l’esprit du nouveau bâtiment, empruntant certains de ses sujets à l’Antiquité classique, en inventant de nouveaux tels un débat entre le classicisme et le romantisme, mis en scène par des personnages empruntés à la mythologie grecque. Ces œuvres ont fait l’objet d’une importante restauration par les conservateurs du musée, en 1998.

34 Pierre Cécil Puvis de Chavannes (Lyon 1824 – Paris 1898). La critique de Claude Gauvreau a trait à l’ensemble décoratif qui orne la Bibliothèque de Boston, que Puvis de Chavannes réalisa entre 1894 et 1896. On y retrouve, réparties en deux séries de quatre panneaux autour de la pièce maîtresse, Les Muses inspiratrices acclament le génie, messager de lumière : la Poésie des champs (Virgile), La Poésie dramatique (Eschyle), La Poésie épique (Homère), L’Histoire, l’Astronomie, la Philosophie, la Chimie et la Physique. Voir « Décor de la Bibliothèque de Boston », dans Louise D’Argencourt, Puvis de Chavannes, p. 230-238.

35 Le Fogg Museum, situé au 32, Quincy Street, à Cambridge.

36 Allusion à l’œuvre de Taddeo Gaddi (c. 1300-1366), La Stigmatisation de Saint-François (c. 1325-1330), acquise en 1929 (cote 1929.234) : « Before entering the Fogg in 1929 as a gift of the Friends of the Fogg, the panel belonged to Count Niccolo Magherini of Florence : its earlier history is unknown. Mather (1931) published the panel, attributing it to Giotto : apart from Berenson (1936), who attributed it to Bernardo Daddi, subsequent writers have tended to regard it as a work by Giotto’s shop. The first to attribute the picture to Taddeo was Previtali (1967) [...] ; he was followed in his attribution by Fahy » (Andrew Taddis, Taddeo Gaddi. Critical Reappraisal and Catalogue raisonné, Columbia & London, University of Missouri Press, 1982, p. 86, dans les archives du Fogg Museum, dossier 1929.0234).

37 Les treize chapitaux de Moutiers-Saint-Jean représentent l’un des plus imposants ensembles de sculpture romane hors de France. L’église abbatiale de Moutiers-Saint-Jean fut détruite dans les années qui suivirent la Révolution française. « Quelques-uns des chapitaux de Moutiers-Saint-Jean sont célèbres et souvent cités dans des ouvrages et articles sur la sculpture bourguignonne. Il s’agit surtout des treize chapitaux achetés dans les années 1920 par le William Hayes Fogg Museum of Art of Cambridge (Massachusetts) mais aussi des deux chapitaux du Louvre, ou encore de deux très intéressants chapitaux découverts en 1979 dans le village voisin de Saint-Just. [...] Sept chapitaux figurés subsistent en entier ou en fragments ; quatre correspondent à des pilastres et trois à des demi-colonnes : le sacrifice de Caïn et Abel (avec Samson ou David et le lion sur la droite) et Daniel dans la fosse aux lions (Ancien Testament) ; l’Annonciation à Zacharie et les Pèlerins d’Emmaüs (Nouveau Testament) ; des scènes de vendanges ; deux couples d’aigles ; et enfin un fragment de chapiteau représentant des restes d’un bâtiment crénelé dans sa partie supérieure, mais dont la partie figurée a disparu » (Neil Stratford, « La sculpture médiévale de Moutiers-Saint-Jean », Paris, 1989, « Extrait du Congrès Auxois-Châtillonnais », p. 164-166 (document conservé dans le dossier Capital from Moutiers-Saint-Jean, archives du Fogg Museum, Cambridge).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search