Version classiqueVersion mobile

Lettres à Paul-Émile Borduas

 | 
Claude Gauvreau

Lettres à Paul-Émile Borduas

10. [Avril 19501]

Texte intégral

  • 1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128.

1Cher Monsieur Borduas,

  • 2 Lettre de Claude Gauvreau intitulée « L’automatisme, les Rebelles et Rémi-Paul Forgues » (voir sup (...)

2Voici le texte promis2. Je ne pourrai venir à St-Hilaire avant mercredi.

3Claude

  • 3 Externe à l’École normale Jacques-Cartier, située à cette époque dans les locaux du Collège de Mon (...)

4P.S. Je viens d’apprendre que Dussault vient de prononcer à l’École Normale une courte conférence sur l’art moderne qui a un certain retentissement3.

Notes

1 Autographe, Musée d’art contemporain de Montréal, fonds Paul-Émile Borduas, T. 128.

2 Lettre de Claude Gauvreau intitulée « L’automatisme, les Rebelles et Rémi-Paul Forgues » (voir supra, p. 219).

3 Externe à l’École normale Jacques-Cartier, située à cette époque dans les locaux du Collège de Montréal, au 1931 de la rue Sherbrooke Ouest à Montréal, Jean-Claude Dussault prononce en classe, après lecture de « L’après-midi d’un faune » par Edgar Fruitier, une conférence sur Mallarmé et l’évolution de l’art. Il sera mis à la porte de l’École normale, un peu plus tard, en partie à cause de cet incident (conversation téléphonique avec Gilles Lapointe, 10 novembre 1998). Dans sa « Présentation » de la correspondance Gauvreau-Dussault, Jean-Claude Dussault écrit : « Deux mois après la rentrée scolaire, je fus renvoyé de l’École normale, une sanction qui répondait non seulement à ma conduite délibérément provocatrice, mais à un désir inconscient de libération » (Correspondance, p. 15).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search